Skip to content

L’ÉGLISE EN PROIE À LA GRANDE APOSTASIE !

5 octobre 2009

Un pape traditionnel providentiel, mais dont la disparition brutale  un mois et deux jours après son élection obtenue par les les conservateurs, menés par l’archevêque de Gênes, le cardinal Giuseppe Siri (26 août 1978-28 septembre 1978),  reste encore largement inexpliquée.  En effet, des rumeurs commencèrent à circuler dès l’annonce de sa mort, amplifiées par le fait que le corps du défunt Pape ne fut jamais autopsié. Ainsi, dans un ouvrage, David Yallop (Au nom de Dieu, Bourgois, 1984), a conclu, au terme d’une longue enquête documentée, que le pape avait été empoisonné sur ordre du cardinal Villot et de Mgr Paul Marcinkus. On aurait retrouvé dans ses papiers le texte de la destitution de Villot qui n’attendait que sa signature. Les services secrets, et des organisations criminelles comme la Loge P2 ou la mafia, sont également mis en cause par certaines thèses.

L’ÉGLISE EN PROIE À LA GRANDE APOSTASIE

(1978-1988)

LE PAPE JEAN-PAUL Ier,
OU JOSEPH VENDU PAR SES FRÈRES

Après avoir étudié l’an dernier la période qui a suivi le Concile, de 1966 à 1978, où l’Église s’est trouvée « attaquée de toutes parts », nous en sommes arrivés à 1978, à l’élection du cardinal Albino Luciani au souverain pontificat, presque à l’unanimité, le 26 août. Il prit le nom de Jean-Paul Ier.

Seuls, quelques cardinaux progressistes, tel Koenig qui sera artisan de l’élection de son successeur, Karol Wojtyla, furent désappointés par le choix du conclave et tentèrent de s’y opposer. Mais, après leur échec, ils ne manifestèrent publiquement aucune réserve.

Il faut dire que les années de l’après-Concile furent marquées par un effondrement de l’Église. L’apostasie conciliaire produisait ses fruits, par exemple dans le clergé : en vingt ans, de 1965 à 1985, soixante-dix mille prêtres défroquèrent. Dans cette conjoncture, alors que les esprits lucides étaient tentés de désespérer de l’avenir de l’Église, notre Père réagissait en manifestant sa foi en l’indéfectibilité de l’Église. Il était convaincu que ses perfections, spécialement sa sainteté et son infaillibilité, ne pourraient demeurer définitivement obscurcies. Et donc ce qu’un mauvais Pape avait détruit, un autre Pape le restaurerait.

Son espérance toute surnaturelle s’accordait avec son analyse empirique de la situation. Il prévoyait qu’à la mort de Paul VI les membres du conclave éliraient un bon Pape catholique, dans le désir d’une autorité ferme qui remette de l’ordre dans l’Église.

Au conclave, expliquait-il, les cardinaux écarteront les extrêmes. Ni un réactionnaire, tel Siri, ni un aventurier démagogue, tel Suenens… Ils choisiront un témoin de la majorité modérée de Vatican II qui soit un homme de grande science, dénué de parti pris. « Mais un homme fort auquel tous puissent remettre le dossier complet de la faillite. » Et de pronostiquer l’élection du « cardinal Felici » qui s’était distingué pour sa défense de la loi catholique au synode de 1971 (CRC n° 60, p. 1).

Au cours d’une conférence de l’hiver 1977-1978, notre Père ajouta : « Felici, ou un autre cardinal italien, inconnu de nous, qui paraîtra au conclave un autre Pie X, par exemple son successeur à Venise, le cardinal Luciani. »

Quelques mois plus tard, après la mort de Paul VI, survenue le 6 août, le cardinal Albino Luciani était élu sur le Siège de Pierre, dès le deuxième jour du conclave, le samedi 26 août 1978.

« Tout le monde se rappelle son sourire, écrit David Yallop. Après la mélancolie et la souffrance de Paul VI, le contraste provoqua un choc extraordinaire. »

Source et suite de cet article : La Contre Réforme Catholique

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :