Skip to content

La Sainte Inquisition : une institution nécessaire !

16 octobre 2009

La Question Le retour


On ne devrait pas hésiter à livrer au Tribunal de l’Inquisition

et soumettre à « La Question » ceux qui répandent

les germes fétides de la corruption à l’intérieur de la société !

‘‘ R e c e d a n t  +  T e n e b r a e  +  P e c c a t i ’’

par Zacharias


Le télescopage de deux évènements, l’un scandaleux, soit les frasques immondes d’un ministre de la Culture et de la Communication adepte du tourisme sexuel et amateur de prostitués masculins asiatiques, et la sortie en salle d’un film grotesque baptisé « Rose &  Noir », film ridicule charriant à grandes eaux maladroites tous les poncifs d’une pestilentielle infra-culture dominante antichrétienne (mélange ethnique, homosexualité, haine de l’Eglise, etc.), est de nature à susciter une profitable réflexion sur ce qu’il faudrait entreprendre pour que s’engage un possible recul des ténèbres actuelles dans lesquelles s’enfonce un monde en perdition, ténèbres infectes qui sont en fait, concrètement, celles du péché  !

Suite sur le site de LA QUESTION

One Comment leave one →
  1. 15 mai 2012 19:06

    Le Guardian évoque, dans son édition d’hier, les travaux des historiens qui travaillent sur la période controversée de l’Inquisition catholique. Et notamment le volumineux ouvrage du professeur Agostino Borromeo, historien du catholicisme à l’Université La Sapienza de Rome, qui a dirigé les 783 pages d’un livre paru samedi sur la question.

    Pour l’historien, qui s’appuie sur de très nombreux documents d’archive du Vatican, les personnes jugées par l’Inquisition entre le 13e et le 19e siècle en Espagne sont au nombre de 125.000, et sur ce total, seul 1% d’entre elles ont été exécutées.

    D’autres experts, cités par le Guardian, ont expliqué que bon nombre des milliers d’exécutions traditionnellement attribuées à l’Eglise étaient en réalité le fait de tribunaux civils.

    D’autre part, l’usage de la torture était extrêmement réglementé dans les tribunaux de l’Inquisition: les bourreaux n’avaient droit qu’à… un quart d’heure, et sous surveillance d’un médecin !

    http://www.guardian.co.uk/world/2004/jun/16/artsandhumanities.internationaleducationnews

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :