Skip to content

Alain Soral et le voile islamique

4 novembre 2009

 

Alain Soral s’étonne du paradoxe des féministes à vouloir combattre, avec un rare acharnement qui frise souvent avec l’hystérie, le voile, symbole d’après elle de la femme soumise.  Tout en acquiesçant au string, prétendu symbole de la femme « libre », qui est en réalité beaucoup plus un vecteur réel de réduction de la femme, du moins dans le regard de l’homme, à un vulgaire objet de fantasmes pornographiques.

One Comment leave one →
  1. 5 novembre 2009 18:47

    ELOGE DU VOILE ISLAMIQUE

    Symbole de soumission féminine à une cause archaïque pour les uns, ornement vestimentaire pour les -rares- oiseaux d’envergure dont je fais partie, le voile islamique (que personnellement j’amalgame au voile marial d’un point de vue esthétique) empêche ses détracteurs de dormir pour la simple raison que, par-delà les prétextes politiques et culturels invoqués, le voile signe l’honnêteté de la femme bien éduquée qui le porte.

    La vertu d’une femme de nos jours est considérée comme une régression, une sorte d’attachement pathologique à des valeurs périmées, tant notre « progrès moral » a été bêtement associé à la liberté de faire tout et n’importe quoi.

    Nos femmes dévoyées par les chantres de la débauche devraient être jalouses de la dignité de leurs soeurs musulmanes.

    Et de leur force de caractère.

    Le voile (librement choisi, cela va sans dire) est le dernier rempart de la culture musulmane contre les agressions morales du monde. Les femmes voilées non seulement sont dignes, mais aussi courageuses. J’admire, autant sur le plan esthétique que moral, les femmes qui décemment se couvrent afin de ne point offenser le Ciel en excitant les mâles de la Terre -faibles par nature- avec leurs appas.

    Ce voile de pudeur sur leur corps, leur visage, est une seconde peau, chaste, qui honore leur âme.

    Le voile non seulement garantit leur vertu mais encore les pare comme des princesses. Artifice sobre des femmes bien élevée, le voile islamique agit comme l’écorce saine du pin : il repousse la mollesse, le vice, la puanteur et leurs adeptes, mais attire les hommes de bien. Les premiers trouvent le voile rude, âpre, austère, voire grotesque. Pour les seconds, il est la plus noble des bures…

    L’homme sans goût préfère la fanfreluche à la parure monacale et c’est pourquoi il raille le voile islamique, tandis que l’ami des Arts affectionne l’expression noble des mœurs féminines.

    Le voile islamique est un signe de grande classe féminine.

    Raphaël Zacharie de IZARRA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :