Skip to content

Sauvons l’Eglise Copte !

7 décembre 2009

 

Le Patriarche Chenouda III

Les coptes (copte est la forme arabisée du mot « égyptien ») sont les chrétiens d’Egypte. Cette communauté très dynamique représente près de 10 % de la population du pays

L’origine du christianisme en Égypte remonte à saint Marc qui aurait dans les années 40 évangélisé la ville d’Alexandrie. Il y aurait là une explication au fait que Saint Paul ne soit jamais allé à Alexandrie qui était pourtant la cité dont le rayonnement était le plus prestigieux en Méditerranée orientale. Le plus ancien fragment de l’évangile a été trouvé au Fayoum: daté de l’an 120, il reprend 17 lignes de St Jean.

Malgré les persécutions, le christianisme se développa. Dès la fin du 3e s., le monachisme prit son essor avec Paul de Thèbes, saint Antoine, saint Pacôme. Cyrille, patriarche d’Alexandrie, marqua l’apogée du christianisme en Égypte. Son successeur, Dioscore, se rallia à la doctrine monophysite et fut destitué par le concile de Chalcédoine en 451. La communauté chrétienne d’Égypte le soutint et l’église copte resta monophysite.

L’arrivée de deux croisades sur le sol d’Égypte en 1218 et 1250 déclencha des représailles contre les coptes. Sous la dynastie des Mamelouks à partir de 1250, leur nombre décrut pour arriver au pourcentage actuel. La langue copte qui était encore en usage au 13e s., régressa au profit de l’arabe. Aujourd’hui, elle n’est plus en usage que dans la liturgie. 

Le pape Chenouda III qui réside à Alexandrie préside actuellement l’Église copte. Il est le 117ème successeur sur le siège de St Marc. Comme tous ceux qui l’ont précédé, il a été tiré au sort parmi trois candidats élus par un collège de clercs et de laïcs. A l’exception des moines, tous les membres du clergé copte sont obligatoirement mariés. Aujourd’hui encore, tous les chrétiens coptes portent une croix tatouée sur le poignet.

Aujourd’hui, les persécutions incessantes exercées à l’encontre des Chrétiens coptes doivent cesser, les incendies et pillages des églises comme des biens personnels qui échappent à tout contrôle et principalement en Haute Egypte, doivent être réprimés.

Le 08 décembre 2004, des milliers de jeunes Coptes ont manifesté leur désapprobation dans la Cathédrale Saint Marc au Caire et aux alentours, ainsi que dans plusieurs provinces. Plusieurs manifestants ont fait l’objet de brutalités policières et d’arrestations.

La diaspora copte dénonce de telles pratiques et veut sensibiliser l’opinion publique internationale sur ces agissements.

Une manifestation aura lieu le Dimanche.
Le point de rassemblement sera sur le Parvis des Droits de l’Homme
Place du Trocadéro à Paris (métro Trocadéro).

Chaque personne déposera une bougie rouge en signe de solidarité avec les Coptes victimes de discriminations et persécutions en Egypte et en mémoire des Coptes assassinés.

Le rassemblement est organisé par :

ASSOCIATION DES COPTES D’EUROPE
15 Avenue du Bel Air
75012 PARIS
copteseuro@wanadoo.fr

ASSOCIATION DES COPTES DE France
15 Rue Montmartre
75001 PARIS
coptefrance@wanadoo.fr

6 commentaires leave one →
  1. Anatole permalink
    7 décembre 2009 16:46

    Non l’Eglise copte n’est pas monophysite. Voici un extrait de
    http://coptica.free.fr/presentation_synthetique_de_l_eglise_128.htm

    Avec Saint Cyrille, l’Eglise confesse que  » le Seigneur Jésus est un de deux natures: la divinité et l’humanité sont unies en lui en une union complète, parfaite, indivisible et inséparable « . Il n’y a pas absorption d’une nature par l’autre.

    LA TRAGEDIE DE CHALCEDOINE

    Pendant le pontificat de Saint Dioscore, en 451, eut lieu la tragique méprise de Chalcédoine. Tous les évêques de ce concile avaient l’ambition d’être fidèles à la doctrine de Saint Cyrille. Hélas, ils ne se comprirent pas et s’accusèrent qui de nestorianisme par la séparation entre la nature humaine et divine du Christ, qui de monophysisme par l’absorption de la nature humaine dans la divinité.

    Aucun des deux partis ne confessait de cœur ce dont l’autre l’accusait, même si les définitions verbales n’étaient pas parfaitement claires.

    Une rupture entre les Eglises suivit ce malheureux concile. Elle aboutit au prétendu « monophysisme  » copte ou schisme de 451.

    Jusqu’en 451, l’Eglise Universelle se composait essentiellement des cinq grandes Eglises patriarcales : Jérusalem, Alexandrie, Rome, Antioche, Ephèse qui fut remplacée à la fin du 4è siècle par Constantinople (Byzance).

    Lors du Concile de Chalcédoine, Rome et Byzance définirent le Christ comme un en deux natures: la nature divine et la nature humaine. L’Eglise d’Alexandrie contesta cette définition, et voulut insister sur l’unité du Christ en suivant la formulation de Saint Cyrille d’Alexandrie. Le saint Patriarche Sévère d’Antioche expliqua que dire en deux natures était probablement exact mais offrait la possibilité de séparer les natures et de considérer le Sauveur comme il n’avait jamais été: l’homme d’une part, le Dieu d’autre part. Pour désigner la réalité du Sauveur, le mot exact est Théanthropos: Dieu-Homme.

    Les Eglises contestant la formule de Chalcédoine proclament donc que le Christ est un de deux natures, la divine et l’humaine, « sans mélange et sans confusion « .

    La question étant aussi de savoir s’il existe une nature fondamentale en soi qui puisse exister sans reposer dans une personne (hypostase) vivante, ou dit plus rudement: la divinité peut-elle être vraie et vivante sans la personne du Père, du Fils et du Saint Esprit? ou l’humanité existe-elle en soi sans Adam et sa descendance? Plus tard se posera une autre question: la volonté relève-t-elle de la nature ou de la personne? Selon la manière de concevoir les relations de la nature et de l’hypostase, la réponse peut-être différente sans que l’une ou l’autre soit fausse.

    Les Eglises orientales ont aussi rejeté la manière dont les pères de Chalcédoine concevaient la complicité de l’Eglise et de l’Etat dans les matières religieuses et aussi la première revendication de Rome à une primauté absolue et solitaire en matière de dogme et de pouvoir canonique.

    Les conséquences de la séparation au 5ème siècle furent très graves pour l’Eglise Universelle et pour l’Eglise d’Egypte. En effet, à partir de ce concile, l’Eglise d’Egypte connut vis-à-vis du monde occidental une forme d’isolement qui allait durer pratiquement jusqu’à l’époque contemporaine. (grâce à cet isolement aussi, elle a pu conserver dans toute son authenticité originelle la tradition apostolique reçue de saint Marc et des apôtres).

    Elle eut également à subir de nombreuses persécutions de la part de l’empire byzantin.

    Son affirmation d’une foi en « une seule nature du Christ incarné » (le mot « fusis » traduit par nature désignait pour saint Cyrille l’hypostase ou personne) lui valut en effet d’être classée comme « monophysite »; or, ce terme monophysisme recouvre un tout autre sens: il signifie la négation soit de l’humanité, soit de la divinité du Christ.
    Pendant quinze siècles, les historiens et théologiens occidentaux se sont lourdement trompés sur la foi des coptes par ignorance des textes ou par mauvaise foi s’attachant à des énoncés formels sans se poser la question de leur exacte signification. Heureusement dès le début du 20è siècle, des grands théologiens auteurs d’articles du « dictionnaire de Théologie catholique » se sont penchés sur la réalité de la foi des Eglises Orientales et les ont lavées de l’accusation de monophysisme. Hélas, la paresse et l’absence de mise à jour des connaissances, font encore écrire à certains auteurs des sottises sur le prétendu monophysisme copte ou syriaque.
    A la rigueur si on entend comme saint Cyrille physis dans le sens de personne, on peut dire que l’Eglise d’Egypte est miaphysite, ce qui se traduit par une seule hypostase, mais alors toutes les Eglises orthodoxes sont miaphysites! bon nous ne sommes pas sortis de l’auberge.

  2. 14 janvier 2010 23:40

    Merci de cet article !
    Il y a un blog copte francais, relatant tout les evenement de la communauté copte en France et à travers le monde, je vous laisse le lien :
    http://blogcopte.fr
    Egalement sur facebook:
    http://www.facebook.com/blogcopte
    Merci !

  3. Marina permalink
    2 janvier 2011 14:31

    La manifestation 2005 OU 2011 ??

  4. mohamed riffi permalink
    4 janvier 2011 11:58

    Je suis égyptiens d’origine mais Français avant tout et c’est avec beaucoup de peine que j’ai entendu la nouvelle, je suis de tout cœur avec mes frères égyptiens nous devons lutter ensemble contre ses dérivent qui n’existe plus entre nous.
    Nous sommes unis même avec nos divergence religieuse, que dieux nous protèges de cette haine aveugle provoquer par quelques conspirationnistes qui souhaitent refaire surgirent les guerres des religions d’antan.
    Je condamne cet acte odieux, une pensé, une prière d’un musulman Français.

Trackbacks

  1. Hommage à Chenouda III patriarche des Coptes chrétiens « La Question : Actualité Religieuse
  2. EN LA MUERTE DE ABBA SHENOUDA III ( 1923-2012) | AMOR DE LA VERDAD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :