Skip to content

Pie XII déclaré « vénérable » par Benoît XVI !

20 décembre 2009

 

A la surprise générale samedi, le pape Benoît XVI a proclamé « vénérable » le pape Pie XII, dont l’attitude sous le nazisme est l’objet d’une controverse qui a entravé pendant plusieurs décennies le processus pour sa béatification entamé dès 1967.

Joseph Ratzinger, le pape allemand, qui était adolescent à l’époque nazie, a pris plusieurs fois la défense de Pie XII. Il se dit convaincu que celui-ci a sauvé de nombreux Juifs en Europe en leur permettant d’être accueillis dans des institutions religieuses à Rome et à l’étranger, et qu’il se taisait pour ne pas aggraver leur sort. Le pape se réfère à des archives du Vatican encore fermées et en cours de classement. En Italie, des responsables de la communauté juive se sont aussi déclarés critiques envers la décision de Benoît XVI, rappelant que « la commission qui réunit des historiens du monde juif et du Vatican attend toujours d’accéder aux archives (du Vatican) de cette période ».

Face à la polémique, le pape polonais Jean Paul II avait  laissé en suspens la procédure pour sa béatification pendant tout son pontificat. Benoît XVI l’a fort heureusement  réactivée. En revanche, le secrétaire général du Conseil central des juifs d’Allemagne s’est dit « furieux » et « triste » que le pape ait proclamé « vénérable » samedi son prédécesseur Pie XII, critiqué pour son silence pendant la Shoah, estimant que Benoît XVI « réécrit l’Histoire ».  « Je suis à la fois triste et furieux car l’Eglise catholique essaie là de réécrire l’Histoire », a déclaré Stephan Kramer samedi soir à l’AFP. C’est un détournement clair des faits historiques concernant l’époque nazie. Et Benoît XVI réécrit l’Histoire sans avoir permis qu’il y ait une discussion scientifique sérieuse (sur l’attitude de Pie XII face au nazisme). C’est ce qui me rend furieux », a ajouté M. Kramer.

Le vénérable Pie XII célébrant la sainte messe

Ses vertus héroïques ayant été reconnues par le Pape Benoit XVI

 ce samedi 19 décembre 2009

on peut demander l’intercession dans les prières

 du Vénérable Pie XII

+

 

 

8 commentaires leave one →
  1. Saint Edouard permalink
    20 décembre 2009 13:02

    Quelle heureuse et grande nouvelle ! Magnifique ! Pie XII fut un grand pape et un saint homme de Dieu !

  2. 20 décembre 2009 14:04

    Les juifs sionistes qui voudraient nous servir de la shoah à tous les repas se gardent bien de dire que Golda Meir a reconnu Eugenio Pacelli, c’est-à-dire Pie XII comme « juste » et pour cause:
    Eugenio Pacelli combattit le nazisme alors qu’il n’était que cardinal:
     » Le 20 juillet 1933, Pacelli signe avec Adolf Hitler, nouveau chancelier Allemand, un concordat qui régit les relations entre l’Église catholique et les autorités allemandes.
    En 1933, il signe également un concordat avec l’Autriche et, en 1935, avec la Yougoslavie.
    L’Allemagne nazie ne respectant pas le concordat, le cardinal Pacelli envoie 55 notes de protestations au gouvernement allemand de 1933 à 1939. En mars 1937, il rédige avec le cardinal-archevêque de Munich, Michael von Faulhaber, le texte de l’encyclique Mit brennender Sorge qui condamne la divinisation de la race et le paganisme respectivement au fondement du mysticisme nazi et du national-socialisme. Le texte est lu en chaire dans les églises catholiques d’Allemagne; des centaines d’arrestations suivent; mais le concordat n’est cependant pas dénoncé.
    En 1938, à la suite de l’approbation de l’Anschluss par l’épiscopat autrichien et à la demande du pape Pie XI, Pacelli demande au cardinal Innitzer, archevêque de Vienne, de rédiger une déclaration prenant position contre l’annexion. Le 6 mai, celui-ci s’exécute, écrivant dans l’Osservatore Romano, au nom de tous les évêques d’Autriche, que:
    «La déclaration solennelle des évêques autrichiens […] n’avait pas pour but d’être une approbation de quelque chose qui est incompatible avec la loi de Dieu» et que les gestes de sympathie de l’épiscopat autrichien à l’égard du régime hitlérien n’avaient pas été concertés avec Rome».
    La conversion du grand rabbin de Rome
    Le grand rabbin de Rome, Israel Zolli, se convertit à la religion catholique et entre dans l’Église avec sa femme et sa fille, le 13 février 1945, en choisissant pour prénom de baptême Eugenio, c’est-à-dire le propre prénom du pape. Il désire ainsi manifester l’importance qu’a eu le pape dans sa conversion, à commencer par son exemple de charité auprès des Juifs. Après sa conversion, on lui a souvent demandé s’il s’était converti par gratitude envers le pape Pie XII. Il a toujours répondu négativement, ajoutant toutefois: « On pourrait dire du règne de Pie XII qu’il est inspiré par les paroles du prophète Isaïe : «La paix est l’harmonie, la paix est le salut pour ceux qui sont proches comme pour ceux qui sont loin, je veux tous les guérir» (Is. 57, 19). L’Église catholique aime toutes les âmes. Elle souffre avec tous et pour tous; elle attend avec amour tous ses enfants sur le seuil sacré de Pierre, et ses enfants sont tous les hommes… Il n’existe pas de lieu de souffrances que l’esprit d’amour de Pie XII n’ait atteint… Au cours de l’histoire, aucun héros n’a commandé une telle armée. Aucune force militaire n’a été plus combattante, aucune n’a été plus combattue, aucune n’a été plus héroïque que celle menée par Pie XII au nom de la charité chrétienne.»

    Selon l’historien israélien Pinchas Lapide, l’Église catholique a pu, par son action charitable, sauver d’une mort certaine environ 850 000 Juifs habitant les territoires occupés par le Troisième Reich[45]. Ce chiffre étonnant à première vue s’explique par le fait que Lapide considère en réalité que tous les Juifs qui ont survécu à l’Holocauste l’ont été par la charité chrétienne (des paroissiens, des religieux ou du pape). Il a donc retiré du nombre total de rescapés ceux qui l’ont été dans les terres orthodoxes, ainsi que les « revendications » protestantes, comme il les appelle, pour arriver à ce chiffre ; le 13 décembre 1963, Pinchas Lapide avait pourtant affirmé dans un article du Monde que ce chiffre était de 150000 à 400000.

    «Empressons nous de dire que, face à la terreur hitlérienne, les Églises déployèrent sur le plan de l’action humanitaire immédiate, une action inlassable et inoubliable, avec l’approbation ou sous l’impulsion du Vatican» note dans le « Bréviaire de la haine » Léon Poliakov, témoin direct de ces évènements tragiques.
    Il poursuit cependant: «L’immensité des intérêts dont le Saint Père avait la charge, les puissants moyens de chantage dont disposaient les Nazis à l’échelle de l’église universelle, contribuaient sans doute à l’empêcher de prononcer en personne cette protestation solennelle et publique qui, cependant, était ardemment attendue par les persécutés. Il est pénible de constater que tout le long de la guerre, tandis que les usines de la mort tournaient tous fours allumés, la papauté gardait le silence. Il faut toutefois reconnaître qu’ainsi que l’expérience l’a montré à l’échelle locale, des protestations publiques pouvaient être immédiatement suivies de sanctions impitoyables […] Qu’aurait été l’effet d’une condamnation solennelle prononcée par l’autorité suprême du catholicisme? La portée de principe d’une attitude intransigeante en la matière aurait été immense. Quant à ses conséquences pratiques, immédiates et précises, tant pour les œuvres et institutions de l’Église catholique que pour les Juifs eux-mêmes, c’est une question sur laquelle il est plus hasardeux de se prononcer» « .
    Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pie_XII
    Le pire, c’est que cette propagande sioniste qui salit la mémoire de Pie XII a contaminé des catholiques si l’on en croit le micro-trottoir réalisé à Lyon par France-Inter au journal de 13h ce dimanche auprès de catholiques lyonnais qui désapprouvent la décision de Benoît XVI; chose bizarre, aucun témoignage favorable au Saint-Père n’a été recueilli. Il est vrai que les médias, laïcards et sionistes ne manquent jamais une occasion de dénigrer le Pape et l’église catholique comme ils l’ont déjà montré avec l’affaire des préservatifs.
    Grâce soit rendue au Saint-Père pour cette décision qui rend enfin justice à Pie XII.

  3. Alan permalink
    20 décembre 2009 15:58

    Merci Patrick Ferner pour vos informations détaillées. En effet il semble, que l’Etat israélien ne digère pas la décision et pique une grosse colère, relayée avec complaisance par les médias aux ordres des sionistes. A vomir !

  4. white permalink
    20 décembre 2009 16:03

    La complaisance des médias cathos conciliaires dans cette affaire (La Croix, La Vie, Le Jour du Seigneur, etc.), comme le fait justement remarquer Patrick Ferner, est une vraie honte.

    On est en train de nous ressortir, en y mettant un peu plus de formes mais ça y ressemble, la mise en scène organisée lors des déclarations de Mgr Williamson, sorties du tiroir comme par magie au bon moment.

  5. Lodz permalink
    20 décembre 2009 16:06

    Attendez-vous à un bruyant tintamare, dans toute la sphère des média moisis de la gauche à la droite, qui n’aura rien de « sacré ».

  6. Mut'optic permalink
    20 décembre 2009 19:39

    Quel courage quand même! pour un Pape qui, selon les médias  » n’aura jamais l’envergure de Jean-Paul II ».

  7. Lodz permalink
    20 décembre 2009 22:44

    Oui un grand courage…surtout à un an presque de l’affaire Williamson !

  8. sixte permalink
    20 décembre 2009 23:07

    Les chacals et tous les ennemis de l’Eglise vont tous se mettre à hurler ! C’est normal, ce monde est devenu une abjection absolue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :