Skip to content

Pie XII et la haine de l’Eglise

29 décembre 2009

Derrière Pie XII, c’est l’Eglise catholique qui est attaquée !

En fin de compte, Pie XII n’est qu’un prétexte dans la polémique qui s’est développée à l’occasion de la reconnaissance par Benoît XVI du caractère héroïque de ses vertus. Beaucoup de personnes, catholiques, incroyantes, juives, ou autres, intoxiquées par quarante années de mensonges historiques, s’interrogent, de bonne ou mauvaise foi (les médias catholiques se sont distingués dans l’abjection : La Croix, La Vie, etc.), sur la valeur des actions de ce pape.

Mais force est de constater que la cible est ailleurs et double. C’est d’un côté l’Eglise catholique dans son ensemble qui est attaquée, l’actuelle comme celle d’avant le Concile. L’associer à la politique raciale de l’Allemagne, lui en faire partager la responsabilité, en faire une complice silencieuse et timorée, revient à lui apposer une marque indélébile. Dans le cas contraire, de Gaulle, les Alliés, la Croix-Rouge, les Eglises protestantes seraient eux aussi attaqués. Or, ils ne le sont pas. Pourquoi ?

La seconde cible est le pape actuel. Les propos de Mgr Vingt-Trois, « On veut se payer le pape » sont tout à fait vrais. Depuis son élection, Benoît XVI est régulièrement jeté dans les arènes modernes et déchiquetés par les lions contemporains. La question Pie XII, reliée à l’affaire Williamson, est une arme comme une autre.

La question des archives vaticanes a été régulièrement posée. Que Benoît XVI les ouvre et on jugera si sa décision est la bonne, a-t-on entendu! Or, il s’agit d’un argument fallacieux, et ce pour plusieurs raisons. Aucune institution ne suscite plus que le Vatican autant de phantasmes. On ne s’étendra pas sur le Da Vinci code et son succès.

Plus sérieusement, il existe onze volumes de documents diplomatiques publiés depuis les années 1960 et qui permettent à celui qui se donne la peine de les lire (mais quand même onze volumes…) de saisir la réalité de l’action pontificale. L’ouverture des archives en 2014 changera-t-elle la donne? Nous osons penser que non. L’accessibilité des archives de Pie XI (1922-1939) a confirmé l’hostilité profonde de Mgr Pacelli à l’égard du nationalisme en général, et du national-socialisme en particulier, l’acuité de ses analyses, le rejet qu’il suscite de la part des nazis et son rôle primordial dans la rédaction de Mit brennender Sorge. La thèse d’un Pacelli pro-nazi en est sortie en lambeaux… Ensuite, les archives du pontificat de Pie XII nous apporteront très probablement des connaissances précises sur ce que les historiens appellent le processus de décision, c’est-à-dire les débats qui ont agité la Curie avant que le pape ne tranche et ne prenne sa décision. De même, les archives des autres pays sont ouvertes, tout particulièrement celles de l’Italie. Les chercheurs y trouveront les copies des dépêches diplomatiques vaticanes, frauduleusement lues par les espions du régime fasciste. Enfin, Benoît XVI n’est pas historien mais chef religieux. Ce que disent ou diront les historiens sur Pie XII n’entre pas en compte dans sa décision, répétons-le, religieuse, de déclarer Vénérable son prédécesseur.

Soyons sans illusion.

Les polémiques continueront. Ce sera le cas tant que les médias ne retranscriront pas avec honnêteté les débats historiographiques autour de la question Pie XII, que la recherche historique sera entravée et soumise à une dogmatique régie et définie par la loi, et tant que perdurera cette ambiance moraliste autour des drames de la Seconde Guerre mondiale.

 

 Michel Kubler directeur de rédaction de La Croix fait ses adieux : bon débarras !

 

 

5 commentaires leave one →
  1. Amis de la vérité historique permalink
    29 décembre 2009 20:26

    « Les polémiques continueront tant que la recherche historique sera entravée et soumise à une dogmatique régie et définie par la loi »… voilà qui est vrai !

  2. ADB permalink
    29 décembre 2009 20:35

    C’est ce qui s’appelle « illustrer » un propos…

  3. brunsw permalink
    29 décembre 2009 20:38

    Ou mettre les pieds dans le plat. Quoique c’est peut-être la meilleure, et sans doute authentique réponse au silence reproché à Pie XII.

  4. Amis de la vérité historique permalink
    29 décembre 2009 22:46

    @ brunsw,

    Toutes les vérités, sur ce « silence », sont toujours bonnes à dire…et à révéler !

  5. 30 décembre 2009 23:40

    La Pave the Way Foundation de New York, fondée par l’israélite Gary Krupp, a réussi, grâce à ses efforts soutenus et à un substantiel investissement financier, à dénicher quelque 7 000 pages de documents révélateurs de la manière dont Pie XII s’y est pris pour sauver un grand nombre de juifs au cours de la Seconde Guerre mondiale. C’est une partie de ces documents que Gary Krupp a exposés et commentés pour la première fois dans les locaux de la Yeshiva University de New York, qui forme de futurs rabbins, le 8 décembre dernier, devant un auditoire de près de soixante-dix étudiants-rabbins. Un des étudiants-rabbins, Noah Greenfield, a déclaré de cette exposition

    ‘l’inspirait personnellement à tout faire pour remettre les pendules à l’heure. La documentation méticuleuse de Gary Krupp m’a convaincu que non seulement Pie XII était innocent de toutes les accusations portées contre lui, mais qu’il était un exemple lumineux d’humanité, de foi et de courage pendant l’Holocauste ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :