Skip to content

Marianne : Hitler et Pie XII !

3 janvier 2010

Hitler et Pie XII en première page de Marianne !

Marianne

Dans l’hebdomadaire, Philippe Bilger écrit, conjuguant hypocrisie et vieux clichés ridicules  : « Etait-il en effet si difficile de ne pas susciter cet émoi alors que pour le moins, le rôle de celui qu’on souhaite béatifier mérite d’être mieux connu, dévoilé pour le meilleur ou pour le pire ? N’y a-t-il pas en ce sens, chez Benoît XVI, une indifférence à l’égard de ce que ses décisions peuvent susciter, précisément parce qu’il sait que le climat sera toujours à l’orage en ce qui le concerne ? »

Il poursuit ainsi sa minable rhétorique :

« Peu lui chaut alors de suivre son chemin sans s’encombrer d’autres considérations que les siennes dans son for intérieur de foi, de raison et de solitude. Les archives auraient été disponibles au plus tôt en 2013. Derrière cette hâte, on pressent le désir de demeurer seul maître de ses choix sans tolérer qu’une analyse historique, précise et objective vienne les valider ou non. Cependant, cette course contre la vérité des faits et des attitudes apparemment gagnée aujourd’hui, Benoît XVI va la perdre profondément. A cause de ce qui a fait faillir Pie XII. »

Puis nous avons droit au couplet archi rabâché dans tous les médias, y compris prétendus « catholiques » :

« Parce qu’en effet on n’exige pas d’un pape, en dépit de l’existence du Vatican, qu’il soit un politique mais qu’il porte l’universel. Qu’il crie dans le désert s’il le faut, mais qu’il crie. Même si Pie XII a sauvé des Juifs,-pour ma part, je n’en doute pas-, sa méthode l’a contraint à taire ce pour quoi il était pape et qui aurait dû revenir à délaisser les tactiques, l’officieux, les prudences calculées, les compromissions inévitables et l’équanimité universelle pour les meilleurs motifs qui soient, au profit de l’indignation officielle, de la morale proclamée, des Juifs et autres victimes clairement nommés, de la puissance affichée d’une âme à la tête du catholicisme contre le paganisme nazi. Les murmures n’étaient pas de mise mais les cris. »

Invitons donc notre journaleux naïf à réfléchir un instant et à se demander tout simplement (question que personne n’ose poser et pour cause) si le Saint Père n’a pas crié (sic), pas plus que les alliés d’ailleurs, car ce qu’on aurait souhaité qu’il criât à cette époque, n’était au fond autre chose que le discours bien connu que certains espèrent voir reproduire comme un dogme et qui ne paru pas si évident que cela au vénérable Pie XII   ? 

Source :

 e-deo

Marianne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :