Skip to content

Evreux : un diocèse antipapiste et hérétique ?

11 janvier 2010
 
 

 On lira avec grand  intérêt l’analyse réalisée par Maximilien Bernard, qui anime l’excellent blog Perepiscopus, dans laquelle il met à jour les incroyables dérives doctrinales du diocèse d’Evreux, dirigé un temps par le célèbre Jacques Gaillot, puis par le le très progressiste évêque Nourrichard que l’on ne présente évidemment plus aujourd’hui, dérives qui s’expriment avec une décomplexion impressionnante dans la revue « Eglise d’Evreux » réalisée à l’intention de  l’ensemble des catholiques de la région. Tout ceci illustre à merveille l’état d’esprit face auquel se trouve l’abbé Francis Michel, et nous fait beaucoup mieux comprendre, s’il en était encore besoin, l’origine réelle des actuelles difficultés qu’il rencontre.

 
 
couverture numéro 1

La revue antipapiste et hérétique du diocèse d’Evreux

 

La revue Église d’Évreux ressemble aux journaux qui pouvaient être diffusés dans les années 70. Entre quelques publicités des urgences de la clinique d’Évreux, de la Société Générale ou des Pompes funèbres générales, on y parle de «pastorale» et de «cheminement», rarement de «foi» ou de «conversion». Le vocabulaire ressemble davantage à celui de la déclaration des Droits de l’Homme qu’à celui des commandements de Dieu. Il n’y a guère d’exemplaire de la revue Église d’Évreux qui ne fasse pas la promotion du CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement), de l’ACO (Action catholique ouvrière) ou de la JOC (Jeunesse catholique ouvrière). Les sujets politiques apparaissent en filigrane (écologie planétaire, accueil de l’immigré) dans chaque numéro tandis que les soucis spirituels, comme le salut des âmes, les méditations ou la communion des saints sont des réalités particulièrement évacuées. Les commémorations de l’abolition de l’esclavage font par exemple référence à l’abbé Grégoire ou à Victor Schoelcher sans même parler de Bartolome de Las Casas, homme d’Église qui les a pourtant précédés de trois siècles.
Le pape ferait mieux de se taire

A propos du Sida en Afrique, le pape Benoît XVI est contesté voire réprimandé. Il est accusé de faire de la « polémique » et on lui oppose les personnalités, plus ouvertes, de l’abbé Pierre ou de sœur Emmanuelle :

  • «Il avait répondu à une question d’un journaliste sur le sida. Il a bien dit l’action de l’Église en Afrique contre ce fléau. Mais pourquoi donc a-t-il ajouté cette phrase ambiguë : «On ne peut pas résoudre le fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème.» ? Cette phrase ne pouvait que créer une polémique. […] Pourquoi l’abbé Pierre ou sœur Emmanuelle étaient-ils écoutés, alors qu’ils prônaient eux aussi une éducation à la responsabilité sexuelle ? Parce qu’on les sentait proches des gens».

L’article du vicaire de la mission de France se conclut par une belle leçon de morale au pape :

Lire la suite sur Perepiscopus

2 commentaires leave one →
  1. Saint Edouard permalink
    13 janvier 2010 16:59

    Mais pourquoi Mgr Nourrichard ne s’applique-t-il pas ce qu’il laisse imprimer dans le bulletin de son diocèse :

    « …tant que notre parole de responsables d’Église ne cherche pas à se mettre vraiment à l’écoute des gens, mieux vaudrait se taire…. »

    Comme on dit, les conseilleurs ne sont pas les payeurs !

  2. Grégoire permalink
    13 janvier 2010 17:01

    Ah, voilà un magazine bien représentatif de l’état d’esprit qui règne autour de Mgr Nourrichard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :