Skip to content

FSSPX : le retrait du décret d’excommunication !

23 janvier 2010

Benedict XVI Pope Benedict XVI delivers his Easter Day mesage "urbi et orbi"  blessing (to the city and to the world) from the central balcony of St Peter's Basilica  on April 12, 2009 in Vatican City, Vatican. The Pontif wished pilgrims a Happy Easter in 63 languages and said that the Resurrection was "not a fairytale". He also attacked the "emptiness" of materialism and atheism. (Photo by Franco Origlia/Getty Images) *** Local Caption *** Benedict XVI  

 

I L   Y   A   U N   A N    !

 

 

Rappel de la déclaration de Rome à propos des évêques de la FSSPX :

Sa Sainteté Benoît XVI (…) a décidé de reconsidérer la situation canonique des Évêques Bernard Fellay, Bernard Tissier de Mallerais, Richard Williamson et Alfonso de Galarreta relative à leur consécration épiscopale. les questions encore ouvertes, et de pouvoir ainsi parvenir rapidement à une pleine et satisfaisante solution du problème posé à l’origine – Cet acte exprime le désir de consolider les relations réciproques de confiance, d’intensifier et de rendre stables les rapports de la Fraternité Saint-Pie X avec le Siège Apostolique.  Ce don de paix, au terme des célébrations de Noël, se veut aussi un signe pour promouvoir l’unité dans la charité de l’Église universelle et, par là, enlever le scandale de la division.  En souhaitant que ce pas soit suivi sans tarder de la pleine communion avec l’Église de toute la Fraternité Saint-Pie X, en témoignage d’une vraie fidélité et d’une vraie reconnaissance du Magistère et de l’autorité du Pape par la preuve de l’unité visible. Selon les facultés qui m’ont été expressément concédées par le Saint Père Benoît XVI, en vertu du présent Décret, je remets aux Évêques Bernard Fellay, Bernard Tissier de Mallerais, Richard Williamson et Alfonso de Galarreta la censure d’excommunication læte sententiæ déclarée par cette Congrégation le 1er juillet 1988, ainsi que je déclare privé d’effets juridiques, à partir de la date d’aujourd’hui, le Décret publié à cette époque. (Rome, de la Congrégation pour les Évêques, le 21 janvier 2009. Card. Giovanni Battista Re. Préfet de la Congrégation pour les Évêques).  

 

11 commentaires leave one →
  1. Actualité : Mgr Williamson s'oppose à la FSSPX ! permalink
    30 janvier 2012 18:29

    « Je préfère être un schismatique sédévacantiste qu’un apostat romain » : c’est par ces mots que l’évêque intégriste Richard Williamson, membre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX), termine la dernière livraison de sa lettre d’information hebdomadaire Commentaire Eleison diffusée samedi 21 janvier.

    Il s’agit là de la première prise de distance officielle d’un responsable de la FSSPX avec la ligne d’ouverture et de dialogue avec Rome impulsée par son supérieur général, Mgr Bernard Fellay.

    Dans sa lettre d’information, Mgr Williamson retourne notamment le principal argument de ceux qui prônent un retour de la Fraternité dans le giron romain en soulignant que le fait pour la FSSPX de rester plus longtemps hors de l’Église risquerait de la mener à une mentalité schismatique et à un sédévacantisme pratique (les sédévacatistes estiment que, depuis Paul VI au moins, les papes n’ont pas été validement élus et que le Siège de Pierre est vacant).

    Suite :

    Lefebvristes : Mgr Williamson prend ses distances avec Mgr Fellay :

    http://www.la-croix.com/Religion/Urbi-Orbi/Monde/Lefebvristes-Mgr-Williamson-prend-ses-distances-avec-Mgr-Fellay-_NG_-2012-01-23-761066

  2. Sulpice permalink
    30 janvier 2012 19:06

    L’article de la Croix n’est pas très honnête, car si Mgr Williamson met en garde contre la séduction devant l’atmosphère des palais romains, et « la maladie spirituelle et mentale des Romains d’aujourd’hui en les fréquentant de trop près », il achève son article par une toute autre phrase :

    « Et la fascination du Vatican ne constitue qu’une petite partie de la pression totale du monde moderne qui s’infiltre dans les esprits pour les mettre au pas, et les entraîner à sa suite. Cher ami, je préférerais être un sédévacantiste schismatique qu’un apostat romain.

    Mais Dieu aidant,
    je ne serai ni l’un ni l’autre! »

    Kyrie eleison.

    http://op54rosary.ning.com/forum/topics/eleison-comments-mental-sickness-january-21-2011

    Il est donc clair que Mgr Williamson ne souhaite, et surtout ne veut avec l’aide de Dieu, ni du schisme ni de l’apostasie !

  3. 30 janvier 2012 19:14

    En écho à la récente déclaration de Mgr Williamson, Clément LECUYER sur son blog, dont l’intitulé est en soi une aberration totale : « Sédévacantiste pour rester catholique« , s’engage de nouveau dans un des exercices préférés des sédévacantistes : le raisonnement schismatique !

    http://www.catholique-sedevacantiste.com/article-mgr-williamson-je-prefere-etre-un-schismatique-qu-un-apostat-97813898.html

    Lisons plutôt l’essentiel de ce petit argumentaire profondément erroné qui commence par des interrogations faussement naïves :

    « En quoi serions-nous schismatiques ? Fidèles aux engagements de notre baptême et à l’enseignement de l’Eglise catholique, nous voulons garder et défendre la foi catholique intégrale et par conséquent nous refusons le modernisme et rejetons cette nouvelle religion mondiale qui a vu le jour au concile Vatican II. »

    Puis, après cette présentation qui pourrait s’accepter si elle n’était pas mise au service d’une orientation coupable, on passe très rapidement au terrible poison de la logique schismatique reposant sur des vérités fondées sur des dogmes (sic!) imaginaires ainsi présentés :

    La position catholique dite du « sédévacantisme » est basée sur deux raisonnements qui ne peuvent pas être remis en question car fondés sur deux dogmes :

    1. L’infaillibilité pontificale

    – Majeure : Depuis Vatican II, ceux qui nous sont présentés comme Papes enseignent publiquement l’hérésie et contredisent les fondements de la religion catholique.

    – Mineure : Or, un Pape ne peut pas dévier de la foi. Ceci un dogme de foi enseigné par Notre Seigneur et bien évidemment par les Papes et l’ensemble des docteurs de l’Eglise.

    – Conclusion : Par conséquent, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI ne peuvent pas êtres des Papes de l’Eglise catholique. »

    REPONSE CATHOLIQUE :

    L’infaillibilité pontificale

    – Majeure : Depuis Vatican II, les Papes enseignent parfois publiquement des propositions disciplinaires qui, sans être pour autant des hérésies formelles, contredisent cependant les fondements de la religion catholique.

    – Mineure : Or, un Pape, s’il vient à soutenir quelque erreur, ne peut être jugé par personne en raison du droit divin attaché à sa charge (canon 1556 (§ 1 de Paul IV) : «Le premier Siège n’est jugé par personne»).

    – Conclusion : Par conséquent, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI sont vrais et authentiques Papes de l’Eglise catholique puisque telle est la volonté de Dieu.

    Poursuivons par l’examen du prétendu deuxième « dogme » (sic) :

    2. La soumission des fidèles catholiques au Pape

    – Majeure : La foi nous commande de rejeter l’enseignement, les réformes et les hérésies des « papes » conciliaires.

    – Mineure : Or, il est nécessaire et obligatoire de la part d’un fidèle catholique d’obéir et d’être soumis au Pape quand ce dernier est dans son domaine. Ceci est de foi divine et catholique.

    – Conclusion : il est donc absolument certain que les « papes » de Vatican II sont démunis de l’Autorité Pontificale qu’ils devraient posséder.

    REPONSE CATHOLIQUE :

    La soumission des fidèles catholiques au Pape

    – Majeure : La foi et les docteurs de l’Eglise comme s. Thomas, nous commandent de résister à l’enseignement et aux réformes des « papes » conciliaires.

    – Mineure : Or, s’il est nécessaire et obligatoire de la part d’un fidèle catholique d’obéir et d’être soumis au Pape, il est tout autant un devoir sacré de rester attaché à la Tradition catholique.

    – Conclusion : Il est donc absolument certain que les « papes » depuis Vatican II, même si leur enseignement contraint à quelques résistances, sont pleinement détenteurs de l’Autorité Pontificale puisque personne en ce monde, absolument aucune autorité, ne peut déclarer déchu de sa charge un pontife de l’Église catholique.

    – CONCLUSION

    Une nouvelle fois nous constatons la réaffirmation de monstrueuses erreurs dans la fallacieuse logique sédévacantiste reposant sur « l’induction » qui est une supposition gratuite purement hypothétique (le Pape est déposé parce qu’hérétique), s’appuyant sur un mécanisme hautement syllogistique. La logique inductive, comme on le sait, consiste à poser comme vrais des axiomes arbitraires qui restent à démontrer (le Pape est hérétique), axiomes arbitraires sur la base desquels on élabore ensuite des raisonnements par déduction (si le Pape est hérétique il n’est plus Pape), tordant la réalité à des vues subjectives.

    La position sédévacantiste est donc l’exacte reproduction de l’erreur de Luther ou de Huss qui fait tomber ceux qui la soutiennent directement sous les coups de l’anathème de Vatican I :

    « Si donc quelqu’un dit que ce n’est pas de droit divin que saint Pierre a, et pour toujours, des successeurs dans sa primauté sur l’Eglise universelle,
    qu’il soit anathème. » Pastor Aeternus, Vatican I.

    ************************

    Lire :

    L’absence de Pape est impossible !
    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2011/08/02/labsence-de-pape-est-impossible/

  4. 30 janvier 2012 19:48

    Comme l’abbé de Nantes et les gens de la Contre-Réforme Catholique !
    « Ni schisme ni hérésie ! » telle est leur devise !

  5. Lagomer permalink
    30 janvier 2012 23:13

    Clément LECUYER se prend pour le pape en promulgant des dogmes infaillibles : « la position catholique dite du “sédévacantisme” est basée sur deux raisonnements qui ne peuvent pas être remis en question car fondés sur deux dogmes ».

    Eh bien voyons, deux raisonnement qui ne peuvent être remis en question, rien que ça, et qui aboutissent à quoi ? à dire que les papes ne sont pas papes évidemment !

    Dans le genre libre-examen luthérien délirant on ne peut faire mieux !

    Comme le rappelle le Can. 1892 :

    La sentence est affectée d’un vice de nullité irréparable lorsque:
    1° Elle a été portée par un juge incompétent

  6. 31 janvier 2012 18:02

    Un détail , Lagomer.

    Vous écrivez : « dire que les papes ne sont pas papes ».

    Je crois qu’il serait plus juste à l’égard des sédévacantistes d’écrire : « les « papes » RECENTS , les « papes » DE VATICAN II, les « papes » (dits) « CONCILIAIRES » , ne sont pas papes. ». Car la phrase : « les papes ne sont pas papes » est trop ambigüe. Elle laisse entendre que les sédévacantistes pensent n’importe quoi.
    En disant : « Je préfère être un schismatique sédévacantiste qu’un apostat romain », Richard Williamson n’exprime-t-il pas la vérité suivante : les sédévacantistes et vous avez tout de même en commun le combat contre Vatican II et la volonté de rester dans le catholicisme d’avant ce Concile. Aussi, il me semble qu’il vaut mieux éviter de créer des quiproquos nuisibles entre vous, n’est-il pas vrai ?

  7. Lagomer permalink
    1 février 2012 15:46

    de la Panouse Vivien

    En effet, les sédévacantistes pensent n’importe quoi !

    La phrase n’est pas ambiguë est dit clairement à quoi aboutit concrètement l’attitude schismatique : à savoir, par le mépris du droit divin, ne plus reconnaître pour pape celui qui a été élu par le conclave.

    Votre erreur est d’imaginer que leur logique perverse ne s’applique qu’aux papes depuis Vatican II, mais en participant à l’identique raisonnement de Huss ou Savonarole, leur jugement peut s’exercer sur n’importe quel successeur de Saint Pierre (ils pensent par exemple également que Jean-Paul Ier ne fut pas pape, alors que ce saint homme semblait vouloir ramener de l’ordre dans l’Eglise), donc rien ne nous dit qu’un jour ils ne le feront pas.

    Ayant mis la main dans le puissant engrenage ténébreux du jugement privé qui est un venin mortel, les sédévacantistes ne pourront plus éviter à présent de s’éloigner chaque jour plus encore de l’Eglise catholique et sombrer définitivement dans le conclavisme, les épiscopats douteux, les chapelles apocalyptiques et les micros-sectes millénaristes délirantes.

    Voyez déjà le résultat en quelques décennies : https://lebloglaquestion.wordpress.com/2011/10/13/les-antipapes-sedevacantistes/

    Telle est la folie du libre-examen, ce qui rend les sédévacantistes des schismatiques hérétiques au même titre que les disciples de Luther.

    Mgr Williamson connaît parfaitement le danger, comme les autres évêques de la FSSPX car Mgr Lefebvre ne cessa d’insister auprès d’eux sur le nécessaire maintien du lien vital avec Rome, c’est pourquoi il regarde l’apostasie et le schisme comme des horreurs comparables.

    A ce titre, et c’est l’un des aspects de l’esprit moderniste de Vatican II, il convient de savoir que l’on ne dialogue pas avec l’erreur, on la repousse avant de l’anéantir par la lumière de la vérité catholique, car autrement c’est participer par faiblesse au triomphe de Lucifer contre l’Eglise !

  8. 27 février 2012 16:23

    Il y a aujourd’hui 35 années, le dimanche 27 février 1977, trois prêtres français ont eu une idée de génie : occuper une église parisienne devenue célèbre, Saint Nicolas du Chardonnet.

    L’idée des abbés Louis Coache, Vincent Serralda et MgrFrançois Ducaud-Bourget était simple : mettre une annonce dans L’Aurore annonçant la célébration d’une Grande Messe Traditionnelle à la Mutualité dans le Ve arrondissement. Ce que les fidèles ne savaient pas en y venant, c’était qu’ils seraient dirigés directement vers l’église voisine, Saint Nicolas du Chardonnet, se trouvant à seulement 10 mètres de là…

    C’est ainsi que s’est accompli un miracle. Non-seulement les fidèles ont occupé cette église mais ils l’ont gardée jusqu’à aujourd’hui !

    Cela fait donc 35 ans que la Paroisse St Nicolas du Chardonnet a été rendue au Culte Catholique Traditionnel.

    Ont succédé, comme curés, à Mgr Ducaud-Bourget, décédé en 1984, l’Abbé Philippe Laguérie (1984-1997), puis l’Abbé Christian Bouchacourt (1997-2003). Depuis 2003, c’est l’Abbé Xavier Beauvais, de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, qui est Curé de St Nicolas du Chardonnet.

    Malgré toutes les décisions d’injustice qui les ont frappés, jamais les Traditionalistes n’ont été expulsés et Saint Nicolas du Chardonnet demeure, selon les propres mots de Mgr Lefebvre « Le phare de la Tradition dans le Monde ».

    http://konigsberg.centerblog.net/1105-prise-de-saint-nicolas-du-chardonnet-il-y-a-35-ans

Trackbacks

  1. Le caractère destructeur de la renonciation de Benoît XVI ! « La Question : Actualité Religieuse
  2. UNA RENUNCIA DESTRUCTIVA « FE Y CARIDAD
  3. UNA RENUNCIA DESTRUCTIVA | AMOR DE LA VERDAD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :