Skip to content

Scandale : un rabbin à Notre-Dame de Paris !

17 mars 2010

Les délirantes orientations théologiques de Vatican II, vont trouver cette année une concrétisation inhabituelle et scandaleuse, de par l’initiative qui verra un rabbin venir prêcher le Carême à Notre Dame de Paris ! Une première dans l’histoire de l’Eglise ! On mesure donc par ce geste vraiment inacceptable, combien l’Eglise moderne s’est éloignée de la foi !

Comme chaque année, des conférences de carême sont organisées à Notre Dame de Paris. Les conférences ont pour thème «Vatican II, une boussole pour notre temps – Plus de quarante ans après qu’est devenu le Concile ?». Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris – et président de la conférence des évêques de France -, a choisi pour thème le Concile Vatican II, de façon à mettre en évidence «la perspective historique dans laquelle il s’inscrit, l’actualité et la force de ses principaux documents, le sens de la réforme liturgique qui lui est lié et le renouvellement qu’il permet dans l’œcuménisme et dans les rapports de l’Eglise au peuple d’Israël et aux autres religions». Il y a de quoi rigoler si l’on songe à ce que Vatican II a pu produire comme désorientation générale et perte généralisée de l:a foi.

Mais le plus grave vient du fait que parmi les conférenciers, on remarque le Rabbin Rivon Krygier. Selon la présentation qu’en fait Zenit, « les Déclarations de Vatican II sur la permanence d’Israël, sur l’œcuménisme, sur le dialogue interreligieux, sur la liberté civile de religion sont le fruit d’un nouvel enracinement et d’une ouverture. La reconnaissance d’Israël comme partie intégrante du dessein de salut a permis de renouer les liens spirituels de l’Église catholique avec le peuple juif après la Shoah. Ce renouveau est inséparable de l’ouverture à l’œcuménisme, des rencontres interreligieuses comme celle d’Assise et du dialogue avec les humanismes séculiers. »

Il y a là une ambigüité entretenue sur le non-besoin des Juifs de se convertir. Pourtant, on lit dans la déclaration conciliaire Nostra Aetate : « Au témoignage de l’Ecriture sainte, Jérusalem n’a pas reconnu le temps où elle fut visitée ; les Juifs, en grande partie, n’acceptèrent pas l’Evangile, et même nombreux furent ceux qui s’opposèrent à sa diffusion. Néanmoins, selon l’Apôtre, les Juifs restent encore, à cause de leurs pères, très chers à Dieu, dont les dons et l’appel sont sans repentance. Avec les prophètes et le même Apôtre, l’Eglise attend le jour, connu de Dieu seul, où tous les peuples invoqueront le Seigneur d’une seule voix et « le serviront sous un même joug » (Sophonie, 3, 9). […] S’il est vrai que l’Eglise est le nouveau peuple de Dieu, les Juifs ne doivent pas, pour autant, être présentés comme réprouvés par Dieu ni maudits, comme si cela découlait de la Sainte Ecriture. »

Et le Cardinal Kasper indiquait, à propos de la prière du Vendredi Saint : « La vraie question qui pose problème est : les chrétiens doivent-ils prier pour la conversion des juifs ? Peut-il y avoir une mission envers les juifs ? Le mot conversion ne figure pas dans la nouvelle formule de la prière, mais il est présent indirectement quand on prie Dieu pour qu’il éclaire les juifs afin qu’ils reconnaissent Jésus-Christ. De plus, dans le Missel de 1962, chacune des prières a son propre titre. Celui de la prière pour les juifs n’a pas été modifié: « Pro conversione Judæorum« , pour la conversion des juifs. »

En attendant, c’est  toujours le chaos dans l’Eglise et au bout de 40 ans le débat du concile est, comme le titre du livre l’exprime très bien « à ouvrir ». Jusqu’ici il n’y a eu qu’une admiration béate, un applaudissement unanime et inconditionnel dépourvu d’esprit critique sans que personne comprenne vraiment ce que ce concile a dit. Mais en pratique une seule chose par contre a été bien retenue et farouchement appliquée par tous les évêques du monde entier : ce concile  autorise, favorise, exalte  un renversement dans tous les domaines (liturgique, philosophique, théologique et surtout pastoral ) de tout ce qui s’est fait avant lui : d’où la sévérité extraordinaire vis-à-vis du mouvement traditionaliste et la condamnation de Mgr Lefebvre, d’où le pullulement des aberrations dans l’Eglise qui continuent d’ailleurs  bon train  et au plus haut niveaux.

Crucifie-le !  (Marc XV, 14).

 

  Comme l’explique l’Abbé Pierre Barrère : « Un rabbin au cas où certain ne le savent pas c’est quelqu’un qui ne croit pas en Jésus-Christ Fils de Dieu, c’est quelqu’un qui pense que Jésus est un imposteur, c’est quelqu’un qui ne croit en rien aux sacrements de l’Eglise et à ses mystères (Trinité, Incarnation, Rédemption), c’est quelqu’un, surtout, qui prend comme critère de jugement la Thora;  or, rappelez-vous l’évangile : Pilate dit aux juifs qui lui amènent Jésus : « Jugez-le selon votre loi » Jean 18-31 ; réponse des chefs religieux « Nous avons une loi,(Thora) et d’après cette loi il doit mourir » Jean 19-7. Un tel homme va enseigner du haut de la chaire comme un Lacordaire les pauvres baptisés qui vont boire ses paroles parce que Mgr Vingt-Trois a décidé de mettre le paquet ( perçoit-il que le vent tourne trop en faveur de la Tradition ?) pour appliquer Vatican II. Quels sont les évêques de France qui vont se dresser ou au moins réclamer ou disons s’étonner de cette démarche de leur président ? Ne rêvons pas, même à Rome il n’y a plus l’énergie suffisante pour s’opposer à ce genre de scandale et la paix pour les infidèles, les hérétiques et les hérésies est sans doute assurée. Seuls les tenants de la Tradition ne peuvent apparaître dans de telles circonstances comme fauteurs de troubles parce que seuls ils sont logiques avec la foi de toujours. » (Extrait du Sainte-Anne n° 216,  février 2010).

Est-il donc normal qu’un non-catholique qui rejette Jésus-Christ, qui croit que le Messie fut un imposteur, un menteur et un usurpateur, vienne prêcher une conférence de Carême dans une cathédrale ? Non ! Et pourtant ce sacrilège se déroulera dimanche 21 mars à l’invitation d’un archevèque ayant perdu le sens véritable de la religion. Quelle image nous donne l’Eglise moderne par ce geste abominable en plein Carême !

Sources :

Perepiscopus

les intransigeants

La Porte Latine

8 commentaires leave one →
  1. xavier permalink
    17 mars 2010 23:37

    Le monde est fou, d’un côté on détruit une église, de l’autre à Notre-Dame on accueille un rabbin ! Délirant.

  2. Theo permalink
    19 mars 2010 23:46

    Au secours!Voici le rabbin sacrificateur qui s’avance!
    Amis catholiques , prenez garde à vos précieux prépuces!!!

  3. anna permalink
    26 mars 2010 17:10

    Tout votre obscurantisme me donne envie de vomir !
    Je croyais les chretiens un plus ouverts que cela… C’est une grande deception….
    Comme quoi dans nos 3 religions monothéistes, nous devons tous balayer devant notre porte

  4. Koopa Troopa permalink
    26 mars 2010 17:52

    Surtout devant la vôtre, HANNAH…

    • Hilaire permalink
      27 mars 2010 13:02

      Hannah ? lla mère du prophète Samuel !

      Le prénom « Anne », la mère de la Vierge Marie n’apparaît en effet ni dans l’Ancien Testament ni dans le Nouveau. En fait ce sont les protestants et Puritains anglais, qui choisissaient les prénoms de leurs enfants uniquement dans la Bible, qui utilisèrent Hannah avec une grande fréquence dès le début du XVIIe siècle, et ce prénom connut en Grande- Bretagne deux siècles de succès ; il fut même, pendant plus de cent ans, l’un des vingt prénoms féminins les plus attribués.

      Sa faveur a beaucoup diminué depuis le début du XXe siècle. Ann, Anna et Anne l’ont remplacé. Depuis quelques années cependant, on assiste, philo-judaïsme oblige, au retour d’Hannah.

  5. Genèse d'un délit permalink
    26 mars 2010 21:57

    Genèse d’un délit. La révolution des années Soixante

    Le scandale de la pédophilie a toujours existé; ce qui lui a donné des proportions énormes, c’est le virage culturel d’il y a un demi-siècle. Benoît XVI l’a écrit dans sa lettre aux catholiques d’Irlande, que commentent deux cardinaux et un sociologue

    par Sandro Magister

    http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1342641?fr=y

  6. Georges T permalink
    26 mars 2010 22:03

    Anna voici la méthode pour balayer devant votre porte.
    Bon travail.

    « Dans sa lettre du 19 mars, Benoît XVI a ordonné aux catholiques d’Irlande ce qu’aucun pape de l’époque moderne n’a jamais ordonné à toute l’Église d’un pays. Il leur a enjoint non seulement de déférer les coupables devant les tribunaux canoniques et civils mais aussi de se mettre collectivement en état de pénitence et de purification. Et cela non pas dans le secret de leurs consciences mais de manière publique, sous les yeux de tous, y compris leurs adversaires les plus implacables et les plus moqueurs. Jeûne, prière, lecture de la Bible et activités caritatives tous les vendredis à partir de maintenant jusqu’à Pâques de l’année prochaine. Confession sacramentelle fréquente. Adoration continuelle de Jésus – lui-même « victime de l’injustice et du péché » – devant la sainte hostie exposée sur les autels des églises. Et pour tous les évêques, prêtres et religieux, sans exception, une période spéciale de « mission », un long et rude parcours d’exercices spirituels pour une révision de vie radicale. […]

  7. 19 décembre 2013 16:20

    poème :

    http://dinocastelbou.centerblog.net/778-qui-est-juif-mehou-yehoudi

    Ô Poésie ! Ô Seigneur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :