Skip to content

Benoît XVI associe Vatican II à la pédophilie !

25 mars 2010

C’est « dans le contexte général de Vatican II », selon Benoît XVI,

 « que l’on doit chercher à comprendre

le problème déconcertant de l’abus sexuel des enfants… »

 

On sait à quel point Vatican II, « qui a été une vraie révolution dans l’Eglise » selon le rabbin Krygier (avec lequel, sur ce point tout au moins, nous sommes d’accord), a correspondu également à un relâchement démentiel des moeurs et une permissivité en matière de sexualité que la décence interdit de décrire, mais dont les effets, pour ceux qui connurent cette période, ont constitué un authentique bouleversement radical et stupéfiant de ce qu’avaient été pendant des siècles les bases de la morale catholique.

 

Vatican II a été une vraie révolution dans l’Eglise !

 Dire ces choses restait encore, il y a peu, un authentique tabou. Mais entre-temps, les affaires scandaleuses de pédophilie dans l’Eglise ont fait sauter le couvercle de loi du silence, d’autant que dans la plupart des cas, pour ne pas dire la grande majorité, les actes coupables envers les enfants ont surtout étaient le fait de chauds partisans (sans jeu de mot), du dernier concile. Y voir une relation de cause à effet pouvait tomber sous le sens et apparaître logique. Beaucoup le pensaient, en particulier dans les milieux traditionalistes. Mais aujourd’hui, surprise ! C’est Benoît XVI lui-même qui vient de le déclarer clairement, dans sa lettre à l’attention des catholiques irlandais datée du 19 mars 2010.

 

Lisons les passages significatifs de cette lettre, qui ne fait pas dans la langue de buis :

Au cours des dernières décennies, toutefois, l’Eglise a dû affronter de nouveaux et graves défis à la foi, découlant de la transformation et de la sécularisation rapides de la société. Un changement social très rapide a eu lieu, qui a souvent eu des effets contraires à l’adhésion traditionnelle des personnes à l’égard de l’enseignement et des valeurs catholiques. Très souvent, les pratiques sacramentelles et de dévotion qui soutiennent la foi et lui permettent de croître, comme par exemple la confession fréquente, la prière quotidienne et les retraites annuelles, ont été négligées. Au cours de cette période, apparut également la tendance déterminante, également de la part de prêtres et de religieux, à adopter des façons de penser et à considérer les réalités séculières sans référence suffisante à l’Evangile. Le programme de renouveau proposé par le Concile Vatican II fut parfois mal interprété et en vérité, à la lumière des profonds changements sociaux qui avaient lieu, il était très difficile de comprendre comment les appliquer de la meilleure façon possible. En particulier, il y eut une tendance, dictée par de justes intentions, mais erronée, une tendance à éviter les approches pénales à l’égard de situations canoniques irrégulières. C’est dans ce contexte général que nous devons chercher à comprendre le problème déconcertant de l’abus sexuel des enfants, qui a contribué de façon très importante à l’affaiblissement de la foi et à la perte de respect pour l’Eglise et pour ses enseignements.

Oui, nous avons bien lu : « C’est dans ce contexte général – c’est-à-dire celui de l’après Vatican II –  que nous devons chercher à comprendre le problème déconcertant de l’abus sexuel des enfants ! »

Mais ce n’est pas tout. Le Saint Père insiste plus encore dans sa critique des causes de la désorientation morale issue de Vatican II  qui favorisèrent la pédophilie :

Ce n’est qu’en examinant avec attention les nombreux éléments qui ont donné naissance à la crise actuelle qu’il est possible d’entreprendre un diagnostic clair de ses causes et de trouver des remèdes efficaces. Il est certain que parmi les facteurs qui y ont contribué, nous pouvons citer: des procédures inadéquates pour déterminer l’aptitude des candidats au sacerdoce et à la vie religieuse; une formation humaine, morale, intellectuelle et spirituelle insuffisante dans les séminaires et les noviciats.

 Le remède à cette crise généralisée provoquée par Vatican II ? C’est le Saint Père qui le précise en insistant sur la nécessité d’un retour à la pénitence, à l’ascèse, aux méthodes de purification que sont les retraites, la confession, les exercices spirituels, pratiques bien oubliées, pour ne dire évacuées par les conciliaires qui se sont sécularisés de manière impressionnante en rejetant ce qui faisait l’identité même de la vie religieuse catholique, et son fondement premier et essentiel : la sanctification !

Il est nécessaire de revenir à la pénitence, à l’ascèse,

 aux méthodes de purification que sont  les exercices spirituels !

 

Ecoutons de nouveau Benoît XVI :

Les pratiques sacramentelles et de dévotion qui soutiennent la foi et lui permettent de croître, comme par exemple la confession fréquente, la prière quotidienne et les retraites annuelles, ont été négligées.

Au cours de cette période, apparut également la tendance déterminante, également de la part de prêtres et de religieux, à adopter des façons de penser et à considérer les réalités séculières sans référence suffisante à l’Evangile.

Tout est dit, est fort bien ! Espérons donc que ce rude rappel des vérités de la foi, saura provoquer un sursaut chez les conciliaires dévoyés, qui prirent pour argent comptant la nouvelle religion prônée par Vatican II, où le corps, la dignité de la chair, la sexualité, furent loués et glorifiés exagérément, et se laissèrent aller avec une visible complaisance dans le dérèglement moral qu’entraînent  inévitablement ces folles théories !

  Remarquons tout de même que pendant ce temps là, c’est-à-dire au moment où Benoît XVI réaffirme certaines vérités essentielles au sujet des fruits dangereux de Vatican II,  Mgr Beau, membre du conseil permanent de l’épiscopat pour les relations avec le judaïsme et évêque auxiliaire de Paris, réagissant à la venue d’un rabbin dans la cathédrale Notre-Dame qui provoqua la réaction que l’on sait, déclare :  » La ligne (…)  ne change pas ! Nous ne reviendrons jamais en arrière sur le chemin tracé par Vatican II. »

Comme dit la sentence latine : « errare humanum est sed persevare dibolicum ! »

 

Pour aller plus loin dans l’étude de cette question, lire :

1027750506.jpg

« l’acte sexuel est le langage authentique des personnes »
(Jean-Paul II, Théologie du corps, Cité du Vatican, 22 août, 1984)

LES « SCANDALEUSES BEATITUDES » 

DE L’EGLISE MODERNE !

ou

la désorientation naturaliste et panthéiste
du catholicisme conciliaire

 

39 commentaires leave one →
  1. Koopa Troopa permalink
    25 mars 2010 06:18

    On se souvient du protégé de Mgr Pican et Gaillot, le sinistre Vadeboncoeur, prêtre gay, violeur d’enfants, mais aussi communiste, pro-avortement, moderniste et anti-tradis !!!

  2. regardlese permalink
    25 mars 2010 09:51

    tel que vous jugerez vous serez vous aussi jugé!
    ne jugez pas afin que vous ne soyez pas jugés!

    etc etc …. dixit jesus!

    • pie permalink
      25 mars 2010 10:49

      C’est l’un des meilleurs articles de La Question ! Oui il faut un retour à la pénitence, à l’ascèse, aux méthodes de purification que sont les retraites, la confession, les exercices spirituels !

    • Koopa Troopa permalink
      25 mars 2010 18:41

      Que ceux qui ont scandalisé les enfants, il vaurait mieux qu’ils se jetent dans un puits une pierre de meule autour du cou… dixit Jésus…

  3. jld permalink
    25 mars 2010 10:13

    Voilà un des fruits les plus malsains de la licence généralisée qui a fait suite au concile.

    Les premières affaires déclarées de pédocriminalité dans l’Église catholique apparaissent dès la fin des années 1980. Des procès surgissent, comme celui, en 1993, du prêtre Edward Pipala – condamné pour des viols commis sur une dizaine de jeunes garçons – suivi bientôt par des centaines de cas qui vont être révélés.

  4. Dan permalink
    25 mars 2010 10:15

    A partir des années 1990 c’est des dizaines de prêtres et de religieux conciliaires qui ont été mis en examen. Le cas le plus grave est celui de l’abbé Bissey, accusé, en septembre 1998, d’une douzaine de viols et agressions sur mineurs entre 1985 et 1996 et condamné, le 6 octobre 2000, à 18 ans de réclusion criminelle !

    Sans doute un des visages de la nouvelle pastorale de l’Eglise !

  5. kirchber permalink
    25 mars 2010 10:20

    Benoît XVI a toujours manifesté son intransigeance concernant les affaires d’abus sexuels. Avant son élection, il dénonçait déjà, faisant allusion à mots couverts au dérèglement moral qui fit suite au concile, les « souillures dans l’Eglise et particulièrement parmi les prêtres. »

  6. Fabienne permalink
    25 mars 2010 10:21

    Dans les années 60, pour la confession le curé me prenait sur ses genoux!
    Lorsque j’en faisait la remarque auprès des adultes, il m’était répondu:

    ne jugez pas afin que vous ne soyez pas jugés!
    etc etc …. dixit jesus!

    Merci regardlese de me rappeler, bien des années après, oh combien j’avais raison de m’étonner!

    • Georges T permalink
      25 mars 2010 10:30

      Ils sont légion, dans l’église a avoir interprêté les évangiles à leur sauce!
      La charité n’est pas la faiblesse regardlese;
      Votre complaisance est écoeurante;

      Ceci dit remise en question courageuse de la part de Benoît XVI!
      On attend la même chose de la communauté juive qui n’est pas en reste, et de l’éducation nationnale.

  7. cax permalink
    25 mars 2010 10:45

    Vatican II révèle par ces affaires combien étaient faussées et mensongères son intention et ses idées. « La nouvelle Pentecôte » de l’Eglise s’achève, comme il était prévisible, par une catastrophe morale sans précédent.

    En ayant voulu nier la racine de corruption logée au coeur de l’âme humaine, en divinisant l’homme et glorifiant la « chair et le corps » (dixit JP II), on en voit les résultats scandaleux aujourd’hui.

    Il n’y a pas de symbole plus fort et plus terrifiant pour l’Eglise, de la fausseté radicale des thèses déilrantes qui se sont introduites et ont triomphé lors du dernier concile !

  8. Louis permalink
    25 mars 2010 10:56

    Dans ma paroisse dans les années 80, j’ai assisté à une conférence faite par un prêtre sur le thème : « Perspectives de l’amour conjugal après Vatican II ».

    J’en suis sorti horrifié, les propos étaient à la limite du porno, le prêtre insistant sur des détails incroyables qui relèvent au minimum de l’intimité des époux, et plus généralement de pratiques dont les prostituées font leur commerce !

  9. xavier permalink
    25 mars 2010 10:58

    Le bilan du dévergondage moral de l’après Vatican II ne fait que commencer !

    On risque d’avoir pas mal de surprises si ça continue à ce rythme !

  10. Lodz permalink
    25 mars 2010 11:05

    Un site prétendu catholique « Le corps est sacré », dans la mouvance Vatican II, nouvelle théologie du corps prêchée Jean-Paul II écrit :

    « -Les images sexuelles ou les média pornographiques sont parfois un adjuvant pour stimuler une activité sexuelle avec une personne aimée.
    -Chez certains individus, la pulsion sexuelle a besoin d’être affaiblie ou stimulée pour fonctionner normalement dans l’acte sexuel. Les ‘psychothérapeutes recommandent l’usage d’images ‘pornographiques’ au lieu de drogues, ou bien les gens peuvent sentir par eux-mêmes que cela les aide à se libérer de leurs inhibitions.
    -Le naturisme est une pratique physique et spirituelle parfaitement saine pour les Catholiques qui le pratiquent. Il démontre que la vue de personnes nues et les activités habituelles de la vie sociale avec elles sont normales. »

    Je m’arrête-là…

    La suite pour les courageux :

    http://www.thebodyissacred.org/fr/fantasy.asp

    • xavier permalink
      25 mars 2010 11:10

      Lodz ce site est dément. Il porte en sous-titre : »Nouvelles perspectives dans la morale sexuelle catholique »…tout un programme !

      On peut lire : « Saint Augustin (et d’autres) ont injecté des idées négatives sur le corps physique, le sexe et la relation sexuelle dans l’ensemble de la tradition Catholique (et Chrétienne). La sexualité était considérée comme intrinsèquement suspecte, provenant du mal et menant au mal, seulement tolérée comme un mal nécessaire à la procréation.

      On se centre maintenant sur le corps avec toute sa sexualité comme intrinsèquement bon. La sexualité joue un rôle essentiel et une part très agréable dans les relations sexuelles intimes. »
      http://www.thebodyissacred.org/fr/sexfocus.asp

      Et en avant la musique. Faut pas s’étonner des dégâts chez les catholiques avec un tel langage !!

  11. un poids deux mesures permalink
    25 mars 2010 11:34

    Mais pourquoi ne parlez-vous pas non plus de votre cher Abbé de Nantes qui, en matière de sexualité, avait, lui aussi je crois, sur la question des vues assez étonnantes ? Pourquoi ne vous intéressez vous pas à sa « métaphysique érotique » ? Ni à ses vues intéressantes sur la préexistence des âmes et sa piété mariale plutôt particulière pour ne pas dire franchement obscène et qui lui fait dire qu’il « espère jouir SEUL de ses caresses » ?

    • 25 mars 2010 12:17

      L’amalgame malveillant, et absolument mensonger d’ailleurs, que vous faites entre les vues mystiques exprimées en quelques uns de ses écrits par l’abbé de Nantes – vues qui n’ont d’ailleurs rien d’étonnant pour un lecteur habitué aux textes de saint Jean de la Croix ou sainte Thérèse d’Avila emplis d’images évoquant l’union de l’âme à Dieu sous des expressions nuptiales (cf. Le Cantique des Cantiques) – n’a strictement rien à voir avec les positions hérétiques et licencieuses prônées par Vatican II et Jean-Paul II, sur le plan de la sexualité des époux chrétiens, glorifiant exagérément le « corps » et la « chair ».

      Rappelons donc, puisque cela semble nécessaire, que si le symbolisme de l’amour est parfaitement admissible dans les écrits mystiques, c’est que les spirituels, saint Jean de la Croix et saint Bernard développèrent largement cet aspect de la vie de l’âme, firent de l’amour entre les époux une figure de celui qui anime le zèle, chaste et pur, du coeur religieux vers Dieu, qui aspire à rencontrer son Seigneur pour s’unir à lui dans une éternité céleste.

      Ceci est très éloigné, au plus haut point, des dérives scandaleuses que vient de mettre en lumière et de justement dénoncer avec une rare vigueur Benoît XVI, expliquant dans sa lettre aux catholiques irlandais, combien le dérèglement moral qui fit suite au concile Vatican II, avait contribué, voire favorisé, la possibilité des actes ignobles de pédophilie qui, aujourd’hui, hélas ! font la triste actualité médiatique de l’Eglise.

  12. 25 mars 2010 11:36

    La morale sexuelle faisait l’objet d’une commission parallèle au concile depuis 1963. Il allait en résulter la fameuse encyclique, « Humanae vitae » de 1968.

    La position majoritaire des membres de la commission favorisaient une « sexualité responsable », prétendument « éloignée du rigorisme ». Bien plus, le cardinal Karol Wojtyla, archevêque de Cracovie à l’époque, au lieu d’être présent le 24 juin 1966 au vote final du noyau épiscopal de la commission, fit part à Paul VI de la conclusion d’une commission qu’il avait constituée en parallèle ! tressant des couronnes licencieuses et écrivant des odes déplacées à : « L’acte matrimonial ».

    L’encyclique « Humanae vitae » est ainsi devenue un symbole de la désorientation morale du concile ; d’ailleurs le cardinal Ottaviani, pour éviter trop de dégâts dans les consciences catholiques qui commençaient à montrer des signes dangereux de licence (on était en plein dans l’atmosphère, sur le plan sociétal, de « l’émancipation des femmes », de la pilule, de la libération sexuelle, etc.), insista sur le fait que l’option conciliaire, favorable à la « sexualité responsable », relevait uniquement d’un texte « pastoral ». [Cf. Robert Mc CLORY, Rome et la contraception. Histoire secrète de l’encyclique Humanae vitae, Paris, Les Éditions ouvrières, 1998]

    Dans la vie de l’Église au XXe siècle, il est évident que Vatican II est né d’une réaction prématurée et beaucoup trop enthousiaste à des doctrines nouvelles fortement teintées de naturalisme, d’immanentisme et de panthéisme qui s’étaient introduites dans les esprits des plus hauts responsables…et jusqu’aux papes. Ce concile, hérétique et schismatique en de nombreux points (liberté religieuse, morale, liturgie, etc.), apparaît clairement comme la plus terrible catastrophe doctrinale et spirituelle qui soit jamais advenue dans la longue Histoire de l’Eglise !

  13. apostolatus specula permalink
    25 mars 2010 11:45

  14. Koopa Troopa permalink
    25 mars 2010 12:51

    Et on revient à l’éternelle question, puisque Walesa a été identifié comme « Bolek », Jean-Paul II était-il donc « Lolek ? » (pour moi, la réponse est oui…)

    • Georges T permalink
      25 mars 2010 15:23

      Ah bon! Je croyais qu’il avait été lavé de tout soupçon?

      Jean-Paul II était-il donc « Lolek ?
      Qui est Lolek?

    • Koopa Troopa permalink
      25 mars 2010 18:39

      Lolek et Bolek était un célèbre dessin-animé d’Europe de l’Est à l’époque du communisme. Par dérision, la police politique polonaise avait surnommé Lolek et Bolek ses deux agents les plus importants. Bolek était infiltré dans l’opposition politique, Lolek dans l’Eglise.

      Walesa, cela a été confirmé il y a quelques mois, était bien Bolek, comme Pierre de Villemarest l’avait révélé il y a de cela au moins 20 ans. Donc, qui était Lolek ??? Le fils d’une juive lituanienne et d’un père catholique, ça fait un joli Lolek ça…

  15. Sébastien permalink
    25 mars 2010 13:04

    La meilleure façon d’étrangler l’église conciliaire , c’est de lui couper les vivres .))
    Pas un euro pour le denier du culte.

  16. Complot permalink
    25 mars 2010 17:43

    A l’approche de la Passion, ils se déchaînent contre le Pape

    Le New York Times, repris par toute la presse mondiale, au point que Benoît et moi parle de complot, cherche à faire démissionner Benoît XVI. Ils se moquent éperdumment des victimes, ils veulent salir l’Eglise, déstabiliser le Pape, le renverser. La preuve : ils ignorent totalement les autres actes de pédophilie commis en dehors de l’Eglise catholique. La lettre du Pape aux catholiques irlandais les a désarmé un moment. Ils repassent aujourd’hui à l’offensive.
    Suite

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2010/03/a-lapproche-de-la-passion-ils-se-d%C3%A9cha%C3%AEnent-contre-le-pape.html#comments

  17. Complot permalink
    25 mars 2010 21:57

    Une bonne analyse sur Benoît et moi

    http://benoit-et-moi.fr/2010-I/0455009cf20864101/0455009d460cde604.html

  18. 26 mars 2010 13:17

    Très Saint Père,

    Réunis à Lourdes pour notre Assemblée plénière de printemps, nous vous adressons un cordial message de soutien dans la période difficile que traverse notre Église. Nous avons pris connaissance de votre lettre aux catholiques irlandais et nous comprenons qu’elle est aussi porteuse d’un appel aux autres pays. Nous avons confirmé les dispositions prises par notre Conférence, il y a maintenant dix ans et nous continuons d’exercer notre vigilance.

    Nous éprouvons tous honte et regrets devant les actes abominables perpétrés par certains prêtres et religieux. Nous nous associons à vos paroles fortes destinées aux victimes de ces crimes. Ceux qui ont commis ces actes défigurent notre Église, blessent les communautés chrétiennes et étendent la suspicion sur tous les membres du clergé. Même si ces actes ne sont le fait que d’un très petit nombre de prêtres – et c’est déjà trop – ceux qui vivent avec joie et fidélité leur engagement au service de l’Église sont aussi atteints dans la communion du presbyterium.

    Nous constatons aussi que ces faits inadmissibles sont utilisés dans une campagne pour s’attaquer à votre personne et à votre mission au service du corps ecclésial. Nous souffrons tous de ces procédés indignes et nous tenons à vous dire que nous portons avec vous la peine que provoquent les calomnies qui vous visent et nous vous renouvelons l’expression de notre communion et de notre soutien.

    En cette année du Sacerdoce et au moment où nous allons entrer dans la Semaine Sainte et célébrer la messe chrismale, nous voulons renouveler notre confiance à nos prêtres. Nous les encourageons dans leur fidélité au don qu’ils ont reçu et à la mission que leur a confiée le Christ dans son Église.

    Fidèles à l’engagement de notre consécration épiscopale, nous vous disons encore notre respectueux et fraternel attachement ainsi que notre prière constante pour vous et nous demandons pour nous, les prêtres, les diacres et les fidèles, votre bénédiction.

    Les évêques de France
    Le Vendredi 26 mars 2010

  19. Tubmogul permalink
    26 mars 2010 13:24

    Gloups!!
    Mgr Vingt Trois a dû s’étrangler!

  20. Sébastien permalink
    26 mars 2010 14:34

    C’est encore une victoire d’internet! Continuons le combat!

  21. 27 mars 2010 08:21

    « Dans sa lettre du 19 mars, Benoît XVI a ordonné aux catholiques d’Irlande ce qu’aucun pape de l’époque moderne n’a jamais ordonné à toute l’Église d’un pays.
    (…) Jeûne, prière, lecture de la Bible et activités caritatives tous les vendredis à partir de maintenant jusqu’à Pâques de l’année prochaine. Confession sacramentelle fréquente. Adoration continuelle de Jésus – lui-même « victime de l’injustice et du péché » – devant la sainte hostie exposée sur les autels des églises.

    C’est la base de toute vie chrétienne?!Non?

    Et pourtant, des voix catholiques s’élèvent contre le retour de l’ordre moral. C’est quand même fou!

    Ceci dit, tout est à refaire:
    parcours du combattant pour trouver un directeur spirituel,
    Adoration continuelle
    messes dignes
    catéchisme catholique !!
    enterrement…
    Mon Dieu que de travail!
    Prions pour que Benoît XVI puisse avoir le temps de remuer les consciences, afin que les fidèles puissent faire bouger la hierarchie. C’est la seule solution. La conversion de l’église se fera par le bas.

  22. 27 mars 2010 14:55

    Bonjour,

    Un livre à lire pour comprendre Vatican II : « 2000 ans de complots contre l’Eglise ».

    Ici : http://judaisation.wordpress.com

    UDP,

  23. 27 mars 2010 16:01

    @JB,

    Non ce n’est pas fou, c’est la cinquième colonne :
    http://judaisation.wordpress.com/category/2000-ans-de-complots-contre-leglise/iveme-partie-la-cinquieme-colonne-juive-dans-le-clerge/

    « Quiconque oublie l’Histoire est condamné à la revivre. »

    Vatican II ne fut qu’une énième réédition des pièges que notre sainte mère l’Eglise affronta dans le passé.

  24. 28 mars 2010 16:08

    Le pape pense t il vraiment béatifier J.P.II ? Vu les dégats commis , il va y avoir du travail! obligation de messes de funérailles ,confessions des prètres ,retraites et recollections ,messes quotidiennes (mème si ce ne fut pas une obligation) communion aux malades , cathéchime aux adultes ,exercistes de St Ignace etc…Ils objecteront qu ils ne sont pas assez nombreux,mais qu ils prennent exemple sur les prètres de la fraternité St Pie X eux ne sont pas nombreux mais la foi déplace les montagnes! la mollesse de coeur ,donc la mollesse dans la foi ne peut qu engendrer des tendances vicieuses.

  25. 28 mars 2010 17:22

    Qu ils n oublient pas ce qu a dit la Sainte Vierge à la Salette ,Les prélats ont préférer mettre Ses paroles sous le boisseau, nous voyons maintenant o combien Mélanie disait la vérité.

  26. Nouvelles attaques contre l'Eglise permalink
    3 avril 2010 22:18

    Il est temps d’arrêter de répercuter les attaques.
    La fureur de l’ennemi ne cessera pas, sauf si elle tombe à vide, ou si les gens finissent par en avoir assez – ce que l’usage du zapping rend prévisible à court terme.

    Dernier épisode: les propos du Père Cantalamessa, prédicateur de la maison pontificale, qui, dans l’homélie prononcée lors de la célébration de la Passion du Seigneur, en présence de notre Benoît XVI aurait commis un crime de lèse majesté, prononçant des propos jugés par des gens qui savent de quoi ils parlent, « impertinents, et insultants vis-à-vis des victimes des pédophiles, ainsi que des victimes de la Shoah ».
    Le malheureux prédicateur a eu la maladresse (ou jugée telle) de citer une lette d’un ami juif:
    « Je suis avec dégoût les attaques violentes et concentriques contre l’Eglise, le Pape et tous les fidèles provenant du monde entier. L’utilisation du stéréotype, le passage de la responsabilité et faute personnelle à celle collective me rappellent les aspects les plus honteux de l’antisémitisme. C’est pourquoi, je désire vous exprimer à vous personnellement, au Pape et à toute l’Eglise, ma solidarité de juif du dialogue et de tous ceux qui dans le monde juif (et ils sont nombreux) partagent ces sentiments de fraternité. Notre Pâque et la vôtre ont des éléments différents indéniables mais elles vivent toutes deux dans l’espérance messianique qui nous réunira sûrement dans l’amour du Père commun. Je vous souhaite donc, à vous, et à tous les catholiques, une Bonne Pâque ».
    Justement, hier, Carlota avait cité un article d’un intellectuel espagnol ex-athée… et converti au judaïsme, qui ne disait pas autre chose (Persécuteurs): et que je recopie ici:

    (…) il faut prendre en compte un antichristianisme militant évident, le nouveau « socialisme des imbéciles », prêt à rivaliser avec l’antisémitisme d’autrefois. Les blagues sous forme de dessin d’une certaine presse à propos des curés pédophiles paraissent calquées sur les images antijuives classiques, avec des caricatures de rabbins aux traits répugnants crucifiant ou égorgeant des enfants chrétiens. Et les persécuteurs on les voir venir de loin, parce qu’ils ont recours toujours aux mêmes techniques stéréotypées pour propager la haine.

    Quant à moi, je n’ai pas changé d’avis par rapport à ce que j’écrivais il y a une semaine (Complot).
    Je me répète, mais il le faut:
    ————
    Je crois qu’il n’est même plus nécessaire de chercher des arguments concrets pour « justifier » le comportement du Saint-Père, et arrêter ce flot putride de boue puante. Car il est évident qu’il coule littéralement dans un autre plan. De même qu’aucune rencontre n’est possible, aucun argument ne peut l’arrêter.
    (..) les blogs ne peuvent humainement plus rien faire.
    Personnellement, je n’attends même pas de mise au point du Saint-Siège. Mettre au point, c’est discuter, se justifier, rentrer dans le jeu de l’ennemi, voire admettre qu’on a tort.
    Non, ce qui importe, pour le moment, c’est de serrer les rangs autour du Saint-Père, de ne pas se diviser.
    C’est de l’assurer de notre amour et de notre soutien pour sa personne et pour l’Eglise, de nos prières, si nous le pouvons.

    http://benoit-et-moi.fr/2010-I/0455009cf20864101/0455009d4f0f58201.html

  27. regardlese permalink
    6 avril 2010 11:05

    dans un village d’Espagne, Garabandal, la Vierge Marie révèlera à des enfants, et dès le premier entretien : « Beaucoup de mes fils évêques vont trahir le Vicaire de mon Fils. »
    Puis, elle accordera la vision de l’enfer, selon eux : ils virent le Tartare, le dernier degré de la damnation, couvert d’une multitude d’évêques. !!!!
    idem a la Salette!!

  28. 7 avril 2010 07:56

    Le Père Raymond J. de Souza, aumonier de la Queen’s University de l’Ontario (Canada) a étudié minutieusement les documents mis à disposition par le NYT : ils contredisent tous les gros titres du même journal. Extraits :

    « L’auteur de l’article dans le New York Times, Laurie Goodstein, a déjà eu une relation antérieure avec l’archevêque [Mgr Weakland, un homosexuel impliqué dans des scandales]. L’an dernier, peu après la publication de l’autobiographie malvenue de archevêque, la Goodstein a écrit un article spécial plein de compassion, essayant de masquer toutes les accusations les plus graves portées contre Weakland (New York Times, le 14 mai 2009). […]

    Le journal américain a publié, sur son propre site internet les documents qui pouveraient l’histoire. Dans aucun de ces documents il n’est démontré que le cardinal Ratzinger lui-même a pris des décisions qui, selon ce qui est affirmé, auraient entravé la procedure d’abus sexuels contre le père Murphy. S’il est vrai que les lettres sont envoyées à Ratzinger, il est également vrai que les réponses proviennent de son assistant. Mais même en laissant de côté ce fait, le fondement de l’accusation – que le bureau du cardinal Ratzinger a empêché l’enquête – est totalement faux. Les documents montrent en fait que, ni la procédure canonique ni la procédure pénale contre le père Murphy n’ont été bloquées par quiconque. En réalité, elles n’ont été abandonnées que quelques jours avant la mort du père Murphy. Selon les mêmes documents, le cardinal Ratzinger dans l’histoire n’a jamais pris aucune décision. […] Selon ce que montre ses propres preuves, il est évident que le New York Times a mal raconté l’histoire. »

  29. Trismégiste permalink
    8 avril 2010 02:05

    Jean XXIII était-il pédophile ?… C’est la conclusion à laquelle le panzerpape prétend arriver !… Le bon pape Jean a sauvé le catholicisme de l’extinction … mais ses successeurs ont ramené l’Eglise dans le « mondain » et ses liaisons dangereuses : l’OTAN et son âme damnée « le gladio » qui a recruté les débris du fascisme et la mafia pour détruire la « subversion » en Italie ( et Europe occidentale). Jean-Paul II et l’opus dei ont livré l’imprenable bastion de l’Amérique Latine aux sectes évangéliques … pour se libérer de la théologie de la libération !… Tout se paie … et les excommunications de ce Benoît XVI ( comme Louis …) ne sont qu’un chemin d’enterrements !…

  30. 20 avril 2010 03:31

    je vois sur votre site la couverture de mon livre, je vous en remercie. ce que vous dites: »Dire ces choses restait encore, il y a peu, un authentique tabou. Mais entre-temps, les affaires scandaleuses de pédophilie dans l’Eglise ont fait sauter le couvercle de loi du silence, d’autant que dans la plupart des cas, pour ne pas dire la grande majorité, les actes coupables envers les enfants ont surtout étaient le fait de chauds partisans (sans jeu de mot), du dernier concile. Y voir une relation de cause à effet pouvait tomber sous le sens et apparaître logique. Beaucoup le pensaient, en particulier dans les milieux traditionalistes. Mais aujourd’hui, surprise ! C’est Benoît XVI lui-même qui vient de le déclarer clairement, dans sa lettre à l’attention des catholiques irlandais datée du 19 mars 2010. »
    est exact dans mon cas
    un prêtre qui ne croit pas en ce qu’il célèbre se tourne vers le diable!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :