Skip to content

La GLNF : une secte franc-maçonnique !

27 mars 2010

François Stifani Grand Maître de la GLNF

Seule obédience maçonnique reconnue jusqu’à récemment par la Grande Loge unie d’Angleterre, la Grande Loge Nationale Française, deuxième obédience française par le nombre de Frères, après le Grand Orient de France, revendiquait plus de 41.000 adhérents. Le problème, c’est que son Grand Maître semble être devenu un tyran autocratique,  suscita un courant d’opposition tout à fait exceptionnel, capable de briser cette obédience et de provoquer une rupture en son sein. C’est plutôt une bonne nouvelle, tant cette institution, jouant sur un pseudo « régularité », arrivait à recruter avec une certaine facilité parmi certains milieux catholiques, en détournant de nombreux chrétiens, abusés, des chemins de l’Eglise.

 

La GLNF arrive à recruter avec une certaine facilité 
parmi les milieux catholiques
 
 
 
 
 
 Ceci s’explique en raison de ce qu’il y a déjà plusieurs décennies, le père Michel Riquet, Jésuite, déporté pour faits de résistance, essaya mais en vain, d’obtenir du Vatican la suppression du Canon 2335. Lié à la GLNF,  le père Riquet tenta de favoriser un rapprochement entre l’Eglise et la franc-maçonnerie, en proposant, non sans audace, une solution fondée sur l’application du canon 2228 qui précise que la peine n’est encourue que si le délit a été «parfait ». Cette peine ne saurait donc s’appliquer, disait-il, dans le cas d’adhésion à une obédience maçonnique qui aurait publiquement déclaré s’interdire tout ce qui peut être considéré comme « complot contre l’Eglise ou les pouvoirs civils légitimes ».  Ainsi, en février 1982, à l’occasion des obsèques religieuses de M. Derozière, Grand-Maître d’honneur de la Grande Loge Nationale Française, Mgr Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, publia un communiqué pour expliquer la position de l’Eglise : celle-ci admettait désormais, d’après lui, que la condamnation canonique ne visait pas les maçonneries qui s’interdisent d’agir contre l’Eglise. C’est ce que fit le 18 octobre 1972 la GLNF, qui donna en présence de Dom Miano, consulteur de la congrégation pour la doctrine de la foi, l’assurance qu’elle s’interdisait « toute action » de ce genre.
 
Fort de cette image avantageuse, la GNLF, pendant des années, va donc étendre son influence auprès de catholiques ouverts à une conception élargie de la « Tradition ». Le problème, c’est que cette obédience, sous couvert d’en revenir aux « devoirs » et à la croyance au Grand Architecte de l’Univers identifié au Dieu de la Révélation, va très vite, à la faveur d’un dévoiement progressif,  glisser de plus en plus vers une politique affairiste dont l’actuelle équipe dirigeante semble incarner le triomphe. Cela n’est évidemment pas du goût de tous les Frères qui se sont constitués, chose rarissime dans ces domaines, en une opposition ouverte à cette dérive, et à celui qui l’incarne, l’actuel Grand Maître : François Stifani. Selon les opposants à l’actuel Grand Maître, la GLNF est traversée par un mouvement de contestation des méthodes de François Stifani qui « utilise l’obédience et ses ressources pour sa propre gloire ».  Les témoignages soulignent le fait que les frais de représentation s’élèvent à 20% du budget. Ses opposants lui reprochent aussi son « engagement politique et religieux » contraire à la liberté individuelle de chacun des frères. C’est pourquoi, ils entendaient demander la démission du conseil d’administration lors de l’assemblée convoquée jeudi 25 mars, mais ce point a été repoussé parce que l’ordre du jour de l’assemblée était limité à l’examen des comptes. A propos de l’engagement politique (pro-Sarkozy) du Grand Maître, un membre de son entourage explique que, dans ses prises de position, il « parle en son nom propre et non au titre de la GLNF ».
 
Jean Solis, ancien membre de la GLNF témoigne :
 
Les dirigeants de l’obédience ne s’intéressent plus à la franc-maçonnerie et aux francs-maçons. L’immense majorité des frères de base sont pris en otage par François Stifani, grand maître mégalomane. Ce “m’as-tu-vu” dit s’exprimer dans les médias au nom de 42 000 frères, par exemple sur la burqa, or il n’a aucun mandat pour le faire. Quasi-gourou autoproclamé, il n’est pas représentatif, puisque désigné par des électeurs nommés par son prédécesseur. C’est un système de type nord-coréen, qui touche actuellement ses limites. Cette fracture entre les frères et leurs dirigeants -beaucoup plus importante à la GLNF que dans les autres obédiences- je l’ai supportée pendant des années, comme j’ai avalé des couleuvres et chanté dans la chorale des mensonges… tant que les hauts dignitaires nous laissaient maçonner en paix dans nos loges. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Par exemple, la pression pour augmenter le rythme des recrutements devient insupportable. Ce qui contredit l’idée reçue sur le puissant réseau socio-économique: les critères de choix sont devenus inexistants et les loges qui veulent faire du chiffre à tout prix sont les mieux vues. Ce faisant, la GLNF s’éloigne de la franc-maçonnerie et se rapproche d’une organisation profane. François Stifani a choisi cette voie par goût de l’exposition médiatique, au détriment du fond. Il est ivre de sa propre personne.
Que le Grand-Maître nomme tous les responsables de l’obédience selon son bon plaisir disent les frères, passe encore. Qu’il les vire tout aussi facilement (il a déjà remercié 14 grands maîtres provinciaux sur 32) provoque quelques remous, surtout que les remplaçants n’ont souvent que quelques années seulement de maçonnerie (souvent moins de 5…), et que leur principale qualité initiatique est d’être entièrement dévoué au Grand-Maître qui leur a assuré cette promotion inespérée et totalement impossible dans une autre obédience… Mais la où coupe a débordé, c’est le 4 décembre 2009 lorsque 24 frères de la GLNF demandèrent des comptes…sur les comptes de l’obédience, lors d’un Souverain Grand Comité. Les 24 « questionneurs » furent immédiatement limogés. Ils ne surent pas ce que deviennent les 17 millions d’euros, fruit des cotisations des membres de la GLNF. Ces frères s’interrogeaient notamment sur l’achat par la GLNF d’un appartement de 260 mètres carrés avenue de Wagram à Paris (dont le prix avoisine les 2,5 millions d’euros !!), destiné à être, selon François Stifani « un lieu de réunion mieux adapté et plus conforme au statut actuel de l’Obédience« . Comme si, s’étonnent ces frères, le luxueux siège de l’Obédience rue Christine de Pisan dans le 17ème arrondissement de Paris ne suffisait pas…. Il est vrai que le Grand-Maître de la GLNF se déplace également en Porsche Cayenne, entouré de gardes du corps... Attitude totalement atypique dans le paysage maçonnique français.
La GLNF est la « marraine » des Grandes Loges africaines toutes dirigées en fait par le potentat local. Par exemple c’est dans un avion présidentiel du Gabon (donc aux frais des contribuables gabonais…) que les hiérarques de la GLNF sont allés à Libreville introniser Ali Bongo comme Grand-Maître de la Grande Loge du Gabon (où il a succédé là encore à son père Omar) à l’automne 2009. La politique africaine de la GLNF consiste à soutenir les  « frères-despotes » (Ali Bongo au Gabon mais aussi Denis Sassou Nguesso au Congo, Blaise Compaoré au Burkina Fasso ou Faure Gnassingbé au Togo et biens d’autres…).
 
Plus étonnant, François Stifani est allé jusqu’à  s’autoproclamer « Guide Spirituel », provoquant bien des interrogations et des inquiétudes parmi ses frères. Pour calmer un peu les esprits, François Stifani, avait donc décidé de faire auditer les comptes de l’obédience. Selon le communiqué de la GLNF, « plus de 1.800 membres étaient présents et une courte majorité d’entre eux, sous réserve d’un décompte définitif des voix, s’est déclarée opposée à l’approbation des comptes 2009 en l’état. Selon un des participants à cette assemblée générale, 1.847 « frères » étaient présents : 954 ont voté contre le rapport d’activité et 980 contre le budget (17,2 millions d’euros).
« Le Siège apostolique dénonce publiquement
la secte des francs-maçons
comme une association criminelle.  
Il édicte donc contre elle les peines les plus graves
dont l’Église a coutume de frapper les coupables
et interdit de s’y affilier. »
 
Léon XIII
 
   Rappelons, alors que la GLNF s’est fait une spécialité de recruter en milieu catholique, que la Franc-maçonnerie est condamnée par l’Eglise.  La condamnation de la Franc-maçonnerie, dès le XVIIIe siècle, fit l’objet de deux bulles d’excommunication : la lettre encyclique In eminenti du 28 avril 1738, fulminée par le pape Clément XII (1730-1740), et la Constitution Providas du 18 mai 1751, fulminée par le pape Benoît XIV (1740-1758). Trois sources avaient apporté au pape Clément XII les informations nécessaires à sa prise de décision : les nonces dans les états où des condamnations civiles avaient été prononcées, les inquisitions locales et la présence à Rome des Stuarts, à partir de 1717.  Léon XIII, dans l’Encyclique Humanum Genus, donnée le 20 avril 1884 qui condamne de nouveau la franc-maçonnerie en des termes très forts. En fin, dans le Code de droit canonique de 1917, quatre articles (1240, 1399, 2335 et 2336) sont consacrés à la Franc-maçonnerie. Tous ces articles qualifient la Franc-maçonnerie de secte et frappaient leurs membres de sanctions pénales :
L’article 1240 refuse la sépulture ecclésiastique aux Maçons, l’article 1399 interdisait les ouvrages qui défendent la Maçonnerie en affirmant son utilité pour la société civile ou pour l’Église, l’article 2336 énumère une série de sanctions contre mes clercs et religieux maçons et ordonne qu’ils soient dénoncés au Saint Office. L’article 2335, le plus important pour les catholiques Francs-maçons laïques frappe d’excommunication réservée simplement au Saint Siège » ceux qui donnaient leur nom à la secte maçonnique ou à toute autre association du même genre qui conspiraient contre l’Eglise et les pouvoirs civils légitimes. Par latæ sententiæ, il faut entendre une excommunication encourue ipso facto par la disposition du droit ; par réservée, il faut entendre que seul le Saint Siège peut lever l’excommunication à l’exclusion de toute autre hiérarchiquement égale ou subalterne à celui qui en est frappé.
Sur ce point il importe de savoir que le jugement négatif de l’Eglise demeure  inchangé parce que ses principes ont toujours été considérés comme incompatibles avec la doctrine de l’Eglise ; c’est pourquoi il reste interdit par l’Eglise de s’y inscrire. Les catholiques qui font partie de la franc-maçonnerie sont en état de péché grave et ne peuvent s’approcher de la Sainte Communion. Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas la faculté d’émettre sur la nature des associations de la franc-maçonnerie un jugement qui entraînerait une dérogation à ce qui est mentionné ci-dessus, conformément à l’esprit de la Déclaration du 17 février 1981 de cette même Sacrée Congrégation. Le Souverain Pontife Jean-Paul II, au cours de l’audience accordée au sous-signé le Cardinal Préfet, a approuvé la présente déclaration adoptée au cours de la réunion ordinaire de cette Sacrée Congrégation et en a ordonné la publication.
26 commentaires leave one →
  1. Vries permalink
    27 mars 2010 18:52

    Les imbéciles qui dirigent les Grandes Loges, avides de pouvoir, sont des politiciens véreux au service d’une cause proprement satanique !

  2. Lodz permalink
    27 mars 2010 18:56

    Les secrets maçonniques sont souvent des absurdités grotesques. Suivons l’exemple de l’Ecriture qui nous enjoint à  » Découvrir Dieu qui est caché au cœur du monde comme un feu… « 

  3. diane permalink
    27 mars 2010 19:04

    Ce qui est secret a vocation à le rester !

  4. mosq permalink
    27 mars 2010 20:08

    La Franc-maçonnerie est une secte nuisible et dangereuse dit Léon XIII, et sa forme moderne a donné à cette institution foncièrement anti-chrétienne une dimension politique et financière démentielle.

  5. DST permalink
    27 mars 2010 20:10

  6. eloi permalink
    27 mars 2010 21:40

    « Multiplices inter », Pie IX :

    « Parmi les nombreuses machinations et les moyens par lesquels les ennemis du nom chrétien ont osé s’attaquer à l’Église de Dieu et ont essayé, quoiqu’en vain, de l’abattre et de la détruire, il faut sans doute compter cette société perverse d’hommes, vulgairement appelée  » maçonnique « , qui, contenue d’abord dans les ténèbres et l’obscurité, a fini par se faire jour ensuite, pour la ruine commune de la religion et de la Société humaine.

    Dès que Nos prédécesseurs les Pontifes Romains, fidèles à leur office pastoral, eurent découvert ses embûches et ses fraudes, ils ont jugé qu’il n’y avait pas un moment à perdre pour réprimer par leur autorité, frapper de condamnation et exterminer comme d’un glaive cette secte respirant le crime et s’attaquant aux choses saintes comme aux choses publiques. »

  7. eloi permalink
    27 mars 2010 21:40

    • herder permalink
      27 mars 2010 22:05

      Un maçon s’explique sur le rituel d’initiation…

    • Alan permalink
      27 mars 2010 22:11

      Petit exercice citoyen à l’usage des électeurs !

  8. sixte permalink
    27 mars 2010 23:53

    Saint Pie X dans « Vehementer Nos » a eu cette phrase sévère qui rend curieuse la démarche du Père Riquet :

    « Vous savez le but que se sont assigné les sectes impies qui courbent vos têtes sous leur joug, car elles l’ont elles-mêmes proclamé avec une cynique audace : « Décatholiciser la France « .

  9. Hilaire permalink
    28 mars 2010 00:25

    Mgr Henri Brincard ne cache pas que le père Riquet a gravement déraisonné, induisant ses lecteurs en erreur lorsqu’il s’exprima sur la Franc-maçonnerie :

    Je n’ignore pas qu’un illustre jésuite, le père Riquet – pour ne pas le nommer – a défendu une position différente de celle de l’Eglise. Il l’a même fait connaître dans un livre publié peu de temps avant son décès. (…) Mais à propos de la franc-maçonnerie, il s’est gravement trompé, probablement abusé par des amitiés nouées en des circonstances difficiles et par une bonne dose de naïveté. A ce propos, il est salutaire de se souvenir que si instruits que nous soyons, nous demeurons fragiles, exposés à de nombreuses erreurs. Un lecteur attentif découvre sans peine que le père Riquet fait preuve de beaucoup de crédulité, par exemple, lorsqu’il affirme que le symbolisme de la franc-maçonnerie peut conduire à la découverte de Jésus Christ !
    Notre vraie force est de prendre appui sur Jésus Christ. Lui seul peut changer les cœurs. C’est pourquoi, il faut combattre la franc-maçonnerie en rappelant qu’elle est une forme particulièrement nocive de  » gnose  » !

    + Henri BRINCARD Evêque du Puy-en-Velay

    http://www.generationjpii.org/article284.html

  10. jld permalink
    28 mars 2010 00:52

    Témoignage de Jean Solis :

  11. jld permalink
    28 mars 2010 00:57

    On apprend que le site Web de Jean Solis a été hacké à partir du 23 mars au cours d’une opération de cybercriminalité sans précédent… On dirait que ça chauffe chez les maçons…

  12. jld permalink
    28 mars 2010 01:05

  13. apostolatus specula permalink
    28 mars 2010 01:09

    Pierre Debray avait consacré, peu de temps avant sa disparition, le dernier numéro de son Courrier Hebdomadaire à la GLNF :

    « La Maçonnerie la plus dangereuse n’est pas celle que l’on croit, c’est la GLNF qui représente sans doute un danger plus redoutable que le Grand Orient.
    Proche de la droite, très présente au RPR et à I’UDF mais aussi au Front National, on la découvre même dans tous les mouvements traditionalistes. Rejetant tout anticléricalisme, ses membres défendent, en effet, la messe en latin, le rite de Saint Pie V […] D’ailleurs ils sont résolument anti-modernes.

    Ils peuvent donc se présenter en alliés des catholiques traditionalistes et, politiquement, de la droite, au point de ne voir aucun inconvénient à adhérer à l’Action Française […] La maçonnerie régulière parce qu’elle est une gnose monopoliste, qui se prétend fidèle à la Tradition et qui combat toutes les formes de modernisme […] peut aisément donner le change, d’autant que sa filiation lointaine avec les chrétiens naïfs de la Renaissance, qui croyaient pouvoir mettre le mono-théisme païen au service de l’Église [l’a enveloppée] d’un vernis chrétien.

    On comprend pourquoi elle s’infiltre si facilement dans nos rangs, d’autant que le Renouveau Charismatique est particulièrement vulnérable, mais aussi ces jeunes catholiques, fervents, pieux encore que sans formation.
    C’est pourquoi il m’a semblé important d’étudier cette savonnerie régulière car elle constitue le pire danger : la paganisation de chrétiens qui ne se méfient pas de ces dangereux alliés, qui, insidieusement, les pervertissent »

    Courrier Hebdomadaire n° 1335 du 15 septembre 1999 ; reproduit dans Lectures Françaises, n° 513, janvier 2000, p. 46.

    http://www.civitas-institut.com/content/view/320/66/#note7

  14. Moria permalink
    28 mars 2010 09:16

    Les liens entre la GLNF et certains milieux catholiques sont réels. Mgr Thomas de Versailles « flirtait » avec J.J Gabut, Grand Maître de la Grande Loge de france, et le 9 décembre 1999, on pouvait lire avec effarement la notice « auto-nécrologique » de l’abbé Jean-Claude Desbrosse dans le Figaro, avec tous ses titres maçonniques. Il trouva malencontreusement un soutien posthume de son ancien Evêque, Mgr Le Bourgeois, dans le journal La Croix, contredit très rapidement par son successeur Mgr Seguy du diocèse d’Autun… mais les choses étaient dites.

  15. sixte permalink
    28 mars 2010 15:52

    @ Moria

    Attention à ne pas confondre Grande Loge de France et Grande Loge Nationale Française. Seule la seconde, objet de la discussion, est reconnue par la Grande Loge Unie d’Angleterre. Elle appartient à une famille de la franc-maçonnerie religieuse et ultra-conservatrice, pratiquée majoritairement par les anglo-saxons. Cette Maçonnerie impose à ses membres plusieurs règles appelées «landmarks ».

    Ces règles sont les suivantes :

    – interdiction d’initier des femmes,

    – interdiction de réfléchir en loge sur des sujets d’ordre politique, religieux ou sur la société,

    – obligation absolue de croyance en Dieu révélé.

    Contrairement au GO ou à la GL et autres obédiences françaises plutôt à cheval sur ces questions, la GLNF n’interdit pas officiellement à ses membres de voter Le Pen. Elle les laisse libres de ce côté là puisque s’interdisant les sujets politiques dans les ateliers. Ceci explique que la Grande Loge Nationale Française soit plutôt proche des cathos et comprenne pas mal de gens de droite…et, bien qu’en petit nombre mais c’est significatif, d’extrême droite.

  16. cax permalink
    28 mars 2010 17:15

    L’obligation de reconnaissance de l’exitence du Dieu de la révélation est une hypocrisie de haut niveau ! Les maçons les plus Spiritualistes situent leur croyance (prétendue ou réelle), dans un domaine, non seulement extérieur au domaine religieux, mais radicalement inférieur à lui, c’est-à-dire étranger à toute idée de « salut » ce qui est la définition même de la mentalité Profane tant critiquée par Guénon, pourtant maçon musulman !

    Les Légions nécessaires à la contre-initiation remplies par les recruteurs de la GLNF, font que les acteurs pervers anti-chrétiens disposent dans la Maçonnerie des plus extraordinaires dupés qui se puissent concevoir.

  17. Lodz permalink
    28 mars 2010 22:30

    Voici ce qu’on peut lire sur le site de la GLNF :

    La franc-maçonnerie n’est ni une religion, ni le substitut d’une religion.

    En effet :
    – elle n’impose pas de doctrine théologique, et elle refuse tout débat religieux dans ses loges ;
    – elle n’administre aucun sacrement,
    – elle ne prétend nullement conduire au salut mais seulement aider ses membres à se réaliser dans le respect de la foi qui leur est propre.

    Contrairement à certaines idées reçues, la Maçonnerie Régulière ne prêche aucun anticléricalisme. Elle est compatible avec toutes les religions et loin de les contredire, elle leur marque un profond respect. Elle n’écarte que l’athéisme forcené, contraire à la conception qui de temps immémorial, a été la sienne du Grand Architecte de l’Univers. Elle n’interfère pas dans la pratique personnelle de ses membres, mais attend d’eux qu’ils restent fidèles à leur foi. C’est la raison pour laquelle ils prêtent serment sur ou en présence de la Bible ou du livre tenu pour sacré par eux, et qui est ouvert durant toutes les réunions.

    http://www.glnf.asso.fr/page.asp?mere=151&arb_n_id=189

    On est vraiment en présence d’un discours purement utilitariste à l’égard de la religion. On utilise la Bible, on prétend croire en Dieu, mais on observe aucune de ses lois pour aller vers lui : les sacrements et la prière.

    On s’amuse à se livrer à des cérémonies ridicules qui n’ont pas une finalité religieuse, mais pour ce faire on utilise des symboles religieux : la Bible, et on donne une caution à ces pratiques par une soi-disant croyance en Dieu…du pur délire sur le plan théorique et doctrinal !

  18. DST permalink
    28 mars 2010 22:41

  19. raven permalink
    29 mars 2010 14:17

    L’origine de la situation actuelle à la GLNF :

    http://v.i.v.free.fr/msd/ss12122002.html

  20. raven permalink
    29 mars 2010 14:21

    Et la suite logique qui explique la crise de la GLNF:

    http://www.le-myosotis-ligerien.com/pages/La_GLNF_un_systeme_pourri_1_ere_partie-2596520.html

  21. orateur permalink
    30 mars 2010 11:55

    Votre article montre que les francs maçons sont capables de se réformer … Bien mieux que l’eglise Catholique! L’église ne devrait elle pas s’en inspirer???
    En ce qui me concerne ma devise est
    « Catholique et franc Maçon toujours ! »
    Savez vous que beaucoup de mes jeunes  » frères » ont retrouvé une pratique Catholique GRACE à leur initiation maçonnique?
    vous verrez ce sera long mais on arrivera a réconcillier l’Eglise et la GLNF….
    En attendant  » Sois fidèle à L’Eglise meme si elle te rejette » c’est ma position

    • glaive du Christ permalink
      13 décembre 2011 14:00

      Vous n’ est pas catholique,les franc-maçons sont des supots de l’ antéchrist ,ils sont automatiquement excommuniés par une bulle pontificale du début du 18 ème siecle,ils impulsent la pensée révolutionnaire ,la réforme ,ce sont des ennemis de la foi,la réforme est une rebellion contre Dieu (glorifié et éxalté soit il)Cette obédience démonique( franc-maçonnerie ) sera vaincu .
      DEO GRATIAS

  22. Actualité : Assemblée Générale mouvementée ! permalink
    13 décembre 2011 10:46

    C’est au cri de « Démission ! », « Voyou ! » qu’a été accueilli l’avocat François Stifani, Grand Maitre contesté de la Grande loge nationale de France (GLNF), à la Tenue annuelle de l’obédience, le 3 décembre dernier à Levallois-Pérret (92), qui aura été particulièrement mouvementée.

    Les délégations africaines, encadrées par des CRS, ont entendu voler « Les valises, les valises ! ».

    Les insultes ont fusées et, horresco referens, des saluts nazis ont été signalés !

  23. 22 juin 2015 13:33

    Les Ordres Autoproclamés
    A PROPOS DES ORDRES CHEVALERESQUES

    L’Ordre Souverain Militaire Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte souligne la prolifération dans le monde entier d’organismes et d’associations qui, en utilisant des symboles et des noms proches de ceux de l’Ordre de Malte, cherchent par tous les moyens à obtenir une légitimation et une reconnaissance comme Ordres de Saint-Jean.
    Ces organisations n’ont aucun lien avec l’Ordre Souverain Militaire Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte dont le siège est situé à Rome, via Condotti 68, et qui entretient des relations diplomatiques bilatérales avec plus de 100 états et avec l’union Européenne, et est Observateur permanent auprès des Nations Unies. L’Ordre Souverain de Malte nie toute légitimité sur le plan historique et juridique aux organismes et associations qui, jouant sur le malentendu, utilise des noms et emblèmes de l’Ordre à des fins financières.
    La plus grande prudence est donc recommandée concernant les propositions émanant d’organisations se réclamant de “l’Ordre de Malte” ou des “Ordres de Saint-Jean”. Contrôlez éventuellement leur authenticité auprès de nos Grands Prieurés, de nos Associations nationales ou des Ambassades de l’Ordre Souverain de Malte dans le pays concerné. La liste complète de ces différentes entités de l’Ordre de Malte peut être consultée dans la section “l’Ordre de Malte dans le monde” du présent site internet.
    Cité du Vatican, 16 octobre 2012 (VIS). Suite à de fréquentes sollicitations, la Secrétairerie d’Etat précise la position du Saint-Siège à l’égard d’ordres de chevalerie intitulés à des saints ou portant des noms religieux. Outre ses propres ordres (Ordre suprême du Christ, Ordre de l’éperon d’or, Ordre de Pie IX, Ordre de St.Grégoire Le Grand, Ordre de St.Silvestre), il ne reconnaît que l’Ordre souverain et militaire de Malte et l’Ordre équestre du St.Sépulcre de Jérusalem. Le Saint-Siège confirme qu’il n’a pas l’intention de modifier sa position en la matière. Ainsi aucun autre ordre, nouveaux comme reprenant des modèles médiévaux, ne jouit de la reconnaissance du Siège Apostolique, qui ne saurait garantir leur légitimité historique et juridique, leur structure et leur finalité. En vue d’éviter toute équivoque, notamment en matière de délivrance de diplômes chevaleresques et d’usage de lieux saints, abus dommageables à nombre de personnes de bonne foi, le Saint-Siège réaffirme n’attribuer aucune valeurs aux diplômes et insignes délivrés par des associations qu’il ne reconnaît pas. Il considère en outre inapproprié l’usage d’églises ou de chapelles pour leurs prétendues cérémonies d’investiture ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :