Skip to content

L’Eglise catholique et le fascisme !

29 avril 2010

 

 » Le fascisme est une réaction de salut

contre la démocratie parlementaire et contre le péril bolchevique  »

(Abbé Georges de Nantes, CRC au XXe siècle, N°105 Mai 1976)

 

 Alors que la polémique fait rage dans les médias après la diffusion d’un reportage malveillant réalisé en caméra cachée pour France 2, afin de dénoncer les catholiques traditionalistes, nous croyons utile d’affirmer que les fausses pudeurs et l’hypocrisie au sujet du fascisme pour les catholiques de Tradition, sont un piège grossier et stupide, car nous osons dire que la démocratie est une maladie mortelle pour la chrétienté. Certes, nous ne faisons pas mystère de notre attachement à l’unique perspective de nature religieuse de la contre-révolution catholique, mais nous reconnaissons volontiers dans certains régimes, la marque d’une manifestation providentielle de redressement salvateur.

 

Il faut montrer le rôle positif que jouèrent certains régimes

afin de préserver la civilisation chrétienne du péril bolchévique  !

 

l’abbé Georges de Nantes qui, dans Toute notre religion, écrivait ceci, montrant le rôle positif que jouèrent les divers fascismes des années 30 afin de préserver la civilisation chrétienne du péril bolchévique, et le danger de leur disparition livrant l’Occident contemporain au destin funeste de la démocratie  : « Dans les désordres et les difficultés économiques de l’après-guerre, pour faire obstacle au communisme, des dictatures nationalistes s’instaurent en maint pays. Le nazisme, le fascisme mussolinien, de tradition anticléricale. Ailleurs, des régimes autoritaires franchement catholiques, ceux de Salazar, de Dollfuss en Autriche, de Franco.

Or, amorcé dès les lendemains de la deuxième guerre mondiale, l’effondrement irrémédiable de notre civilisation chrétienne est le fait de la démocratie idéologique et structurelle, « maladie sénile des sociétés ». Toutes les nations atteintes de ce mal manifestent un désintérêt stupide pour leur religion, une impuissance à toute œuvre intellectuelle d’envergure, à toute politique de grandeur, à tout combat héroïque, à toute éducation, à tout effort et même au simple renouvellement des générations. Qu’ils soient de droite libérale ou de gauche socialiste, les gouvernements démocratiques sont contraints de céder aux rites absurdes des compétitions de partis, des luttes électorales et du parlementarisme, et d’honorer les principes révolutionnaires de liberté, égalité, fraternité qui sont la ruine de la religion, de la civilisation et de la race elle-même.

 

 

La mort de Salazar et la révolution dite « des œillets » (1974) et la mort de Franco (1975) ont délivré le monde des dernières dictatures historiques, catholiques, communautaires. Seul le Chili fait sa contre-révolution, nationale, catholique, à contre-courant, en 1973, et y restera fidèle malgré tous les assauts jusqu’en 1989.

Ce que l’Occident réussit le mieux aujourd’hui, en suite de son extraordinaire avancée technologique, ce sont les grèves, les manifestations pacifistes, les vacances, les loisirs, la société de consommation. Il imagine que cela durera toujours, sans souci de l’inexorable déclin de sa puissance ni de la guerre économique que lui livre l’Asie industrielle. Et personne ne l’avertit de renoncer à la démocratie ou de se préparer à mourir.

21 commentaires leave one →
  1. Eloi permalink
    29 avril 2010 23:28

    Le parler vrai a un mérite, parmi beaucoup d’autres, empêcher nos ennemis de faire croire qu’ils ont découvert une grand secret en évoquant les sympathies des traditionalistes à l’égard des régimes de droite catholique.

  2. cax permalink
    30 avril 2010 00:00

    D’autant que franchement, faire peur à la France entière avec le reportage des infilités en utilisant des plaisanteries de gamins, ou des conversations habillement montées en dramatisant le contexte, c’est de la manip de l’opinion de haut niveau !

  3. sky flying permalink
    30 avril 2010 00:02

    Ah… une photo de Pie XII avec Mussolini que je ne connaissais pas. Intéressant sur le plan historique. Je mets dans mes archives.

  4. gerdil permalink
    30 avril 2010 01:32

    Je suis assez d’accord avec ce que vous dites. A force d’hypocrisie on en arrive à faire rire. Autant affirmer les choses clairement. C’est plus simple.

    Ainsi, Dies Irae sur son site, dans sa réponse au reportage intitulée : « Autopsie d’une manipulation », déclare tranquillement à propos de la présence des drapeaux de la phalange espagnole dans le local ou de brassards portés par les militants :

    « On nous accuse depuis plusieurs jours déjà d’arborer des brassards franquistes. Il s’avère que parmi tous les ateliers de formation, l’un d’entre eux portait sur le thème : la Guerre d’Espagne. Pour l’occasion, le conférencier avait apporté les insignes qu’arboraient les phalangistes espagnols… »

    http://www.dies-irae.fr/actualites-n147-autopsie-une-manipulation.html

    • jld permalink
      30 avril 2010 01:40

      Cette émission est un non événement. Un grossier trucage facilement réalisable en milieu tradi, de propos mis bout à bout pour créer du spectacle. C’est un jeu de dramatisation de l’info archi connu.

    • Falk permalink
      30 avril 2010 02:08

      Il y a également, ce que met en lumière cette émission malsaine et ultra manipulatrice de France2, une conception empruntée à la théorie du choc des civilisations chez Dies Irae, qui montre, il faut le reconnaître, une certaine immaturité politique et doctrinale de ce groupe.

    • sadish permalink
      30 avril 2010 18:10

      Et en matière d’affirmation La Question n’y va pas par quatre chemins : « la démocratie est une maladie mortelle pour la chrétienté… nous reconnaissons volontiers dans certains régimes, la marque d’une manifestation providentielle de redressement salvateur. »

    • Lodz permalink
      30 avril 2010 22:20

      La déclaration, outre sa franchise, permet d’éviter bien des pièges dans lesquels se trouvent enfermés les négateurs en matière de convictions politiques. Lorsque les choses sont clairement affirmées, on retire plus de la moitié de son pouvoir à la bonne pensée idéologique.

  5. DST permalink
    30 avril 2010 01:35

    COMMUNIQUE OFFICIEL DE L’INSTITUT DU BON PASTEUR concernant l’Émission « Les Infiltrés ».

    Mercredi 28 avril 2010

    L’Institut du Bon Pasteur condamne fermement et sans aucune forme de double langage tous propos racistes et antisémites comme tout recours à la haine et à la violence. Ainsi qu’il l’a toujours fait, comme en témoignent ses précédentes interventions, en particulier lors de ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Williamson.

    Il réprouve comme inadmissibles et scandaleux les propos tenus par certains intervenants de cette émission, véritables marginaux déséquilibrés et dangereux.

    Il dénonce aussi les procédés illégaux et parfaitement inqualifiables de journalistes sollicitant expressément des mineurs de treize ans pour leur faire tenir ces propos, tout comme les faux amalgames et mensonges et annonce qu’ils seront poursuivis en justice.

    Il conteste tout lien du Bon-Pasteur avec quelque mouvement politique, comme aussi entre la paroisse Saint-Eloi et quelque groupuscule que ce soit, pas plus géographique que moral. (La paroisse Saint-Eloi n’a pas de cave).

    Il dénonce l’odieuse campagne de dénigrement dont l’Église Catholique et ses représentants, jusqu’au pape lui-même, font l’objet systématique depuis des mois dans les médias et dans laquelle s’inscrit cet épisode scandaleux.

    Il invite tous les hommes de bonne volonté à travailler pour la paix dans l’Église et dans la société civile ainsi qu’à la vigilance nécessaire contre toute dérive sectaire.

    Monsieur l’abbé Philippe Laguérie, supérieur général
    Monsieur l’abbé Guillaume de Tanoüarn, assistant
    Monsieur l’abbé Christophe Héry, assistant

  6. sixte permalink
    30 avril 2010 02:03

    L’abbé Guillaume de Tanoüarn sur son blog tacle sévèrement Dies Irae :
    « Les propos antisémites des gamins : même chauffés par un professionnel de la provocation, c’est affligeant et inadmissible. Comme irréel. Le prof d’histoire ? apparemment pas révisioniste (heureusement) mais disant que l’on « parle trop de la shoah pour qu’il en parle » : inconscient. Ses élèves ont manifestement particulièrement besoin qu’il leur en parle ! Quant à son « De Gaulle est un déserteur » : stupide. Il était sous ministre de la guerre et conseiller de Paul Reynaud. Pendant que d’autres à bord du Massilia larguaient les amares vers Algers, lui se dirigeait vers Londres, l’Angleterre étant notre allié. Où est la désertion ? Quand on se permet de ne pas avoir les idées de tout le monde, il faut être exact, même – et surtout – pour des gamins de 3ème.
    Quant à DI ou plutôt aux jeunes qui s’en réclament… Des pieds nickelés comme dit Caroline Fourest à deux reprises. Ces jeunes vivent dans le rêve éveillé. Le réveil sera rude.

    Je pense que cette émission permettra à chacun de se démarquer clairement des dérives inadmissibles, des approximations fausses et tendancieuses et de la gonflette. »

    http://ab2t.blogspot.com/2010/04/je-nai-pas-la-tele.html

  7. herder permalink
    30 avril 2010 02:11

    « Nous n’avons aucun lien avec ce groupe », s’insurge l’abbé Philippe Laguérie, supérieur de l’IBP qui reconnaît toutefois être le prêtre qui, à un moment du reportage vient visiter la cave où se réunissent les jeunes de «DI», décorée aux emblèmes de la phalange franquiste, et située au chevet de l’église Saint-Éloi. « C’était à l’invitation de ces jeunes, mais je ne savais pas de qui il s’agissait », explique-t-il.

    http://www.summorum-pontificum.fr/ext/http://www.la-croix.com/-Les-Infiltres–au-coeur-de-la-citadelle-integriste/article/2423553/4078

  8. Sébastien permalink
    30 avril 2010 07:53

    C’était à l’invitation de ces jeunes, mais je ne savais pas de qui il s’agissait »,

    NONNNNNNNNNNNNNNNNN!!!

    • sixte permalink
      30 avril 2010 22:29

      C’est ce que l’on nomme, dans la langue d’église, une restriction mentale…

  9. 1 mai 2010 12:58

    Les méthodes utilisées par les journalistes dans cette émission sont parfaitement douteuses.

  10. Grégoire permalink
    1 mai 2010 15:20

    Pour ne pas dire crapuleuses.

    Piéger les gens, sélectionner les meilleurs passages, monter le sujet pour créer le malaise tout cela pour prouver que les catholiques tradis sont des nazis, relève d’une action de propagande qu’il faut dénoncer pour ce qu’elle est : un immonde mensonge médiatique !

  11. Emmanuel permalink
    21 juin 2010 22:41

    il ne faut pas oublier que le fascisme et le nazisme sont anticatholiques et que c’est principalement des catholiques qui les ont fait tomber. Mais encore une fois, citer l’Abbé de Nantes est d’un goût particulier, lui l’Eternel Masculin qui caressait les lèvres de ses petites épouses durant l’eucharistie. Et les fidèles qui ont protesté contre ce malade étaient des gens biens, catholiques et pas du tout progressistes, alors ne crions pas au complot judéo-maçonnique. De plus, il a critiqué de manière infondée Mgr Lefèbvre et a insulté la FSSPX, la mort est vraiment tout ce qu’il mérite.

    • sixte permalink
      22 juin 2010 01:23

      Quelle vulgaire et misérable ignorance de qui fut véritablement M. l’abbé de Nantes !

      Voilà une suite navrante et blessante, gratuitement perfide, résumant les rumeurs infondées, les haines et la mauvaise foi malveillante à l’égard du fondateur de la Contre-Réforme-Catholique.

      L’attitude de l’abbé de Nantes n’aura jamais changé pendant plus de quarante ans. Son opposition aux nouveautés et altérations de la prétendue réforme de l’Église, décrétée par le Concile Vatican II et le pape Paul VI, fut une opposition à la fois dogmatique, portant sur les textes eux-mêmes, et pastorale, constatant les fruits détestables de cet arbre que n’a pas planté le Père céleste.

      Il n’en reconnut pas moins, que tant qu’un jugement infaillible n’aura pas été rendu sur l’objet de ce litige capital, le pape régnant et les évêques en communion avec lui comme les véritables pasteurs de l’unique et sainte Église catholique romaine, auxquels tous doivent fidélité, respect et obéissance, étant sauves la foi, l’espérance et la charité.

      En cela, il se sépara effectivement de tout ce qui était de près ou de loin schismatique, dont la FSSPX, mais dans la reconnaissance de l’identité du combat.

  12. 31 mars 2012 12:03

    Léon Joseph Marie Ignace Degrelle (15 juin 1906 à Bouillon, Belgique – 31 mars 1994 à Málaga, Espagne) a été un écrivain, journaliste et directeur de presse au sein de la mouvance catholique belge. Il entama ensuite une carrière politique, en fondant le mouvement Rex, au départ parti nationaliste proche des milieux catholiques, qui devint rapidement un parti fasciste, puis durant la Seconde Guerre mondiale, se rapprocha du national-socialisme, pour finir dans la collaboration avec l’occupant allemand. Combattant sur le front de l’Est avec la 28e division SS Wallonie, il termina la guerre en tant que SS-Obersturmbannführer et Volksführer der Wallonen. Exilé en Espagne en 1945 et naturalisé en 1954, il y vécut près de cinquante années en construisant sa propre légende et s’érigeant comme un ardent défenseur du nazisme et des thèses négationnistes. Il s’imposa comme une référence de l’extrême droite.

    http://konigsberg.centerblog.net/268-31-mars-1994-mort-de-leon-degrelle

  13. 6 juin 2013 23:58

    Un groupuscule de provocateurs agressifs, auxiliaires de la police dans la dénonciation et la délation, qui travaillent, au service des réseaux trotskystes gauchistes, pour la confrontation nationale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :