Skip to content

Pétain : une « divine surprise » pour l’Eglise !

31 mai 2010

Petain Maréchal

Les évêques français accueillirent comme la « divine » surprise

la Révolution nationale du maréchal Pétain !

 La revue Golias, que l’on ne présente plus, vient de publier un nouvel ouvrage ayant pour but de critiquer l’attitude des évêques pendant l’occupation. En effet, les évêques français qui s’efforçaient depuis quelques années – sous l’influence de Pie XI notamment – de rompre avec le conservatisme politique ambiant (la condamnation de l’Action française par le Vatican, par exemple), accueillirent comme la « divine » surprise la Révolution nationale du maréchal Pétain, gage d’une véritable restauration chrétienne ?

D’aucuns pensent qu’ils ne pouvaient en être autrement ; d’autres, au contraire, s’insurgent contre ce ralliement et pensent que les évêques, sous Vichy, ont failli. La question est ouverte, sachant que l’attachement de l’Eglise de France à Vichy fut exprimé avec beaucoup de force par les plus hautes autorités du clergé, dont la proximité de l’Église catholique l’État français de Pétain ne saurait être mieux illustrée que par la célèbre formule prononcée dans son homélie par le cardinal Gerlier, le 18 novembre 1940 à Lyon : « Pétain, c’est la France et la France, aujourd’hui, c’est Pétain ».

Mgr Gerlier

Mgr Gerlier : « Pétain, c’est la France et la France,

 aujourd’hui, c’est Pétain ».

 En froid avec la République, beaucoup de catholiques ont adhéré ou sympathisé avec les idées de l’Action française de Charles Maurras, mais la condamnation du mouvement par le pape Pie XI en 1926 a détourné les catholiques de l’engagement politique anti-républicain au bénéfice d’un engagement dans les différentes formes de l’action catholique promue par le même Pie XI. Des membres du clergé ouvertement partisans de l’Action française seront souvent bloqués dans leur carrière. Au niveau de l’épiscopat, entre 1926 et 1939, les partisans de Maurras se trouvent progressivement remplacés par de jeunes prélats ambitieux et moins marqués politiquement.

Mgr Saliège

« Pour avoir chassé Dieu de l’école, des prétoires de la nation,

pour avoir supporté une littérature malsaine, la traite des blanches,

pour la promiscuité dégradante des ateliers, des bureaux, des usines,

Seigneur, nous vous demandons pardon […] »

Mgr Saliège, La Croix, 28 juin 1940.

Dans la Croix du 28 juin 1940, Mgr Saliège, évêque de Toulouse écrit :

« Pour avoir chassé Dieu de l’école, des prétoires de la nation, pour avoir supporté une littérature malsaine, la traite des blanches, pour la promiscuité dégradante des ateliers, des bureaux, des usines, Seigneur, nous vous demandons pardon […] Quel usage avons-nous fait de la victoire de 1918 ? Quel usage aurions-nous fait d’une victoire facile en 1940? […]« 

Dés qu’ils prennent connaissance des grandes lignes de la révolution nationale que le nouveau chef de l’État propose aux français, les catholiques y reconnaissent leurs idées. « Travail, Famille, Patrie, ces trois mots sont les nôtres ! » proclame le cardinal Gerlier au congrès de la Ligue ouvrière chrétienne.

Pour la majorité des catholiques, Pétain fait rapidement figure d’homme providentiel et vénéré.  À partir d’octobre 1940, les différents évêques ne se lassent pas des évocations les plus élogieuses vis-à-vis du maréchal. L’homélie de novembre 1940 du cardinal Gerlier n’est pas un cas isolé. En octobre 1940, l’archevêque d’Aix-en-Provence, Mgr du Bois de la Villerabel, le premier, exhorte ses prêtres à se serrer, sans hésitation autour de l’illustre maréchal. Le 11 novembre, Mgr Piguet, évêque de Clermont-Ferrand salue dans le chef de l’État, une chance pour la France « dotée par la Providence de l’homme capable d’atténuer ses malheurs… ». En cette fin de l’année 1940, les déclarations d’évêques en faveur du nouveau régime sont si nombreuses qu’en 1942, les services de propagande les réuniront dans une brochure largement diffusée.

Pour la majorité des catholiques,

Pétain fait rapidement figure d’homme providentiel et vénéré.

De son côté, Pétain, catholique de formation, mais qui ne pratiquait pas et n’avait pas jugé utile de se marier religieusement avec Eugénie Hardon devenue sa femme en 1920, se tourne vers la religion, aimant à proclamer qu’« une bonne messe n’a jamais fait de mal à personne » et régularise son mariage en 1941. par ailleurs, l’expulsion en 1903 de 48 moines du monastère de la Grande Chartreuse est resté gravé dans les mémoires et a acquis un caractère symbolique. Le retour des trois premiers chartreux le 21 juin 1940 suit de près la nomination de Pétain comme président du conseil, et marque également les esprits, malgré la débâcle. Ainsi, l’écrivain catholique Paul Claudel écrit-il dans son journal à la date du 5-7 juillet 1940 : « […] La France est délivrée après soixante ans de joug du parti radical et anticatholique (professeurs, avocats, juifs, francs-maçons). Le nouveau Gouvernement invoque Dieu et rend la Grande Chartreuse aux religieux. Espérance d’être délivrés du suffrage universel et du parlementarisme […]  »

« […] La France est délivrée
après soixante ans de joug du parti radical et anticatholique,
Le nouveau Gouvernement invoque Dieu
et rend la Grande Chartreuse aux religieux […]  »
Paul Claudel, Juillet 1940.
Le résultat de la politique de Vichy, c’est que la Révolution Nationale a suscité un renouveau de la ferveur religieuse qui s’est marqué par une participation accrue des fidèles aux différentes formes de la pratique religieuse et par un afflux des futurs prêtres vers les séminaires.
25 commentaires leave one →
  1. DST permalink
    31 mai 2010 00:40

  2. Vehementer permalink
    31 mai 2010 00:45

    Très bonnes vidéos, à laquelle il faut rajouter l’indispensable pour la période :

    • Térence permalink
      31 mai 2010 00:47

      La France était enjuivée ?

    • xavier permalink
      31 mai 2010 10:01

      Non, vous croyez ? quelle surprise !

  3. wendrock permalink
    31 mai 2010 10:01

    En réalité c »‘est Charles Maurras qui qualifia, dans l’Action Française, de « divine surprise » l’arrivée au pouvoir du Maréchal Pétain. Il soutint alors activement la politique de Vichy, et en qui il vit le symbole de l’unité, dans le prolongement de l’Union sacrée de 1914

  4. klm permalink
    31 mai 2010 10:05

    Retour sur une vision politique et nationale de premier ordre !

  5. klm permalink
    31 mai 2010 10:06

  6. wdkqcm permalink
    31 mai 2010 20:44

    « Observez comment de façon générale l’électronique a l’effet tout contraire. Si elle n’est pas domptée, elle rendra un garçon paresseux, irresponsable, léger, mou et frustré. L’électronique est délétère ! Menant les vôtres vers l’enfer ! »

    Kyrie eleison.

    Mgr Williamson, 29 Mai 2010

  7. Le méchant metalleux permalink
    3 juin 2010 10:28

    Observez comment de façon générale l’électronique a l’effet tout contraire. Si elle n’est pas domptée, elle rendra un garçon paresseux, irresponsable, léger, mou et frustré. L’électronique est délétère ! Menant les vôtres vers l’enfer !”  »
    Frustré?
    Tiens tiens ça coresspond pile poil à vos profils les intégristes.
    Sinon la Shoah vous en parlez pas? C’est marrant ou encore vous ne parlez pas du Cardinal et Monsignor Lupé qui a rejoins la LVF et la division SS « Charlemagne » Coupable de pal mal déxécutions sommaire et de destruction de plusieurs villages (avec bien sur la mort de leurs habitants)
    Ainsi donc Pétain qui a envoyer à la mort de nombreux enfants dans les camps ou torturer des gens vous l’aimez bien?
    Mais alors vous êtes satanistes non?

  8. Mourninglord permalink
    3 juin 2010 10:45

    Aaaaaaaaaaah l’occupation, quelle période faste de l’Histoire de la France, où nous illustrâmes par notre lâcheté face à l’envahisseur à la botte ferrée et à la svastika….

  9. Le méchant metalleux permalink
    3 juin 2010 10:52

    « illustrâmes par notre lâcheté face à l’envahisseur à la botte ferrée et à la svastika. »
    Tu fais fausse route nos amis les intégristes non pas été laches ils ont dénonçés tout les juifs et les communistes et ils se sont battu pour beaucoup dans la SS. (et ils ont protéger beaucoup de collabos après la guerre)

  10. Koopa Troopa permalink
    3 juin 2010 10:54

    Non, le libérateur. L’envahisseur, c’est celui qui est venu en 1944 avec ses bombardiers pulvérisant hôpitaux, églises, écoles ; ses soldats la main sur la braguette (le 10/06/44, les Amerloques avaient déjà violés plus de Françaises que les Allemands en 4 ans…) et les valoches pleine des produits de leurs pillages ; leur modèle de société dégénéré et dont tous les maux actuels sont issus.

    Dieu punit la France de sa trahision, de son refus de l’Europe nouvelle.

    Mayol de Lupé ? Un très grand catholique. Il est d’ailleurs honoré comme il se doit dans « l’Histoire de France pour nos enfants, tome 3 »

  11. Koopa Troopa permalink
    3 juin 2010 10:55

    Question torture, les Résistants étaient pire qie la Gestapo… Pas de leçons de morale à recevoir de ces gens. Tuer des enfants, les camps de concentration, les tortures, les génocides, bienvenue chez les Alliés…

  12. Le méchant metalleux permalink
    3 juin 2010 21:54

    Mayol de Lupé ? Un très grand catholique.
    Ouais tellement grand catholique qui se faisait appeler monseigneur alors qu’il n’étais plus êveque. Un bel exemple donc.
    Sinon je reviendrais pas sur vos propos de propagandistes nazis
    (oui les alliés ont fait des bonbardement ou sont morts des civils mais les allemands aussi si les alliés en ont tués plus c’est surtout parceque leurs avions étais plus nombreux et avait une charge offensive plus importante.)
    Si vous pouvez gerbez votre merde fasciste c’est parceque des gens sont morts pour votre liberté d’expression n’oubliez pas ça.

  13. Koopa Troopa permalink
    4 juin 2010 16:14

    Ma liberté d’expression… Mou ha ha !!!

    « La liberté d’expression
    On nous prend pour des cons
    Allez dire ça à Faurisson
    Et à ceux qui sont en prison… »

    Mge Mayol de Lupé avait le droit de porter le titre de Mgr car il lui avait été accordé par le Pape Pie XI. On n’est pas obligé d’être évêque ^pour avoir ce titre.

    Les bombardiers allemands n’ont pas tué plus de 1000 civils français, belges et hollandais durant la guerre. Le seul raid sur Hambourg en 1943 a tué plus que tous les bombardements allemands sur l’Angleterre en 5 ans… Le seul raid sur Dresde a tué 14 fois plus d’Allemands que de Français tués par les Allemands lors de l’Occupation.

    Bref, toujours aussi nul en histoire, inculte, menteur et tutti quanti…

  14. Le méchant metalleux permalink
    6 juin 2010 22:51

    La liberté d’expression
    On nous prend pour des cons
    Allez dire ça à Faurisson
    Et à ceux qui sont en prison
    Legion 88 je suppose?
    Sinon a part faire des citations ou te référer à la question est ce que tu sais penser par toi même?

    sauf qu’il a été déstitué de son titre

    Je ne sais pas le chiffre des bonbardement tu peux incluer les mitraillages aussi heins.
    Ils ont fait plus de morts pour les raisons que je t’ai dit après une guerre totale veut dire ce que ça veut dire (c’est Goebbels qui a déclamé ça d’ailleurs.)
    ^^ désolé de pas voir la vérité céleste et clairvoyante que nous enseigne Mein Kampf et la bible ma chérie.

  15. Koopa Troopa permalink
    9 juin 2010 13:00

    Sais-tu au moins pourquoi Mayol de Lupé était Monseigneur ? Il n’a JAMAIS été évêque donc ne pouvait pas être « destitué de son titre »…

    Toujours aussi nul…

    Non FASC.

  16. Emmanuel permalink
    14 juin 2010 15:52

    Je trouve ce site proprement inadmissible, surtout pour des gens qui osent se réclamer de Mgr Lefèbvre et de St Pie X.
    1)Je rappelle que la plupart des résistants étaient catholiques et que la plupart des collabos étaient de gauche.
    2) Je rappelle également que le père de Mgr Lefèbvre est mort dans un camp de concentration
    3) Il ne faut pas non plus oublier que si St Pie X et le Cardinal Merry del Val ont refusé de soutenir Israel, ils n’en ont pas moins assuré le peuple juif de tout leur amour et du désir de leur conversion (alors parler du complot juif c’est très limite)
    4) Pour Les propos plus ou moins stupides ou racistes, je rapelle que Mgr Lefèbvre a passé 30 ans de sa vie dans un pays africain et qu’il a quitté le Gabon pour indigéniser le clergé
    5) Pour les divers propos sur le voile, je rappelle que Mgr Lefèbvre demandait à ses fidèles de porter une mantille, ce qui a toujours été la tradition. Il ne leur a jamais demandé de porter une burqa ! Les hommes et les femmes sont égaux devant Dieu pour les catholiques. La Femme est avec tendresse et douceur subordonné à l’homme, elle n’est pas censée exécuter ses désirs les plus honteux. Pour les musulmans en revanche, l’homme doit être un bon musulman alors que la femme doit juste être une bonne épouse. Alors quand vous parlez des « gentilles femmes musulmanes contre les lois républicaines », vous devriez revisiter vos classiques. Tout ultraroyaliste et ultramontain que je suis, je ne peux pas cautionner votre torchon !
    6) Le nationalisme n’est pas une doctrine catholique. La seule vision politique catholique, c’est l’action catholique, c’est à dire « règne social du christ et ultramontanisme »

    • sixte permalink
      14 juin 2010 16:03

      Emmanuel,

      Ne limitez pas votre jugement à une seule note, et une prise de position de La Question en faveur, non de la burqa comme certains l’écrivent par erreur, mais du droit religieux accordé, comme il est légitime, à ceux qui le souhaitent, de la porter, car les actuelles dispositions contraignantes sont en conformité avec l’action hostile de la République envers la religion, sous toutes ses formes d’expression depuis la Révolution.

      Voyez, pour aller un peu plus loin et nourrir votre analyse pour mieux comprendre la ligne théorique de La Question :

      La politique « religieuse » de La Question !
      Eclaircissements à propos du traditionalisme catholique contre-révolutionnaire.
      https://lebloglaquestion.wordpress.com/la-politique-%c2%ab-religieuse-%c2%bb-de-la-question/

      Orientations théoriques et doctrinales du blog La Question.
      https://lebloglaquestion.wordpress.com/orientations-doctrinales/

  17. Actualité : Bonne Fête des Mères ! permalink
    29 mai 2011 16:52

    BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !

    En 1941, le régime de Vichy, à la demande du Maréchal Pétain, a inscrit la fête des Mères au calendrier.

  18. Monsieur permalink
    29 mai 2011 18:30

    J’avais jamais lu cet article et la propagande est magnifique. Avec une poignée de témoignage, aucun chiffre, La Question arrive à la conclusion : »Le résultat de la politique de Vichy, c’est que la Révolution Nationale a suscité un renouveau de la ferveur religieuse qui s’est marqué par une participation accrue des fidèles aux différentes formes de la pratique religieuse et par un afflux des futurs prêtres vers les séminaires. »
    Surréaliste.

  19. wendrock permalink
    29 mai 2011 19:43

    La révolution nationale naît de la défaite, de l’humiliation nationale et de la crise de régime. La crise est son creuset et révolution nationale se veut une réponse à la crise : là est sa « légitimité » selon Pétain qui en donne la définition : « La révolution nationale signifie la volonté de renaître, affirmée soudain au fond de notre être, un jour d’épouvante et de remords ; elle marque la résolution ardente de rassembler tous les éléments du passé et du présent qui sont sains et de bonne volonté, pour faire un Etat fort, de recomposer l’âme nationale dissoute par la discorde des partis et de lui rendre la conscience aiguë et lucide des grandes générations privilégiées de notre histoire, qui furent souvent des générations de lendemain de guerres civiles ou de guerres étrangères. »

    Plusieurs caractères en découlent :

    – Une « révolution » traditionnaliste, « restauratrice », conservatrice. Avec la débâcle (mouvements de populations), l’occupation de plus de la moitié du territoire français par les Allemands, Pétain veut recomposer l’ordre social sur ses cohésions de base, le substrat : le reste a été emporté par la défaite et le traumatisme.

    – Les « familles spirituelles » : élément en partie paradoxal, en considération de la volonté d’homogénéité contenue dans la révolution nationale. Les sensibilités religieuses et politiques se rapportent ici au maurrassisme, au barrésisme, au catholicisme social…, à l’exclusion des formations de gauche, notamment socialistes et communistes.

    Le 14 juillet 1940, rompant avec le laïcisme de règle sous la Troisième République, le maréchal Pétain emmena son gouvernement et le corps diplomatique à l’église Saint-Louis de Vichy, pour assister à la messe. À la consécration, le chef de l’État français s’agenouilla. Baudouin, son ministre des Affaires étrangères, note : « Il y a longtemps qu’un chef de l’État ne s’était pas mis dans cette posture. »

    Un mois plus tard, le 15 août, la procession du Vœu de Louis XIII, interdite depuis 1900, parcourait les rues de la capitale provisoire de l’État français. Le malheur étant venu, le Maréchal voulait rendre à la religion toute sa place dans la société. Le dimanche 2 mars 1941, au Puy, il renouait avec la tradition immémoriale qui fait un devoir aux souverains de monter rendre hommage à la Reine de France en sa cathédrale. Une foule en liesse l’y accompagnait.

    Mgr Martin concluait son homélie par ces mots : « Comme Charles VII, vous êtes venu aux jours de peine. Après Jeanne et la prière maternelle [d’Isabelle Romée], il revint en des jours meilleurs. Ah ! puisse votre histoire et la nôtre ressembler à celle de Charles VII, le sauveur de l’unité française, jusqu’au bout ! »

    À Lourdes, le dimanche 20 avril 1941, en présence d’une foule de pèlerins, Mgr Choquet accueillait le Maréchal en lui disant que Notre-Dame de Lourdes « le recevait chez elle ». Le 10 février précédent en effet, le domaine de la grotte avait été rétrocédé par l’État à l’Association diocésaine de Tarbes et Lourdes.

    Michèle COINTET, Histoire culturelle de la France, 1918-1959, Paris, SEDES, 1988.

    Olivier WORMSER, Les origines doctrinales de la Révolution nationale, Paris, Plon, 1971.

  20. Monsieur permalink
    29 mai 2011 21:23

    Il est aussi amusant que celui qui a « créer » la devise « Travail,Famille, Patrie » n’ait jamais eu de famille ni n’ai jamais travaillé.Ensuite le valeur Travail pour ceux qui furent engagés de force dans les STO étaient plus qu’amère.
    Après il fut catholique que par opportunisme politique rien d’autre l’exemple avec son mariage tardif en est la preuve.

  21. Koopa Troopa permalink
    13 juillet 2011 18:15

    les STO avaient plus de droit en Allemagne que dans leur propre pays…

Trackbacks

  1. Le Maréchal Pétain une Divine surprise | France Natio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :