Skip to content

Le triomphe de la Croix !

25 juin 2010

L’Empereur Constantin 1er dit le « Grand »

(vers 275 à 337 après J.-C.)

C’est l’Évêque Eusèbe de Césarée qui conféra son titre « Le Grand »,

à l’empereur Constantin,

honneur qu’aucun autre empereur romain n’avait reçu avant lui.

Le désir d’un redéploiement du paganisme, que l’on retrouve dans les thèses du Black Métal païen, pousse à imaginer naïvement qu’il est possible par la volonté de refaire surgir de nouveau les anciens dieux, ou une approche « panthéiste » plus conforme à l’essence spirituelle de l’Europe. Or, rien n’est plus absurde et ridicule, car rien n’a jamais disparu, mais se trouve dissimulé sous d’autres appellations, rien ne meurt en ces domaines mais se voit conférer d’autres visages.

L’empereur Constantin et sa mère Hélène

En revanche, rien ne serait plus grave, et ne le fut, que de sombrer, par une incompréhension tragique dont fut L’empereur Constantin et sa mère Hélèneictime la Nouvelle Droite et ses principaux animateurs, dans un antichristianisme réactif systématique, car sous couvert de retrouver les anciens dieux, il sont allés jusqu’à avaliser les thèses des aveugles idéologues du XIXe, enténébrés par les théories matérialistes et athées de la critique du christianisme, aboutissant à ceci qui se passe de commentaire :

En soi, on ne devrait même pas avoir à choisir entre l’islam et le christianisme, pas plus qu’entre un Arabe et un Juif. La réponse est donnée d’avance: ici, nul ne peut choisir librement. Soit on est un tchandala, soit on ne l’est pas. Guerre à outrance avec Rome! Paix et amitié avec l’Islam. 2

« Guerre à outrance avec Rome! Paix et amitié avec l’Islam ! »

Nietzsche, penseur fou et antichrétien

Voilà où mène, logiquement le néo-paganisme antichrétien, aujourd’hui sous l’influence de diverses thèses, occultiste et sataniste, à affirmer que « les croisés combattirent quelque chose devant quoi ils auraient mieux fait de se prosterner dans la poussière » ! Ce genre de prosternation, même au nom de la religion ancestrale de l’Europe, est inacceptable. Et l’on sait parfaitement où sont, et ce que récitent et comment s’inclinent face contre terre aujourd’hui nombre d’anciens évoliens, nietzschéens et guénoniens convaincus, pour refuser catégoriquement cette sinistre éventualité.

Le spectacle de la Rome finissante est pitoyable, l’état réel des derniers soubresauts d’un paganisme moribond et agonisant fut atroce, et il faut la sotte admiration naïve d’un Alain de Benoist pour oser écrire : « L’imperium est alors l’outil d’une conception du monde qui se réalise sous la forme d’un vaste projet. Grâce à lui la pax romana règne dans un monde ordonné » 1 , alors même que l’empire s’écroule en raison de ses propres folies, qu’il est la proie des cultes mystériques des religions orientales : culte phrygien de Cybèle et d’Attis, culte égyptien d’Isis et de Sérapis, culte syrien d’Adonis, culte persan de Mithra, etc.

Ainsi que l’écrit Gibbon, d’une façon objective : « La sagesse de la Providence daigne souvent employer les circonstances générales où se trouve le genre humain, comme des instruments propres à l’exécution de ses vues, il peut aussi nous être permis de demander, avec toute la soumission convenable, non pas quelle fut la cause première des progrès rapides de l’Église chrétienne, mais quelles en ont été les causes secondes. Les cinq suivantes paraissent être celles qui ont favorisé son établissement de la manière la plus efficace. 1° Le zèle inflexible des chrétiens ; 2° La doctrine d’une vie future. 3° Le don des miracles de l’Église primitive. 4° La morale pure et austère des fidèles. 5° L’union et la discipline chrétienne, qui forma par degrés, dans le sein de l’empire romain, une civilisation dont la force devenait de jour en jour plus considérable. »

Contre l’hérésie, portée et soutenue par le néo-paganisme nietzschéen, sataniste et occultiste,

haut les épées pour le Christ et la Croix

au nom de la Rome éternelle et catholique !

Ad Majorem Dei Gloriam !

1. A. de Benoist, Introduction in L. Rougier, Le conflit du christianisme primitif et de la civilisation antique, Copernic, 1977, p. 28.

2. F. Nietzsche, L’Antéchrist, 1895.

Lire :

L’Ordre chrétien

154 commentaires leave one →
  1. Korrigan permalink
    25 juin 2010 12:14

    Vous vivez dans une époque révolue, vous le savez j’espère.

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 12:17

      Un doute m’assaille.

      Grasskulpoff? C’est toi?

    • Korrigan permalink
      25 juin 2010 12:18

      euh non

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 12:18

      OK, mon erreur, pas de soucis 😉

    • Korrigan permalink
      25 juin 2010 12:19

      Pas de soucis 😉

    • reply permalink
      25 juin 2010 13:48

      C’est à vous qu’il faut surtout demander si vous savez que le monde actuel s’effondre et tombe en ruine, avec vos iidées débiles ?^^

    • alex permalink
      25 juin 2010 13:50

      Quelles « idées »?

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 14:45

      Attention, Norenda va venir nous dire que c’était mieux avant la Révolution.

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 14:45

      Avant le Révolution mais après la christianisation hein 😉

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 14:53

      Effectivement, mea culpa pour cette imprécision.

      (Bien dormi Dura?)

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 14:54

      Héhé j’ai imaginé un instant Norenda glorifiant les périodes païennes 😀
      Oui bien dormie (et calmée aussi ^^) et toi ?

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 14:55

      oups pas encore bu mon café *dormi

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 15:06

      Mieux que la nuit d’avant (en même temps, j’étais tout seul, sans somnambule! XD)

      Norenda glorifiant les périodes païennes… Ouais, effectivement, ça pourrait être marrant à voir 😛

      Bon, j’ai imprimé des bons de colère, la journée peut commencer =)

    • Silverblade permalink
      25 juin 2010 15:36

      @ Reply

      Quelles sont, selon vous, nos idées débiles qui vont faire s’éfrondrer le monde?

    • satyr permalink
      25 juin 2010 16:06

      @Silverblade : Celles qu’on a à vouloir continuer à donner de l’importance à ses paroles ^^

  2. Arthan permalink
    25 juin 2010 12:17

    Tiens, encore une fois, gros clichés sur les orgies romaines. Vous savez que c’est un mythe répandu par les catholiques d’alors pour encourager les peuples à se tourner vers Dieu et abandonner leurs anciennes idôles?

    Passons sur Nietzsche, ses thèses sont utilisables par n’importe qui. Les nazis s’en sont servis, vous aussi maintenant. Je ne fais pas d’amalgame, mais la réflexion nihiliste consiste surtout à se demander pourquoi les valeurs que nous considérons comme bonnes seraient effectivement les bonnes. Il s’agit d’une réflexion sur le système de valeurs induit par la culture dominante, et sur le fait de savoir s’il est possible de vivre selon d’autres critères.

    Ensuite, pour la naïveté de la renaissance des cultes païens, je vous recommande cette lecture:

    Thor, avec son marteau, le Mjöllnir, est le protecteur des forgerons, des artisans et des paysans, il est l’un des fils d’Odin et est toujours vénéré aujourd’hui par nombre de païens ou néopaïens de l’Europe du nord (principalement germanique et scandinave). Son culte est officiel dans certains pays comme le Danemark, l’Islande, la Norvège.

    Donc, pour ce qui est de l’impossibilité d’une renaissance de ces cultes, vous repasserez: ils sont encore vivants, et ce malgré une évangélisation sanglante.

    • wendrock permalink
      25 juin 2010 12:25

      Pas de clichés mais quelques vérités bien réelles.

      Comment qualifier la politique religieuse d’Élagabal par exemple ? Empereur fou dévot du dieu Baal qui ouvrit Rome aux étrangers ; on violait, on tuait dans ces banquets démentiels, les convives qui n’amusaient plus l’empereur étaient immolés sur les tables même, devant une assemblée entrée en transe au son des flûtes et des tambourins.

      Il viola même une Vestale, prêtresse du culte romain de Vesta. il se livra à des sacrifices humains d’enfants, au moment où à Carthage, on sacrifiait à un gigantesque Baal creux dans lequel brûlait un brasier, des dizaines d’enfants encapuchonnés.

      Des clichés sans doute ?

    • satyr permalink
      25 juin 2010 12:33

      Les romains étaient complètements barrés, c’est pas pour rien qu’ils sont devenus chrétiens !!

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 12:43

      Élagabale, aussi connu sous le surnom d’Héliogabale, connu sous le nom d’empereur Marcus Aurelius Antoninus, fut un homme faible qui laissa à sa mère le soin de gouverner, comme le rapporte Aelius Lampridius, dans « Histoire Auguste ; Vie d’Antonin Héliogabale »: « Il fut tellement dévoué à Semiamira sa mère, qu’il ne fit rien dans la république sans la consulter ».

      Au final, il eut une réputation d’être faible, gamin, capricieux, qui fit que ses détracteurs firent tout pour le diaboliser, en opposant à lui Alexandre Sévère, son cousin. Dans un effort de sauver son trône, Antoninus nomme ce dernier césar, mais Alexandre gagne la sympathie de tous, tandis qu’Héligabale perd l’appui de l’armée: il est massacré par la foule et son corps jeté dans le Tibre.

      On a cherché à le diaboliser, et on a plutôt bien réussi, à en voir vos considérations sur lui.

    • brunsw permalink
      25 juin 2010 13:59

      Tu aurais dû aller danser en tutu devant Héliogabale pour comprendre les charmes du paganisme, c’est autre chose que les set de Dark Funeral au Hellfest question ambiance !^^

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 14:50

      Bon, déjà, tu présumes que j’écoute Dark Funeral. Ce qui est tout à fait faux, parce que musicalement, j’accroche pas (et j’estime que c’est mon droit).

      D’ailleurs, aucun métalleux ne m’a jamais reproché (et je suis certain, ne me reprochera jamais) de ne pas écouter un groupe parce qu’il ne me plaît pas.

      Donc, sors tes préjugés de la tête.

      Ensuite, je ne vois pas pourquoi tu m’envoies danser en tutu devant Héliogabale. Je t’ai présenté des faits historiques pour corriger un commentaire. Comme tu auras pu le constater, je n’ai pas nié que certains rites païens étaient cruels (cf. commentaire plus bas).
      Pourquoi? Parce que j’accepte l’Histoire telle qu’elle s’est produite.

      Donc, tu es bien gentil, mais ce genre de remarques dignes d’un gamin de quatre ans, tu peux les garder pour tes copains. En attendant, tu me parles comme à un adulte (puisque je suis majeur, j’ai ce droit), et tu essayes d’être constructif.

      À bon entendeur…

    • brunsw permalink
      25 juin 2010 15:15

      Le problème c’est que tu as des idées – et une réaction – de gamin, donc je m’adresse à toi, sans vulgarité, mais comme à un gamin que tu es encore.

      Quant à tes goûts à propos des Dark Fufu, c’est pas le sujet, car si leur musique ne te plaît pas, ils partagent cependant un gand nomdre d’idées avec l’ensemble de la scène métal sur le christianisme et l’amour du paganisme.

    • alex permalink
      25 juin 2010 15:18

      « ils partagent cependant un gand nomdre d’idées avec l’ensemble de la scène métal sur le christianisme et l’amour du paganisme. »
      Oh pinaize… Not sure if serious^^
      T’connais le thrash, le heavy, le death et le grind toi?

    • satyr permalink
      25 juin 2010 15:26

      On dirait bien que non ^^

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 15:28

      Une réaction de gamin?
      Cites moi dans mon commentaire ce qui est gamin comme réaction. Si tu me sors qu’il s’agit de rectifier une vérité historique, je te rirais au nez. Je pense qu’être mature, c’est accepter qu’on puisse se tromper aussi, et si je cite un fait historique qui s’avère, après vérification, faux, je le reconnaîtrai.
      De nous deux, c’est toi qui est en train d’avoir un comportement gamin, là, en essayant de me décrédibiliser.

      Pour les goûts musicaux, si, ça fait partie du sujet, c’est même toi qui t’es mis à en parler. Tu m’as limite accusé d’écouter Dark Funeral, j’ai démenti car ce n’est pas le cas. J’ai précisé que jamais je n’avais eu de problèmes entre métalleux à cause de mes goûts musicaux. C’était peut-être une parenthèse, mais elle était fermée.
      Quand on poste un commentaire, il faut s’attendre à ce que l’autre puisse réagir sur tout le commentaire, surtout quand il s’agit d’un débat. Donc, tes « ah mais non, ça, ça m’arrange pas, t’as pas le droit d’en parler », excuses-moi, mais tu te les gardes.

      Tu sais que la scène metal inclue aussi Mötley Crüe, Def Leppard, Europe,…?
      Le problème, c’est que tu ne rends pas compte de la diversité des thèmes qu’aborde le métal.

      Écoute du Megadeth, qui va s’attaquer à l’autorité. Ça côtoie Epica qui parle de la civilisation Maya, Dream Theater qui parle parfois d’alcoolisme (les 12 AA qui s’en sortent avec un programme en 12 points); In Flame qui parle de thèmes personnels; Type O Negative et le deuil…

      Donc, encore une fois, sors toi les préjugés de la tête et accepte que le métal ça ne se résume pas à Dark Funeral, Mayhem et Cradle Of Filth.

    • satyr permalink
      25 juin 2010 16:03

      In flames sont des satanistes, le titre come clarity est une incantation démoniaque !
      ptdr

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 19:57

      😄
      Dans le genre, faut l’écouter à l’envers en boostant les aigus et en ralentissant à 20%? Parce qu’ils sont typiquement capables d’aller vérifier^^

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 12:51

      J’ai oublié de réagir: la constructions de gigantesques figures humaines dans lesquelles on entassait des êtres humains avant d’y mettre le feu est une pratique réelle connue sous le nom de « géant d’osier ».

      Comme le rapporte César: « Tout le peuple gaulois est très religieux. Aussi, voit-on ceux qui sont atteints de maladies graves, ceux qui risquent leur vie dans les combats ou autrement, immoler ou faire vœu d’immoler des victimes humaines et se servir pour ces sacrifices des druides… certaines peuplades ont des mannequins de proportions colossales, faits d’osier tressé, qu’on remplit d’hommes vivants : on y met le feu et les hommes sont la proie des flammes. »

      Il s’agit d’un rite réel, mais pas à Carthage. De mémoire, c’était aussi en vigueur dans les populations germaniques, mais je ne suis pas certain de mes souvenirs, donc, c’est une information qui est à prendre avec précaution, si quelqu’un pouvait confirmer ou infirmer mes propos, je lui en serait reconnaissant.

    • Gary permalink
      25 juin 2010 13:54

      Le paganisme ça avait l’air sympa pour faire du feu avec les sacrifices humains. On s’amusait bien à voir flamber les victimes, Nietzsche a raison, et les métalleux aussi, le christianisme n’a rien apporté à l’Europe !^^

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 13:57

      Et donc vous trouvez le moyen de toujours en revenir aux metalleux! Il ne se passe rien d’autre dans le monde qu’il faille déplorer ou combattre ?

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 14:07

      On en revient au métalleux parce que vos idées sont démentes et représentatives d’un état d’esprit général de dinguerie antichrétienne.

      Et puis on est encore dans l’atmosphère du festival avec tous ces articles sur La Question…surtout celui d’hier, fort intéressant pour comprendre que derrière tout ça se cache, chez beaucoup, de vrais drames psychiques !

    • alex permalink
      25 juin 2010 14:20

      Ça y est ça recommence… Soyons clairs.

      1) Les metalleux n’ont pas d’idées démentes puisqu’ils n’en ont rien à foutre de Satan. La « dinguerie antichrétienne » de mes c******* ne représente qu’une infime partie des groupes et n’est pas à prendre au SÉRIEUX: A part Marduk, Mayhem et Urgehal qu’avez vous donc trouvé comme autres groupes? Une minorité! Et que les choses soient bien claires, les connards qui profanent vos lieux de culte, on ne les respecte pas et on trouve leurs actes débiles et clairement effrayants. C’est bon vous avez compris?

      2) Si vous croyez que l’atmosphère du festival est comme vous le croyez, alors VENEZ SUR PLACE BORDEL! Vous vous obstinez à croire des affabulations sur les metalleux et sur ce festival soit disant démentiel alors qu’il n’en est rien! Donc jugez par vous mêmes, et venez nous dire bonjour, nous n’attendons que çà afin de discuter avec vous! Après vous me faites bien rire avec vos « drames psychiques » à la noix, suffit de foutre une image d’un gars pratiquant le Body Art avec une tête de mort sur la gueule parce que ça fait trve evil et allez hop! on fait un tio paragraphe afin d’établir le lien entre le metal et ce mec. Puis vos idées sur les piercings et tatouages sont dignes des écrits de Jacky Cordonnier, c’est dire! Une série d’amalgames gerbants tentant une fois de plus de stigmatiser une communauté qui ne demande qu’une chose: vivre de sa passion pour la musique. Vous pissez sur nos visages à dire de telles inepties écoeurantes, à nous rabaisser à des macaques, et çà vous plait on dirait. Vous êtes irrécupérables.

    • klm permalink
      25 juin 2010 15:26

      Vous parlez toujours comme si vous étiez à vous tout seul le courant métal.

      Alors on reprend :

      1- L’antichristianisme sataniste est bien l’un des thèmes principaux de l’idéologie du BM.

      2 – Les modifications corporelles, dont beaucoup de spécialistes confirment qu’elles sont liées à des troubles de la personnalité, est une pratique cultivée et très en vogue ches les festivaliers.

      Les conclusions que nous en tiront relèvent de l’évidence.

      Vous voyez c’est plus clair comme ça. Ce qui s’énonce simplement est toujours plus près du Réel.

    • alex permalink
      25 juin 2010 15:33

      « Vous parlez toujours comme si vous étiez à vous tout seul le courant métal. » Pourquoi?
      Ah çà oui, c’est sûr que vous en savez des choses sur le metal.
      Vous nous prenez pour des guignols satanistes, alors que c’est vous qui comparez l’ensemble du mouvement metal au BM. Putain mais allez vous cultiver nom de Dieu (désolé) lisez les ouvrages de Nicolas Walzner, et Robert Culat (pourquoi pas?), ou sinon rendez-vous sur place, on vous rabâche la même chose depuis un moment: vous vous obstinez à « analyser » le courant metal en regardant des images sur internet, en tapant « hellfest » ou « black metal satan méchant » sur Google Images, pourquoi n’allez-vous pas au contact des acteurs de cette scène? Vous avez peur d’être en tort?

      Et concernant les modifications corporelles, il va falloir vous mettre dans le ciboulot que le piercing n’est pas la conséquence de la musique, j’ai horreur du piercing et du tatouage et pourtant je suis à fond dans le mouvement metal, bizarre hein?

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 15:33

      Nous parlons comme des gens qui connaissent bien le metal et ses courants, et le metal ne se réduit pas au blacj, ce qu’on essaie de vous expliquer et que vous refusez de comprendre.
      De plus, vous dites « beaucoup de spécialistes » sans citer un seul nom (et beaucoup ne sont pas d’accord) et « très en vogue chez les festivaliers » vous avez pioché quelques images sur les 72000 entrées qu’a fait le festival!!

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 16:04

      Sans citer un seul nom ? Vous auriez fait une bonne carrière au ministère de l’information sous Staline !

      Quant aux images, nombreuses, elles traduisent bien une tendance lourde. Mais vous voudriez les retoucher sans doute pour les publier dans la Pravda ?^^

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 16:07

      Vous reprenez les auteurs cités par La Question alors qu’au moins deux sources (issues du même auteur, Le Breton) développent la thèse exactement contraire, donc oui ça manque un peu de noms de votre part!
      Quant aux images, on est bien loin des 72000 festivaliers non ? « nombreuses » ? Vous plaisantez j’espère, j’étais à ce festival et je peux vous garantir qu’une grande partie des festivaliers ne sont pas piercés (ou alors à un endroit que la décence défend de nommer ^^)…
      Mais merci pas besoin de les retoucher, je suis sûre que vous vous en chargerez pour tenter de donner une consistance à votre propos ^^

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 16:08

      Au fait 72 000 sur trois jours, donc 20 000 et des poussières réels, ce qui ramène le Hellfest et les images significatives à de plus justes proportions. Une sorte d’équibre des situations.

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 16:14

      En fait plus que 20 000 puisque les ventes ont été complètes et qu’on arrivait à un chiffre plus important (et je ne fais que reprendre la méthode de comptes traditionnellement utilisée pour les évènements…) et avant que vous le disiez, non pas toujours les même personnes, beaucoup ne sont venus que pour un ou deux jours, en fonction du planning des concerts…
      Mais vous avez montré quoi, 20 photos, 30 ?

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 15:34

      Ça te semblait évident que la Terre soit ronde et qu’elle gravite autour du soleil?

      Ça te semblait évident que ton corps est constitué de cellules que tu ne pourrais distinguer à l’oeil nu qu’à condition de mesurer 500 mètres de hauteur?

      Tant pis, mais je marque presque un point Godwin.
      Tu sais que ça semblait particulièrement évident aux nazis que les Juifs voulaient dominer le monde…

      Si on ne fais pas de procès de masse, c’est qu’il y a une raison, et cette raison est que chaque individu est différent.
      La modification corporelle ne relève pas forcément d’un déséquilibre mental. Beaucoup de spécialistes l’affirment aussi.
      Ceux qui disent que cela relève d’un déséquilibre mental ont peut-être travaillé sur des cas extrêmes, il faudrait lire leurs ouvrages pour le savoir (et si j’avais les moyens de me payer lesdits ouvrages, j’aurais déjà été les acheter).

      Donc, t’es « c’est beaucoup plus clair comme ça »…

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 14:21

      L’article d’hier est à relativiser, notamment par des ouvrages de docteurs en psychologie et en psychiatrie (lisez les ouvrages de Le Breton cités par La Question vous verrez que sa position est toute autre!).
      Ceci dit Gerdil, vous faites preuve de toujours autant de courtoisie!

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 14:59

      La courtoisie n’est décidément pas votre fort.

      Je déteste m’abaisser à ce niveau, mais à force de lire toujours la même chose dans vos commentaires, je commence à me demander si vous ne souffrez pas d’une sérieuse pathologie mentale.
      Vu de l’extérieur, ça ressemble fort à un délire de persécution. Il n’y a qu’à voir le nombre de boucs émissaires présents sur ce blog…

      Les Juifs, la République, les métalleux, maintenant les tatoués…

      Bientôt, ils vont accuser les traiteurs chinois d’être à l’origine des épidémies de gastro, vous allez voir.

    • Gary permalink
      25 juin 2010 15:29

      Quoique pour les traiteurs chinois, il faut avouer que c’est pas complètement faux !^^

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 14:54

      Oui, ceci dit, les sorcières qu’on brûlait sur le bûcher sous l’Inquisition, c’était pas mal non plus, question son et lumière, il me semble.

      Arrêtez de croire que dans l’Histoire, ça se divise entre « bons » et « méchants »… Chaque peuple a eu des pratiques cruelles, qu’elles soient ritualisées ou non.

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 15:00

      Révisez vos manuels, les sorcières brûlées c’est surtout en Allemagne avec la bénédiction de Luther. Pas grand chose à voir avec l’Inquisition.

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 15:03

      Torquemada était allemand ? Grande nouveauté tiens!

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 15:07

      Torquemada n’a strictement rien à voir avec la chasse aux sorcières organisée dans les pays réformés.

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 15:10

      Oui, il a à voir avec la chasse aux hérétiques organisés dans les pays restés fidèles à Rome.
      Merci de la nuance.

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 15:28

      Mais il a beaucoup à voir avec l’Inquisition!

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 15:33

      Qui elle-même n’a rien à voir avec la chasse aux sorcières dans l’Europe du Nord soutenue par l’église réformée.

      Dites donc vous avez des problèmes avec l’histoire à la fac de droit^^

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 15:35

      Tu lis ce que j’écris? Je dois le redire?

      Environ 30 000 condamnation à mort physiques et 15 000 par effigie rien qu’en Espagne. Dont environ 10% par bûcher.

      Ça fait quand même entre 3 000 et 4 500 condamnation à la crémation sur une période de 300 ans environ.
      Et c’est en se basant sur les chiffres de Juan Antonio Llorente.

      Je te parle de l’Espagne Catholique. Allô?

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 15:35

      Relisez le premier commentaire contre lequel vous vous êtes insurgé (celui d’Arthan) qui parlait de l’Inquisition! Je crois que vous devriez changer de lunettes ^^
      et merci aucun problème en histoire, j’ai des notes extras!

    • alex permalink
      25 juin 2010 15:36

      @Dura

      Ils vont te répondre que c’est parce que tes profs sont soumis à la loi talmudique^^

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 15:37

      Mouahahaha certains de mes profs ont été cités par des catholiques comme références dans l’article parlant de l’Inquisition ^^

    • alex permalink
      25 juin 2010 15:38

      Lol! Vraiment forts nos Questionneurs adorés!^^

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 15:10

      Oui, environ 30 000 condamnation à mort physiques et 15 000 par effigie rien qu’en Espagne. Dont environ 10% par bûcher.

      Ça fait quand même entre 3 000 et 4 500 condamnation à la crémation sur une période de 300 ans environ.
      Et c’est en se basant sur les chiffres de Juan Antonio Llorente.

      Plutôt pas mal, non, pour une région catholique, hein?

    • wendrock permalink
      25 juin 2010 15:41

      D’abord il ne s’agit pas de « sorcières » dans la plupart des cas mais d’hérétiques, donc soyez attentifs dans vos citations, et ensuite ça fait tout de même 50 fois moins de mort en plus de trois à quatre siècles que la Révolution n’en fit en 4 ans, soit plus de 200 000 au nom des vertus républicaines de liberté, égalité et évidemment « fraternité »!

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 15:43

      Ouais enfin là pour le coup la Révolution a rien à foutre au milieu d’une discussion sur les morts liés à la pratique d’un culte!

    • wendrock permalink
      25 juin 2010 15:54

      Ah bon ? Curieuse idée.

      Pourriez-vous alors m’indiquer pour quelles raisons furent exécutés les dizaines de milliers de prêtres de religieuses et de religieux pendant la Révolution, si ce n’est pas à cause de la pratique d’un culte ?

      Merci par avance d’acompagner votre exposé d’exemples concrets.

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 16:03

      Il ne s’agit pas d’exécutions dans le cadre d’un rite mais contre un rite!
      De plus, selon le Dictionnaire historique de Soboul, 80 % des victimes appartenaient au Tiers-Etat.
      Selon Louis-Marie Prud-homme, on dénombre moins de 2000 prêtres et religieuses exécutés et Eric de Mari, auteur de « La répression des prêtres réfractaires conduite hors de la loi sous la révolution française (1793 – an VIII) » (publié près le CIER) établit que les prêtres même hors-la-loi bénéficiaient d’un statut juridictionnel particulier et ne fait pas état de plusieurs milliers d’exécutions (on atteint tout juste 13 000 condamnations de hors-la-loi et bien moins d’exécutions).

    • wendrock permalink
      25 juin 2010 16:29

      Votre distinction entre pour et contre un rite est dès plus curieuses.

      Selon vous les prêtres et religieux n’étaient pas tués à cause de leur foi ? Veuillez revoir votre copie svp.

      Quant à vos chiffres on frise le ridicule, mais il est vrai que votre manière assez comique de croiser une indiquation globalisante de Soboul avec l’étude plus que discutable, et surtout inexacte, de Prud-homme, vous vaut promotion immédiate au ministère de l’agriculture pour vous occuper de la promotion de l’image des goulags.

      Je m’absente quelques heures…

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 16:31

      La différence se situe entre le fait que les uns tuent pour un Dieu et les autres pour des raisons politiques… Quant à mes chiffres, ce sont ceux d’historiens, y compris d’historiens catholiques comme Eric de Mari, que vous dénigrez sans autre forme de procès et sans avancer ni nom, ni preuve!

    • wendrock permalink
      26 juin 2010 00:03

      Revenons à nous, après mon absence, afin d’en finir avec vos affirmations sottes et inexactes.

      La déchristianisation est bien une politique qui, pendant la Révolution française, eut pour but de supprimer le christianisme de la vie quotidienne en France : prêtres déportés ou assassinés, religieux contraints à abjurer leurs vœux, croix et images pieuses détruites, fêtes religieuses interdites, agendas supprimés, et interdiction du culte public et privé.

      Le mot vient de Mirabeau, qui dira dans ses derniers moments : « Vous n’arriverez à rien si vous ne déchristianisez la Révolution. »

      L’histoire du clergé réfractaire est horrible tant la haine furieuse des la Révolution massacra ces pauvres hommes au seul fait de leur état religieux.

      Un exemple :

      http://pagesperso-orange.fr/genealegrand/haspres/victimes_revolution.htm

      Rappelons que les révolutionnaires attaquèrent tous les symboles de la monarchie : la nécropole royale de Saint-Denis fut livrée au pillage et plusieurs tombes royales dévastées. La Sainte Ampoule, utilisée pour le sacre royal, fut détruite. De très nombreuses églises subirent des mutilations ou des destructions.

      Le culte catholique fut interdit. Les églises parisiennes fermées le 23 novembre 1793. Elles seront transformées en temples de la Raison, ou bien en entrepôts.

      les persécutions se développèrent dce façon démentielle. Ce seront les réfractaires de 1792, les guillotines de 1793… Ce fut l’instauration d’agents assermentés chargés de la chasse aux réfractaires, celle des certificats de civisme, les phénomènes dits de déprestianisation ou encore de déprêtrisation (bonjour le vocabulaire)… Ce fut la grande persécution de 1793, lancée en fait par les massacres des 2 et 3 septembre 1792, notamment des Carmes, de l’Abbaye et de Saint-Firmin. Ce fut, le 10 mars 1793, l’établissement du tribunal révolutionnaire, l’adoption de la Loi des suspects le 17 septembre de la même année, ou encore, le 20 novembre, le décret stipulant que seuls les ecclésiastiques mariés pourront échapper à la déportation, d’où la déprêtrisation de la plupart des membres du clergé constitutionnel. Et même les déprêtrisés ne furent pas à l’abri, puisque, à titre d’exemple, Monseigneur Jean-Baptiste Gobel, évêque jureur de Paris depuis le 27 mars 1791 et précédemment évêque in partibus de Lydda, chef de file des hébertistes, qui avait abdiqué et s’était déprêtrisé le 7 novembre 1793, allait être exécuté le 12 avril 1794…les persécutions furent bien longues à s’arrêter. Par exemple, à Marseille, il y eut encore le 29 février 1798 l’exécution de cinq prêtres refusant de prêter un serment de haine à la royauté, dont le Père Donnadieu…

      Concernant le bilan de la Révolution Française à présent :

      40 000 personnes guillotinées, des milliers de personnes mitraillées au canon à Lyon, fusillées à Marseille ou Toulon, les 5 000 noyés de Nantes les milliers d’autres noyés à Ancenis ou Angers, les 1 400 massacrés des Massacres de Septembre qui périrent dans des conditions effroyables égorgés dans les prisons de Paris du 2 au 6 septembre 1792 dont 223 prêtres.

      Une circulaire de la commune de Paris, envoyée aux municipalités de province, déclencha les même massacres dans les prisons de Versailles, de Meaux, de Reims, d’Orléans de Lyon etc… Le 20 septembre fut crée la carte civique qui était obligatoire, délivrée par le président de la section et signée par les secrétaires. Elle était aussi appelée certificat de civisme et devait être présentée à chaque réquisition et accompagnée dans certains cas d’un certificat de non-suspicion et d’un certificat de non-émigration. Il est difficile d’établir un bilan des victimes sous la Terreur car les statistiques des victimes sont incertaines, beaucoup d’archives de la révolution ayant été détruites vers 1913 par des historiens antimonarchistes. Certains chiffres on tout de même été donnés, et notamment en ce qui concerne les Vendéens et les Chouans. Certains parlent de 260.000 morts, bien que certains chiffres parlent de 520.000 à 650.000 mort sur l’ensemble du territoire. Voici quelques exemples de chiffres d’exécutions à Paris et dans tout le reste du pays.

      A Paris on compte du 21 janvier 1793 au 8 juin 1795 , 2795 guillotinés, dont 1376 entre le 10 juin et le 28 juillet 1794. En province, on estime le nombre d’exécutés dans l’ensemble, à 42000 guillotinés dont 17000 à la suite d’un procès. 332 exécutés à Orange par la guillotine mais aussi par fusillade, le rendement de la guillotine n’étant pas suffisant notamment le 28 mai 1793 ou il y eut 16 guillotinés pour 45 fusillés, 298 exécutions à bordeaux, 391 à Arras, 267 à Rennes etc… On compte environ 25000 exécutions par simple décision administrative pour ces quelques motifs : hors-la-loi, rebelles, émigrés ou déportés rentrés clandestinement…

      Pendant la dictature de la commune (tribunal criminel du 17 janvier 1794) il y eut également des exécutions hors guillotines. Armes blanches et massues : à Paris, 1395 morts dont 420 ne purent être identifiés (cadavres mutilés ou brûlés). Au bois de Beaurepaire en Vendée 300 femmes… Cannonade : 1876 exécutions du 4 au 27 décembre 1793 à Lyon où les canons étaient chargés à mitraille. Fusillades : 800 exécutions à Toulon , 1200 en mai 1794 sur ordre du Général d’ Elbée à Noirmoutier etc. Noyades : 4800 noyés à Nantes du 3 novembre au 31 décembre 1793 dont 2000 la seule semaine de Noël , le 23 décembre étant la journée la plus noire puisque 800 personnes furent exécutées. Puis en juillet 1794, à la fin de la mission de Carrier, il y’eut 10.000 exécutions.

      Une petite recherche intéressante :

      http://les.guillotines.free.fr/

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 16:25

      Bah c’est pas grave nous dit Wendrock , l’inquisition a fait moins de morts que la révolution ! vous vous rendez compte !

      Mon gars : un mort c’est déjà beaucoup trop !

    • Gary permalink
      25 juin 2010 16:32

      On te le fait pas dire, surtout lorsque c’est à cause des idées satanistes comme aujourd’hui en Russie ou dernièrement en Italie. Heureusement en France c’est juste symbolique comme le TABM…

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 16:41

      En effet , personne ici n’a dit que ces actes était bien mon gros .
      Sauf que encore une fois Rien a Voir avec le BM , et dans la cas en russie même pas du satanisme ! C’est bête hein ?
      Arrête de juger les gens sur leurs apparences , bande de racistes .

    • Gary permalink
      25 juin 2010 17:29

      Tu peux m’expliquer le rapport que tu fais entre esthétique et race ?

      Je me demande si t’es pas un peu dans ton délire lorsque tu balances tes comms ?

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 17:54

      Le rapport ? c’est que dans un cas et dans l’autre cela reste une discrimination se basant sur des principe totalement subjectifs .

      Et vous quand vous parler partout de Racisme anti chrétiens , quel rapport y ‘ a t’il entre la race et le Religion ? 😉 .

    • Gary permalink
      25 juin 2010 20:16

      Parce que tu nous as entendu parler de « racisme » antichrétien ? De haine d’accord, mais racisme est à côté du sujet. Tu devrais changer de lunettes car ce n’est pas une terminologie employée sur La Question où on fait attention aux mots.

      Cela dit c’est vrai que l’expression est passée dans le langage courant, on parle de racisme social pour évoquer une discrimination sur des critères d’argent, etc. Donc tu emploies la novlangue médiatique, c’est vrai que depuis que le Hellfest s’est trouvé des avocats jusqu’à l’Assemblée le côté rebelle fait un peu rire^^

      D’autant que bientôt le volume des groupes au festival sera aussi puissant que celui des concerts de Tino Rossi 🙂

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 20:27

      Lorsqu’on se veut républicain et défenseur des valeurs de ce régime pourri, au nom de la liberté, avoir fait 50 fois plus de morts en 4 ans que l’Inquisition en 4 siècles ça fait très très mauvais effet 😦

      Généralement avec ce type de bilan sinistre on évite de trop la ramener…

    • archaos permalink
      25 juin 2010 20:32

      D’accord sur un seul point avec les cathos, niveau sono c’était merdique. La seconde scène était ultra faible sur le plan décibels.

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 20:36

      LOL

      L’Inquisition a fait moins de morts en ESPAGNE.

      À l’échelle de l’Europe, ça se chiffre en millions.

      Et ne venez pas me dire qu’on sort d’une zone géographique, on compare deux événements.

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 20:37

      « Parce que tu nous as entendu parler de « racisme » anti chrétien ? »

      T’sait mon pote vous n’êtes pas le centre du monde , ça fait bientôt 2 ans que je foule les forum Catho . Et ce terme je l’ait lut des dizaines de fois 😉 .

      « c’est vrai que depuis que le Hellfest s’est trouvé des avocats jusqu’à l’Assemblée le côté rebelle fait un peu rire^^ »

      On sait très bien que vous aimeriez que l’ont vienne cramer des églises ou casser du Cathos , histoire de pouvoir vous faire passer pour des victimes .
      Ont est juste plus malin que vous , le coter rebels ? lol non ont veut juste que les Cathos Dingos arrêtent de nous faire chiez , vous nous attaquer nous nous défendons , c’est simple . Et surtout : Aucun Compromis !

      « Lorsqu’on se veut républicain et défenseur des valeurs de ce régime pourri, au nom de la liberté, avoir fait 50 fois plus de morts en 4 ans que l’Inquisition en 4 siècles ça fait très très mauvais effet  »

      Parce Que vous avez fait moins de morts vous êtes mieux ? il n’y aurait eu que 10 morts de votre coter ce serait déjà infiniment trop mon petit ! Justifier votre merde par celle des autres c’est une très mauvaise défense 🙂 .

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 18:19

      Et ensuite? J’ai parlé des sorcières qu’on a brûlé sur le bûcher, et je ne vois pas pourquoi il faudrait faire la différence entre brûler quelqu’un accusé de sorcellerie et brûler quelqu’un accuser d’être hérétique.

      Dans les deux cas, il y a eu crémation.

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 20:21

      Oui mais si tu parles de sorcières brûlées faut rester dans ton sujet, ça s’appelle la cohérence intellectuelle. Bon mais c’est vrai qu’il y en a pas lourd dans les têtes métalliques.

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 20:33

      Je signalerai à ce sujet que j’ai commencé par parler de sorcières brûlées.
      On m’a répondu que les bûchers n’avaient pas concerné tant de monde que ça.
      J’ai donc sorti les chiffres de l’Inquisition pour avoir les statistiques des bûchers.

      Je ne vois pas d’incohérence, en dehors de celle que vous essayez de créer en reliant les chiffres que j’ai cité à ma première intervention.

      De plus, à ceux qui disent que l’Inquisition a fait moins de morts que la Révolution Française, je rappelle que ce ne sont là que les chiffres ESPAGNOLS. À l’échelle de l’Europe, les estimations se chiffrent au dessus du million.

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 20:39

      Surtout que mon petit Gerdil , la sorcellerie était interdite car considéré comme Hérétique et l’oeuvre du Malin .

      Encore la preuve de ta faiblesse et de ton manque d’intelligence .

    • Dura lex sed lex permalink
      26 juin 2010 14:07

      Regardez le nombre de prêtres tués dans vos chiffres, et apprenez à respecter les historiens qui eux connaissent leur métier, et au passage vos interlocuteurs, vos insultes répétées deviennent lassantes et n’ont pas leur place dans un débat sérieux.

    • wendrock permalink
      26 juin 2010 14:18

      Et qu’est-ce que ce nombre -difficile à évaluer exactement car beaucoup de clercs avaient été réduits à l’état laïc, les congrégations religieuses fermées leurs membres contraints de quitter l’habit de leurs ordres et donc non comptabilisés comme appartenant à l’Eglise lors des exécutions – nombre qui de toute façon est au minimum très élevé selon les diverses études
      http://les.guillotines.free.fr/victimes.htm

      change dans l’affirmation de la nature criminelle et antichrétienne de la Révolution ?

    • Dura lex sed lex permalink
      26 juin 2010 14:21

      Haha vous vous êtes basés sur un site qui donne des chiffres très bas concernant les religieux exécutés! (ou alors vous l’avez lu en diagonale, ce qui ne m’étonnerait même plus).
      Selon votre principe, j’affirme que la religion chrétienne (qui a occasionné des morts au cours de son histoire) est de nature criminelle!

    • wendrock permalink
      26 juin 2010 14:33

      Je me suis volontairement basé sur un site minorant les données, afin de rester dans un discours objectif que vous êtes incapable de soutenir, me ressortant un argument inimaginable visant à justifier les crimes abominables de la Révoution : « j’affirme que la religion chrétienne est de nature criminelle! » (sic)

      D’ailleurs répondez-moi. En quoi votre affirmation, plus que discutable mais passons, justifie-t-elle les milliers de morts dans des conditions épouvantables que fit la Révolution ?

      Votre discours est absurde et serait ridicule si derrière tout cela ne se trouvaient pas des drames humains terrifiants !

    • Dura lex sed lex permalink
      26 juin 2010 14:39

      Je ne justifiais pas les crimes de la Révolution, relisez-moi « Selon votre principe, j’affirme que la religion chrétienne (qui a occasionné des morts au cours de son histoire) est de nature criminelle ». Pour ceux qui n’ont pas compris, mon propos était le suivant : vous affirmer que la Révolution est de nature criminelle en vous fondant sur les morts qu’elle a occasionnées, on peut le faire de chaque religion, de chaque politique, donc en suivant votre raisonnement, et puisque la chrétienté a occasionné des morts, elle est également de nature criminelle… Je n’ai jamais minimisé le rôle de la Révolution (je discute vos chiffres ridicules et jetés sans preuve aucune), merci de ne pas me prêter des propos que je n’ai pas!
      Vous venez ceci dit de démontrer parfaitement à quel point vous vous fichez de ce qu’on peut dire, puisque vous ne prenez même pas la peine de lire correctement un commentaire, préférant y mettre ce que vous voulez y mettre.

    • wendrock permalink
      26 juin 2010 14:52

      Votre petit exercice maladroit d’explication de texte n’explique rien du tout.

      Vous êtes bel et bien en train de vouloir justifier les crimes de la Révolution en venant nous dire que la religion est criminelle. Alors même qu’il vous fut montré qu’elle l’avait été infiniment moins, vous témoignez tragiquement de votre incapacité à juger de la nature immonde de l’idéologie révolutionnaire qui souhaita éradiquer le christianisme par des mesures liberticides et assassines, poussant la honte jusqu’à tuer des hommes et des femmes de manière abominable.

      Votre posture, est triste à voir, et vos arguments indéfendables. Car, et vous l’oubliez, la Révolution devint le modèle de référence pour les pires régimes des siècles qui suivirent : Staline, Pol Pot, etc., le communisme ayant fait 70 millions de morts.

      Vous vous faites ainsi la complice du crime, de l’abjection et de la mort, dont votre culture musicale est d’ailleurs la digne représentante !

    • Dura lex sed lex permalink
      26 juin 2010 14:56

      Dernière réponse de ma part devant ces ultimes insultes : vous pensez savoir mieux que moi ce que je dis, veux dire et pense ? Soit. Mais rappelez-vous que seul Dieu est omniscient, et que je n’ai pas à justifier le choix de mes mots devant quelqu’un qui ne sait pas les lire.

  3. aaa permalink
    25 juin 2010 12:46

    Un site d’intellos on dirait ici de la Tradition à sa souche…?

  4. Silverblade permalink
    25 juin 2010 13:12

    Il sont fous ces romains^^

  5. alex permalink
    25 juin 2010 14:33

    Au passage, je tiens à remercier les fidèles de La Question de ne pas être aussi fous que ceux des intransigeants, qui me proposent actuellement afin de m' »éduquer » en visionnant le Juif Suss ou d’autres vidéos néo-nazies. (véridique)

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 14:57

      C’est pourtant un Très bon film expressionniste^^

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 15:00

      J’ose espérer que c’est une plaisanterie.

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 15:05

      Pas du tout, l’Allemagne produisit un ciméma de grande qualité sur le plan artistique dans les premières décennies du XXe siècle.

    • alex permalink
      25 juin 2010 15:07

      Je suis sûr que vous n’en diriez pas autant du cinéma de propagande stalinienne, j’ai tort?

    • gerdil permalink
      25 juin 2010 15:48

      Et une fois de plus vous auriez tort. Très bons réalisateurs du côté russe également : Vertov, etc.

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 15:50

      Oui des réalisateurs comme Murnau par exemple (Nosferatu, Faust…)

    • alex permalink
      25 juin 2010 15:06

      Pas la peine d’espérer quoi que ce soit avec eux… Puis le superbe site qu’ils me proposent: http://www.nazi.org.uk
      Non comment -_-‘

    • alex permalink
      25 juin 2010 15:06

      *No comment plutôt. J’en perds mon anglais!

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 15:14

      Pourquoi est-ce que j’ai envie de vomir?

    • brunsw permalink
      25 juin 2010 15:45

      A cause des traiteurs chinois 🙂

  6. elyahbeth permalink
    25 juin 2010 15:15

    oooh pauvres chretiens stigmatisés! On dirait que c’est vous qui êtes sur la croix en train d’en chier… Vous ne viviez même pas il y a 2000 ans mais vous possedez la vérité absolue sur toute l’histoire de ce monde!
    Jesus n’a pas chouiné lui sur sa croix alors arretez de vous victimiser vous lui faites honte!

    Si seulement vous vous concentriez un peu plus sur votre epanouissement personnel et sur la fraicheur du poisson de ce midi plutot que de juger 6 milliards d’hommes depuis votre petit ecran.

    Dieu n’a pas créé Google, toute ce qui y circule ne vaut pas parole d’evangile… Et qui plus est, la fin du monde est prévue pour 2012 alors sortez que diable, rencontrez d’autres humains, partagez, apprenez tant que c’est encore possible, mourez moins cons, il ya du bon en chacun d’entre nous mais il faut venir le chercher!

  7. Arthan permalink
    25 juin 2010 15:16

    Ah, oui, et, au fait, n’oublions pas que Constantin Ier, dit « Le Grand », est resté fidèle à l’ancien culte toute sa vie, et a été baptisé sur son lit de mort, presque contre sa volonté.

    • wendrock permalink
      25 juin 2010 15:43

      Pratique courante à l’époque. Rien d’exceptionnel en cela.

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 18:21

      Donc, vous trouvez normal que sur le lit de mort de quelqu’un, on le force presque à renier ce en quoi il a cru toute sa vie?

  8. Silverblade permalink
    25 juin 2010 15:33

    + 1 @ elyahbeth

    Moi même je ne perd pas espoir d’un jour trouver du bon chez Reply.
    Après tout personne n’est noir ou blanc nous ne sommes tous que des nuances de gris.

  9. Yog-Sothoth permalink
    25 juin 2010 16:29

    Ils font de plus en plus pitié les cathos dingos …
    C’est effrayant de lire autant de bêtise .

    Sur ce je m’en retourne lire le Livre de Veles , c’est plus intéressant que vos connerie .

    En attendant continuer a cracher sur le paganisme , les metalleux ect … Continuez , vous avez déjà perdu depuis bien longtemps .

    • Gary permalink
      25 juin 2010 16:38

      Vu l’état de la société, je crois que tu devrais être plus prudent. Un jour tu souhaiteras peut-être, face à la folie généralisée, que les idées contre-révolutionnaires soient en mesure de ramener l’ordre et la paix dans ce foutu pays.

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 16:47

      Mourir l’arme a la main serait une meilleure solution , plutôt que de voir des dégénéré , terroristes de la pensée , de plus détruire ce pays en restaurant leurs idée digne de Mao .

    • Gary permalink
      25 juin 2010 17:22

      Je crois que tu trompes complètement de crèmerie vieux. Rien ne nous est plus étranger que les idées et vision de l’homme des régimes communistes.

      Notre sympathie va au droit coutumier du Royaume, dans lequel les peuples vivent heureux et préservent leurs cultures et identités, Royaume intégré au sein d’une Europe fédérée par Rome et la foi catholique. On est loin de ton Mao et son idéoligie pourrie et meurtrière.

      Pour ta gouverne le communisme c’est 70 000 000 (soixante dix millions t’as bien lu) de mort !

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 17:28

      J’ai cité Mao comme j’aurait pu cité Staline , Hitler , Kim ou encore Charles IX .

    • Gary permalink
      25 juin 2010 17:33

      Toute ta galerie de portrait, sauf Charles IX, ne fait pas partie des posters de mon bureau.

      C’est plutôt au Hellfest où on voit des tenues para-militaires !^^

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 17:57

      T’inquiète pas que pour avoir côtoyer des gens qui traînait a St Nicolas du Chardonnet , les tenue Para militaires ça fleurie bien de votre coter aussi 😉 .

    • brunsw permalink
      25 juin 2010 19:08

      Oui mais elles sont jolies ces tenues, et en plus ceux qui les portent on les voit à la messe, c’est pas la même religion que les satanistes du Hellfest !^^

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 21:06

      Désolé les Fred Perry , Lonsdale , Bombers crane rasé and co je trouve pas ça très classe .

      Pas la même idéologie non plus . Les NS , je ne m’en vanterai pas perso .

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 17:28

      Mouais enfin pour les peuples heureux et qui préservent leurs cultures et identités on repassera hein! Un peu d’objectivité que diable!

    • hannibalgenga permalink
      25 juin 2010 17:41

      Et pourtant qui s’est amusé à interdire les langues régionales, a combattu les particularismes, réprimé les corporations artisanales, supprimé le calendrier festif, les pèlerinages, les congrégations pieuses de pénitents, etc ?

      Réponse la République jacobine ennemie des peuples !

      Un peu d’objectivité, et de culture historique, ne vous ferrait pas de mal.

    • Dura lex sed lex permalink
      25 juin 2010 17:45

      Vous croyez que la vie était meilleure sous la royauté pour le peuple ? Alors révisez votre Histoire, relisez les textes et les édits royaux, et là nous en rediscuterons! Vous poussez la mauvaise foi jusqu’à l’écoeurement, et ne savez vous empêcher d’être grossier qui plus est, je ne vois vraiment pas l’intérêt de discuter avec vous. Et pour votre information, je ne manque pas de culture historique puisque j’intègre un Master 2 d’Histoire du Droit (en gros, votre mépris, vous pouvez vous le mettre où je pense, j’en ai plus que mon compte d’être polie envers des individus incapables de faire montre de la plus élémentaire politesse à l’endroit de leurs interlocuteurs).
      Sur ce, je pars travailler.

    • hannibalgenga permalink
      25 juin 2010 19:17

      Mais c’est précisément les documents qui nous permettent d’affirmer la supériorité de la vie d’Ancien Régime, et de très loin même, alors que régnait un mode de vie harmoniieux ignorant l’enrôlement sous les drapeaux de toute la population, l’argent roi,et la dictature impitoyable des lois de l’industrie qui transforma en de véritables forçats les ruraux, les faisant vivre, femmes, enfants, vieillards, sans congés, sans dimanche que la Révolution supprima !

      Ah ! elle est belle votre saloperie de République, une putain antichrétienne et criminelle en plus !

    • Yog-Sothoth permalink
      26 juin 2010 00:00

      Mais mon gars on ne vie plus comme en 1789 ni comme en 1850 ni même comme en 1900 !

      Ton dimanche tu l’a , tes congées tu les as ! Tu profite bien d’une des meilleures couvertures maladies du monde ( tu veut savoirs comment ils se soigne les américains ? la c’est scandaleux ) .

      On a un niveau de vie plus que correct ! Compare ce qui est comparable , tu compare la République de 1800 a la république dans laquel tu vis aujourd’hui .

      Mais putain ait un peu de bon sens et compare ce qui est comparable !

      Toute vos comparaison sont faites entre l’ancien régime et Les 1ères républiques , vous comparez deux périodes du passé , certes c’est instructif , mais ça n’a rien a voir avec la vie réel qui se déroule en ce moment même !

      Mais bon si ça vous plaît de vivre dans le passé libre a vous , mais l’avenir ce n’est pas dans les livres et en ressassant le passer qu’on le construit , mais en vivant aujourd’hui .

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 18:06

      « qui s’est amusé à interdire les langues régionales »

      C’est pour cela que l’occitan ou le Breton ( Par exemple ) sont enseigner dans les collèges et lycées .

      Non moi ce que je regrette c’est que la société de consommation ait détruit les traditions régionales et réduits les anciennes légendes a des attrapes touristes .
      Tout comme il n’y a aucun respect pour les régions et le patrimoine et la nature ( exemple : la foret de Broceliande qui a faillit être en partie rasé pour y construire une usine de traitement de déchets , heureusement la tribunal en a décidé autrement , mais ces connard d’industriels veulent faire appel … ) .

      Et jusqu’à preuve du contraire ce n’est pas non plus les catholiques qui ont fait quoi que ce soit pour les sauvegardés .

    • hannibalgenga permalink
      25 juin 2010 19:22

      Depuis quand mon petit gars ?

      Et demande toi aussi pourquoi il a fallu le rétablir et qui en avait interdit la pratique ?

      Vous êtes vraiment ignares sur le plan historique !

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 20:57

      Non , nous vivons dans le présent , tu dit qu’ils ont détruits les anciennes langues régionales , alors je te montre les conséquences présentes : ils sont enseigner dans les collèges et lycée .

      Moi je me fie au fait et a l’instant présent ! Je te parle des des conséquences présentes pendant que vous me sortez des truc d’y a 100 piges , je ne suis pas comme vous a me palucher comme un débile sur le passer , passé plus d’incertains ! .

      Et puis si il vous plaît tellement le passé : Mais retournez vivre comme au Moyen Age , espèce de con. Foutez le camp dans les montagnes avec une paire de chèvres. On vous achètera vos fromages, promis. Vous le sentez pas l’appel de la nature, là?

      Qu’est-ce que l’Histoire, sinon une fable sur laquelle tout le monde est d’accord ?

    • Gary permalink
      25 juin 2010 22:22

      T’as fumé ou quoi ?

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 22:30

      Mais cherchez pas à faire des phrases pourries; on en a gros, c’est tout !

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 22:33

      « L’Histoire est écrite par les vainqueurs. » (Napoléon)

      T’as raison, Yog! Je crois qu’ils nous utilise bon gré mal gré pour arriver sur la fin!

    • Gary permalink
      25 juin 2010 23:02

      T’es franchement en plein délire. Ecrire des trucs aussi tarés que : « retournez vivre comme au Moyen Age , espèce de con. Foutez le camp dans les montagnes avec une paire de chèvres » sincèrement je pense qu’il faut que tu arrêtes la Chimay ou autre chose.

      La Révolution a brisé le tissu social organique, détruit les particularisme régionaux, et tu me parles d’un enseignement des langues qui a à peine 20 ans acquis de haute lutte contre la volonté de l’Etat qui combattit les particularismes linguistiques depuis 2 siècles avec une violence féroce, va parler de ça aux Bretons, Basques, Alsaciens, etc. Ton raisonnement est lamentable.

    • wendrock permalink
      25 juin 2010 23:09

      Gary, le métal n’arrange pas les connaissances historiques, il n’est plus besoin de le démontrer.^^

      C’est Bertrand Barère (1755-1841), membre du Comité de salut public (8 pluviôse an II), l’organe de gouvernement révolutionnaire qui mis en place par la Convention nationale en avril 1793, une véritable offensive en faveur de la langue nationale qu’on voulut imposer de partout par contraine. Voici ce qu’il déclarait :

      « La monarchie avait des raisons de ressembler à la tour de Babel; la langue doit être une et la même pour tous. »

      Cette petite musique est reprise par d’autres ténors de la République : « il est plus important qu’on ne pense en politique d’extirper cette diversité d’idiomes grossiers, qui prolongent l’enfance de la raison et la vieillesse des préjugés. Leur anéantissement sera plus prochain encore… » Soulignons le terme «extirper» appliqué aux «idiomes grossiers» qui prolongent «l’enfance de la raison» et «la vieillesse des préjugés». Ce sont là des termes extrêmement forts destinés à dévaloriser les langues régionales et les faire disparaître.

      À partir de 1793, les révolutionnaires s’attribuèrent même le droit d’éliminer leurs concitoyens au nom du progrès pour l’humanité ! Ce fut la politique soumise au principe de la fin justifiant les moyens. Un discours se développa dans lequel le terme langue restait l’apanage exclusif du français appelé «notre langue». Tout ce qui n’est pas français devait s’appeler patois ou idiomes féodaux.

      Plus encore, le 8 août 1793, la Convention ationale supprimait toutes les académies et sociétés littéraires officielles, dont la célèbre Académie française (fondée en 1635 par Richelieu). Et il en fut ainsi de l’Académie de peinture et sculpture (fondée par Mazarin en 1648), de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (fondée par Colbert en 1664), de l’Académie des sciences (fondée par Colbert en 1666), de l’Académie de musique(fondée la même année) et de l’Académie d’architecture (fondée en 1671).

      C’est beau le triomphe de la liberté républicaine !

    • wendrock permalink
      25 juin 2010 23:17

      Quelques précisions supplémentaires à l’intention des ignorants qui ne comprennent pas le projet fou et totalitaire de la Révolution.

      La Révolution imposa le français par des décrets rigoureux à travers toute la France, et par la force si nécessaire. Sous Robespierre, le décret du 2 thermidor, an II (20 juillet 1794) sanctionna la terreur linguistique. À partir de ce moment, les patois locaux furent pourchassés.

      On alla si loin dans la volonté d’arraser l’ancien monde qu’on inventa un nouveau calendrier.
      Les jours ne furent plus consacrés à des saints, mais à des produits du terroir : raisin, safran, châtaigne, tourbe, chien, radis, chèvre, abeille, topinambour, potiron, sarcloir, etc. Les semaines furent portées à dix jours (primidi, duodi, tridi, etc.) et prennent le nom de décades. Les mois, encore de trente jours, reçoivent des noms évoquant des saisons : vendémiaire, brumaire, frimaire, nivôse, pluviôse, ventôse, germinal, floréal, prairial, messidor, thermidor, fructidor. L’année républicaine était ainsi divisée en 12 mois de 30 jours (trois «décades») et se terminait avec cinq jours complémentaires (appelés «sans-culottides» jusqu’au 24 août 1794).

      Les députés menacèrent de la guillotine tout citoyen qui s’exprimerait selon l’ancien calendrier, hérité de Jules César (le calendrier julien) et modifié par le pape Grégoire XIII (1502-1585) pour devenir ce qu’on a appelé le «calendrier grégorien». On voulait ainsi extirper les rites chrétiens, notamment le repos dominical et les fêtes religieuses.

    • Yog-Sothoth permalink
      25 juin 2010 23:17

      Je suis Breton mon petit pote ( Enfin Breton / Allemand ) 😉 . Même si je ne vie pas en Bretagne , je suis très attaché a ma terre de sang et a ses traditions .

      Et alors ? tu peut changer le passé ? non . C’est ça votre problème , vous critiqué tous un système en vous basant sur le passé au lieu d’améliorer le future .
      Certes la république n’est ni parfaite ni toute blanche ,et alors ? vous au lieu d’essayer d’améliorer les choses vous prônez la destruction et la régression .
      Le future ne se bâti pas en se lamentant et en ressassant le passé .

      Et il ne faut pas croire mais il y a quelques point avec lesquels je suis d’accords avec vous . D’autres ou je ne le suis carrément pas , ou certaines qui ne serait pas déplaisante sur le principe mais que je ne soutiendrait jamais, pour diverses raisons , éthiques , religieuses ou Idéologiques .

      Arthan :

      Aaah mais c’est de là que ça vient ! Quand on dit « ça va comme sur des roulettes ». En fait ça veut dire qu’le mec il peut balancer un morceau de rocher comme une catapulte, il continue quand même d’avancer d’façon mobile.

    • wendrock permalink
      25 juin 2010 23:23

      Poursuivons les exemples instructifs et merveilleux pour ceux qui imaginent que l’on peut fonder quelque chose sur cette folie criminelle que fut la Révolution.

      Les noms de lieux furent l’objet d’une révision en profondeur. Dans sa séance du 31 mai 1793, le Comité de l’instruction publique décréta que les noms des villes qui «rappelaient des institutions féodales et, perpétuant cet « odieux souvenir », souillaient la langue des Français libres, devaient disparaître avec leurs tyrans». Les dénominations contenant les mots «saint», «roi», «comte», noms de nobles, etc., furent abolies. Plus d’un dixième des communes françaises durent changer de nom.

      De plus, les prénoms français traditionnels durent subir une cure de «déchristianisation». Les lois de la Révolution française imposèrent un cadre très restrictif au choix des prénoms. Les fonctionnaires de l’état civil pouvaient accepter ou refuser un prénom si, en fonction des calendriers et de la coutume, ils n’étaient pas au goût du jour. Des prénoms tels que Pierre, Marie, Jean, etc., jugés trop chrétiens, durent être remplacés par Brutus, Marat, Messidor, Rose, Horace, Rossignol, Violette, Prune, Mucius, Lucrèce, César, Germinal, Noizette, Cerisier, Libérathe, Fraize, Fromentine, etc. Les sources florales (Camélia, Capucine, Rose, Flore, Marguerite, Anémone, etc.) étaient très prisés ainsi que les prénoms de l’Antiquité et de la Révolution.

      Le projet satanique de déchristianisation s’attaquait aux moindres traces de la Tradition. Et il en va de même aujourd’hui, où l’on assiste à la poursuite, sous d’autres formes, du même objectif infernal.

    • hannibalgenga permalink
      26 juin 2010 00:25

      « La révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen Age et dans toute l’Europe. »

      Pierre Chaunu
      Pour l’histoire, Perrin, 1984.

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 18:28

      « Les peuples vivent heureux »?

      Bon, toi, t’as été lire l’article sur l’Ancien Régime de La Question… « L’Ancien Régime et ses bienfaits »… Encore du parti pris dès le début.

      Rien que pour prouver le ridicule des affirmations…
      En résumé, l’article affirme que les paysans étaient libres, que beaucoup savaient écrire, qu’il existait des contre-pouvoirs reconnus à celui de la noblesse, et que le Royaume de France était propre, grâce à l’absence d’industries polluantes. J’aimerai bien avoir les sources de telles affirmations…
      Reprenons donc les choses: les paysans étaient libres, oui. Mais les contre-pouvoirs étaient inexistants: en 1789, c’est la deuxième fois depuis 1615 que sont convoqués les États Généraux, où le peuple, le Tiers-État, envoi ses représentants (la convocation précédente se situe en 1788). Nous aimerions que l’auteur de l’article précise quels sont les contre-pouvoirs auxquels il pense, afin que nous puissions vérifier les faits qu’il avance.
      Passons à la propreté du pays. Certes, le pays ne possédait que peu d’industries polluantes, mais faut-il, mettre cela au crédit du régime en place, ou rechercher ailleurs les causes de cet état de faits? Rappelons pour commencer que les premières machines à vapeur efficaces sont développées au Royaume-Uni à partir de 1780 par James Watt, soit donc neuf ans avant la Révolution Française. Un peu court pour que l’invention ait le temps de se diffuser, d’autant plus que le climat politique entre les deux pays n’est pas au beau fixe, loin s’en faut. Les production chimiques accusées (salpêtre et acide nitrique) étaient quant à elles implantées durant l’Ancien Régime: le salpêtre entre en effet dans la composition de la poudre noire, utilisée par les soldats du roi. La production d’acide nitrique, ne se faisait certes qu’en très faibles quantités. Mais elle ne prit son essor qu’au milieu du XIXème siècle, ses composants principaux devenant disponibles en grandes quantités (et donc, à bon marché): rien à voir donc avec une supposée déréglementation, ou une perte de sagesse du pouvoir après la Révolution.

      Histoire de remettre un peu les choses en place…

      Je rappelle ensuite que cette période fut marquée par de nombreux conflits au sein de cette Europe que tu imagines fédérée. J’espère que tu ne vas pas nier la Guerre de Sept Ans, la Guerre de Neuf Ans, pourtant opposant les puissances européennes entre elles…

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 18:37

      Et, pour le travail éducatif de l’Église, allez donc vous farcir les procès-verbaux d’époque… Le nombre de « illettrés, n’ont pas pu signer » que j’ai vu… Le nombre de fois où le curé a signé à leur place…

      Venez pas nous parler de ça^^

    • hannibalgenga permalink
      25 juin 2010 19:33

      Les états généraux ne représentent qu,une forme très auxiliaire de contre-pouvoir sous l’Ancien Régime, contre-pouvoir qui d’ailleurs ne fonctionna que trop bien.

      Les régions, les villes et villages, possédaient une autonomie incomparablement supérieure à celle d’aujourd’hui.

      Les métiers étaient organisés en corporations indépendantes et qui furent interdites par la Révolution.

      Les grands domaines agricoles étaient quasi auto-gérés.

      La banque et les financiers n’avaient aucun pouvoir.

      L’alphabétisation connaissait un taux le plus haut d’Europe.
      Etc., etc.

    • Arthan permalink
      25 juin 2010 19:49

      Des chiffres, donnes mois des chiffres et des sources!
      Je ne prétend pas avoir la science infuse, mais permets-moi de signaler certaines choses.

      J’ai fais une licence en économie, j’ai donc eu des cours d’histoire du capitalisme (entre autres). L’absence de pouvoir des banques, ce coup là m’a bien fait rire.
      Tu sais que la Guerre de Cent Ans fut déclenchée par les Vénitiens? Édouard III « Longshanks » avait des dettes telles auprès d’eux que c’est ce qui a motivé sa déclaration de guerre? Le motif de succession n’a été qu’un prétexte: il savait très bien que l’Angleterre de l’époque n’avait pas les moyens de vaincre entièrement le Royaume de France.

      Auto-gestion des grands domaines agricoles… Tu veux dire, après déduction de la taille, de la dîme, du cens, du champart? Puis une fois que les corvées sont effectuées?
      Quand au corporatisme, il fut à l’origine d’une véritable sclérose de l’investissement et de l’innovation… Je rappelle que l’homme qui les a supprimé s’appelait Turgot (1727 – 1781). C’est marrant, il est mort avant la Révolution Française…
      La suppression fut une mauvaise chose, qui entraîné une sacrée désorganisation, et mena à un nouveau système, où l’État octroyait le droit d’accès au métier: la patente.

      Donc, non, la Révolution Française, et par là, la République, ne sont pas à l’origine de la fin des corporations.

      Et, pour les taux d’alphabétisation, je rappelle tout de même qu’on compte en 1788 entre 10 et 30% de signatures au mariage, contre près de 90% en 1888…

      Pour en revenir à ce que je disais au début, quels sont les formes de contre-pouvoir auxquelles tu penses? Instruis moi, puisque tu semble avoir des connaissances que visiblement je n’ai pas, partages-les.

    • hannibalgenga permalink
      25 juin 2010 22:42

      Quelle réécriture de l’Histoire, tu récites ta leçon comme un bon élève de la IIIe République.

      Tu parles de contre-pouvoir et tu demandes ce qu’ils étaient. Nombreux mon grand, et beaucoup plus importants qu’aujourd’hui.
      Exemple premier, les parlements. T’as entendu parlé ? Les parlements possédaient des pouvoirs politiques et administratifs, ils fonctionnaient comme des cours d’appel et de cassation, à la fois civile et criminelle, pour les affaires concernant le tiers état, mais aussi comme un tribunal de première instance pour les causes impliquant y compris des membres de la Noblesse.
      Quant à l’indépendance et séparation face au pouvoir royal, dès le début du Moyen Âge, de la Curia Regis qui entourait le roi pour toutes les affaires du royaume, vit sa séparation en trois organes distincts : le Conseil du roi pour les affaires politiques, la Chambre des comptes pour les questions financières, et le Parlement pour la justice.

      Je te signale pour ta gouverne que les droits d’enregistrement et de remontrance permettaient aux parlements et principalement au parlement de Paris de revendiquer un pouvoir de contrôle sur la monarchie. Ce fut notamment le cas pendant la Fronde, de 1648 à 1652. Le parlement de Paris réclamera le droit de contrôler les finances du royaume.

      Voici la liste des parlements avec leurs dates de création :

      vers 1250 : Parlement de Paris
      1422 : Parlement de Besançon
      1443 : Parlement de Toulouse
      1453 : Parlement de Grenoble
      1462 : Parlement de Bordeaux, en exil à Condom (actuel département du Gers), puis à Marmande (actuel département de Lot-et-Garonne) et La Réole (actuel département de la Gironde) de 1675 à 1690
      1477 : Parlement de Dijon
      1499 : Parlement de Normandie
      1501 : Parlement d’Aix (Parlement de Provence)
      1523 : Parlement de Dombes, à Lyon, puis à Trévoux (actuel département de l’Ain) de 1696 à 1771
      1553 : Parlement de Bretagne, alternativement à Rennes, puis Nantes (1557), Rennes (1561), en exil à Vannes de 1675 à 1690
      1620 : Parlement de Pau
      1633 : Parlement de Metz
      1668 : Parlement de Flandres, à Tournai (actuellement en Belgique), puis Cambrai (1709), puis Douai (1713)
      1768 : Parlement de Nancy, jusqu’en 1775

      De la sorte, sous l’Ancien Régime, les fonctions de justice, de réglementation et d’administration se cumulent dans les parlements qui disposèrent de larges pouvoirs infiniment suprérieurs à ceux de nos conseils régionaux : ils ne se contentaient pas de rendre la justice et d’appliquer les règles de droit, mais contrôlaient les activités de police et intervennaient en législateur, en édictant des règlements, constituant un véritable contre-pouvoir et s’opposant même fréquemment aux réformes royales.

      *************

      Et puisque tu aimes les sources, instruis-toi :

      Pierre Goubert, L’Ancien Régime, tome 2 Les Pouvoirs, Armand Colin, coll. « U / Histoire moderne », 1973.
      Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles, A. et J. Picard, 2006,

    • hannibalgenga permalink
      25 juin 2010 22:55

      Autre point à redresser dans tes erreurs : l’alphabétisation.

      C’est à partir du XVIII° siècle, bien avant la Révolution, que l’on connaît un grand progrès de l’alphabétisation. Il y a six fois plus de personnes sachant lire et écrire en 1789 qu’il y en avait au début du siècle.

      Cette alphabétisation sera due en grande partie aux nouvelles méthodes pédagogiques introduites par les frères des écoles chrétiennes, ce qui correspond aujourd’hui à nos écoles primaires. Dans le même temps apparaît une notion qui reste une notion clef que nos sociétés modernes piétiennent : l’espace publique.

      C’est-à-dire que l’information et les débats sur les grands sujets politiques ou sur les grands sujets de société ne sont pas confinés à l’entourage du pouvoir et à quelques cercles d’initiés, mais ont lieu dans une large partie de la population grâce au développement de la presse et des publications et à des cercles ouverts qui se créent dans les villes et même parfois dans les campagnes.

      L’espace publique, qui inquiètera les révolutionnaires, sera d’ailleurs très vite limitée après 1789 par les lois contraignantes sur la presse.

      Ainsi donc, le pouvoir monarchique a mis en oeuvres des changements, ce qui correspondait à un courant plus général en Europe appelé le despotisme éclairé. C’est un mouvement de réformes, de modernisation de l’Etat et de la société, qui conservait intact le pouvoir absolu du souverain. Les réformes ont lieu dans tous les domaines. Ce mouvement a eu ses théoriciens en France : les physiocrates, qui ont notamment proposé des réformes profondes de l’économie, d’insipiration libérale, tout en préservant le pouvoir absolu du roi.

      Enfin, la réforme administrative qui a lieu en 1787 et 1788 consistait, en accroissant le pouvoir des parlements, à créer des assemblées à trois niveaux : la paroisse, le district et la province. Ces assemblées avaient pour compétence de se prononcer sur la levée des impôts et également de donner leur avis sur l’administration.

      En conclusion n’oublie-pas ceci, la Révolution de 1789 a fondé une France nouvelle sur des principes différents de ceux de l’Ancien Régime mais l’Histoire n’est pas à l’abri de retournements. Ce qui semble acquis peut être remis en cause et le sera.

    • wendrock permalink
      26 juin 2010 00:36

      Précisons à nos ignorants que la loi Le Chapelier, instituée sous la Révolution Française (1791), interdira, certes les anciennes corporations, mais fera également défense aux ouvriers, artisans et autres travailleurs de se regrouper en association de salariés pouvant défendre leurs intérêts propres et communs !

      Cette interdiction sera reprise dans le Code Pénal, dit Code Napoléon en 1810.

      La révolution industrielle conduite au cours du XVIIIe et du XIXe, a recomposé le monde en faisant émerger une classe de travailleurs exploités n’ayant que leurs bras et leur tête à vendre et d’une classe de bourgeois et hommes d’affaires propriétaires des moyens de production. Par ailleurs cette loi proscrivait les coalitions notamment les corporations, mais également les rassemblements paysans et ouvriers ainsi que le compagnonnage. Cette loi suit de très près le décret d’Allarde des 2 et 17 mars 1791, tant dans ses objectifs que par leur proximité historique.

      Elle interdisait donc de fait les grèves et la constitution des syndicats au cours du siècle suivant, mais aussi certaines formes d’entreprises non lucratives comme les mutuelles.

  10. Koopa Troopa permalink
    26 juin 2010 08:36

    C’est vrai que question guerre, depuis qu’on est en Répuiblique, c’est moins pire que les Rois…

    Guerres Napoléoniennes, Guerres Impériales, Gambetta, Colonisation, 1re guerre mondiale, guerre du Rif, guerre du Levant, 2e guerre Mondiale, guerre d’Indochine, guerre l’Algérie, guerre du Golfe, guerre d’Afghanistan…

  11. Dura lex sed lex permalink
    26 juin 2010 14:19

    Ca va les gars on a vu que vous êtes bon en copier-coller de sites regroupant des données éparses d’Histoire, vous vous pensez meilleurs que des historiens diplômés à quoi bon continuer à discuter ? Toutes nos sources, vous les dénigrez sans aucun fondement et vous vous permettez de juger le travail d’hommes ayant consacré leur vie à l’Histoire, j’y vois le plus haut degré d’irrespect et de prétention, pour ma part sur ce thème je n’irai pas plus loin, vos méthodes me débectent!

    • wendrock permalink
      26 juin 2010 14:27

      Vous êtes piégiée, telle est la vérité, car les sources, études et références ne manquent pas afin de démontrer le caractère criminel et antichrétien de la Révolution, son aspect génocidaire et meutrier d’une sauvagerie inouïe qui relève d’une nocturne influence, mais vous préférez vous réfugier dans un refus de les lire.

      Ces faits, incontestables, ruinent et effondrent tous vos raisonnements et arguties à propos des vertus de la République.

      C’est un constat difficile et cruel, une désillusion concernant l’idéologie que l’on vous à mise dans la tête, vous et vos amis, et vous ne pouvez admettre de vous tromper à ce point, du moins pour l’instant, car ne désespérons pas de votre capacité à ouvrir votre esprit un jour s’il se peut.

      Prions pour que cela ne tarde pas trop !

    • Dura lex sed lex permalink
      26 juin 2010 14:31

      Je ne suis pas « piégée » j’ai cité des historiens reconnus, dont le sérieux n’est plus à démontrer, vous en parlez comme des incompétents abrutis, et ce manque de respect me met en rage, je mets donc un terme pour ma part à cette discussion qui n’a rien d’un débat entre adultes et tout d’un pugilat ridicule (qui plus est, étudiant l’histoire, je prétends connaître quelques choses à ce sujet), et vu la teneur de votre dernier commentaire, il me semble qu’il vaut mieux s’en tenir là avant que vous en arriviez à des insultes dignes d’un poivrot un soir de match!
      A bon entendeur, salut.

    • wendrock permalink
      26 juin 2010 14:39

      Vous ne connaissez rien à ces faits, vous gesticulez, réduite et contredite, vos thèses déconstruites, vos arguments brisés pitoyablement.

      Les historiens cités, dont l’ensemble des études et ouvrages sont aisément disponibles, réduisent à néant vos thèses au sujet de la République.

      Vous voilà contrainte de fuir et de vous dérober à la discussion pour ne pas avoir à avouer votre terrible erreur, à confesser la nature controuvée de vos idées, reconnaître le caractère erroné de vos visions.

      La tristesse de votre pensée est évaluable à votre incapacité à ouvrir votre esprit sur des vérités qui brisent brutalement votre sinistre idéologie mortifère !

    • Dura lex sed lex permalink
      26 juin 2010 14:44

      Je préfère être jugée par des historiens (ça tombe bien, c’est ce qui se passe dans le cadre de mes études) que par un personne imbue d’elle-même qui utilise comme arguments les attaques personnelles et les sophismes, libre à vous de penser que je suis une imbécile, je n’en ai cure, d’autant que vous démontrez encore une fois votre incapacité à dialoguer dans le respect de votre interlocuteur.
      Enfin, je ne fuis pas, cette discussion est stérile de toutes façons, j’ai donc des choses plus importantes auxquelles me consacrer et notamment préparer l’arrivée de ma filleule.
      Quand vous serez capable de dialoguer sans proférer d’insultes, faites signe, pour l’instant cela ne m »intéresse pas (surtout lorsque le sujet a largement dérivé du thème d’origine sur lequel vos arguments sont déjà plus que limite).
      Sur ce, bonne journée à vous, j’ai une maman à visiter.

    • wendrock permalink
      26 juin 2010 15:02

      C’est ça allez voir votre maman, vous vous rendrez au moins utile à quelque chose, plutôt que de vous défigurer intellectuellement en vous faisant la maladroite et lamentable avocate d’une cause indéfendable.

      Et puisqu’il vous manque, plus globalement, de nombreuses lectures élargissant votre horizon, visiblement réduit à la courte limite de l’idéologie républicaine, lisez ceci, vous y découvrirez que la Vendée ne fut pas un cas isolé car d’identiques situations lui furent semblables dans d’autres régions (lyonnais, Haute-Loire, Bouches-du-Rhône, Var, Languedoc, Savoie, etc.), et que de partout la Révolution se comporta de la même manière, semant la mort, la haine et la violence et le crime :

      Histoire de la France religieuse, sous la direction de Jacques Le Goff et René Rémond, XVIIIe siècle – XIXe siècle Seuil, 1991.
      Michel Vovelle, La Révolution contre L’Église. De la Raison à l’Être Suprême, Éditions Complexe, 1998.
      De temps en temps, Histoires de calendriers, Tallandier Historia, Claude Naudin (direction éditoriale), 2001, ISBN 2-235-02-277-4.
      Georges Lefebvre, La révolution française, p. 376, P.U.F., 1968
      Le livre noir de la révolution française
      Collectif dirigé par Renaud Escande comprenant notamment Pierre Chaunu, Jean Tulard, Emmanuel Leroy-Ladurie, Jean Sévillia et Jean-Christian Petitfils, Cerf, 2008.

    • Dura lex sed lex permalink
      26 juin 2010 15:09

      La seule réflexion qui me vient est que j’ai plus de respect pour un ver de terre que pour quelqu’un de votre espèce. Au fait, lors de votre prochaine confession, vous pourrez ajouter le péché d’orgueil à la liste de vos actes répréhensibles. Si selon vous je me « défigure » intellectuellement (ce qui est très discutable mais je ne suis plus à une insulte près), vous montrez sans cesse la noirceur qui vous habite et le mépris profond que vous avez pour les créatures de Dieu.
      Néanmoins, bonne journée à vous tous (je ne saurai déroger aux règles les plus élémentaires de la politesse, mais face à quelqu’un comme vous).

    • Yog-Sothoth permalink
      26 juin 2010 15:28

      Laisse les dans leur merde Dura , ils sont restés bloqué en 1850, ils n’ont pas compris que la République a évoluer , ils vivent dans des grottes et se marient avec leurs cousin(e)s, même les mormons sont moins détacher de la réalité qu’eux .

    • wendrock permalink
      26 juin 2010 15:28

      La véritable charité Dura lex, c’est la vérité, celle-là même que vous ne voulez ni entendre, ni reconnaître, ni ne pouvez apparemment supporter.

      Ne vous réfugiez donc pas derrière de pseudos arguments, car vous avez été mise en face de vos contradictions, durement, mais charitablement, sans vulgarité ni insulte, de manière ferme, intransigeante et rigoureuse, uniquement.

      Il y a en effet, comme dit st. Augustin, « une charité de la vérité », et elle est parfois sévère cette charité, mais jamais dépouvue d’une réelle volonté d’éclairer et amener l’esprit de l’adversaire à entrevoir l’exactitude du réel qui commande dans les matières que nous abordons.

      Je vous laisse méditer ceci :

      « Si nous faisons de la Vérité la règle de nos paroles et de nos pensées, nous induisons les autres à la sincérité sans laquelle il n’y a pas de vie possible avec Dieu. »

      Et puisque vous êtes latiniste :

      « Otium sanctum quaerit charitas veritatis ; negotium justum suscipit necessitas charitatis. » De Civ. Dei 19, 19.

      Enfin, ne dérogeant point également à la courtoisie, je vous salue, en formulant le voeux que le Ciel, un jour, vous éclaire !

    • Dura lex sed lex permalink
      26 juin 2010 19:12

      Je n’ai été mise en face de rien, si ce n’est d’un manque flagrant de reconnaissance pour le travail de nombre d’historiens… (vous savez très bien que l’histoire connaît différentes approches, mais je ne me suis jamais permise de remettre en doute l’intégrité des historiens que vous citez, et n’en aurai pas l’audace). Mais il n’y a aucun intérêt à une discussion où chaque « camp » reste sur ses positions en refusant d’entendre l’autre, j’ai mes références historiques, vous avez les vôtres, chacune étant reconnue dans les milieux universitaires… (au fait et pour la petite note d’humour, je vous souligne que parmi les liens que vous avez posté, concernant les chiffres de la Révolution, il y a comme source un auteur dont vous avez dit qu’il avait fait une « étude plus que discutable, et surtout inexacte »…).
      Quant à vous, rappelez vous que se remettre en question est le signe d’une haute intelligence, et que l’insulte est l’argument de l’imbécile… Oui vous m’avez insulté, et plus que ma part même, relisez l’ensemble des commentaires qui me sont adressés et vous verrez ce que j’ai encaissé comme injures en tous genres ces derniers jours.
      Je vous salue donc et pour ma part, vous souhaite de comprendre que se remettre en question ne veut pas dire se renier soi-même, mais progresser sur ce long chemin qu’est la vie.

    • wendrock permalink
      27 juin 2010 02:53

      Vous pouvez vainement tenter de le nier, mais vous avez été mise, concrètement, en face de votre mauvaise foi, car, contrairement à ce que vous soutenez sottement et mensongèrement, il n’y a pas de « débat » des historiens pour savoir si la Révolution généra le crime et répandit la terreur ou non. Tout le monde le sait parfaitement.

      Il n’y a pas sur ce sujet « vos » références et les « nôtres », ceci est une plaisanterie grotesque. La Révolution s’imposa par la violence assassine et génocidaire. Telle est la vérité, cruelle, pénible, mais bien réelle !

      Certes les chiffres des carnages peuvent varier d’un historien à un autre, mais au fond les écarts sont relativement faibles.

      Ainsi aujourd’hui l’ensemble des spécialistes conviennent du chiffre terrifiant d’environ 200 000 morts, uniquement pour les guerres de Vendées.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Vend%C3%A9e#Bilan_humain

      Votre Révolution, et son système politique connu sous le nom de République, est donc une oeuvre de brigandage crapuleux qui employa les moyens les plus abjects, les méthodes les plus infâmes, pour parvenir à ses fins.

      Dominant par la mort, elle perdure par le vice, la corruption au service de son projet démoniaque le plus intime, de son sinistre désir inspiré par l’enfer : l’éradication du christianisme et la destruction de l’Eglise.

      Plongez-vous sans tarder dans la lecture de quelques ouvrages indispensables, rédigés par des auteurs objectifs, historiens universitaires au service d’une seule cause, la vérité historique, afin de vous extraire s’il se peut de vos brumes idéologiques mortifères qui, non seulement vous aveuglent l’esprit, mais vous corrompent entièrement le jugement :

      Patrice Gueniffey, La Politique de la Terreur. Essai sur la violence révolutionnaire (1789-1794), Fayard, 2000.
      Jacques Le Goff et René Rémond, Histoire de la France religieuse, le Seuil, tome 3, XVIIIe siècle – XIXe siècle (plusieurs éditions).
      Michel Vovelle, 1793, La Révolution contre l’Église, de la Raison à l’Être suprême, éditions Complexe, 1988.

    • Dura lex sed lex permalink
      27 juin 2010 13:44

      Si vous aviez pris la peine de relire vos propres commentaires vous verriez que le sujet était le nombre de religieux exécutés. Vous me prêtez encore une fois des propos que je n’ai pas. Qui plus est, vous noterez que je n’ai jamais soutenu que le Révolution et surtout la Terreur avait occasionné des morts!
      Et encore une fois avec une note d’humour, vous venez de citer un article wikipédia alors que ce site est décrié par vous et vos camarades depuis le début…

  12. hannibalgenga permalink
    26 juin 2010 14:44

    Voilà de la lecture pour l’été à l’attention de Dura lex qui en a bien besoin :

    Marie Breguet, L’Avant-guerre de Vendée. Les questions religieuses à l’Assemblée législative, Paris, Pierre Téqui éditions, 2004, 224 p. (ISBN 2-7403-1091-9)
    Nicolas Delahaye,
    Guide historique des Guerres de Vendée, Éditions Pays et Terroirs, 2005. Un inventaire et des itinéraires de découvertes des hauts lieux de la mémoire.
    Les 12 Colonnes infernales de Turreau, Éditions Pays et Terroirs. Une synthèse pour découvrir la logique des colonnes de Turreau.
    Félix Deniau, Dom François Chamard et François Uzureau, Histoire de la Guerre de la Vendée, 1876-1878, réédition 12 volumes, 4800 pages, J. Siraudeau, Angers, 1978[174]. Cette histoire générale des guerres de Vendée est vue du côté des « Blancs ».
    Alain Gérard,
    La Vendée 1789-1793, Éditions Champ Vallon, collection Époques, 1992.
    Vendée !, Éditions Étrave, 1993.
    Sur les traces de Charrette, Roi de la Vendée, Éditions Étrave, 1993.
    La Guerre de Vendée, Centre vendéen Recherches histoire, collection Les Indispensables, 2006
    Jacques Hussenet (dir.), « Détruisez la Vendée ! » Regards croisés sur les victimes et destructions de la guerre de Vendée, La Roche-sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiques, 2007.
    Guy-Marie Lenne, Les Réfugiés de la guerre de Vendée, 1793-1796, Éditions Geste, collection Pays d’histoire, 2003.
    Simone Loidreau, Les colonnes infernales en Vendée, Éditions du Choletais, 1994.
    Pierre Marambaud, Les Lucs, la Vendée, la Terreur et la Mémoire, Éditions de l’Etrave, 1993. Cette étude analyse la politique des massacres organisés et planifiés par Turreau aux Lucs-sur-Boulogne.
    Jean-Clément Martin,
    Une guerre interminable, la Vendée 200 ans après, Éditions Reflets du Passé, Nantes, 1985.
    La Vendée et la France, 1789-1799, Éditions du Seuil, 1987. Un ouvrage historique de référence qui propose une lecture surplombante des événements et surtout des idéologies à l’œuvre dans la genèse du conflit.
    La Vendée de la Mémoire, 1800-1980, Éditions du Seuil, 1989.
    La Loire-Atlantique dans la tourmente révolutionnaire, Éditions Reflets du Passé, Nantes, 1989.
    Le Massacre des Lucs, Vendée 1794 (en collaboration avec Xavier Lardière), Geste Éditions, La Crèche, 1992.
    La Vendée en 30 questions, Geste Éditions, La Crèche, 1996.
    La Vendée et la Révolution. Accepter la mémoire pour écrire l’histoire, Perrin, collection Tempus, 2007. Le livre porte sur la mémoire de la guerre en Vendée et l’influence de cette mémoire sur l’histoire. Il revient sur le débat concernant le « génocide vendéen ».
    Xavier Martin, Sur les droits de l’homme et la Vendée, Dominique Martin Morin, 1995.
    Claude Petitfrère,
    Les Vendéens d’Anjou, Bibliothèque nationale de France, 1981.
    La Vendée et les Vendéens, Gallimard, collection archives, 1982.
    Michel Ragon, 1793. L’insurrection vendéenne et les malentendus de la Liberté, Albin Michel, 1992.
    Raphaël Rousseleau, « L’esprit et les lieux. Généalogie et usage de clichés paysagers vendéens », Genèses, n° 44, 2001/3
    Jean Julien Michel Savary, Guerres des Vendéens et des Chouans contre la République Française, par un officier supérieur des armées de la République (réimpression de l’édition de 1824-1825), Éditions Pays et Terroirs, 1993. Un journal au jour le jour à partir des rapports militaires. Le tome III est donne le détail de la marche des colonnes infernales de Turreau.
    Reynald Secher, La Vendée-Vengé, Le génocide franco-français, PUF, 1986.
    Paul Tallonneau, Les Lucs et le génocide vendéen : comment on a manipulé les textes, éditions Hécate, 1993.
    Gérard Walter, La Guerre de Vendée, Paris, Plon, 1953.
    Louis-Marie Turreau, Mémoires de Turreau pour servir à l’histoire de la guerre de vendée, Éditions Pays et Terroirs 2007. Justifications de l’organisateur des massacres et des colonnes infernales.
    La Vendée après la Terreur, la reconstruction, actes du colloque tenu à La Roche-sur-Yon les 25, 26 et 27 avril 1996, Librairie Académique Perrin, 1997.
    Thierry Trimoreau (sous la direction de) : Massacres au Mans en 1793, éditions Siloë, 2009.

    • Dura lex sed lex permalink
      26 juin 2010 14:47

      Et à part la Vendée vous avez autre chose à me proposer ?
      Comme je l’ai dit je me retire de cette discussion stérile, vous venez de montrer que vous réduisez toute la Révolution française à la Vendée, ce qui souligne un manque criant de connaissances sur cette période (moi aussi je peux aller sur Amazon trouver une liste de bouquins!).
      Je ne vous recommande qu’un ouvrage, mais il me semble vous faire cruellement défaut : « Politesse, savoir-vivre et relations sociales » de Dominique Picard.

  13. hannibalgenga permalink
    26 juin 2010 15:41

    Voici d’autre lectures instructives, dans lesquelles on constate que la Révolution, et pas seulement en Vendée, eut de partout la même et identique politique de haine antichrétienne dans toutes les régions de France, utilisant le crime et semant la mort pour imposer son idéologie perverse :

    Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française. La théologie et la politique du Saint-Siège devant la Révolution française (1789-1799), Collection de l’École française de Rome – 319, 2004.
    Rodney J. Dean, L’abbé Grégoire et l’Église constitutionnelle après la Terreur 1794-1797, 2008.
    Langlois, Timothy Tackett, Michel Vovelle, Atlas de la Révolution française. Religion, vol 9, Paris, éd. EHESS, 1996
    Paul et Pierrette Girault de Coursac, Louis XVI et la question religieuse pendant la révolution. OEIL, 1988.
    TRIMOREAU Thierry, Les prêtres réfractaires pendant la Révolution française : l’exemple du Haut Maine, Thèse de Doctorat 2004, Université du Maine – Publication 2006 – Editions Pays&Terroirs, Cholet, 2008, Réédition 2009.
    Le livre noir de la révolution française
    Collectif dirigé par Renaud Escande comprenant notamment Pierre Chaunu, Jean Tulard, Emmanuel Leroy-Ladurie, Jean Sévillia et Jean-Christian Petitfils, Cerf, 2008.

  14. 27 juin 2010 20:21

    Comme dirait Mgr Jacques des autres, la Croix c’est le

    Signe de l’Avenir, pas du Passé !

  15. nietzsche permalink
    28 juin 2010 00:23

    Nietzsche a peut être fini sa vie fou, mais plutôt que néo-paganiste, il était surtout bien athée.

    Rappellez vous : « Gott ist tot », « Dieu est mort », car c’est en tuant Dieu que l’homme évolue vers le surhomme (ubermensch), libéré du poids préfabriqué de la morale religieuse, à la recherche des valeurs morales qu’il construit en dehors des dogmes.

    « Périssent les faibles et les ratés, et mieux encore, il faut les y aider » (dans l’antéchrist) visait particulièrement les chrétiens et leur dogmes absurdes qui maintiennent l’humanité dans un obscurantisme d’un autre age.

    Sur ce, papa Nietzsche va se coucher et vous souhaite bonne lecture, à vous les esprits éclairés et vous les ratés ultracathos royalistes bas du front.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :