Skip to content

Les saintes croisades !

28 juin 2010

Les croisés ont oeuvré héroïquement

pour la cause de Dieu et de la civilisation chrétienne !

  Les nombreuses affirmations inexactes concernant l’Inquisition, sont généralement suivies dans le discours des ignorants ennemis de l’Eglise, par une critique des croisades. Il est donc utile d’éclairer cette entreprise magnifique de générosité de foi et d’enthousiasme chrétien, qui eut des conséquences bénéfiques considérables pour le devenir de la civilisation en Occident.

  En effet, à l’heure où les manuels scolaires de la IIIe République commençaient à étaler une explication partiale et donc faussée de l’histoire de l’Eglise et de tout ce qui touche à celle-ci, Jean Guiraud démontra pièce par pièce les faux arguments de l’anti-cléricalisme ; faux arguments qui ont néanmoins fait leur chemin dans les esprits. Or, les croisades sont l’épopée du christianisme ; pendant plusieurs siècles, des multitudes de toute nation et de toute condition se levèrent, à l’appel de l’Eglise, pour repousser les hordes musulmanes des Lieux Saints et de l’Europe chrétienne, et maintenir dans le monde la suprématie de la Croix, avec sa loi d’amour et sa civilisation puisée aux sources de l’Evangile. C’est assez pour que les ennemis du nom chrétien aient essayé de toutes manières, en falsifiant les textes et surtout en ne les citant pas, de jeter le discrédit sur ce magnifique élan de patriotisme et de foi.

Ordre-du-Saint-Sépulcre

Croix de l’Ordre du Saint Sépulcre

   Les philosophes du XVIIIe siècle avaient déjà entrepris cette œuvre de calomnie et dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem, Chateaubriand leur avait magnifiquement répondu. Les auteurs des manuels condamnés ont repris leurs assertions tendancieuses. Qu’au cours d’expéditions qui se sont succédé pendant cinq siècles, des abus puissent être signalés, rien de plus naturel. Tous les croisés n’étaient pas des saints ; la passion, la fureur de la guerre, le fanatisme religieux ont pu les entraîner à des actes blâmables ; parmi eux, ont pu se glisser des aventuriers cherchant à tirer parti de guerres entreprises au nom de Dieu. Mais on aurait dû rappeler que, pendant plusieurs siècles, les pèlerins chrétiens qui étaient venus à Jérusalem avaient été l’objet de la part des Mahométans des pires insultes et des plus indignes traitements ; le récit qu’en avait fait Pierre l’Ermite, au concile de Clermont, avait arraché des larmes et des cris d’indignation à toute l’assistance. Il aurait fallu rappeler aussi que les chefs de l’armée, Godefroy de Bouillon et Beaudouin, non seulement ne prirent aucune part à certains actes déplacés , mais s’efforcèrent de l’empêcher. En décrivant uniquement quelques faits isolés, en taisant soigneusement les actes d’humanité, nos manuels accusent leur partialité. Ils la trahissent encore plus lorsque, dans tout le mouvement des Croisades, ils ne voient que misères, mesquineries et ruines, laissant de côté les sentiments élevés qui l’ont inspiré et les magnifiques conséquences qui en sont résultées non seulement pour l’Eglise, mais encore pour l’humanité et la chrétienté.

Les Croisades ont été principalement inspirées

par le sentiment religieux et le patriotisme chrétien !

 

Lorsque à Clermont, Pierre l’Ermite prêcha la croisade devant le concile et la foule, il se contenta de décrire l’opprobre des Lieux Saints et les persécutions sans nombre dont les pèlerins étaient accablés par les infidèles : « Il parla des outrages faits à la foi du Christ : il rappela les profanations et les sacrilèges dont il avait été témoin, les tourments et les persécutions qu’un peuple sans Dieu faisait souffrir à ceux qui allaient visiter les Saints Lieux. Il avait vu des chrétiens chargés de fers, traînés en esclavage, attelés au joug comme des bêtes de somme ; il avait vu les oppresseurs de Jérusalem vendre aux enfants du Christ la permission de saluer le tombeau de leur Dieu, leur arracher jusqu’au pain de la misère et tourmenter la pauvreté elle-même pour en obtenir des tributs ; il avait vu les ministres du Tout-Puissant arrachés au sanctuaire, battus de verges et condamnés à une mort ignominieuse. » Et lorsque, au récit de ces humiliations et de ces souffrances, la foule éclatait en sanglots, elle ne pensait pas aux richesses qu’elle pouvait acquérir, mais au tombeau du Christ qu’il fallait délivrer, aux chrétiens qu’il fallait venger de leurs souffrances, à la religion qu’il fallait défendre contre les insultes et les persécutions des infidèles. C’était l’enthousiasme religieux, c’étaient les sentiments les plus élevés qui faisaient couler les larmes des assistants.

 C’est aux mêmes sentiments que fit appel Urbain II. Il montra le tombeau du Christ, « ce tombeau miraculeux où la mort n’avait pu garder sa proie, ce tombeau, source de la vie future, sur lequel s’est levé le soleil de la résurrection, souillé par les ennemis du nom chrétien », il rappela les indignes persécutions de « la race des élus ». « Guerriers qui m’écoutez, leur dit-il, vous qui cherchez sans cesse de vains prétextes de guerre, réjouissez-vous ; car voici une guerre légitime !… Il ne s’agit pas de venger les injures des hommes, mais celle de la divinité ; il ne s’agit plus de l’attaque d’une ville ou d’un château, mais de la conquête des Lieux Saints ! » C’est donc un but surnaturel que le pape assigne à l’expédition et il ne fait appel qu’au sentiment chrétien.

Pour la Guerre Sainte !

A un moment de son discours cependant le pape mit en cause les intérêts de ce monde ; mais c’étaient les intérêts de la chrétienté tout entière, de la civilisation occidentale, menacés par les progrès de la barbarie asiatique et de l’Islam. « L’impiété victorieuse, disait-il, a répandu ses ténèbres sur les plus belles contrées de l’Asie : Antioche, Ephèse, Nicée, sont devenues des cités musulmanes ; les hordes barbares des Turcs ont planté leurs étendards sur les rives de l’Hellespont d’où elles menacent tous les pays chrétiens. Si Dieu lui-même, armant contre elles ses enfants, ne les arrête dans leur marche triomphante, quelle nation, quel royaume pourra leur fermer les portes de l’Occident ? » C’est donc à la défense de l’Europe chrétienne que le pape appelle les foules de Clermont ; c’est le patriotisme chrétien qu’il excite dans leur cœur. Et ainsi l’ont-elles compris. Nous en avons pour preuve le cri par lequel elles répondirent aux appels de Pierre l’Ermite et du Pape : Dieu le veut ! résumant en ces trois mots le mobile d’ordre surnaturel, l’enthousiasme religieux, l’élan désintéressé qui donnaient naissance à la croisade.

  D’ailleurs l’idéal religieux persista dans toutes les croisades. Etaient-ce les richesses que promettait aux foules l’austère saint Bernard, lorsqu’il leur prêchait la seconde croisade ? c’était à leur âme chrétienne qu’il s’adressait et elles lui répondaient, elles aussi, par le cri de « Dieu le veut ! » Les chevaliers de Saint-Jean et du Temple qui ont guerroyé sans cesse, dans une croisade ininterrompue contre les infidèles, en Palestine, puis à Rhodes, puis dans tout le bassin de la Méditerranée, étaient des soldats, mais aussi des moines, se consacrant à la guerre sainte par des vœux religieux. Saint Louis, lorsqu’il organisait ses expéditions d’Egypte et de Tunis, était poussé par un mobile exclusivement religieux qui se retrouvait chez tous ses chevaliers. Trois siècles plus tard, c’est encore le patriotisme chrétien, l’amour de la civilisation, l’appel du pape qui précipita les chrétiens contre les Turcs à la bataille de Lépante, et c’est par l’institution d’une fête catholique, c’est pour l’extension de la dévotion du Rosaire que cette victoire est célébrée dans l’Europe tout entière comme une nouvelle victoire de la Croix sur le Croissant, de la civilisation européenne sur la civilisation asiatique.

Saint Bernard de Claivaux

qui rédigea la Règle du Temple

Et lorsque le dernier des croisés, le roi de Pologne, Sobieski, accourut au secours de Vienne assiégée par les Turcs, il le fit avec le désir exclusif de servir la cause de Dieu et de la civilisation chrétienne. A ceux qui lui montraient les mauvais procédés à son égard de l’Empereur Léopold, dont il allait sauver la capitale, à Louis XIV qui, par des raisons politiques, essayait de le détourner de cette expédition, il se contenta de répondre que le service de Dieu le poussait à défendre Vienne, la chrétienté tout entière. Le pape souligna le caractère religieux de la victoire de Sobieski en commémorant le succès de cette « quatorzième croisade » par l’institution de la fête du Saint Nom de Marie. Voilà ce que n’auraient pas dû oublier, ou, s’ils le savent, passer sous silence, les auteurs de manuels scolaires qui veulent assigner au grand mouvement des croisades des raisons uniquement vulgaires et leur enlever leur caractère d’épopée chrétienne et de victoire de la civilisation !

Saint Pie V priant pour la victoire des armées catholiques

lors de la bataille de Lépante qui sauva la chétienté !

Les croisades eurent pour effet l’élargissement de l’univers, des sciences et de l’esprit humain lui-même. Les progrès des connaissances géographiques influèrent sur les progrès des idées et de la civilisation. La littérature de l’Orient pénétra de plus en plus en Europe ; la philosophie, les sciences et l’art de l’Orient furent étudiés et la combinaison harmonieuse des civilisations les plus différentes produisit l’art du Moyen Age, où se rencontrent avec la tradition latine, des influences syriennes, byzantines et arabes. La scolastique elle-même et la théologie catholique ne craignirent pas de faire leur profit des écrits arabes ou byzantins et étudièrent Aristote à la lumière d’Averroès.

Voilà le tableau qu’auraient dû esquisser les manuels scolaires pour donner une idée sommaire de l’influence considérable qu’ont exercée les croisades sur les institutions, la civilisation, l’agriculture, le commerce et l’industrie. On peut dire que, directement ou indirectement, soit par elles-mêmes, soit par le mouvement d’idées et d’échange qu’elles ont déterminé, elles ont transformé la face de l’Europe, et élargi pour les Occidentaux les limites du monde.

DIEU LE VEUT !

Au cri de Dieu le veut ! les croisés ne songeaient qu’à délivrer le tombeau sacré profané par l’infidèle. Leur dévouement a produit, pour l’histoire de la civilisation, des résultats bienfaisants qu’ils ne soupçonnaient même pas. C’est une application historique de la profonde parole de l’Evangile : « Cherchez d’abord le royaume de Dieu et toutes choses vous seront données par surcroît. » On ne peut pas dire, en tout cas, que les multitudes de chrétiens qui sont allés mourir glorieusement dans les montagnes de Judée ou dans les plaines d’Egypte, aient versé inutilement leur sang. Ils ont travaillé héroïquement pour la cause de Dieu et de la civilisation et c’est une raison suffisante pour qu’au lieu de les mépriser, comme le font les manuels « laïques », on salue en eux des héros de l’Eglise et de la Croix !

Source
57 commentaires leave one →
  1. Eloi permalink
    28 juin 2010 12:24

    Merci beaucoup de contribuer au rétablissement de la vérité !

    • hannibalgenga permalink
      28 juin 2010 14:00

      Il faut y revenir sans cesse, car depuis plus de deux siècles le bourrage de crâne républicain, mensonger et intensif, fabrique des générations d’ignares absolus.

    • Norenda permalink
      29 juin 2010 11:39

      Dans son œuvre Histoire partiale, histoire vraie, Jean Guiraud a consacré un chapitre entier à la citation des extraits partisans des manuels scolaires républicains anticléricaux qui n’eurent de cesse de noircir l’Histoire d’avant 1789.

      Extraits :

      Aulard et Debidour (Cours supérieur, p. 92) : Les croisades firent beaucoup plus de mal que de bien. (Cours moyen, p. 28) :Les croisade d’Orient échouèrent et rendirent plus violente cette haine des Musulmans contre les chrétiens.

      Dans le délire : « Elles firent tuer des millions d’hommes… »

      Dans la vision imaginaire : (Récits familiers, p. 57) : « Après la prise de Jérusalem, les croisés massacrèrent toute la population ; 60000 Musulmans périrent. Des monceaux de pieds, de mains, de têtes humaines couvraient les places et les rues de Jérusalem.  »

      Mensonge : (Ibid., p. 64) « Les croisades avaient fait couler des flots de sang…elles avaient rendu plus difficile le commerce avec l’Orient. En somme, elles avaient fait plus de mal que de bien. »

      Calvet (Cours moyen, p. 34). Ne leur attribue que des mobiles intéressés, ne voit l’enthousiasme religieux que chez le peuple. « La papauté voyait dans une guerre sainte en Orient le moyen de montrer sa force et de servir ainsi sa prétention à la domination du monde… c’est l’amour des richesses qui a poussé beaucoup de gens… »

      Etc.

      Voilà ce qui a été enseigné à des générations, provoquant les dégâts dans les intelligences que l’on sait !

  2. apostolatus specula permalink
    28 juin 2010 12:26

  3. Saint Edouard permalink
    28 juin 2010 12:29

    MAGNIFIQUE ! POUR DIEU ET LE ROI !

  4. gerdil permalink
    28 juin 2010 13:56

    Très bonne idée que d’en finir avec les idées fausses mises dans les têtes par la propagande nationale qui se proclame « éducation », d’autant que l’on est en période d’examens, et que l’épisode Hellfest a montré l’incroyable inculture et la profonde ignorance des amateurs de métal qui n’eurent de cesse de répéter dans leurs commentaires comme des ânes robotiques préformatés : inquistion / croisades – inquisition / croisades, inquisition / croisades ^^

    • Gary permalink
      28 juin 2010 14:05

      Attention gerdil, revoyez vos classiques, depuis Vatican II et les prêtres « modernes » tendance homos et pro gay-pride, il y a une améliioration du refrain : « inquistion /croisades /pédophilie »^^

    • gerdil permalink
      28 juin 2010 14:11

      Vous avez raison, n’oublions-pas l’apport des progrès consécutifs, depuis l’élan dynamique du dernier concile, à l’ouverture de l’Eglise vers les « hommes »…et surtout sont intérêt pour les « jeunes » (sic) !

    • John permalink
      28 juin 2010 14:22

      Vous avez oublié deuxième guerre mondiale et extermination de ceux qui ont créé votre religion. Et de nos jours, on peut presque dire que la guerre en Irak et en Afghanistan est une croisade…

    • Gary permalink
      28 juin 2010 14:31

      Sauf qu’on est contre cette guerre, injustifiée et stupide, totalement John !

      Merci cependant pour ta contribution au refrain. les cours sont finis, et il est de tradition de chanter ensemble dans les établissements cathos. Si tu veux te joindre à nous te gênes pas (il y a de la trappiste au frais !)

    • John permalink
      28 juin 2010 14:47

      MDR!!! Les établissements et les cours des établissements cathos, très peu pour moi… Par contre je suis pas contre ton breuvage! Il fait chaud, une trappiste serait la bienvenue ^^

    • reply permalink
      28 juin 2010 16:07

      Tu rates quelque chose, car les lycées et facs cathos sont beaucoup plus sympas que tu ne l’imagines. Et puis tu peux avoir le look que tu veux sans te faire inquiéter par les racailles^^

      Au fait le réfrigérateur est rempli de Chimay…on t’en garde c’est promis !

    • John permalink
      28 juin 2010 16:50

      Dans ma fac il y a très peu de « racailles ». Et mon ancien lycée en était rempli mais j’ai jamais eu de soucis avec eux.
      J’ai pas eu de très bons échos sur les lycées cathos. Je connais des gens (dont une métalleuse) qui fréquentent ou ont fréquenté ce genre d’établissement. La prière y est obligatoire et pour des athées purs et durs c’est assez mal venu.
      Tu remontes dans mon estime reply, garde moi en plusieurs, histoire de pas repartir boiteux😀

    • Hetfield permalink
      29 juin 2010 19:19

      Parce que maintenant il faut une raison pour faire la guerre? Je n’en reviens pas. Rien, absolument rien, ne vaut la mort et le massacre d’êtres humains. Les croisades, l’inquisition, la 1ère et la 2ème guerre mondial, la guerre en Irak, les guerres chrétiennes ou non, tout ça c’est du pareil au même c’est de la faiblesse et un acte contre nature visant à tuer des centaines, des milliers voir des millions de gens, et ça c’est de la monstruosité. Certains groupes de metal (loin de la majorité) ont certes des paroles parlant du meurtre des chrétiens, mais il n’y a aucun passage à l’acte contrairement à vous. Il est bien loin le temps d' »aime ton prochain ». Vous pensez être bons, purs et vertueux, mais vous corrompez le monde avec vos idées conservatrices et haineuses. De toutes les personnes existantes vous êtes de loin les moyens tolérantes.

    • klm permalink
      28 juin 2010 14:20

      Gary & gerdil

      Pardonnez-mois, mais je me permets d’apporter, non par une correction, mais un enrichissement à votre refrain.

      En effet nous savons également, grâce au bon travail de La Question mis en exergue et relevé par l’Express🙂 que certains prêtres sont enseignés dans leur foi par, dixit Robert Culat :  » les critiques constructives du black métal ».

      Ainsi donc veuiller noter que le refrain, pour être complet, doit désormais s’énoncer ainsi :

      « inquisition / croisades / pédophilie / satanisme » !

    • Silverblade permalink
      28 juin 2010 14:16

      Je suis fan de métal et pourtant j’ai énormément d’admiration pour les Templiers et je trouve juste tout simplement tragique la manière dont ils ont finis.
      Vous voyez, les métalleux savent aussi se cultivé contrérement aux apparances.
      Dailleurs si vous même vous prendrai le temps de vous y intérésser vous verrez que certains symbole soit disant satanique utiliser dans le métal ne le sont pas, comme la croix inversé qui est en réalité la croix de St Pierre et la croix de fer que l’on prend pour un signe nazi alors que les métalleux eux porte la croix de fer du 18ème siècle qui n’a rien a voir avec le nazisme et que les métalleux porte juste pour se donné un air de guerrier des guerres Napoléoniennes.

      Et pour revenir aux Templiers ce que j’adore surtout chez eux c’est leurs devise:

      « Non nobis non domine non nobis sed nomini tuo da gloriam »

    • gerdil permalink
      28 juin 2010 14:25

      Toi tu commences à Etre sympa😉

      Alors si tu aimes la devise des templiers tu es des nôtres !

      Encore un tout petit effort et tu pourrais devenir un frère de combat : Ad Majorem Dei Gloriam !

    • Silverblade permalink
      28 juin 2010 15:11

      @ Gerdil

      Merci mais pourtant je ne suis pas vraiment croyant, je suis agnostique, c’est juste que j’aime pas les extrême autant du côté des catholique que du côté des métalleux. J’ai connus l’histoire des Templiers grâce à ma fiancée passionnée d’histoire médiévale et qui elle même fait partis d’une compagnie médiévale de Templier pour les reconstitution historique et fête médiévales^^.

      Dailleurs à ce propos j’aimerez avoir vos avis car récament avec ma fiancée on à lu des articles de médiévistes et autres historiens qu’il y aurai eu des femmes dans l’ordre des Templier et également parmis des guerriers en général aux temps médiévaux. Parmis les différents indices il y a le fait qu’ils se sont rednus compte que presque toutes les armures de l’époque étaient unisexe.

      Personélement je pense que c’est vrai et vous?

    • gerdil permalink
      28 juin 2010 15:38

      Sans vouloir aller trop loin, faute de documents, je suis pas loin de penser comme votre fiancée (super ses activités médiévales !), car les templiers avaient un esprit audacieux en de nombreux domaines.

      Alors pourquoi pas, dans certains cas exceptionnels, des femmes sous les armures ?

      De toute manière les femmes ont montré leur courage à chaque période de l’Histoire, Jeanne d’Arc en est le meilleure exemple, ou Charlotte Corday…et aujourd’hui, dans un camp différent évidemment, Dura Lex !🙂

    • Dura lex sed lex permalink
      28 juin 2010 15:45

      Héhé puisqu’il y a deux interprétations possibles à votre propos, je vais choisir celle qui m’est sympathique ^^
      Ceci dit, une fois n’est pas coutume, je suis de votre avis, et je rajouterai qu’au vu de considérations démographiques il est très probable que des femmes aient été présentes dans les armées (pas à titre officiel pour la plupart) et bien évidemment chez les Templiers (d’ailleurs un ami à moi, membre lui aussi d’une compagnie médiévale qui fait des reconstitutions historiques est de cet avis).

    • gerdil permalink
      28 juin 2010 15:59

      L’interprétation était sympathique…pas pour les idées bien sûr, mais pour le courage😉

      Pour les femmes bien de votre avis, moi aussi leur présence me semble envisageable dans beaucoup d’ordres militaires et chevaleresques. Une étude sérieuse et complète reste à faire sur le sujet, qui d’ailleurs serait très intéressante

    • Silverblade permalink
      28 juin 2010 16:53

      + 1 à Dura lex
      + 1 à Gerdil

      Ravi de voir que je ne suis pas le seul à penser cela^^
      Au début j’avais un peut peur d’évoquer le sujet car j’aurais imaginé les catho extrêmistes crié au scandales^^.
      Dailleurs autres preuves du pouvoir des femmes à l’époques, chez les viking seul les femmes avaient le droit de divorcer, si un homme voulait se séparer de sa femme il fallait qu’il lui demande l’autorisation^^ Et surtout quand les hommes partaient en conquête ce sont les femmes qui gardaient les terres face aux autres envahisseurs à coup de hache.

      Et puis j’ai surtout vu des femmes héroique dans un domaine que je maitrise parfaitement: l’histoire des pirates et corsaires.

      Vous n’imaginez pas le nombre de femmes pirates qu’il y à put avoir et toutes aussi braves si ce n’est pas plus que les hommes^^.

    • calixte permalink
      28 juin 2010 17:17

      @ gerdil

      Vous avez raison de rendre hommage au courage de Dura lex, elle n’en manque pas. De même que d’autres vertus également, comme la ténacité, la détermination et la volonté, qui sont non dénuées de lien avec le plus pur esprit de la chevalerie médiévale.

      Dommage, cependant, que les idées nous séparent dans le cadre des analyse historiques et des visions doctrinales, car elle aurait parfaitement sa place dans le camp de la Tradition.

      Mais malgré cette différence, elle possède au moins un critère essentiel sur le plan traditionnel: le sens de la famille et le respect du sang !

    • Dura lex sed lex permalink
      28 juin 2010 19:16

      @ Gerdil et Calixte

      Merci beaucoup cela me touche énormément.

      Et cela me fait plaisir de vous savoir de retour Calixte, vous savez combien j’apprécie nos échanges🙂

    • calixte permalink
      29 juin 2010 11:43

      Ce sentiment, malgré nos divergences, est également partagé😉

    • Yog-Sothoth permalink
      28 juin 2010 14:59

      @Silverblade .
      +1 pour les Templiers.

      Sinon pour la croix de fer , il est bon ton de savoirs qu’elle est aujourd’hui encore le symbole de l’armée Allemande ( la « Bundeswehr » ) .

      Comme la Croix de fer est une décoration de période de guerre, aucune n’a été remise depuis mai 1945 , mais elle est toujours d’actualité .

    • Gary permalink
      28 juin 2010 15:29

      Exact Yog, cette croix, à la fois médaille et insigne, décorait tous les drapeaux et véhicules blindés, y compris les avions et bateaux, de l’Allemagne jusqu’à la guerre.

      Il en reste, plus timidement on imagine pourquoi^^, quelques traces dans certains régiments actuels.

    • Korrigan permalink
      28 juin 2010 15:30

      L’histoire des Templiers est une partie de l’histoire qui est des plus passionnantes

    • gerdil permalink
      28 juin 2010 15:42

      Bien de cet avis. Les templiers, Ordre de chevalerie militaire et religieuse, est un sujet d’étude des plus exaltants en bien des points.

    • Yog-Sothoth permalink
      28 juin 2010 16:44

      Ce n’est même pas timidement , c’est afficher en gros sur les logos actuels de la Luftwaffe et de la Bundeswehr .

      Il est aussi intéressant de noté que le Svastika est aujourd’hui encore ( il me semble ) le symbole de l’Armée de l’air Finlandaise .

    • gerdil permalink
      29 juin 2010 11:17

      Impressionnant !

      On apprend que le gouvernement de l’Allemagne de l’Ouest permet à ses vétérans militaires de continuer à porter la Croix de fer mais sans la svastika (des feuilles de chêne remplacèrent la croix gammée centrale). Comme la Croix de fer est une décoration de période de guerre, aucune n’a été remise depuis mai 1945.

      Elément amusant, une polémique a vu le jour en 2008, quand il fut question d’attribuer à nouveau la croix de fer « modernisée » aux unités ayant servi à l’étranger sous mandat de l’OTAN…

      On imagine la tête de certains généraux alliés d’avoir à commander des unités qui ressemblent à ceci^^ :

  5. Korrigan permalink
    28 juin 2010 13:57

    Et à la fin, ils furent tous exterminés au nom du Dieu pour lequel ils ont fait ces croisades

  6. OMG permalink
    28 juin 2010 16:53

    Selon l’acharnement d’un roi ayant fait ce qu’il voulait, à savoir voler les biens des templiers, et non de la volonté de l’église qui plia à cause de la faiblesse de son pape… elle n’est effectivement pas à l’abris des brebis galeuses de tout ordre nous le savons trés bien.

    • Silverblade permalink
      28 juin 2010 16:58

      Oui c’est vrai que dans la chute des Templier c’est Philippe IV de France qui à foutu la merde car il voulait mettre la main sur la fameux trésor des Templiers.
      Je suis même surpris qu’il ne soit pas traiter de sataniste par La question^^( ne vous fâchez pas c’est de l’humour)

    • sixte permalink
      28 juin 2010 17:23

      On se fâche pas, celui-là n’est pas trop en odeur de sainteté ici^^

      Nous sommes furieusement du côté du pape sur La Question, qui seul a la dévolution de l’imperium, comme le rappelle Joseph de Maistre dans son ouvrage essentiel sur la papauté.

    • Silverblade permalink
      28 juin 2010 17:39

      Et c’est malheureusement là que je suis en désaccord avec la doctrine de la question, car je respecte la religion chrétienne et Dieu mais j’ai franchement du mal avec le pouvoir de l’église, car je trouve que parfois elle n’arrive pas à évoluer avec son temps. Le Pape Jean-Paul II lui à sut avoir un regard nouveau sur certaines choses et c’est un des hommes d’église qui m’a donner envie de m’intérrésser au christianisme.

      En fait ce n’est pas Dieu qui m’enmerde, c’est sont fan club^^

      Plus sérieusement je ne suis pas vraiment croyant (agnostique pour être précis) mais j’éssaie de compredre et respecter toutes les religions.
      Mais cela ne m’empêche pas de respecter votre point de vue sur la religion car comme l’a dit Voltaire

      « Je défendrai mes opinions jusqu’à ma mort, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez défendre les vôtres. »

    • sixte permalink
      28 juin 2010 19:10

      Voilà une belle parole de Voltaire, qui, malgré ses nombreux défauts, en a eu d’autres intéressantes…de paroles

      http://contreculture.org/AG%20Voltaire.html

      Pour le reste, regardez une chose. De tous les pouvoirs temporels, celui de l’Eglise a toujours été le plus juste et miséricordieux ; clément pour les peuples et secourable envers tous, y compris les non-chrétiens, comme d’ailleurs le montre l’attitude de la papauté envers les Juifs à travers les siècles.

    • Silverblade permalink
      28 juin 2010 19:57

      Ouais c’est pas faux mais il y a un truc que j’ai jamais vraiment trop compris dans la religion chrétienne et j’espère que vous pourrez m’aider à mieux comprendre.

      On dit bien que Dieu est partout tout autour de nous. Mais alors dans ce cas là à quoi ça sert d’aller prier dans les églises alors que l’on pourrai le faire aussi bien chez soit ou n’importe où ailleurs.
      Donc du coup à quoi sert le pouvoir de l’église? De plus j’ai lu quelque part qu’il y aurai un évangile écrit par le Christ en personne qui remettrai en cause le pouvoir de l’église, info ou intox?

    • Dura lex sed lex permalink
      28 juin 2010 23:25

      C’est là tout le problème des textes apocryphes (arrêtez-moi si je dis une bêtise), textes qui ne sont pas reconnus par l’Eglise… Ces textes sont nombreux, pas facilement consultables, et ont été écartés pour diverses raisons (apocryphe signifie « dont l’authenticité n’est pas établie » in Littré)… Il me semble qu’il est don difficile d’affirmer que certains pourraient faire chuter le pouvoir de l’Eglise, même si l’on pense qu’il y en a qui donnent une version différente notamment de la vie du Christ (cf par exemple l’Evangile selon Marie-Madeleine).
      Mais si quelqu’un peut apporter des éléments plus précis, je serai moi aussi ravie de les découvrir.

    • calixte permalink
      29 juin 2010 11:10

      L’idée de fixation d’un canon des Ecritures chrétiennes par les Pères de l’Eglise est apparu assez tôt, dès le IIème siècle. Les apocryphes, sont donc les ouvrages non reconnus comme authentiques par l’Eglise.

      Ainsi, les écrits apocryphes chrétiens, sont des écrits concernant divers événements du nouveau testament, détaillés plus précisément par leurs auteurs et qui rapportenrt des faits plus ou moins crédibles.

      En réalité on parle « d’apocryphes », car il s’agit, dans l’esprit de l’Eglise, de faux écrits qui ils ne sont pas canoniques, c’est-à-dire non reconnus par l’Église.

      Cependant ils ont une valeur non négligeable qu’il faut apprécier avec réserve. Les auteurs de ces écrits sont nombreux, certains sont connus et peuvent être soit des apôtres soit des évangélistes, cela sans certitude.
      D’autres auteurs sont inconnus, mais l’on peut les considérer comme des chroniqueurs ayant vécus durant les cinq premiers siècles de notre ère.

      Est-ce qu’ils peuvent faire « chuter » le pouvoir de l’Eglise ? Sans doute pas, la fixation du canon étant intervenue fort tôt, précisément pour éviter que chacun puisse dire et écrire n’importe quoi, canon reconnu par l’ensemble des confessions (orthodoxes, catholiques, réformés).

      Sont-ils en revanche de nature à remettre en question certains dogmes ? La réponse est oui incontestablement, d’où la grande réserve de l’autorité romaine et des autres églises à leur égard.

      Voilà ce qui peut être dit rapidement sur le sujet.

    • Silverblade permalink
      29 juin 2010 14:11

      Merci pour toutes ces précisions mais cela ne répond toujours pas à ma question, a quoi sert l’église si Dieu est vraiment partout tout autour de nous? Pourquoi aller y prier alors qu’on pourrai le faire chez soit?

    • OMG permalink
      29 juin 2010 12:18

      Beaucoup de ces textes sont d’origine gnostique qui était un mouvement mystique assez bordelique et délirant (c’est mon avis personnel).
      Irénée de Lyon les a combattus pour préserver l’intégrité de l’église naissante, pour éviter qu’elle ne se morcelle car c’est bien cela son vrai pouvoir : l’unité de ces membres dans la vie et dans la prière.

  7. avouedusaintsepulcre permalink
    28 juin 2010 20:54

    Aaaah, l’ordre du Saint Sépulcre. Si vous me prenez par les sentiments.

    • hannibalgenga permalink
      29 juin 2010 10:14

      Godefroy de Bouillon se donna le titre d’ « Avoué du Saint Sépulcre », c’est-à-dire de défenseur du Saint Sépulcre. On peut considérer qu’il fut le premier chevalier de l’Ordre.

      L’Ordre du Saint Sépulcre avait la protection du sanctuaire et l’accueil des pèlerins. Il était de coutume pour les chevaliers partant en croisade de se faire adouber au Saint Sépulcre. Cette coutume perdura même après les croisades : le Duc Frédéric d’ Autriche, futur Empereur Frédéric II en 1436 et Chateaubriand le 04 octobre 1806 en sont des exemples.

      En 1122, le Pape Calixte II les a reconnus officiellement.

      La Croix de l’Ordre est magnifique !

      Croix potencée, cantonnée de quatre croisettes. Les croix sont rouges pour rappeler le sang versé par le Christ. Les 5 croix sont là pour rappeler les cinq plaies infligées lors de la crucifixion.

      http://www.compagnie-medievale-les-blancs-manteaux.com/cmlbm.st-sepulcre.htm

  8. Tristan Magniez permalink
    29 juin 2010 18:58

    Hum dois-je vous rappeller que le pape de l’époque à vendu les croisés et proclamé leur excommunication pour satisfaire le roi de france ? Et qu’ils ont finis cramés et chassé jusqu’au dernier ?
    Comme ça que commence la série les Rois Maudits par ailleurs.

  9. faitesavancerlhistoire permalink
    30 juin 2010 15:07

    Textes, dicours, presse & affiches d’histoire sur http://faitesavancerlhistoire.wordpress.com/ !

  10. 30 juin 2010 15:40

    Pas les croisés, mon pote, les Templiers. Clément 5 et Philippe le Bel ont cru que c’était des blasphémateurs et des satanistes.

  11. Actualité : Fête de Saint-Louis permalink
    26 août 2011 11:53

    Jeudi 25 août Fête de Saint Louis, Roi de France (1214-1270), Patron des Armées françaises !

    Saint-Louis fonda des hôpitaux et des monastères. Il réalisa son grand projet : construire la Sainte-Chapelle comme une châsse de lumière et de vitraux destinée à recueillir les saintes reliques, surtout la Couronne d’épines. Il donna à sa soeur, la bienheureuse Isabelle de France, le terrain de Longchamp pour y fonder une abbaye de religieuses de Sainte-Claire. « Si je dépense beaucoup d’argent quelquefois, j’aime mieux le faire en aumônes faites pour l’amour de Dieu que pour frivolités et choses mondaines. Dieu m’a tout donné ce que j’ai. Ce que je dépense ainsi est bien dépensé. » (Saint Louis au sire de Joinville )

    A vingt ans, il épousa Marguerite de Provence et leur amour sera tendre et fidèle. Saint Louis fut aussi un modèle du pur amour conjugal; il avait fait graver sur son anneau cette devise: « Dieu, France et Marguerite. »

    A la suite d’une maladie mortelle, guéri miraculeusement, Louis obéit à une inspiration du Ciel qui l’appelait aux Croisades. Quand il partit pour délivrer la Terre Sainte en 1248, il s’embarqua avec elle. On le vit, dans ces luttes gigantesques, qui avaient pour but la libération des Lieux Saints, faire des actes de bravoure qui le mettaient au rang des plus illustres guerriers.

    http://christroi.over-blog.com/article-35235834.html

  12. Kudrax permalink
    20 septembre 2011 16:02

    Et la Croisade qui a fini à Constantinople elle était elle aussi animée par l’esprit chrétien?
    Pourquoi le meneur de la salle Croisade pacifique fut excommunié pour cela(Frédéric II du Saint-Empire)?

  13. Kudrax permalink
    20 septembre 2011 16:13

    *seule Croisa. Désolé grand moment de distraction

  14. wendrock permalink
    21 septembre 2011 00:18

    Kudrax

    La fameuse prise et le saccage de Constantinople le 12 avril 1204, si souvent cités par les historiens, actes qui pour être cruels et brutaux ceci n’est pas niable, étaient en réalité une sorte de « revanche », car en 1182, la population de constantinopolitaine s’était soulevée et avait massacré horriblement tous les Latins avec une rage inouïe… Un fait qu’on oublie de préciser aujourd’hui alors qu’il explique la raison de la réaction des Latins quelques années plus tard.

    En effet, ce qu’omettent de signaler les historiens modernes qui ne connaissent rien à leur sujet, c’est qu’en avril et mai 1182 les habitants de Constantinople se jetèrent sur les Latins et les massacrèrent sauvagement comme le décrit Edward Gibbon :

    « Le peuple courut aux armes ; des côtes de l’Asie le tyran envoya ses troupes et ses galères seconder la vengeance nationale ; et la résistance impuissante des étrangers ne servit qu’à motiver et redoubler la fureur des leurs assassins. Ni l’âge, ni le sexe, ni les liens de l’amitié ou de la parenté ne purent sauver les victimes dévouées de la haine, de l’avarice et du fanastisme. Les Latins furent massacrés dans les rues et dans leurs maisons ; leur quartier fut réduit en cendres ; on brûla les ecclésiastiques dans leurs églises, et les malades dans leurs hôpitaux. On peut se faire une idée du carnage par l’acte de clémence qui le termina : on vendit aux Turcs quatre mille chrétiens qui survivaient à la proscription générale. Les prêtres et les moines se montraient les plus actifs et les plus acharnés à la destruction des schismatiques ; ils chantèrent pieusement un Te Deum lorsque la tête d’un cardinal romain, légat du pape, eut été séparée de son corps, attachée à la queue d’un chien, et traînée, avec des railleries féroces, à travers les rues de la ville. »

    Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain, chapitre LX, 1828, pp. 13-15.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36471n/f18.image

    Il faut donc toujours avoir en mémoire, et cela relève effectivement si ce n’est de « l’esprit » du moins du « réalisme chrétien », qu’en Histoire les faits ne surviennent pas sans qu’il y ait derrière eux des raisons explicatives objectives, notamment pour la période des croisades, mais encore faut-il les connaître ces raisons, ce qui est hélas rarement le cas chez les ignorants qui se prétendent aujourd’hui « historiens »…

  15. Kudrax permalink
    21 septembre 2011 18:54

    Le fait que Constantinople concurrençait Venise n’a donc rien à voir.
    Les Croisades ne sont elles pas au départ prévues pour libérer le tombeau du Christ?

  16. wendrock permalink
    22 septembre 2011 09:55

    Kudrax

    Ne vous focalisez pas sur la lutte entre Venise et Constantinople, dont les historiens marxistes ont fait l’unique raison des luttes parallèles dans le vaste mouvement des croisades, en particulier la 4e qui en effet fut détournée de sa vocation, mais se gardent de rappeler dnas cet épisode qu’au XIème siècle, toute l’Italie était byzantine. Certes les croisés prirent Constantinople, non pas une mais deux fois, une première fois en rétablissant Isaac II sur son trône lui donnant de régner avec son fils Alexis IV, mais celui-ci fut assassiné par Alexis V et les Latins massacrés dans Constantinople, ce qui entraîna la réaction des Latins de manière brutale, mais qui fondent cependant l’Empire latin d’Orient qui existera jusqu’en 1261.

    Plus globalement, les croisades, même si l’un des buts était de libérer le tombeau du Christ, avaient un objectif plus vaste, libérer les terres chrétiennes, c’est-à-dire tout l’Orient, l’Égypte, l’Afrique du Nord, l’Espagne, ce qu’étaient, sauf pour l’Espagne, on n’y pense jamais à l’origine des terres chrétiennes, envahies par les arabes et converties par le fer et le feu à l’Islam, ou pour le moins soumis à des régimes d’oppression et d’humiliation (dhimmitude des juifs et des chrétiens sous l’islam).

    Les croisades furent donc des entreprises de refoulement des invasions militaires musulmanes en terres chrétiennes, une des pages les plus nobles et valeureuses de notre histoire, avec des hommes de grande foi, tels Godefroy de Bouillon, Baudouin IV, Saint Louis, et tant d’autres chevaliers anonymes.

    Ainsi, les croisades des Francs en Orient et la Reconquête en Espagne, on oublie de le dire, furent des guerres de libération de terres anciennement chrétiennes et non de conquête…, comme on s’efforce depuis trop longtemps de nous le faire accroire dans les manuels modernes destinés aux écoliers de la République !

  17. 20 mars 2012 18:59

    Ce long métrage réalisé par Dean Wright et écrit par Michael Love, avec Andy Garcia et Eva Longoria, est basé sur la véritable histoire de la guerre des Cristeros (1926-1929). Tourné en langue anglaise, Cristiada doit « bientôt » sortir aux États-Unis.

    La bande-annonce promet…

    http://konigsberg.centerblog.net/1209-cristiada-la-guerre-des-cristeros-au-cinema

Trackbacks

  1. Dernier jour de l’Exorcisme contre le Hellfest ! « La Question : Actualité Religieuse
  2. ProVaticanus « La Question : Actualité Religieuse
  3. La vérité sur les Croisades! | +++Yesus Kristus azu+++

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :