Skip to content

La Tradition catholique réintégrée !

21 août 2010

 

Mgr Marcel Lefebvre (1905-1991)

Le Vatican en levant  l’excommunication qui frappait les évêques de la fraternité sacerdotale Saint Pie X ordonnés en 1988 par Mgr Marcel Lefebvre (Bernard Fellay, Bernard Tissier de Mallerais, Richard Williamson et Alfonso de Galaretta), par un décret daté du 21 janvier 2009, décret signé au nom du pape Benoît XVI par le préfet de la congrégation des évêques, le cardinal Giovanni Battista Re, a provoqué une onde de choc considérable qui modifie totalement la situation de la Tradition catholique au sein de l’Eglise.

 

 

  Certes, les médias et les militants sectaires de l’ idéologie moderniste,  ont utilisé et instrumentalisé au maximum le fait que Mgr Williamson ait accordé un entretien à la télévision suédoise dans lequel il nia l’existence des chambres à gaz, en tentant, vainement, de faire échouer ce retour de la Tradition au sein de la communion ecclésiale, alors que Mgr Williamson, qui s’exprimait à titre privé et faisait part d’une opinion personnelle, était honteusement trompé par ceux qui le sollicitaient sur un sujet sensible avec l’intention de faire un usage malveillant de l’enregistrement.

Mais cela fut peine perdue, malgré la tempête médiatique, le porte-parole du Vatican Federico Lombardi saluera en ces termes la levée de l’excommunication :

 

 « C’est une bonne nouvelle, et cette décision constitue un pas très important vers la reconstitution de la pleine communion de l’Eglise. »

 

Ainsi donc, et alors que le dialogue engagé au sujet des positions de Vatican II se poursuit de façon régulière et discrètement entre les responsables de la FSSPX et les théologiens de la Curie, une page nouvelle de l’histoire de l’Eglise est en train de s’écrire en direct sous nos yeux, et nous devons être parfaitement conscients que de l’issue de cette réintégration, qu’il faut souhaiter la plus satisfaisante possible pour la doctrine séculaire de la foi, dépend le devenir de la Tradition catholique.

 

Lire :

L’affaire Mgr Williamson et ses enjeux cachés !

24 commentaires leave one →
  1. wendrock permalink
    21 août 2010 01:27

    DES INTEGRISTES REINTEGRES

  2. sixte permalink
    21 août 2010 10:04

    C’est bien d’un combat qu’il s’agit depuis toujours pour la FSSPX, Un combat pour la restauration du sacerdoce catholique !

    • wendrock permalink
      22 août 2010 23:35

      Regard sur 40 ans de crise liturgique

      L’élaboration d’un nouveau rit en 1967

      Cette année marque un tournant.

      – les propos de Mgr Bugnigni :

      Le P. Annibale Bu­gnini, sous-secrétaire de la Congrégation des Rites et secrétaire du « Consilium » de liturgie, avait expliqué sans ambages ce qu’on était en train de faire. « Il s’agit, disait-il, d’une restauration fondamentale, je dirais presque d’une refonte et, pour certains points, d’une véritable nouvelle création ».

      – la missa normativa :

      Un nouveau formulaire de messe a été expérimentée à la chapelle Sixtine, le 24 octobre, et soumise à l’approbation des évêques présents : cette expérience fut repoussé par 74 voix pour, et un total de 105 voix contre. Hors c’est cette messe qui a été promulgué 2 ans plus tard.

      Pour montrer à quel point nous sommes loin des réformes voulues par le concile, voici un texte de Thierry Maertens, un bénédictin, dans Tres abhinc annos et Eucharisticum mys­terium : « … ces deux documents révèlent l’important che­min parcouru depuis le Concile, tant sur, le plan de la réforme matérielle que sur celui de la doctrine. » (P. 12).

      « … Rien, dans la Constitution sur la liturgie, ne laissait supposer qu’un document permettrait, quatre ou cinq ans plus tard, la proclamation du canon en langue vivante… » (P. 12-13).

      (En note) : « La brochure collective la Liturgie dans les documents de Vatican II (…) soulignait également le danger pour les liturgistes et les réformateurs de s’en tenir trop strictement à la Constitution… » (P. 14).

      « … Aujourd’hui, parce qu’il a reçu un sacerdoce qui l’envoie en mission et le met davantage en contact avec les problèmes des hommes, le célébrant est davantage soucieux de se présenter, dans la liturgie, comme l’hôte de la maison de famille qui prête atten­tion à chacun des convives et a pour chacun d’eux une parole ou un regard chaleureux… » (P. 20).

      « … Ainsi donc, en dehors de ce qui est propre à sa fonction, le célébrant ne jouit plus d’aucun privilège dans la fonction liturgique… » (P. 21).

      http://www.salve-regina.com/Liturgie/regard_sur_quarante_ans_crise_liturgique.htm

    • lodz permalink
      23 août 2010 09:52

      Cette réforme liturgique est une catastrophe. On se demande encore comment une chose pareille a pu advenir à l’intérieur même de l’Eglise ? Ce que les réformés et la Révolution pendant des siècles n’étaient pas parvenus obtenir, à savoir toucher à l’essence du saint sacrifice eucharistique, ce sont les évêques réunis à Rome qui le réalisèrent. Terrifiant.

  3. Grégoire permalink
    21 août 2010 10:08

    Mgr Lefebvre à qui l’on doit tant pour le maintien de la Tradition catholique, à la suite du concile, a fondé La Fraternité sacerdotale Saint Pie X dans le diocèse de Fribourg en 1970, et c’est moins d’un an après en 1971 qu’il établit à Ecône un séminaire pour donner aux futurs prêtres une formation fidèle à la tradition, séminaire international St Pie X est situé dans le canton du Valais en Suisse.

  4. Vehementer permalink
    21 août 2010 10:10

    Documentation sur le séminaire d’Ecône et la Fraternité Saint Pie X

    Mgr Marcel Lefebvre et la Fraternité sacerdotale saint Pie X http://www.jesusmarie.com/fspx.html

    Fraternité sacerdotale Saint Pie X , Maison générale http://www.fsspx.org/

    Séminaire International Saint Pie X – Séminaire d’ Ecône http://wwfr.seminaire-econe.com/

    Présentation de la Fraternité Saint Pie X: http://www.unavoce.fr/content/view/169/44/

    Centres de messe de la Fraternité Saint Pie X (en France par département) http://www.unavoce.fr/content/view/312/44/

  5. calixte permalink
    21 août 2010 10:12

    Soyons précis sur le plan canonique, car cela a son importance en ces domaines.

    L’excommunication des évêques lefebvristes a été supprimée par un décret de la congrégation des évêques le 21 janvier 2009. Le décret a été rendu public le 24 janvier. Cette levée de l’excommunication des 4 évêques a été demandée par Mgr Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint Pie X par sa lettre du 15 décembre 2008. Ces quatre évêques ne sont donc plus hors de l’Eglise, mais tous les membres de la fraternité ne sont pas réintégrés dans l’Eglise. La levée de l’excommunication des évêques n’a pas changé la situation juridique de la Fraternité Saint Pie X. Elle ne jouit pour l’instant d’aucune reconnaissance canonique dans l’Eglise catholique.

    De plus ces quatre évêques demeurent suspendus (suspens a divinis). Il ne leur est donc pas permis, du moins légalement, d’exercer leur ministère épiscopal. Mgr Fellay, comme ses confrères, a besoin d’une autorisation papale pour ordonner des prêtres, parce qu’il n’ont pas le statut d’évêques à part entière.

    Quant aux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X, ils sont frappés par une peine de suspense, qui pour l’essentiel leur interdit de célébrer les sacrements (sauf exceptions). Cette peine frappe ceux qui ont reçu des ordres sacrés d’un évêque suspens ou excommunié. A tout le moins, ces prêtres sont considérés officiellement comme irréguliers, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas le droit d’exercer les ordres reçus.

    Ainsi donc, la levée de l’excommunication des évêques sacrés par Mgr Lefebvre n’est pas une réhabilitation, elle constitue simplement le point de départ d’un long chemin qui suppose un dialogue délicat. En effet, le pape a posé un geste pour avancer dans « le dialogue de la charité ». Mais il a aussi exprimé les fruits qu’il en attend : « Je souhaite que mon geste soit suivi d’un engagement diligent de leur part à accomplir les pas ultérieurs nécessaires pour réaliser la pleine communion avec l’Eglise, en témoignant ainsi une vraie fidélité et une vraie reconnaissance du magistère et de l’autorité du pape et du concile Vatican II ».

    Le pape, qui est très intelligent, pose de la sorte comme «conditions indispensables» à une «future reconnaissance» de la Fraternité Saint Pie X «la pleine reconnaissance du Concile Vatican II et du magistère des Papes Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul Ier, Jean-Paul II et de Benoît XVI». La reconnaissance du concile Vatican II comporte en particulier le décret sur la liberté religieuse, le décret sur le dialogue interreligieux et l’engagement sur les voies d’un rapprochement avec les autres Eglises et communautés chrétiennes, ce qui risque de devenir très compliqué assez vite.

    On le comprend, la question n’est pas encore réglée, loin de là même, d’autant qu’elle porte sur des points théologiques où les divergences ne peuvent qu’apparaître.

    C’est pourquoi l’abbé de Nantes ne cessa de répéter : « Il convient, avant toute chose, de s’opposer aux positions hérétiques de Vatican II sur le plan doctrinal afin d’en établir les erreurs sous peine de produire de profondes divisions qui peuvent, un temps, se dissimuler derrière un commun attachement à la messe de saint Pie V, mais qui ressurgissent rapidement ».

    C’est ainsi que, par exemple, de jeunes prêtres ordonnés à Écône rejoignirent des communautés sédevacantistes le lendemain de leur ordination, et qu’aujourd’hui certains lefebvristes veulent un rapprochement avec Benoît XVI tandis que d’autres l’anathématisent.

    • apostolatus specula permalink
      23 août 2010 10:03

      Bien de votre avis calixte s’agissant de l’importance de l’unité doctrinale. Mais lorsque la nécessité fait loi il faut tout mettre en oeuvre pour sauver la sainte messe. Et là, en l’occurence, ce fut bien le cas. Le Concile a touché à la célébration du culte catholique et il était impératif de former des prêtres capables de perpétuer le Saint Sacrifice. C’est ce à quoi voulut répondre Mgr Lefebvre.

      N’oublions pas, comme l’écivrait s. Pie X, que :  » Le sacrifice de la Messe est substantiellement le même que le sacrifice de la croix en ce que dans l’un et l’autre, Jésus Christ est à la fois le prêtre et la victime. » On mesure donc le caractère vital du maintien de la continuité liturgique. Peut-être même, est-ce là la seule chose vraiment essentielle, car la liturgie catholique, c’est-à-dire traditionnelle, nous dit la théologie de la messe, bien sûr la messe n’est pas tout à fgait comparable à un cours de théologie, mais la doctrine se trouve exprimée dans les différentes prières. On retrouve ainsi clairement exprimées les quatre fins du saint sacrifice : Adoration, action de grâce, propitiation, demande. De ce fait on peut donc dire : la messe c’est toute la foi catholique rendue vivante et actualisée sur les autels.

  6. Ripoublik permalink
    21 août 2010 11:45

    Débat: le sionisme chrétien

    http://ripoublik.com/la-place-de-leglise/debat-le-sionisme-chretien/

  7. 21 août 2010 13:02

    Le Sionisme est d’essence satanique !

    **********************************

    Un « fait » semble être déterminant pour certains sionistes chrétiens : les Juifs sont de retour en Israël ! A partir de là ils induisent, fautivement, une essence à ce fait, non en fonction de sa nature véritable, mais par la seule vertu de sa positivité concrète. Développant un raisonnement sophistique, que l’Eglise condamna toujours, singulièrement fallacieux et grandement insoutenable pour plusieurs raisons convergentes : si les Juifs sont de retour en Palestine c’est que les Temps sont advenus, donc nous assistons à l’accomplissement de l’Histoire divine, donc le sionisme est d’essence divine. CQFD. Or ceci est profondément inexact pour plusieurs raisons qu’il convient de connaître impérativement.

    Pour comprendre la nature perverse du Sionisme selon l’Eglise, et partant l’erreur du Sionisme chrétien, lire la critique fondamentale effectuée sur ce sujet par Zacharias :

    – Le Sionisme et l’Antéchrist
    ou le sens véritable du « retour » des Juifs en Israël
    http://www.la-question.net/archive/2009/11/07/le-sionisme-et-l-antechrist.html

    **********************************

    En complément :

    – Le Chef des Juifs : l’Antéchrist !
    Le ténébreux secret du projet sioniste
    http://www.la-question.net/archive/2009/11/28/le-chef-des-juifs-l-antechrist.html

    – Israël : la « Synagogue de Satan ! »
    ou la nature perverse du judaïsme après Jésus-Christ
    http://www.la-question.net/archive/2010/02/03/israel-la-synagogue-de-satan.html

  8. Charles permalink
    22 août 2010 11:56

    Le combat de la Tradition c’est la messe !

  9. Hilaire permalink
    22 août 2010 12:07

    La messe de saint Pie V est interdite ou fortement limitée par les évêques, aujourd’hui, non pas parce qu’elle n’est pas valable : on l’a dite pendant des siècles, mais parce que — et c’est le Pape qui l’a demandé — elle est devenue le drapeau de l’opposition au Concile.

    C’est donc pour une raison purement politique et idéologique !

  10. hannibalgenga permalink
    22 août 2010 23:22

    Evènement exceptionnel !

    A écouter le sermon du RP Jean-Dominique (OP) pour la 1ère messe de l’abbé SANDMARK à St-Nicolas, ancien pasteur luthérien qui, le 30 juin 2006, abjurait le protestantisme en l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Paris.

    Ordonné prêtre après 4 ans d’études au séminaire de Zaitzkofen, il célébrait, le dimanche 15 août 2010, au sein de la même église, sa première Messe solennelle.

    http://www.laportelatine.org/communication/audiotheque/audiotheque2010.php

  11. Celias permalink
    22 août 2010 23:26

    Nous réclamons une église digne de ce nom pour pouvoir y célébrer les messes selon le rite de saint Pie V, comme cela se faisait jusqu’à la fin des années 1960, car le catholicisme c’est la messe !

    • Constance permalink
      23 août 2010 09:54

      Toute la foi catholique repose en effet sur la messe. Sans la messe tout s’écroule. C’est ce qu’a fort bien vu Mgr Lefebvre.

  12. Norenda permalink
    22 août 2010 23:30

    Entretien avec l’abbé Rostand – Mgr Marcel Lefebvre : un évêque de l’Eglise

    « Monseigneur Lefebvre l’a souvent répété: « lex orandi, lex credendi, » c’est-à-dire que la liturgie est intimement liée à la foi. En d’autres termes, la manière de prier (lex orandi) exprime ce que l’on croit (lex credendi). « Nous devons dire avec l’Église que la liturgie est vraiment une école et une expression de la foi, parce que la source de la liturgie est précisément la foi », déclarait-il le 7 février 1980. Ce principe explique et est essentiel pour comprendre pourquoi l’archevêque a rejeté la Nouvelle messe et a défendu l’ancienne.

    Pour des motifs d’œcuménisme, la nouvelle messe a proposé des prières nouvelles qui refusaient d’exprimer certains dogmes catholiques, simplement parce qu’ils étaient opposés aux idées protestantes. La nouvelle Liturgie ne transmettait plus la foi catholique concernant la présence réelle de notre Seigneur Jésus Christ, la Transsubstantiation ou le caractère propitiatoire du sacrifice avec ses conséquences quant au péché, a l’enfer et a la grâce. Toutes ces notions, incompatibles avec la foi protestante, ont été simplement gommées ou diminuées. La nouvelle messe, en n’exprimant plus ces dogmes catholiques, même si ce n’est que par omission, conduira à une perte de la foi, bien plus, produira une foi nouvelle. Voila pourquoi Monseigneur a dénoncé le danger de la nouvelle messe: « Cette nouvelle messe est un symbole, une expression, une image d’une foi nouvelle, d’une foi moderniste… » (29 juin 1976) »

    http://www.laportelatine.org/archives/entret/2010/RostandCatFam1005/rostand100501.php

  13. Eloi permalink
    22 août 2010 23:46

  14. PEB permalink
    23 août 2010 15:19

    Pour moi qui ne connait vraiment que le Novus Ordo, je suis assez troublé par cette querelle de la lex orandi. (Né et baptisé sous Paul VI, je ne connait que le NOM.)

    Dans le NOM, les secrètes du propre sont souvent ambigües relativement au Sacrifice du Christ sans parler des nouvelles prières eucharistiques. Dans la II, il n’est pas évoqué explicitement mais plutôt l’union de l’Église en un seul Corps par la puissance de l’Esprit. Dans la III, on demande au Père de daigner reconnaître le sacrifice de son Fils dans celui de l’Église (là où le Latin, au moins, joue sur le mot Hostia, le Français est encore moins explicite). La IV est un cours d’Histoire Sainte de la Création aux fins dernières. Les spéciales réduisent la Messe à la commémoration d’Emmaüs. Réconciliation II a une manière bien à elle de mettre un voile pudique sur la Passion en parlant du “signe indélébile entre ciel et terre de notre réconciliation”. Celles pour les enfants sont typiques du “KT” (catéchisme) des paroisses “progressistes” dans le style mimi tout plein: vive Dieu, on est tous ses amis (quand même pas copains mais on va y arriver!), et il faut bien être gentil comme Jésus avec ceux qu’on aime et même ceux qu’on aime pas assez.”

    Ce qui est commun au NOM à l’exception du bon vieux Canon qu’on a bien voulu garder (mais amputé en Français plus encore qu’en Latin), c’est la double épiclèse (depuis Vatican II, on cause aussi le Grec, ça fait technique moderne et tout par rapport au vieux Latin tout miteux) super oblationem et super Populum.

    Cette lex orandi peut, dans un certain « esprit », amener à une lex credendi marxisante (dans l’Évangile, Jésus se fâche toujours contre les méchants exploiteurs en tout genre &c.) et donc à une lex vivendi révolutionnaire! Le Latin est rejeté par nombre de bonne (?) sœur, curé et consorts sous prétexte que Latin = étude classique = petit-bourgeois arriéré. La bonne équation est Français = lettre moderne = le Monde de ce temps = abandon d’un patrimoine jugé suranné et bourgeois. Ce n’est pas logique, c’est dialectique.

    On a aussi le risque de la Religion à la carte car, du fait de sa variété, le NOM, c’est la messe à la carte dans un missel largement hypertextuel à options. Et ça ne s’arrête pas là! Dans les lieux de pèlerinages comme à Lourdes, les chapelains écrivent régulièrement des propres votifs relatifs au thème de l’année en cours! On pourrait faire un livre des messes en l’honneur de Bernadette comme il y en a (un officiel) pour la Sainte Vierge.

    A part ça, le NOM, correctement canalisé et catéchisé, peut demeurer plus ou moins inoffensif.

    Célébré convenablement (donc un peu dans l’esprit de l’ancienne messe), le NOM conserve malgré tout une certaine majesté et il arrive au célébrant tout comme au peuple de rentrer dans l’esprit de sacrifice.

  15. apostolatus specula permalink
    12 décembre 2010 16:59

    Mgr P. Chauvet et C. Terras « dialoguent », et l’on constate que les choses sont loin d’être réglées avec l’Eglise moderne…

    Benoît XVI : la main tendue aux intégristes –
    http://videos.france5.fr/video/iLyROoafJmWW.html

  16. Actualité : ROME ET LA FSSPX permalink
    15 septembre 2011 11:46

    ROME FAIT SAVOIR :

    Le 14 septembre 2011, au siège de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a eu lieu une rencontre de Son Éminence Révérendissime le Cardinal William Levada, Préfet de cette Congrégation et Président de la Commission pontificale Ecclesia Dei, Son Excellence Monseigneur Luis Ladaria, s.j., Secrétaire de cette Congrégation, et Monseigneur Guido Pozzo, Secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei, avec Son Excellence Monseigneur Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité sacerdotale saint Pie X, et Messieurs les Abbés Niklaus Pfluger et Alain-Marc Nély, Assistants généraux de la Fraternité.

    À la suite de la supplique adressée le 15 décembre 2008 par le Supérieur général de la Fraternité sacerdotale saint Pie X à Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, le Saint-Père avait pris la décision de lever l’excommunication des quatre évêques consacrés par Monseigneur Marcel Lefebvre et d’ouvrir en même temps des colloques doctrinaux avec la Fraternité, afin de surmonter les difficultés et les problèmes d’ordre doctrinal, et de parvenir à la réduction de la fracture existante.

    Obéissant à la volonté du Saint-Père, une commission mixte d’études, composée d’experts de la Fraternité sacerdotale saint Pie X et d’experts de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, s’est réunie à huit reprises pour des rencontres qui ont eu lieu à Rome entre le mois d’octobre 2009 et le mois d’avril 2011. Ces colloques, dont l’objectif était d’exposer et d’approfondir les difficultés doctrinales majeures sur des thèmes controversés, ont atteint leur but, qui était de clarifier les positions respectives et leurs motivations.

    Compte tenu des préoccupations et des instances présentées par la Fraternité sacerdotale saint Pie X à propos du respect de l’intégrité de la foi catholique face à l’herméneutique de la rupture du Concile Vatican II à l’égard de la Tradition – herméneutique mentionnée par le Pape Benoît XVI dans son Discours à la Curie romaine en date du 22 décembre 2005 –, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi prend pour base fondamentale de la pleine réconciliation avec le Siège apostolique l’acceptation du Préambule doctrinal qui a été remis au cours de la rencontre du 14 septembre 2011. Ce préambule énonce certains des principes doctrinaux et des critères d’interprétation de la doctrine catholique nécessaires pour garantir la fidélité au Magistère de l’Église et au sentire cum Ecclesia, tout en laissant ouvertes à une légitime discussion l’étude et l’explication théologique d’expressions ou de formulations particulières présentes dans les textes du Concile Vatican II et du Magistère qui a suivi.

    Au cours de la même réunion ont été proposés quelques éléments en vue d’une solution canonique pour la Fraternité sacerdotale saint Pie X, qui suivrait la réconciliation éventuelle et espérée.

    http://press.catholica.va/news_services/bulletin/news/28010.php?index=28010&lang=fr#TESTO IN LINGUA FRANCESE

  17. 8 juin 2012 03:09

    DICI : Etes-vous soucieux du retard de la réponse de Rome qui pourrait permettre à ceux qui sont contre une reconnaissance canonique d’éloigner des prêtres et des fidèles de la Fraternité Saint-Pie X ?

    Mgr Fellay : Tout est dans les mains du Bon Dieu. Je fais confiance au Bon Dieu et à sa Divine Providence, il sait comment conduire toutes choses, même les retards, pour le bien de ceux qui l’aiment.

    DICI : La décision du pape a-t-elle été ajournée comme certaines revues l’ont dit ? Le Saint-Siège vous a-t-il fait part d’un retard à prévoir ?

    Mgr Fellay : Non, je n’ai eu aucune connaissance d’un quelconque calendrier. Il y en a même qui disent que le pape va traiter ce dossier à Castel Gandolfo, au mois de juillet.

    Une solution canonique avant une solution doctrinale ?

    DICI : La plupart de ceux qui sont opposés à l’acceptation par la Fraternité d’une éventuelle reconnaissance canonique mettent en avant que les entretiens doctrinaux n’auraient pu conduire à cette acceptation que s’ils avaient débouché sur une solution doctrinale, c’est-à-dire sur une « conversion » de Rome. Est-ce que votre position a changé sur ce point ?

    Suite : http://www.dici.org/actualites/entretien-avec-mgr-bernard-fellay-sur-letat-present-des-relations-de-la-fraternite-saint-pie-x-avec-rome/

  18. 8 juin 2012 03:12

    A l’occasion du traditionnel pèlerinage de Pentecôte, Mgr Bernard Fellay, le Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, était à Villepreux, dans l’ouest de Paris, le dimanche 27 mai, afin de célébrer la messe. DICI a profité de sa présence pour l’interroger sur l’actualité de la Fraternité Saint-Pie X.

    Suite : http://www.dici.org/actualites/reportage-mgr-bernard-fellay-a-villepreux/

  19. croisé du Seigneur permalink
    8 juin 2012 13:15

    Ce fut un sermon surnaturaliste ,comme d’ habitude .

  20. 15 juin 2012 00:26

    Voici les 2 communiqués émis parallèlement ce jour.

    « Communiqué de la Maison Générale de la FSSPX suite à la rencontre de Mgr Fellay avec le cardinal Levada :

    Le mercredi 13 juin 2012, Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, accompagné du Premier Assistant général, l’abbé Niklaus Pfluger, a été reçu par le cardinal William Levada, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, qui lui a remis l’évaluation de son dicastère sur la Déclaration doctrinale adressée par la Fraternité, le 15 avril 2012, en réponse au Préambule doctrinal soumis le 14 septembre 2011 par la Congrégation de la Foi.

    Au cours de cette rencontre, Mgr Fellay a entendu les explications et les précisions du cardinal Levada, auquel il a présenté la situation de la Fraternité Saint-Pie X et a exposé les difficultés doctrinales que posent le concile Vatican II et le Novus Ordo Missae.

    La volonté de clarifications supplémentaires pourrait déboucher sur une nouvelle phase de discussions.

    A la fin de ce long entretien de plus de 2 heures, Mgr Fellay a reçu un projet de document proposant une Prélature personnelle, dans le cas d’une éventuelle reconnaissance canonique de la Fraternité Saint-Pie X.

    Au cours de la rencontre, il n’a pas été question de la situation des trois autres évêques de la Fraternité.

    A l’issue de cette réunion, il a été souhaité que se poursuive le dialogue qui permettra d’aboutir à une solution pour le bien de l’Eglise et des âmes.

    Menzingen, le 14 juin 2012 »

    « Communiqué du Saint-Siège, 14 juin 2012 :

    Au cours de l’après-midi du mercredi 13 juin 2012, Son Éminence le Cardinal William Levada, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et Président de la Commission pontificale Ecclesia Dei, a rencontré Son Excellence Monseigneur Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité sacerdotale saint Pie X, accompagné d’un Assistant. Étaient également présents Son Excellence Mgr Luis Ladaria, Secrétaire de cette même Congrégation ainsi que Mgr Guido Pozzo, Secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei.

    L’objet de la rencontre était de présenter l’évaluation du Saint-Siège à propos du texte remis par la Fraternité sacerdotale saint Pie X au cours du mois d’avril, en réponse au Préambule doctrinal soumis le 14 septembre 2011 par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à ladite Fraternité. La discussion qui a suivi a aussi donné la possibilité d’offrir les explications et les précisions opportunes. S.E. Mgr Fellay a, pour sa part, exposé la situation actuelle de la Fraternité sacerdotale saint Pie X et il a promis de faire connaître sa réponse dans un délai raisonnable.

    Durant la même rencontre a été également remis un projet de document proposant une Prélature personnelle, comme instrument le plus adapté à une éventuelle reconnaissance canonique de la Fraternité.

    Comme il a déjà été dit dans le communiqué de presse du 16 mai 2012, on confirme que la situation des trois autres évêques de la Fraternité sacerdotale saint Pie X sera traitée séparément et individuellement.

    Au terme de la réunion, on a souhaité que, grâce à ce moment supplémentaire de réflexion, on puisse parvenir à la pleine communion de la Fraternité sacerdotale saint Pie X avec le Siège Apostolique. »

    http://www.contre-info.com/fsspx-rome-dernieres-nouvelles-officielles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :