Skip to content

La Question : Qui sommes-nous ?

3 mars 2011

 ‘‘Misericordia + Et + Justicia’’ 

Pénitents rouges.jpg 

« L’humilité et le secret sont pour nous une voie de salut ! »

  

De manière de plus en plus insistante, beaucoup nous demandent, ou se demandent (forums, sites, blogs, discussions, messages, etc.) – notamment depuis que nous avons décidé d’instruire, sur le plan doctrinal et théologique, différents procès sensibles comme celui du sédévacantisme, du judaïsme postchrétien, du sionisme, du libéralisme, de la corruption des mœurs, etc. – qui sont les animateurs de La Question ?  Il était donc temps, d’autant que nos analyses et critiques sans concession provoquent de nombreuses réactions parfois irrationnelles, de mettre les choses au point et de dire clairement qui nous sommes.

De la sorte, chacun trouvera dans le texte qui suit, pour le plus grand profit de tous et l’instruction générale des uns et des autres, les éléments nécessaires à une meilleure compréhension de ce représente réellement La Question dans l’espace internet, quel est le motif qui présida à son existence, ce qui fonde sa raison d’être comme celle de ceux qui en dirigent l’activité, tout en rappelant le sens de notre oeuvre spirituelle tournée vers un seul et unique but : la défense « intransigeante » de la Tradition catholique !

  

 

L A  Q U E S T I O N

  

 

« La Question » est un collectif, ou plus exactement une « société spirituelle » constituée autour d’un projet religieux,  vouée à la défense de la Tradition et des vérités de la sainte religion chrétienne – ne cachant pas ses sympathies pour l’œuvre de Mgr Lefebvre (1905-1991) et de l’abbé Georges de Nantes (1924-2010) – société établit selon le modèle des confréries de Pénitents [1] ou de la Compagnie du Saint-Sacrement [2], dont l’objet est de se consacrer, non à la charité et à l’assistance des prisonniers ou des mourants, mais à la critique théorique de la désorientation des mœurs, la dénonciation des doctrines impies, la stigmatisation rigoureuse de l’erreur, tout en oeuvrant à la propagation de la Foi et au rayonnement de l’Evangile, dans le rappel constant de la doctrine catholique et l’absolue conformité aux enseignements de l’Eglise [3]

C’est pourquoi, dans la fidélité aux principes des anciennes confréries pieuses de Pénitents ou de la Compagnie du Saint-Sacrement, nous œuvrons sur La Question de façon anonyme, afin que nul ne se glorifie de ses oeuvres et que toujours tous s’humilient pour la plus grande Gloire de Dieu, instituant le secret qui est l’âme de La Question comme il fut  « l’âme de la Compagnie du Saint-Sacrement, car il permet notamment de libérer les œuvres des méfaits de l’amour propre » [4], tel Dieu caché en Jésus-Christ.

 

Compagnie du Saint-Sacrement.jpg

Le secret est l’âme de La Question

comme il fut  celui de la Compagnie du Saint-Sacrement,

car il permet « de libérer les œuvres des méfaits de l’amour propre ».

  

  Nous suivons donc avec respect les recommandations du père Bourdaloue (1632-1704), qui vantait la nécessité du sacrifice de la personnalité pour le chrétien dans son action en ces termes :

«Humilions-nous, mais sincèrement, mais profondément, et notre humilité vaudra mieux pour nous que les plus grands talents, mieux que tous les succès que nous pourrions avoir dans les emplois même les plus saints et dans les plus excellents ministères, mieux que tous les miracles que Dieu pourrait opérer par nous : comment cela ? parce que l’humilité et le secret seront pour nous une voie de salut beaucoup plus sûre. Plusieurs se sont perdus par l’éclat de leurs talents, de leurs succès, de leurs miracles : nul ne s’est perdu par les sentiments dune vraie et solide humilité. » (Cf. Pensées diverses sur l’orgueil et l’humilité, t. I. 1733).

Ainsi, nous nous effaçons volontairement, en nous refusant même à l’utilisation de pseudonymes qui pourraient encore constituer une forme déguisée de vanité [5], et nous nous retranchons, symboliquement et  volontairement derrière l’humble robe et l’austère cagoule de l’intitulé générique : « La Question », nous mettant à distance du siècle afin que disparaissent nos individualités pour la plus grande gloire de Dieu, abandonnant entièrement nos identités mondaines en nous soumettant à la proclamation des Pénitents noirs de la « Confrérie de la Sainte-Croix et de la Miséricorde » [6]

 

« O Crux Ave Spes Unica ! »

 

  Par ailleurs, conscients du rôle bénéfique que joua la Sainte Inquisition pour la préservation de la chrétienté en lui évitant d’être corrompue par le poison des idées révolutionnaires et le libéralisme [7], nous ne craignons pas de revendiquer ce saint Tribunal comme le modèle même de ce que doit être notre action – ceci expliquant notre intitulé : « La Question », sachant le rôle salvifique que joua l’examen des hérétiques et des ennemis de la foi pour la purification des âmes et la préservation de la vérité – n’hésitant pas sur ce point, comme en bien d’autres, à nous affirmer disciples de Joseph de Maistre, notamment lorsqu’il déclarait :  

  « Il n’y a rien de si juste, de si docte, de si incorruptible que la sainte Inquisition, et si, à ce caractère général, on ajoute encore celui du sacerdoce catholique, on se convaincra, avant toute expérience, qu’il ne peut y avoir dans l’univers rien de plus calme, de plus circonspect, de plus humain par nature que le tribunal de l’Inquisition. Dans ce tribunal établi pour effrayer l’imagination, et qui devait être nécessairement environné de formes mystérieuses et sévères pour produire l’effet qu’en attendait le législateur, le principe religieux conserve néanmoins toujours son caractère ineffaçable. Au milieu même de l’appareil des supplices, il est doux et miséricordieux, et parce que le sacerdoce entre dans ce tribunal, ce tribunal ne doit ressembler à aucun autre. En effet, il porte dans ses bannières la devise nécessairement inconnue à tous les tribunaux du monde, MISERICORDIA ET JUSTITIA. » (Lettres à un gentilhomme russe sur l’Inquisition espagnole, Lettre II, 1815.)

  

inquisition-11.jpg

« Il n’y a rien de si juste, de si docte, de si incorruptible

que la Sainte Inquisition »

 

De la sorte, alors que le siècle est entièrement livré aux mains des puissances de l’Enfer accélérant sa course démentielle vers une désorientation de plus en plus marquée, et que la société apostate, pécheresse et criminelle, depuis la terrible Révolution satanique et antichrétienne de 1789, se précipite vers un abîme qui prend de plus en plus le visage de l’ignoble décadence contemporaine conduisant les âmes à leur perdition éternelle, nous brandissons avec force et conviction l’étendard de la Vérité catholique au seuls noms sacrés de :

« Justice et Miséricorde » !

L A   Q U E S T I O N  +

 

 Notes.

 

1. C’est en 1267, à Rome, que Saint Bonaventure créa  la « Confrérie du Gonfalon ».  L’habit célèbre qu’attribua ce saint fondateur à cette Confrérie, deviendra la marque générale des Pénitents. La cagoule couvrant le visage en signe d’humilité, symbolisant l’égalité de tous devant la mort, contribuant à l’anonymat du pénitent en masquant les traits de son visage, la corde relevant de la discipline et de du renoncement

2. La Compagnie du Saint-Sacrement fut fondée en 1627 par le duc de Ventadour. Sa mission se résumait à cette volonté : « faire tout le bien possible et éloigner tout le mal possible ». La Compagnie, qui fonctionnait comme une véritable confrérie chacun s’adonnant à la prière pour le salut des confrères défunts les morts agissant en intercession dans le Ciel pour les vivants, était pour ses membres un moyen de sanctification et toutes ses actions, menées discrètement, étaient vouées uniquement à cela. Bossuet exprima en 1652, le projet de la Compagnie du Saint-Sacrement : « bâtir Jérusalem au milieu de Babylone ».

3. Nous n’oublions pas que le réseau internet dans lequel nous intervenons, loin d’être un espace neutre, est une matrice virtuelle éminemment perverse qui a été pensée et réalisée par des individus dénués de religion, qui voulurent, par le truchement de cet accélérateur général de l’information de toute nature, surtout la plus abjecte, immonde et ténébreuse, précipiter plus rapidement encore l’avènement d’un monde sans-Dieu globalisé, immoral, blasphématoire, vidé et coupé de tous fondements traditionnels, c’est-à-dire esclave du démon.

4. A. Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement, 1629-1667, Cerf, 1990, p. 65.

5.  Les membres de La Question, ne s’interdisent cependant pas parfois, à titre privé, d’exprimer leurs analyses et défendre les positions de la Tradition s’ils le souhaitent, ou lorsque cela s’avère nécessaire voire utile. Mais ils le font toujours, lorsque cela se produit, non au titre de La Question mais uniquement en leur nom propre.

6. Joseph de Maistre (1753-1821), fut membre de la « Confrérie de la Sainte-Croix et de la Miséricorde », fondée en 1594 par saint François de Sales érigée en la ville de Chambéry et unie à celle de saint Jean Decolat de Rome par Clément VIII, plus connue sous le nom de « Pénitents Noirs » de par la haute cagoule de velours noir, ne laissant apparaître que les yeux, qui couvrait le visage de ceux qui, en procession solennelle, revêtus d’un sac de toile défilaient nu-pieds un cierge dans une main et le chapelet dans l’autre. Au sein  de la « Confrérie de la Sainte-Croix et de la Miséricorde », on apprenait à méditer sur les fins dernières et la misère de l’homme, et là, plus qu’ailleurs, était mis au centre de la pratique le memento mori, c’est-à-dire une authentique méthode de la pensée de la mort, qui, naturellement, mène à l’ars moriendi, cet « art » si particulier mais également si nécessaire qui insiste sur la préparation de chacun à la bonne mort par un regard jeté sur la fuite du temps, les tristes illusions du monde, et la vanité des choses d’ici bas.

7. En tant que doctrine constituée, le libéralisme a été radicalement censuré et condamné par l’Eglise, qui l’a qualifié sous les termes de « rationalisme » et de « naturalisme » – la condamnation la plus explicite de cette hérésie figure dans la Constitution « De Fide » du Concile de Vatican I, en 1870.

94 commentaires leave one →
  1. sand permalink
    3 mars 2011 15:00

    Que Dieu bénisse La Question et ceux qui font vivre ce site.

    J’ai beaucoup appris à vous lire, et je fais largement circuler vos textes autour de moi !

    Merci encore pour votre travaiL

  2. mf2-hd permalink
    3 mars 2011 16:04

    Je n’aime pas vos idées, mais à une époque d’individualisme forcené, d’égocentrisme maximum, voire de complaisance narcissique avec les pseudos comme la la toile en donne le spectacle permanent, vous revendiquer de la pratique du secret est pas mal du tout.

    • Quadrige permalink
      3 mars 2011 23:59

      La Question a bien compris le danger du nombrilisme droitier dans lequel sont tombés beaucoup de bloggeurs à l’époque des débuts d’internet (Nabe, Stalker, Cormary, etc.), et dont ils ne sont pas sortis et ne sortiront sans doute jamais, enlisés définitivement dans leur autosatisfaction narcissique d’auteurs.

      La toile a générer des exemplaires multiples, tout aussi vains qu’inutiles, de phraseurs, poseurs et esthètes dits de « droite », vaguement cathos, bloyens et nostalgiques d’une civilisation dont ils sont l’ultime reliquat en décomposition.

      L’article d’aujourd’hui montre bien l’intéressant positionnement de ceux qui dirigent actuellement La Question, et même si cela n’est clairement exprimé, fortement indicateur de l’énorme chemin parcouru et l’éloignement impressionnant du milieu littéraire de ceux qui animèrent un temps la réacosphère par leurs textes à tendance métaphysique et religieuse (Zak, Hadrien, Radek, etc.), pour ne se situer à présent, à l’exclusif de tout autre, que dans le domaine de la théologie pure.

      Ce parcours que je n’ai pas partagé avec quelques autres (Lozère, Aparschad, Restif, pour ne citer de mémoire que les plus actifs sur les commentaires à l’époque), d’où notre éloignement de La Question, parcours que l’on peut critiquer ou regarder comme une dérive intégriste, relève, il faut le reconnaître, de la grande fidélité maistrienne.

      Il était important que cela soit signalé.

      Meilleurs souvenirs…

  3. zind permalink
    3 mars 2011 18:13

    L’Inquisition et puis quoi encore ? Vous relevez de l’obscurantisme médiéval !!!

  4. pèlerine permalink
    3 mars 2011 19:13

    pas d’accord avec l’Abbé G.de Nantes, si ses publications sont intéressantes, n’oubliez pas qu’il envoyait ses fidèles assister à la célébration moderniste plutôt que chez les tradis!!! Explications s’il vous plait? Parce que, pour moi, c’est rédhibitoire!

    • shalom permalink
      3 mars 2011 20:08

      ils vont certainement trier ce qui les arrange pour te répondre !!! une fois de plus ils retomberont sur leurs pattes .
      Pas de censure svp

    • 4 mars 2011 11:13

      pèlerine,

      Que l’abbé Georges de Nantes, à la différence de Mgr Lefebvre, mais ce dernier était évêque et possédait sur le sacerdoce un pouvoir immense de nature unique, se soit cantonné dans une position critique vis-à-vis de l’Eglise moderne, sans songer à se rapprocher de la FSSPX afin de mettre à l’abri la continuité de son œuvre du point de vue sacerdotal, est un fait qu’il faut constater et qui n’est d’ailleurs pas sans poser un réel problème pour le devenir de la communauté fondée par l’abbé de Nantes.

      Son invitation, faite à ses fidèles et à tous les catholiques, d’assister malgré tout aux messes modernistes tout en refusant les innovations, est également un point qui s’inscrit dans la logique du fondateur de la Contre-Réforme-Catholique, à savoir œuvrer pour faire changer les choses de l’intérieur et uniquement de l’intérieur, ceci afin de ne jamais s’éloigner de l’Eglise pour éviter tout risque schismatique.

      Ses critiques à l’égard de Mgr Lefebvre, parfois sévères mais l’abbé de Nantes était un pourvu d’un caractère relativement « intransigeant », sont à mettre dans cette explication de différence de conception stratégique.

      A notre sens aujourd’hui, avec le recul, les deux positions – FSSPX et CRC – furent complémentaires à la pire période du boulversement de l’Eglise il y a cinquante ans, même si à présent l’Histoire semble donner raison à Mgr Lefebvre après la levée des excommunications par Benoît XVI, alors que les troupes de l’abbé de Nantes, d’autant après la récente disparition de leur guide en 2010 qui fut frappé par une violence inouïe par les sanctions de ceux auxquels il voulait rester soumis, et malgré les grandes qualités intellectuelles du Frère Bruno Bonnet-Eymard (traducteur du Coran et fin analyste de l’islam, spécialiste du Saint-Suaire), sont bien réduites et dans une situation délicate.

      Ceci dit, il faut cependant reconnaître à l’abbé de Nantes d’avoir été l’un des premiers, pour ne pas dire le premier, à s’élever contre les idées Concile, et appeler les catholiques à résister de toutes leurs forces aux orientations erronées, ne ménageant pas sa peine pour clamer de partout en quoi les thèses soutenues par Paul VI puis Jean-Paul II et derrière eux la majorité des pères conciliaires, étaient des pures folies.

      Dès le 11 octobre 1962, date d’ouverture de Vatican II, il manifesta une opposition totale aux projets, aux Actes mêmes de ce “ funeste concile ” selon son expression, et immédiatement après la publication de l’encyclique Ecclesiam suam, le 6 août 1964, il y ajouta même une critique dogmatique, morale et pastorale du “culte de l’homme”, du “dialogue œcuménique”, de la “réforme de l’Église”, critique à qui l’on doit la définition de ce qui anima perversement les têtes modernistes : le MASDU (Mouvement d’Animation Spirituelle de la Démocratie Universelle).

      Ces deux Liber accusationis, qu’il alla lui-même porter à Rome en se faisant éconduire par les autorités, témoignent de la vigueur et de la profondeur de sa critique à l’encontre de l’Eglise moderne, et cette critique précise, radicale, totale, fut et demeure très utile afin de protéger les consciences, y compris et surtout traditionalistes, des idées de Vatican II qui sont absolument à rejeter, car la lutte, on peut en être certain alors que les modernistes sont suffisamment malins pour accorder juste ce qu’il faut de latin, d’encens et de décorum afin d’endormir les récalcitrants en évitant à tout prix que soient abordées les questions relatives à la doctrine, va se jouer précisément sur ce terrain de la confrontation doctrinale dans les années qui viennent.

      C’est pourquoi, nous croyons qu’il faut rendre justice à ce qu’apporta à l’époque l’abbé de Nantes, et unir l’héritage dans le combat qui nous attend, et il sera extrêmement rude ne nous faisons pas d’illusion, de sorte que demain puisse enfin surgir un Vatican III de Tradition qui refasse l’Eglise, ramène pleinement la doctrine, redonne toute sa place à la liturgie de s. Pie V, revivifie l’ensemble des ordres religieux missionnaires et contemplatifs, et pour tout dire réédifie véritablement la chrétienté !

      Vobis In Christo Rege +

      **************

      L’Abbé Georges de Nantes est mort !
      https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/02/16/labbe-georges-de-nantes-est-mort/

      Hommage à l’abbé Georges de Nantes !
      https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/02/18/hommage-a-labbe-georges-de-nantes/

      La Contre Réforme Catholique contre Vatican II !
      https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/02/28/la-contre-reforme-catholique-contre-vatican-ii/

  5. Charles permalink
    3 mars 2011 19:18

    Votre position traditionaliste est intéressante, mais elle est aussi très problémlatique.

    Vous vous revendiquez du catholicisme mais vous reprenez des méthodes de la franc-maçonnerie comme le culte du secret. Sans parler de votre admiration pour Joseph de Maistre, franc-maçon lui aussi !

    • Eloi permalink
      3 mars 2011 20:53

      Charles

      Ces pratiques sont celles de la Compagnie du Saint-Sacrement ou des Jésuites, elles sont caractéristiques de l’esprit de la Contre-Réforme qui avait compris, dans un siècle de plus en plus apostat, libertin et libre-penseur, qu’il fallait reconquérir lentement les esprits par une action souterraine afin de les ramener à la religion.

      Rien que de très conforme aux orientations du Concile de Trente et de saint Pie V.

    • wendrock permalink
      3 mars 2011 23:09

      En finira-ton un jour avec cette ânerie qui consiste à répéter mécaniquement que Maistre fut franc-maçon, alors que ce à quoi adhéra l’auteur des Considérations sur la France n’a rien à voir avec la maçonnerie française antichrétienne ?

      Il a en effet déjà été dit cent fois, notamment sur La Question, que Joseph de Maistre, le plus grand théoricien de pensée la contre-révolutionnaire fut membre en Savoie, et pendant une très brève période de sa jeunesse, d’une franc-maçonnerie d’origine germanique, légitimiste, catholique et monarchiste, dont les Princes d’Empire : Karl Gotthelf von Hund und Altengrottkau (1722-1776), Charles-Guillaume-Ferdinand, duc de Brunswick-Lunebourg (1735- 1806) étaient les dirigeants et qui avait pour nom la Stricte Observance Templière.

      Cette Stricte Observance Templière défendait le catholicisme et l’autorité du pape et Jean-Baptiste Willermoz à Lyon, qui en était le chef en France, était lui aussi un fervent catholique.

      https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/08/01/la-theocratie-pontificale/#comment-10928

  6. Gary permalink
    3 mars 2011 20:19

    La Question une question : combien de divisions ?

  7. France permalink
    3 mars 2011 20:23

    Sectarisme, intégrisme, antisémitisme dissimulé derrière un antijudaïsme aggressif, vous représentez le pire de la religion d’avant Vatican II !

  8. xavier permalink
    3 mars 2011 20:30

    La Question représente une sorte de situationnisme en milieu catholique traditionaliste. Pratique de l’effacement, retrait et influence idéologique. De la métapolitique à l’état pur.

  9. chaosmass permalink
    3 mars 2011 20:38

    On comprend mieux pourquoi vous avez défendu la burqa sur La Question…vous avez le même fournisseur pour les vêtements que les talibans.

  10. 3 mars 2011 20:53

    La Question,

    Vous êtes en train de perdre les restes de votre crédibilité.

    Même si certaines personnes sont naïves, votre première photo évoque le Ku Klux Klan.

    http://www.la-question.net/media/00/00/3618107428.jpg est comme la carte de visite de gens ivres de sang.

    Moi, j’ai de plus en plus l’impression que vous vous moquez éperdument de vos lecteurs.

    Votre équipe est composée de gens qui comprennent plusieurs langues. (Or, celui qui lit l’anglais, l’allemand et l’espagnol a encore plus de responsabilité.)

    Les faibles, les ignorants, semblent être vos victimes préférées.

    Je ne serais pas étonné au Jugement dernier de vous voir tous membres d’une société fondée en vue du sacrifice humain!

    • Lancre permalink
      3 mars 2011 21:13

      Du calme Yves, les photos représentent des Pénitents avec leur habillement traditionnel bien connu, Pénitents dont La Question dit s’inspirer dans sa manière de vivre la spiritualité et sa façon d’intervenir sans le monde.

      Evitons les fantasmes sédévacantistes et prémillénaristes !

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Confr%C3%A9rie_de_p%C3%A9nitents

      http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9nitence#Confr.C3.A9ries_de_p.C3.A9nitents

    • 3 mars 2011 21:23

      Lancre,

      La question ne se trouve pas là. Je connais cette explication. Mais elle ne me suffit pas.

      Et vous, seriez-vous une victime de leurs fameuses «réfutations» du «sédévacantisme»?

    • 3 mars 2011 21:27

      Lancre,

      Encore une question!

      Qu’est-ce que vous entendez par «fantasmes prémillénaristes»?

      Et qui les propage?

      Aucun nom ne me vient à l’esprit.

    • Lancre permalink
      3 mars 2011 21:40

      Pas victime du tout étant plutôt guéradien si vous voulez savoir, c’est pourquoi j’apprécie chez eux leur rappel de la distinction à effectuer entre pape materialiter et formaliter ce qui est un principe qui rapproche La Question de Sodalitium et de l’Institut Mater Boni Consilii.

      A mon avis, puisque vous m’interrogez sur ce point, c’est l’un des sites tradis le plus proche du sédévacantisme, bien qu’il soit aussi, et c’est peut être normal, l’un des plus critiques à son égard, car connaissant bien ses positions.

      Enfin je trouve que l’on a beaucoup trop tendance chez nous à voir des influences noires et du complot partout.

      Quant au millénarisme, bien que respectant les apparitions, on a l’impression que chez certains les révélations à Mélanie remplacent l’ensemble des textes des docteurs de l’Eglise.

      Pour les noms des sites millénaristes vous les connaissez aussi bien que moi….et peut-être mieux encore ?

    • 3 mars 2011 22:17

      Lancre,

      Merci pour votre réponse!

      Alors vous connaissez probablement aussi ce que Louis-Hubert Remy (car lui au moins cite certaines choses de Mélanie sur son site… que j’ai reprises sur mon site…) dit de la distinction materialiter/formaliter.

      Je n’ai pas de conviction en ce qui concerne la situation où nous sommes. Beaucoup d’explications données par LHR et d’autres me paraissent peu convaincantes. Certains textes au moins furent forcés, j’ose dire. Je connais au moins certains écrits de Vincent-Marie Zins…

      Je vois partout des lacunes, surtout chez moi.

  11. pèlerine permalink
    3 mars 2011 20:55

    Joseph de Maistre FUT franc-maçon, il renia vite la secte, c’est son frère Xavier de Maistre le franc-maçon!
    Le secret, pour un catholique c’est le coeur à coeur avec Jésus Christ, la façon d’écouter Dieu en se coupant du monde extérieur, le silence pour se pénétrer de l’Amour de NSJC, et l’humilité parfaite: rien qui vous distingue de votre voisin. Et pour la franc-maçonnerie, le secret c’est quoi?

  12. shalom permalink
    3 mars 2011 20:57

    shalom LIEN PERMANENT
    3 mars 2011 17:16
    .
    la Question
    vous avez combien de visites par mois ?
    Et depuis la disparition des intransigeants les visites de votre site ont-elles augmentées ?

    • Aloïs permalink
      3 mars 2011 21:23

      Je serais très surpris que La Question ou l’un des administrateurs vous donne une réponse, ce n’est pas dans leur habitude de communiquer sur ces sujets.

      D’autant que lorsqu’on voit à présent les sources dont ils s’inspirent (mais qu’on pouvait déjà supposer bien avant) : Pénitents espagnols, Compagnie du Saint-Sacrement, Inquisition, le climat est donc plutôt centré sur le silence, la rigueur et la doctrine. Ce qui d’ailleurs est loin d’être idiot face à l’état d’esprit qui règne dans le monde.

  13. shalom permalink
    3 mars 2011 21:35

    c’est marrant que vous ayez tout à coup le besoin d’en dire ( sans rien dire ) un peu plus sur vous , juste après que je sois intervenu sur un site sédévac dans lequel je posais la question : » qui est derrière La Question , qui sont-ils ??? : » vous dites que vous êtes cathos, moi je crois que vous êtes plutôt des …..
    merci de ne pas me censurer

    • Aloïs permalink
      3 mars 2011 22:16

      Vous n’êtes pas le seul ni surtout le premier à écrire ces choses idiotes rassurez-vous. Promenez-vous sur les forums sédévacs et vous verrez ce qu’on dit sur La Question. Je parle même pas des sionistes, des cathos Vatican 2, des métalleux Hellfest, des gays, des gauchistes et la liste est encore longue.

      Donc j’approuve ce qu’ils viennent de faire. C’est très bien de remettre les pendules à l’heure parfois.

      Pourquoi avez vous toujours peur qu’on vous censure ?

      Et puis c’est quoi ce « je crois que vous êtes plutôt des ….. » ?

    • shalom permalink
      3 mars 2011 22:37

      Aloïs

      si mes questions sont idiotes c’est sans doute que je suis un idiot ? et vous sans doute êtes-vous quelqu’un d’intelligent ??? Je n’en doute pas puisque vous adhérez aux idées de La Question !

    • Aloïs permalink
      3 mars 2011 22:56

      Je vous laisse la responsabilité de vos conclusions, mais puisque vous le dites 🙂

    • OMG permalink
      4 mars 2011 11:07

      Shalom j’ai rarement vu La question faire dans la censure, ou alors quand la personne confond s’exprimer et vomir, alors n’ayez pas peur et dites nous ce qu’il y a derrière ce mystérieux « ….. ».
      Je m’attends à un truc vraiment terrible parce que craindre à ce point la censure et finir par ce censurer soit même c’est que ce doit être de l’ordre de la révélation cataclysmique.

  14. pèlerine permalink
    4 mars 2011 12:26

    Merci à la Question d’avoir répondu à ma demade d’explication, car, j’ai connu des fidèles de la CRC qui étaient trés hostiles à la Fraternité. Les bulletins de l’Abbé G. de Nantes sont sérieux et bien faits, mais étant une inconditionnelle de Mgr Lefbvre, je ressens une certaine antipathie pour cette société.

  15. shalom permalink
    4 mars 2011 13:31

    shalom
    4 mars 2011 11:39
    A noter : votre commentaire est en attente de modération.

    OMG
    je n’ai jamais » vomi » sur quelqu’un , et pourtant j’ai vu quelques fois mes posts » rectifiés » ! j’ai le droit de ne pas être d’accord , ou de ne pas comprendre et de le faire savoir, tout en respectant les règles de ce site , ce que j’ai toujours fait .
    Quant à mon » auto-censure » sache mon ami que : » toute vérité n’est pas bonne à dire …pour celui qui la dit : » et puis, la curiosité est un vilain défaut ! chaque chose en son temps , tout vient à point à celui qui sait attendre .

  16. 4 mars 2011 13:41

    Votre site est vraiment remarquable et il est profondément utile. Je suis trop ignorant pour avoir sur vos thèses un recul critique suffisant, mais en tout cas vous lire m’instruit et me donne à penser, ce qui est on ne peut plus rare dans le capharnaüm d’internet.

  17. avouedusaintsepulcre permalink
    4 mars 2011 17:16

    Je partage tout à fait votre avis concernant l’Abbé de Nantes. A bien des égards, il a même été beaucoup plus intransigeant que Monseigneur Lefèbvre à qui il a plusieurs fois demandé de s’associer à sa critique du concile, sans succès au début. Il faudrait que tous les prêtres aillent se ressourcer à sa critique sans concession du concile (voir le livre : Vatican II autodafé). J’aimerais d’ailleurs pour ma part que certains prêtres et membres de la Fraternité Saint Pie X comprennent un peu mieux cet amour indéfectible pour l’Eglise qui a poussé certains prêtres à se faire martyr au point d’accepter les pires avanies de Rome. Ce choix procède d’un élan du coeur qui est peut-être condamnable sur le plan stratégique mais il ne me semble pas qu’il le soit sur le plan de la Foi.

  18. pèlerine permalink
    4 mars 2011 20:40

    Avoué
    L’ennui c’est qu’il envoyait ses fidèle suivre des messes souvant invalides, donc, même si celà partait de l’amour de l’Eglise, il n’a rien fait qui puisse rétablir une bonne messe, ce qui à mon avis est essentiel. Mgr Lefebvre (que vous semblez critiquer) n’a sans doute pas réagi aussi vite aux erreurs du concile ( on ne cesse de le lui reprocher!) mais il a construit quelque chose de solide, bien structuré, avec qui les modernistes doivent compter. Qu’en est-il dela CRC?

  19. pèlerine permalink
    4 mars 2011 20:52

    shalom
    Je vous signale que sur La Question, tout les coms sont en attente de modération, vous voulez absolument être le commentateur intéressant, qui sait des choses, qui sous-entend, comprenne qui pourra… C’est d’une stupidité crasse, vous êtes, sans doute un pauvre bougre qui vient discuter de ce qu’il ignore, un bouquin à la main pour faire quelques phrases bien construites. Quand on ne sait rien, on écoute et si possible on essaie de se faire comprendre, c’est plus facile pour tout le monde!

    • shalom permalink
      5 mars 2011 08:52

      pèlerine

      évite de me comparer à toi !!!

  20. lagomer permalink
    4 mars 2011 23:31

    Pour moi La Question est l’un des plus puissants antivirus tradis capables de désinfecter et nettoyer les idées modernistes, mêmes les plus pernicieuses, que je connaisse. J’ai appris une foule de chose à vous lire.

  21. Lodz permalink
    5 mars 2011 00:24

    Il fallait que cela soit dit, ceci pour faire taire les ignorants qui vous taxent d’antisémites :

    « Le crucifix est un objet d’horreur aux Juifs.

    C’est pourquoi la Question juive est religieuse,

    car le mystère de l’aveuglement de la Synagogue

    est un phénomène religieux. »

    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/12/10/lantijudaisme-catholique/

  22. Meyus permalink
    6 mars 2011 08:57

    Salutation,

    Je voudrais réagir à votre article. tout d’abords, merci pour cette article qui a le mérite d’éclaircir vos positions et questionnements d’un point de vue religieux (catholique bien sûr). Je suis en désaccord total avec votre vision mais c’est appréciable de voir vos argumentations :

    1- La place de Dieu dans la société :

    Je commence par ceci, (pour les croyants) Dieu est dans nos cœurs, dans ce qui nous entoure et (peut-être) en chacun de nous. Là où je diffère de votre vision, pour moi, Dieu est amour, Dieu est clémence, Dieu pardonne et Dieu ne veut que notre bonheur, comme un père qui élève ses enfants. Donc ne serait-il pas mieux pour nous Homme, Femmes, de faire que nous soyons heureux tous ensemble. Commençons par accepter l’autre et ces différences de cultures et apprendre de lui avant de le condamner par de soit disant tribunaux inquisiteurs ! Nous ne pouvons accepter l’intolérable (pédophilie, crime, vols et violences gratuites) mais nous pouvons accepter d’autres cultures et visions du monde (homosexualité, chabbat, viande halal etc…) car elle ne sont pas un danger pour l’humanité, ni pour Dieu.

    2- L’inquisition :

    J’ai du mal à voir les biens faits de l’inquisition, surtout à travers un homme tel que Joseph de Maistre, (rappel : a été Franc-Maçon (FM) et rejeté les idées comme quoi les FM auraient été à l’origine de la révolution française (François Furet, Mona Ozouf (eds.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Flammarion, 1988.) Je rappel que l’inquisition utilisait la torture comme moyen d’obtenir des aveux, ce qui est totalement en opposition avec la religion catholique.

    Je ne suis pas théologien, ni historien, cependant, je pense au plus profond de moi, que Dieu veut notre bonheur ! à tous, et que si l’Europe devient multi-couleur, et bien que c’est l’évolution du monde, le monde ne peut rester traditionnel par sa définition même de son existence. Par ce qui fait que tout les jours, nous évoluons. Simplement, si Dieu veut que l’Europe soit blanche, et reste jusqu’à la fin des temps dans la tradition catholique comme vous nous la présentez. Et bien alors je quitterai cette eglise car pour moi, ce n’est Dieu mais son opposé. Pour faire simple, vos visions mono-couleur, anti-judaïsme me font penser que vous êtes sur les « routes » du mal et non du bien de l’humanité. Je pense vraiment que le bonheur de Dieu passe par l’Homme et j’espère qu’il préfère nous voir heureux entre nous, discuter avec des juifs, des musulmans et que nous soyons heureux ensembles plutôt que de s’enfermer dans une Europe qui a perdu sa grandeur depuis bien longtemps et ceux à cause de l’évolution inévitable de nos sociétés.

    Je terminerai en disant, avant de vouloir mettre une pseudo autorité de Dieu (qui n’en a que le nom) au centre de nos sociétés, commençons par retrouver la compassion et l’ouverture envers les autres cultures et ouvrons nos portes à ceux qui sont dans le besoin et qui nous rendent meilleurs.

    Je vous invite donc, La question, à venir chez moi, entourée de personnes Françaises ou non, mais d’origine totalement différentes, à discuter du futur de la France, multi-culturelle et ouverte au monde actuelle.

    Cordialement,

    Meyus

    PS : je n’ai pas eu trop le temps de me relire, donc désolé pour les fautes….
    PS2 : « La question » : Votre ami des « Intransigeants » (El Cristo) aimerait voir les buchers inquisiteurs se rallumer pour y mettre les révolutionnaires et les laïcards (comme moi)? êtes vous du même avis ? merci de me répondre

    Merci de ne pas censurer

    Et pour Radio Zone Libre, vive la république !!!

    • gerdil permalink
      6 mars 2011 18:15

      Ce futur là, multi-culturel, coloré, antichrétien, païen, cool, ouvert, gay/lesbien, anti-traditionnel et dégénéré on vous le laisse !

      Mais enfin heureusement il n’est pas viable ce futur, il contribuera seulement à accélérer assez rapidement la chute d’une société malade qui doit revenir pour se sauver à ses fondements chrétiens sous peine de disparaître !

    • Meyus permalink
      6 mars 2011 20:03

      @ gerdil : peux tu expliquer en quoi une France multi-couleur et multi-culturelle est voué à l’échec ?

      D’ailleurs, en y réfléchissant, toute société et modèle est vouées un jour au déclin. C’est l’évolution, une société disparait pour laisser la place à une autre. C’est la même chose pour la tradition catho, elle disparaîtra. Et par devoir de mémoire, on retrouvera les détails de cette mouvances dans des livres d’histoire sur la religion catho….

      PS : désolé pour J. De Maistre qui était FM dans mon post précédent, j’aurai dû ne pas l’écrire car le post de Wendrock (plus haut) décrit bien ce point.

    • gerdil permalink
      6 mars 2011 21:07

      Pourquoi ce projet est voué à l’échec ?

      Tout simplement parce qu’aux mêmes causes les mêmes effets !

      La Grèce antique puis Rome sont tombées en ouvrant la cité aux barbares, en conférant la citoyenneté aux peuples étrangers, en adoptant les dieux des autres nations, en dégénérant sur le plan moral par les pratiques licencieuses, les orgies, l’homosexualité, les jeux du cirque, en perdant leur identité, en s’ouvrant trop précisément et ne se protégeant plus.

      Ainsi la civilisation contemporaine ayant adopté toutes les valeurs païennes et ayant rejeté les bases chrétiennes, sa vautrant dans la licence, célébrant la déviance homosexuelle, s’extasiant devant l’étranger, s’effondrera lamentablement, pourrie de l’intérieur et attaquée de l’extérieur par les hordes étrangères !

  23. Congrégation de la Bonne Mort permalink
    6 mars 2011 20:37

    Un pater et un ave pour les pénitents de la Confraternité de la Bonne Question

  24. 6 mars 2011 20:44

    +

    Laudetur Iesus Christus ! Semper Laudetur !

    … @ Meyrus: alors on nous cherche ?

    … Un seul Seigneur ! Une seule foi ! Un seul Dieu et Père !

    … à bas la république judéo-maçonnique de France ! A mort les ennemis du Christ et de son Eglise ! Satan est votre maître et vous êtes ses esclaves !

    Viva Cristo Rey ! Viva !

    RZL – Radio Zone Libre

    http://www.rzl.fr.fm – [ Lien censuré en France Occupée par les jacobins et leurs collabos FM3Point et leurs maîtres sionistes. Contiuné sur le site RZL malgé leur avertissement bidon ]

    +

  25. Tchetnik permalink
    7 mars 2011 03:32

    Pour rappel, les cas de « question » et de peine de mort dans l’histoire de l’Inquisition furent relativement minimes, si on replace dans le contexte d’une part, et si on compare avec d’autres philosophies ou idéologies « humanistes » d,autre part.

    Toute société possède des idéaux de vie commune et un projet de société lequel puise ses racines dans un héritage spirituel considéré comme absolu et indépassable. Les idéologies qui n’ont pas d’héritage spirituel à leur base en possèdent un philosophique considéré comme tout aussi indépassable et au nom duquel elles se sont permises des atrocités largement plus importantes que tout ce qu’on pourrait repprocher aux sociétés Chrétiennes (qui n’ont pas été parfaites, comme toute chose humaine).

    Faire « cohabiter » ensemble des gens d’horizons philosophiques ou spirituels très différents, avec des enseignements et des compréhensions antinomiques est, de tout gros bon sens, voué à l’échec.

    Pas besoin d’être allé à Visegrad pour savoir ça.

  26. 7 mars 2011 11:22

    Meyus

    Voici la réponse aux questions que vous nous avez posées, espérant qu’elle vous permettra de comprendre un peu mieux nos positions.

    1°) – Les lois de Dieu

    Certes Dieu est amour et veut notre bonheur, mais il est aussi justice et ses lois, que les hommes ont méprisées, ne sont pas négociables. Ainsi donc, il faut toujours lorsqu’on projette sur la situation du monde, et que l’on oppose celle-ci à l’amour de Dieu, ne jamais oublier que l’homme est pécheur, qu’il s’est lui-même vendu à Satan et qu’il collabore aux œuvres mauvaises depuis Adam. C’est un point essentiel dans la vision que nous devons avoir sur le monde, et surtout la façon dont les sociétés doivent être gouvernées. Autrement on tombe, et c’est votre cas (comme celui de l’Eglise moderne), dans l’idéalisme irénique en imaginant qu’il suffirait de s’aimer tous les uns les autres pour que tout soit réglé, que les blancs, les jaunes, les noirs, dansent ensemble une grande farandole universelle, pour que tout aille bien.

    Or non ! les choses sont un peu plus compliquées, car ontologiquement la nature de l’homme est marquée par les conséquences du péché originel, elle est donc mauvaise, jalouse, haineuse, égoïste, orgueilleuse, luxurieuse, sauvage, criminelle, et il convient donc, impérativement, que la société se protège – et nous protège – des effets de la corruption que l’esprit désorienté de l’homme cherche à imposer et répandre autour de lui pour satisfaire ses désirs malsains. Et pour cela, cher Meyus, il importe vitalement d’instituer des règles protectrices, des interdictions qui limitent l’expansion du vice et le triomphe du mal, ce que notre système permissif ni ne sait ni ne veut faire car lui-même issu d’idées révolutionnaires libérales ténébreuses, d’où la situation d’extrême dégradation morale, politique, religieuse que nous connaissons.

    2°) – L’Inquisition

    Votre vision de l’Inquisition est conditionnée par des décennies de propagande républicaine. Tous les historiens constatent aujourd’hui qu’en réalité le nombre des victimes de l’inquisition a été « relativement limité ». Depuis le XIXe siiècle, les chiffres qui ont couru provenaient d’ouvrages qui se sont recopiés les uns les autres sans vérification des sources. Tous remontaient à l’Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne publiée en 1817 par Juan Antonio Llorente, un libéral espagnol entré au service de Joseph Bonaparte et contraint à l’exil à Paris, qui avait construit un mythe.

    De ce point de vue il n’est pas indifférent de noter que la Révolution Française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme, que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen Age et dans toute l’Europe !

    C’est pourquoi, l’Inquisition qui permit d’éviter les folies criminelles de la Révolution dans les pays européens où elle était encore en activité (Italie, Espagne, Portugal) – comme l’écrit Joseph de Maistre : « est en soi une institution salutaire, qui a rendu les services les plus importants, et qui a été ridiculement et honteusement calomniée par le fanatisme sectaire et philosophique ». Elle usa fort peu de la peine capitale.
    Là encore, le mythe ne résiste pas à l’examen. En premier lieu, les aveux spontanés ou les condamnations légères exposaient à des peines purement religieuses : réciter des prières, assister à certains offices, jeûner, effectuer des dons aux églises, se rendre en pèlerinage dans un sanctuaire voisin ou, dans les cas graves, à Rome, à Saint Jacques de Compostelle ou à Jérusalem. Il pouvait parfois être imposé de porter un signe distinctif sur les vêtements (une croix), humiliation souvent remplacée, dès le XIIIe siècle, par une amende.

    On le voit rien de très méchant, car le souci premier de l’Inquisition était, d’abord et avant tout, le salut des âmes.

    Conclusion

    De ce fait, contrairement à ce que vous pensez, il convient de mettre Dieu au centre de la cité, au cœur de la vie des hommes, à la place la plus importante dans l’Etat, car il faut un ordre chrétien pour que les hommes vivent heureux, pour qu’ils soient en harmonie avec la terre et les lois du ciel, seule manière pour chaque créature d’avoir le cœur en paix et l’âme en accord avec Dieu.

    C’est ce que soulignait avec force le cardinal Pie :

    – « JESUS-CHRIST EST LA PIERRE ANGULAIRE DE TOUT L’EDIFICE SOCIAL. SANS LUI TOUT S’EBRANLE, TOUT SE DIVISE, TOUT PERIT… METTEZ DONC AU CŒUR DE NOS CONTEMPORAINS, AU CŒUR DE NOS HOMMES PUBLICS, CETTE CONVICTION PROFONDE QU’ILS NE POURRONT RIEN POUR LE RAFFERMISSEMENT DE LA PATRIE ET DE SES LIBERTES, TANT QU’ILS NE LUI DONNERONT PAS POUR BASE LA PIERRE QUI A ETE POSEE PAR LA MAIN DIVINE : PETRA AUTEM ERAT CHRISTUS. JESUS-CHRIST, C’EST LA PIERRE ANGULAIRE DE NOTRE PAYS, LA RECAPITULATION DE NOTRE PAYS, LE SOMMAIRE DE NOTRE HISTOIRE, JESUS-CHRIST, C’EST TOUT NOTRE AVENIR… » (CARDINAL PIE : ŒUVRES , V, 333 ; VIII, 54 ; X, 493).

    Pax Vobis +

    PS. S’agissant des bûchers, nous souhaitons également qu’ils soient rallumés, et fort nombreux même de sorte qu’ils apparaissent dans chaque villes, mais pour y consumer simplement en « effigie » pour frapper les esprits, comme cela se faisait dans la société chrétienne, les symboles du crime, du vice, du blasphème et du péché.

    **********************

    – L’Inquisition : du mythe à la réalité !
    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/05/25/linquisition-du-mythe-a-la-realite/

    La Sainte Inquisition : une institution nécessaire !
    http://www.la-question.net/archive/2009/10/16/la-sainte-inquisition-une-institution-necessaire.html

    • PEB permalink
      7 mars 2011 18:12

      Notons que notre code d’instruction criminelle (ou de procédure pénal) use de la procédure inquisitoire à savoir secret de dl’instruction et sentence publique, à la réserve que cette dernière est précédé d’un débat contradictoire public.

      A propos de l’Inquisition, les gens oublient les faits suivants:
      – L’inquisition, la vraie, la catholique, répugnait à la chasse aux sorcières car, si elle croyait à la présence du démon, elle savait que le rôle du prêtre était le biens des âmes et non de condamner sans raison quelque idiote du village un peu ivre. De plus, la haine collective contre la pauvre pécheresse, qui n’en peut mais, ressemble à si méprendre à la détestation du Juste le jour de Sa glorieuse Passion.
      – Les chasses au sorcières ont été brutales et sans pitié dans les pays protestants (Allemagne luthériennes, colonies britanniques d’Amérique (futurs USA)) de par des tribunaux purement laïques sans possibilité d’appel.
      – Le chevalier de la Barre a été condamné à la peine capitale par le parlement de Paris, c’est-à-dire la justice du Roi. Une cour ecclésiastique lui aurait sans doute suggéré de faire quelque acte de piété public pour faire cesser le scandale. Dans le pire des cas, l’affaire étant incertaine, in dubio pro reo. Le secret éventuel aurait put limiter aussi l’entêtement du magistrat à ne pas oser se déjuger.

    • Silverblade permalink
      7 mars 2011 18:44

      Si L’Inquisition était vraiment aussi peut méchante alors comment expliquez vous tout ces instruments de tortures que l’ont à retrouver?

      Peut de condammné à mort mais combiens ont été torturer à en perdre la raison?

      Dès que l’on vous parle de L’Inquisition vous détournez directement le sujet sur la Révolution. Certes la Révolution à fait plus de morts mais ça ne minimise pas pour autant les crimes de L’Inquisition.

    • 7 mars 2011 20:15

      Quittez le bateau du «faux pape juif Ratzinger» (http://le-projet-juif.com/?p=3674) tant que vous avez le temps!

      Aujourd’hui Dieu ne se sert pas de bûchers: Son pire ennemi porte l’habit du sage (en allemand c’est encore plus intéressant, vu que phonétiquement un sage, un «Weishaupt», et une tête blanche, un «Weißhaupt» – envoyez un mail à Bernard Fellay, qui devrait le savoir… entretemps – sont la même chose), etc.

    • 7 mars 2011 21:02

      « ouvrir une école, c’est fermer une prison »

      Peut-être que cette citation fait aussi partie d’une chasse aux sorcières… Pourquoi pas au singulier?

      Michel Garroté serait-il vraiment moins « Chrétien » (http://www.contre-info.com/fermeture-definitive-du-blog-les-intransigeants#more-10674) que d’autres?!

  27. Tchetnik permalink
    7 mars 2011 20:57

    Outre que les « instruments de torture retrouvés » relèvent souvent de la mise en scène hollywoodienne, les chiffres sur l’usage de la torture existent.

    A Valence, de 1480 à 1530, sur 2000 (?) procès, il y eut 12 « questions ».

    A Tolède, de 1478 à 1500, sur 300 procès, il y eut 6 « questions ».

    Donc par conséquent, à moins d’avoir des sources sérieuses pour confirmer les dires sur les « torturés de l’inquisition », il faudra réviser le jugement.

    • Silverblade permalink
      8 mars 2011 00:38

      « Outre que les « instruments de torture retrouvés » relèvent souvent de la mise en scène hollywoodienne, »

      Sous entendriez vous que ces instruments de tortures son des faux crée pour donner une image plus sombre à l’Inquisition?

      Si c’est le cas alors comment expliquez vous les nombreuses gravures d’époque montrant des scènes de tortures de l’Inquisition?

  28. Tchetnik permalink
    7 mars 2011 20:59

    « Ca ne minimise pas les crimes de l’Inquisition ».

    Ca les relativise et les remet dans leur contexte. Ca montre que ceux qui jugent ont fait pire. Ca montre que la réalité des « crimes » dénoncés relève en grande partie du fantasme.

    Même l’appréciation de LLorente, qui relevait effectivement de la propagande, se montait à 36 000 morts en trois siècles. On est décidément loin du compte.

  29. Tchetnik permalink
    8 mars 2011 01:09

    @Silverblade

    Je crois que les quelques chiffres que j,ai donnés sont clairs.

    Quant aux gravures, il existe aussi des dessins contemporains montrant des soldats Américains ou Canadiens se livrant aux pires exactions en Irak, Afghanistan ou ailleurs.

    Ces dessins ne montrent pas forcément la réalité. pas que ces actes n’existent pas ou n’aient jamais existé, mais ils sont décrits dans des proportions qu’ils n’ont jamais prises.

    Il existe un film de Smaragdis sur Le Greco qui décrit Nino de Guevara (Inquisiteur de 1600 à 1602) comme un fou-furieux et le Greco comme un « combattant de la liberté ». Ceux qui connaissent bien le peintre et son histoire savent que ce film est truffé d’invraissemblances et d’inexactitudes.

    Ou on a des sources sérieuses pour appuyer cette vision noire de l’Inquisition, ou on doit avoir l’honnêteté de la reconnaitre dans sa réalité tant qualitative que quantitative, à savoir très loin d’avoir été la pire des institutions.

    Étudier des documents est un bon point de départ, mais encore faut il les replacer dans leur contexte et les recouper avec d’autres sources.

    • Silverblade permalink
      8 mars 2011 12:28

      Je vois c’est un peut comme ces écrit des prêtres sur les Vikings qui les décrivaient comme des barbares alors que c’était une société civiliser très bien organiser.

      Malgré tout je trouve que l’Inquisition est quelque chose dont l’histoire aurai franchement put se passer, mais ça ce n’est que mon avis personnel.

      Merci pour vos sources je les comparerai aux miennes afin d’avoir un point de vue plus objectif.

  30. 8 mars 2011 11:17

    Quelques utiles précisions au sujet….de La Question.

    Contrairement à ce qu’une propagande a voulu inscrire dans les esprits pour déniger l’Eglise, La Question était rarement utilisée par l’Inquisition, uniquement pour les suspects d’hérésie, notamment les re-judaïsants.

    Le Manuel des inquisiteurs (« Directorium Inquisitorum »), rédigé par l’inquisiteur Nicolas Eymerich en 1376, et enrichi par le juriste Francisco Peña en 1578, explique que si « Il n’y a pas de règles précises pour déterminer dans quels cas on peut procéder à la torture», néanmoins dans les faits et la jurisprudence, on ne torture qu’exeptionnellement que pour un hérétique qui refuse d’avouer, c’est-à-dire quand «l’accusé, qui, dénoncé, ou positivement hérétique par ses positions n’avoue pas en cours d’interrogatoire ».

    Si l’accusé avoue il n’y a pas torture, dont les instruments étaient surtout là pour effrayer l’imagination.

    A noter , selon le manuel des inquisiteurs : « Lorsque l’accusé, soumis à toutes les tortures prévues, n’a toujours pas avoué, il n’est pas molesté davantage et il part libre » (le texte de 1505 sera beaucoup moins laxiste, et permet à l’inquisiteur de reconduire « toute la série des tortures » dans de nombreux cas, notamment quand il y a eu aveu puis rétractation).

    Il y avait en fait deux types de Questions :

    La Question préparatoire. On effrayait l’accusé en lui expliquant le maniement des différents instruments de torture. Si il y avait persistance dans l’hérésie on fouettait plus ou moins fortement, et enfin on pouvait lui infliger des peines plus sévères avec des cordes serrées.

    Puis, beaucoup plus rarement, et uniquement dans les cas d’hérétiques ennemis déclarés de l’Eglise, la Question définitive ou Torture finale.

    Il ne faut pas oublier que l’Inquisition est un Tribunal ecclésiastique, la procédure y est précisée séquentiellement et méthodiquement, dans ses moindres détails, par exemple la partie intitulée « Quaestiones centum triginta super practica officii Inquisitionis eidem officio congruentes », expose les cent trente et une questions qui peuvent se poser dans la pratique de l’inquisition, en y apportant des éclaircissements circonstanciés extrêmement détaillés.

    Il faut enfin considérer que si l’Eglise avait établi ce saint Tribunal pour combattre l’hérésie, c’est qu’au moyen âge, rien n’avait plus de valeur que le salut de l’âme, et il convenait impérativement pour chaque créature par son retour au Christ avant la mort, d’éviter la damnation et les peines de l’Enfer, d’une nature infiniment supérieure à celles de l’Inquisition et où le châtiment, par le feu, est infligé pour l’éternité aux pécheurs endurcis.

    *********************

    Une précision subisidiaire, qui n’est pas sans rapport avec les débats relatifs à ce qu’est une hérésie (en particulier s’agissant de l’éventuelle « hérésie » des Papes depuis Pie XII).

    Voici ce que dit le manuel des inquisiteurs :

    « Qu’est-ce qu’une hérésie ? Ou, en d’autres termes, quand peut-on dire d’un article ou d’une proposition qu’ils sont hérétiques ?

    Nous répondrons en accord avec saint Thomas (S.T.I. pars, q. 32, art. 4 et 2.2, q. 11, art. 2) qu’il y a trois causes ou trois raisons susceptibles de déterminer le caractère hérétique d’un article ou d’une proposition. Une proposition est hérétique :

    a) Si elle s’oppose à un article de foi tel, par exemple, que le dogme de la trinité divine ou de l’incarnation du Fils, ou d’autres articles de ce genre, qui constituent la base de notre foi catholique et l’essentiel de notre croyance ;
    b) Si elle s’oppose à une vérité que l’Église a déclarée de foi : par exemple, que le Saint-Esprit ne procède pas du Père et du Fils comme de deux principes, ou que l’usure n’est pas un péché ;
    c) Si elle s’oppose au contenu des livres canoniques: par exemple, que Dieu n’a pas créé le ciel et la terre, ou que le Christ n’envoya pas ses disciples prêcher, contrairement à ce qu’affirment la Genèse et l’Évangile selon saint Marc, livres que l’Église compte parmi les canoniques. I1 faut croire, en effet, en tout ce que contiennent les livres canoniques’.

    Dans les trois cas, il y a opposition manifeste soit au symbolen de la foi, soit aux décrets de l’Église, soit aux livres sacrés. I1 y a donc hérésie dans les trois cas. »

    http://www.numilog.com/package/extraits_pdf/e247018.pdf

    Lire :

    La Sainte Inquisition : une institution nécessaire !
    http://www.la-question.net/archive/2009/10/16/la-sainte-inquisition-une-institution-necessaire.html

    • orux permalink
      9 mars 2011 01:47

      Jean-Paul II a abordé la question de l’Inquisition lors d’une messe le 12 mars 2000, où il a demandé pardon pour les torts commis dans le passé par des membres de l’Eglise.

      A propos du pape Sixte IV et de l’Inquisition en Espagne, Lord Acton posait la question: “le Pape n’est-il pas responsable de la Constitution par laquelle il a mis en place ce nouveau tribunal?” L’écrivain catholique Peter de Rosa fait remarquer dans son ouvrage Vicars of Christ: The Dark Side of the Papacy (Les vicaires de Christ: la face ténébreuse de la Papauté, 1988): “Sur quatre-vingts Papes qui se sont succédés sans interruption à partir du treizième siècle, pas un seul n’a désapprouvé la théologie et les pratiques de l’Inquisition. Loin de là: les uns après les autres, ils ont ajouté de cruels perfectionnements à cette machine de mort”.

    • wendrock permalink
      9 mars 2011 10:49

      La demande de « Pardon » est devenu l’exercice favori des Papes depuis Vatican II.

      Paul VI a demandé pardon pour les fautes de l’Église dès l’ouverture du concile Vatican II, geste suivi de plusieurs dizaines d’autres symboliques de nature masochiste absolument délirants (remise aux turcs de l’étendard de Lépante par exemple).

      Mais comme ça ne suffisait pas, la maladie de demande de pardon se développant à la mesure que les thèses modernistes envahissaient l’Eglise, le dimanche 12 mars 2000, Jean-Paul II présida à une cérémonie dans la Basilique Saint-Pierre (lorsqu’on pense que cela se déroula devant les tombes de s. Pie V et de s. Pie X…) qui s’intitulait « Le Jour du Pardon », cérémonie bien évidemment calquée sur celle des Juifs de la part de ce pape philo-judaïque.

      Ce jour là, rien de moins, le pape a demandé pardon à Dieu pour tous les torts historiques de l’Eglise Catholique Romaine !

      Liste non exhaustive :

      – Les péchés en général,
      – L’Iinquisition,
      – Les protestants,
      – Les juifs,
      – Les païens,
      – Les croisades,
      – Les musulmans,

      etc., etc., etc.

      A noter que Benoît XVI semble se spécialiser dans les demandes de pardon aux Juifs, bien qu’il fut précédé en cela par le geste ultra médiatique Jean Paul II à Jérusalem, qui alla déposer une demande de pardon au mur des lamentations, puis au mémorial de Yad Vashem…

      Lorsqu’on pense que c’est à Jérusalem que le Christ fut mis à mort par les Juifs, qui massacrèrent ensuite saint Etienne, premier martyr ouvrant la longue liste des victimes chrétiennes tuées par les Juifs au nom de leur foi en Jésus-Christ !

  31. Tchetnik permalink
    8 mars 2011 21:00

    Que les Wikings (ou Varègues) aient été bien organisés politiquement ne les a pas empêché d,avoir effectivement des moeurs assez barbares, comme beausoup de peuples le rapportèrent à l’époque et comme beaucoup d’historiens ont pu l’établir.

    Ils ont pu s’adoucir assez vite, mais leurs Weltanschauung restait assez peu valorisante pour la dignité humaine en général.

    La Rus’ de Riurikides d,avant 988 était certes brillante et organisée, mais avec sacrifices humains à la clef.

    • Silverblade permalink
      8 mars 2011 21:47

      Les esclaves Vikings étaient traiter avec beaucoup de respect, ils étaient nourris, logis, blanchis et été considérer comme un membre de la famille.

      Pour être libre il leurs suffisaient d’épouser un/une scandinave ou de rendre un grand service.

      C’était avant tout un peuple de commerçant et les meilleurs navigateurs de l’histoire.
      Pas de sacrifice humain chez les Vikings contrairement aux idées reçus.

      La femme tenait un place importante chez les Viking autant dans leurs religion que dans leurs société. Elles seul avait le droit de divorcer et de pratiquer la magie et elle pouvaient prendre les armes et combattre si elles le désiraient.

      On est bien loin du clicher des barbares détruisant tout sur leurs passage.

  32. Tchetnik permalink
    8 mars 2011 21:01

    Et L’Histoire aurait encore eu bien plus de raisons de se passer de la révolution française, du bolchévisme et autres idéologies qui, prises chacune séparément, firent bien plus de mal que l’Inquisition.

  33. Tchetnik permalink
    8 mars 2011 22:48

    Les sacrifices humains sont confirmés et par les chroniques de l’époque et par l’archéologie.

    Ensuite le statut des esclaves chez les Scandinaves ne doit pas être idéalisé sur la base de quelques romans idéalistes. Le sort réservé aux prisonniers était assez dur, même par rapport aux standards de l’époque, assez large en la matière.

    Excellents navigateurs, certes, société élaborée, certes, mais aussi pillarde et sanguinaire pour les autres.

    Ils surent apporter beaucoup d’organisation à certains peuples, mais reçurent en retour un héritage et un enseignement qui les rendirent plus dignes et pacifiques.

    • Silverblade permalink
      8 mars 2011 23:37

      C’est bien la première fois que j’entend cette version et pourtant j’ai lu quelques ouvrage de Regis Boyer(une référence en la matière) et j’ai appris auprès de médiévistes, étudiant en histoire et prof d’histoire spécialiser sur le sujet.

      Pilliards et sanguinaire ce n’est pas complétement faux mais ce n’était pas non plus leurs priorité.

      L’histoire de la Russie à l’air d’être votre spécialité mais en revanche ça n’a pas l’air d’être le cas pour les Vikings.

  34. Tchetnik permalink
    8 mars 2011 23:57

    Les sources viennent de l’Angleterre de la DaneRule et de l’Irlande, qui connut de très nombreux pillages, notamment de l’abbaye de Bangor. Les royaumes du nord de l’Angleterre (Mercie, Northumbria, East Anglia), connurent aussi leur lots de pillages, avec notamment la destruction des abbayes d’Iona et de Lindisfarne.

    La Rus’ Kievienne d’avant le baptème de Saint Vladimir, pratiquait aussi certains sacrifices humains.

    Les récits des pillages de Saint Wandrille, Saint Philibert et d,autres aglomérations de ce qui était alors la Neustrie existent également, tout comme le récit du pillage de Thessalonique vers 860. (qui connut pire sous les Sarrasins en 904, il est vrai).

    Donc, vous voyez, les sources existent et sont nombreuses.

    Cela n’enlève rien à votre constat sur le caractère développé de leur société et de leur culture par ailleurs.
    mais, il ne faut pas l’idéaliser dans la lignée de certains auteurs du XIXième siècle.

    • shalom permalink
      9 mars 2011 00:20

      Tchetnik

      tu ne t’es pas exprimé sur la disparition des intrans ??
      Quel est ton sentiment ?

    • Silverblade permalink
      9 mars 2011 00:51

      Certains pillage d’abbaye et autre lieus chrétiens ne sont ni plus ni moins que les représailles des Vikings à cause de leurs monuments religieux vandaliser par les missionnaire.

      Il n’y a pas de fumer sans feu.

      Beaucoups de témoignages fait par des ecclésiastiques ,très affecter par les raids, on volontairement éxagérer la violences des vikings pour mieux diaboliser cette image de paiens sanguinaire.

  35. Tchetnik permalink
    9 mars 2011 01:10

    Ce ne sera ni la première, ni la dernière fois.

    Un de perdu dix de retrouvés.

    Aucune importance, tous les amis sont là, comme l’aurait dit Briali.

  36. Tchetnik permalink
    9 mars 2011 04:26

    Ca c’est de la connerie.

    Les Vikings se sont manifestés en terre Chrétienne largement avant que les royaumes Chrétiens ne leur envoient des missionaires.

    Le pire à l’égard des Saxons fut Charlemagne. Et il faut savoir que quelques décennies avant lui, les Saxonx massacrèrent Saint Boniface et ses compagnons.

    Vous faites vraiment tout pour manipuler l’Histoire à votre guise…Montrez nous des Irlandais ou des Anglais qui ont massacré des Scandinaves en terre scandinave, vous n’en trouverez pas. En revanche, il y a ce qu’on appelle la Danerule en Angleterre Saxone et il n’y eut pas un seul Irlandais missionaire en Scandinavie, donc, à fortiori, pas de domaines paiens détruits par eux.

    Lorsque Haakon tenta d’évangéliser son propre pays, il fut en butte à des populations paiennes qui massacraient les Chrétiens et brûlaient leurs églises justement. C’est cela qui s’est produit, et non l’inverse.

    C’est très rigolo de constater que, pour des Chrétiens, les massacres sont toujours justifiés.

    Quand certains tiennent ce langage au sujet des Juifs, ils sont aussitôt taxés de « racisme »…

    • Silverblade permalink
      9 mars 2011 18:42

      Je ne nie pas que les Vikings on eu leurs lots de pillages et d’invasions(on peut même dire qu’ils sont les ancêtres de la piraterie) mais je tenais simplement à souligner le fait que leurs violences fut éxagérer dans les écrits des ecclésiastiques.

      Comme vous l’avez si bien dit il faut replacer les choses dans leurs contextes et à cette époque là nous étions en pleine campagne de reconvertion de l’Europe au christianisme, donc l’église avait tout intérêt à donner la plus mauvaise image possible aux paiens.

  37. Tchetnik permalink
    9 mars 2011 04:27

    Il n’y eut pas de missionaire Grec en terre Wiking non plus.

    Alors, je suppose que le pillage de Thessaloniki doit avoir pour cause l’arrogance de marchands Grecs qui damnèrent le pion aux gentils Wikings, qui furent ainsi floués…

  38. Arnold permalink
    9 mars 2011 08:25

    Bonjour, je découvre votre blog : votre confraternité se veut catholique semble obéir à des règles : ces règles ont-elles été approuvées par une autorité de l’Eglise ? toutes les confraternités, plutôt que de s’occuper de châtier les erreurs et les péchés des autres, avaient compris que ce qui compte avant tout c’est la conversion personnelle car les péchés qui offensent le plus la majesté divine, ce sont avant tout les nôtres… Je suis étonné de ne pas voir dans votre pétition de principe, une place à la prière… Bref, cela ressemble plus à un mouvement politique qu’à une entité d’Eglise…

    • calixte permalink
      9 mars 2011 11:20

      Arnold

      Vous avez sans doute survolé trop rapidement le texte de présentation. Le rappel du père Bourdaloue est pourtant suffisamment explicite :

      «Humilions-nous, mais sincèrement, mais profondément, et notre humilité vaudra mieux pour nous que les plus grands talents, mieux que tous les succès que nous pourrions avoir dans les emplois même les plus saints et dans les plus excellents ministères, mieux que tous les miracles que Dieu pourrait opérer par nous : comment cela ? parce que l’humilité et le secret seront pour nous une voie de salut beaucoup plus sûre. Plusieurs se sont perdus par l’éclat de leurs talents, de leurs succès, de leurs miracles : nul ne s’est perdu par les sentiments dune vraie et solide humilité. » (Cf. Pensées diverses sur l’orgueil et l’humilité, t. I. 1733).

      Par ailleurs les liens étroits de La Question avec une certaine « Fraternité sacerdotale », peut laisser penser que les règles évoquées dans votre message existent effectivement, mais que le silence à leur sujet relève du conseil dont La Question, précisément, a fait sa règle, et n’ont donc pas vocation par définition à être exposées sur la place publique.

      Le texte est clair :  » nous mettant à distance du siècle afin que disparaissent nos individualités pour la plus grande gloire de Dieu, abandonnant entièrement nos identités mondaines en nous soumettant à la proclamation des Pénitents noirs de la « Confrérie de la Sainte-Croix et de la Miséricorde » : « O Crux Ave Spes Unica ! »

  39. PEB permalink
    9 mars 2011 08:35

    Qui est C. D. ?

    • apostalatus specula permalink
      9 mars 2011 11:23

      Il faut faire confiance à La Question en ces domaines….

      A méditer :

      « L’humilité et le secret seront pour nous une voie de salut… »

    • apostalatus specula permalink
      10 mars 2011 10:37

      PS. Nous parlons bien de la même chose…

  40. Tchetnik permalink
    9 mars 2011 19:58

    Les récits des pillages des abbayes et des agglomérations d’Irlande, d’Angleterre, de Neustrie ou de la région de Paris sont suffisament éloquentes avec forces détails et relations pour qu’on ne parle pas d' »exagérations ». Les méfaits de certaines tribus Saxonnes en ce qui allait être le Palatinat et le Hannovre sont aussi suffisament exactement racontés pour qu’on ne vienne pas dire que les faits furent délibérément grossis. Idem pour les méfaits causés par les Scandinaves paiens sur les Scandinaves Chrétiens à l’époque du roi Haakon Ier.

    Si les missionaires et autres Chrétiens décrivent les Wikings comme sanguinaires, ils avaient hélas motifs pour cela.

    Cela encore une fois, n’enlève rien au caractère effectivement développé, riche et structuré de la civilisation Scandinave. Mais le fait que cette dernière n’ait effectivement pas été du tout l’anarchie primitive décrite à tort par certains auteurs ne l’empêche pas d,avoir taillé une part belle au culte de la force.
    La civilisation Japonaise est de même très ancienne, très belle et très riche, ce qui ne signifie pas qu’elle valorise la dignité humaine, et ne l’empêche pas de même de faire un certain culte de la force.

    Les Scandinaves furent évangélisés à partir de saint Anschaire de Hambourg et du roi Harald de Danemark. Et c’est surtout à partir de la fin du Xième siècle que l’évangélisation de ces pays fut effective (Olaf Haraldson en Norvège et Siegfried en Suède). Donc à une époque où l’essentiel de l’Europe était déjà largement Christianisée.

    • Silverblade permalink
      9 mars 2011 21:40

      Et pourtant plusieurs historiens dont Peter Sawyer souligne que ces Vikings dont les sagas ou les chroniques relatent les ravages et les tueries ne forment qu’une minorité des Scandinaves. Il s’agit en fait de l’élite aristocratique.

      Et puis n’allez pas me faire croire que la reconvertion aux christianisme s’est faite sans violence quans on sait que le cri de guerre des reconvertisseur était:

      « La mission par échanges culturels, puis par la parole, puis par l’épée »

      Ajoutez à cela les actes de vandalismes sur les stèles paiennes.

      Il est vrai que lors des raids les vikings savaient imposer la peur à leurs ennemis pour obtenir ce qu’ils voulaient plus rapidement, mais ça ne finissait pas systèmatiquement en bains de sangs.

  41. Tchetnik permalink
    10 mars 2011 00:05

    Nous avons les renseignements que les chroniques de l’époque nous livrent, lesquels décrivent pas les Wikings comme des fillettes. Chroniques qui, recoupées et comparées donnent une image assez véridique et précise de la chose.

    Il faut avoir l’honnêteté de la reconnaitre et de ne pas chercher à la mettre sur le même plan que les erreurs commises par notre civilisation, car, ni qualitativement, ni quantitativement, il n’y a d’équivalent.

    On peut étudier la Christianisation du Danemark depuis Saint Anschaire de hambourg (venant de Corbie sous Louis le Pieux), celle de l’Islande avec le vote de l’Alping (exceptionnel) ou celle des Norvégiens ou des Suédois sous les rois Olaf et Sigfried, on n’y trouve pas les mêmes marques de violence.

    • Silverblade permalink
      10 mars 2011 00:41

      Relisez bien mes coms je ne dit à aucuns moment que c’était des enfants de choeurs mais seulement que les fait ont été éxagérer comme l’on préciser des historiens comme Peter Sawyer.

      Pour ce qui est des reconvertion vous en avez une version assez éducolorer surtout en ce qui concerne Olaf qui à non pas instaurer le christianisme mais l’a imposer à son peuple, il à connue une vive opposition mais les à très vite réprimer.

      Si cela s’est vraiment passer sans violences comment expliquez vous les actes de vandalismes des missionnaire et surtout leurs cri de guerre:

      « La mission par échanges culturels, puis par la parole, puis par l’épée »

      Les peuples Scandinaves on finis par se reconvertire par nécéssité pour le commerce et parce que leurs roi leur à imposer.

  42. Tchetnik permalink
    10 mars 2011 14:54

    « Cri de guerre » qui en l’occurence ne fait pas la part belle à l’épée.

    Et qui ne doit pas être mis hors contexte par rapport à la réalité des faits, notamment une opposition qui s’est manifestée de manière plus que violente.

    Ensuite, dire que l’ensemble des Scandis s’est converti par « intérête » est faux. Certains sans doute à contrecoeur (mais tout homme ne fait pas de son plein gré ce qui relève de son intérêt véritable), d’autres pas du tout.

    C’est là le stéréotype habituel utilisé par les « historiens » républicains pour justifier leur vision antichrétienne du monde. Ils disent cela pour TOUS les peuples devenus Chrétiens.

    • Silverblade permalink
      10 mars 2011 21:10

      « C’est là le stéréotype habituel utilisé par les « historiens » républicains pour justifier leur vision antichrétienne du monde. Ils disent cela pour TOUS les peuples devenus Chrétiens. »

      C’est pratique ça quand on est à court d’arguments.

  43. Tchetnik permalink
    10 mars 2011 21:22

    Non, ce n’est pas pratique, c,est la réalité.

    Confirmée par les documents et témoignages d’époque. Pratique surtout pour ceux qui les ont étudiés.

    Lesdits témoignages infirment complètement cette version des faits.

    je remarque en passant qu,au sujet des rois Olaf, Sigfried et Harald, vous n,avez rien relevé et que pour les pillages des abbayes et des villes, vous avez fini par les admettre du bout des lèvres en les justifiant sur des spéculations conditionnelles, après les avoir niés.

    • Silverblade permalink
      10 mars 2011 21:54

      Je n’ai pas avouer du bout des lèvres si vous lisez bien mes coms j’affirme même que les Vikings sont les ancêtres de la piraterie, je dit simplement que leurs violences à été éxagérer dans les témoignage des prêtres, ce qui est un fait reconnue par de nombreux historiens.

    • Silverblade permalink
      10 mars 2011 22:09

      Et puis concernant la violence des Vikings je pourrai user de la même méthode que vous pour l’Inquisition:

      À la fin du VIIIe siècle, la conquête de la Saxe par les Francs de Charlemagne s’est accompagnée de massacres, de destruction et de conversion forcée.

      Les Vikings eux étaient de simple pillards qui usaient de la violence pour imposer la peur de façon stratégique.
      De même que les Vikings n’ont jamais convertis de force des peuples à leurs religion et n’on également pas provoquer de guerre de religions.

  44. shalom permalink
    10 mars 2011 21:28

    tchetnik

    ça t’arrive de répondre aux questions qu’on te pose ? Ou alors c’est que tu m’ignores du haut de ta superbe

  45. Tchetnik permalink
    10 mars 2011 21:43

    Mais je t’ai répondu, Chat l’homme, peu après ta question, voyons.

    • shalom permalink
      10 mars 2011 22:03

      excuse-moi

  46. Tchetnik permalink
    10 mars 2011 22:30

    « Je pourrais utiliser de la même méthode que vous pour l’inquisition »

    Mais vous ne vous en privez pas d,ailleurs.

    La grosse différence réside entre ceux qui peuvent sourcer leurs arguments par des témoignages d’époque et par un travail de compilation et de comparaison desdits, et ceux qui se fient à des études pour certaines sérieuses, pour d,autres fantaisistes, pour défendre une position indéfendable.

    Pour l’affirmation selon laquelle les paiens ne convertissaient personne de force, les actes de martyr des Saints (Actes venant souvent des autorités romaines) vient apporter un gros démenti.

    Mais « on » va nous sortir que les gentils paiens Latins étaient victimes de prosélitisme aggressif…

    • Silverblade permalink
      10 mars 2011 22:50

      « Pour l’affirmation selon laquelle les paiens ne convertissaient personne de force, les actes de martyr des Saints (Actes venant souvent des autorités romaines) vient apporter un gros démenti. »

      Je parlais des Vikings au cas où vous ne l’aurai pas remarquer, mais pour les romains je suis mille fois daccord avec vous que les chrétiens on malheureusement que trop bien nourris les lions.

      « La grosse différence réside entre ceux qui peuvent sourcer leurs arguments par des témoignages d’époque et par un travail de compilation et de comparaison desdits, et ceux qui se fient à des études pour certaines sérieuses, pour d,autres fantaisistes, pour défendre une position indéfendable. »

      Rassurez vous parmis toutes mes sources d’information entre les récits d’historiens spécialisé et les infos obtenus de quelques connaissances dont des étudiant en histoire médiévale, des profs d’histoires, et des médiévites, je fait le tri.
      Par exemple il y a de nombreux point sur lesquelles je ne suis pas daccord avec Régis Boyer qui est pourtant une référence en la matière.

  47. Tchetnik permalink
    10 mars 2011 23:08

    Pour les Saxons (de Saxe) et les Wikings, leurs massacres de Chrétiens restent quand même à vocation plus que simplement tactique. Cela a ensuite changé, mais outre les richesses des abbayes et des agglomérations, ils visaient aussi une religion qu’ils haissaient. Et n’oublions pas que lesdites abbayes et agglos ne se trouvaient pas en territoire Wiking. Donc, ne pas échanger les rôles.

    Régis Boyer a su voir pas mal de choses justes et a mis en valeur une culture qui était soi niée et réduite à une espèce de sous produit de Cro-Magnon, soi au contraire exaltée et considérée par certains historiens du XIXième siècle comme supérieure aux Grecs et aux Latins réunis.

    Son problème étant qu’il s,est parfois laissé emporter par son enthousiasme (compréhensible au demeurant, l’Histoire n’étant pas une science sèche) et a parfois remis en cause des sources Celtes, Saxonnes, Byzantines ou Franques qui se rejoignaient tout de même beaucoup sur l’essentiel.

    Donc, le propos n’est pas de nier le côté développé de la civilisation Wiking, mais de ne pas non plus remettre en cause leur culte de la force, ainsi que les dégats qu’ils ont pu faire en ce nom, pendant une courte période.

    • Silverblade permalink
      10 mars 2011 23:29

      Les Vikings ne haissaient pas la religion chrétienne puisqu’ils ont sans problème d’intégrer Jesus parmis les Dieux d’Asgard.

      Ils n’accordaient aucunes importances à la religions des peuples voisins du moments qu’ils pouvaient commercer avec eux ou les piller.

  48. wendrock permalink
    11 mars 2011 01:25

    Une précision historique à propos des confréries de Pénitents.

    La Révolution française, parmi bien d’autres décisions hostiles à la religion, a interdit les Pénitents, qui ne réapparurent qu’au retour de la monarchie. Il fallut attendre mai 1814, pour que le Préfet des Bouches du Rhône donne un avis favorable … « aux membres des anciennes confréries qui manifestent le désir de reconstituer leurs associations »…

    Assimilées à un Tiers Ordre, les Confréries de Pénitents furent défendues par les papes au XIXe siècle. Grégoire IX défendit rigoureusement de critiquer les Tiers-Ordres et déclara qu’il y avait faute grave à détourner quelqu’un d’y entrer à cause du grand bien qu’on empêchait.

    Le pape Pie XI dans son encyclique « Rite expiatis » du 30 avril 1926 écrivait : « La pacification générale et la réforme des mœurs doivent beaucoup aux Tiers-Ordrex. Il ont pour but d’observer la loi divine et d’atteindre la perfection chrétienne… Nous faisons appel aux tertiaires, vivant dans le monde, pour qu’ils s’efforcent par leur apostolat de hâter les accroissements spirituels du peuple chrétien. »

  49. Osmondes permalink
    13 mars 2011 11:26

    Bonjour nous aimerions savoir comment on passe d’une critique très juste du mahométisme à sa défense ?
    http://www.la-question.net/archive/2009/02/20/l-islam-une-heresie-blasphematoire.html
    Nous aimerions savoir comment les Intransigeants ont pu infléchir à ce point la ligne doctrinale qui était anti-judaïque et anti-mahométisme pour excuser désormais le mahométisme ?
    Notre hypothèse est que votre site est un faux entretenu par des mahométans le site officiel étant toujours en fonction
    http://www.la-question.net/archive/2011/02/index.html

    L’une des bases de la doctrine était V. Le rejet total du dialogue interreligieux et de la déclaration conciliaire « Nostra Aetate et NON la défense de la Burqa
    http://www.la-question.net/archive/2009/04/12/l-a-q-u-e-s-t-i-o-n.html
    Burqa qui cela dit en passant pré-date le mahométisme puisque Tertullien parlait déjà de ces tribus dont les femmes s’accoutrait de cette façon .

    Cette différence doctrinal est un « false flag » grossier le site original datant de 2006 alors que celui-ci ne date que d’Octobre 2009 http://www.la-question.net/archives/

    Les articles sur le mahométisme sont totalement incompatible avec ce retournement puisqu’ils ont pour titre
    • L’islam est une religion mensongère
    • L’ISLAM : UNE HÉRÉSIE BLASPHÉMATOIRE

    http://www.la-question.net/islam/

  50. bouba dogoza pierre antoine permalink
    25 avril 2011 16:44

    j veux etre lun des vous et benefisier de votre soutin merci de me recevoir comme frere

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :