Skip to content

Saint Simon de Trente, enfant martyrisé par les Juifs

5 mai 2011

Martyre de saint Simon de Trente.
Gravure. Schedelsche Weltchronik. XVIe.

« Les Juifs le percèrent à coups d’aiguilles

 en tous ses membres innocents« 

   * * *

Les crimes rituels imputés aux Juifs ne furent pas des inventions,

 le sang récupéré, selon un chercheur israëlite,

 avait vocation à être utilisé

pour des pratiques talmudiques et magiques.

   En février 2007, le professeur et chercheur Ariel Toaff, israëlite et fils d’un ancien Grand-rabbin de Rome, a publié un livre dont le titre est Pasque di sangue : Ebrei d’Europa e omicidi rituali (Pâques sanglantes : Juifs d’Europe et meurtres rituels) [1]. Dans ce livre fort intéressant, il conclut, entre autres, que les crimes rituels imputés aux Juifs ne furent pas des inventions, que le sang récupéré avait vocation à être utilisé pour des pratiques talmudiques et magiques, pour l’incorporer au pain azyme confectionné et consommé pour la Pâques que célèbrent les Israëlites post-christiques, et, séché, qu’il était utilisé à des fins médicales.

C’est ainsi qu’un marchant itinérant juif venant de Venise, fut impliqué dans le procès qui eut lieu à la suite de la découverte du meurtre rituel de saint Simon de Trente. Mais qui fut ce saint, dont l’Eglise conciliaire se garde bien de trop évoquer le martyre, et dont Paul VI a même interdit le culte, détruit l’autel où ses restes étaient vénérés, les reliques de l’enfant martyrisé jetées en un lieu secret afin d’éviter tout éventuel pélerinage ? C’est ce à quoi il nous a semblé utile de répondre en publiant le récit de sa vie, lui qui fut sacrifié comme une innocente victime par les Juifs talmudiques fanatisés.

  La ville de Trente, limitrophe de l’Italie et de l’Allemagne, et très renommée pour le fameux Concile général qui y a été célébré dans le XVIe siècle, ce que l’on sait peut c’est qu’elle s’est vue ensanglantée, près de cent ans auparavant, par le meurtre d’un innocent, que les Juifs firent mourir. Cet enfant s’appelait Pierre Stéphane Simon (ou, comme disent quelques auteurs, Siméon). Son père se nommait André, et sa mère Marie étaient catholiques ; pauvres, ils demeuraient en un lieu appelé le Fossé, au bout de la même ville.

 Saint Simon de Trente et ses bourreaux

    Notre Saint était né l’an 1472, le 26 novembre, un vendredi, jour particulièrement destiné à la mémoire de la Passion du Sauveur, dont il devait porter la ressemblance. Il arriva donc que des Juifs, qui demeuraient à Trente, se disposant a leurs cérémonies pascales, voulurent avoir un enfant chrétien pour le faire mourir. Ils engagèrent un d’entre eux, appelé Tobie, à commettre ce détestable larcin, et à leur amener, à quelque prix que ce fût, quelqu’un des petits enfants chrétiens qu’il trouverait dans la ville. Celui-ci n’y manqua pas rencontrant ce petit Siméon, qui était beau comme un ange, âgé seulement de vingt-neuf mois, moins trois jours, il le déroba à la porte même de la maison de ses parents, en ce lieu du Fossé, et l’apporta sans bruit chez un Juif appelé Samuel, où tous les autres de cette nation réprouvée avaient rendez-vous. Il n’est pas aisé d’exprimer les hurlements que jetèrent ces loups en voyant en leur pouvoir cet innocent agneau.

  Le soir du jeudi au vendredi de la semaine sainte, ils le portèrent en leur synagogue à un vieillard nommé Moïse, qui le dépouilla d’abord, et, de crainte que, par ses petits cris, il ne se fît entendre du voisinage, et qu’il ne fit découvrir ainsi leur cruauté, ce malheureux lui entoura le cou d’un mouchoir pour étouffer sa voix. Le tenant de la sorte sur ses genoux, après des cruautés que des oreilles chastes ne peuvent entendre, il lui coupa un morceau de la joue droite, qu’il mit dans un bassin ensuite tous les assistants enlevèrent chacun une partie de sa chair vive et recueillirent son sang pour le sucer et s’en repaître. Lorsque le misérable chef de ces infanticides se fût rassasié de la chair et du sang de cet enfant, il l’éleva droit sur ses pieds, quoique déjà demi-mort ; et, ayant commandé à un de ses bourreaux, nommé Samuel, de le tenir les bras étendus en forme de crucifix, il exhorta tous les autres à le percer à coups d’aiguilles en tous ses membres innocents, sans lui laisser une seule place, depuis la plante des pieds jusqu’à la tête, qui n’eût sa propre plaie. Ce martyre ne dura pas moins d’une heure, pendant laquelle ces tigres furieux, afin de n’être point touchés par les plaintes mourantes de ce pauvre enfant, hurlaient eux-mêmes comme des forcenés, disant ces paroles en leur langage :

« Tuons celui-ci comme Jésus, le Dieu des chrétiens, qui n’est rien, et qu’ainsi nos ennemis soient à jamais confondus. »

Enfin, cet innocent Martyr leva les yeux au ciel comme pour le prendre à témoin des supplices qu’on lui faisait injustement endurer, puis, les rabaissant vers la terre, il rendit son esprit à Celui pour la gloire de qui il mourait. Ce fut le vendredi saint, le 24 mars, l’an de Notre Seigneur Jésus-Christ 1475. Les Juifs, croyant couvrir leur crime, cachèrent ce petit corps sous des tonneaux de vin, dans un cellier mais le bruit s’en répandait déjà dans la ville, par la voix des autres enfants qui, voyant les parents de Siméon en peine, criaient publiquement qu’il le fallait chercher dans les maisons des Juifs. Ces malheureux, de peur d’être découverts, le jetèrent dans un ruisseau qui coulait au-dessous de la synagogue et pour paraître encore plus innocents, donnèrent avis aux juges qu’en tel endroit il paraissait un corps sur l’eau.

Enlèvement et martyre de saint Simon de Trente.
Gravure. Rudolf Schilling. XVIIe.

La justice y alla et trouva cette victime traitée de la manière qu’il vient d’être dit. L’évêque, assisté de son clergé, le fit transporter comme une précieuse relique en l’église de Saint-Pierre. Dieu, que ce bienheureux Siméon, vierge, martyr et innocent, avait glorifié, non pas en parlant, mais en souffrant, comme autrefois les petits innocents qu’Hérode fit massacrer en Judée. Dieu l’a aussi gloriné de son côté, par la multitude des miracles qui ont été faits par l’attouchement et à la présence de ses dépouilles sacrées. Pour les Juifs qui avaient commis ce meurtre, ils n’échappèrent pas, même dès ce monde, à la main vengeresse de Dieu parce que la justice, les ayant saisis, leur fit payer les peines qui étaient dues à une Cruauté si inouïe.

Le martyre de ce très saint Innocent se trouve excellemment écrit au deuxième tome de Surius, par Jean-Mathias Tibérin, docteur en médecine, qui avait visité son saint corps par ordre de revenue, et qui dédia son histoire au Sénat et au peuple de Brescia. L’Eglise romaine en a fait tant d’état, qu’elle l’a inséré en son martyrologe, le 24 mars, jour auquel il arriva. Voir aussi Surius et les Bollandistes, qui ont inséré l’instruction du procès et le rapport du médecin Tibérin, qui visita le corps du jeune Martyr. Voir encore Martène, coll., t. II ; Benolt XIV, de canonis., liv. Ier, ch. XIV, et la vie de saint Guillaume de Norwtch.

Note

1. « Malgré son titre de thriller, Pasque di sangue est un austère essai historique consacré aux accusations de meurtres rituels portées contre les juifs d’Europe au Moyen Age. Rien ne promettait à cette étude universitaire de 360 pages un destin de best-seller sulfureux. Plus que l’ouvrage d’ailleurs – que peu de monde avait encore lu -, c’est la présentation qui en a été faite dans la presse italienne qui a déclenché la polémique. Convoqué le 14 février à son retour d’Italie par le président de l’université Bar Ilan, Ariel Toaff s’est vu imposer un communiqué annonçant le retrait de son ouvrage, et s’excusant « auprès de tous ceux qui ont été offensés par les articles et par les faits déformés qui m’ont été attribués ainsi qu’à mon livre » ». (Le Monde, 23 février 2007). C’est un excellent livre, écrit avec précaution par un historien parfaitement qualifié. Il pratique une brèche dans les fortifications qui protègent l’ensemble des privilèges dont jouissent les juifs dans nos sociétés. La réaction d’une extrême violence des institutions juives, aussi bien en Israël qu’au dehors, est symptomatique. La presse présente l’auteur comme repentant. C’est une erreur complète : il ne renie rien de son livre et proteste contre les déformations d’une meute de journalistes qui n’ont pas lu le livre. Ils vont jusqu’à lui reprocher de l’avoir écrit en italien, lui, le fils du grand rabbin de Rome (1951-2001).

Lire :

etoile-david

Les crimes rituels ches les Juifs !

 

 

49 commentaires leave one →
  1. Lancre permalink
    5 mai 2011 01:10

    Dans « Pasque di sangue », Ariel Toaff a provoqué un immense scandale en citant des descriptions kabbalistiques d’utilisations du sang en utilisant des textes talmudiques originaux contre lesquels la critique ne put rien rétorquer.

    Il soutient dans son livre, selon ce qu’il écrit qu’ « un marché noir florissait des deux côtés des Alpes, avec les intermédiaires juifs vendant du sang humain portant la certification rabbinique du produit – sang kascher ».

  2. Vehementer permalink
    5 mai 2011 01:16

    Les juifs profitèrent de Vatican II pour pousser les évêques à décanoniser saint Simon de Trente.

    Les évêques en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, décidèrent d’innocenter les Juifs, le jeune martyr étant, quant à lui, tout simplement passé par pertes et profits.

    Il fut mis un terme à son culte en 1965, qui fut prestement interdit, et les reliques de l’enfant martyrisé retirées de l’église où elles reposaient dedpuis le XVe siècle !

  3. Turbato corde permalink
    5 mai 2011 01:21

    Toaff met l’accent sur le recours habituel des juifs au sang humain, au Moyen-Age, à des fins de magie et en faisant place à l’élément antichrétien : la crucifixion des victimes et les vociférations contre le Christ et la Vierge Marie.

    Ses analyses sont confirmées par le livre d’Elliott Horowitz : « Des Rites sans foi ni loi : Pourim et le Legs de la Violence juive » [Reckless Rites : Purim and the Legacy of Jewish Violence, Princeton University Press, 2006]

  4. Karl permalink
    5 mai 2011 01:42

    Début janvier 2005, 20 membres de la Douma d’État russe accusent publiquement les Juifs de crimes rituels. Ils demandent au procureur général « d’interdire toutes les organisations juives ». Ils accusent les groupes juifs d’être extrémistes et d’être « anti-chrétiens et inhumains avec des pratiques allant jusqu’au meurtre rituel ».

    Cette demande fut publiée en tant que lettre ouverte au procureur général dans Rus Pravoslavnaya, (« Russie orthodoxe »), un journal conservateur. Ce groupe de députés se compose de membres du Parti démocratique libéral et de membres du parti nationaliste Rodina (Patrie).

  5. Pépin permalink
    5 mai 2011 08:19

    Quelle cruauté, à en vomir d’horreur!
    « Peuple infâme », « race de vipère », « sépulcres blanchis », « Fils de Satan » [citations de l’évangile], comment des créatures aussi immondes, assassin de la jeunesse en bas âge, peuvent-elles exister ?
    Inconvertissables, et çà gouverne le monde ces ordures !!!

  6. ziltoid permalink
    5 mai 2011 10:09

    Délire cette histoire, si elle était moins romancée, elle serait presque crédible !

  7. wendrock permalink
    5 mai 2011 11:19

    ziltoid

    Auusi terrifiante qu’elle soit, elle est pourtant réelle cette terrible histoire de Saint Simon de Trente !

    C’est cette stupéfiante découverte qui fit écrire Ariel Toaff, tombé par hasard sur les sources de ce crime rituel. Horrifié, il n’en poursuivit pas moins courageusement son chemin d’historien et son livre parut en février 2007.

    http://www.bloodpassover.com/

    Il montre dans son ouvrage érudit : « Pasque di sangue », que saint Simon de Trente était ern effet un bébé âgé de deux ans, originaire de la ville italienne de Trente, qui fut kidnappé chez lui par une poignée de juifs ashkénazes, à la veille de la Pâque de l’an 1475.

    Les criminels furent arrêtés ; ils avouèrent et furent jugés coupables par l’Evêque de Trente. Les juifs élevèrent une protestation au Pape, lequel envoya à Trente l’Evêque de Vintimille, à des fins d’investigation. On leur accorda un traitement de faveur : le Pape Sixte IV réunit une commission de six cardinaux, présidée par le meilleur juriste de l’époque, et il lui confia le re-jugement de cette affaire. Et (même) cette Cour Suprême trouva les assassins coupables. Les minutes du procès ont survécu aux siècles, et on peut les consulter, de nos jours, au Vatican.

    http://www.stsimonoftrent.com/

    • Silverblade permalink
      5 mai 2011 17:13

      « Les criminels furent arrêtés ; ils avouèrent et furent jugés coupables par l’Evêque de Trente. »

      Ce que vous oubliez de préciser c’est qu’ils ont avouer les fait sous la torture comme le montre ce cet extrait de « Contre-enquête sur les meurtres rituels des juifs » de Giovanni Miccoli:

      « Les chefs de la communauté juive sont arrêtés et soumis à la question, c’est-à-dire à la torture. Samuel, un préteur sur gage, un des hommes les plus en vue de la petite communauté de Trente (environ 30 personnes), est particulièrement suspecté, car le canal où a été retrouvé le corps de jeune garçon passe sous sa maison. Il commence par protester de l’innocence de la communauté, en demandant à ses bourreaux : « Où avez-vous appris que le sang des chrétiens fait du bien et apporte du bien-être ? » mais soumis à des formes toujours plus cruelles de torture, il finit par avouer tout ce qu’on lui demande de répéter. Ses aveux, emprunts des préjugés chétiens envers les Juifs, confirment pour les historiens d’aujourd’hui, la preuve de son innocence. Il raconte en effet que les sages de Babylone avaient autrefois délibérés que « le sang d’un enfant chrétien tué de la sorte [c’est-à-dire lors de Pessah] serait profitable au salut de l’âme ». Cette phrase qui fait l’analogie entre le sacrifice d’un jeune enfant et la passion du christ semble tout à fait improbable dans la bouche d’un juif. Bonaventura de Mohar, un des autres accusés juifs, commence par dire sous la torture « ne pas savoir ce qu’il doit dire » avant de relater de manière fort détaillée, sous la torture toujours plus insistante, tout ce qu’on lui demande de dire. »

      De plus le procès ne fut pas approuver par le commissaire apostolique envoyer par le Pape comme le montre cet extrait du même auteur:

      « Un premier procès se tient du 28 mars au 22 juin 1475. Il aboutit à l’exécution de neuf juifs : sept sont brûlés et deux décapités parce qu’ils s’étaient convertis au christianisme. Le second procès, entre décembre 1475 et janvier 1476, aboutit à l’exécution de 5 autres Juifs. Le pape est avertit du procès par le duc du Tyrol, lui même alerté par des notables juifs. Il envoie un commissaire apostolique chargé d’enquêter sur la légitimité des procédures suivies. Ce dernier écrit un rapport accablant pour les juges de Trente. Mais comme l’évêque de la ville a de nombreux appuis dans la curie romaine, le rapport n’est pas pris en compte. »

      Il y a de trop nombreuses zones d’ombres dans cette histoire pour affirmer avec certitude que les juifs étaient coupables.

    • zind permalink
      5 mai 2011 23:21

  8. de la Panouse Vivien permalink
    5 mai 2011 12:30

    Moi je dis que ceux qui ont commis un acte aussi barbare ont renié leur bar-mitsva en le perpétrant.

  9. koopa Troopa permalink
    5 mai 2011 20:13

    La culpabilité des juives est une certitudes puisque des faits similiaires les impliquants eurent lieux toujours et en tout lieu. Sans oublier, bien sur, quand ils font sous-traiter les choses par les gitans comme il y a 7 ans…

  10. lève-toi permalink
    5 mai 2011 21:59

    Silverblade

    Vous êtes systématiquement pour ce qui contre la Vérité, vous n’êtes pas un honnête personnage, vous défendez toujours l’indéfendable, et justifiez l’injustifiable, c’est chez vous un parti pris. Une sorte de perroquet à répétition et vos réfutations sentent le talmud à plein nez.
    Ayez un peu de pudeur, ou même, faites semblant, vous serez moins ridicule.

    • Silverblade permalink
      5 mai 2011 22:08

      Je ne fait que démontrer les fait qui ont été prouver par de nombreux historiens, et si vous auriez pris la peine de me lire vous auriez vu que je n’innocente pas les juifs mais j’explique seulement qu’ils y a beaucoups trop d’incertitudes pour être sur à 100% qu’ils sont coupables.

      Je n’exclus pas l’idée qu’ils soient coupable, seulement je pense qu’on a pas assez de preuves concrète mis a part des aveux fait sous la torture. (on peut faire dire ce qu’on veut à quelqu’un qu’on torture).

  11. wendrock permalink
    5 mai 2011 22:27

    Silverblade

    Vous pouvez être certain que si un érudit comme Ariel Toaff, professeur d’histoire à l’Université Bar Ilan, fils d’Elio Toaff Grand Rabbin de Rome (Elio Toaff fut le Grand-Rabbin de Rome de 1951 à 2002, ami avec Jean-Paul II, c’est lui qui accueillit le Saint Père le 13 avril 1986 dans la Grande synagogue de Rome), en est venu à reconnaître la validité de la thèse du meurtre rituel des Juifs perpétré contre Saint Simon de Trente, ce n’est pas sans avoir des éléments fiables.

    En effet, Ariel Toaff, en étudiant les archives du procès, a fait une découverte stupéfiante : bien loin d’avoir été dictées par des investigateurs zélés recourant à la torture, les confessions des assassins du petit Simon contenaient des éléments totalement inconnus des hommes d’Eglise.

    Les assassins appartenaient à la petite communauté ashkénaze attardée : ils pratiquaient des rites qui leur étaient propres, très différents de ceux des juifs italiens autochtones ; ces rites ont été fidèlement décrits dans leurs dépositions, or, ils étaient totalement inconnus des examinateurs ecclésiastiques et civils de l’époque.

    Voici ce qu’écrit Ariel Toaff : « Ces formules liturgiques, en hébreu, à la tonalité violemment anti-chrétienne, ne sauraient être les projections de juges, qui n’auraient en aucun cas pu connaître ces prières n’appartenant en aucun cas au rituel des juifs italiens, mais à la tradition ashkénaze ». (Cf. Pasque di sangue: ebrei d’Europa e omicidi rituali. 2007).

    Un aveu n’a de valeur que s’il contient un minimum de véridicité et de détails vérifiables concernant le crime, dont la police n’aurait pas eu préalablement connaissance : cette loi d’airain de l’investigation criminelle avait été scrupuleusement respectée, dans l’enquête sur le crime rituel de Trente. Ce qui n’est d’ailleurs pas exceptionnel dans les procès de l’Inquisition qui prenait un soin tout spécial dans l’établissement des dossiers et preuves à charge.

    D’autre part, pour aller plus loin, le crime perpétré à Trente n’était nullement une exception : Toaff a découvert des dizaines d’autres cas de ces sacrifices sanglants, dans lesquels il est fait état d’enfants mutilés, dont le sang versé fut utilisé dans la confection de matzots (pain azyme), leurs occurrences s’étendant sur plus de cinq siècles d’histoire européenne.

    Cette découverte qui fut de taille à l’époque à secouer l’Eglise et les autorités civiles qui furent saisies d’horreur devant les faits, explique en partie la vigueur des condamnations pontificales du Talmud.

    http://www.la-question.net/archive/2011/04/01/les-papes-et-le-talmud.html

    Le noble rabbin lettré Ariel Toaff, docteur de l’université, a donc remis saint Simon à l’ordre du jour et à l’honneur du point de vue de sa sainteté – oui, lui, saint-Simon de Trente, ce bébé victime à un double titre : victime de la vengeance juive, au quinzième siècle, et victime de la perestroïka vaticanesque philo-judaïque du vingtième.

    Voilà qui appellerait une importante repentance de la part des théologiens modernistes actuels du Vatican, qui ont oublié l’enfant assassiné et déclaré saint infailliblement par l’Eglise (contrairement à « certains » bienheureux contemporains dont on a fort à douter des qualités requises pour être placés sur les autels), tout à leur drague scandaleuse des juifs américains.

    Mais au fait, vous-même, avant que de vous amuser à un copier/coller stérile de critiques stupides qui ignorent tout de l’affaire de Saint Simon de Trente et répètent comme des ânes des arguments usés jusqu’à la corde, avez-vous lu la thèse du Pr. Ariel Toaff ?

    Visiblement non.

    Ainsi donc je vous conseille vivement, avant que de vous exprimer sur le sujet, de vous pencher au plus vite sur l’ouvrage et de venir en débattre ensuite…c’est un minimum lorsqu’on prétend contester sérieusement un auteur.

    • Silverblade permalink
      5 mai 2011 22:38

      Je ne cherchais nullement à contrer les thèse de qui que ce soit je tenais simplement à apporter des preuves venant de sources sérieuse que les aveux on été soutirer sous la torture et que même le commissaire apostolique envoyer par le Pape n’avais pas approuver les méthodes des juges.

      Je ne dit pas pour autant qu’ils sont innocents arrêtez d’être parano.

    • OMG permalink
      6 mai 2011 09:58

      Un ami de Jean Paul II ?
      C’est louche ça… à mon avis c’est encore une manipulation judéomaçonnique pour que ces pauvres catholiques passent encore pour des dingos persécuteurs… s’accuser soit même des pires horreurs et attendre que les haineux se déchainent… c’est Malin non ?

    • wendrock permalink
      6 mai 2011 10:43

      C’est son père, Elio Toaff, qui était ami de Jean-Paul II (qui d’ailleurs eut de très nombreuses amitiés avec les non catholiques…), mais lorsqu’on voit la tempête extraordinaire que souleva le bouquin du fils Ariel Toaff, « Pasque di sangue: ebrei d’Europa e omicidi rituali », publié en italien en 2007, on comprend que Toaff junior, sans se rendre compte de ce qu’il faisait visiblement, et par honnêteté intellectuelle en tant qu’historien, a mis le doigt sur un sujet absolument tabou qu’il est interdit aujourd’hui d’aborder.

      Il montre en effet clairement dans son ouvrage, rompant avec la thèse officielle qui conduisit l’Eglise de manière honteuse à retirer Saint Simon de Trente de l’ordinaire du sanctoral en 1965 en organisant la disparition de ses pauvres restes, faisant de lui un enfant sacrifié une deuxième fois par l’Eglise elle-même ! que les preuves formelles des crimes rituels perpétrés par les Juifs en Europe ne relevaient pas de la torture (argument classique dont Toaff démontre qu’il n’a pas de valeur), mais de témoignages obtenus sans violence et dont les détails inédits – qui horrifièrent les examinateurs – recoupaient exactement les passages mystérieux sur l’utilisation magique du sang exposés dans les textes talmudiques !

  12. hannibalgenga permalink
    5 mai 2011 23:15

    Ariel Toaff estime que certains enfants chrétiens auraient pu avoir été tués par « une minorité de Juifs fondamentalistes d’origine ashkénaze ».

    Il cite des descriptions kabbalistiques d’utilisations thérapeutiques du sang, et émet l’hypothèse qu’ « un marché noir florissait des deux côtés des Alpes, avec les intermédiaires juifs vendant du sang humain portant la certification rabbinique du produit – sang kascher ».

    Il affirme aussi que les minutes des procès des Juifs accusés d’infanticide semblent contenir des preuves implicites de telles pratiques…

    Toaff déclare dans une interview pour le journal israélien Haaretz :

    « Sur plusieurs dizaines de pages j’ai prouvé la centralité du sang pour la Pâque. (…) En me fondant sur de nombreux sermons, j’ai conclu qu’il avait été utilisé, surtout par les Juifs ashkénazes, et qu’on était convaincu des pouvoirs curatifs spéciaux du sang des enfants. C’est un fait que parmi les remèdes des Juifs ashkénazes il y avait des poudres faites avec du sang. (…) Les rabbins le permettaient d’une part parce que le sang était déjà séché, et d’autre part parce que dans les communautés ashkénazes c’était une coutume reçue et qui avait pris force de loi. »

    http://zionism-israel.com/israel_news/2007/02/ariel-toaff-super-star-bar-ilan-prof.html

  13. Monsieur permalink
    5 mai 2011 23:32

    A quand un article sur les juifs mangeurs de cœurs d’enfants?

    • Vader permalink
      6 mai 2011 00:25

      Ne donnez pas trop des idées à La Question…ils sont capables de vous trouver un texte du XIIe siècle sur le sujet !^^

  14. wendrock permalink
    6 mai 2011 00:44

    Non pas du XIIe mais du XIIIe… car en 1250, un enfant de Saragosse, en Espagne, Dominique del Val, ou Domingito, a été enlevé et crucifié par des Juifs.

    Son cœur fut en effet arraché et jeté dans la rivière avec une hostie consacrée ce qui aurait permis d’empoisonner tous les chrétiens qui boiraient de son eau. Dominguito, canonisé, est fêté le 31 août.

    Mais la première accusation de crime rituel contre les Juifs a lieu en Angleterre le 20 mars 1144, jour de la Pâque juive. Les Juifs de Norwich sont accusés à la fois de meurtre rituel et d’avoir saigné le jeune Guillaume après la découverte de son corps criblé de coups de couteau. Guillaume obtient le statut de martyr et des foules de pèlerins se pressent sur sa tombe.

    Ses restes ont été transférés à la Cathédrale de Norwich en 1178. Il est fêté le 24 mars. Sa vie a été décrite par le moine Thomas de Monmouth dans l’hagiographie La vie et les Miracles de Saint Guillaume de Norwich.

    • pie : Saint Dominique de Val, enfant martyrisé par les Juifs permalink
      20 mars 2012 18:31

      Le Jeudi Saint de l’année 1250, Dominguito venait d’avoir sept ans et, comme il le faisait depuis un peu plus de six mois, il s’acquittait pieusement de ses fonctions de servant dans la cathédrale où, depuis l’aurore jusqu’aux ténèbres, il n’avait manqué aucun des longs offices.

      Après l’office des ténèbres, qui ne se terminait qu’au début de la nuit, il quitta son habit de choeur, le rangea soigneusement et sortit de la cathédrale pour regagner sa maison. Il marchait vite dans la nuit quand, tout à coup, alors qu’il s’apprêtait à tourner, au coin d’une rue, il fut saisi par une poigne brutale tandis qu’une main s’appuyait sur sa bouche pour l’empêcher de crier. Un des Juifs avait guetté et enlevé Dominguito dont il connaissait l’itinéraire. L’enfant fut emporté jusqu’à la synagogue principale de la ville.

      L’enfant effrayé apprit qu’au jour de l’anniversaire de la mort de Jésus, il allait être crucifié comme son Maître. Il eut beau pleurer et se débattre, les bêtes féroces le plaquèrent contre un mur, saisirent ses mains et ses pieds, et y enfoncèrent de gros clous pour l’attacher en croix sur la muraille. Le malheureux enfant criait et suppliait, appelait ses parents, mais ses bourreaux jouissaient de ses souffrances et l’insultaient comme jadis leurs ancêtres l’avaient fait contre le Christ crucifié.

      https://lebloglaquestion.wordpress.com/2011/08/31/saint-dominique-de-val-enfant-martyrise-par-les-juifs/

  15. Turbato corde permalink
    6 mai 2011 02:41

    En 1913 dans la revue l’Univers Israélite, on trouve trois dépêches relatives à des meurtres rituels Juifs dans différents pays.

    Voici l’interrogation telle que formulée :

    « Qu’est-ce qu’un crime rituel Juif ?
    C’est le meurtre d’un jeune Chrétien, accompli dans des conditions déterminées, afin de se procurer son sang pour les azymes. Non sans raison, nous avons également classé sous cette rubrique les martyres d’enfants chrétiens, souvent par crucifixion, en haine et dérision du Christ. La raison nous commande-t-elle de repousser sans examen d’aussi effroyables crimes, de les reléguer parmi les légendes nées de l’obscurantisme ? Impossible, puisqu’ils se sont perpétués jusqu’à nos jours. » [Elliott Horowitz : « Des Rites sans foi ni loi : Pourim et le Legs de la Violence juive » [Reckless Rites : Purim and the Legacy of Jewish Violence, Princeton University Press, 2006]

  16. Pélikan permalink
    6 mai 2011 11:40

    Merci à La Question pour cet article et vos efforts en faveur de la vérité.

    Mais comment faites-vous pour continuer à reconnaître la légitimité d’une Eglise moderne qui s’est reniée à ce point, jusqu’à faire disparaître des saints canonisés pour se conformer aux dogmes de l’idéologie mondiale ?

  17. lève-toi permalink
    6 mai 2011 22:17

    Pelikan

    Pour les reconnaitre c’est très simple, il suffit de se rappeler le conseil et les mises en garde du Christ lui-même :  » Vous les reconnaitrez à leurs fruits, un bon arbre donne de bons fruits, un mauvais arbre donne de mauvais fruits ».
    Quels sont les fruits de V2 ???
    C’est pour cela que si nous reconnaissons ( à regret) la réalité du Pape, nous rejetons toutes les erreurs qu’il soutient ou ne détruit pas comme il le pourrait et le devrait.

  18. Emmanuel:. permalink
    20 mars 2012 15:39

    4 militaires abattus en pleine ville.
    – 2 musulmans, 1 juif, 1 français
    4 personnes juives abattues en pleine ville
    – 3 enfants et le père de deux d’entre-eux…

    Vous en pensez quoi vous qui soutenez si fort l’anti-judaïsme, l’anti-sémitisme, qui avez de nombreux admirateurs des nazis comme scripteurs, qui plaidez pour la royauté sociale de qui vous savez ainsi que pour les racines chrétiennes de la France… et j’en passe???

    • Koopa Troopa permalink
      20 mars 2012 18:03

      – On attends l’arrestation du coupable avant de raconter des âneries comme le font politicards et pisse-copies.

      – A titre personnel, mon indignation est la même que celle d’autrui lorsque une fille d’élue FN, une fillette de membres du FN et une fille de sympathisant FN ont été violée et torturée à mort par un tueur en série gitan libéré par un juge juif…

      – Et pour terminer « qui tue par l’épée périra par l’épée ». Lors du drame de Toulouse, j’ai pensé à cette enseignante juive d’une école similaire sise dans le 93 et qui me déclara froidement qu’elle légitimait la mise à mort, la torture et même les sévices sexuels sur les enfants « d’ennemis d’Israël ». Visiblement, elle a été entendue, pas dans le sens où elle l’avait cru…

  19. 20 mars 2012 17:55

    Emmanuel,

    Nous décidons, quoique lucides sur les « intentions » induites de votre message, de le valider malgré tout afin de nous donner l’occasion de préciser, une fois encore, ce que nous n’avons jamais cessé d’exprimer dans ce type de circonstances (Affaire Williamson, Carpentras, Anders Breivik, etc.), où la classe méditiaco-politique s’empresse de crier à « l’antisémitisme » avant même de savoir qui est véritablement à l’origine de ces meurtres, et quels sont les mobiles exacts d’un acte qui relève, peut-être, d’un déséquilibré mental.

    Ainsi donc, puisque vous nous demandez ce que nous en pensons – nous imaginant sans doute « antisémites » en mélangeant dans vos propos incohérents dans une joyeuse confusion la Royauté sociale de Jésus-Christ, les racines chrétiennes de l’Europe et le néo-nazisme – redisons que stricto sensu « l’antisémitisme », qui relève de théories raciales, darwiniennes, matérialistes et athées, est impossible pour un chrétien et n’a strictement rien à voir avec « l’antijudaïsme » théologique auquel se rattache la Tradition catholique, antijudaïsme qui porte sur une critique religieuse de la religion juive actuelle et de ses fondements talmudiques pervers foncièrement antichrétiens.

    On méditera d’ailleurs avec attention les termes de la lettre du 10 décembre 2008, dans laquelle l’abbé Franz Schmidberger, en pleine tempête générale occasionnée par les déclarations de Mgr Williamson, déclarait « qu’aucun chrétien véritable ne peut être antisémite », et avait précisé en quoi consistait la doctrine catholique à l’égard du peuple Juif, et du Judaïsme. Ce rappel, exprimé par l’actuel Supérieur de District de la FSSPX d’Allemagne, est extrêmement instructif, et éclaire les fondements spirituels de la théologie traditionnelle de l’Eglise au sujet de l’antijudaïsme, que nous professons en effet, et défendons absolument comme étant intrinsèque à la doctrine séculaire de l’Eglise :

    « Avec la mort du Christ le rideau du temple s’est déchiré, l’alliance ancienne fut abolie et l’Eglise qui contient tous les peuples, cultures, races et différences sociales, cette Eglise est née de par le côté transpercé du rédempteur. En cela les Juifs de nos jours ne sont pas nos frères aînés comme le prétendait le pape lors de sa visite à la synagogue à Rome en 1986 le Pape Jean-Paul II. Les juifs sont complices du déicide aussi longtemps qu’ils ne se distancent pas de la culpabilité de leurs pères en reconnaissant la divinité du Christ et en acceptant le baptême.

    Le Concile Vatican II en revanche déclare qu’on ne peut charger les Juifs de notre temps ni tous ceux ayant vécu à l’époque des évènements de la souffrance du Christ. Est-ce conforme avec l’enseignement du premier pape, Saint Pierre qui interpelle les Juifs sans distinction, selon lequel ils seraient les assassins du Sauveur ? Les Juifs croyants de l’Ancien Testament Abraham, Isaac et Jacob sont eux nos frères aînés dans la foi. Nous chrétiens sommes leurs fils spirituels car nous croyons au Messie qui s’est manifesté parmi nous et qui demeure parmi nous dans son Eglise. Abraham, Isaac, Jacob ont cru en son avènement, ils l’ont espéré et désiré. Nous voyons avec tristesse que le pape Jean-Paul II et maintenant aussi le Pape Benoît XVI entrent dans un synagogue Juive. L’assertion selon laquelle les Juifs d’aujourd’hui portent la faute de leurs pères doit être limitée aux Juifs qui approuvent la mise à mort de Jésus-Christ. Elle est inexacte dans les généralisations citées.

    Jésus-Christ, Dieu fait homme est pour les Juifs aussi le Rédempteur et la seule Voie pour le Salut : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie : personne ne peut aller au Père si ce n’est par Moi. » (Jn, 14,6). Il n’y a pas pour eux de chemins de salut séparés. C’est pourquoi Saint Pierre, un Juif, le premier Pape, appelle déjà ses auditeurs à se convertir et à se faire baptiser au Nom de Jésus Christ (Act. Ap. 2, 38). Nous trouvons ici l’enseignement de l’Eglise qui est resté constant à travers tous les siècles. Notre Seigneur Jésus-Christ est par Sa nature humaine Juif, Sa Très Sainte Mère est Juive, tous les Apôtres sont Juifs. Ne serait-ce qu’à cause de cela, aucun Chrétien véritable ne peut être antisémite. »

    Abbé Franz Schmidberger, lettre du 10 décembre 2008.
    Supérieur de District de la FSSPX d’Allemagne,ancien supérieur général de la FSSPX.


    Ceci étant, et pour revenir à l’affaire d’aujourd’hui qui provoque une légitime indignation, nous jugeons cependant prudent d’attendre les conclusions de l’enquête – alors que chacun s’émouvant du crime, comme il est normal en raison de son caractère odieux, a comme toujours un peu trop tendance à aller un peu vite dans les analyses – conclusions qui nous seront données, lorsque sera identifié le (ou les) coupable(s), par les spécialistes en matière criminelle.

    Pax Vobis +

    *********************************************

    Lire :

    – L’affaire Mgr Williamson et ses enjeux cachés
    http://www.la-question.net/archive/2009/02/11/mgr-williamson-l-impossible-antisemitisme-chretien.html

    – L’ANTIJUDAÏSME THÉOLOGIQUE DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE
    http://www.la-question.net/archive/2009/01/28/l-antijudaisme-theologique-de-l-eglise-catholique.html

  20. 20 mars 2012 18:10

    Lu sur Le Figaro : Les trois militaires français radiés de l’armée en 2008 pour activités néo-nazies ont été mis hors de cause dans les tueries perpétrées ces derniers jours à Toulouse et dans sa région, selon une source policière.
    « Deux d’entre eux ont été entendus cette nuit par les enquêteurs et mis hors de cause« , a déclaré cette source. Le troisième avait été entendu la semaine dernière et déjà mis hors de cause après la fusillade qui a coûté la vie à trois soldats de leur ancien régiment, le 17e Régiment du génie parachutiste de Montauban.
    « Les trois sont hors de cause« , a ajouté la source, au lendemain de la fusillade qui a coûté la vie à quatre personnes dans un collège-lycée juif du nord-est de Toulouse.

    source :

    http://www.contre-info.com/toulouse-la-theorie-des-nazis-fait-pschitt

    A lire aussi : Toulouse : la théorie du néo-nazi arrive !
    http://www.contre-info.com/toulouse-la-theorie-du-neo-nazi-pointe-son-nez#more-18623

  21. Emmanuel:. permalink
    20 mars 2012 23:41

    Koopa Troopa 20 mars 2012 18:03
    « …/…- On attends l’arrestation du coupable avant de raconter des âneries comme le font politicards et pisse-copies.

    – A titre personnel, mon indignation est la même que celle d’autrui lorsque une fille d’élue FN, une fillette de membres du FN et une fille de sympathisant FN ont été violée et torturée à mort par un tueur en série gitan libéré par un juge juif…

    – Et pour terminer “qui tue par l’épée périra par l’épée”. Lors du drame de Toulouse, j’ai pensé à cette enseignante juive d’une école similaire sise dans le 93 et qui me déclara froidement qu’elle légitimait la mise à mort, la torture et même les sévices sexuels sur les enfants “d’ennemis d’Israël”. Visiblement, elle a été entendue, pas dans le sens où elle l’avait cru…/… ».

    Des preuves (pour votre second paragraphe) avant que de me mettre à fondre en larmes et à exprimer ma compassion (qui sera très sincère n’en doutez pas).???

    Pour le second paragraphe je n’en attendais pas moins de vous dans le sordide et bien sûr si de tels propos ont été tenus (sans doute invérifiables donc diffamatoires) ils sont tout à fait condamnables et devraient être poursuivis devant la fjustice française (encore faudrait-il que vous lui fassiez confiance). Je pense que vous préféreriez sans doute une bonne chambre à gaz.

    • glaive du Christ permalink
      21 mars 2012 13:52

      ou un bon pogrom

  22. 21 mars 2012 10:07

    Selon le ministre de l’intérieur Claude Guéant présent à Toulouse, le suspect soupçonné d’être l’auteur de la tuerie qui a fait 7 morts à Toulouse et Montauban affirme avoir l’intention de se rendre dans l’après-midi. »Notre souci est de l’interpeller vivant », a déclaré le ministre. Le suspect a jeté un Colt 45 par la fenêtre mais a encore d’autres armes avec lui dont une kalachnikov et un pistolet uzi, a ajouté Claude Guéant. Interviewé sur BFMTV, le ministre de l’Intérieur a ajouté que Nicolas Sarkozy se rendrait dans la journée à Toulouse avant de se rendre à Montauban.

    http://www.fdesouche.com/286521-toulouse-fusillade-devant-une-ecole-juive

  23. Koopa Troopa permalink
    21 mars 2012 10:12

    @Emmanuel

    Des preuves ? Google et Wiki sont tes amis apparemment. Un peu de recherche personnelle que tu sais si bien faire…

    Au fait, le suspect est arrêté et c’est un MUSULMAN…. Bref, tu passes encore pour un c***, et j’avais raison d’attendre (le 19 mars, ce n’est pas une date innocente pour un ALGERIEN)

    • Emmanuel:. permalink
      21 mars 2012 15:08

      Donc pas de preuve… de la diffamation pure..

      Aurais-je écrit quoi que ce soit sur le tueur? Il me semble (en fait j’en suis sûr) n’avoir fait qu’un dénombrement des victimes (et j’ignorais alors qu’il y avait dedans un Kabyle converti au christianisme). Et poser quelques questions sans réponse.

      Le tueur pour lui concacrer quelques mots ne se réclame en rien de l’Algérie mais de la défense (voire de la vengeance) de la cause palestinienne.

      Je préfère encore passer pour un c*** au yeux d’un chrétien de ton espèce que de te ressembler.

  24. 21 mars 2012 17:06

    « Au fait, le suspect est arrêté et c’est un MUSULMAN…. Bref, tu passes encore pour un c***, et j’avais raison d’attendre (le 19 mars, ce n’est pas une date innocente pour un ALGERIEN) »

    D’après une analyse de Julien Gunzinger, ces assasinats auraient plutôt un lien avec le conflit avec la Libye. En effet, cette guerre avait commencé le 19 mars 2011. Autrement dit, selon Julien Gunzinger, cela ferait presque un an, jour pour jour que cette guerre aurait été déclarée…Voir ici : http://www.eschaton.ch/website/2012/le-masscare-de-toulouse-un-an-jour-pour-jour/

  25. Koopa Troopa permalink
    21 mars 2012 20:39

    @Emmanuel

    Alors, cette fois ton amie Wiki ne t’es pas venue en aide ???? Allez, je te donne une piste : le tueur en série a été condamné à perpétuité pour ces trois meurtres assortis de viols et d’acte de barbarie, mais ses complices n’ont rien eu. Et la plus jeune des victimes a été défendue par un avocat élu du FN.

  26. 21 mars 2012 21:15

    Réflexions suite à la série de meurtres dans le sud, de Thibaut de Chassey, directeur du RF.

    « Le dirigeant de l’organisme mondialiste appelé ONU s’est ému et a réagi comme il ne le fait jamais quand des chrétiens sont assassinés par dizaines ou par centaines.

    Curieusement, les médias ont évoqué le « rapatriement » des Juifs assassinés vers le Proche-Orient où ils seront enterrés. L’emploi du terme « rapatriement » signifie-t-il que pour les médias ces Juifs ne sont pas français ? Attention, on se fait traiter d’antisémite pour moins que cela.

    A peine la piste d’un tueur « d’extrême-droite » a-t-elle été évoquée qu’on a assisté à un déchaînement d’amalgames de la part des officines « antiracistes », de politiciens, des médias : la tuerie était une conséquence des « discours xénophobes », du « racisme latent dans notre société », du « nationalisme » promu par certains, allant pour quelques-uns jusqu’à désigner un Front national qui pourtant ne sait plus quels gages d’antiracisme donner.

    Maintenant que l’identité (étrangère) du tueur est connue, les mêmes acteurs politico-médiatiques nous expliquent qu’il faut absolument éviter tout amalgame avec l’islam ou l’immigration… »

    http://www.contre-info.com/reflexions-suite-a-la-serie-de-meurtres-dans-le-sud#more-18671

    • Xavier permalink
      21 mars 2012 21:21

      Très bonne analyse. Un comm pas mal à la suite : « On remarque l’influence du lobby-qui-n’existe-pas quand on sait que c’est au niveau international que ce délire atteint. Comme le rappelle justement Thibaud de Chassey, au niveau international, jamais une ligne pour un chrétien assassiné, ou un enfant palestinien tué par Tsahal. Dès que l’on touche à un Juif, l’hystérie se répand et ce dramatique fait divers, qui aurait dû rester cantonné à la France, a fait la une partout dans le monde. Comme quoi c’est bien partout dans le monde que le lobby-qui-n’existe-pas tient la presse, tient les administrations. Sinon, comment expliquer ce deux poids, deux mesures selon l’extraction de la victime ? »

    • Xavier permalink
      21 mars 2012 21:25

      Et un autre : « A force de lécher des culs ils vont avoir des aphtes nos politicards! Juppé en kippa… ou le vrai visage du Pouvoir…

      Rappelons qu’en une vingtaine d’années, 9000 allemands on été tués par des «immigrés ». Combien de français (de souchiens!) dans le même laps de temps? Vous n’en savez rien? moi non plus! les médias n’en parlent pas, personne ne fait les comptes… discriminatoire, raciste! Normal, « qui » tient les médias? … Ah, je sens que ça vient ! Têtes de poissons à tous les repas, plein de phosphore ça rend intelligent! je dis ça pour les atrophiés du cerveau dur de la comprenette. »

      Et puis la une de Charlie à la con….mais vraiment là on touche au sommet de la connerie :

      http://www.charliehebdo.fr/la-une

  27. Koopa Troopa permalink
    21 mars 2012 23:25

    On n’avait pas fait tant de foin quand en 2006 un fanatique athée avait massacré 5 gamines d’une école primaire amish…

  28. 24 mars 2012 13:40

    Saint Siméon ou Simon figure dans le martyrologe romain. Il est fêté dans le calendrier du rite extraordinaire (messe traditionnelle tridentine dite de saint Pie V) à la date du 24 mars.

    http://christroi.over-blog.com/article-saint-simeon-ou-simon-de-trente-enfant-martyr-69040223.html

    • 16 juillet 2013 16:24

      J’ai une question pour La Question :

      Comment l’Église a-t-elle pu révoquer une canonisation puisqu’une canonisation est infaillible? Est-il possible que Sixte V (qui a canonisé Simon de Trente) ait mal suivi la procédure de canonisation?

Trackbacks

  1. Saint Dominique de Val, enfant martyrisé par les Juifs « La Question : Actualité Religieuse
  2. SANTO DOMINGUITO DELVAL, MÁRTIR DEL ODIO JUDÍO A NUESTRO SEÑOR | FE Y CARIDAD
  3. SANTO DOMINGUITO DELVAL, MÁRTIR DEL ODIO JUDÍO A NUESTRO SEÑOR | AMOR DE LA VERDAD
  4. Le Coran provoque à la haine et à la violence ! « La Question : Actualité Religieuse
  5. SANTO NIÑO DE LA GUARDIA | AMOR DE LA VERDAD
  6. SANTO DOMINGUITO DEL VAL VÍCTIMA DEL ODIO JUDÍO ANUESTRO SEÑOR | AMOR DE LA VERDAD
  7. JUDIOS CONTRA SANTOS Y BEATOS MARTIRES DE LA SANTA IGLESIA CATOLICA. ODIO JUDIO A LOS SANTOS NIÑOS MÁRTIRES, VICTIMAS DE TORTURA Y ASESINATO POR PARTE DE ALGUNOS PERVERTIDOS JUDIOS. ESCANDALOSAS NULAS “DESBEATIFICACIONES” CONSUMADAS POR OCUP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :