Skip to content

Le Pape est de droit divin !

26 juin 2012

 Pape droit divin.jpg

« Le pontife Romain, s’il a été canoniquement élu,

est fait saint, de manière indubitable. »

– Grégoire VII

Il était grand temps que soit enfin établie une lumière complète au sujet de l’essence de la Papauté, de sorte que puissent enfin être connus les principes qui président réellement à l’institution pontificale et d’en finir avec de nombreuses divagations à son sujet. Nous avons essayé d’éclairer dans notre texte : Le Conclave est infaillible, constatant la profonde ignorance qui régnait sur cette question,  les éléments dogmatiques fondamentaux de cette doctrine centrale de l’Eglise sur laquelle repose la Sainte Institution fondée par Jésus-Christ : le droit divin du Pape.

Mais il fallait que soit enfin mis à disposition un texte développé, offrant une connaissance large et la plus complète possible de la doctrine du droit divin du Pape, de manière à fournir à tous ceux qui s’interrogent légitimement sur la nature de l’Eglise, son ordre hiérarchique et son autorité, une compréhension capable de résoudre et balayer bien des difficultés qui surgissent depuis ces dernières années, notamment après le concile Vatican II. Voilà qui est chose faite, par la publication d’une analyse extrêmement importante de La Question, portant précisément sur les bases de la monarchie pontificale.

« L’origine du pouvoir pontifical vient directement de Dieu »

 

L’origine du pouvoir pontifical, beaucoup l’oublient, vient directement de Dieu qui a donné au Pape la souveraineté universelle, absolue, la suprême puissance non seulement dans l’ordre spirituel, mais encore dans l’ordre temporel, soumettant les princes de ce monde à l’autorité de celui qui est le Vicaire de Jésus-Christ, Roi spirituel et successeur de saint Pierre, faisant de l’Eglise une vraie et pure monarchie d’origine divine. Si l’on ne se contente pas d’une ecclésiologie étroitement limitée au droit canonique disciplinaire, mais que l’on examine véritablement, et avec une attention exigeante, la nature du principe de la souveraineté pontificale, on est alors capable de percevoir en quoi l’Eglise tout entière est fondée, constituée, édifiée sur le « droit divin » du Pape, droit devant lequel tous les autres droits, sans exception aucune, et notamment le droit disciplinaire, s’effacent absolument.

 

Pour accéder à la suite du texte :

LA PAPAUTE DE DROIT DIVIN

14 commentaires leave one →
  1. Eloi permalink
    23 octobre 2010 18:25

    Voilà la seule réponse catholique que l’on puisse faire au sédévacantisme, rappeler que le pape est institué par le Christ de droit divin, et que l’Eglise repose tout entière sur ce principe sans lequel il n’y a plus d’Eglise.

    Et qu’il n’y ait plus d’Eglise c’est impossible, car la promesse de Jésus à saint Pierre est formelle : « les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre Elle ». (Mat. XVI, 18-19).

  2. Vehementer permalink
    23 octobre 2010 18:36

    Beaucoup de problèmes ont finalement pour origine cette erreur : « Si l’on ne se contente pas d’une ecclésiologie étroitement limitée au droit canonique disciplinaire, mais que l’on examine véritablement, et avec une attention exigeante, la nature du principe de la souveraineté pontificale. »

    Eh bien, enfin elle est examinée la nature du principe de la souveraineté pontificale, et de quelle manière !

    Lorsqu’on pense que la solution de tous les débats qui agitent aujourd’hui les milieux catholiques, et le courant sédévacantiste en particulier divisé en tellement de chapelles ce qui donne une belle image d’où conduirait cette erreur demain si elle était adoptée, est donnée par Grégoire VII dès le XIe siècle :

    « Le pontife Romain, s’il a été canoniquement élu, est fait saint, de manière indubitable. » Mais c’est magnifique comme réponse, réponse qui rejoint la conviction de tous les docteurs et redonne une place centrale à la seule certitude qui soit importante dans notre période troublée : le Pape élu est le vrai Pape de l’Eglise.

  3. PEB permalink
    25 octobre 2010 07:54

    Accepter l’avènement théocratique de notre Souverain Pontife, c’est, par ailleurs, reconnaître l’action positive de la Providence.

    Dieu choisit des hommes avec leurs forces et leurs faiblesses pour faire éclater sa gloire. C’est ainsi que Notre Seigneur nous apprend l’obéissance et réprime notre orgueil. Serviam! Accepto! Fiat secundum verbum tuum!
    Aimer Benoît XVI (sans nécessairement l’aduler), c’est aimer Jésus-Christ.

    Le Pape est le sacrement de l’unité, de la sainteté, de l’apostolicité, de la catholicité universelle, du sacerdoce et de la vérité de toute l’Eglise, Eglise récapitulé à Rome. Sans Pape, l’unique Bon Pasteur trouverait ses brebis sans berger.

    Cela n’interdit pas de demander au Pape justice de la Foi, de l’Espérance et de la Charité. Bien au contraire. Paul l’a bien fait à Antioche. Sa réaction face à la pusillanimité de Pierre l’a conduit à prêcher aux Nations. Les deux apôtres se réconcilièrent dans le martyr. Ainsi, les papes, bons ou mauvais, obligent le fidèle à se dépasser dans la vertu chrétienne, chacun selon son charisme.

  4. Sergueïevitch permalink
    25 octobre 2010 10:36

    Le pape a usurpé la place de Jésus-Christ. Il n’y a pas d’autre pierre fondamentale ou principale que Jésus-Christ. « Personne, écrit saint Paul aux Corinthiens (I ad Corinth., m, 11), personne ne peut poser d’autre fondement que celui qui a été posé, lequel est Jésus-Christ » Paul donnait aux Corinthiens cette leçon, parce que, parmi eux, plusieurs s’attachaient aux prédicateurs de l’Évangile comme s’ils eussent été la pierre de l’Église : « J’ai été informé, leur dit-il, qu’il y a des contestations parmi vous. L’un dit : «Je suis à Paul» ; l’autre : «Je suis à Apollo » ; un troisième : « Je suis à Pierre » ; un autre : « Je suis au Christ. » Est-ce que le Christ estdivisé? Est-ce que Paul a été crucifié pour vous?»

    Pierre lui-même ne pouvait être, selon saint Paul, regardé comme la pierre fondamentale de l’Église, comme le premier vicaire de Jésus-Christ, non plus que lui-même, ni Apollo. Pierre et tous les autres apôtres ou hommes apostoliques n’étaient, à ses yeux, que dos ministres de Jésus-Christ, les premières assises de l’édifice mystique.
    Saint Paul compare encore l’Église à un corps dont Jésus-Christ est la tête, et dont les membres sont les pasteurs et les fidèles.

    Il n’y a donc qu’une Église dont Jésus-Christ est le chef, qui est composée des fidèles aussi bien que des pasteurs, et au sein de laquelle les pasteurs travaillent à développer la vie chrétienne, ou la charité qui en est le résumé, par les divers ministères qui leur sont confies.

    Aperçoit-on, dans ces notions de l’Église, une monarchie gouvernée par un pontife-souverain, absolu et infaillible?
    Absolument pas.
    C’est l’Église, ainsi entendue dans son unité et son universalité, que saint Paul regarde comme dépositaire de l’enseignement divin ; c’est elle qu’il appelle la colonne et le fondement de la vérité. (I ad Timoth., m, 15.).
    La papauté catholique est fondée sur un mensonge.

    • sixte permalink
      25 octobre 2010 11:43

      Et revoilà les sempiternelles erreurs de Photius sur la papauté !

      Ainsi, je reprends à la virgule près ce qui avait été dit à l’un de vos amis venu nous rendre visite il y a peu, sans doute comme vous fortement dérangé par nos affirmations appuyées au sujet de l’incontestable autorité de la Papauté et du Souverain Pontife en tant que successeur de Pierre à la tête de l’Eglise fondée par Jésus-Christ :

      L’église russe, qui ne reconnaît pas le pape ni l’autorité du successeur de Saint Pierre, chante pourtant l’hymne suivante dans sa liturgie :

      « 0 saint Pierre , prince des apôtres ! primat apostolique ! pierre inamovible de la foi, en récompense de ta confession, éternel fondement de l’Eglise, pasteur du troupeau parlant ; porteur des clefs du ciel, élu entre tous les apôtres pour être, après Jésus-Christ, le premier fondement de la sainte Eglise, réjouis-toil réjouis-toi ! — colonne inébranlable de » la foi orthodoxe, chef du collège apostolique. »

      Elle ajoute : « Prince des apôtres, tu as tout quitté et tu as suivi le Maître en lui disant : Je mourrai avec toi ; avec toi je vivrai d’une vie heureuse : tu as été le premier Evêque de Rome, l’honneur et la gloire de la très-grande ville : sur » toi s’est affermie l’Eglise. »

      [Akaphisti Sedmitcnhh (Prières hebdomadaires), office du jeudi, dans l’octave de la fête des Apôtres.]

      Et la même Eglise schismatique, qui n’en est plus à une incohérence près, répète de même dans un de ses offices ces paroles saint Jean Chrysostome :

      « Dieu dit à Pierre : Vous êtes Pierre, et il lui donna ce nom parce que sur lui, comme sur la pierre solide, Jésus-Christ fonda son Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle ; car le Créateur lui-même en ayant posé le fondement qu’il affermit par la foi, quelle force pourrait s’opposer à lui ? Que pourrai-je donc ajouter aux louanges de cet apôtre, et que peut-on imaginer au delà du discours du Sauveur, qui appelle Pierre heureux, qui l’appelle Pierre et qui déclare que sur cette pierre il bâtira son Eglise ? Pierre est la pierre et le fondement de la foi ; c’est à ce Pierre, l’apôtre suprême, que le Seigneur lui-même a donné l’autorité, en lui disant : Je te donne les clefs du ciel. Que dirons-nous donc à Pierre? 0 Pierre, objet des complaisances de l’Eglise, lumière de l’univers, colombe immaculée, prince des apôtres, source de l’orthodoxie. »

      [Saint Jean Chrysostôme, Prolog. Moscou, 1677, in-fol. Office du 29 juin, III0 sermon de saint Chrysostôme, pour la fête des Apôtres saint Pierre et saint Paul].

      Saint Jean Chrysostôme dirait certainement que « l’orthodoxie » n’est pas chez les schismatiques mais à Rome !

      Je vous conseille également pour votre instruction, de lire la suite des échanges :

      https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/08/30/l%e2%80%99infaillibilite-pontificale/#comment-11227

  5. gerard seel permalink
    29 octobre 2010 11:36

    http://europachristi.blogspot.com/

  6. Vehementer permalink
    30 novembre 2010 11:51

    « Jésus-Christ a fondé une Église monarchique en conférant à saint Pierre une primauté de juridiction sur toute l’Église. Jésus-Christ avait constitué à la tête de son Église un chef suprême, saint Pierre, que l’Évêque de Rome, c’est-à-dire le Pape, était le successeur de saint Pierre dans la primauté et que, de ce fait, il avait la plénitude des pouvoirs conférés par Jésus -Christ à son Église. »

    Abbé A. BOULENGER, Manuel d’Apologétique : Introduction à la doctrine catholique, éd. Emmanuel Vitte, Paris Lyon, 1937.

  7. Sclavus permalink
    26 juin 2012 10:12

    Les contributions de Sergueïevitch et de sixte illustrent merveilleusement les attitudes respectives des rites auxquels ils appartiennent ; Srgueï, venant de l’orthodoxie tournée malgré tout vers le ciel, refuse – à raison – cette hiérarchie très terrestre et très tiroir-caisse que Sixte défend bec et ongles à coup de très doctes citations.
    Religio ; religio ; qui élèvera mon regard vers le ciel et ses mystères si ce n’est toi ?
    Joey Star ? La majesté hongroise sur talonnettes ? Le Flamby? Les pseudo-intellectuels élus pour manipuler les masses ignares ?
    Jean Polsky qui pendant tout son pontificat n’a rien fait d’autre que de la politique ?
    Si cet homme incarne le rôle qu’à mes yeux doit jouer une religion ; en mettant en œuvre un agenda géopolitique touchant parfois l’abjecte que généralement pratiquent les pires officines politiques, je refuse alors la pensée religieuse.
    En tout cas celle qu’incarne cet homme et ceux qui lui concèdent la sainteté.
    Mais il y a dans le catholicisme d’autre courants ; ceux diamétralement opposées à ce que je cite plus-haut ; ceux qui scrutent le ciel, non pour en tirer un quelconque bénéfice sonnant et trébuchant mais pour les mêmes raisons que moi.
    J’ai comme une impression que Sixte ne les connait pas.

  8. Lagomer permalink
    27 juin 2012 00:36

    Sclavus

    Sergueïevitch et Sixte « n’illustrent pas merveilleusement les attitudes respectives des rites auxquels ils appartiennent » (sic), mais des Eglises auxquelles ils sont rattachés ce qui est bien différent. Sachez qu’on peut être catholique est célébrer la liturgie selon le rite de saint Jean Chrysostome comme les uniates, et être « orthodoxe » selon la foi et célébrer une liturgie occidentale comme certaines églises hors des Patriarcats.

    Pour le reste votre caricature de Rome relève de l’art comique j’imagine ? car comme peinture réductrice de ce que représente la catholicité vous avez un grand talent d’humoriste conférant à vos « impressions » un crédit relativement limité…pour ne pas dire totalement nul.

    Ainsi pour votre information apprenez que le catholicisme n’est pas constitué de « courants », mais de « familles d’esprit » ayant chacune son charisme propre et sa vocation spéciale confiée par le ciel. C’est pourquoi il existe des dizaines d’Ordres différents (Bénédictins, Cisterciens, Dominicains, Franciscains, Chartreux, Jésuites, etc.), cultivant une sensibilité particulière et agissant selon des modalités spécifiques.

    De la sorte entre la rigoureuse pauvreté des fils de saint François et leur volonté de vivre dans le retrait et l’implication dans le monde des Jésuites il n’y a aucune contradiction mais une complémentarité qui fait la fécondité et la grandeur de l’Eglise du Christ ayant à sa tête son Vicaire à savoir le Saint Pontife Romain !

  9. Sclavus permalink
    27 juin 2012 13:27

    Ouf, Lagomer ;
    L’art comique ou pas, je ne fais que constater, analyser, les prises de positions, les décisions et autres subtilités de l’art politique du Saint Pontife polski ; et grand chef politique de la curie romaine.
    Et je repose ma question de ci-dessus : Religio, religio, qui me reliera au ciel si ce n’est toi ?
    Naturellement, l’œuvre de l’homme dont on parle ici, ainsi que le fumet se dégageant de votre propre réaction, ne m’inspirent nullement ce genre de dialogue (questionnement ?) avec la curie dont vous êtes brillants représentants.

  10. Lagomer permalink
    28 juin 2012 18:12

    Sclavus

    Les prises de position du Pontife de Rome ne sont pas aussi si facilement interprétables que vous l’imaginez.

    N’oubliez jamais que le catholicisme représente une institution ayant plusieurs siècles d’histoire et que ses décisions, ses choix, ses positions ne relèvent pas du temps mondain classique. Rome est en contact avec l’éternité, son Divin fondateur est Jésus-Christ lui-même qui a confié les clés de l’Eglise à St. Pierre.

    Evitez donc de faire intervenir des jugements hâtifs sur ce qui vous dépasse et devrait mériter de la part de chaque chrétien – même non catholique – un infini respect.

    « Le Pape Pontife et Roi, est la plus haute majesté de la terre ; car c’est la personnification visible de la royauté éternelle, et éternellement indépendante, du Fils de Dieu sur le monde. » (Mgr Gaume, le Pape, 1861).

  11. Sclavus permalink
    29 juin 2012 11:46

    Quand ces prises de position que vous citez concordent drôlement avec celles du département d’état USA ; quand elles (toutes et sans exception aucune) favorisent le tsunami islamique dans sa pénétration belliciste du monde Slave.
    Quand mêmes dans leur timing elles sont en parfait accord avec le barnum médiatico-politique atlanto-sioniste….
    Que-voulez-vous qu’elles m’inspirent ?
    A mes yeux elles relèvent justement du temps mondain classique comme vous dites et non de l’intemporalité qui doit résulter du lien avec le ciel.
    Peut-être étiez-vous présent lors de la remise de ces clefs ; mois pas en tout cas.
    Et les seules clefs que j’accepte ce sont celles que chacun de nous cherche pour comprendre le mystère.
    Vous les avez trouvés ; d’où vos certitudes.
    C’est finalement peut-être là que se niche le malaise : Dans la certitude d’avoir trouvé.

  12. Menace sur l'Ascension, l'Assomption et le Lundi de Pentecôte permalink
    29 juin 2012 19:56

    Menace sur l’Ascension, l’Assomption et le Lundi de Pentecôte

    L’Association nationale des directeurs des ressources humaines propose de permettre aux salariés de remplacer des jours fériés chrétiens par d’autres, à leur convenance. La proposition indique ni plus ni moins que trois jours fériés instaurés en raison de fêtes chrétienne (jeudi de l’Ascension, lundi de la Pentecôte et Assomption) seraient «banalisés». En vertu de cette proposition, resteraient donc Noël, le lundi de Pâques et la Toussaint comme jours fériés communs.

    Présent au congrès, le ministre du Travail, Michel Sapin a recommandé aux entreprises «d’agir sur ce sujet avec beaucoup de prudence».

    De son côté, Monseigneur Bernard Podvin, porte parole de la conférence des évèques de France a assuré que «les catholiques ne se sentent nullement propriétaires d’un calendrier».

    «La République est laïque. C’est elle qui, en fonction du droit du travail, a posé les jours fériés. La signification religieuse, nous y sommes attachés, mais le respect de la diversité, c’est certainement une des sources de paix de la société».

    C’est une démission en rase campagne ! Les jours fériés chrétiens témoignent de la visibilité chrétienne dans le calendrier civil. Ce sont ces racines chrétiennes, qui ont fait la France, que l’Eglise nous demande de préserver. Comme l’a dit Benoît XVI en septembre 2010 à Westminster devant les parlementaires britanniques, « même dans des nations qui mettent si fortement l’accent sur la tolérance », les chrétiens doivent se battre en permanence pour que leur foi ne soit pas « reléguée à la seule sphère privée ».

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2012/06/menace-sur-lascension-lassomption-et-le-lundi-de-pentec%C3%B4te.html#comments

  13. Charles permalink
    2 juillet 2012 00:02

    Et cette menace vous étonne? Comme c’est étrange!!! Le sieur Podvin (nom prédestiné?!) montre par ses affirmations qu’il n’est pas catholique et encore moins évêque!!! Il n’y a que les aveugles et sectaires de ce blog pour ne pas le reconnaître!
    Quant à l’affirmation que les chrétiens doivent se battre en permanence, je trouve cela assez cocasse d’autant que la religion a, par la République maçonnique française apostate, été depuis belle lurette reléguée à la sphère privée.
    Sainte diversité…ora pro nobis!!!
    Pax vobis quand même….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :