Skip to content

Les Juifs peuple déicide !

26 mars 2013

[zurbaran-crucifixion.jpg] 

« Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants »

(Matthieu XXVII, 25)

les Juifs actuels, qui approuvent sur le plan religieux 

la mise à mort de Jésus-Christ,

portent inévitablement la faute de leurs pères.

On le sait, dans le second volume de son « Jésus de Nazareth »,  le Pape Benoît XVI soutient  » l’innocence du peuple juif dans la condamnation de Jésus-Christ« , position absurde, identique à celle de Jean-Paul II, et qui fut la grande nouveauté scandaleuse du concile Vatican II par la déclaration Nostra Aetate, qui contredisait vingt siècles de théologie catholique. D’aucuns, un peu rapidement, proclament donc aujourd’hui qu’une page est tournée de l’antijudaïsme chrétien, et qu’il est enfin nié que les Juifs soient « déicides ». Mais qu’en est-il vraiment du point de vue doctrinal ?

Le Concile Vatican II, concile schismatique selon Mgr Lefebvre [1] car il est traversé par de thèses inacceptables, dira « qu’on ne peut charger les Juifs de notre temps ni tous ceux ayant vécu à l’époque des évènements de la souffrance du Christ ». Est-ce conforme avec l’enseignement de saint Pierre qui interpelle les Juifs sans distinction, et selon lequel ils seraient les assassins du Sauveur ? Est-ce conforme à l’enseignement de saint Paul qui écrit : « Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes » (I Thessalonicens 2,14-15) ?

I. Qui sont les Juifs déicides ?

Il importe donc de rappeler que si tous les Juifs, indistinctement, ne sont pas « déicides », puisque ceux devenus chrétiens sont en effet lavés de cette faute par la grâce du baptême, néanmoins il est nécessaire de préciser avec  l’ensemble des pères de l’Eglise, que les Juifs actuels, qui approuvent encore sur le plan religieux la mise à mort de Jésus-Christ, portent inévitablement la faute de leurs pères.

300px-William-Adolphe_Bouguereau_(1825-1905)_-_The_Flagellation_of_Our_Lord_Jesus_Christ_(1880).jpg

«Nous, nous avons une Loi, et d’après cette Loi, Il doit mourir ! »

 (Jean, XIX, 7)

Comme le soulignait fort justement Mgr Lémann :

« Parmi les assemblées qui sont demeurées responsables devant la postérité, il en est une sur laquelle pèse une responsabilité exceptionnelle : c’est l’assemblée qui présida aux derniers jours de la vie nationale du peuple juif. Ce fut elle qui fit comparaître et condamna Jésus-Christ. Elle porte dans l’histoire un nom à part ; on l’appelle le sanhédrin. Prononcer devant des Israélites ce nom de sanhédrin c’est rappeler, selon eux, l’assemblée la plus docte, la plus équitable, la plus honorable qui fût jamais. Malheur à celui qui oserait, en présence de ses coreligionnaires, émettre le moindre blâme à l’égard des hommes ou des actes de cette assemblée ; il ne serait pas moins coupable que s’il parlait contre l’arche d’alliance. Et cependant, la connaissent-ils à fond, les Israélites, cette assemblée qu’ils tiennent en si grande vénération ? Nous osons affirmer que non. On les habitue dès l’enfance à la respecter ; mais ce qu’elle était, ce qu’elle a fait, ils l’ignorent. Ignorance terrible, imposée à dessein par le rabbinisme. C’est toujours le mot de Saint-Paul : la vérité captive (Rom., I, 18) ! Nous allons, avec le secours de Dieu, déchirer les voiles. Nos anciens coreligionnaires pourront enfin connaître la vérité. » (Valeur de l’Assemblée qui prononça la mort contre Jésus-Christ, 1877).

Le Judaïsme rabbinique synagogal qui s’est peu à peu imposé, dirigé par les Pharisiens , est une trahison considérable du Judaïsme originel. Ce Judaïsme rabbinique s’est autorisé très tôt à transgresser l’interdit de consigner la Torah Orale, constituant un corpus de règles établies par une tradition hétérogène, depuis le Talmud jusqu’à aujourd’hui (Halakha), Torah orale qui sera incluse dans la Mishna, sur laquelle s’élabora ensuite la Tossefta, puis la Guemara.

II. Le judaïsme rabbinique porte la responsabilité du déicide !

 

synago.jpg

La synagogue représente le lieu où le Christ

est toujours rejeté et condamné !

Il importe de comprendre que le Judaïsme biblique du premier Temple était centré uniquement sur les prêtres, c’était un judaïsme sacrificiel placé sous l’autorité exclusive des prêtres (cohanims). D’ailleurs les livres du Pentateuque, qui s’élaborent à cette période, ne font à aucun moment allusion aux rabbins. Même après le retour d’exil de Babylone et l’édification du second Temple, alors que de profondes modifications s’étaient pourtant produites au sein du judaïsme, les rabbins ou Pharisiens n’occupent encore qu’une place très marginale puisque la vie religieuse est encore largement centrée su les sacrifices et les prêtres. Or, en 70 après Jésus-Christ, les Romains détruisant le temple de Jérusalem, éliminent de fait les prêtres et les Sadducéens. Les rabbins, c’est-à-dire les Pharisiens restent les seuls représentants de l’autorité religieuse juive, et c’est leur vision du judaïsme qui va s’imposer définitivement en modifiant profondément le judaïsme mosaïque.

Il ne faut pas oublier que les rabbins ou Pharisiens, ne sont pas des prêtres dont il se différencient grandement, ce sont uniquement des érudits, des spécialistes de la loi religieuse, en particulier de la « loi orale »  dans laquelle vont être introduits des commandements (mitzvot) tout à fait nouveaux, non inclus dans la Torah écrite (c’est-à-dire la Bible et surtout le Pentateuque), commandements qui, bien qu’étrangers aux enseignement traditionnel du judaïsme mosaïque, finiront par prendre une valeur normative.

 

 Dans sa lettre Encyclique Etsi multa luctuosa (1873),
Pie IX assimile les Juifs  à la figure de la “Synagogue de Satan

Ainsi, les Juifs, incrédules envers la divinité du Christ, constitueront après la chute de Jérusalem un judaïsme talmudique, rabbinique et pharisaïque qui, plus qu’une religion proprement dite, sera en fait une lignée extrêmement hostile au christianisme comportant des thèses qui se traduisent par une extraordinaire violence comme on peut en juger  : « Tous les chrétiens doivent être tués sans en excepter les meilleurs » [Zohar I, 219 b] ; «Le meilleur parmi les Goïm mérite d’être mis à mort» [Abhodah Zarah 26 b Tosephoth] ; « Efface la vie du chrétien et tue-le. C’est agréable à la Majesté Divine comme celui qui offre un don d’encens» [Sepher Or Israël, 177 b], violence qui se fera même horriblement blasphématoire et insultante envers le Christ : « Fils illégitime, conçu pendant les règles de sa mère » [Kallah, 1b. (18b)] ; « Mort comme une bête et enterré dans un tas de fiente » [Zohar III, (282)] ; « Le fils de Pandira, un soldat romain » [Abhodah Zarah II] ; « A la veille de la Pâque a été pendu. Quarante jours avant cela cette proclamation a été faite : Jésus doit être lapidé à mort parce qu’il a pratiqué la sorcellerie » [Sanhedrin 43a] ; « Jésus est dans l’enfer, bouillant dans des “excréments chauds” » [Gittin 57a] , et la Vierge Marie, dont le caractère immonde et l’abjecte grossièreté haineuse , nous invitent à ne pas y insister d’avantage. Ceci explique donc pourquoi, selon le pape Pie IX les Juifs représentent aujourd’hui la « Synagogue de Satan »

III. Rappel de la vérité théologique

Avec la mort du Christ le rideau du Temple s’est déchiré, l’Alliance ancienne fut abolie et l’Eglise qui contient tous les peuples, cultures, races et différences sociales, cette Eglise est née de par le côté transpercé du Rédempteur. En cela les Juifs, de nos jours, ne sont pas nos frères aînés comme le prétendait lors de sa visite à la synagogue à Rome en 1986, le Pape Jean-Paul II. Les Juifs sont complices du déicide aussi longtemps qu’ils ne se distancient pas de la culpabilité du Sanhédrin, de la culpabilité de leurs pères en reconnaissant la divinité du Christ et en acceptant le baptême.

 

Christ_before_Pilate_part1.jpg 

Les Juifs sont complices du déicide

aussi longtemps qu’ils ne se distancient pas

de la culpabilité du Sanhédrin !

 

 De la sorte, c’est une radicale erreur que de se vouloir bon chrétien en manifestant de la déférence à l’égard des Juifs de la synagogue, car ils sont, positivement, lorsqu’ils proclament leur croyance, porteurs d’une faute qui les rend semblables à leurs pères qui condamnèrent le Christ. Les Juifs modernes, en faisant profession de leur judaïsme, s’affirment indirectement comme co-responsables du crime scandaleux du Golgotha, et ne méritent donc pas qu’un chrétien, si du moins il se veut conscient des exigences de sa religion, leur exprime un hommage particulier ou leur accorde une quelconque piété, attitude que l’on rencontre malheureusement assez souvent depuis Vatican II chez les chrétiens modernes, bien qu’elle soit pourtant singulièrement déplacée et profondément injustifiable.

Conclusion

Le peuple hébreu, l’Israël charnel, n’est plus qu’une réalité naturelle désacralisée dont la filiation divine a cessé sachant qu’il n’y rien qui puisse suggérer l’idée d’une prérogative quelconque d’Israël comme peuple de Dieu depuis l’instauration de la Loi nouvelle [2]. On ne saurait être plus direct et précis sur ce sujet où l’on voit une foule de chrétiens sans discernement, s’aligner sur une défense erronée du judaïsme synagogal, refusant que soit prêché l’Evangile aux Juifs, sous prétexte fallacieux et inexact que Dieu les veut tels qu’ils sont. Il importe donc d’y insister en nos temps de confusion théologique, Jésus-Christ, Dieu fait homme,est pour les Juifs aussi le Rédempteur et la seule Voie pour le Salut : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie : personne ne peut aller au Père si ce n’est par Moi. » (Jean, 14,6).

 Il n’y a pas pour eux de chemins de salut séparés.

C’est pourquoi Saint Pierre, un Juif, le premier Pape, appelait déjà ses auditeurs Juifs à se convertir et à se faire baptiser au Nom de Jésus Christ (Actes 2, 38).

Cet appel solennel n’a perdu, ni son actualité ni sa validité religieuse, selon l’avertissement formel du Christ :

« Je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés, car si vous ne croyez pas que Moi [Jésus-Christ] Je Suis, vous mourrez dans vos péchés. » (Jean VIII, 24).

Notes.

1. Mgr Lefebvre déclarait clairement, à propos du concile Vatican II : « Nous croyons pouvoir affirmer, en nous en tenant à la critique interne et externe de Vatican II, c’est-à-dire en analysant les textes et en étudiant les avenants et aboutissants de ce Concile, que celui-ci, tournant le dos à la Tradition et rompant avec l’Église du passé, est un Concile schismatique. » (Mgr Lefebvre, le Figaro, le 4 août 1976.)

2. La promesse faite par Dieu au peuple israélite était une alliance temporelle et transitoire, abandonnée au profit de la Nouvelle Alliance. Quand saint Paul affirme que les ‘‘dons et l’appel de Dieu sont sans repentance’’ et que ‘‘Dieu n’a pas rejeté son peuple’’, il signifie donc par là que Juifs et Gentils sont convoqués à l’obéissance de la foi et qu’Israël n’est pas exclu de cet accueil universel puisqu’à la fin des temps il sera réintégré. Mais cette réintégration ne s’effectuera pas selon le statut de l’Alliance Ancienne et dans le régime de l’Israël charnel, mais bien sous le sceau de la Nouvelle Alliance et dans la sphère indéfiniment élargie de l’Israël spirituel qui est l’Eglise.

 sagrado_corazon_pic.gif

Lire :

 

L’antijudaïsme chrétien

66 commentaires leave one →
  1. adversus hæreses permalink
    11 mars 2011 11:50

    Voilà de la bonne théologie non polluée par les erreurs de Vatican II !

  2. Francine permalink
    11 mars 2011 11:51

    nous sommes tous responsables de la mort du Christ, puisqu’Il est venu mourir à cause de nos péchés (c’est ainsi que la Bible appelle le mal qu’il y a en nous).

  3. Pélikan permalink
    11 mars 2011 12:05

    L’explication c’est que Benoît XVI est juif selon la loi religieuse israélite !

    http://le-projet-juif.com/?p=3504

    • Francine permalink
      11 mars 2011 12:17

      la voilà la « Gloire de l’Olivier » prophétie de Saint Malachie s’appliquant à Benoît XVI :  » De gloria olivae  » !

    • Lancre permalink
      14 mars 2011 23:01

      Et Jean-Paul II il était juif lui aussi ?

      Jean-Paul II déposa ce texte à Jérusalem dans une fissure du Mur des Lamentations le 26 mars 2000: « Dieu de nos pères, tu as choisi Abraham et sa descendance pour que ton Nom soit apporté aux peuples : nous sommes profondément attristés par le comportement de ceux qui, au cours de l’histoire, les ont fait souffrir, eux qui sont tes fils, et, en te demandant pardon, nous voulons nous engager à vivre une fraternité authentique avec le peuple de l’alliance. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur ».

      Sans commentaire…

  4. Francine permalink
    11 mars 2011 12:11

    Le Christ a donné sa vie non pas pour une seule nation mais pour tous.
    Nous re-crucifions le Christ lorsque nous venons à faire le mal, c’est-à-dire à pécher.

  5. Organiste39 permalink
    11 mars 2011 12:38

    Il serait bon de faire lire cet article à tous les prêtres conciliaires; c’est excellent! Et de leur expliquer que ce n’est pas manquer de charité envers les juifs que d’essayer de les ramener vers le Christ!!!! « Allez toutes les nations, et baptisez les (et pas seulement les juifs) an Nom du Père, du Fils et du St Esprit… », c’est notre devoir de chrétiens, non??

    Ceci dit, bien sur, chacun d’entre nous, nous blessons et crucifions le Christ à chaque fois que nous péchons; et quel pire péché que de Le rejeter???

    • Lazare permalink
      13 mars 2011 13:06

      Rejeté le christ est le pire péché? Soit. Je m’empresse d’ajouter :
      « Ce que vous faites au plus petit d’entre vos frères, c’est à Moi que vous le faites » (Matthieu 22, 34-40)
      ainsi, et que Dieu me pardonne de paraphraser son messie « si tu hais un juif, c’est Moi que tu haïs »
      Effectivement il nous a été demandé d’annoncer la bonne nouvelle à toute la création :
      « Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création » (Marc 16, 15)
      D’annoncer. Pas d’imposer… Jésus nous avait d’ailleurs prévenu que beaucoup rejetteraient sa parole:
      « Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré, ne jetez pas vos perles devant les porcs, de crainte qu’ils ne les piétinent, puis se retournent contre vous pour vous déchirer » (Matthieu7, 6)
      Celui qui rejette Dieu et son Christ après l’annonce porte lui-même la responsabilité de sa dénégation: stupidité, ignorance, obscurantisme,… peut importe ses raisons, il en porte seul la responsabilité, il porte seul sa croix si je puis dire. Il n’appartient à personne, qu’il soit chrétien ou non, de juger l’autre et encore moins la qualité de sa foi. N’est-il pas dit:
      « Ne jugez pas, afin de n’être pas jugés » (Matthieu 7,1)?
      Or vous, vous êtes soumis à la tentation de haïr et vous y succombez aussitôt, sans effort de résistance. Ne vous souvenez-vous pas que :
       » « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là » (Marc 12, 28-34)

      Mais si vraiment justice doit être faite, alors:
      « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre! » (Jean 8, 7)
      et vous savez quoi? jésus, celui qui n’a jamais péché n’a jeté aucune pierre! Et donc vous, plein de haine, vous entendez vous faire juges des juifs?
      Jésus devait être mis à mort, pour la rédemption du genre humain (ce y compris les juifs donc) :
      « L’un d’eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit: « Vous n’y entendez rien; vous ne réfléchissez pas qu’il est de votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que toute la nation ne périsse pas. » Il ne dit pas cela de lui-même; mais étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation; Et non seulement pour la nation, mais aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu qui sont dispersés » (Jean 11, 49-52)
      et pour la défaite de Satan. Jésus devait mourir et c’est en agneau conduit au sacrifice qu’il est monté à Jérusalem au temps de la pâque. il savait qu’il allait mourir:
      « Il dit encore : “ Abba, Père, toutes choses te sont possibles ; écarte cette coupe de moi. Cependant, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux » (Marc 14, 36)
      Le fait même que vous vous situez encore dans la haine d’un pseudo coupable prouve à quel point vous ne comprenez simplement pas le message de Jésus. Le genre humain tout entier est fautif de part son comportement de haine, de cruauté, de sécheresse de cœur. Vous vous comportez comme ces pharisiens et ses prêtres qui accusaient jésus de blasphème. Vous êtes ceux-là qui aujourd’hui, accusent encore les juifs de blasphème.
      Si vous aviez un minimum d’intégrité intellectuelle vous sauriez que vos propos contredisent jésus et ne sont donc pas chrétiens. Ce n’est pas la gloire du Père que vous défendez, c’est uniquement votre perversité, votre enclin à la haine que vous tentez de justifier en vous cachant derrière jésus et sa crucifixion.et si jésus n’était pas mort, quel excuse vous trouveriez-vous pour haïr les juifs?
      Ps: petit détail en clôturant : c’est les romains qui ont mis à mort jésus, pas les juifs. vous comptez détester les romains désormais?

  6. pèlerine permalink
    11 mars 2011 13:02

    Le Chist est mort pour nos péchés, mais c’est le peuple juif qui a crié : A mort crucifiez le! et c’est encore ce peuple qui Lui a préféré Barabas.

  7. 11 mars 2011 20:33

    Le Déguisé de l’Inn est le pire ennemi de l’Eglise! Il sait pertinemment que les ennemis du genre humain vont se servir de chaque déclaration moderniste pour assassiner des âmes!

    «Le déicide a servi de prétexte à la persécution des juifs pendant des siècles» (trouvé sur http://sedevacantisme.wordpress.com/2011/03/11/pope-exonerates-jews-for-death-of-jesus/) en dit beaucoup! De ce que les crapules qui dirigent nos Etats juifs pourront bientôt faire!

    Dois-je rappeler à certains que Marie-Julie Jahenny parle «d’une loi terrible et inique, qui amènera beaucoup de défaillances dans les rangs des derniers catholiques»! Relisez ou lisez (pour ceux qui ne connaissent pas encore le document qui parle aussi de la prétendue nouvelle messe en termes très clairs…) http://catholicapedia.net/Documents/cahier-saint-charlemagne/documents/C299_Rappelons-MARIE-JULIE-JAHENNY_2p.pdf!

    Et priez saint Michel qu’il nous délivre au plus vite!

  8. Lancre permalink
    12 mars 2011 00:51

    Tous les chrétiens doivent être tués sans en excepter les meilleurs :

    Abhodah Zarah 26 b Tosephoth : «Le meilleur parmi les Goïm mérite d’être mis à mort».

    Le juif qui tue un chrétien ne pêche pas Au contraire, il offre un sacrifice acceptable.

    Sepher Or Israël ; 177 b : «Efface la vie du chrétien et tue-le. C’est agréable à la Majesté Divine comme celui qui offre un don d’encens». Ibid, fol, 180 : «L’Israélite est obligé de mettre toute son ardeur à ôter toutes les épines de la vigne, c’est-à-dire d’arracher, d’extirper les chrétiens de la terre ; on ne peut donner une plus grande joie au Dieu béni que celle que nous faisons en exterminant les impies et les chrétiens de ce monde».

    L’antijudaïsme n’est pas l’anti-sémitisme
    http://semperfidelis.over-blog.fr/article-l-antijudaisme-n-est-pas-l-anti-semitisme-63854042.html

    • shalom permalink
      12 mars 2011 02:52

      La différence entre L’antijudaïsme est l’anti-sémitisme ? dans votre esprit il n’y a aucune différence !!!

      Il y a- t-il quelqu’un qui puisse dire ce qu’est réellement un juif ? vous en êtes incapables !

    • 12 mars 2011 16:29

      Oui, la remarque de shalom me semble pertinente!

      Aux yeux du législateur sacrificateur des plus faibles antijudaïsme et antisémitisme sera la même chose.

      Je vais donner 4 extraits du document que je recommandais (http://catholicapedia.net/cgi-sys/suspendedpage.cgi ne servira guère à d’aucuns, je suppose):

      MARIE-JULIE JAHENNY donne de sages conseils pour les temps très durs que nous allons vivre.

      Mon vouloir divin est qu’en bien peu de temps l’Eglise romaine connaisse la forme de sa sépulture ; mais elle ressuscitera. L’Eglise sera un sépulcre, un tombeau de silence et d’abandon.

      Avant que n’arrive le règne de la résurrection et de la paix, il faut que Satan règne à plein, comme un souverain. Il dominera tout. Quand il aura tout conquis ; quand il aura enlevé tous les souvenirs de la foi, effacé les saints temples, renversé mon image et ma Croix, son règne ne sera pas long ; mais il arrivera à ce complet triomphe ; il y arrivera par d’odieux procédés.

      Elle parle souvent « d’une loi terrible et inique, qui amènera beaucoup de défaillances dans les rangs des derniers catholiques. Ceux qui voudront rester fermes dans leur foi subiront de nombreux tourments ». Il n’est pas déraisonnable de penser qu’il s’agira d’une loi nous assimilant à une secte et qui, sans hasard, sera terrible pour nous.

    • gerdil permalink
      12 mars 2011 22:43

      Les mêmes qui font cet amalgame, volontairement établissent un identique parallèle entre antisionisme et antisémitisme, alors que les plus virulents adversaires du sionisme, les arabes, sont des sémites !

    • klm permalink
      12 mars 2011 22:54

      Edgar Morin, pour éviter le piège des mots, dans une tribune du Monde a bien précisé la différence :

      « Il y a des mots qu’il faut réinterroger ; ainsi le mot antisémitisme. En effet, ce mot a remplacé l’antijudaïsme chrétien, lequel concevait les juifs comme porteurs d’une religion coupable d’avoir condamné Jésus, c’est-à-dire, si absurde que soit l’expression pour ce Dieu ressuscité, coupable de déicide.

      L’antisémitisme, lui, est né du racisme et conçoit les juifs comme ressortissants d’une race inférieure ou perverse, la race sémite. A partir du moment où l’antijudaïsme s’est développé dans le monde arabe, lui-même sémite, l’expression devient aberrante et il faut revenir à l’idée d’antijudaïsme, sans référence désormais au « déicide ». »

      Antisémitisme, antijudaïsme, anti-israélisme
      Le Monde le 19 février 2004

      http://www.communautarisme.net/Antisemitisme-antijudaisme-anti-israelisme_a567.html

  9. pèlerine permalink
    12 mars 2011 12:55

    shalom
    Je ne vois pas où est votre problème, les juifs ont des noms juifs;, ont un type juif, j’en connais beaucoup : des Dreyfus, des Aron, des Rothschild, des Zerbib, des Zerdoun etc, il n’y a pas à s’y tromper, si ils ne sont pas tous sémites, ils sont bien tous juifs, et je vous parle d’expérience! ceux-ci je les connais trés bien.

  10. Périclès permalink
    12 mars 2011 15:52

    antijudaïsme :
    Signifie l’hostilité à l’égard du judaïsme en tant que religion.
    antisémitisme:
    L’antisémitisme (originellement écrit anti-sémitisme) est le nom donné de nos jours à la discrimination, l’hostilité ou les préjugés à l’encontre des Juifs …
    Un juif c’est:
    Nom donné depuis l’Exil (IVème siècle avant Jésus-Christ) aux descendants d’Abraham.
    peuple sémite monothéiste qui vivait en Palestine.

  11. hannibalgenga permalink
    12 mars 2011 22:38

    La distinction est très claire et sans ambiguïté entre antijudaïsme et antisémitisme et ne pose aucune difficulté sur le plan des définitions.

    L’un repose sur des critères religieux (l’antijudaïsme), l’autre sur des critères raciaux (l’antisémitisme). Ce n’est donc pas du tout la même chose, et il faut être de très mauvaise foi ou un grossier ignorant, voire les deux à la fois, pour confondre et amalgamer les deux notions.

    Même l’article wikipédia, sur lequel il y aurait pas mal de choses à dire car très inexact en bien des points et surtout ultra partiel et critique vis-à-vis du catholicisme, est néanmoins obligé de reconnaître : « L’antijudaïsme signifie l’hostilité à l’égard du judaïsme en tant que religion. Ce terme est employé à propos de l’attitude du christianisme envers le judaïsme, attitude longtemps marquée par la théologie de la substitution…. L’antisémitisme désigne une attitude hostile vis-à-vis des Juifs en tant que peuple au-delà d’une stricte dimension religieuse. »

    En réalité, l’antisémitisme raciste est une attitude moderrne : « Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le contexte de scientisme transforma l’antijudaïsme en antisémitisme, en lui associant des thèses racistes… »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Antijuda%C3%AFsme

    Ainsi, et de manière absolument précise, l’antijudaïsme ni ne doit en raison de sa dimension strictement religieuse, ni ne peut être confondu avec l’antisémitisme.

  12. 12 mars 2011 23:10

    Quelques précisions sur l’importante distinction à effectuer, et surtout respecter, entre antijudaïsme et antisémitisme.

    Pour le catholicisme, et ceci le distingue nettement de l’antisémitisme biologique, le problème Juif est un problème essentiellement religieux et non racial. Les rédacteurs de La Croix au XIXe siècle ne le cachaient pas :

    – «Nous croyons que la question est toute religieuse, car le mystère de la conservation de la race juive au milieu du monde est un phénomène religieux. (…) La question du Christ et du peuple déicide domine de très haut toute cette affaire. »

    L’ennemi de la chrétienté, en l’espèce la Synagogue, est donc selon Joseph de Maistre, liée à l’esprit satanique de la Révolution qui enrôle tous ceux qui s’opposent à l’Eglise et au règne social de Jésus-Christ. La question, qui est ainsi posée à la chrétienté par le judaïsme, est donc de nature étroitement et strictement spirituelle, effectivement toute religieuse – uniquement religieuse – là est le fond essentiel du problème, pas ailleurs.

    La position catholique à travers les siècles relève de l’antijudaïsme théologique, et non, comme certains l’écrivent trop vite, d’un « antisémitisme » :

    – « Le peuple déicide s’est séparé des bon anges. Le déicide est, en quelque sorte, la marque de rupture. Dieu avait choisi un peuple pour répandre son Nom, et donner naissance à un Sauveur. Il avait gratifié ce peuple de qualités particulières, et spécialement d’une grande force de résistance à l’adversité. Pour lui permettre de survivre, il avait lui-même rédigé un code destiné à le protéger. (…) Déçus par la pauvreté du Christ, les Juifs le tuèrent et conçurent contre ses disciples une haine inexpiable. » (La Croix, 9 septembre 1896.)

    Ainsi, la position catholique traditionnelle, qui n’est absolument pas antisémite raciste, se résume à ceci :

    – « Que l’israélite renonce à la foi juive, qu’il revienne au christianisme et aussitôt il efface le signe de malédiction de son âme et de son front. La conversion seule et non le code civil peut effacer la malédiction. Les Juifs convertis qui se rangent sincèrement sous la bannière du Christ, rentrent dans la nation choisie. » La Croix, 6 novembre 1894 – 2 janvier 1897.

    ********************************

    A lire :

    L’antijudaïsme catholique !
    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/12/10/lantijudaisme-catholique/

  13. shalom permalink
    12 mars 2011 23:17

    antisémitisme et antijudaïsme

    je voulais vous voir vous exprimez clairement sur le sujet, surtout de la part de catholiques , et je souhaiterai que cette distinction faite entre antijudaïsme et antisémitisme soit bien comprise de la part des chrétiens , trop souvent enclins à confondre les deux tout en vomissant leur haine du juif !!!
    il est bien dommage que cette distinction ne soit jamais faite officiellement lorsqu’il s’agit pour « La Question  » d’aborder des sujets touchant les juifs ou leur religion .
    L’Eglise a toujours fait cette différence mais malgré tout cela n’a pas empêché les pogroms , alors si vous ne faites pas la distinction aujourd’hui vous serez responsables de la montée de l’antisémitisme , et de plus vous ne serez pas en accord avec la sainte Eglise catholique .
    Ce manque ( volontaire ?) de précautions pourrait entraîner la fermeture de ce site , d’autres ont déjà payés !!!
    Allez-vous enfin comprendre que vous n’êtes pas  » habiles dans vos affaires  » !!!

    • Vehementer permalink
      14 mars 2011 15:53

      La Question a toujours été très claire sur la distinction à respecter entre antijudaïsme et antisémitisme. Ce n’est donc vraiment pas un reproche qu’on puisse lui faire.

      L’antijudaïsme relève de la tradition théologique de l’Eglise. C’est un point de vue étroitement religieux absolument non racial, d’ailleurs certains juifs passés au catholicisme font l’objet d’une vive admiration sur La Question : les abbés Augustin et Joseph Lemann en sont l’exemple parfait (tous deux sont d’origine juive ashkénaze, nés à Lyon, convertis au catholicisme en 1854, auteurs d’environ 150 ouvrages, notamment relatifs aux rapports entre le catholicisme et le judaïsme, et sur le destin spirituel du peuple juif).

      Il apparaît de ce fait que La Question est plutôt, non pas « habile », ce terme ne signifiant rien pour l’exposé d’une doctrine de foi issue de la Tradition, mais entièrement cohérente dans l’expression de ses positions.

    • calixte permalink
      14 mars 2011 19:30

      En effet Vehementer, et l’on sera d’autant moins autorisé à faire un procès en antisémitisme à La Question, dans la mesure où il a été répondu clairement sur ce point – depuis longtemps – en précisant nettement ce que représente l’antijudaïsme sur le plan religieux, quel est son caractère propre et ses analyses, notamment à shalom le 09 février 2011 sur La Question « doctrine », qui s’amuse donc à faire l’ignorant, ou qui souffre visiblement de graves troubles de la mémoire :

      http://www.la-question.net/archive/2010/12/17/l-encyclique-secrete-de-pie-xi.html#c6528741

    • shalom permalink
      14 mars 2011 20:50

      Vehementer calixte La Question

      ce que je reproche c’est que vous ne preniez pas assez de précautions avant d’écrire un article touchant aux juifs ou à la religion juive .
      en effet il vous suffirait de mettre en garde tout posteur contre la tentation de confondre antijuaïsme et antisémitisme en début d’article , et en même temps de commenter de façon concise cette distinction, tout en affirmant votre position par rapport à celle-ci .
      Sans cela votre article ressemble à un appel à la haine contre les juifs !

      Vous me faites penser à des soldats allant à la guerre sans armes tout en hurlant sus à l’ennemi !!!

    • gerdil permalink
      14 mars 2011 21:47

      La Question a toujours fait des mises en garde, et n’a jamais cessé d’exposer très clairement les thèses de l’antijudaïsme.

      Beaucoup, dont je suis, ont même singulièrement bénéficié des articles publiés sur le sujet.

      C’est pourquoi on ne peut incriminer le travail effectuer par La Question.

      Mais pour cela encore faut-il que chacun prenne la peine de lire attentivement, et non qu’il survole les textes en zappant les passages importants.

    • Shalom permalink
      15 mars 2011 11:13

      Gerdil
      Les passages importants ainsi que les mises en garde doivent se trouver en tête d’article!!! et en gros caractères. Pas
      ailleurs !
      Ainsi  » fils de lumière  » vous serez plus habiles dans vos affaires !!!

    • gerdil permalink
      16 mars 2011 11:26

      Shalom

      Ce type de comportement c’est la dictature idéologique du politiquement correct, pas l’annonce de la vérité de l’Evangile !

      D’ailleurs est-ce qu’il y a un bandeau entourant les Bibles en vente dans le commerce pour avertir : « Attention ce livre n’est pas antisémite mais antijudaïque ! » ?

    • shalom permalink
      16 mars 2011 16:38

      gerdil

      les fils de lumière sont vraiment très mauvais dans leurs affaires ( comme le déplorait Jésus en son temps ) la preuve est faite avec ton commentaire , il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir !!!
      Ne vous plaignez pas si les coups de bâton pleuvent sur vos têtes creuses !

      Je dis d’être prudent dans la rédaction des articles , c’est quand même pas difficile à comprendre

    • Lodz permalink
      16 mars 2011 22:24

      Il vaut mieux être mauvais dans le bisness et bon dans la fidélité religieuse !

      T’inquiètes pas pour nos têtes shalom, pense plutôt au salut de ton âme !!

      A signaler que les amis du CJDJ ont fait un bel article avec des photos de La Question :

      Les juifs, sauveurs de l’ « âme européenne » ?
      http://cljdm.wordpress.com/2011/03/11/les-juifs-sauveurs-de-l-ame-europeenne/

    • Shalom permalink
      17 mars 2011 01:03

      Lodz

      mais vous n’êtes bon ni en biseness ni dans la fidélité religieuse , vous êtes trop orgueilleux pour ça !!! vous avez tout perdu même le siège de votre Eglise est occupé par votre ennemi, et en plus vous lui rendez hommage en le qualifiant de  » saint père « . Ne vous étonnez pas si vous en êtes arrivées à ce stade , mais votre dégringolade n’est pas finie.

      Maistre n’était pas français, il était des états de Savoie, car ta france était loin de fournir à cette époque comme à celle-ci d’ailleurs une pointure comme de Maistre , vous allez puiser chez les autres le bon que vous n’êtes pas capables de produire , et vous avez le culot de la ramener !!! quel orgueil !

      on ne coupe pas mon post svp

      [Pour préserver la qualité des échanges et le climat général dans les fils de discussion sur des sujets qui génèrent assez vite les passions, plutôt que de censurer entièrements les commentaires de façon à ce que chacun puisse s’exprimer, on coupe donc systématiquement – lorsque c’est nécessaire – tout ce qui est excessivement familier, grossier, vulgaire ainsi que les attaques personnelles. LA QUESTION].

    • Lodz permalink
      17 mars 2011 10:50

      Quel culot ! Oser venir donner des leçons sur la foi lorsqu’on est soi-même en dehors du christianisme. Convertis-toi, accepte le Christ comme ton Sauveur et ensuite tu pourras disserter pour savoir si celui qui est pape est un ennemi ou non de l’Eglise. Pour l’instant le silence est un minimum.

      Ou alors émets des considérations mais avec une certaine réserve, car si jon peut accepter les critiques lorsqu’elles viennent de croyants, de la part d’étrangers à la foi catholique ça a plutôt tendance à énerver.

      Pour Maistre je crois savoir que son admiration pour la France dépassait largement celui de son propre pays, et surtout de son roi pour lequel il n’avait pas une grand respect.

    • calixte permalink
      17 mars 2011 10:54

      Si Joseph de Maistre, était certes sujet du Royaume de Savoie, son admiration pour la France était en effet sans borne.

      D’ailleurs si son premier livre s’intitule : « Considérations sur la France », ce n’est pas pour rien, livre dans lequel il déclare dès les premières lignes :

      « La France exerce sur l’Europe une véritable magistrature qu’il serait inutile de contester. Elle est surtout à la tête du système religieux, et ce n’est pas sans raison que son Roi s’appelait très chrétien: Bossuet n’a rien dit de trop sur ce point. Cette magistrature que la France exerce sur le reste de l’Europe a précisément donné à la nation française deux instruments, et pour ainsi dire, deux bras, avec lesquels elle remue le monde, sa langue et l’esprit de prosélytisme qui forme l’essence de son caractère, en sorte qu’elle a constamment le besoin et le pouvoir d’influencer les hommes. » (Considérations sur la France (Londre [ Bâle ], 1796).

      Ainsi, au lieu de déverser du venin juste pour le plaisir shalom, un petit essai de contribution constructive de temps en temps ne serait pas du luxe !

    • 17 mars 2011 17:36

      Lodz,

      En effet, peut-on s’imaginer quelque chose de plus ridicule qu’un site qui prétend défendre la doctrine catholique et qui donne du Saint-Père à un juif?

      Le «Soutien à Benoît XVI» ne vous sauvera pas, encore moins les 2 photos montrées sur http://cljdm.wordpress.com/2011/03/11/les-juifs-sauveurs-de-l-ame-europeenne/!

      Vous (je m’adresse à tous les défenseurs acharnés d’un moderniste qui essaie de détruire l’Eglise et à les admirateurs d’un Bernard Fellay qui par son combat de http://www.virgo-maria.org/cgi-sys/suspendedpage.cgi, http://resistance-catholique.org/cgi-sys/suspendedpage.cgi, http://catholicapedia.net/cgi-sys/suspendedpage.cg a montré d’une manière irréfutable qu’il est un assassin d’âmes) n’êtes que des préparateurs de la religion noachide (qui existe au moins dans beaucoup de têtes malades qui haïssent le Christ et veulent la ruine éternelle de tout le monde), vous vous creusez votre propre tombe!

    • 17 mars 2011 17:43

      Et encore: «Prions pour eux.» (http://cljdm.wordpress.com/2011/03/16/hommage-au-japon/) n’est pas compatible avec la foi catholique. On ne prie pas pour le repos d’âmes décédées hors de l’Eglise quand on a la Foi!

    • 17 mars 2011 17:53

      http://cljdm.wordpress.com/2011/03/11/les-juifs-sauveurs-de-l-ame-europeenne/ et les 2 photos ont évidemment leur valeur.

      Lorsqu’on connaît un peu certains écrits (disponibles dans http://www.megaupload.com/?d=5ZDNHNEJ – fichier qui ne viole aucune loi maçonnique concernant certains droits d’auteur) et quand on ne prie pas en union avec des apostats, alors on comprend que des choses comme ça annoncent l’éclipse totale de l’Eglise.

      Ce qui constitue d’une part un grand bien. Puisque certains seront forcés alors de prier. Notamment l’exorcisme et la supplique (que l’on trouve dans C053_Exorcisme-de-Leon-XIII_8p.pdf…) que l’on ne peut pas réciter quand on est en communion avec l’antichrist de Bavière.

      Fellay et ses complices de la FSSPX ne vont pas vaincre: Ils viennent de démontrer à une élite potentielle qu’elle doit consacrer plus de temps à certaines prières vocales.

  14. pèlerine permalink
    13 mars 2011 07:41

    A mon avis il n’y a que les juifs convertis qui sortent du lot, ceux-ià même non pratiquant se comportent en usuriers, détestant les non croyants et ne vivant que pour Israêl et ses desseins à k’égard des goys, le projet juif de la mondialisation n’est pas le fait d’un peuple religieux mais de toute une race, et le mépris du non-juif se retrouve inéluctablement.

  15. de-passage permalink
    13 mars 2011 18:11

    BRAVO pour cet article. IL était essentiel de le rappeler. A Francine: certes, le péché est la cause de a Passion. Mais du point de vue historique, ce sont bien les Juifs qui ont crucifié Jésus. Ils ont même été jusqu’à appeler la malédiction sur eux « que Son Sang…etc ».

    A LA Question: j’ai lu en diagonale, mais il ne me semble pas que vous parliez justement de cette phrase « que Son Sang… ». Benoit XVI va jusqu’à dire que c’est une phrase de rédemption, le Sang du Christ vient les laver de leurs péchés. Donc non seulement il MENT, il tord le saint Evangile pour lui faire dire n’importe quoi, mais en plus il fait croire que les Juifs ont gagné leur Ciel en tuant Notre Seigneur. C’est IGNOBLE.

    Ah il est beau, le « pape tradi »!

  16. pèlerine permalink
    14 mars 2011 12:03

    de-passage
    Le Pape fait un pas en avant et deux en arrière, si celà continue, il va être pire que J.P.II. Il donne l’impression de manquer de caractère, d’être ballotté par ses sous-fifres, en bref de n’avoir aucune autorité. Il n’y a qu’à voir l’affaire de Thiberville!

  17. PEB permalink
    14 mars 2011 13:27

    « Que son sang soit sur nous et sur nos enfants! » (Mt 27, 25) peut s’interpréter aussi selon l’herméneutique vétéro-testamentaire du taurobole de Moïse. (Ex 24, 4-8): Moïse écrivit toutes les paroles de Yahweh. Puis, s’étant levé de bon matin, il bâtit un autel au pied de la montagne, et dressa douze stèles pour les douze tribus d’Israël. Il envoya des jeunes gens, enfants d’Israël, et ils offrirent à Yahweh des holo-caustes et immolèrent des taureaux en sacrifices d’actions de grâces. Moïse prit la moitié du sang, qu’il mit dans des bassins, et il répandit l’autre moitié sur l’autel. Ayant pris le livre de l’alliance, il le lut en présence du peuple, qui ré-pondit:  »Tout ce qu’a dit Yahweh, nous le ferons et nous y obéirons. » Moïse prit le sang et en aspergea le peuple, en disant:  »Voici le sang de l’alliance que Yahweh a conclue avec vous sur toutes ces paroles. » »

    Ainsi, le Christ est le veau gras de la rédemption des nations (le fils prodigue) et d’Israël (le fils aîné) (Lc 15, 11-32). C’est ainsi qu’il a scellé une Alliance Nouvelle (Novum Testamentum) par son propre Sang, menant à sa perfection l’alliance mosaïque ancienne car conclue par la vie d’une bête.

    Rien n’est faux dans l’interprétation antijudaïque de la Passion mais elle ne se limite pas à cela. Par notre péché (et le mien est grand mais non sans Espérance), nous crucifions Jésus-Christ.

    Où aurions-nous été le jour de la Passion?

    • apostalatus specula permalink
      14 mars 2011 22:20

      Sur les  » Causes de la mort de Jésus-Christ « , le catéchisme du concile de Trente précise :

      « Il faut ensuite exposer les causes de la Passion, afin de rendre plus frappantes encore la grandeur et la force de l’amour de Dieu pour nous. Or, si l’on veut chercher le motif qui porta le Fils de Dieu à subir une si douloureuse Passion, on trouvera que ce furent, outre la faute héréditaire de nos premiers parents, les péchés et les crimes que les hommes ont commis depuis le commencement du monde jusqu’à ce jour, ceux qu’ils commettront encore jusqu’à la consommation des siècles.(…) Les pécheurs eux-mêmes furent les auteurs et comme les instruments de toutes les peines qu’il endura. »

      Au sujet du rôle des chrétiens et des juifs dans la Passion, le catéchisme enseigne (1re partie, chapitre 5, § 3) :

      « Nous devons donc regarder comme coupables de cette horrible faute, ceux qui continuent à retomber dans leurs péchés. Puisque ce sont nos crimes qui ont fait subir à Notre-Seigneur Jésus-Christ le supplice de la Croix, à coup sûr, ceux qui se plongent dans les désordres et dans le mal crucifient de nouveau dans leur cœur, autant qu’il est en eux, le Fils de Dieu par leurs péchés, et Le couvrent de confusion. Et il faut le reconnaître, notre crime à nous dans ce cas est plus grand que celui des Juifs. Car eux, au témoignage de l’Apôtre, s’ils avaient connu le Roi de gloire, ils ne L’auraient jamais crucifié. Nous, au contraire, nous faisons profession de Le connaître. Et lorsque nous Le renions par nos actes, nous portons en quelque sorte sur Lui nos mains déicides. »

      Néanmoins, La formulation « Oremus et pro perfidis Judaeis  » fut conservée et maintenue dans le missel romain introduit par Pie V, après le concile de Trente, selon la bulle Quo Primum (1570).

      Cela revenait d’ailleurs à conférer à l’exorde de la prière du Vendredi saint une plus grande valeur, puisque à partir de ce moment son utilisation devint obligatoire pour tous les catholiques.

    • Sulpice permalink
      14 mars 2011 22:43

      Benoît XVI a donné, en février 2008, une nouvelle version de la prière du Vendredi saint aux fidèles utilisant le missel de 1962.

      Voici cette nouvelle formulation de 2008 après correction par Benoît XVI de la prière :

      « Prions aussi pour les juifs. Que notre Dieu et Seigneur illumine leurs cœurs, pour qu’ils reconnaissent Jésus Christ comme sauveur de tous les hommes. – Prions. – Fléchissons les genoux. – Levez-vous. -Dieu éternel et tout-puissant, qui veux que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité, accorde, dans ta bonté, que, la plénitude des nations étant entrée dans ton Église, tout Israël soit sauvé. Par le Christ notre Seigneur. Amen».

      Voici l’ancienne formulation en vigueur jusqu’à Jean XXIII :

      « Prions aussi pour les juifs perfides. Que notre Dieu et Seigneur retire le voile de leurs coeurs, pour qu’eux aussi reconnaissent Jésus Christ notre Seigneur. Prions. Fléchissons les genoux. Levez-vous. Dieu éternel et tout-puissant, qui n’écartes pas même les juifs de ta miséricorde, exauce nos prières, que nous te présentons pour ce peuple aveuglé (littéralement : pour l’aveuglement de ce peuple), afin que, ayant reconnu la vérité de ta lumière, qui est le Christ, ils soient arrachés à leurs ténèbres. Par ce même Jésus-Christ notre Seigneur. Amen. »

    • calixte permalink
      14 mars 2011 22:47

      Le premier Vendredi saint qui suivit son élection, le 27 mars 1959, Jean XXIII supprima l’expression « perfidis Judaeis  » d’un trait de plume et le fit savoir aux paroisses par une circulaire du Vicariat de Rome – le diocèse des papes -, datée du 21 mars.

      On devait dire désormais lors de la prière du Vendredi saint : « Prions pour les juifs ».

      Jean XXIII souligna l’importance de cette décision, mais le Vendredi saint 1963, au cours de la célébration, l’officiant prit, par erreur, l’ancien texte. Le pape interrompit la liturgie et ordonna que les grandes invocations liturgiques – les impropères – soient reprises depuis le commencement en suivant le nouveau texte.

      Une histoire détaillée de cette expression peut être trouvée dans « Les Églises devant le Judaïsme. Documents officiels 1948-1978 ». Ces textes ont été rassemblés, traduits et annotés par Marie-Thérèse Hoch et Bernard Dupuy (Cerf, Paris, 1980, pp. 350-352).

  18. Moria permalink
    14 mars 2011 15:35

    La notion de « peuple déicide » s’appuie sur plusieurs passages du Nouveau Testament, notamment dans les Épîtres de Paul. Elle est reprise et développée par saint Augustin, saint Jean Chrysostome (auteur de l’Adversus Judaeos) ainsi que Pierre Chrysologue.

    Les Évangiles synoptiques, dont Mt 27 ou Mc 16, montrent Jésus-Christ conspué par la foule tandis que Ponce Pilate propose au peuple le choix de gracier Barabbas ou Jésus. La foule choisit Barabbas, ce qui fait reposer sur les Juifs la responsabilité de la crucifixion.

    Le Nouveau Testament fournit d’autres exemples dans la première épître aux Thessaloniciens (1 Th 14-16), ainsi que dans l’épître aux Romains (9-10). Dans les Actes des Apôtres (5:27-39), les disciples du Christ comparaissent devant le Sanhédrin :

    « Le grand-prêtre les interrogea : « Nous vous avions formellement interdit d’enseigner en ce nom-là. Or voici que vous avez rempli Jérusalem de votre doctrine ! Vous voulez ainsi faire retomber sur nous le sang de cet homme-là ! » Pierre répondit alors, avec les apôtres : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Le Dieu de nos pères a ressuscité ce Jésus que vous, vous aviez fait mourir en le suspendant au gibet ». »

    Le mot « déicide » ou des formules synonymes sont restés en usage à l’intérieur du christianisme pendant des siècles.

    Lors de l’office des Ténèbres du Vendredi saint, les Impropères ont repris les accusations de saint Augustin à l’égard des Juifs, extraites de son Commentaire sur les Psaumes : « Que les Juifs ne disent pas : Nous n’avons pas tué le Christ. »

    À partir du VIIe siècle, l’oraison Oremus et pro perfidis Judaeis (« Prions aussi pour les Juifs perfides ») est introduite dans la liturgie de l’Eglise.

    Cf. Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif : Un autre regard, Calmann-Lévy, 2003.
    Daniel Marguerat, Le Déchirement : Juifs et chrétiens au premier siècle, Labor et Fides, 1996.

  19. Périclès permalink
    15 mars 2011 13:37

    On en veut toujours plus aux juifs et aux arabes, je me demandes pourquoi?
    D’ailleurs se sont des créatures de Dieu.
    On ne peut avoir de haine ou de mépris vis à vis de ces personnes là, on doit condamner toujours l’erreur, mais jamais la personne.
    Et le catholique et pire que ces deux races là.
    Au lieu de prier pour leur conversion, il se rend leur semblable, dans la haine et le mépris qu’il attachent à eux même, en définitive le catholique en médisant, se rend coupable, devant Dieu, en salissant son prochain, et en se torturant lui-même.
    Donc le mieux prier pour la conversion de ces ennemis,et montrer l’exemple du mieux que l’on puisse.
    Comme à l’exemple du Christ.
    Voilà un bon challenge.

  20. apostalatus specula permalink
    15 mars 2011 23:54

    « Peuple meurtrier… mission négatrice… ennemis de tout ce qui est spécifiquement chrétien et de tout ce qui est humain… fausseté et haine infernales… Lorsqu’ils accompagnèrent Jésus au Calvaire, aux portes de la Cité, pour y être crucifié par les Romains, qui d’entre les Juifs comprit que la destinée du peuple tout entier serait désormais d’être crucifié par les païens hors de la Cité sainte, et de rester ainsi, témoin de Dieu, éternellement cloué au carrefour où convergent et se croisent les destinées de l’Humanité, afin d’indiquer aux passants que nous sommes le sens de l’Histoire… Et depuis, alors que du fond des âges monte le nouvel israël pour emplir la maison du Seigneur, le Juif poursuit sa marche errante qui doit durer jusqu’à la fin des temps. »

    Dom Guéranger, L’Année Liturgique, 24e édition, 1912, La Passion et la Semaine sainte

  21. Périclès permalink
    17 mars 2011 20:39

    Les sites « sédévacantistes » catholicapedia.info, rore-sanctifica.org et resistance-catholique.org ne sont plus accessibles… Nous essayerons d’avoir davantage d’informations.
    Voir le site sédévacantiste pour rester catholique.
    J’attend vos remarques personnelle sur le sujet.

    en voilà d’autres qui disparaisse comme le blog des intransigeants.
    Le blog Virgo-Maria à été censuré aussi, alors la question est-elle dans la ligne de mire???

    • shalom permalink
      17 mars 2011 21:40

      péricles

      non La Question ne risque rien tant qu’elle tape sur les sédévacantistes et qu’elle soutient Ratzinger comme vrai pape et continuera de l’appeler le  » saint père  » ….
      ah!ah!ah! comme il fait bon se faire obéir !
      Incontestablement les juifs dominent , on ordonne et vous exécutez !
      shalom mes petits frères cadets dans la foi

    • gerdil permalink
      17 mars 2011 23:23

      Et les Intransigeants qui soutenaient Benoît XVI comme La Question et qui viennent d’être censurés, ils étaient sédévacantistes peut-être ?

      N’importe quoi !!

    • shalom permalink
      18 mars 2011 00:11

      gerdil

      par la teneur de leurs articles les intransigeants appelaient à l’antisémitisme , et ils ne censuraient en tout cas à ma connaissance aucun post racistes ou antisémites, ( car il y en avait beaucoup et parfois forts virulents ) d’où leur disparition .
      Les responsables de La Question sont « plus habiles dans leurs affaires « que ceux des intransigeants, nous dirons qu’ils sont moins fougueux et plus prudents.

  22. pèlerine permalink
    17 mars 2011 21:11

    Les juifs ne sont pas tous sémites, donc l’antisémitisme ne veut rien dire; c’est bien sûrs leurs livres qui sont condamnables, on leur apprend à haïr les chrétiens dés leur plus jeune âge (expérience faite), mais comme par hasard, je me suis aperçue que, trés souvent, les juifs athées font de même, c’est là que l’on a l’impression qu’ils sont une race à part, et l’oeuvre de tous ceux qui nous dirigent, croyants ou pas, vise à la destruction des peuples et des patries. Ils sont nulle part et partout.

  23. Périclès permalink
    19 mars 2011 11:21

    comment cela pèlerine que les juif ne sont pas tous sémites!!!
    l’antisémitisme ne veut rien dire!!!
    Vous exagérez oui.
    Des juif athées parce que selon vous cela existe!!!
    Les juifs une race à part tiens tiens!!!

    Vous en êtes si sûr pèlerine!!!

  24. xorus permalink
    19 mars 2011 12:39

    Et les juifs ils appellent à quoi shalom depuis des siècles par leur comportement ?

    Les pires meurtriers du XXe siècle étaient Juifs comme l’a montré Sever Plocker !

    (Merci à La Question pour cette info….et pour d’autres… Tuyau tapez « juifs » dans le moteur de recherche du blog)

    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/03/05/les-pires-meurtriers-du-xxe-siecle-etaient-juifs/

  25. sadish permalink
    19 mars 2011 12:47

    Les Juifs en tant que race n’existent pas, seul le judaïsme en tant qu’appartenance religieuse signifie quelque chose et désigne le Juif.

    Le mythe du « peuple juif » est le fruit d’une invention sioniste !

    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/01/13/lenorme-mystification-sioniste/

    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/01/12/le-mythe-du-peuple-juif/

    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/01/14/les-juifs-seraient-ils-des-khazars/

  26. pèlerine permalink
    22 mars 2011 19:47

    Oui les juifs athées existent, j’en ai la preuve, oui les juifs d’Europe centrale ne sont ps des sémites, seuls le sont les juifs arabes. Mais leur mentalité est la même.

  27. pèlerine permalink
    22 mars 2011 21:09

    Les Rthschild et les Aron, par exemple, ne sont pas sémites. Je connais des Aron athées.

  28. PEB permalink
    23 mars 2011 11:06

    @pèlerine:

    Et si. Les Rotschild, Aron et même les Edith Stein et les Lustiger sont Juifs selon les lois de Nuremberg de 1934. Ces lois avaient été approuvées dans leur principe par le grand rabbinat d’Allemagne car elle consacrait la séparation raciale et religieuse d’avec les Goyim appelés pompeusement Aryens.

    La Torah écrite et orale est essentiellement une loi de séparation.

    On ne s’échappe pas de sa judéité malgré l’abandon du Judaïsme. C’est en cela que le judaïsme moderne pharisien et sioniste est un totalitarisme plus pesant encore que celui de l’Islam sur les Musulmans. La mort elle-même ne peut en délivrer si on en croit la cérémonie du parvis qui précédas les obsèques du précédent cardinal-archevêque de Paris.

    Le Juif se pense comme d’abord comme race. Le Judaïsme est le seul culte authentiquement raciste.

  29. 23 mars 2011 11:41

    Joachim Prinz, qui s’installa plus tard aux Etats-Unis et devint le leader du Congrès Juif Américain, écrivit en 1934 dans son livre, Wir Juden («Nous, Juifs»), que la révolution nationale-socialiste en Allemagne signifiait «la Judaïté pour les Juifs».

    Il expliquait : «A la place de l’assimilation, nous désirons un nouveau concept : reconnaissance de la nation juive et de la race juive.»

    Après la proclamation des lois de Nuremberg en 1935, qui interdisaient les mariages et les relations sexuelles entre Juifs et Allemands, et de fait, proclamaient que les Juifs étaient une minorité nationale étrangère, le journal sioniste Jüdische Rundschau faisait bon accueil aux nouvelles mesures :

    « L’Allemagne … rejoint les demandes du Congrès Sioniste Mondial lorsqu’elle déclare que les Juifs vivant à présent en Allemagne sont une minorité nationale. Maintenant que les Juifs ont été classés comme une minorité nationale il est à nouveau possible d’établir des relations normales entre la nation allemande et le Judaïsme. Les nouvelles lois donnent à la minorité juive en Allemagne sa propre vie culturelle, sa propre vie nationale. Dans le futur elle sera capable d’ouvrir ses propres écoles, son propre théâtre, et ses propres associations sportives. En résumé, elle peut créer son propre avenir dans tous les aspects de la vie nationale …
    L’Allemagne a donné à la minorité juive l’opportunité de vivre pour elle-même, et lui offre la protection de l’Etat pour cette vie séparée de la minorité juive : le processus de croissance du Judaïsme à l’intérieur d’une nation sera de ce fait encouragé et une contribution sera apportée à l’établissement de relations plus supportables entre les deux nations. »

    Georg Kareski, dirigeant de l’Organisation d’Etat Sioniste «Révisionniste» et de la Ligue Culturelle Juive, et ancien dirigeant de la communauté juive de Berlin, déclara dans une interview dans le quotidien berlinois Der Angriff à la fin de 1935 :

     » Les lois de Nuremberg … me paraissent, mis à part leurs aspects légaux, se conformer entièrement à ce désir d’une vie séparée, basée sur le respect mutuel. … Cette interruption du processus de dissolution dans de nombreuses communautés juives, qui avait été encouragé par les mariages mixtes, est par conséquent, d’un point de vue juif, entièrement bienvenue. »

    Stephen S. Wise, président du Congrès Juif Américain et du Congrès Juif Mondial, déclara lors d’un rassemblement à New York en juin 1938 : «Je ne suis pas un citoyen américain de religion juive, je suis un Juif … Hitler avait raison pour une chose : il appelle le peuple juif une race, et nous sommes une race.»

  30. pèlerine permalink
    23 mars 2011 12:10

    On ne s’échappe du judaisme qu’en se convertissant.

  31. PEB permalink
    23 mars 2011 16:16

    @pélerine:

    Non.

    Du moins au sens des lois raciales de Nuremberg qui sont le contrepoint de la législation rabbinique posant un statut personnel juif comme l’a si bien présenté notre ami xorus.

    C’est là toute l’ambiguïté de la judaïté face au Judaïsme. Dur d’y échapper.

    Même le regretté cardinal Lustiger a dû souffrir une prière juive sur le parvis de Notre-Dame avant que la Sainte Eglise parisienne et Romaine ne s’empare définitivement de sa dépouille mortelle. Prudemment, Son Éminence affirma qu’Elle accomplissait réellement la Torah par Sa Foi en Jésus-Christ. Sa pauvre mère fut assassinée à Auschwitz. C’est cette ascendance tragique qui fit du titulaire de Saint-Louis-des-Français le légat « naturel » du Souverain Pontife lors des commémorations de la libération des Camps.

    Répudie-t-on son propre sang?

  32. pèlerine permalink
    25 mars 2011 23:16

    Je ne dirai pas que Lustiger fut un juif converti, non. Mais pour l’Eglise catholique, un converti est un chrétien, sa race n’a plus d’importance, seule compte pour nous la foi en Notre Seigneur Jésus Christ, qui est mort sur la croix pour racheter tous les hommes. Ce que peuvent penser les gens de la race des juifs n’est que politique, la foi est bien au-dessus de celà.

  33. apostolatus specula permalink
    21 avril 2011 23:42

    Vérités de la Sainte Ecriture :

    « Les Juifs ; eux qui ont tué le Seigneur Jésus et les prophètes, ils nous ont aussi persécutés, ils ne plaisent pas à Dieu et sont ennemis de tous les hommes, ils nous empêchent de prêcher aux païens pour les sauver, et mettent ainsi, en tout temps, le comble à leur péché. Mais la colère est tombée sur eux, à la fin. » 1 Thes II.14-15

    « Nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié… » Luc XXIV, 20

    « Hommes d’Israël, écoutez ces paroles : Jésus de Nazareth (…), vous l’avez fait mourir, le tourmentant par les mains des méchants. » Ac II, 22-24

  34. apostolatus specula permalink
    21 avril 2011 23:43

    Jésus-Christ, Dieu fait homme,est pour les Juifs aussi le Rédempteur et la seule Voie pour le Salut : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie : personne ne peut aller au Père si ce n’est par Moi. » (Jean, 14,6).

    Il n’y a pas pour les Juifs de chemins de salut séparé.

  35. 30 mars 2013 18:25

    Je vous aime et je vous ai compris.

Trackbacks

  1. La Semaine Sainte « La Question : Actualité Religieuse
  2. Cattolici anti-Ebrei | Incompiutezza
  3. Les Juifs peuple déicide ! | Résistance
  4. L’antijudaïsme religieux et l’antisémitisme | La Question : Actualité Religieuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :