Skip to content

L’antijudaïsme catholique

3 septembre 2013

 

« Le crucifix est un objet d’horreur aux Juifs.

 C’est pourquoi la Question juive est religieuse,

car le mystère de l’aveuglement de la Synagogue

est un phénomène religieux. »

 

  Le sujet étant d’une constante actualité, et alors que les confusions les plus nombreuses sont en permanence reproduites dès que l’on touche au problème du judaïsme, il nous semble nécessaire de revenir une fois encore, notamment dans la période actuelle, sur ce qu’est et en quoi consiste l’antijudaîsme catholique.  

C’est en 1890, en août précisément, que le journalLa Croix, fondé par les Assomptionnistes, se proclamera « le journal catholique le plus antijuif de France, celui qui porte le Christ, signe d’horreur aux Juifs. »  Mais pour le catholicisme, et ceci le distingue nettement de l’antisémitisme biologique,  le problème Juif est un problème essentiellement religieux et non racial. Les rédacteurs de La Croix au XIXe siècle ne le cachaient pas : «Nous croyons que la question est toute religieuse, car le mystère de la conservation de la race juive au milieu du monde est un phénomène religieux. (…) La question du Christ et du peuple déicide domine de très haut toute cette affaire. »

L’attitude nuisible du judaïsme synagogal avait déjà été notée, non sans une certaine acuité par Joseph de Maistre, lui qui, parmi les auteurs contre-révolutionnaires, fut le premier à s’exprimer sur le sujet, déclarant avec une certaine sévérité : « Les juifs méritent une attention particulière de la part de tous les gouvernements, il ne faut pas être étonné si le grand ennemi de l’Europe les favorise d’une manière si visible.Tout porte à croire que leur argent, leur haine et leurs talents sont au service des grands conjurés. Le plus grand et le plus funeste talent de cette secte maudite, qui se sert de tout pour arriver à ses fins, a été depuis son origine de se servir des princes mêmes pour les perdre. » (Quatre chapitres inédits sur la Russie, Chap. IVe , Vaton, 1859.)

I. Conception catholique de la Question Juive

portrait du juif.jpg

« Le judaïsme est devenu un antichristianisme. »

  L’ennemi de la chrétienté, en l’espèce la Synagogue, est donc selon Joseph de Maistre, liée à l’esprit satanique de la Révolution qui enrôle tous ceux qui s’opposent à l’Eglise et au règne social de Jésus-Christ.[2] La question, qui est ainsi posée à la chrétienté par le judaïsme, comme nous allons nous en apercevoir, est donc de nature étroitement et strictement spirituelle, effectivement toute religieuse – uniquement religieuse – là est le fond essentiel du problème, pas ailleurs.

Pierre Sorlin, dans son ouvrage très documenté, La Croix et les Juifs, exposa la conception catholique du problème Juif avec clarté : « Cette affirmation est l’une des plus constantes à La Croix. Pendant vingt ans, la Bonne Presse ne cessa de rappeler qu’il existe un problème parce qu’Israël est le ‘‘peuple déicide.’’ » [3]  Tout l’argumentaire des Pères Assomptionnistes fut donc centré sur cet aspect religieux de la question juive, ce qui en faisait bien l’expression d’un antijudaïsme théologique, et non, comme certains l’écrivent trop vite, d’un « antisémitisme » :

« Le peuple déicide s’est séparé des bon anges. Le déicide est, en quelque sorte, la marque de rupture. Dieu avait choisi un peuple pour répandre son Nom, et donner naissance à un Sauveur. Il avait gratifié ce peuple de qualités particulières, et spécialement d’une grande force de résistance à l’adversité. Pour lui permettre de survivre, il avait lui-même rédigé un code destiné à le protéger. (…) Déçus par la pauvreté du Christ, les Juifs le tuèrent et conçurent contre ses disciples une haine inexpiable. » (La Croix, 9 septembre 1896.)

II. Israël doit se convertir !

 On le constate, le propre de l’antijudaïsme, s’il n’épargne pas ses violentes critiques à l’égard du Juif talmudique, enténébré par les brouillards de la Synagogue, est convaincu que le retour à la Vérité de l’enfant d’Israël est une bénédiction salvatrice pour lui et pour l’Eglise. A ce titre, lors de la Parousie finale signale La Croix : « les nations infidèles acclameront le Sauveur, et les plus ardents seront les Juifs. » (La Croix, 29 janvier 1892). Ceci participe d’ailleurs de cette conviction, profondément inscrite dans les principes catholiques : « Les Juifs sont les restes du peuple choisi qui doit se convertir aux derniers jours ; l’univers connaît un grand conflit qui ne finira qu’avec le monde, par la conversion d’Israël dispersé. » (La Croix, 28 février 1890).

La conversion des Juifs

sera la seule solution définitive de la question juive.

Deux principes caractéristiques sont propres à l’antijudaïsme catholique :

 – Les chrétiens ont le devoir de s’attacher à convertir les Juifs. C’est ce que  fit La Croix qui demanda expressément au peuple déicide de se convertir, invitant les catholiques à faire un effort particulier pour cela :

 « On devrait prier pour la conversion des Juifs ; voilà l’œuvre par excellence. La conversion promise des Juifs sera la seule solution définitive de la question juive. » Question juive, cf. Une Croix pour la conversion d’Israël, 29 septembre 1897.

– Le baptême est suffisant pour enlever toutes les tâches :

« Que l’israélite renonce à la foi juive, qu’il revienne au christianisme et aussitôt il efface le signe de malédiction de son âme et de son front. La conversion seule et non le code civil peut effacer la malédiction. Les Juifs convertis qui se rangent sincèrement sous la bannière du Christ, rentrent dans la nation choisie. » La Croix, 6 novembre 1894 – 2 janvier 1897.

III. L’Antéchrist règnera à Jérusalem

Avant de se convertir les Juifs établiront le règne de l’Antéchrist 

Toutefois, un point est à noter – conforme à l’Ecriture et comme il nous fut donner de le dire dans Le Chef des Juifs : l’Antéchrist – – avant de se convertir les Juifs établiront le règne de l’Antéchrist : « Les Juifs proclameront un jour un faux Christ qu’ils reconnaîtront après avoir repoussé le vrai Christ, et celui-là sera l’Antéchrist, qui dominera le monde et règnera à Jérusalem. Toute l’histoire se déroule pour préparer ce grand drame historique dont nous sommes les acteurs et dans le drame du monde, le Juif jouera, jusqu’à la fin des temps, un rôle principal. La conversion du Juif, c’est-à-dire la fin de la lutte, sera le signe de la fin du monde. » (La Croix, 12 décembre 1883).

Conclusion

  Dieu a confié à Israël une tâche magnifique, et Satan une mission abominable. Tout le problème Juif, l’unique question juive se résume à ce commandement double et totalement contradictoire, qui ne peut se traiter, se penser et se régler, que sur un mode exclusivement et étroitement religieux.

Tout autre tentative, tout essai ou volonté de trouver une solution à la difficulté que représentent la place et le rôle du peuple d’Israël à l’intérieur de l’Histoire, qui ne prendrait pas en compte la dimension authentique de ce problème, se heurterait fatalement comme cela est arrivé d’innombrables fois au cours des siècles, et arrivera de nouveau de façon inévitable, à la force d’un mur formidable. Ce mur, déconcertant et quasi surnaturel, est une représentation  symbolique de celui qui soutenait le Temple de Jérusalem, et  s’il est aujourd’hui de nature spirituelle puisque l’ancien Temple est détruit, il convient  que soit forger un outil particulier pour le tailler afin d’en faire la base de l’édifice consacré à la gloire de Dieu et non de Satan, et cet outil, seul adapté à cette tâche sacrée, a pour nom : la théologie !

Notes.

1. Bailly, P.,  La Croix, 28 mai 1890.

2. Dieu a désavoué ceux qui ont renié son Fils unique et consubstantiel, “vrai Dieu né du vrai Dieu”, il a donc rompu son Alliance avec eux. Par conséquent, Il a ainsi constaté la stérilité du Judaïsme pharisaïque et rabbinique, qui est aujourd’hui enseigné dans les synagogues, judaïsme qui a tué son Fils, le condamne, le désapprouve, et le “maudit”. De ce fait, il n’y a absolument aucune « fidélité » des descendants d’Abraham à l’égard de Dieu, si ce n’est celle des Juifs qui répondirent à l’attente messianique, c’est-à-dire les Apôtres, les premiers convertis de l’Eglise de Jérusalem. Pour ces Juifs, devenus chrétiens, il ne saurait leur être reproché quoi que ce soit ; ils sont de parfaits chrétiens, membres de l’Eglise, membres du Corps mystique du Christ. Là est la grande différence d’avec l’antisémitisme raciste et biologique, qui s’oppose aux Juifs en raison de leur origine ethnique, ce qui est absolument inacceptable pour la doctrine catholique qui ne reconnaît plus en Jésus-Christ, ni Juifs ni païens, mais seulement des âmes consacrées, par l’eau, le sel et l’Esprit, toutes absolument appelées, par grâce, à la vie divine sans distinction mondaine d’aucune sorte.

3. Sorlin, P., La Croix et les Juifs, Grasset, 1967, p. 132.

Lire :

Le sionisme "chrétien", essai d'interprétation théologique

L’essence religieuse de la Question Juive !

64 commentaires leave one →
  1. Amédée permalink
    10 décembre 2010 14:22

    Bonjour
    est-il permis de porter autour du coup cette sorte de médaille constituée de l’étoile de David et de la Croix en son milieu ?
    Que signifie ce symbole qui je pense peut passer pour chrétien ?
    Merci de votre réponse

    • 11 décembre 2010 08:09

      Ce symbole est utilisé par les sionistes chrétien, mais il ne me semble par conseillé, eu égard au caractère délirant de leur position, que de le porter. Au contraire même., il est sans doute préférable d’éviter une telle initiative.

  2. Amédée permalink
    10 décembre 2010 14:22

    je rectifie ;  » autour du cou  » .

  3. 11 décembre 2010 08:05

    « Avant de se convertir les Juifs établiront le règne de l’Antéchrist »…c’est fait !

    • axelandre jerus permalink
      8 septembre 2014 23:07

      Sans les juifs en Israël point de retour de Jésus le christ dans le cas ou le pays serait devenu terre d’islam. Arrêtez de juger ce peuple et de se mettre à la place de la providence de Dieu.

  4. sixte permalink
    12 décembre 2010 10:42

    Les auteurs de Nostra ætate se sont acharnés au n° 4 à dissimuler la nature perverse du judaïsme. Or le judaïsme talmudique,est la religion des Juifs qui ont refusé l’Évangile en le taxant d’hérésie, rejeté le Sauveur en le traitant d’imposteur et persécuté l’Église en la déclarant usurpatrice de son patrimoine sacré.

    Aujourd’hui encore, ce judaïsme-là demeure la religion de la race juive et nourrit son orgueil. Nostra ætate constitue l’antithèse et la contradiction intégrale de la Doctrine catholique traditionnelle… Le Concile n’a pu contredire la Doctrine catholique qu’en se livrant à une falsification éhontée des Saintes Écritures qu’il prétendait retrouver et restaurer dans leur pureté perdue !

    Cette falsification, analogue à la  » perfidie  » juive, vaut à ses auteurs la même malédiction qui, jadis, retomba sur les déicides et leur progéniture.

    • papy permalink
      6 septembre 2013 13:25

      Et c’est bien pour cela qu’il est impossible à un catholique de considérer que ces gens là sont et constituent la hiérarchie de l’Eglise Catholique!!!

  5. Providas Romanorum permalink
    12 décembre 2010 10:51

    Faisant allusion au Concile Vatican II, le Pape lors de sa visite à la synagogue a souligné l’élan décisif qu’il a donné à la volonté de s’engager sur un chemin irrévocable de dialogue, de fraternité et d’amitié. « Le drame bouleversant de la Shoah représente » selon Benoît XVI « le summum de la haine qui naît lorsque l’homme oublie son créateur et se place au centre de l’univers… »

    (…) Comme Nostra Ætate le dit clairement, l’Église continue de valoriser le patrimoine commun aux Chrétiens et aux Juifs et désire une compréhension mutuelle et un respect toujours plus profonds à travers les études bibliques et théologiques comme à travers les dialogues fraternels. (…) les relations entre le Saint-Siège et le Grand Rabbinat continueront, à l’avenir, à croître dans le respect et la compréhension.
    Chers amis, je vous exprime à nouveau ma profonde appréciation pour l’accueil que vous m’avez réservé aujourd’hui. Je suis sûr que notre amitié continuera d’être un exemple de confiance dans le dialogue entre Juifs et Chrétiens à travers le monde. En regardant les réalisations accomplies jusqu’à présent, et en tirant notre inspiration des Saintes Écritures, nous pouvons regarder l’avenir avec confiance concernant la coopération toujours plus ardente entre nos communautés…. »

    (Discours de Benoît XVI au Grand Rabbinat de Jérusalem, 12 mai 2009).

  6. calixte permalink
    12 décembre 2010 11:10

    En effet, les Juifs, de nos jours, ne sont pas nos frères aînés comme le prétendait lors de sa visite à la synagogue à Rome en 1986, le Pape Jean-Paul II. Les Juifs sont complices du déicide aussi longtemps qu’ils ne se distancient pas de la culpabilité du Sanhédrin. De ce fait l’Eglise catholique n’est pas amie de la Synagogue !

    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/03/23/leglise-catholique-nest-pas-amie-de-la-synagogue/

    • Jérémie permalink
      14 septembre 2013 21:10

      Ces cathos concons sont insupportables avec leur expression de « frères aînés », ils ont oublié leurs Evangiles. D’autant que cette fraternité n’est qu’à sens unique !

  7. PEB permalink
    12 décembre 2010 22:42

    C’est plus subtil que ça.

    Pie XII fut reconnu de son vivant comme philosémite et aurait pu, par son action discrète mais efficace porter le titre éminent de Juste parmi les Nations.

    Le rapprochement du Saint-Siège avec la Synagogue est né dans la Shoah, mystère d’iniquité touchant au coeur le grand mystère d’iniquité. Juda fut exterminé non pas à cause de son dévoiement déicide mais au nom de sa mission première: porter témoignage de la vraie lumière. L’Eglise Catholique suivait Israël sur la liste noire. C’est dans la perspective de l’Holocauste que le titre d’aînesse doit être sans doute compris.

    Tant que la reductio a Hitlero ad Herodes ne sera pas faite, il sera impossible à la hiérarchie de faire autrement. Le dialogue avec les Juifs procède d’une réalité historique inédite où le concept de race faillit emporter celui de Salut. Les cartes ont été rebattues de la plus étrange façon.

    Donc le vénérable Jean-Paul II et vous avez tous les deux raison, chacun dans son sens, ou je fais fausse route.

  8. calixte permalink
    13 décembre 2010 11:47

    PEB

    Que le régime nazi ait eu des positions idéologiques en contradiction avec celles de l’Eglise, nous le savons. Sa conception étroitement biologique de la race n’est pas chrétienne, elle confère au seul plan naturel une dimension quasi transcendante, niant profondément le mystère surnaturel en œuvre dans chaque âme créée, et ce quelle que soit son origine. Cela fut rappelé par Pie XI en des termes non équivoques le 14 mars 1937 dans l’encyclique Mit brennender Sorge.

    Cependant, la tendance à la judaïsation de l’Eglise, même si elle a reçu après guerre du choc de l’épreuve subie par les juifs, une accélération significative, n’avait pas attendu Hitler et les nazis pour se manifester et faire entendre sa voix. On la retrouve dès le début du XXe siècle avec diverses associations philo-judaïques catholiques dont « l’union des Amis d’Israël », association judéo-chrétienne qui se verra condamnée par le Saint-Office en 1928 à cause de sa tendance à la sublimation raciale des juifs, devant lesquels les chrétiens devaient être en dévotion. Or cette tendance, crimes de la guerre ou pas, est une dérive dangereuse, car elle va jusqu’à oublier les critères séparant l’ancienne et la nouvelle alliance, et écrase la distinction des économies divines entre le temps de la loi et celui de la grâce. C’est faire peu de cas du Golgotha et de la Croix.

    Les cartes ont été rebattues certes après 1945, mais rien ni personne, et en aucun cas une question relative à la politique, ce qu’est cette question de la seconde guerre mondiale, ne peut changer la Révélation alors même que Vatican II et les papes contemporains tiennent un langage différent. Il convient de le dire avec l’Eglise de tous les siècles : tous, pour être sauvés, doivent confesser Jésus-Christ et recevoir le baptême – païens et juifs.

    Et cela signifie, ce que nient les enseignements post-conciliaires, que l’Israël spirituel authentique aujourd’hui c’est l’Eglise de tous les baptisés.

    Le peuple hébreu, l’Israël charnel, n’est plus qu’une réalité naturelle désacralisée dont la filiation divine, même si Dieu a un projet pour ce qui fut le peuple élu, a cessé sachant qu’il n’y rien « qui puisse suggérer l’idée d’une prérogative quelconque d’Israël comme peuple de Dieu depuis l’instauration de la Loi nouvelle. La promesse faite par Dieu au peuple israélite était une alliance temporelle et transitoire, abandonnée au profit de la Nouvelle Alliance.

    Ainsi le dialogue de l’Eglise avec les juifs, fait trop vite l’impasse aujourd’hui, Shoah ou pas, sur son devoir de conversion, et passe complètement sous silence le fait que le judaïsme rabbinique synagogal tel qu’on le connaît depuis le Christ et la chute de Jérusalem, qui s’est peu à peu imposé, dirigé par les Pharisiens, est une trahison considérable du judaïsme originel. C’est un judaïsme qui est né de son ressentiment parfois haineux et violent contre le christianisme.

    Mgr Joseph Lémann, juif converti, résuma la situation de manière remarquable : « Le peuple qui tua son Dieu, un jour doit se frapper la poitrine et crier : Pitié ! pitié ! mon Seigneur et mon Dieu ! ‘’Vous ne me reverrez plus, a dit le bon Maître aux Juifs, jusqu’à l’heure où vous me direz : Béni soit Celui qui vient au Nom du Seigneur !’’ Ah ! qu’elle vienne, qu’elle vienne bientôt cette heure, mon cher Fils ! Vous serez de ceux qui la hâteront. Ce talent que Dieu vous a donné, vous le mettrez au service de la Sainte Eglise pour la conversion d’Israël. »

    Cette position, qui est celle traditionnelle de l’Eglise depuis la Pentecôte, reste entièrement valable.

    • charles permalink
      7 septembre 2013 11:27

      Eh! Bien voilà qui est admirablement répondu à Peb…toujours un petit trop sûr de lui-même!
      Pour une fois, et sur ce point précis, je suis tout à fait en accord avec les rappels nécessaires de Calixte.
      Résumons-nous: le salut vient des juifs…mais des juifs convertis à leur Messie, c’est à dire à Notre-Seigneur.
      Tout le reste n’est que mauvaise littérature ou reniement de la foi!!!

  9. PEB permalink
    13 décembre 2010 17:00

    Je suis tout à fait d’accord avec vous, cher Calixte.

    La théologie chrétienne est cependant celle de l’Incarnation. Elle s’inscrit, par construction, dans l’Histoire. L’expérience humaine peut bouleverser, non pas le contenu, mais l’expression du dogme.

    La bonne attitude par rapport aux évènements est celle de la mère du Rédempteur qui « gardait toutes ces choses, et les méditait dans son cœur (Lc 2, 19).  »

    Pour reprendre le train de l’Évangile dans le bon sens, la reductio a Hitlero ad Herodes (Hitler, c’est Hérode et Hérode, c’est déjà Hitler) est sans doute la meilleure piste. Il en faudra du courage pour reposer la question historique en ces termes. Car elle pollue totalement la discussion puisque vous encourrez mille peines pour un tel négationnisme de seconde espèce. Selon l’orthodoxie contemporaine, la Shoah doit rester unique, opaque, incompréhensible: c’est le mystère des temps modernes. Elle est, en effet, l’alpha et l’oméga de toute réflexion actuelle sur la judaïté.

    Si on rattache Auschwitz à toutes les exterminations passées et donc au cri de Rachel pleurant les Innocents (Mt 2, 18)., c’en est fini de la singularité. La « banalisation » peut s’opérer. C’est le préalable indispensable au retour à la théologie traditionnelle sur les Juifs.

    Voilà donc le préalable au détricotage de Nostra Aetate.

  10. calixte permalink
    14 décembre 2010 00:40

    PEB

    Entièrement de votre avis, il faut ramener et impérativement rattacher les évènements de la seconde guerre mondiale à tous les crimes des siècles passés, et cesser de vouloir tout juger à l’aune d’Auschwitz. Et non seulement juger d’ailleurs, mais modifier et transformer, y compris la théologie du salut en exemptant de la nécessité du baptême les juifs en affirmant qu’ils relèvent d’un plan séparé vis-à-vis de l’œuvre de la Rédemption, ce qui est une folie et une négation de toute la perspective des Evangiles.

    Sur le plan philosophique, Martin Heidegger a montré qu’il faut « analyser la structure technique des camps dans l’idéologie technicienne du monde moderne », et Hanna Arendt elle-même (cf. Le système totalitaire), rappellera que l’horreur n’a malheureusement rien d’une « nouveauté dans l’Histoire », et on soulignera à ce sujet que l’expression « banalité du mal » provient du sous-titre même du livre qu’Hannah Arendt a consacré au procès d’Adolf Eichmann.

    Ainsi, la trop fameuse « singularité d’Auschwitz » dont on voudrait faire le mètre étalon de toute la pensée contemporaine (philosophique et théologique), c’est en réalité son absolue conformité avec l’ensemble des actes dont les hommes se sont rendus coupables depuis le commencement des temps.

    Trente avait pourtant signifier clairement la coresponsabilité générale et générique du mal en tous les hommes depuis le début des siècles :

    « Si l’on veut chercher le motif qui porta le Fils de Dieu à subir une si douloureuse Passion, on trouvera que ce furent, outre la faute héréditaire de nos premiers parents, les péchés et les crimes que les hommes ont commis depuis le commencement du monde jusqu’à ce jour, ceux qu’ils commettront encore jusqu’à la consommation des siècles.(…) Ce sont nos crimes qui ont fait subir à Notre-Seigneur Jésus-Christ le supplice de la Croix, à coup sûr, ceux qui se plongent dans les désordres et dans le mal crucifient de nouveau dans leur cœur, autant qu’il est en eux, le Fils de Dieu par leurs péchés.»

    Catéchisme du Concile de Trente 1re partie, chapitre 5, § 3

    Evidemment que « la théologie s’inscrit, par construction, dans l’Histoire », nous obligeant à changer non le contenu, mais l’expression du dogme, c’est là une impérative nécessité afin que la Bonne Nouvelle soit entendue à chaque époque. Cependant, la réitération mécanique de l’affirmation tant de fois exprimée : «Il n’est certainement pas possible de penser Dieu aujourd’hui de la même façon qu’avant Auschwitz», s’est inscrite, non pour changer l’expression du dogme, mais en modifier la teneur puisque les pères du dernier conciles allèrent, oubliant que du point de vue de la théologie dogmatique la fidélité à la Tradition est le critérium de vérité, jusqu’à inscrire dans le paragraphe IV de Nostra Aetate consacré à la religion juive, que la Passion du Christ « ne peut être imputée aux Juifs vivant alors, ni aux Juifs de notre temps ».

    http://www.la-question.net/archive/2009/10/01/l-infidelite-spirituelle-des-juifs.html

    Or, ceci est faut. Les juifs ont leur responsabilité engagée dans cette Passion comme le dit l’Ecriture :

    – « Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes, nous empêchant de parler aux païens pour qu’ils soient sauvés, en sorte qu’ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre. »
    (I Thessalonicens 2,15-16)

    http://www.la-question.net/archive/2009/02/07/le-peuple-deicide.html

    L’Eglise contemporaine, l’oeil fixé sur cette chimère de l’unité du genre humain fondée sur la sacro-sainte « dignité de la personne »(cf. Message du 12 décembre 2006 pour la journée de la paix du 1er janvier 2007), a rajouté à ses rêves humanistes, un philo-judaïsme qui va jusqu’à ne plus oser soutenir la nécessité de la conversion pour le Salut pour les juifs au prétexte d’une commune appartenance de tous les hommes au drame d’Auschwitz.

    En réalité, cette « unité » n’est qu’un idéal naturaliste, une illusoire fraternité universelle dans un mal non « singulier » auquel est conféré une dimension exorbitante et tyrannique, qui asservit l’Eglise à un dogmes laïque au sein de la société mondialisée, alors que son rôle est de témoigner de la transcendance libératrice de Dieu et de précher la possibilité et la nécessité, pour chaque homme sans distinction, de s’extraire du péché par la grâce de l’unique sacrifice de Jésus-Christ.

    • Pélikan permalink
      14 décembre 2010 10:11

      Voilà bien toute l’attitude traditionaliste exprimée par calixte.

      Faire comme si les papes étaient papes, et si le dogme de la Shoah devait être pris au sérieux.

    • calixte permalink
      14 décembre 2010 11:43

      Pelikan

      Nous ne mettons pas sur le même plan, contrairement à vous ou à Jérôme Bourbon qui en a fait un élément de sa réthorique argumentaire, la légitimité des Pontifes romains et la question de la Shoah, le faire est une très grave erreur.

      Certes le « dogme historique » de la seconde guerre mondiale, avec la force que l’on sait, a eu la fâcheuse tendance à devenir une vérité théologique pour la Rome conciliaire. Raison de plus pour que, de notre côté, nous sachions respecter les distinctions entre les ordres et éviter les confusions de sens contraire, c’est la seule attitude stratégique capable d’éviter bien des pièges qui sont en réalité des impasses tragiques tant sur le plan historique que théologique ou dogmatique.

      https://lebloglaquestion.wordpress.com/2009/10/19/mgr-williamson-poursuivit-par-la-justice-allemande/#comment-13155

  11. PEB permalink
    14 décembre 2010 10:28

    A propos de Hannah Arendt, la « banalisation du mal » est considéré, dans l’intelligentsia, comme une caractéristique essentielle de la Solution finale. Le mal est « banal » dans ses exécuteurs mais sidérant dans son exécution. La tête de Méduse n’a pas encore fini de nous pétrifier.

    On peu évoquer le point Godwin (du nom de son inventeur) qui désigne, sur les forums Internet, la reductio ad Hitlerum comme le point crucial où bute toute discussion un peu animée: comme si le Nazisme était le seul et unique mal absolu, occultant ainsi la responsabilité de nos premiers parents et, surtout, du Serpent homicide depuis la fondation du Monde.

    Il nous manque encore une théologie de l’Histoire qui, dans l’esprit de la Tradition, embrasse aussi le siècle dernier.

    • Kristian permalink
      14 décembre 2010 15:06

      Il ne faut pas oublier que la « banalité du mal » est avant tout une arme idéologiques contre les sociétés chrétiennes. Si une telle chose a pu être possible, nous dit-on, c’est en raison des structures familiales, sociales et religieuses de nos sociétés. Le père de famille chrétien est un fuhrer miniature qui tyranise les membres de sa famille. La société hiérarchisée et homogène porte en elle les germes de la discrimination, du racisme et du génocide. Et finalement la religion chrétienne est fondamentalement antisémite et intolérante (Croisades, Inquisition, pogroms, etc.). Les seuls remparts contre cette banalisation sont donc l’éclatement de la famille, le refus de l’autorité et l’immigration de masse, et bien sûr la réforme de l’Église qui doit abandonner tout ce qui pourrait ressembler à de l’intolérance ou de l’antisémitisme.
      Il est donc illusoire de penser qu’on peut utiliser ce concept pour montrer que la Shoah n’est pas unique, puisque le mal serait banal. Ces idéologues ne l’entendent pas du tout dans ce sens-là. Pour eux, il est uniquement banal de retrouver des tendances génocidaires dans une société chrétienne, patriarcale et homogène.

    • PEB permalink
      14 décembre 2010 22:59

      C’est là toute la perversion de ce monde: faire prendre vessie pour lanterne.

      La Sainte Famille est évidemment le seul tabernacle du Salut. Les puissances veulent l’abattre dans toute autorité légitime mais aussi en tout enfant innocent.

    • charles permalink
      6 septembre 2013 13:42

      Pauvre Pelikan!!! Il vient de se faire ramasser par les Grands Prêtres de ce blog!!! Ca lui apprendra à avoir de mauvaises fréquentations!!!! Finalement, je n’ai pas envie de le plaindre!

  12. hannibalgenga permalink
    26 décembre 2010 19:14

    Saint Etienne, premier martyr + fête de la Sainte Famille

    Voici l’Evangile du 26 décembre si nous n’étions pas tombés le dimanche dans l’octave de Noël :

    En ce temps-là, Jésus dit aux scribes et aux pharisiens : “Voici que je vais vous envoyer des prophètes, des sages et des scribes. Vous en tuerez et en crucifierez, vous en flagellerez dans vos synagogues et en pourchasserez de ville en ville, afin que retombe sur vous tout le sang innocent répendu sur la terre, depuis celui de l’innocent Abel jusqu’à celui de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassiné entre le sanctuaire et l’autel.

    En vérité, je vous le dis, tous ces crimes retomberont sur cette génération. Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et lapide ceux qui te sont envoyés, que de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses petits sous ses ailes, et tu ne l’as pas voulu! Eh bien! votre demeure va vous être laissée déserte. Car, je vous le dit, vous ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur!”

    Voilà pourquoi les chrétiens doivent être opposé au mensonge judaïque et les idéologies christophobes qu’il engendre ! C’est la parole de Dieu. Juifs, convertissez-vous!

    http://www.intransigeants.com/2010/12/26-decembre-saint-etienne-premier-martyr-fete-de-la-sainte-famille

  13. Actualité Juive permalink
    26 décembre 2010 21:06

    Lors de son interview de Noël pour une émission matinale de la plus grande station de télévision de Grèce, Mega TV, le Métropolite Seraphim du Pirée a dit que le sionisme international tente de détruire les valeurs familiales en favorisant les familles monoparentales et les mariages gais, et qu’une conspiration sioniste vise à asservir la Grèce et l’orthodoxie chrétienne.

  14. GGG permalink
    20 février 2011 22:13

    Un tel ramassi de haine pour des gens pourtant censés être portés par des valeurs morales est désolant…
    Je prendrais meme pas la peine de repondre a des fanatiques antropocentriques, racistes, extrémistes comme vous.

    • charles permalink
      6 septembre 2013 13:29

      Je vous conseille le millepertuis…en tisane…cher GGG! Cela vous permettra de vider vos humeurs et d’apurer vos neurones!!!

    • Jérémie permalink
      14 septembre 2013 21:17

      Aaaahhh la haine… que serait la synagogue sans la haaaaaiiiine ?

  15. Actualité permalink
    26 avril 2011 12:06

    Jésus-Christ en singe, crucifié et traité de nazi à la TV israélienne

  16. Koopa Troopa permalink
    26 avril 2011 12:38

    @Actualité

    Au risque de me répéter, j’en connais qui faisaient moins les fiers en 1942…

  17. Lancre permalink
    27 avril 2011 00:42

    « Le Juif ne peut pas faire autre chose dans le cours de l’histoire que de persécuter le Christ  » (Abbé Mienvielle)

    « Des juifs vient le Salut. Mais le Salut, même pour les juifs. Le Salut, ce n’est ni les juifs, ni leur père Abraham. Le Salut, c’est le Christ ! Le juif qui n’adhère pas au Christ est un «être d’iniquité», il est un «être de perfidie», et il ne peut pas faire autre chose dans le cours de l’histoire que de persécuter le Christ. Même qu’il ne le veuille pas, c’est son destin. Parce que la raison d’être de cette race, c’est le Christ. Ou bien avec Lui, ou bien contre Lui. De là la perfidie du juif charnel. Et tout juif est charnel qui n’adhère pas au Christ. »

    http://semperfidelis.over-blog.fr/article-il-est-un-etre-d-iniquite-72491517.html

    • charles permalink
      7 septembre 2013 11:38

      Excellent rappel Lancre! Les vrais juifs c’est nous les chrétiens catholiques ainsi que tous nos frères juifs convertis. Tout juif qui n’adhère pas au Christ est un perfide car il s’agrège au déicide du Sanhédrin…
      Vous comprenez pourquoi « ils » ont supprimé le mot « perfide » des impropères du Vendredi Saint???….
      « Eux » se sont agrégés à la Synagogue de Satan, et bien que non juifs, ils participent pleinement à leur perfidie…..
      « Ils » sont déjà condamnés….

  18. Alain permalink
    14 août 2011 20:01

    Bonjour.

    Je tiens avant tout à vous féliciter pour l’immense travail que vous fournissez.

    La raison de mon intervention est la suivante. Si le problème du judaïsme est exclusivement d’ordre religieux, comment éxpliquer l’existence de juifs non-pratiquants ou même athées?

    Qui de plus, se révèlent être largement aussi nuisibles et haineux envers la religion Catholique, la France et tous les peuples enracinés d’une manière générale, que les juifs pratiquants.

    Ce constat me fait dire que le problème juif n’est pas uniquement religieux, je ne pense pas non plus qu’il soit biologique ou racial.

    Bref, si les responsables de ce site ou tout autre intervenant érudit avaient le temps et l’amabilité d’éclairer ma lanterne, je lui en serais reconnaissant.

    Merci d’avance.

    Cordialement.

  19. Organiste39 permalink
    11 avril 2012 15:05

    Tout d’abord sainte et joyeuse fête de Pâques à tous!
    En effet, la question juive est purement religieuse, et non raciale, c’est clair. Elle est aussi politique.
    Quoi qu’il en soit, prions pour eux pour qu’ils acceptent enfin de reconnaître le Christ.
    GGG, justement nous ne souhaitons que la conversion. Personne ne dit autre chose.

  20. Alix permalink
    11 avril 2012 21:45

    Je pense que la question juive est raciale, aucune conversion n’étant possible les non-juifs seront toujours des chiens! Mais la question politique est trés forte aussi puisque tous les juifs de tous pays sont avant tout israéliens; nous nous heurtons à un mur. Leur but est l’asservissement des races à leur profit; le profit est l’idéal des juifs.

  21. Michel permalink
    19 avril 2012 14:22

    Les occidentaux sont devenus aveugles depuis que la religion catholique et l`instruction religieuse a été enlevée surtout aux élites occidentale.

    Il est maintenant plus que certain que nos pays sont aux main d`une kabbale internationale judéo-maconnique – la maconnerie étant elle-meme au service d`Israel et du projet talmudique mondial. Seul les aveugles peuvent maintenant nié ce fait.

    Extrait de Céline –
    BAGATELLES POUR UN MASSACRE

    Nous ne devons jamais oublier que…

    « C’est à la Franc-Maçonnerie qu’on doit la République de cette époque; que ce sont les Maçons et les Loges qui ont fait la République. »

    Convent du Grand Orient 1887.

    « Le premier acte des Francs-Maçons sera de glorifier la race juive, qui a gardé inaltéré le dépôt divin de la science. Alors ils s’appuieront sur elle pour effacer des frontières. »

    « Le Symbolisme », revue maçonnique, 1926.

    Est-ce assez clair? Ils s`appuieront sur elle pour effacer les frontieres ( Union Européenne et son parlement juif – Union Nord-Américaine – en charge 4 juifs dont Michael Chertoff)

    Le Parlement Juif Européen reprend notre initiative pour obtenir la démission de Catherine Ashton

    mars 29th, 2012 Aschkel

    Nous saluons l’European Jewish Parliament (EJP), dont Jean-Marc MOSKOWICZ président d’Europe Israël est membre, et l’European Jewish Union (EJU) d’avoir repris notre initiative d’une pétition afin d’exiger la démission de Catherine ASHTON.

    Pour mémoire nous avons lancé le 20.Mars une grande pétition européenne pour exiger la démission de Catherine ASHTON pour avoir osé comparer le massacre gratuit de 3 enfants Juifs parce qu’ils étaient Juifs à la situation à Gaza le 20 mars au lendemain de l’attentat antisémite de Toulouse.

    Aschkel et Jean-Marc Moskowicz créateurs de ce site

    Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2012/03/le-parlement-juif-europeen-reprend-notre-initiative-pour-obtenir-la-demission-de-catherine-ashton/#ixzz1sUJa3s1Q

    L`Union Nord-Américaine – projet discret d`unir le Canada, le Mexique et les USA sans consultation publique – projet poussé par les juifs talmudiques – par Georges Bush – le Skulls and Bones et franc-macon par Obam le pion des Juifs de Chicago et de Rham Emmanuel.

    En charge de pousser l`Union Nord-Américaine – des juifs talmudiques

    THE JEWS WHO RUN the US Department Of Homeland Security:

    1) Director Michael Chertoff 2) Deputy Secretary Paul Schneider 3) Operations Director Fred Schwien4) Technology Secretary Jay M. Cohen 4) Senator Joseph Lieberman have been assigned by President Bush to implement the secretly planned North American Union

    http://www.realzionistnews.com/?p=196

    Nous vivons une tentative d`établir un Nouvel Ordre Mondial judéo-maconnique aux ordre d`Israel et des promesses du Talmud de Babylone.

  22. 20 avril 2012 00:05

    Pour un catholique, l’anti-judaïsme est un signe de santé spirituelle et une question de bon sens. Comment un VRAI catholique pourrait prétendre être pro-judaïque puisque même Jésus Christ étati anti-judaïque dans son discours et son mode de vivre.

    • charles permalink
      6 septembre 2013 13:32

      Tout à fait d’accord Trady Anonyme!!! Un vrai catho ne peut qu’être anti-judaïque….ce qui le sépare absolument de la secte conciliaire qui a vendu son âme à la Synagogue de Satan.

  23. 23 avril 2012 22:44

    Le candidat PS à la présidentielle François Hollande assure, vendredi dans un entretien à l’hebdomadaire Actualité juive, que, s’il est élu, il sera « implacable dans la lutte contre l’antisémitisme ».

    « Ce n’est pas aux Français juifs de se défendre eux-mêmes, c’est à la République de les protéger. Je ne laisserai rien passer: les actes antisémites, mais aussi les propos, et plus largement ce qui peut contribuer à un climat, à un air du temps, qui isolerait les juifs à l’intérieur de leur propre pays », ajoute-t-il. « Internet devra notamment faire l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics », a-t-il poursuivi.

    http://www.contre-info.com/hollande-et-le-sens-des-priorites

    • IHSV permalink
      24 avril 2012 09:39

      Bientôt la camisole de force gauchiste qui a déjà frappé les Intransigeant d’étendra-t-elle à la Question..?

    • Gerdil permalink
      24 avril 2012 16:21

      C’est à espérer que non car ce serait faire taire l’expression argumentée de l’antijudaïsme théologique sur le net…mais il est vrai que les temps qui s’annoncent ne rassurent guère.

  24. moreau permalink
    29 avril 2012 20:36

    je suis juif et horrifié par ma lecture de ce site. Je croyais naïvement que les derniers antijudaîques primaires se trouvaient parmi les islamistes , et quelques FN. En effet vous êtes en plein délire : »nuisibles et haineux envers la religion Catholique »; »Leur but est l’asservissement des races à leur profit » !!! Vous parlez d’un peuple qui n’a cessé d’être persécuté et qui lutte pour sa survie ,et Jésus en faisait partie .Vous le trahissez profondément et cruellement en condamnant les siens de la sorte.Vous vous l’êtes approprié!Vous mélangez Dieu et celui que vous appelez son fils.Ce qui vous gêne, c’est que vous êtes juste des juifs qui pensent que le messie est déjà arrivé en la personne de Jésus. Je n’ai jamais entendu un juif critiquer les chrétiens, sauf lorsqu’ils ont un comportement ou un discours aussi antisémite que le vôtre.
    Tout se passe comme si vous aviez été inexorablement conditionné par vingt siècles d’un dramatique mensonge de l’histoire : celui du peuple déicide.
    Désolé, mais moi, j’aime mon prochain.

    • Emmanuel:. permalink
      30 avril 2012 10:11

      Rassurez-vous Moreau il n’y a que parmi une petite frange de cathos qu’on trouve ce genre de discours à mille lieux des enseignements évangéliques.

    • Mario permalink
      30 avril 2012 14:46

      C’est vrai que les juifs ont été persécuté. Expulsés plus de 50 fois à travers l’histoire, y compris aux USA, dans les zones de combats, lors de la guerre de civile…
      C’est toujours, toujours, toujours la faute des autres, éternellement. L’antijudaïsme, sémitisme, etc…est inexplicable, on le sait, seul les fous en sont capable,…la preuve : regardez Hitler…que dire sinon lol, devant tant de mauvaise foi et si peu d’examen de conscience.

    • Croisé du Seigneur permalink
      6 juin 2012 16:46

      La vindicte satanique des Juifs sera tôt ou tard punie .

    • charles permalink
      6 septembre 2013 13:34

      Vous aimez votre prochain Moreau??? Soit! Alors convertissez-vous! Redevenez un vrai juif!

  25. moreau permalink
    2 juin 2012 22:06

    Désolé d’avoir tardé à répondre: merci à Emmanuel et à Mario.Vous me réchauffez le coeur dans un monde où le réflexe de bienveillance à laissé la place à des comportements agressifs de frustrés, de jaloux – bref, de dépressifs masqués-, dans une société qui ne correspond à plus personne. Hélas, chacun peu se repaitre sur Youtube de ce qu’il cherche -et trouve forcément-; il y en a là pour tous les gouts! Chacun peut prendre les raccourcis qu’il souhaite pour assouvir sa haine. Une haine qui est orientée, dès notre enfance, par le conditionnement de notre éducation. Si Hollande projette d’être « implacable dans la lutte contre l’antisémitisme », pourquoi dire qu’il « s’agenouille »?Ca l’obligera aussi à être implacable dans la lutte contre les autres formes de racisme, et peut être, je l’espère, à manifester contre les agressions anticatholiques en Egypte, en Turquie, Algérie …

    • charles permalink
      6 septembre 2013 13:38

      Question à Moreau: tous vos livres saints, vos prophètes annoncent la venue du Messie, la venue du Sauveur. Reconnaissez-vous le Christ comme Messie? Ou êtes-vous du côté du sanhédrin? Si c’est le cas vous êtes un juif perfide et vos jérémiades n’y changeront rien!
      Convertissez-vous!

  26. 12 avril 2013 11:45

    Une image qui séduisait au-delà de la communauté juive, puisqu’il était même surnommé « le rabbin des cathos modernistes ».

    Outre son livre d’entretiens avec le cardinal Barbarin, Gilles Bernheim avait inspiré un certain nombre de catholiques dans leur réflexion contre le mariage homosexuel.

    La clarté de la pensée et la puissance de la synthèse soutenaient d’ailleurs l’essai que Benoit XVI qui l’adorait, l’avait cité en exemple.

    Or des passages entiers de cet ouvrage seraient tirés de l’œuvre d’un prêtre, Joseph-Marie Verlinde (« L’Idéologie du Gender »).

    http://konigsberg.centerblog.net/2246-ces-societes-secretes-qui-dominent-le-monde

    • charles permalink
      6 septembre 2013 13:40

      Emmanuel vous êtes un apostat de la foi…ou un franc-maçon en mission sur ce blog…..!
      Que choisissez-vous?

  27. 7 septembre 2013 16:04

    « Vous comprenez pourquoi « ils » ont supprimé le mot « perfide » des impropères du Vendredi Saint???….
    « Eux » se sont agrégés à la Synagogue de Satan, et bien que non juifs, ils participent pleinement à leur perfidie…..
    « Ils » sont déjà condamnés…. »

    Cher Charles,

    Ceux dont vous parlez ont supprimé le mot « perfide » des impropères du Vendredi Saint , tout simplement parce qu’ils ne croient pas que les juifs soient « perfides »….

    • charles permalink
      8 septembre 2013 14:23

      Que Votre Seigneurie me pardonne mais je ne comprends pas la portée réelle de votre observation…..!!!

  28. 8 septembre 2013 16:42

    C’est pourtant simple. Vous écrivez que…les « occupants » du Vatican, si je ne me trompe pas,  » ont supprimé le mot « perfide » des impropères du Vendredi Saint » parce qu’ils se seraient  » agrégés à la Synagogue de Satan » : « bien que non juifs, ils participent pleinement à leur perfidie….. », dites-vous.
    Moi je crois plutôt que si ces gens ont supprimé ce mot, « perfide », des impropères du Vendredi Saint, c’est parce qu’ils ne croient pas à ce qu’il implique. Ils ne croient pas que les Juifs soient des gens sans foi…Ils refusent de les considérer comme tels : ils s’y refusent. Pour eux, les juifs suivent un chemin et nous, chrétiens, un autre, mais cela n’en fait point des gens mauvais. Donc, ils ne veulent plus les appeler « perfides »…Bref, il ne s’agit que d’une mesure philosémite.

  29. 8 septembre 2013 17:31

    Un détail que j’ai oublié : je m’appelle « Vivien de la Panouse » , mais ce n’est pas une raison pour me donner du « Votre Seigneurie », car je ne suis point un aristocrate.

  30. Olivier permalink
    13 septembre 2013 00:43

    Je ne comprends pas la raison d’être de ce fil anticatholique: si les Juifs sont une des causes de la Passion du Christ, ils ne le sont qu’aux côtés des Romains (Pilate, représentant d’Auguste, a bien avalisé le décret du Sanhédrin, qui lui-même s’était adressé à Hérode, etc.); la cause première semble être davantage l’homme pécheur lui-même, c’est-à-dire nous tous. Ce n’est pas la doctrine de Vatican II, c’est celle du Concile de Trente:

    « Nous devons donc regarder comme coupables de cette horrible faute, ceux qui continuent à retomber dans leurs péchés. Puisque ce sont nos crimes qui ont fait subir à Notre-Seigneur Jésus-Christ le supplice de la Croix, à coup sûr, ceux qui se plongent dans les désordres et dans le mal crucifient de nouveau dans leur cœur, autant qu’il est en eux, le Fils de Dieu par leurs péchés, et Le couvrent de confusion. Et il faut le reconnaître, notre crime à nous dans ce cas est plus grand que celui des Juifs. Car eux, au témoignage de l’Apôtre, s’ils avaient connu le Roi de gloire, ils ne L’auraient jamais crucifié. Nous, au contraire, nous faisons profession de Le connaître. Et lorsque nous Le renions par nos actes, nous portons en quelque sorte sur Lui nos mains déicides. »
    Catéchisme du concile de Trente (1re partie, chapitre 5, § 3)

    Sainte Angèle de Foligno écrit par ailleurs (ch. 31 de son livre des visions et des instructions): « Le péché de ses bourreaux étant sans proportion, Jésus, qui haïssait le péché d’une haine infinie, ne sentait pas seulement sa Passion en tant que supplice, il la sentait en tant que péché et souffrait d’elle en tant que péché plus que des autres crimes. Le péché avait pour auteur des peuples entiers, les Gentils, les Juifs, ou plutôt le genre humain réuni contre Dieu dans un jour de grande fête. Sa douleur sans mesure, digne du crime et des criminels, de leur nombre et de son énormité, se répandait sur les nations. »

    Je vois, à la lecture de cette page, que la conversion des catholiques au catholicisme est encore loin d’être gagnée.

  31. 14 septembre 2013 01:00

    Olivier,

    Vous dites ne pas comprendre l’objet de cet article antijudaïque car Vatican II exonère les Juifs du crime de déicide ?

    Eh bien il se trouve que Vatican II se tromppe lourdement, et contredit même l’Evangile.

    En effet le Concile Vatican II, concile schismatique selon Mgr Lefebvre car il est traversé par de thèses inacceptables, dira « qu’on ne peut charger les Juifs de notre temps ni tous ceux ayant vécu à l’époque des évènements de la souffrance du Christ ».

    Est-ce conforme avec l’enseignement de saint Pierre qui interpelle les Juifs sans distinction, et selon lequel ils seraient les assassins du Sauveur ?

    NON !

    Est-ce conforme à l’enseignement de saint Paul qui écrit : « Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes » (I Thessalonicens 2,14-15) ?

    NON !

    Le passage complet :

    « Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes, nous empêchant de parler aux païens pour qu’ils soient sauvés , en sorte qu’ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre. » (I Thessalonicens 2,15-16)

    Ces lignes sont à l’évidence impressionnantes car, outre l’incontestable « déicide » qui se dégage des termes employés et que l’on ne pourra que difficilement nier, elles soutiennent que les Juifs, puisque leurs efforts sont conjugués pour empêcher que l’Evangile soit annoncé aux païens, sont « ennemis de tous les hommes » ; on est très loin de Nostra Aetate !

    Il importe donc de rappeler que si tous les Juifs, indistinctement, ne sont pas « déicides », puisque ceux devenus chrétiens sont en effet lavés de cette faute par la grâce du baptême, néanmoins il est nécessaire de préciser avec l’ensemble des pères de l’Eglise, que les Juifs actuels, qui approuvent encore sur le plan religieux la mise à mort de Jésus-Christ, portent inévitablement la faute de leurs pères.

    Mgr Lémann écrit : « Parmi les assemblées qui sont demeurées responsables devant la postérité, il en est une sur laquelle pèse une responsabilité exceptionnelle : c’est l’assemblée qui présida aux derniers jours de la vie nationale du peuple juif. Ce fut elle qui fit comparaître et condamna Jésus-Christ. Elle porte dans l’histoire un nom à part ; on l’appelle le sanhédrin. » (Valeur de l’Assemblée qui prononça la mort contre Jésus-Christ, 1877).

    Ainsi, les Juifs, incrédules envers la divinité du Christ, constitueront après la chute de Jérusalem un judaïsme talmudique, rabbinique et pharisaïque qui, plus qu’une religion proprement dite, sera en fait une lignée extrêmement hostile au christianisme. Et c’est pourquoi les Juifs sont complices du déicide aussi longtemps qu’ils ne se distancient pas de la culpabilité du Sanhédrin !

    Voilà pourquoi, dans sa lettre Encyclique Etsi multa luctuosa (1873), Pie IX assimile les Juifs à la figure de la Synagogue de Satanhostile au Christ et à son Eglise. Mais peut-être que selon-vous le Pape Pie IX n’est pas catholique ?

    C’est Vatican II qui ne l’est plus catholique Olivier, et qui a changé la religion.

    Réaffirmer que l’Eglise soutient un antijudaïsme religieux, c’est soutenir tout ce que l’Eglise et les Papes ont professé jusqu’à Vatican II !

    Demeurer catholique c’est conserver cette doctrine, la refuser c’est s’exclure de l’enseignement multiséculaire de l’Eglise, et donc, cesser d’être catholique.

    Pax Vobis +.

    ***********************************************

    Lire :

    L’infidélité spirituelle des Juifs
    ou la culpabilité historique du judaïsme moderne
    http://www.la-question.net/archive/2009/10/01/l-infidelite-spirituelle-des-juifs.html

    • charles permalink
      16 septembre 2013 09:46

      « C’est Vatican II qui ne l’est plus catholique Olivier, et qui a changé la religion »
      Phrase admirable et emblématique de La Question…s’il en est!
      C’est précisément cette phrase qui condamne tous ceux qui n’en tirent pas les CONCLUSIONS CATHOLIQUES OBLIGATOIRES en vertu même du principe de non-contradiction!

      PAX VOBIS!

  32. Selma permalink
    3 octobre 2013 02:29

    Bonsoir Je ne suis pas catholique mais je suis ravie pour la France et son identité de constater quil reste des » ilots » où survit,en effet l’esprit catholique « de toujours ».(Mrg Lefebvre)J ai ete moi meme stupéfaite de decouvrir les ecrits de Mrg Delassus et beaucoup d autres ecrits de penseurs traditionaliste, porteurs de la foi catholique traditionnelle qui ont parsemés l histoire de leur écrits afin de raconter,laisser temoignage de la guerre quils ont livré contre la franc maconnerie et l entree de l esprit liberal en France, l opposition au vice de l usure,liberation du commerce et l importance de la lutte contre les « marchands du temple ». Découvrir ses profils,ses hommes valeureux ,volontairement oubliés de l histoire m’a simplement rendue admirative ,d autant qu’ on sait bien que c est les vainqueurs qui « ecrivent » l histoire , des hommes Digne ont tenté de tenir un Front Lumineux et Valeureux depuis le schisme,la revolution et vatican 2,face a un ordre et une pensée qui enmene confusion et perdition de l homme au nom de la modernité et de la liberté. Ces lectures,la decouverte de ses « enjeux » , ses batailles qu ont livré des catholique sinceres m ‘ont fait avoir une autre vision du monde catholique,que je connaissais peu . C est injuste la facon dont l histoire a été pervertie,l eglise a été calomniés,infiltrées,attaquées ,une falsification de la realité a fini par se faire,un voile s est mis entre l Homme et son histoire, c est toujours beau de voir que la verité est ,a chaque génération, tout de meme comprise ,intégrée et transmise par une minorité, « sauveuse »,de principe. Le feu du coeur sacree reste allumée,bravo….Je crois que Dire la verite,la faire vivre ne peut etre « raciste » « criminelle » ou « condamné »….

  33. 30 novembre 2013 00:31

    Mercredi 13 novembre, le juge des référés de Bobigny a ordonné l’interdiction pour antisémitisme d’un livre et la censure partielle de quatre autres, dont l’un de Léon bloy (Le Salut par les Juifs), édités ou réédités par Alain Soral. Pierre Glaudes, professeur de littérature à l’Université Paris-Sorbonne, s’étonne dans Le Nouvel Observateur :

    « Cette décision de justice suscite l’étonnement et l’inquiétude en frappant une œuvre littéraire vieille de 122 ans et maintes fois rééditée sans avoir subi jusqu’à ce jour les foudres de la justice.

    En 1892, Léon Bloy publie « Le Salut par les Juifs » en réponse aux « élucubrations antijuives » d’Édouard Drumont, auxquelles il oppose son commentaire d’un passage de l’Évangile affirmant que « le Salut vient des Juifs ».

    Contrairement aux autres auteurs condamnés par le juge de Bobigny (des journalistes et un industriel fameux), on n’a nullement affaire, dans le cas de Bloy, à un propagandiste antisémite, mais à un écrivain habité par la foi, qui métamorphose l’histoire en fiction symbolique pour tenter de déchiffrer ce que Dieu réserve au genre humain. Bloy, dans ses œuvres historiques, joue des ressorts de l’analogie, s’emparant tour à tour de Christophe Colomb, de Jeanne d’Arc, de Marie-Antoinette, de Napoléon et du peuple d’Israël. Il opère ainsi des recréations qui tentent de saisir le mystère de notre rédemption, promesse inexplicablement différée à travers les siècles.

    Dans « Le Salut par les Juifs », il adopte une démarche proche de l’ancienne scolastique visant à épuiser l’objection adverse avant de faire valoir en conclusion son propre point de vue. Il reprend en l’occurrence les lieux communs de l’antisémitisme avant de les balayer. La position qu’il défend dans son livre est claire : le peuple juif, affirme-t-il, joue un rôle éminent dans l’histoire, puisque de lui dépend le salut de l’humanité.

    Un jeune juif républicain, Bernard Lazare, qui sera bientôt l’un des plus ardents défenseurs de Dreyfus, ne s’y est pas trompé en publiant le 16 octobre 1892 dans « L’Événement » un compte rendu du livre de Bloy intitulé « Un philosémite ». […]

    « Le Salut par les Juifs » a été réédité en France en 2008 et en 2010 sans susciter d’action en justice. Il a aussi été publié dans les années 1980 dans la collection 10/18 et figure en bonne place au tome IX des « Œuvres » de Léon Bloy, édité par le Mercure de France en 1969 et réimprimé en 1983.

    Cette condamnation crée ainsi un dangereux précédent. Pourquoi ne pas censurer « Le Marchand de Venise » de Shakespeare, « Gobseck » de Balzac ou « L’Argent » de Zola pour leurs propos antisémites ? Et pourquoi n’étendrait-on pas cette pratique à des œuvres marquées par d’autres formes de discriminations : faut-il caviarder les passages des « Femmes savantes » faisant injure aux femmes, ceux du « Mahomet » de Voltaire qui outragent les musulmans, ceux de « Sodome et Gomorrhe » où Proust donne une image dégradante de l’homosexualité ?

    L’arrêt du juge de Bobigny, injuste pour la mémoire d’un écrivain, place une partie de notre patrimoine littéraire sous la menace d’un anachronisme judiciaire. »

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/11/l%C3%A9on-bloy-censur%C3%A9-par-des-incultes.html

  34. marcelle permalink
    16 décembre 2013 05:32

    Le Christ est mentionné plusieurs fois dans la Bible, qui est intégralement hébraïque. Il est expliqué à la façon d’un juif, tel le Maître Martinès de Pascually, et d’autres maîtres rabbiniques qu’il est inutile de citer ici. La grande confusion règne au sein même de l’esprit de l’Eglise, qui pourtant se revendique d’un Maître juif, terme par ailleurs très inapproprié pour désigner le peuple hébreu dans son originalité. Le peuple hébreu a tenté d’éduquer le peuple qu’il a croisé dans son Histoire, Histoire qui commence avant la sortie d’Egypte, et avant son entrée en Egypte. En effet, nous savons qu’Abraham était un mésopotamien, et qu’il quitta la maison de son père, sans doute parce que l’Irak et la perse était par trop barbare pour un peuple dont la vocation est l’Etude… car tout juif est étude, et est marqué génétiquement par l’Etude, quel qu’il soit. Celui qu’on appelle juif est en réalité le premier chrétien, car c’est le juif qui a conçu la loi dite chrétienne, qui vient du mot Christ, ou Héli, ou premier homme (qui était encore pur de tout crime), et qui n’avait point besoin de sacrifier pour bénéficier de la bénédiction que constitue le Paradis terrestre, que les hommes du 20ème et du 21 ème siècle détruisent avec tant de vigueur, que plantes, animaux, jusqu’aux minéraux ne peuvent plus subsister. Le viol de toutes les lois naturelles et sacrées de la vie constituent le début de l’Apocalypse, qui signe le règne de l’homme mauvais portant en lui les vices les plus immondes. Mr François Hollande, et tous les minables maîtres qui l’ont soutenu dans son effort d’instauration des gouvernements sodomites est l’un des pâles représentants du mal incarné. Alors, pour tous les chrétiens, il faut savoir que le « juif » a toujours été chrétien, qu’il est le seul peuple à n’avoir pas vendu ses enfants, à ne pas s’être adonné au commerce des indigents et des êtres difformes, à avoir instauré des règles équitables, y compris pour les esclaves de l’époque, à avoir instauré le repos nécessaire à l’être humain, à l’animal, et au végétal, (le shabbat), repos qui rapproche tous les membres d’une même famille ou groupe dans un moment commun et sacré…. A avoir instauré le repos nécessaire à la terre, durant plusieurs années, pour qu’elle ne s’épuise pas…. etc…. etc. Tout ce que les antisémites disent sur les juifs est faux, car ceux là sont les mêmes qui utilisent le savoir hébraïque à des fins perverses, haineuses, politiques et mercantiles. La loi sacrée est une science qui ne saurait en aucun cas être utilisée à des fins mauvaises. Le juif ne peut disparaître car la loi est universelle et inviolable. Qui viole la loi universelle viole son propre peuple. On ne peut sortir de la Loi instaurée depuis des millénaires, somme de toute la sagesse et de l’Histoire humaine, sans se blesser soi-même. Quand les juifs baisseront la garde, et s’ils venaient à se convertir à une loi étrangère à celle que le divin innommable leur a offert (et le dénommé Jésus n’en sortait pas lui-même, malgré l’oppression gréco-romaine de son temps), ils signeraient eux-même la fin du monde humain : si le juif venait à disparaître, c’est à la barbarie totale que le monde sera livré, contrairement aux dire de tous les anti-juifs en tous genre : et il faut savoir que les vrais juifs sont très peu nombreux en réalité et que beaucoup d’entre eux vivent dans une grande pauvreté, en conformité avec la loi.

Trackbacks

  1. Les Intransigeants » L’antijudaïsme catholique !
  2. Juifs convertissez-vous ! « La Question : Actualité Religieuse
  3. Le Coran provoque à la haine et à la violence ! « La Question : Actualité Religieuse
  4. ANTIJUDAÍSMO CATÓLICO | AMOR DE LA VERDAD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :