Skip to content

Mercredi des cendres : Faites pénitence et convertissez-vous !

5 mars 2014

SM et l'Eglise XX

« Memento, homo, quod pulvis es, et in pulverem reverteris…. »

Lors du Mercredi des Cendres, l’imposition de cendres au front du pénitent est une évocation symbolique de la mort. Les fidèles doivent écouter cette puissante invitation à la conversion, au moment où ils s’apprêtent à entreprendre l’itinéraire quadragésimal, qui est inauguré par l’antique rite de l’imposition des cendres. Ce geste, que certains pourraient considérer comme appartenant à d’autres temps, contraste certainement avec la mentalité de l’homme moderne, mais cela nous pousse à en approfondir le sens en découvrant sa force et son impact particuliers.

En déposant les cendres sur le front des fidèles, le célébrant répète : « Memento, homo, quod pulvis es, et in pulverem reverteris, Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière ».

Retourner à la poussière est le destin qui lie, sur le plan matériel et charnel, les hommes et les animaux. Toutefois, l’être humain n’est pas seulement chair, mais également « esprit » ; si la chair a pour destin la poussière et la dissolution, l’esprit est voué à l’immortalité. En outre, le croyant sait que le Christ est ressuscité, remportant la victoire sur la mort. Lui aussi marche dans l’espérance vers cette perspective :

« La pénitence intérieure est une réorientation radicale de toute la vie, un retour, une conversion vers Dieu de tout notre cœur, une cessation du péché, une aversion du mal, avec une répugnance envers les mauvaises actions que nous avons commises. En même temps, elle comporte le désir et la résolution de changer de vie avec l’espérance de la miséricorde divine et la confiance en l’aide de sa grâce. Cette conversion du cœur est accompagnée d’une douleur et d’une tristesse salutaires que les Pères ont appelées animi cruciatus (affliction de l’esprit), compunctio cordis (repentir du cœur). » (cf. Cc. Trente : DS 1677-1678 ; 1705 ; Catech. R. 2, 5, 4).  

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :