Skip to content

Le combat contre les puissances des ténèbres est de nature spirituelle

17 novembre 2015

1356382468_78265af534_o

« Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang,

mais contre les dominations, contre les autorités,

contre les princes de ce monde de ténèbres,

contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »

(Ephésiens VI, 12)

Le Père Patrice Gourrier, qui s’exprime dans la vidéo ici présentée, suite aux terribles événements qui viennent de se produire en France, a parfaitement raison, nous sommes en présence d’un combat qui n’est point nouveau, un combat multiséculaire qui oppose, sous des visages multiples et des formes différentes, les puissances ténébreuses à la « Lumière », il n’y a en cela rien qui soit de nature a étonner un chrétien, car cette lutte relève d’une dimension surnaturelle, c’est une évidence, d’où la nécessité d’utiliser pour s’en défendre des « armes spirituelles ».

L’interrogation du Père Gourrier est absolument légitime, et ses affirmations relèvent d’une saine théologie, car les spirituels se doivent de tenir un discours spirituel, mais, et ce point est saisissant car démonstratif de la perte de la conscience de la part de l’Eglise conciliaire, de ce qui se déroule dans le Ciel et sur la terre comme lutte constante, et il n’est pas anodin de l’entendre déclarer que dans sa formation au séminaire, jamais personne ne lui a parlé de la prière à Saint-Michel Archange :

« Pouvons-nous avoir le même discours de tout le monde ? Pouvons-nous tenir un discours sociologique ou stratégique ? Je dis non ! Nous sommes des spirituels et nous devons tenir un discours spirituel. Mais alors je pose des questions : croyons-nous encore au diable ? Croyons-nous encore au discours spirituel ? Croyons-nous encore que la prière et le jeûne peuvent être des armes efficaces contre ce déchaînement du mal ? Je m’interroge sur ce que j’ai appris au séminaire (…) jamais je n’ai entendu parler de la prière à Saint-Michel Archange, personne ne m’a dit qu’un prêtre se devait de la dire régulièrement (…) pourquoi ne pas me l’avoir dit ? Cette prière à Saint-Michel Archange est absolument nécessaire ! » (Père Gourrier, Appel aux évêques et aux prêtres, 13 novembre 2015).

Or, c’est bien en effet contre les forces des ténèbres, contre les puissances infernales que nous sommes en lutte ainsi que le rappelle saint Paul : « Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.… » (Ephésiens VI, 12-13).

Prière à Saint Michel en français

« Cette prière à Saint-Michel Archange est absolument nécessaire ! »

(Père Gourrier, Appel aux évêques et aux prêtres, 13 novembre 2015).

Que cette puissance obscure utilise aujourd’hui les caractéristiques d’un islam combattif et conquérant, religion qui ne cessa depuis sa création de considérer que la conversion pouvait, et même devait s’obtenir par le sabre, n’est pas non plus pour surprendre, sauf les naïfs ignorants l’Histoire et ce que contient réellement le Coran comme appels répétés à la violence sacrée désignée sous le nom de « Guerre sainte » (djihad). [1]

Il importe de ce fait, d’être extrêmement conscient des enjeux face auxquels nous sommes confrontés, et éviter de se méprendre sur les causes, ce qui n’exonère en rien les autorités politiques des pays occidentaux – avec l’appui d’une Eglise moderniste encourageant et applaudissant même aux pires erreurs jusqu’à soutenir et approuver les politiques migratoires -, de leur écrasante responsabilité à l’égard de la situation présente, ayant laissé s’implanter en Europe, par vagues successives, des millions de ressortissants des pays de culture musulmane, créant ainsi un déséquilibre inquiétant qui s’accompagne d’une menace concrète pour le devenir des Nations qui furent autrefois chrétiennes, et qui, sous l’effet du phénomène démographique et culturel de « remplacement », risquent de se réveiller demain sous le joug d’une religion étrangère.


Hydre

« Mondialistes, libéraux et mahométans

forment une alliance  terrifiante. »

Comme le soulignait encore récemment, à juste titre, Mgr Richard Williamson :

« Qu’y a-t-il derrière l’immigration ? Les Globalistes la veulent pour pouvoir dissoudre les nations chrétiennes au passé glorieux afin de les fondre dans le Nouvel Ordre Mondial. Les Libéraux la veulent afin que soit affirmée haut et fort leur folie selon laquelle les différences entre les races et les religions sont insignifiantes. Les Mahométans la veulent pour conquérir l’Europe. » [2]

 L’analyse est absolument fondée, la conjonction des objectifs entre mondialistes, libéraux et mahométans, constitue une alliance  terrifiante, et la solution proposée pour éviter une conquête islamique, par l’évêque qui se rendit célèbre pour avoir osé briser certains tabous, relève d’une grande vérité :

« Et que devraient faire les Européens de souche pour l’éviter ? Retourner à la Foi de leurs ancêtres et à sa pratique, qui, seule, a le pouvoir d’unir vraiment les peuples et les races dans la Vérité, dans la justice et dans la paix. C’est là leur ancienne responsabilité et ce à quoi Dieu les a appelés, afin que leur exemple entraîne le monde entier vers Notre-Seigneur Jésus-Christ. Si par contre ils continuent dans leur infidélité, le sang va très certainement couler. » [3]

IMG_8630

Les européens doivent retourner

à la Foi de leurs ancêtres et à sa pratique !

Ceci étant dit, alors que le désarroi et l’impuissance semblent gagner les populations, l’expérience de notre confrontation avec le nihilisme contemporain, dont la société moderne hideusement désacralisée offre le pénible spectacle, nous a appris à ne pas interpréter la situation présente uniquement en termes de deuil circonstanciel, de néant relatif à une période déterminée, comme s’il y avait eu un temps antérieur de pure lumière et d’entière plénitude, de valeurs sûres et bien établies.

Nous le savons, le nihilisme n’est pas un phénomène historique, il traverse et commande la totalité de l’Histoire, car, ainsi que le soulignait Joseph de Maistre :

« Le mal a tout souillé, et dans un sens très vrai tout est mal puisque rien n’est à sa place. (…) Tout les êtres gémissent et tendent avec effort vers un autre ordre des choses. » [4]

Nous le redisons donc avec la même conviction, l’avenir ne sera en définitive que ce que Dieu voudra qu’il soit, ou ce qu’il fera être par l’action de sa Providence.

Rien ne sert de s’épuiser dans des formules politiques ou idéologiques qui n’intègrent pas le religieux et le spirituel dans leurs courtes vues, car contre les spectres d’un monde, depuis la Chute, tombé aux mains de l’adversaire, livré aux puissances du négatif et de la mort, il n’est aucun combat qui puisse se gagner sans être appuyé par la force Divine.

Si la lutte relève d’une dimension surnaturelle, alors c’est surnaturellement que seront forgées les « armes spirituelles » capables de nous conduire à la victoire !

Notes.

1. Parmi des dizaines d’autres versets tirés du Coran, on peut citer ceux-ci assez démonstratifs des intentions de cette religion à l’égard des non-musulmans : « Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez les tous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c’est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c’est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions.» (S.47, v.4) ; « Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d’où ils vous ont chassés : l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants« . (S.2, v.191) ;  » (…) tuez les associateurs [les chrétiens qui croient en la Sainte Trinité] où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade…« . (S.9, v.5), etc.

2. Mgr R. Williamson, Détresse musulmane, Eleison Comments, CXXXVII, 27 février 2010. Dans cet article, Mgr Williamson souligne : « L’Islam s’est manifesté il y a 1400 ans comme une rupture avec la Communauté Catholique au Moyen-OrientEnraciné dans l’hérésie Nestorienne qui ne veut en Jésus aucune nature divine, l’Islam s’est propagé tel un incendie à travers la Chrétienté, desséchée alors, du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, puis il a occupé pendant des siècles l’Espagne et a même poussé brièvement en France. C’est une religion simple et violente, qui se fixe comme objectif de conquérir le monde entier par le sabre. De fait l’Islam est un fléau de Dieu, que la Chrétienté n’a pu tenir à distance pendant un millier d’années que par le sabre. »

3. Ibid.

4. J. de Maistre, Oeuvres Complètes, t. I, p. 39.

ihs Frise

L’une des armes spirituelles majeures est la prière, en particulier la courte prière de « protection à Saint-Michel« , à laquelle on ajoutera notamment la prière de « consécration à l’archange Saint-Michel« , le Chef des milices célestes, sous la protection duquel il importe de se placer dans les circonstances difficiles :

CONSÉCRATION PERSONNELLE 

À SAINT MICHEL ARCHANGE

St. Michel Archange 1

Mettez-vous intérieurement en présence de Dieu, agenouillez-vous, faites un signe de croix, et répétez lentement et à haute voix la prière suivante qui vous consacrera et placera sous la sainte protection de l’Archange Saint Michel :

« Ô grand Prince du Ciel, gardien très fidèle de l’Eglise, saint Michel archange, moi, N…. ..quoique très indigne de paraître devant vous, confiant néanmoins dans votre spéciale bonté, touché de l’excellence de vos admirables prières et de la multitude de vos bienfaits, je me présente à vous, accompagné de mon Ange gardien ; et en présence de tous les Anges du ciel que je prends à témoins de ma dévotion envers vous, je vous choisis aujourd’hui pour mon protecteur et mon avocat particulier, et je me propose fermement de vous honorer toujours et de vous faire honorer de tout mon pouvoir. Assistez-moi pendant toute ma vie, afin que jamais je n’offense les yeux très purs de Dieu, ni en œuvres, ni en paroles, ni en pensées. Défendez-moi contre toutes les tentations du démon, spécialement pour la foi et la pureté, et, à l’heure de la mort, donnez la paix à mon âme et introduisez-la dans l’éternelle patrie. Ainsi soit-il +. » Saint Michel Archange priez pour nous et pour l’Église  ! Saint Michel, premier défenseur de la Royauté du Christ, priez pour nous !

Croix exorcisme

22 commentaires leave one →
  1. Eloi permalink
    17 novembre 2015 16:56

    Mgr Williamson l’écrivait fort justement :

    « L’Islam s’est manifesté il y a 1400 ans comme une rupture avec la Communauté Catholique au Moyen-Orient. Enraciné dans l’hérésie Nestorienne qui ne veut en Jésus aucune nature divine, l’Islam s’est propagé tel un incendie à travers la Chrétienté, desséchée alors, du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, puis il a occupé pendant des siècles l’Espagne et a même poussé brièvement en France. C’est une religion simple et violente, qui se fixe comme objectif de conquérir le monde entier par le sabre. De fait l’Islam est un fléau de Dieu, que la Chrétienté n’a pu tenir à distance pendant un millier d’années que par le sabre. »

    • Gerdil permalink
      20 novembre 2015 21:53

      A lire très intéressant, l’analyse d’un ancien musulman, Majid Oukacha, qui révèle ce qu’on enseigne dans les mosquées en France.

      Il affirme : « moi qui était musulman pendant les premières années de ma vie, qui fréquentait des mosquées et en a fréquenté beaucoup, dans la très grande majorité des mosquées de France – c’est peut-être un euphémisme quand je dis dans la très grande majorité -, il y a des livres de hadiths avec lesquels les imams instruisent sur l’islam et avec lesquels les musulmans s’instruisent sur l’islam. Vous voulez savoir ce qui est dit dans ces hadiths ? Vous voulez savoir quel modèle comportemental parfait les musulmans doivent imiter, eux qui ont pour mission d’agir selon les exigences et les commandements du prophète Mohammed ? »

      Voilà les extraits :

      Hadith Bukhari, volume 4, livre 52, n° 54 :

      « Le prophète Mohammed a dit : (il parlait alors à des combattants musulmans) J’aurais aimé devenir un martyre pour la cause d’Allah, pour ensuite ressusciter puis devenir un martyre, puis ressusciter à nouveau, puis devenir un martyre, puis ressusciter à nouveau, puis devenir un martyre. »

      Et dans le hadith Muslim, livre 20, n°4635 :

      ‘Le messager d’Allah a dit: Aucune personne qui entre au paradis n’aimerait revenir en ce monde, même s’il se voyait offrir tout ce qu’il y a sur la terre, comme incitation, sauf le martyre qui désirerait revenir en ce monde et être tué dix fois, simplement pour le grand honneur qui a été accordé sur lui.’

      Donc, voilà, Allah, fait un grand honneur au martyre en le faisant tuer, quand il se sacrifie dans ses guerres saintes.

      Le but des musulmans est donc de combattre les mécréants et ces mécréants ne peuvent avoir une paix durable avec ces musulmans que s’ils se convertissent à l’islam. Ce qui est un véritable chantage maffieux.

      C’est vraiment une religion de guerre.

      C’est la religion qu’a voulu le prophète Mohammed. Et cela, tant dans le coran que dans les hadiths.

      L’article complet est instructif : http://christroi.over-blog.com/2015/11/dans-la-tres-grande-majorite-des-mosquees-de-france-il-y-a-des-livres-de-hadiths-sur-le-djihad-de-guerre-sur-le-chemin-d-allah-un-an

    • Moria permalink
      20 novembre 2015 22:09

      Sur quel verset du coran se basent les musulmans pour affirmer que l’islam interdit de tuer ?

      Sur le verset 5 :32.

      « Quiconque tue un innocent, c’est comme s’il avait tué toute l’humanité. »

      Et cette citation incomplète fleurit également sur les réseaux sociaux.

      Il est à noter une chose étonnante à propos de ce verset coranique : non seulement personne ne le cite jamais dans son intégralité, mais le verset qui suit est aussi superbement ignoré. Or il est d’une importance capitale car il révèle la véritable nature criminelle de l’idéologie islamique.

      Cette citation était un passage du Talmud très populaire chez les Juifs d’Arabie à l’époque de Mahomet.

      Ainsi, oh ironie du sort, le verset du coran le plus pacifique est en réalité une citation du Talmud !

      Dans coran 5:32, Allah explique ce qui a été ordonné pour les Juifs en terre musulmane.

      Mais qu’à donc ordonné Allah aux musulmans dans coran 5:33 ?

      Pourquoi donc les gens qui s’empressent de dédouaner l’islam de tout crime commis en son nom, en citant ce verset (raccourci) omettent-ils de mentionner le verset qui suit ?

      La raison est simple : si vous prenez la peine de lire la suite, vous vous apercevez immédiatement que le verset ordonne, en fait, toutes les attaques perpétrées par les islamistes à l’encontre des infidèles.

      Qu’à donc ordonné Allah aux musulmans dans coran 5:33 ?

      Voici la réponse :

      « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment. »

      Il ne faut pas voiler la face, l’islam n’est pas une religion de « paix et d’amour »… !

      http://www.dreuz.info/2015/11/19/lislam-ce-nest-pas-cela-lislam-interdit-de-tuer/

  2. Lozère permalink
    18 novembre 2015 10:26

    Pour ceux qui souhaitent prier Saint-Michel Archange en latin :

    « In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti.
    Sancte Michael Archangele, defende nos in proelio; contra nequitiam et insidias diaboli esto praesidium. Imperet illi Deus, supplices deprecamur: tuque, Princeps militiae caelestis, Satanam aliosque spiritus malignos, qui ad perditionem animarum pervagantur in mundo, divina virtute in infernum detrude. Amen. »

    Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat, soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon. Que Dieu exerce sur lui son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, Prince de la Milice Céleste, repoussez en enfer par la force divine Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde en vue de perdre les âmes. Ainsi soit-il.

  3. Moria permalink
    18 novembre 2015 10:57

    Mardi 17/11/2015. Déclaration du Cardinal André Vingt-Trois au cours de la messe qu’il a célébrée à Notre-Dame de Paris : « Ces événements ne sont pas représentatifs de la communauté musulmane. Ce n’est pas l’islam. »

    Déclaration de l’Imam Yassin Elforkani (Amsterdam) dans le journal néerlandais “Volkskrant” (“Journal du Peuple”) : « Les musulmans doivent cesser de prétendre que la terreur n’a aucun lien avec l’islam. La réalité, dure comme le roc, est que les terroristes légitiment théologiquement leurs actes. Nous ne pouvons continuer à dire : ceci n’a rien à voir avec l’islam. »

    • Louis permalink
      18 novembre 2015 16:37

      Déclaration de Michel Onfray : « Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l’islam politique récoltent nationalement la guerre de l’islam politique. »

      A méditer……

    • Louis permalink
      18 novembre 2015 16:46

      Suite :

      « Il faut se demander ce que signifie faire la guerre à un peuple qui est celui de la communauté musulmane planétaire, l’oumma.

      La France est-elle à ce point naïve qu’elle imagine pouvoir déclarer la guerre à des pays musulmans sans que ceux-ci réagissent (…). Si nous continuons à mener cette politique agressive à l’endroit des pays musulmans, ils continueront à riposter comme ils le font.

      La France devrait cesser cette politique islamophobe alignée sur les États-Unis. Elle devrait retirer ses troupes d’occupation….

      C’est une guerre menée par l’Islam politique avec autant d’intelligence que l’Occident mène la sienne, mais avec moins d’armes ou avec d’autres armes que les nôtres- des couteaux et non des porte-avions, des kalachnikovs à 500 euros et non des avions furtifs coûtant des millions de dollars. Ils disposent également d’une vision de l’Histoire, ce que nous sommes incapables d’avoir, tout à notre matérialisme trivial…. Il y a chez les Français une ferveur sans objet. »

      Michel Onfray, Le Point, 14 nov. 2015.

    • 18 novembre 2015 17:10

      Il n’y a pas que du faux dans ce que soutient Michel Onfray, nous sommes en face d’un ennemi imprégné d’un idéalisme religieux, face auquel nous n’avons à opposer que les « valeurs occidentales », qui ne sont pas celles de la civilisation chrétienne, mais du consumérisme hédoniste qui n’est pas générateur de « valeurs spirituelles » et « d’idéaux transcendants », mais enfante l’individualisme narcissique, l’égoïsme petit-bourgeois et le matérialisme.

      Comme l’écrit dans dans une étude très fouillée le magazine « The Atlantic » : « Dans le cas de l’EI, il ne faut pas non plus sous-estimer son attrait religieux ou intellectuel. Le fait que l’EI tienne pour un dogme la réalisation imminente d’une prophétie nous indique au moins la trempe de notre ennemi. Les outils idéologiques peuvent convaincre certains candidats à la conversion que son message est erroné. Les outils militaires peuvent limiter les horreurs que l’EI commet. Mais sur une organisation aussi imperméable à la persuasion, il n’y a pas d’autres mesures susceptibles d’avoir un impact. Même si elle ne dure pas jusqu’à la fin des temps, la guerre risque d’être longue. »

      The Atlantic, « Ce que veut vraiment l’Etat islamique », 18 mars 2015.

      http://www.courrierinternational.com/article/enquete-ce-que-veut-vraiment-letat-islamique

      Lorsqu’on veut engager une « guerre », ce qu’annonce avec force conviction nos autorités gouvernementales, encore convient-il de savoir si on en a les moyens politiques, idéologiques et religieux ?

      Et la réponse est négative sur les trois plans : 1° le pays est fragile de par son mode de vie avec une forte communauté musulmane implantée pour y rester sur le territoire issue des vagues migratoires ; 2° les valeurs de la République n’enthousiasment strictement plus personne après deux siècles d’égarements et de corruptions sans fin d’un régime criminel né du régicide ; 3° La Foi chrétienne a été reléguée au rang des vieilleries sans intérêt par la majorité de la population.

      Conclusion, avec une telle situation, il vaut mieux s’interdire des engagements militaires dont on ne peut assumer les conséquences !

    • Louis permalink
      18 novembre 2015 17:15

      Le Juge Marc Trévidic avait prévenu en septembre :

      « La menace terroriste est à un niveau maximal, jamais atteint jusqu’alors. D’abord, nous sommes devenus pour l’EI (EI) l’ennemi numéro un. La France est la cible principale d’une armée de terroristes aux moyens illimités.

      Ensuite, il est clair que nous sommes particulièrement vulnérables du fait de notre position géographique, de la facilité d’entrer sur notre territoire pour tous les djihadistes d’origine européenne, Français ou non, et du fait de la volonté clairement et sans cesse exprimée par les hommes de l’EI de nous frapper. Et puis, il faut le dire: devant l’ampleur de la menace et la diversité des formes qu’elle peut prendre, notre objectif de lutte antiterroriste est devenu perméable, faillible, et n’a plus l’efficacité qu’il avait auparavant.

      Enfin, j’ai acquis la conviction que les hommes de Daech ont l’ambition et les moyens de nous atteindre beaucoup plus durement en organisant des actions d’ampleur, incomparables à celles menées jusqu’ici. Je le dis en tant que technicien: les jours les plus sombres sont devant nous. La vraie guerre que l’EI entend porter sur notre sol n’a pas encore commencé. Nous avons en face de nous un groupe – terroriste plus puissant que jamais et plus déterminé. La France est, de fait, confrontée à une double menace.

      Celle du déferlement de ce que j’appelle les ‘scuds’ humains du djihad individuel, ces hommes qui passent à l’action sans grande formation ni préparation, agissant seuls, avec plus ou moins de réussite (cellules dites dormantes), comme on a pu le voir ces derniers temps.

      Et celle, sans commune mesure, que je redoute: des actions d’envergure que prépare sans aucun doute l’EI, comme celles menées par Al-Qaïda, qui se sont soldées parfois par des carnages effroyables… Les hommes de Daech ont les moyens, l’argent et la faculté d’acquérir facilement autant d’armes qu’ils veulent et d’organiser des attaques de masse. Le terrorisme est une surenchère; il faut toujours aller plus loin, frapper plus fort… Ils sont en train de penser à quelque chose de bien plus large, visant en tout premier lieu l’Hexagone… Les Américains sont plus difficiles à atteindre.

      La France, elle, est facile à toucher. Il y a la proximité géographique, il y a des relais partout en Europe, il y a la facilité opérationnelle de renvoyer de Syrie en France des volontaires aguerris, des Européens, membres de l’organisation, qui peuvent revenir légalement dans l’espace Schengen et s’y fondre avant de passer à l’action… »

      http://www.parismatch.com/Actu/Societe/La-France-est-l-ennemi-numero-un-de-l-Etat-islamique-837513

    • 18 novembre 2015 17:28

      Nous ne sommes pas dans le cadre d’une « guerre » vis-à-vis du terrorisme, mais d’un combat face à un ennemi très différent d’une armée classique.

      Cette pseudo-croisade à la suite des Etats-Unis et leur stratégie aveugle, ne peut être gagnée.

      Le gouvernement prend le peuple français en otage et nous entraîne dans une aventure folle en intervenant en Syrie !

  4. Jean de La tour permalink
    18 novembre 2015 11:20

    Une analyse sensée « […] Depuis 1976, la France fait face au Grand Remplacement, imposé et promu par des élites qui ne voulurent ni s’en remettre au peuple, ni s’inquiéter des très nombreuses alertes qui concernaient l’implosion de certains territoires. Le drame d’une France périphérique qui a souvent quitté des quartiers devenus étrangers, par trop islamisés. Des zones extra-européennes existent en France, des zones ou la spiritualité, les références, les comportements, les modes de vie, n’ont rien à voir avec la Civilisation française. Et ces zones sont le terreau du terrorisme. Nous aboutissons dans ces territoires au financement par la sécurité sociale de véritables colonnes de l’islamisme, parfois formées de descendants de la deuxième ou troisième génération, voire de Français de souche contraints à une assimilation à l’envers. »

    http://www.jacquesbompard.fr/penser-les-attentats/

  5. Hire permalink
    18 novembre 2015 12:39

    Bernard Haykel, chercheur de Princeton d’origine libanaise et expert de premier plan sur la théologie de l’EI, soutient :

    « Les rangs de l’Etat Islamique (EI) sont profondément imprégnés d’ardeur religieuse. Les citations du Coran sont omniprésentes. L’argument selon lequel l’EI a déformé les textes de l’islam est grotesque et on ne peut le soutenir que par ignorance volontaire. Les gens veulent absoudre l’islam, explique-t-il, d’où le mantra affirmant que ‘l’islam est une religion pacifique’. Comme s’il existait un ‘islam’! Ce qui compte, c’est ce que font les musulmans et comment ils interprètent leurs textes. Les membres de l’EI ont la même légitimité que n’importe qui d’autre. (…) Les combattants de l’EI représentent un authentique retour à un islam ancien et ils reproduisent fidèlement ses pratiques guerrières. Cela englobe un certain nombre de pratiques que les musulmans modernes préfèrent ne pas reconnaître comme faisant partie intégrante de leurs textes sacrés.

    « L’esclavage, la crucifixion et les décapitations ne sont pas des éléments que des [djihadistes] fous sélectionneraient dans la tradition médiévale”, affirme Bernard Haykel. Les combattants de l’EI sont “en plein dans la tradition médiévale et ils la transposent dans son intégralité à l’époque contemporaine”.

    Le Coran précise que la crucifixion est l’une des seules sanctions permises contre les ennemis de l’islam. La taxe imposée aux chrétiens est clairement légitimée par la sourate At-Tawbah, neuvième chapitre du Coran, qui intime aux musulmans de combattre les chrétiens et les juifs “jusqu’à ce qu’ils versent la capitation [la taxe] de leurs propres mains, après s’être humiliés”.

    Lorsque l’EI a commencé à réduire des gens en esclavage, même certains de ses sympathisants ont renâclé. Néanmoins, le califat a continué à pratiquer l’asservissement et la crucifixion.

    “Nous conquerrons votre Rome, briserons vos croix et asservirons vos femmes, a promis Mohamed Al-Adnani, porte-parole de l’EI, dans l’un des messages qu’il a adressés à l’Occident. Si nous n’y parvenons pas, nos enfants et nos petits-enfants y parviendront. Et ils vendront vos fils sur le marché aux esclaves.”

    http://www.courrierinternational.com/article/enquete-ce-que-veut-vraiment-letat-islamique

    • 5 décembre 2015 11:00

      Aleteia : Quelle est, selon vous, la stratégie de Daesh révélée par les attentats de Paris ?

      Alexandre Del Valle : La grande idée stratégique de Daesh, fondée sur la guerre psychologique, c’est de susciter un syndrome de Stockolm généralisé en Occident au terme d’une stratégie de la terreur mentale ou sidération. Cette stratégie de la sidération utilise le terreau favorable du politiquement correct et de la repentance puis de la culpabilisation post-coloniale. L’illustration récurrente de ce phénomène réside dans le fait qu’à chaque attentat (11 septembre, Merah, Charlie Hebdo, Bataclan, etc.), toute la classe politique, intellectuelle et médiatique (exceptés quelques récalcitrants diabolisés comme « islamophobes »), se lève d’un seul corps pour dénoncer « l’amalgame » entre djihadistes et musulmans en France, et refuse de désigner l’ennemi et la menace pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire de nature islamiste.

      De la même manière, le fait de dénoncer la « misère des banlieues », le « racisme », l’islamophobie, et même, selon Valls, « l’apartheid » – que la République aurait créés en « humiliant » et « parquant » les fils d’immigrés afro-musulmans – revient de facto à donner des excuses et des circonstances atténuantes aux barbares obscurantistes salafistes. Au final, une formidable (et tragique) occasion d’encourager une réforme de l’islam et une autocritique (car l’islamisme radical s’appuie sur un corpus orthodoxe de l’islam officiel, jamais réformé et valorisant la guerre et l’intolérance) est transformée habilement – par les islamistes et les musulmans orthodoxes hostiles à toute réforme de leur orthodoxie religieuse fondée sur la charia – en une extraordinaire opportunité pour plaindre les musulmans.

      Ensuite, on observe depuis le Bataclan une incroyable montée en puissance de la stratégie de la terreur et une extension du domaine du djihad, puisque ce ne sont plus des journalistes « blasphémateurs » ou des juifs-sionistes qui sont visés, mais potentiellement tout Français, tout mécréant, croyant ou pas, chrétien, juif ou « mauvais » musulman. L’idée est que plus personne n’est désormais à l’abri et que la France est touchée dans son ensemble, pour ce qu’elle fait et pour ce qu’elle représente, dans toutes ses composantes, dans l’ensemble de son histoire par un impérialisme djihadiste-salafiste à prétention planétaire. La France est désignée comme la plus horrible des nations, car elle serait anti-islamique depuis toujours : lorsqu’elle était croisée-chrétienne, puis révolutionnaire anticléricale, coloniale et républicaine, le pays des laïcards qui interdisent le voile et bombardent des peuples musulmans (Mali, Libye, Syrie, etc). À partir de maintenant, ce ne sont plus les juifs, les caricaturistes gauchistes ou les policiers qui sont visés, mais n’importe qui en France. C’est très habile du point de vue de la guerre psychologique, car l’objectif c’est que tout le monde ait une petite peur au ventre ou une crainte en allant sur des lieux publics.

      Quelles sont les réactions que Daesh chercherait à provoquer en France ?

      La première réside dans la soumission volontaire et anticipatrice. Pour que le bourreau « se calme », la France peut avoir envie, d’une certaine manière, de se soumettre à l’EI, par exemple en déclarant que nous n’avons « rien à faire en Syrie ou en Irak, et même au Mali » et que nous l’avons cherché en menant, comme l’a dit stupidement Onfray (d’habitude intelligent), une « politique extérieure islamophobe ». Alors que chacun sait que nous sommes les alliés des monarchies islamistes depuis toujours.

      Cette soumission s’observe depuis toujours face aux minorités terroristes et totalitaires qui savent qu’une majorité molle et ayant peur de la mort et de la violence peut être sidérée par une minorité dure, prête à tout et préférant la mort à la vie. Cette stratégie de la sidération et de la soumission par la guerre mentale rappelle celle des SA nazis, avant la Deuxième Guerre mondiale, qui prirent le contrôle du parlement allemand et soumirent l’ensemble de la société à partir d’une minorité cynique et terroriste qui fit plier une majorité démocratique et pacifique. Les SA et Hitler mirent en effet, en un rien de temps, la majorité passive « à leur botte » en semant la peur et la terreur psychologique autant que physique.

      Le calcul stratégique de l’EI repose sur la même méthode. Dernière observation relative à cette question, on constate que la France a été, depuis le Printemps arabe et la guerre civile syrienne, le pays qui s’est le plus positionné contre le régime Bachar el-Assad, en faveur des rebelles islamistes Frères musulmans et autres milices salafistes soi-disant « modérées » aidées par nos « alliés » du Qatar, de la Turquie et de l’Arabie saoudite. Les revendications et motifs exprimés dans les communiqués de Daesh sont destinés à nous culpabiliser. Elles ne sont que des prétextes pour justifier une soif de conquête absolue et une stratégie en faveur de leur idéologie, destinée à soumettre l’humanité et recruter toujours plus d’adeptes.

      La seconde stratégie de Daesh est de terrifier les Français par le principe de sidération. Par cette « hypercommunication » favorisée par le culte médiatique du sensationnel et du live, Daesh utilise nos faiblesses médiacratiques pour faire du marketing planétaire gratuit destiné à recruter de nouvelles personnes grâce au pouvoir de fascination de leurs images et slogans terrifiants amplifiés et relayés par nos médias.

      Et dans ce cas, on peut dire que nos médias comme nos politiques tombent la tête la première dans le piège de cette manipulation. En effet, tout est fait pour glorifier indirectement les « martyrs » de l’État islamiques dont les photos sont en une de tous les magazines et télévisions. Aujourd’hui, nous sommes donc passés au « djihad global 3.0 » et ce sont paradoxalement nos moyens de communication qui sont les meilleurs haut-parleurs de la stratégie de la conquête de l’univers des salafistes. Le but pour Daesh, en Occident, est en fait avant tout de sidérer les masses, de fasciner les naïfs et les psychopathes en sommeil tout en terrifiant et donc en soumettant psychologiquement et inconsciemment les autres… Les ingrédients du syndrome de Stockholm sont tous là.


      Suite : http://fr.aleteia.org/2015/12/02/le-grand-entretien-13-alexandre-del-valle-daesh-veut-provoquer-un-syndrome-de-stockolm-generalise-en-occident/

  6. 20 novembre 2015 21:43

    L’Institut Civitas présente ses condoléances aux familles et aux amis des victimes de ces effroyables attentats de Paris qui endeuillent la France entière. Nos prières accompagnent toutes celles et tous ceux dont la vie a été volée ce soir du 13 novembre 2015. L’Institut Civitas fera célébrer une messe à leur intention.

    Par-delà la peine et le deuil, le devoir de justice impose d’identifier et de punir les coupables de ces actes odieux.

    Or, les coupables ne sont pas uniquement ceux qui ont appuyé sur la gâchette d’une arme ou fait usage d’une ceinture d’explosifs.

    Les coupables sont aussi ceux qui, de manière irresponsable, ont organisé le chaos au Proche et au Moyen-Orient puis ont facilité, voire orchestré, le développement d’organisations djihadistes (Front al-Nosra, Etat Islamique,…) en Irak et en Syrie.

    De nombreux personnages politiques français, de droite comme de gauche, portent une grave responsabilité dans cette situation en ayant contribué directement ou indirectement au financement et à l’armement de factions islamistes dans le cadre de manœuvres géopolitiques d’apprentis sorciers aux côtés de prétendus alliés d’une coalition mondialiste et des pétro-monarchies du Golfe.

    De la même façon, les personnages politiques français, de droite comme de gauche, portent une grave responsabilité dans l’invasion migratoire qui déferle sur l’Europe et affecte durement la France, et qui facilite l’entrée sur notre territoire d’individus aguerris au terrorisme et aux techniques de guerre.

    La France est aujourd’hui en état de guerre, par la responsabilité même de ceux qui ont pour mission de la gouverner et de la protéger.

    Il faudra bien qu’un jour le tribunal de l’Histoire s’en souvienne.

    Alain Escada,
    président de Civitas

    http://www.civitas-institut.com/content/view/1363/1/

  7. Baptiste permalink
    21 novembre 2015 17:56

    Que les peuples aient les destins qu’ils se créent eux-mêmes!
    Il y a des moments où l’on est las de prendre sur soi
    les inquiétudes qu’ils n’ont pas,
    les indignations qu’ils n’ont pas,
    les justes haines qu’ils n’ont pas,
    et d’être seul ou quasi seul,
    pendant qu’eux ils rigolent…

    Notre pays est miné au-dedans, attaqué au-dehors. L’étranger est chez nous, par infiltration souterraine. Je vois le sentiment national débilité ou indécis, le défaut total d’esprit public, un conformisme du désordre qui a toute la sottise qu’il prête au conformisme de l’ordre. Aucune indignation, aucune réaction seulement un peu vive de personne : la France est un fromage mou, où l’on entre, que l’on taille comme on veut. On m’a reproché quelquefois de n’avoir pas beaucoup d’amour, mais j’ai de l’indignation qui est une forme de l’amour.

    Henry De Montherlant

  8. 25 novembre 2015 14:07

    La coalition internationale « unique » que veut mettre sur pied François Hollande pourra-t-elle détruire Daesh ?

    Décryptage avec le général Jean-Claude Allard, directeur de recherches à l’IRIS, l’Institut de relations internationales et stratégiques, et spécialiste en politique de défense.

    « Il faut cesser de l’appeler Daesh. Il a du terrain, de l’armement et une aura internationale.L’état islamique a trois objectifs : reconstituer son territoire originel, étendre sa domination à l’ensemble du monde musulman et conquérir Rome… »

    Lire l’analyse : http://www.sudouest.fr/2015/11/24/pourquoi-detruire-l-etat-islamique-sera-tres-difficile-2196190-710.php

  9. 25 novembre 2015 16:58

    L’humanité a connu de grandes invasions; ne sont elles qu’un phénomène mécanique ou alors un châtiment divin des nations ? Un prêtre répond à la question :

    Source : http://cristiadatradicinalista.blogspot.fr/2015/11/invasions-et-chatiments-leurs-causes.html#links

  10. 26 novembre 2015 12:50

    BOYCOTT

    François Hollande demande aux Français, vendredi, de pavoiser leurs fenêtres. Ces familles endeuillées ne peuvent supporter l’idée que ce soit lui qui pavoise, sans rendre de comptes à personne.

    Disons-le. On se demandait combien de temps, assommées par le choc, hébétées par le chagrin, les familles des victimes du 13 novembre resteraient silencieuses. Combien de temps le gouvernement pourrait poursuivre ses discours graves et émus en se lavant les mains sans que personne – personne de touché dans sa chair – n’y trouve à redire.

    Combien de temps il parviendrait à tranquillement prospérer, refleurir, rajeunir même, engrangeant sans vergogne les dividendes électoraux de sa propre impéritie.

    Cette fois, c’est fait. Une jeune femme s’est levée. Son frère, François-Xavier Prévost, a été assassiné au Bataclan et elle l’écrit en lettres capitales :

    « J’APPELLE AU BOYCOTT DE L’HOMMAGE NATIONAL RENDU AUX VICTIMES. »

    Elle égraine, une à une, sans violence ni insultes, mais avec l’inexorable évidence des faits, les raisons pour lesquelles sa famille et elle « refusent cette main tendue par les représentants politiques de la France ».

    Parce qu’en France, depuis les attentats de janvier, rien n’a été fait, « 10 mois plus tard, les mêmes hommes sont en mesure de recommencer et de faire cette fois-ci 10 fois plus de morts ».

    «Parce qu’en France, il est possible d’être en lien avec un réseau terroriste, de voyager en Syrie et de revenir librement »,

    « Parce qu’en France, les « personnes fichées S […] circulent librement », empruntent les transports en commun, louent des voitures, « travaillent à nos côtés », sans faire l’objet d’aucune obligation de suivi ni de surveillance. Parce qu’avant les événements tragiques du 13 novembre, jamais personne ne s’est posé la question de la « dissolution » des « 89 mosquées recensées comme radicales »…

    Votre main tendue, votre hommage, nous n’en voulons pas et vous portons comme partie responsables de ce qui arrive !

    C’est plus tôt qu’il fallait agir. Les attentats du mois de janvier auraient dû suffire.

    Suite : http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/familles-appellent-boycott-de-lhommage-national,221862

  11. 30 novembre 2015 15:53

    Texte du Père Hervé Benoît, prêtre catholique, publié sur le site Riposte Catholique, qui a valu à ce prêtre courageux les sanctions de sa hiérarchie : http://lyon.catholique.fr/?Pleurez-avec-ceux-qui-pleurent

    =====================================================

    Les Aigles (déplumés) de la mort aiment le diable !

    Notre degré d’avachissement intellectuel et moral est tel qu’il faut s’entortiller de précautions pour émettre le moindre propos… Soyons bien clair, aux lecteurs choqués par le titre de cet article, par son contenu ou les titres et qualités de l’auteur, qu’ils sachent que les devoirs, publics et privés, à rendre aux morts, qui devaient leur être rendus l’ont été.

    Paix aux morts et, maintenant, debout les hommes !

    D’abord, une lecture mystique.

    L’idée circule sur les réseaux. Oh, très mollement, comme une sorte de dissonance, de grincement dans la mécanique de sidération collective. Personne ne s’y risque vraiment. D’ailleurs, l’injonction fuse. Le rappel à l’ordre claque ! Vous n’y pensez pas ! Bigot ! Réac ! Coincé !

    Il faut bien que quelqu’un se dévoue. Que voulez-vous, j’ai été bercé dans ma jeunesse cléricale, par l’injonction de « lire les signes des temps ».

    Quels « signes » ? Pas les corps entassés, les rues ensanglantées, les hurlements des blessés. Non, des images sous-jacentes, en arrière-plan, si fortes qu’elles aveuglent.

    Qu’avons-nous vu ? Il est 21 h, ce funeste vendredi 13, au Bataclan. Devant 1 500 personnes en transe, serrées et échauffées comme dans une matrice, les Aigles de la Mort Métal – Eagles of Death Metal en v.o. – entonnent : « Qui va aimer le diable ? Qui va aimer sa chanson ? Qui va aimer le diable et sa chanson ?… ». Personne, et pour cause, n’entendra la conclusion : « … j’aimerai le diable et sa chanson ! ».

    Et cette phrase de l’Évangile selon saint Luc, proclamée le matin même à la messe : « Où sera le corps, là aussi se rassembleront les aigles » (trad. Crampon, 17, 37). D’autres traduisent « vautours », mais c’est la même chose : les rapace qui se repaissent des morts. Voilà des signes ! Je les vois multipliés, sur les tee-shirts, sur les tatouages, sur les pochettes de disques : « mort… diable… », et les ingrédients qui vont avec : violence… sexe… défonce… jouissance… vacarme…, codes partagés de la culture de masse.

    Qu’on ne me dise pas, avec des pudeurs de chaisières, que ce n’est pas du « métal ». Enfumage ! Ne me dites pas non plus que ce ne sont que des mots. Que c’est pour rire. À force de ne rien prendre au sérieux, tout fini par devenir tragique. Si vous élevez des pitbulls vicieux et pervers, parce qu’ils sont utiles pour faire peur aux voisins, ne vous étonnez pas si, un jour, ils sautent à la gorge de vos enfants. Vous invoquez le diable en rigolant ? Lui vous prendre au sérieux. Un exorciste extraordinaire me le disait le jour même des attentats : « Si vous lui ouvrez la porte, il se fait une joie d’entrer. » On ne joue pas avec les icônes, elles véhiculent le sacré…

    Je vais allez plus loin. Tant pis pour les lecteurs sensibles. Regardez les photos des spectateurs quelques instants avant le drame. Ces pauvres enfants de la génération bobo, en transe extatique, « jeunes, festifs, ouverts, cosmopolites… » comme dit le “quotidien de révérence”. Mais ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschishin, sont leurs frères siamois. Mais comment ne pas le voir ? C’est tellement évident ! Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture… Les uns se gavaient de valeurs chrétiennes devenues folles : tolérance, relativisme, universalisme, hédonisme… Les autres, de valeurs musulmanes devenues encore plus folles au contact de la modernité : intolérance, dogmatisme, cosmopolitisme de la haine… Les uns portent le maillot du PSG – « Fly Emirates » en effaçant le berceau de Louis XIV, et les autres profitent du même argent pour se faire offrir un costume en bombes. Une minute avant leur mort, les uns et les autres étaient penchés sur leurs smartphones, comme accrochés au sein de leur nourrice. Ce n’est pas le retour du Moyen Âge, contrairement à ce que disent les crétins, c’est la postmodernité dans toute son absurdité. Le drame de l’humanisme athée, qui aime le diable, la mort, la violence, et qui le dit… et qui en meurt ! Le signe de la mort et du chaos ne flotte pas que sur les rues de Paris, un vendredi soir maudit. 130 morts, c’est affreux ! Et 600 morts, c’est quoi ? C’est le chiffre des avortements en France le même jour (Ministère de la Santé – merci Orwell !). Où est l’horreur, la vraie ?

    Écoutez le sage : « Chers djihadistes, chevauchant vos éléphants de fer et de feu, vous êtes entrés avec fureur dans notre magasin de porcelaine. Mais c’est un magasin de porcelaine dont les propriétaires de longue date ont entrepris de réduire en miettes tout ce qui s’y trouvait entassé. […] Vous êtes les premiers démolisseurs à s’attaquer à des destructeurs. Les premiers incendiaires en concurrence avec des pyromanes. Nous triompherons de vous. Nous vaincrons parce que nous sommes les plus morts » (Philippe Muray).

    Puis une lecture politico-sociologique.

    Qu’avons-nous vu ? Des rockers californiens de deuxième zone, entretenant la flamme d’une musique désormais recyclée dans la grande lessive consumériste, une fausse rébellion pour de juteuses connexions avec l’industrie. Loin de moi l’idée d’encenser le rock et ses valeurs, mais on peut accorder au minimum à la génération « beat » le désir d’avoir voulu ébranler non pas tant la société patriarcale, que le matérialisme. Ses solutions étaient mauvaises, mais la révolte contre Mammon pouvait avoir quelque chose de sincère. Tout cela est aujourd’hui totalement intégré dans la matrice. Pire, la tentative de révolte a été « retournée » pour servir à la domination, par le divertissement (au sens étymologique), l’abrutissement de la moindre velléité de révolte. On peut écarter d’un revers de la main dédaigneux ces faits en estimant qu’ils relèvent d’un humour au second degré. Lorsqu’un membre du groupe revendique son goût pour les armes, la pornographie et la méthamphétamine… (Wikipedia), il ne fait que dealer un cocktail particulièrement efficace pour le contrôle social. Pas besoin de complot, pas besoin de police, l’appât du gain des trafiquants, les névroses sociales pullulantes et l’intérêt du système financier suffisent à faire le boulot. Des milliers de romans de science-fiction l’ont mieux dit que tous les sociologues. Voilà d’ailleurs en grande partie pourquoi vous ne pouvez pas faire la moindre remarque critique sur le sujet, sans vous faire agonir de sottises. Les chiens de garde veillent…

    Ne parlons même pas des propos consternants de premières communiantes chez ces rockers revenus peureusement à la maison : « Bien que nous soyons désormais rentrés chez nous et en sécurité, nous sommes horrifiés et tentons toujours de comprendre ce qu’il s’est passé… », avant de remercier servilement la police et le FBI… Ils vénéraient Satan mais n’étaient visiblement pas impatients de le rencontrer. Ah, ils peuvent s’afficher avec leurs tatouages virils, leurs admiratrices en bikini et leurs grosses motos, « c’est rien que des demi-sels » comme dirait Audiard, des aigles déplumés, bien loin de la mère des Maccabées, « cette femme héroïque qui parlait avec un courage viril » comme dit l’Écriture Sainte ces jours-ci.

    Pour finir, le sordide et les intérêts bien compris. Ils vont gagner au grattage après le tirage. Les victimes ne sont même pas enterrées qu’un journaliste du système peut tranquillement expliquer : « Lancée dans la foulée des attaques terroristes ayant frappé Paris vendredi 13 novembre, la campagne visant à porter la chanson Save A Prayer au sommet des ventes de singles britanniques bat son plein » (Le Figaro). C’est nous les complotistes, les obscurantistes, les réactionnaires, mais eux, ils peuvent tranquillement se repaître sur le dos des morts, ça ne gêne personne ! À vomir ! Il n’y a pas que ceux qui tiennent les kalachnikovs qui sont des monstres.

    Grégoire Nysse : « Quand on dit que Dieu inflige un châtiment douloureux à ceux qui font un usage pervers de leur liberté, il convient de comprendre que c’est en nous-mêmes que ces souffrances ont leur principe et leur cause » (La vie de Moïse, 2, 87).

    Hervé Benoît, prêtre catholique

    P. S. : Les formulaires de dénonciations à quelque autorité qu’on voudra sont à la disposition du public.

    ==================================================

    Source : http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/tribune/les-aigles-deplumes-de-la-mort-aiment-le-diable

  12. 30 novembre 2015 16:01

    La tribune libre de l’abbé Hervé Benoît que la site « Riposte Catholique » a publiée le 20 novembre (voir post précédent) a suscité beaucoup de réactions à défaut, parfois, d’avoir été lue avec beaucoup d’attention… Sollicité de toutes parts par les médias, l’abbé Benoît a souhaité ne répondre à aucun d’entre eux mais a prié « Riposte Catholique » de publier le communiqué qui suit :

    =============================================

    À la suite des attentats du vendredi 13 novembre, nous avons tous été touchés, à commencer par les victimes et leurs proches. Prêtre catholique, j’ai prié et célébré la messe pour les victimes et leurs familles dès que j’ai appris la tragédie. C’était ma première réaction et, je le crois, mon premier rôle.

    Citoyen d’un pays libre, comme des millions de personnes, j’ai ensuite exprimé en conscience ce que je ressentais et montré les signes que je voyais.

    Comme baptisé et comme prêtre, je devais compassion aux victimes et sympathie à leurs familles. Si on me lit honnêtement, on les trouvera exprimées.

    Je dis mes regrets à ceux qui m’ont mal lu et qui auraient pu être blessés par mes propos et je leur pardonne très volontiers les insultes dont ils m’ont accablé.

    Mais, comme prêtre, je devais aussi aux victimes, comme à tous ceux qui me liraient, justice et vérité.

    Justice et vérité pour les enfants assassinés avant de naître ;

    Justice et vérité pour les enfants assassinés d’Afghanistan, d’Irak, de Libye, de Syrie, du Donbass, du Mali et de Centrafrique ;

    Justice et vérité pour les jeunes auxquels on ment et qu’on détourne de Jésus-Christ au risque de leur salut éternel.

    Dieu est le seul juge de mes propos.

    Comme il est juge de certaines postures auxquelles, pour ma part, je me réserve de donner les suites que m’autorise le droit canonique.

    En ces temps difficiles, que Dieu donne la paix aux vivants, et, aux morts, le repos éternel.

    Hervé Benoît, prêtre catholique

    ==========================================

    Source : http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/tribune/communique-de-labbe-herve-benoit

  13. 13 décembre 2015 18:49

    « Je dis mes regrets à ceux qui m’auraient mal lu et qui auraient pu être blessés par mes propos et je leur pardonne très volontiers les insultes dont ils m’ont accablé. » Le prêtre Hervé Benoît a diffusé vendredi un communiqué après que le cardinal Barbarin l’a relevé de ses fonctions de chapelain à la basilique de Fourvière, en représailles à une tribune à scandale décrivant les terroristes et les spectateurs du Bataclan comme des « frères siamois ».

    Dans sa réponse, Hervé Benoît persiste et signe, intégralement, tout en exprimant sa compassion aux victimes et à leurs familles. Il s’en remet à Dieu – « seul juge de mes propos »- et se réserve le droit d’apporter toutes les suites permises par le droit canonique à « certaines postures » – allusion probable à la sanction décidée par l’archevêque de Lyon.

    On ignore le sort qui sera réservé à Hervé Benoît au terme de la retraite forcée à laquelle il a été « convié » dans une abbaye. La tribune de ce prêtre continue de susciter des réactions indignées dans l’Eglise catholique. Samedi, l’une de ses figures, le père David Gréa, curé de l’église Sainte-Blandine (Lyon 2e ) et initiateur de messes « new look » avec le groupe de « pop louange » Glorious, dénonce un « article détestable », reflet d’une « idéologie mondaine » à l’opposé du message de Jésus. « Ce texte », ajoute-t-il, « suscite la colère, attise la violence et favorise une lecture idéologique de la Bible. » Et de déplorer que le site sur lequel a paru cette tribune n’ait pas été condamné : « J’espère impatiemment que ces sites dangereux seront dénoncés par les évêques de France », conclut David Gréa, en rappelant les catholiques qui l’auraient oublié à leur devoir d’être des « artisans de paix ».

    http://www.leprogres.fr/lyon/2015/11/29/le-pretre-de-fourviere-n-en-demord-pas-dmqe

  14. 13 décembre 2015 18:50

    Monsieur l’abbé,

    Si j’en crois Le Progrès, vous regrettez que Riposte Catholique n’ait pas été « dénoncé officiellement par les évêques de France », au motif que « de tels sites sont dangereux, […] favorisent l’intégrisme et la haine identitaire ». Rien de moins ! Et le journaliste qui vous cite ajoute, sans doute ironiquement, que vous souhaitez à tous d’être des « artisans de paix ».

    Vous, en tout cas, avez une curieuse conception de la paix. C’est la paix dans l’uniformité, la paix qu’obtient dans les rangs le caporal serre-file. Selon Le Progrès, vous êtes un prêtre dynamique et érudit, délégué diocésain à l’œcuménisme. N’ayant pas l’honneur de vous connaître, j’ignore si le portrait ainsi brossé de vous est fidèle ou non, mais, s’il l’est, j’avoue être un peu dubitatif sur ce que peut donner cette conception un tantinet caporaliste du dialogue en matière de relations œcuméniques. À moins, bien sûr, que vous ne réserviez vos aménités aux non catholiques et que vous estimiez que les catholiques ne partageant toutes vos vues ne méritent que le mépris et la condamnation.

    Je suis déjà interloqué que des journaux anticléricaux notoires soient désormais considérés comme les légitimes arbitres des élégances dans l’Église et que tout le monde considère que le fait qu’un prêtre ait osé déplaire à Rue89 ou à Libération justifie qu’il encoure des sanctions canoniques qui sont rarement fulminées avec tant de publicité pour les prêtres qui bafouent les sacrements ou qui abusent de mineurs. Peut-être même dans votre propre diocèse. Allez savoir…

    Mais votre réclamation de notre condamnation, sans que vous ayez jamais jugé utile de prendre contact avec nous pour savoir si nous correspondions, si peu que ce soit, au portrait au vitriol que vous peignez de nous, met le comble à la mesure.

    Quand nous défendions votre archevêque, attaqué par les mêmes médias anticatholiques, pour avoir mis, un peu sommairement, en parallèle la loi Taubira et l’interdit de l’inceste, où étiez-vous ? Vous n’étiez peut-être pas mécontent, alors, de trouver des laïcs capables “d’aller au charbon”, sans trop se soucier de leur image de marque. Nous nous contentions, à l’époque, de demander aux nouveaux censeurs de faire l’effort de lire sérieusement la déclaration du cardinal Barbarin, sans réagir hâtivement, en tentant de comprendre.

    Était-ce trop vous demander d’en faire autant pour votre confrère ? Et, si vous avez lu sérieusement la tribune de l’abbé Benoît, que contestez-vous réellement : le fait qu’il croie à l’existence du diable ? Le fait qu’il dénonce le nihilisme de notre actuelle « culture de mort » ? Le fait qu’il refuse le « choc des civilisations » qui voudrait un affrontement islam-Occident sans la moindre nuance ? À moins que ce ne soit, tout simplement, son style littéraire trop véhément ? Dans ce dernier cas, j’ignorais qu’une divergence de style emportait nécessairement une condamnation officielle et canonique dans la moderne et supposément “dialoguante” Église de France. Notre tort a peut-être été de croire que les déclarations de Vatican II, sur la responsabilité des fidèles laïcs, valaient aussi en France. Vous nous avertissez publiquement qu’il n’en est rien et qu’une seule vision est autorisée chez nous. Puis-je alors vous demander respectueusement de bien vouloir me renseigner sur les contours exacts de cette vision ? Je suppose, sans en être certain, qu’il s’agit de celle du fameux “quotidien officieux” de l’épiscopat qui, tout récemment encore, faisait campagne pour la reconnaissance publique des soi-disant multiples « types de familles » au sein même de l’Église. Car la loi Taubira ne suffit pas ; il faut maintenant que nous reconnaissions « une forme de sacramentalité » (ou quelque chose comme ça, dans la langue de buis en usage) aux « mariages » gays…

    Ledit “quotidien officieux”, peut-être vexé que les catholiques proches de La Manif pour Tous soient majoritaires sur le net, a, en tout cas, été, avant vous, le premier à réclamer la condamnation de Riposte Catholique. Sa rédactrice en chef considère sans doute scandaleusement irrévérencieux qu’on n’applaudisse pas à chaque article de La Croix.

    Rassurez-vous, Monsieur l’abbé, la condamnation, que vous appelez de vos vœux, de Riposte Catholique va bientôt venir. Si elle était la première, elle ne serait assurément pas la dernière… Elle ne viendra pas de l’épiscopat français (sauf si celui-ci se dépêche), mais des officines de la police politique qui, dans leur zèle “pamalgamiste” pourchassent avec plus de hargne les supposés « ultra-catholiques » – hélas, plût à Dieu que nous soyons effectivement « ultra-catholiques », nous nous inquièterions moins de notre salut éternel !– que les islamistes radicaux.

    Mais prenez-y garde, Monsieur l’abbé, vous aurez certes été un secours précieux pour ces officines, mais cela ne vous sauvera pas : ce que ces officines détestent, c’est le catholicisme lui-même, et non telle ou telle nuance sous laquelle il se présente. Leur apporter notre tête sur un plateau, comme la charmante Salomé le réclama pour saint Jean-Baptiste, ne servira qu’à accélérer le processus actuellement en cours, certainement pas à le freiner. Ignorer à ce point les leçons de l’histoire ne laisse pas de m’interroger.

    Mais il est vrai que vous semblez considérer que la politique (et donc l’histoire), c’est sale et indigne d’un catholique. Je crois, tout au contraire, que c’est, pour un laïc catholique, la plus haute forme de la charité. Et, oui, je vous le concède, et même je le revendique, je reçois l’Évangile comme un envoi en mission dans le monde politique – non pas pour favoriser la haine, comme vous accusez méchamment Riposte Catholique de le faire, mais bel et bien pour bâtir la civilisation de l’amour à laquelle nous appellent et le Christ et les derniers Papes.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur l’abbé, l’expression de mes sentiments filiaux. Je n’ose vous demander votre bénédiction, que vous ne souhaiterez sans doute pas gaspiller pour des parias, de peur qu’une part de notre réprobation ne vous contamine, mais je puis du moins vous assurer de mes prières pour vous-même et pour votre apostolat.

    Guillaume de Thieulloy, directeur de Riposte Catholique

    http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/tribune/lettre-ouverte-a-labbe-david-grea

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :