Aller au contenu principal

Prions pour Notre-Dame !

16 avril 2019

« Ave Maria, gratia plena
Dominus tecum
Benedicta tu in mulieribus ;
Et benedictus fructus ventris tui, Jesus !
Sancta Maria, Mater Dei,
Ora pro nobis, peccatoribus,
Nunc, et in ora mortis nostræ »

+

Amen

 

10 commentaires leave one →
  1. Eloi permalink
    16 avril 2019 15:43

    Nous sommes tous en deuil…par l’Abbé Guillaume de Tanoüarn

    …Non pas pour des raisons qui seraient proprement spirituelles, car les pierres vivantes de notre édifice spirituel restent et resteront immarcescibles, inaccessibles aux flammes. Ce qui est touché dans cet incendie dantesque, qui a pris au pieds de la flèche de Notre-Dame de Paris, et qui, à l’heure où j’écris, n’a pas cessé ses ravages, c’est cette connexion intime entre le spirituel et le charnel, c’est le symbole historique d’une sacralité française qui part en fumée. Une sacralité qui exprime aussi l’exception européenne et chrétienne.

    Regrets ? La cathédrale n’était manifestement pas équipée des dispositifs de sécurité qui aurait pu enrayer le premier foyer de flammes : économie de… bouts de chandelles!

    Par ailleurs, comment expliquer l’intensité si soudaine des flammes, leur progrès si rapide : rien à voir avec l’incendie de la cathédrale de Nantes, voici quelques décennies… Vous pensez comme moi ? En tout cas, géopolitique ou simple négligence, l’événement laisse chacun incrédule.

    La suite : https://ab2t.blogspot.com/2019/04/nous-sommes-tous-en-deuil.html?fbclid=IwAR1usqnAGqCAYD1eP24MBRSnZx99GszYwmw6TzE72zssx7lIOQzWpEhdXOY

  2. Mattheus permalink
    16 avril 2019 19:21

    Antifas, gauchistes et « chances pour la France » se réjouissent de l’incendie de Notre-Dame : http://www.contre-info.com/antifas-gauchistes-et-chances-pour-la-france-se-rejouissent-de-lincendie-de-notre-dame

  3. Ictus permalink
    16 avril 2019 23:44

    Benjamin Mouton, l’ancien architecte en chef de Notre-Dame, est très dubitatif devant l’incendie de la cathédrale à Paris.

    L’ancien architecte en chef de Notre-Dame explique ses doutes sur l’incendie
    « Du chêne qui a 800 ans, c’est très dur. Il faut mettre beaucoup de petit bois pour le faire brûler… L’incendie n’a pas pu partir d’un court circuit, d’un simple incident ponctuel. Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant. »»…

    https://www.batiactu.com/edito/notre-dame-apres-incendie-rien-n-est-fini-selon-ex-56147.php

  4. Pie permalink
    17 avril 2019 00:05

    Interrogations sur l’incendie de Notre Dame…

    « Suite à différents questions et témoignages, il m’apparaît utile d’apporter cette info : les travaux de restauration proprement dits n’avaient pas encore débuté, seuls les échafaudages étaient en cours de montage. Aucune soudure et pas de point chaud possible, donc… »

    (Philippe Villeneuve, architecte en chef des Monuments Historiques, responsable de la restauration de la flèche).

  5. Abba permalink
    17 avril 2019 00:17

    Deux hypothèses.

    1) Soit il s’agit d’un incident sur le chantier – un faux-contact électrique, un produit qui prend feu et ce feu qui se propage à la charpente en bois, avec les conséquences que l’on sait.
    2) Soit il s’agit là d’un incendie d’origine criminelle, facilité précisément par l’existence de cet échafaudage, qui a permis au criminel de monter facilement jusqu’à la toiture.

    Dans les deux cas, la DRAC (la Direction Régionale des Affaires Culturelles), le service des Monuments Historiques et donc le Ministère de la Culture et l’Etat portent une lourde responsabilité : si c’est un accident lié au chantier, c’est un manquement impardonnable au contrôle technique et à la surveillance dudit chantier. Si c’est un accident criminel, il est clair que le ou les pyromanes ont utilisé l’échafaudage pour accéder au toit : dans ce cas, c’est un manquement impardonnable à la sécurité du chantier, à sa surveillance permanente. Inexcusable car il s’agit ici non pas d’une église mineure de province, mais d’une des plus belles et historiques cathédrales du monde, d’un chef-d’œuvre unique.

  6. Lancre permalink
    17 avril 2019 13:26

    Notre-Dame de Paris en flammes : images d’apocalypse et sanction de l’apostasie d’une nation !

    Pourquoi Notre-Dame qui est par excellence le symbole de la France, de l’Europe, de la chrétienté ? On ne peut s’empêcher de penser à la date. Nous sommes aujourd’hui le lundi saint, au deuxième jour de la semaine qui conduit le Christ à Sa Passion et à Sa mort sur la Croix. Tous les textes de la messe du lundi saint appellent de manière poignante et insistante à être délivrés des persécuteurs. Et comment ne pas penser que ce mois d’avril
    2019 commémore les cinquante ans de la « nouvelle messe » de Paul VI “promulguée” le 3 avril 1969 et également le demi-siècle du nouveau rite invalide des consécrations épiscopales et des ordinations sacerdotales “promulgué” certes le 18 juin 1968 mais rendu obligatoire le 6 avril 1969, le dimanche de Pâques, il y a tout juste un demi-siècle ?

    C’est d’ailleurs pendant une synaxe de Paul VI à Notre-Dame que l’incendie s’est déclaré, le 15 avril vers 18h50, que les sirènes incendie ont retenti et que les assistants ont — heureusement — eu le temps de quitter les lieux. Voilà un demi-siècle (et même soixante ans car la révolution moderniste et toute l’entreprise de destruction ont commencé avec et sous Jean XXIII) que la véritable Église est occupée, occultée, éclipsée et mise au tombeau par des intrus qui imposent une fausse messe, un faux culte, de faux sacrements, une fausse doctrine, une fausse morale et qui s’acharnent à obstruer les canaux de la grâce ?

    Suite : http://tradinews.blogspot.com/2019/04/jerome-bourbon-rivarol-notre-dame-de.html

  7. Lancre permalink
    17 avril 2019 23:31

    Un lecteur du Salon beige est tombé par hasard sur le site de Notre Dame de Paris.

    Qui sait expliquer la raison de la fermeture anticipée du circuit des tours de Notre Dame ce lundi 15 avril à 17h30 ?

    https://www.lesalonbeige.fr/apres-le-drame-les-questions/

  8. Christe Eleison permalink
    18 avril 2019 19:02

    Des hypothèses et encore des hypothèses

    Comme le rappelle Julien Le Bras, représentant de la société de rénovation Le Bras Frères : « ce chantier débutait normalement ce lundi 15 avril, aucun travaux par point chaud ou électriques n’ont été effectués. Ce jour-là , les rénovateurs ont placé des échafaudages : nos outils sont des marteaux, des clés de 22, rien qui puisse permettre un départ de feu.

    J’entends parler de tout… J’entends parler d’ascenseur défaillant, de soudure, beaucoup de gens qui parlent sans même savoir. C’est bien malheureux, parce qu’en face de tout ça, il y a des gens qui subissent » s’indigne-t-il. En effet, plusieurs hypothèses de « pseudo-experts » des réseaux sociaux apparaissent depuis quelque temps. Un mégot de cigarette jeté sur la charpente ? « Nous sommes sur des charpentes en chêne, de sections considérables et vraiment exceptionnelles, il faut une vraie source de chaleur pour réussir à enflammer ce type de sections de bois »

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/notre-dame-paris-societe-mosellane-bras-qui-restaurait-fleche-s-exprime-face-presse-1656892.html?fbclid=IwAR1XPGG7dDroysmbLVkOnswUoJC_oPrxigq38btV6J0R8Orf2XY1dkVMPEU

  9. charles permalink
    19 avril 2019 00:40

    CATHOLICAE ECCLESIAE PASSIONEM
    Les images de l’effondrement de la flèche de Notre-Dame de Paris, ravagée par un terrible incendie

    15 avril 2019: L’incendie qui ravage Notre-Dame de Paris laisse le monde dans l’incrédulité. Accident ? Malveillance ? Attentat ? La justice des hommes cherche déjà des coupables.
    Une nouvelle fois, l’instantanéité de l’information – prérequis de la Révélation – nous permettra de suivre tous les prochains événements liés à la Révélation, en direct.
    Notre-Dame en flammes, cœur de la France, Fille aînée de l’Église, nous laisse interdits. Face à cette sidération, on se retient de se pincer afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un mauvais rêve. Et pourtant, tout cela est bien réel et prélude, symboliquement, aux prophéties liées à l’Église « éclipsée ».

    Point « crucial », les statues des Apôtres – incluant les quatre Évangélistes -, qui avaient été démontées et descendues pour rénovation, sont sauves; comme si le Ciel nous promettait que la parole de Dieu, quoique paraissant s’être « envolée », restera portée par les Apôtres du dernier Temps, et ce, malgré tous les maux et les innombrables persécutions prophétisées. Autre symbolique forte, celle de ce vaisseau de pierre, protecteur de Paris, qu’était Notre-Dame. Par cet incendie, ce « Vaisseau » marial qui défendait la « Cité » suggère la disparition de la protection de la Sainte Vierge sur la Capitale. Marie-Julie Jahenny et bien d’autres âmes choisies rapportèrent que la Sainte Vierge Marie « retenait le bras de son Fils », que la Justice divine appesantissait, afin de laisser un temps de repentir à l’humanité devenue ingrate et rebelle. Dans l’un des messages qu’elle reçut du Ciel pour notre temps, Madeleine Porsat le dit en ces termes:

    « Les plaies précédentes ont été adoucies, grâce à Marie qui a retenu le bras de son fils. »

    Ce temple du Seigneur dédié à la Très Sainte Vierge étant en partie détruit, Paris doit-il désormais craindre l’imminente justice de Dieu ? Nous le croyons et ne pouvons qu’inviter le lecteur à se tenir informé des événements se déroulant dans la capitale.

    *

    Je n’aime pas analyser l’actualité à chaud car l’émotion brouille l’entendement; et c’est bien de cela dont nous avons aujourd’hui besoin. Une cathédrale incendiée pourrait être un événement compris comme un drame parmi tant d’autres – pouvant être résolu à coups de centaines de millions d’euros -, si nous n’étions ici dans une concomitance de chutes et une symbolique de Passion prophétisée de L’Église. Nous ne sommes pas encore dans le surnaturel, mais nous nous en approchons. Le fait que cela se produise entre les Rameaux et Pâques est très parlant. C’est le commencement de la Passion de L’Église et les prochains incendies annoncés d’édifices religieux n’en seront que les effets.

    Avec 3 ou 4% de catholiques pratiquants, une terrible perte du sens du sacré, des erreurs doctrinales qui s’infiltrent chaque jour davantage en son sein, des scandales à répétition et les trois églises vandalisées ou profanées par jour en France, l’Église en tant qu’institution léguée par Notre Seigneur Jésus-Christ ressemble de plus en plus à une coquille vide, où ne demeure qu’un dernier carré de Chrétiens déboussolés par leurs bergers. Nous sommes bien loin de cette Foi que le monde est censé retrouver à l’issue du Troisième conflit Mondial; celle des origines.

    Quant à François Bergoglio, sa fausse humilité le pousse à s’agenouiller devant Salva Kiir et Riek Machar pour leur embrasser les pieds, au lieu de s’imposer en arbitre et de raisonner les protagonistes du Sud Soudan comme le ferait un véritable père. Il n’en est pas à son coup d’essai et on se souviendra du 24 mars 2016 – Pâques d’il y a deux ans -, date où il avait baisé les pieds de clandestins et d’infidèles, mêlés aux Chrétiens, comme pour mieux faire passer la pilule. Bergoglio n’appelle pas à la conversion des pécheurs et des païens, mais à une aimable coexistence digne de l’abbaye de Thélème, dont la devise « Fais ce que veut », lui sied remarquablement.

    Alors, oui, l’Église catholique est en chute libre et, comme elle tombe de très haut, l’impact avec le sol va être cataclysmique. Si on ajoute à cela l’indifférence religieuse des populations déchristianisées qui prévaut à présent et sa rapide mutation en haine antichrétienne, on peut être légitimement inquiet.
    BIENHEUREUSE MÉRE HÉLÉNA AIELLO (1895/1961)
    «Les gens ne se soumettent plus à l’Église et méprisent les prêtres parce que certains parmi eux sont motif de scandale. Écoute bien ce que je te dis et annonce-le à tous. Mon Cœur est attristé par tant d’afflictions qui menacent le monde. La Justice de notre Père céleste est gravement offensée. Les hommes s’obstinent à vivre dans leurs péchés…» (16 avril 1954).
    «Rome sera purifié dans le sang de ses nombreux péchés, en particulier ceux de l’impureté ! Le troupeau est sur le point d’être dispersé et le Pape devra beaucoup souffrir !» (1959).

    Pour résumer la concomitance de ces événements, voici une synthèse de ce qu’il convient de retenir pour comprendre où nous en sommes en termes de chronologie eschatologique:
    – Etape décisive de la prophétie de saint Malachie avec la devise attachée à Benoit XVI (De Gloria Olivae); la « Gloire de l’Olivier », annonçant le martyre de la paix et des pacifiques.

    – Mélanie Calvat, à la Salette, disait :
    « L’Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation». Elle fit preuve de davantage de précision en annonçant les pontificats de deux papes successifs, qu’elle qualifia de « vermoulus, plats, douteux. » Le texte original est:
    « …Mais avant ce temps (des tribulations) il y aura deux fois une paix de peu de durée, deux Papes vermoulus, plats, douteux. »
    Lettre datée de Galatina, Italie, 30 septembre 1894.

    La mention de ces deux papes laisse entrevoir un deuxième pontificat non reconnu par le Ciel, alors même que Benoit XVI sera toujours en vie.

    – Transition en cours depuis notre ère des Poissons vers celle du Verseau (nous passons progressivement de l’ère du Fils, Jésus-Christ, vers celle de l’Esprit Saint; impliquant la connaissance liée à la Révélation),

    Dans cette extase datée du 15 juin 1882, Marie-Julie mentionne ses « temples incendiés » lors de la grande guerre civile française:

    « Mes enfants, aujourd’hui si peu d’âmes me demandent mon amour, si peu de coeurs me servent fidèlement. Jusque dans les cloîtres, je trouve indifférence, oubli et faiblesse. Je me plains amèrement. Si les bons chrétiens sont si lâches, que seront donc les coupables qui veulent tout détruire et renverser jusqu’à mon Règne Eternel….
    Moi-même, je choisirai ; je ferai nommer le véritable consolateur de mon peuple et de l’Eglise : celui qui reconstruira mes temples incendiés sous la violence d’une grande guerre civile, bien qu’elle ne sera pas longue. Je ne peux, dit-il, dit-il, nommer autrement que guerre civile cette guerre à laquelle la France sera livrée…
    Il se lèvera soudain sur la France de grands fléaux et des calamités que rien ne pourra ni arrêter ni amoindrir. Passeront, sur la France, une mortalité innombrable que jamais le monde n’aura vue et des maladies qui seront inconnues. C’est surtout au Centre (Paris) que cette mortalité lancera son fléau. Elle viendra frapper jusque sur la paroisse qui est la vôtre, mes enfants ; mais ne craignez rien, mon Cœur sera une demeure pour vous protéger…
    Je préviens mon peuple qu’à la suite de ces nombreux fléaux en France, dont les premiers ne sont pas loin, et qui seront suivis de beaucoup d’autres, je vous préviens qu’un jour se trouvera – et il est marqué – où il y aura peu de soleil, peu d’étoiles ni de lumière pour faire un pas hors des demeures refuges de mon peuple.
    Le jour commencera à croître ; ce ne sera pas au fort de l’été, ni dans les jours les plus longs, courts encore. Ce ne sera pas à la fin d’une année, mais dans les premiers mois que je donnerai clairement mes avertissements… »

    Quant au Brexit, s’il n’est pas explicitement nommé par les prophéties, il correspond aux prophéties désignant le commencement du bouleversement universel annoncé:

    En 1760, le Père Nectou, annonçait le début des guerres civiles:

    « On sera près de cette catastrophe lorsque l’Angleterre commencera à s’ébranler. On le saura à ce signe, comme on sait l’approche de l’été quand le figuier commence à bourgeonner. L’Angleterre à son tour éprouvera une révolution plus terrible que la révolution française, et elle durera assez longtemps pour que la France ait le temps de se rasseoir. Ce sera la France qui aidera l’Angleterre au rétablissement de la paix. »

    Nous pourrions ajouter nombre d’autres signes et de concordances, probables ou certains – ne serait-ce que nos calculs pointant 2021 -, mais cela ne changerait rien aux bouleversements qui grandissent de mille manières, doucement ou violemment, comme ces « petits séismes » ressentis en Charente, en Gironde et dans le Lot.

    Que nous le voulions ou non, nous sommes pris dans un engrenage auquel nous ne pouvons désormais échapper; tout au plus pouvons nous prier Dieu d’écourter cette période et de nous en protéger. Les prophéties nous accordent cette immense grâce de clairvoyance par l’avertissement, alors que tant de pauvres aveugles continuent de se heurter comme des vagues furieuses et de chercher sur Terre des solutions exclusivement humaines.

    Conservons nos yeux grands ouverts car nous nous trouvons dans le tout début des maux annoncés. Travaillons à notre salut par la prière et l’action, tout en laissant le monde accomplir sa destinée.

  10. charles permalink
    19 avril 2019 00:45

    Les jeux sont faits : MESSAGE À LA GRANDE PROSTITUÉE
    Louis-Hubert REMY
    Publié le 18 avril 2019
    Mané-Théquel-Pharès
    (compté-pesé-divisé)

    Les jeux sont faits :
    MESSAGE à LA GRANDE PROSTITUÉE

    Chapitre V de Daniel

    La crainte du Seigneur est sainte,

    timor domini sanctus, Ps. 18.

    Mais ceux qui s’engagent dans des voies tortueuses,

    le Seigneur les joindra aux hommes d’iniquité

    Declinantes autem in obligationes adducet

    Dominus cum operantibus iniquitatem, Ps 124.

    « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu » (Gal. vi, 7) La justice de Dieu est terrible et ne fait que commencer : elle nous concerne tous. L’incendie du lundi 15 avril 2019 de Notre-Dame de Paris est un signal très fort sur l’avenir. Notre-Dame de Paris est le lieu zéro d’où partent toutes les routes de France. C’est la protectrice de Paris, c’est d’abord le cœur de la France !

    Mais c’est surtout l’âme de la France : Regnum Galliæ, Regnum Mariæ ! De la cathédrale détruite, on ne voit à l’intérieur que Louis XIII consacrant la France à la Reine du Ciel, à la Reine de France !

    Quand notre sainte Mère nous annonce dès 1846 à La Salette que Paris sera brûlé, elle ne dit pas envahi, massacré, détruit : cela viendra après. Elle dit : brûlé, et cet incendie a commencé ce lundi 15 avril, par le cœur de Paris, par ce qui est l’âme de Paris. La suite de l’incendie de Paris suivra.

    Bien sûr personne ne parle de cet aspect primordial.

    Au début de l’incendie, LCI a annoncé qu’il y avait eu deux départs de feu, à vingt minutes d’intervalle. Les ouvriers étaient partis depuis environ une heure. Il n’y avait jusque là que les échafaudages qui étaient montés. Il n’y avait aucun objet de chantier (chalumeau, postes à soudure, etc.) encore installé. L’origine du feu ne pouvait provenir du chantier.

    D’autre part, le chêne demande déjà en temps normal un feu très vif pour brûler ; mais ces poutres avant d’être utilisées, ont été plusieurs années dans l’eau et sont devenues comme du béton et demandent un feu très intense et soutenu pour commencer à brûler :

    Source : https://www.facebook.com/story.php?story_fbid=295809594676337&id=101582246577280&refsrc=https%3A%2F%2Fm.facebook.com%2F101582246577280%2Fvideos%2F295809594676337%2F

    L’ancien ingénieur chef de Notre-Dame sur la thèse de l’accident :

    « Du vieux chêne, il faut beaucoup de petit bois pour le faire brûler… Il y a 2 hommes en permanence jour et nuit pour aller voir dès qu’il y a une alerte et appeler les pompiers … » « Je suis stupéfait »

    L’ancien ingénieur chef de Notre-Dame sur la thèse de l’accident : « En 2010, on a remis à plat toutes les installations électriques, il n’y a pas de possibilité de court-circuit, toute la détection et protection incendie de ND (en allant très loin) » « Je suis stupéfait ! »
    « L’incendie n’a pas pu partir d’un court circuit, d’un simple incident ponctuel. Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant. »

    « …détection incendie, qui a été un dispositif très onéreux, il fallait très peu de minutes pour qu’un agent aille faire la levée de doute, nous avons fait remplacer des portes en bois par des portes coupe-feu, avons limité tous les appareils électriques, interdits dans les combles »

    Un autre témoignage :

    « Malheureusement, je pense que ce n’est pas un accident. Je suis une ancienne étudiante de l’École du Louvre diplômée en Histoire de l’art. J’ai visité la charpente de Notre Dame avec des architectes des Bâtiments de France, il y a plusieurs années. Cette charpente de bois du 12E siècle était protégée comme jamais ! Chaque intervention est toujours accompagnée par des historiens, des architectes, des experts, aucun travail n’est envisagé sans une prudence extrême, pas de source de chaleur, PAS DE CHALUMEAU, pas d’appareil électrique, un système d’alarme performant, et une surveillance très stricte. Je pense que nous finirons par apprendre que c’est un incendie criminel ! »

    Une réponse d’un Pompier (C.S.I.) professionnel qui ne doute pas que l’acte puisse être criminel…

    « Avant de vous prononcer sur le comportement du feu, vous auriez dû demander avis à des pompiers. Nul besoin d’une grosse explosion pour un embrasement généralisé d’une charpente.

    « Ce ne sont pas les grosses poutres en chêne qui ont entièrement brulées, celles-ci se sont carbonisées en surface (ce qui représente tout de même un fort potentiel calorifique) et se sont effondrées, elles sont d’ailleurs maintenant gorgées d’eau et représentent un surpoids sur la structure, mais ce sont les pièces de bois beaucoup plus légères qui les lient entres elles qui ont brûlé, ne supportant plus le poids, la charpente s’est effondrée.

    « Quant à la vitesse de propagation sous charpente, nul besoin d’une explosion de grande envergure. Il suffit au départ d’un ou deux petits foyer qui couvent (une ou deux palettes de bois par exemple) (1), des gaz chauds combustibles s’accumulent prisonniers sous la toiture, les matériaux pyrolisent sous l’effet de la chaleur, un plafond de fumées inflammables sous la toiture se forme, et lorsqu’elles trouvent une arrivée d’air suffisante se produit un « Flash over » inflammation généralisée. ce phénomène est très rapide.

    Il suffit donc d’un traître dans les employés qui se charge de faire partir un ou deux petits foyers avant de débaucher, ça couve pendant une ou deux heures, personne n’y voit rien, les fumées sont contenues sous la toiture. Lorsque cela s’enflamme, c’est trop tard. Personnellement je ne crois pas trop à la possibilité d’un accident ou d’une négligence. Tout cela est à prouver. Les preuves matérielles seront certainement impossibles à réunir. Seuls les témoignages pourront servir, mais ils seront bien camouflés par les merdias. »

    À cette heure bien sûr on écarte la thèse de l’attentat, cherchant une explication (qui ne sera qu’un mensonge, on est habitué !), pour éviter de déclarer : il n’y a qu’une seule explication : ce feu intense ne peut être accidentel, il est obligatoirement provoqué.

    Et surtout : aucune protection surnaturelle ? Dieu, la sainte Vierge, les saints anges ont laissé tout s’embraser ! Et pourtant on a remarqué que le feu a cessé de s’étendre quand les fidèles parisiens ont commencé à prier (on a vu qu’il n’y avait alors aucun clerc en prières !). Le Très sainte Vierge Marie a laissé brûler sa plus belle demeure !

    On a découvert que la flèche avait à son sommet des reliques insignes : couronne d’épines, saint Denis, sainte Geneviève et que cette flèche qui était peut-être l’endroit de Paris, le plus exposé à la foudre, n’avait jamais été foudroyée. Quelle belle et constante protection !

    Et là rien ?

    La date, le lundi saint, est aussi un sujet de réflexion : nous faire rappeler, méditer et partager en cette Semaine Sainte, les douleurs de notre divin Sauveur, et de Sa Très Sainte Mère.

    Il n’y a qu’une seule explication pour un chrétien : C’EST UN CHÂTIMENT !

    Le texte (en PDF) qui suit (2) en donne l’explication. Lisez-le avec attention et diffusez-le. C’est Dieu qui juge au moment précis de leur double jubilé (cinquantenaires accomplis) que l’apostasie du nouveau « sacerdoce » du Spiritus Principalis qui « divise le Christ » (comme nous l’enseigne l’apôtre Saint Jean lui-même dans son épître où il annonce l’« Antéchrist : cf. document joint), ainsi que la « nouvelle religion » qu’il impose à Rome ont assez duré, et que ce nouveau sacerdoce et son nouveau rituel du NOM impies doivent désormais cesser et recevoir enfin leur dû. D’ailleurs il faut souligner que le véritable autel antique de Notre-Dame de Paris, sur lequel la vraie messe a toujours été dite, a été protégé, tandis que l’autel grotesque de la synaxe aura été complètement détruit et broyé.

    50 ans de la nouvelle ‘messe’ :
    des photos symboliquement fortes à Notre-Dame de Paris

    Alors que c’est le 50e anniversaire de la « nouvelle “messe” » qui, dans la fièvre « progressiste » de Vatican II, a remplacé de force et non sans polémiques le rite millénaire de l’Église catholique, des photos de Notre-Dame de Paris avant et après son incendie ne manquent pas d’étonner. L’autel moderne installé pour le nouveau rite dans la croisée du transept a été enseveli, la voûte s’est écroulée dessus. En revanche, le magnifique maître-autel utilisé autrefois pour la sainte Messe traditionnelle reste intact, surmonté de sa grande croix…

    Comparer les deux photos ci-dessous, c’est criant de Vérité !

    L’évènement est bien le doigt de Dieu…

    Il ne nous reste qu’à en tirer la seule conclusion : FUIR DE PARIS. Et vite maintenant ! Dès demain organisez-vous : trouver un lieu aux environs pour fuir. Préparez un départ très rapide et surtout confiez-vous à la Providence : « les bons chrétiens seront protégés dans leurs biens et leur personne » (Vénérable Elizabeth Carnori Mora, citée dans Holzhauser et autres prophéties (3) de L-H Remy, éditions ACRF, 50 Avenue des Caillols, 13002 Marseille, 13€ + port, 07 71 84 34 16).

    Pour ceux qui nous découvrent : CONVERTISSEZ-VOUS. Nullam partem avec la grande prostituée, la secte conciliaire. Il est toujours temps de se convertir, c’est-à-dire de croire et vivre comme on a toujours cru et vécu, refusant toutes les nouveautés.

    Que Marie, Reine de France nous protège !

    « Les cloches ne sonneront plus, la cathédrale s’est tue à jamais… »
    Paris va brûler !…

    Télécharger l’article en PDF

    NESTORIUS LA PSEUDO NOUVELLE CONSÉCRATION ÉPISCOPALE CONCILIAIRE ET L’ANTÉCHRIST

    Télécharger le document en PDF

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :