Aller au contenu principal

Prière pour vaincre les épidémies à Saint Camille de Lellis !

15 mars 2020

Christ en Croix que Saint Camille de Lellis (1550-1614) fit peindre,

et qu’il contemplait durant sa dernière maladie, afin de fortifier son espérance.

(Tableau d’Oscar de Haes). 

Dans la situation que traversent les populations des diverses régions du monde, désemparées face à la propagation exponentielle de l’épidémie, il est de notre devoir religieux de contribuer par les moyens spirituels légués par notre sainte mère l’Église, au soulagement des âmes durement éprouvées et naturellement inquiètes, tant pour elles que pour leurs familles et leurs proches.

Pour qu’en ces circonstances difficiles que nous traversons, les bénédictions du Ciel soient accordées, que les âmes soient protégées et épargnées, et que, s’il plait au Seigneur, reculent les forces de l’adversaire, plaçons dans nos prières régulières, l’oraison à saint Camille de Lellis (1550-1614) :

 

+

Glorieux Saint Camille, tu es apparu comme un Ange descendu du Ciel en réconfort aux misères humaines. Tu as tellement aimé les souffrants et les malades, que tu les as servis avec la même tendresse qu’une mère qui assiste son enfant malade. Nous te remercions pour ces exemples de charité héroïque que tu nous as laissés à tous, et nous te présentons notre grand désir de t’imiter.

Nous mettons notre vie et celles de tous ceux touchés par l’épidémie, sous ta spéciale protection, et nos petites ou grandes possibilités spirituelles et matérielles au service de ton sublime idéal de charité, en généreuse collaboration à celle de la croix rouge qui brille sur ta poitrine, sûrs que nous sommes que ton amour de père accompagnera toujours ceux qui se recommandent à toi.

 Nous te prions de faire sentir aux malades du monde entier, aux grabataires dans leurs maisons particulières, dans les cliniques et les hôpitaux, surtout aux agonisants, que tu les aimes, les protèges, que tu calmes leurs douleurs et les accompagnera vers le Ciel.

A ceux qui se dévouent à leur assistance – religieux, médecins, infirmiers, bénévoles– inspire ta foi, pour que, sous les apparences de chaque malade,ils sachent reconnaître le visage de Jésus aimé, blessé et défiguré par la douleur.  Rappelle-nous que le Paradis est promis à ceux qui ont la Foi, et que nous devons l’obtenir par l’amour envers Dieu et envers le prochain.

 Fais que les anges du Ciel triomphent de l’infection et des causes de la maladie qui se répand dans le monde. Et puis, à l’heure de notre mort, reste prés de nous. Après Jésus, Marie sa Mère et Saint Joseph, sois le protecteur des mourants.

Obtiens à chaque âme la bonté de Dieu, non seulement la délivrance de la mort, mais surtout que, munis de la grâce, tous puissent avoir une fin sereine si telle est la volonté Divine, ou, par ta bonté miséricordieuse, recouvrent la santé et soient délivrés à jamais de la maladie.

 Par Jésus Christ notre Seigneur.

Amen +

 

Saint Camille de Lellis (1550-1614)

Camille de Lellis est né en Italie, à Bucchianico, dans les Abruzzes, le 25 mai 1550. Après une jeunesse dissipée, il se convertit à l’âge de 25 ans pour se dévouer au service des malades.

Réformateur dans le domaine de la santé, il fonda une nouvelle école de charité, début de l’Ordre des Serviteurs des Malades, appelé aussi les pères et frères camilliens. Il adopta comme signe distinctif une croix rouge qui restera, à travers les siècles, le symbole de l’amour envers les personnes souffrantes.

Il est mort à Rome, le 14 juillet 1614, en laissant quinze maisons, huit hôpitaux et une congrégation. Canonisé par le Pape Benoît XIV en 1746, Camille de Lellis a été déclaré, aux côtés de saint Jean de Dieu, patron des malades par le Pape Léon XIII en 1886, et patron du personnel des hôpitaux par le Pape Pie XI en 1930. Il était doué d’un don de prophétie. Par son intercession de nombreux miracles eurent lieu aussi bien de son vivant qu’après sa mort.

 

 

7 commentaires leave one →
  1. Eloi permalink
    18 mars 2020 21:13

    14 juillet

    Saint Camille de Lellis

    Biographie

    Saint Camille de Lellis (mort le 14 juillet 1614) est le fondateur des Clercs réguliers ministres des infirmes, plus connus sous le nom de Camilliens, qu’il institue à Rome, le 8 septembre 1584, que le pape Sixte V approuve le 18 mars 1586 et que le pape Grégoire XIV érige en ordre religieux le 21 septembre 1591. Fortement centralisé sous son préfet général, l’ordre qui comprend déjà trois cents membres répartis en cinq provinces à la mort de son fondateur, connaît au XVII° siècle un essor rapide en Italie, en Espagne, au Portugal et aux Amériques. Les Camilliens portent l’habit clérical ordinaire (soutane noire) surchargée d’une croix latine rouge cousue.

    Fils d’un officier au service de Charles-Quint qui avait pris part au sac de Rome (1527), Camille de Lellis naquit à Bocchianico, au sud de Chieti, dans les Abruzzes (royaume de Naples) le 25 mai 1550. Orphelin de mère, à treize ans, et de père, à dix-neuf ans, ce géant, joueur invétéré qui s’était ruiné dans les jeux de hasard, était sans ressource lorsqu’atteint d’une plaie au pied, il alla se faire soigner à l’hôpital romain de Saint-Jacques des Incurables où, ne pouvant payer, il fut employé un mois comme infirmier. Comme il avait transformé sa chambre en salle de jeux, on le chassa de l’hôpital et, à la fin de 1569, il s’enrôla dans l’armée vénitienne qui allait combattre le sultan Sélim II, puis il servit sous don Juan d’Autriche mais la dysenterie l’empêcha de participer à la bataille de Lépante (1571). Il embarqua sur les galères napolitaines en route vers Tunis.

    Libéré du service, il vécut plus ou moins bien du jeu. Ayant rencontré deux franciscains dans les rues de Zermo, il fit vœu de renoncer aux désordres de sa vie mais il oublia très vite ses bonnes dispositions qui le reprirent, sans plus d’effet, lorsqu’il fut près de périr dans une tempête qui dura trois jours et trois nuits. Ayant perdu au jeu son épée, son arquebuse, son manteau et sa chemise, il fut réduit à la mendicité jusqu’au début de 1575 où il se fit engager comme manœuvre chez un entrepreneur qui construisait le couvent des Capucins de Manfredonia.

    Suite : http://missel.free.fr/Sanctoral/07/14.php

  2. Agostino permalink
    18 mars 2020 21:15

  3. Monfort permalink
    18 mars 2020 21:18

    Neuvaine à Saint Camille de Lellis, Patron Céleste des Malades, des hôpitaux, des infirmier et des infirmières Catholiques (1550-1614). Saint Camille de Lellis naquit dans le royaume de Naples, et mourut à Rome, où il consacra la majeure partie de sa vie à l’assistance des malades et des mourants. Benoît XIV le canonisa en 1746.

    Neuvaine : http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2010/08/23/18878436.html

  4. hannibalgenga permalink
    18 mars 2020 21:32

    Il est peu connu, que l’auteur de la célèbre « APOLOGIE D’ORIGÈNE » (1648), Pierre Halloix, se consacra quelques années plus tard, à la vie de saint Camille de Lellis, le fondateur de l’Ordre des « clercs réguliers pour le service des malades », mort en 1614.

    Saint Camille avait eu, dès 1615, un biographe, son disciple Santio Cicatelli. L’œuvre de ce religieux fut éditée sous sa forme italienne définitive en 1624. Antoine de Winghe, vivement impressionné, chargea Halloix de la traduire en latin et, en 1632, paraissait à Anvers la Vita P. Camilli de Lellis […] latinitate donata a Petro Halloix. Dans sa préface, Halloix précisait qu’il avait répondu à la demande de l’abbé de Liessies « d’abord pour la plus grande gloire de Dieu et en l’honneur de son admirable serviteur, ensuite, en vue de l’édification du plus grand nombre.»

    Source : https://books.openedition.org/pulg/3720

  5. charles permalink
    19 mars 2020 05:54

    Oremus! Pendant ce temps de calamité et de confinement, prions Saint Camille de Lellis de faire tomber le voile qui recouvre les yeux du clergé catholique ou ce qu’il en reste!
    L’aveuglement a atteint des proportions inégalées! Les âmes se perdent faute de pasteurs de foi et de vérité…Les infirmités spirituelles et morales de l’immense majorité de nos contemporains, et tout particulièrement des catholiques traditionalistes égarés , crient vers le Ciel et implorent la miséricorde de Dieu.
    Le silence de Dieu laisse entrevoir de terribles châtiments à venir.
    Les maladies du corps et même la mort physique ne sont rien à côté de la perte de la vie éternelle.
    O Saint Camille! Par ton intercession accorde-nous la grâce de faire pénitence et de réduire à néant cet aveuglement général qui frappe l’humanité tout entière!

  6. Vehementer permalink
    19 mars 2020 23:02

    Mort à Rome le 14 juillet 1614. Canonisé par Benoît XIV en 1746. Fête semidouble en 1762 avec une messe propre. Fête double en 1767.

    Messe

    Camille de Lellis a recueilli avec amour la grâce de l’héroïque dévouement; et par ses soins la divine semence est devenue un grand arbre [10] offrant son ombre aux oiseaux fatigués qu’arrête plus ou moins longuement la souffrance, ou pour lesquels l’heure du dernier repos va sonner. L’Ordre des Clercs réguliers Ministres des infirmes, ou du bien mourir, mérite la reconnaissance de la terre ; depuis longtemps celle des cieux lui est acquise, et les Anges sont ses associés, comme on l’a vu plus d’une fois au chevet des mourants.

    Ange de la charité, quelles voies ont été les vôtres sous la conduite du divin Esprit ! Il fallut un long temps avant que la vision de votre pieuse mère, quand elle vous portait, se réalisât : avant de paraître orné du signe de la Croix et d’enrôler des compagnons sous cette marque sacrée, vous connûtes la tyrannie du maître odieux qui ne veut que des esclaves sous son étendard, et la passion du jeu faillit vous perdre. O Camille, à la pensée du péril encouru alors, ayez pitié des malheureux que domine l’impérieuse passion, arrachez-les à la fureur funeste qui jette en proie au hasard capricieux leurs biens, leur honneur, leur repos de ce monde et de l’autre. Votre histoire montre qu’il n’est point de liens que la grâce ne brise, point d’habitude invétérée qu’elle ne transforme : puissent-ils comme vous retourner vers Dieu leurs penchants, et oublier pour les hasards de la sainte charité ceux qui plaisent à l’enfer ! Car, elle aussi, la charité a ses risques, périls glorieux qui vont jusqu’à exposer sa vie comme le Seigneur a donné pour nous la sienne : jeu sublime, dans lequel vous fûtes maître, et auquel plus d’une fois applaudirent les Anges. Mais qu’est-ce donc que l’enjeu de cette vie terrestre, auprès du prix réservé au vainqueur ?

    Selon la recommandation de l’Évangile que l’Église nous fait lire aujourd’hui en votre honneur, puissions-nous tous à votre exemple aimer nos frères comme le Christ nous a aimés [11] ! Bien peu, dit saint Augustin [12], ont aujourd’hui cet amour qui accomplit toute la loi ; car bien peu s’aiment pour que Dieu soit tout en tous [13]. Vous l’avez eu cet amour, ô Camille ; et de préférence vous l’avez exercé à l’égard des membres souffrants du corps mystique de l’Homme-Dieu, en qui le Seigneur se révélait plus à vous, en qui son règne aussi approchait davantage. A cause de cela, l’Église reconnaissante vous a choisi pour veiller, de concert avec Jean de Dieu, sur ces asiles de la souffrance qu’elle a fondés avec les soins que seule une mère sait déployer pour ses fils malades. Faites honneur à la confiance de la Mère commune. Protégez les Hôtels-Dieu contre l’entreprise d’une laïcisation inepte et odieuse qui sacrifie jusqu’au bien-être des corps à la rage de perdre les âmes des malheureux livrés aux soins d’une philanthropie de l’enfer. Pour satisfaire à nos misères croissantes, multipliez vos fils ; qu’ils soient toujours dignes d’être assistés des Anges. Qu’en quelque lieu de cette vallée d’exil vienne à sonner pour nous l’heure du dernier combat, vous usiez de la précieuse prérogative qu’exalte aujourd’hui la Liturgie sacrée, nous aidant par l’esprit de la sainte dilection à vaincre l’ennemi et à saisir la couronne céleste [14].

    Dom Guéranger, l’Année Liturgique

    [10] Luc XIII, 19.

    [11] Johan XV, 12.

    [12] Homilia diei Aug. In Joh. tract. LXXXIII.

    [13] I Cor. XV, 28.

    [14] Collecta diei.

    https://www.introibo.fr/18-07-St-Camille-de-Lellis#inter3

  7. Louise-Marie permalink
    20 mars 2020 21:35

    Oui « sûrs que nous sommes que ton amour de père accompagnera toujours ceux qui se recommandent à toi.. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :