Aller au contenu principal

La vie et l’œuvre spirituelle du Bienheureux Alfredo Ildefonso Schuster

30 août 2020

Bienheureux Alfredo Ildefonso Schuster
(Rome, 18 janvier 1880 – Venegono Inferiore, 30 août 1954)

Abbé de Saint-Paul-hors-les-Murs (1918)
Archevêque de Milan (1929) Cardinal-Prêtre (1929), puis Cardinal de Saint-Sylvestre et Saint-Martin-aux-Monts (1929)

 

Le 30 août de chaque année, est l’occasion de la commémoration de la naissance au Ciel du Bienheureux Alfredo Ildefonso Schuster, (+ 1954), moine bénédictin, cardinal et archevêque de Milan de 1929 à 1954.

Figure peu connue de la vie spirituelle et religieuse du XXe siècle, le Bienheureux Ildefonso Schuster Ildefonso Schuster, était le fils d’un zouave pontifical d’origine bavaroise, ce qui explique qu’il passa ses premières années dans l’environnement religieux de la Rome pontificale, étant admis comme élève dès son jeune âge à l’école du monastère bénédictin de Saint-Paul-hors-les-Murs, où il entra, dès qu’il atteignit ses 18 ans, au noviciat sous le nom de « Frère Ildefonso ». Obtenant par ses études un doctorat en philosophie et en théologie, il fut ordonné prêtre à 24 ans. Bénéficiant d’une immense érudition, fruit d’un travail constant et d’un labeur infatigable, il se vit chargé d’enseignement à l’École pontificale de musique sacrée, et nommé consulteur pour la liturgie à la Sacrée Congrégation pour les sacrements. Fidèle, et ce jusqu’à l’austère rigueur, à ses vœux monastiques, son assiduité aux offices et à l’oraison forçait l’admiration de tous. Il sera ensuite maître des novices, puis prieur, et enfin élu abbé du monastère de Saint-Paul-hors-les-murs en 1918. En 1924, Pie XI lui confia la tâche de visiteur apostolique des séminaires, charge, dans laquelle il fit preuve de qualités remarquables. C’est donc fort logiquement, que le pape Pie XI, qui l’avait nommé archevêque de Milan le 26 juin 1929, lui imposa le chapeau de cardinal le 18 juillet de la même année.

Enseignant inégalé et humble de la Sainte Liturgie, comme en témoigna sa régularité dans la présence aux offices, tout au long des années de son épiscopat et jusqu’à quelques jours avant sa mort, chaque fidèle ayant pu voir son archevêque dans la cathédrale, où il assistait à la messe capitulaire tous les dimanches et fêtes. Le clergé vivement impressionné par celui qui avait été moine bénédictin, au profil recueilli et pieux, et dont la silhouette ascétique imposait l’admiration de nombreux réformés, appréciait sa culture liturgique. Mais le style, distinct et respectueux du Bienheureux Schuster, s’accompagnait d’une détermination lucide et ferme, qui, en revanche, reflétait la détermination de celui qui l’avait envoyé en Lombardie et dont il traduisait les décisions, c’est-à-dire le Souverain pontife Pie XI.

« Nous aspirons à l’établissement d’une véritable école ecclésiastique

du rite ambrosien».

C’est lors de ses visites pastorales dans les paroisses de Lombardie, que le bienheureux Schuster constata avec regret la disparition du rite ambroisien. C’est pourquoi il ne se borna pas à exhorter ses prêtres à s’éduquer et à instruire les fidèles de ce rite, mais les décida « d’imiter à Milan saint Ambroise, à l’ombre du Duomo, avec la bénédiction de saint Pie X », affirmant : « nous aspirons à l’établissement d’une véritable école ecclésiastique du rite ambrosien».

« Imiter à Milan saint Ambroise avec la bénédiction de saint Pie X.»

 

Ainsi, auteur des différents volumes du  Liber Sacramentorum, un volumineux commentaire sur le missel romain, il devint surtout le conservateur du Rite Ambroisien, en vigueur dans le diocèse de Milan et dans trois vallées tessinoises, Leventina, Blenio et Riviera.

Ce rite liturgique, que l’on doit à saint Ambroise (+ 397) – même si les sources font défaut [1] -, l’évêque qui est à l’origine de la conversion de saint Augustin (+ 430), se caractérise par des spécificités originales, comme la récitation du Kyrie eleison, où ne figure pas le Christe eleison, récitation entonnée de nombreuses fois au cours de la messe afin d’insister sur l’expiation des pécheurs.

Autre exemple, le Credo ne se dit qu’après l’Offertoire, signe, provenant du christianisme des premiers siècles, que la messe est réservée non aux catéchumènes, mais uniquement aux croyants baptisés et confirmés.

La défense du rite ambroisien devint une tâche à laquelle se consacra le Bienheureux Ildefonso Schuster,  inlassablement, pas même lors des maladies ou du froid.  Pour assister aux offices, il interrompait tout travail, et même les visites pastorales étaient programmées pour qu’il puisse toujours être présent aux cérémonies.  Par sa présence, il entendait augmenter le nombre de ceux qui participeraient aux célébrations, et il obtint l’effet souhaité : quand on apprit que l’archevêque descendait à la cathédrale tous les dimanches, la foule qui assistait aux messes, grandit considérablement [2].

 

Il aimait certes le décorum des célébrations liturgiques propre au rite ambroisien, mais surtout voulait de la lenteur dans les cérémonies. Quand il sentait que la récitation de la psalmodie était trop précipitée, il faisait signe, discrètement de son siège épiscopal, de ralentir le rythme des prières.  Mgr. Pini, nommé par lui chef de chœur dira : « Je ne sais pas combien de fois les maîtres de cérémonie m’ont envoyé pour me prévenir de ralentir, de faire attention aux pauses et de garder un seul ton ! […]  La psalmodie était en lui une vie vécue, aimée, faite pour aimer: le goût instillait et révélait le souvenir intérieur de son esprit ».

Participant au conclave de 1939, qui vit l’élection de Pie XII, il se retira ensuite à Milan pendant la période de la guerre en soutenant les populations durement éprouvées. Lorsque les bombardements de 1943, par l’aviation des forces alliées contre les puissances de « l’Axe », forcèrent la fermeture de la cathédrale, la messe du dimanche fut déplacée dans l’église voisine de San Bernardino alle Ossa, où le cardinal se rendit avec quelques chanoines. Cherchant à établir la paix entre les hommes, d’où sa proposition, exprimée personnellement à Mussolini, de séjourner dans l’archevêché, sous sa protection, en attendant la fin des hostilités, ce qui participait d’une bienveillante sagesse.

Après guerre, fatigué, épuisé par la maladie, le Bienheureux Schuster se retira dans le séminaire de Venegono, où il s’éteignit le 30 août 1954, non sans avoir délivré ces magnifiques paroles aux séminaristes qui l’entouraient dans ce qui fut ses dernières heures en ce monde, et que nous pouvons méditer afin de nourrir notre prière en « souvenir » du bienheureux Ildefonso Schuster :

« Vous voulez un souvenir de moi. Je n’ai pas d’autre souvenir à vous donner qu’une invitation à la sainteté. Les gens semblent vivre inconscients des réalités surnaturelles, indifférents aux problèmes du salut. Mais si un saint authentique, vivant ou mort, passe, tout le monde se précipite vers son passage. Vous souvenez-vous de la foule autour du cercueil de Don Orione ? N’oubliez pas que le diable n’a pas peur de nos terrains de sport et de nos cinémas. Au contraire, il a peur de notre sainteté .»

 

Blason du bienheureux Alfredo Ildefonso Schuster

D’azur, au mont de trois coupeaux, surmonté d’une croix patriarcale

chargée du mot « PAX », le tout d’or (Ordre Bénédictin)

(alias le champ de gueules et le mont d’argent) ;

et d’or, au dextrochère armé d’une épée haute d’argent, mouvant du flanc senestre.

Notes.

[1] « Faute des documents définitifs, la création du rite par saint Ambroise reste encore hypothétique. Il est certain que le futur pape Célestin Ier († 432) s’aperçut que saint Ambroise faisait chanter son hymne Veni Redemptor gentium à ses fidèles, lors de son séjour à Milan. Au regard du propre de la messe, cela reste incertain. D’ailleurs, il est encore possible, car il serait le premier pape qui ait établi le rite romain, vraisemblablement inspiré par Ambroise. Encore faut-il retrouver des justificatifs dans les archives, pour tous les deux rites. » (Dom Daniel Saulnier, Le chant grégorien, p. 81 et 108, Abbaye Saint-Pierre, Solesmes 2003)

[2] Un cantique du bienheureux Ildefonso Schuster, est lié désormais au rite de l’Église de Milan, comme le rapporte le chef de chœur du Duomo : « Quelques jours après son entrée, j’avais en main un papier écrit à la main sur lequel était en pleine notation ambrosienne le chant de l’oraison « Deus qui nobis» , qui est chanté à la bénédiction du Saint-Sacrement. »

5 commentaires leave one →
  1. Eloi permalink
    30 août 2020 16:27

    Il est quasi certain que Saint Ambroise a organisé la liturgie de son Eglise, ceci au témoignage de saint Augustin (Confessions IX, 7) et de Paulin, diacre & secrétaire de saint Ambroise.

    On sait donc que le saint évêque introduisit dans son Eglise la psalmodie antiphonée à l’instar de ce qui se pratiquait en Orient dans le ressort du patriarcat d’Antioche : deux chœurs chantent les psaumes en dialoguant en alternance verset par verset.

    Ce rite Ambroisien est une merveille, et on comprend que le Bienheureux Schuster ait voulu le défendre et le conserver. Merci à La Question pour ce rappel bien nécessaire !

  2. Vehementer permalink
    30 août 2020 16:34

    A noter qu’il y a beaucoup de similarités entre la forme de la liturgie gallicane antique et le rite ambroisien.

    Lire :

    Venite populi – un antique invitatoire à la communion générale des rits gallican et ambrosien.

    https://schola-sainte-cecile.com/category/liturgie/rit-ambrosien/

  3. Adriano Silva permalink
    30 août 2020 16:48

    C’est à 15 heures le 25 avril 1945, que le Duce arriva à l’archevêché de Milan à la tête duquel était Schuster, accompagné du maréchal d’Italie Graziani, du ministre de l’Intérieur Zerbino, du sous-secrétaire Barracu et du préfet Bassi pour un entretien.

    Mussolini arriva à la salle d’audience entièrement recouverte de damas rouge, où, pendant trois longues heures, il se trouva face à face avec le cardinal Schuster.

    Le prélat avait même fait préparer une chambre dans le palais archiépiscopal pour loger lui-même le Duce, dans l’espoir qu’il accepterait cette proposition, y restant en sécurité comme prisonnier de guerre, avec toutes les garanties internationales.

    Mais comme on le sait, l’histoire en a décidé autrement….

  4. Kyrie Eleison permalink
    31 août 2020 18:13

    Prière au bienheureux Alfredo Ildefonso Schuster

    Père, origine et source de tout bien,
    nous vous louons et vous remercions
    parce que dans le bienheureux cardinal Alfredo Ildefonso Schuster
    tu nous as fait connaître
    un berger doux et infatigable,
    homme « tout en prière »,
    témoin de la paix que vous seul pouvez donner.

    Seigneur Jésus, Fils de Dieu,
    vous avez été un modèle de vie pour le cardinal Schuster:
    pour ton amour, il était un serviteur passionné de tous,
    consommer chaque jour de son existence
    parce que tout le monde pourrait vous trouver,
    Seigneur de vie, de paix et de joie.
    Que son exemple nous stimule et que sa prière nous accompagne,
    parce que nous donnons aussi nos vies
    au service de chaque être humain.

    Esprit d’amour, que tu fasses de nous des saints,
    permettez-nous d’accepter son invitation constante à la sainteté.
    Rends-nous capables, comme il l’a été,
    aimer les pauvres, les oubliés, les persécutés;
    nous donner la force de communiquer avec tout le monde,
    avec la confiance de découvrir dans tous les cœurs
    la graine naissante de votre amour.

    Amen.

    https://paolotescione.altervista.org/fr/30-agosto-cardinal-ildefonso-schuster-preghiera-al-beato/

  5. Léandre Henri de Viterbe permalink
    31 août 2020 18:21

    « Par l’union hypostatique du Christ, l’humanité est élevée jusqu’au trône de la Divinité.»

    Bienheureux Ildefonso Schuster – Liber Sacramentorum (II, 130)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :