Aller au contenu principal

La chasteté sacerdotale du prêtre catholique

15 janvier 2020

  

Si le prêtre doit garder la continence,

c’est avant tout pour le service de l’Eucharistie !

 

Benoit XVI, qui vient d’être contraint de retirer son nom d’un livre cosigné avec le cardinal Sarah,  au moment où certains évêques modernistes, notamment en Allemagne et en Autriche, tentaient de revenir sur cette pieuse tradition, avait profité d’une convention théologique « Fidélité du Christ, fidélité du prêtre » pour déclarer : « la valeur du célibat sacré qui, dans l’Eglise latine, est un charisme requis pour l’ordination […] C’est signe de la consécration toute entière au Seigneur, une expression du don de soi à Dieu et aux autres».  Cette déclaration était une réponse à ceux qui évoquaient, fallacieusement alors que 96 % des actes de cette nature sont le fait de personnes mariées, de supprimer le célibat des prêtres pour éviter les actes de pédophilie.

L’Eglise est pourtant très claire sur le sujet :

« Tous les ministres ordonnés de l’Église latine, à l’exception des diacres permanents, sont normalement choisis parmi les hommes croyants qui vivent en célibataires et qui ont la volonté de garder le célibat <>… Le célibat est un signe de cette vie nouvelle au service de laquelle le ministre de l’Église est consacré ; accepté d’un cœur joyeux, il annonce de façon rayonnante le Règne de Dieu. »  [Article #1579, p. 409]

A partir de l’ordination, dignité exceptionnelle,

l’état de prêtre justifier un sacrifice souvent héroïque.

Les évêques, les prêtres et les diacres ont une place privilégiée, car ils sont « ceux qui sont au service des sacrements divins » (qui sacramentis divinis inserviunt), « ceux qui sont affectés au service de l’autel » (qui altario inserviunt). Ces expressions, qui qualifient indistinctement les trois degrés supérieurs de la cléricature,  indiquent que le fondement spécifique de la continence est le service des sacramenta et de l’autel, c’est-à-dire le service de l’Eucharistie. C’est là la motivation centrale.

Si le prêtre doit garder la continence, c’est avant tout pour le service de l’Eucharistie. Il est tout à fait inexact, comme le font certains, de parler de « continence cultuelle », ou de « pureté cultuelle », car ces expressions sont chargées de résonances païennes ou philosophiques (notamment stoïciennes). En réalité, c’est la liturgie, et la liturgie eucharistique avant tout, qui, actualisant le mystère pascal, fait du prêtre un médiateur entre Dieu et les hommes. Configuré à Jésus-Christ, tête et époux de l’Eglise, le prêtre est un « alter Christus », agissant « in persona Christi » pour le service du peuple de Dieu, service qui trouve son expression la plus haute dans l’intercession eucharistique et d’une façon générale, dans le dialogue permanent du prêtre avec le Père des hommes et le Maître de l’histoire. Par l’Eucharistie, auquel il est « ordonné », le prêtre devient l’intercesseur qualifié pour traiter avec Dieu en toute simplicité de cœur (simpliciter) des affaires de ses frères les hommes.

C’est donc, par priorité, ce caractère de médiateur qui entraîne comme corollaire allant de soi, dans l’esprit des Pères des premiers siècles, l’obligation de la continence. Les Pères orientaux notamment, dans leur style enthousiaste, exaltent sans complexe la dignité du prêtre : « Ceux-là, s’élèvent au-dessus de la multitude par leur vertu et leur familiarité avec Dieu, tenant le rôle de l’âme par rapport au corps ou de la pensée par rapport à l’âme…» (Saint Grégoire de Nazianze)

Crucifixn X

C’est la liturgie eucharistique qui, actualisant le mystère pascal,

fait du prêtre un médiateur entre Dieu et les hommes.

 

Si tant d’hommes mariés, tant de couples chrétiens des premiers siècles, ont accepté la discipline de la continence à partir de l’ordination, c’est que la conscience de cette dignité exceptionnelle, accueillie comme un don gratuit, était assez vive pour justifier un sacrifice souvent héroïque. C’est en toute connaissance de cause qu’ils franchissaient le pas de la continence, et qu’ils devenaient ensuite, à leur tour, les « gardiens de la pureté ». Ces  hommes qui ont légiféré pour le maintien de la discipline du célibat dans les conciles ou les synodes régionaux n’étaient pas des « refoulés », à qui la sexualité humaine faisait peur ou inspirait une méfiance morbide, non, c’étaient des hommes choisis, des hommes mûrs, et mûris par une expérience parfois d’époux et de pères de famille, qui manifestaient à l’ordination la dignité exceptionnelle du sacerdoce chrétien. Hilaire de Poitiers, Pacien de Barcelone, Sévère de Ravenne, Eucher de Lyon, Paulin de Noie, pour ne citer que quelques-uns, tous ont montré  l’idée de l’mmense dignité du sacerdoce, et « nul ne s’arroge à soi-même cet honneur, on y est appelé par Dieu, absolument comme Aaron », et le choix de Dieu fait de la liberté qui accepte d’y répondre une liberté plus parfaite.

Dans l’encyclique de Pie XI, Ad sacerdotii catholici, le 20 décembre 1935, saint Joseph fait partie des exemples cités pour encourager le célibat des prêtres :

« De fait, la loi du célibat ecclésiastique, dont la première trace écrite, qui suppose évidemment une coutume plus ancienne, se rencontre dans un canon du Concile d’Elvire (28) au début du IVe siècle, alors que la persécution sévissait encore, ne fait que rendre obligatoire une certaine exigence morale, pourrions-nous dire, qui ressort de l’Evangile et la prédication apostolique. Constater la haute estime dont le divin Maître avait fait montre pour la chasteté en l’exaltant comme une chose qui dépasse les forces ordinaires (cf. Mt 19, 11) ; savoir qu’il était  » fleur d’une mère vierge (29) « , et depuis l’enfance élevé dans la famille virginale de Marie et de Joseph ; voir sa prédilection pour les âmes pures, comme les deux Jean, le Baptiste et l’Evangéliste ; entendre le grand Apôtre Paul, fidèle interprète de la loi évangélique et des pensées du Christ, prêcher le prix inestimable de la virginité, spécialement dans le but d’un service de Dieu plus assidu : celui qui est sans épouse se préoccupe des choses du Seigneur ; il cherche comment plaire à Dieu (1 Co 7, 32) ; tout cela devrait pour ainsi dire nécessairement faire sentir aux prêtres de la Nouvelle Alliance l’attrait céleste de cette vertu choisie, leur faire désirer d’être du nombre de ceux à qui il a été donné de comprendre cette parole (cf. Mt 19, 11), et leur faire adopter spontanément cette observance, sanctionnée très tôt par une loi très grave dans toute l’Eglise latine,  » afin que ce que les Apôtres ont enseigné – comme l’affirme à la fin du IVe siècle le IIIe Concile de Carthage – et ce que nos prédécesseurs ont observé, nous aussi, nous y soyons fidèles. (Pie XI, encyclique Ad sacerdotti catholici, § 30)

Le sacrement de l’Ordre « configure le prêtre au Christ,

Tête et Pasteur, Serviteur et Epoux de l’Eglise. 

 L’histoire et la théologie affirment, chacune à sa manière, ce que les Pères de l’Eglise appelaient la dignité exceptionnelle du sacerdoce ; le sacrement de l’Ordre « configure (le ministre) au Christ Tête et Pasteur, Serviteur et Epoux de l’Eglise ». Dans ce contexte, le célibat sacerdotal apparaît comme une exigence de radicalisme évangélique favorisant de manière spéciale le mode de vie « sponsal » qui découle logiquement de la configuration du prêtre à Jésus-Christ par le sacrement de l’Ordre. Ces motivations théologiques, l’histoire nous montre qu’elles étaient dès les origines le fondement de la tradition disciplinaire de la continence des clercs. Ne faisant qu’un avec le Christ médiateur, configurés avec lui, les évêques, prêtres et diacres exerçaient un ministère d’intercession qui, depuis les Apôtres, était conçu comme un don total au service de l’Eglise et de l’humanité entière.

La discipline de la continence sacerdotale a pu être conçue dès les origines comme une priorité, d’où dépendait la perfection du peuple chrétien. Ce n’est pas un hasard si la plupart des traités patristiques sur la virginité, qui ont tant fart pour l’essor de la vie religieuse, ont été composés par des évêques : Cyprien de Carthage, Méthode d’Olympe, Athanase d’Alexandrie, Basile d’Ancyre, Augustin d’Hippone, et d’autres. « Gardiens de la pureté », les chefs d’Eglises avaient la conviction qu’ils devaient prêcher d’exemple et exhorter sans cesse, afin d’entraîner les fidèles sur la voie royale, mais étroite, qui conduit au Christ.

Source

Joyeux et Saint Noël en union avec l’enfance de Jésus

24 décembre 2019

beaune_1

«Etre entre les mains de Dieu comme un enfant entre les bras de sa mère

et pratiquer le renoncement à la volonté propre,

l’abandon total de soi et l’indifférence à toute chose,

la simplicité, la pureté, la mansuétude et l’innocence

Chapelle du Petit Roi de Grâce, Beaune.

(statue en bois polychrome de l’Enfant Jésus du XVIIe s.)

Marguerite du Saint-Sacrement (1619-1648), religieuse carmélite,  fondatrice de « l’Association de la dévotion à la Sainte Enfance de Jésus« ,  était versée dans la pratique continuelle de l’oraison depuis sa plus tendre enfance, au point qu’elle s’approcha de l’état d’innocence qu’Adam possédait avant la Chute : « Le premier effet qui se fit sentir chez Marguerite, et qui devait concourir à la préparation de cette âme, déjà si pure, aux desseins de Dieu, fut un renouvellement de la grâce du baptême, si efficace, qu’il la rétablit dans un état d’innocence semblable a celui que te premier homme, possédait avant sa chute. Marguerite recouvra avec cette pureté native les avantages que Dieu y avait attachés. Son esprit, dépouillé de l’enveloppe qui obscurcit notre intelligence, s’éleva plus librement à Dieu, et reçut, au lieu des connaissances bornées de la science humaine, de vives lumières qui lui permettaient de comprendre le rapport de toutes choses avec le Créateur et leur destination dans l’ordre admirable de ses desseins. Absorbée par une contemplation continuelle, qui l’unissait sans cesse à Dieu et transportait son esprit dans une région supérieure à la terre, elle ne se servait plus de ses sens purifiés par cette effusion divine de la grâce que pour la pratique des vertus. De cette intelligence lumineuse des secrets du ciel et de cette compréhension admirable de la beauté divine, découlait une multitude d’autres grâces qui  la rapprochaient de l’état béatifique dans lequel se trouvent les élus qui jouissent de Dieu. » [1]

Marguerite du Saint-Sacrement eut une vénération toute spéciale pour l’Enfant Jésus, et s’immergea entièrement dans l’esprit de la petite enfance, qu’elle regardait comme l’état d’anéantissement parfait de Dieu. En février 1636, Jésus dit à Marguerite : « Puise dans le trésor de mon enfance, ce sera par les mérites de ce mystère que tu surmonteras toutes les difficultés ». Elle découvrait d’ailleurs au Carmel, l’intense dévotion à l’Enfant Jésus instaurée par Sainte-Thérèse d’Avila (1515-1582), et dont l’école française de spiritualité, notamment par la voix de Pierre de Bérulle (1575-1629) qui introduisit le Carmel en France, était extrêmement fervente.

2438945377

« Ainsi donc justifiés par la foi,

ayons la paix avec Dieu par Jésus-Christ Notre-Seigneur ;

par qui aussi nous avons accès à cette grâce

où nous sommes établis et où nous nous glorifions

dans l’espoir de la gloire de Dieu (Rom. V, 1, 2)».

Il nous faut faire basculer notre vie en Dieu. C’est bien là l’enjeu de la croissance spirituelle, être possédé par Dieu, envahi par Dieu. Imaginons que notre être soit un réservoir vide.

De quoi le remplissons-nous ?

De Dieu ou des misères de la terre ?

Pour remplir notre être nous avons une pompe ; les puissances de l’âme (La mémoire, l’intelligence, la volonté) à quoi utilisons-nous nos puissances de l’âme et vers quoi les orientons-nous ?

L’Enfance de Jésus éduque nos puissances à se tourner vers Dieu, au jour le jour.

Comment ?

charles-de-condren

« Pratiquer le renoncement à la volonté propre,

l’abandon total de soi et l’indifférence à toute chose… »

Le Père Charles de Condren (1588-1641) dira : «Etre entre les mains de Dieu comme un enfant entre les bras de sa mère et pratiquer le renoncement à la volonté propre, l’abandon total de soi et l’indifférence à toute chose, la simplicité, la pureté, la mansuétude et l’innocence

sainte_marguerite_du_saint_sacrement

« le Petit Roi de Grâce a plus soin de votre âme et de vos besoins

que vous n’en saurez avoir vous-mêmes.

Tenez-vous en paix, tâchant de remettre tout

entre les bras du Saint Enfant Jésus.

Je Le supplie de vous donner la force pour tout ce qu’Il désire de vous ».

 (Paroles extraites de la « Vie de Marguerite du Saint-Sacrement »).

Note.

  1. L. de Cissey, Vie de Marguerite du Saint-Sacrement, religieuse carmélite, fondatrice de l’Association de la dévotion à la sainte enfance de Jésus, (1619-1648), Ambroise Bray Libraire-Éditeur, 1862, pp. 55-57.

Mgr Lefebvre : pourquoi on ne peut se rallier à la Rome moderniste ?

10 décembre 2019

« , même si vous nous accordez toute la liturgie de 1962, si vous nous accordez de continuer les séminaires et la Fraternité, comme nous le faisons maintenant, nous ne pourrons pas collaborer, c’est impossible, impossible, parce que nous travaillons dans des directions diamétralement opposées. Vous, vous travaillez à la déchristianisation de la société, de la personne humaine et de l’Église, et nous, nous travaillons à la christianisation. On ne peut pas s’entendre ! Rome a perdu la foi, mes chers amis. Rome est dans l’apostasie. Ce ne sont pas des paroles, ce ne sont pas des mots en l’air que je vous dis. C’est la vérité. Rome est dans l’apostasie. On ne peut plus avoir confiance dans ce monde-là, Il a quitté l’Église, Ils ont quitté l’Église, Ils quittent l’Église. C’est sûr, sûr, sûr.» (Mgr Lefebvre, le 4 octobre 1987).

Attendons que la lumière de la Tradition dissipe les ténèbres qui obscurcissent le ciel de la Rome éternelle

12 novembre 2019

A l’Automne 1974, Mgr Marcel Lefebvre (1905-1991) [1], ancien archevêque de Dakar, ancien Supérieur de la Congrégation du Saint-Esprit, fondateur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X et du Séminaire international d’Écône (Suisse), lançait un cri d’alarme sur la situation de l’Église, ceci neuf ans seulement après la fin du Concile Vatican II, un cri qui provoqua de nombreuses réactions, bien au-delà du monde catholique. Ce cri admirable de courage et de vérité, n’a pas perdu de son actualité, bien au contraire, et nous croyons utile – notamment en cette période où règnent de nombreuses confusions à propos de l’Eglise, au sujet de sa nature et son indéfectible perpétuité, une Eglise qui ne peut être ni « éclipsée » (sic !), ni évidemment disparaître ou détruite en raison des promesses formelles de Jésus-Christ faites à Saint-Pierre (Matthieu XVI, 17-19) [2] -, de le rappeler, tant les termes de cette déclaration conservent leur pertinence et leur impérative nécessité pour la conservation de la Foi catholique.
ihs Frise

Déclaration de Mgr Lefebvre

« Nous adhérons de tout cœur, de toute notre âme à la Rome catholique, gardienne de la Foi catholique et des traditions nécessaires au maintien de cette foi, à la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité.

Nous refusons par contre et avons toujours refusé de suivre la Rome de tendance néo-moderniste et néo-protestante qui s’est manifestée clairement dans le concile Vatican II et après le concile dans toutes les réformes qui en sont issues.

Toutes ces réformes, en effet, ont contribué et contribuent encore à la démolition de l’Église, à la ruine du Sacerdoce, à l’anéantissement du Sacrifice et des Sacrements, à la disparition de la vie religieuse, à un enseignement naturaliste et teilhardien dans les Universités, les Séminaires, la catéchèse, enseignement issu du libéralisme et du protestantisme condamnés maintes fois par le magistère solennel de l’Église.

Aucune autorité, même la plus élevée dans la hiérarchie ne peut nous contraindre à abandonner ou à diminuer notre foi catholique clairement exprimée et professée par le magistère de l’Église depuis dix-neuf siècles.

« S’il arrivait, dit saint Paul, que nous-même ou un Ange venu du ciel vous enseigne autre chose que ce que je vous ai enseigné, qu’il soit anathème. » (Gal. 1:8)

N’est-ce par ce que nous répète le Saint-Père aujourd’hui ? Et si une certaine contradiction se manifestait dans ses paroles et ses actes ainsi que dans les actes des dicastères, alors nous choisissons ce qui a toujours été enseigné et nous faisons la sourde oreille aux nouveautés destructrices de l’Église.

On ne peut modifier profondément la « lex orandi » sans modifier la « lex credendi ». A messe nouvelle correspond catéchisme nouveau, sacerdoce nouveau, séminaires nouveaux, universités nouvelles, Église charismatique, pentecôtiste, toutes choses opposées à l’orthodoxie et au magistère de toujours.

Cette Réforme étant issue du libéralisme, du modernisme, est tout entière empoisonnée ; elle sort de l’hérésie et aboutit à l’hérésie, même si tous ses actes ne sont pas formellement hérétiques. Il est donc impossible à tout catholique conscient et fidèle d’adopter cette Réforme et de s’y soumettre de quelque manière que ce soit.

La seule attitude de fidélité à l’Église et à la doctrine catholique, pour notre salut, est le refus catégorique d’acceptation de la Réforme.

C’est pourquoi sans aucune rébellion, aucune amertume, aucun ressentiment nous poursuivons notre œuvre de formation sacerdotale sous l’étoile du magistère de toujours, persuadés que nous ne pouvons rendre un service plus grand à la Sainte Église Catholique, au Souverain Pontife et aux générations futures.

C’est pourquoi nous nous en tenons fermement à tout ce qui a été cru et pratiqué dans la foi, les mœurs, le culte, l’enseignement du catéchisme, la formation du prêtre, l’institution de l’Église, par l’Église de toujours et codifié dans les livres parus avant l’influence moderniste du concile en attendant que la vraie lumière de la Tradition dissipe les ténèbres qui obscurcissent le ciel de la Rome éternelle.

Ce faisant, avec la grâce de Dieu, le secours de la Vierge Marie, de saint Joseph, de saint Pie X, nous sommes convaincus de demeurer fidèles à l’Église Catholique et Romaine, à tous les successeurs de Pierre, et d’être les ‘‘fidèles dispensateurs des mystères de Notre Seigneur Jésus-Christ’’ dans le Saint-Esprit. Amen ». (Déclaration de Mgr Marcel Lefebvre, le 21 novembre 1974, in «Marcel Lefebvre, une vie», Mgr Bernard Tissier de Mallerais, Clovis, pp. 654- 655).

 papal Divider - Roman Catholic
Notes.
1. Mgr Marcel Lefebvre, né le 29 novembre 1905 à Tourcoing (Nord). fut Archevêque catholique de Dakar et délégué apostolique pour l’Afrique française, il devint, en 1962, évêque de Tulle puis Supérieur général de la Congrégation du Saint-Esprit. Grande figure de l’opposition au concile de Vatican II, il fonda en 1970 la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X dont la finalité est de préserver le sacerdoce catholique. Il quitta ce monde le 25 mars 1991 en la fête de l’Annonciation.
2. « Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.» (Matthieu XVI, 17-19).

Origine de la fête de la Toussaint

1 novembre 2019

all-the-saints

C’est saint Pie X (+ 1914) qui fit de la Toussaint

une « fête d’obligation », c’est à dire une fête

où on est obligé d’assister à la messe.

La fête de la Toussaint ne tire pas son origine des textes bibliques, comme le font la plupart des grandes fêtes liturgiques comme Noël, Pâques, la Pentecôte. Elle a été instituée par l’Église pour répondre à différentes situations. Après les persécutions de l’Eglise des premiers siècles, on a d’abord fait une fête de tous les martyrs qui s’est étendue plus tard à tous les saints. Puis au Moyen âge, pour combattre la fête païenne des morts, on a placé à la date du 1er novembre la fête de tous les saints.

Une fête de tous les martyrs a été célébrée en Orient à partir du 4ème siècle. La date était le dimanche qui suit la Pentecôte à l’église d’Édesse, le 13 mai à Antioche. La fête du 13 mai s’est diffusée à Rome au  7ème siècle; ce fut, en 610,  à l’occasion de la transformation du temple païen du Panthéon dédié à tous les dieux en une église dédiée  à tous les martyrs, sous le nom de Sainte Marie des martyrs.

La fête celte de « Samain » Fête des morts   

22-cueillette-du-gui

Dans le paganisme celtique,

la fête de la divinité « Samhain » marquait  le début de l’hiver.

Au 8ème siècle, les moines irlandais qui évangélisaient la Gaule se trouvèrent confrontés au paganisme celtique et à la fête païenne du « Samhain » (Samain ou Samhuin signifie en irlandais « affaiblissement » ou « fin de l’été »). Dans le monde celte, la nuit du 31 octobre au 1er novembre était le début de la nouvelle année. C’était la date de la fête de la divinité Samhain et la fête du nouvel an qui marquait  le début de l’hiver.

« Samain » était aussi la fête des morts ou plus exactement de la communication entre les vivants et les morts. Pendant cette nuit, les esprits des trépassés pouvaient revenir dans leur demeure terrestre et les vivants devaient les accueillir. Mais l’ouverture des portes de l’autre monde permettait aussi l’intrusion d’esprits maléfiques.

La fête de la Toussaint est inséparable de la commémoration des défunts.

La première célébration s’est vécue dans la joie

la seconde est plus en lien avec les souvenirs

envers ceux que nous avons aimés.

La fête de tous les saints           

louis-le-pieux

Sur l’ordre de Louis le Pieux, 

la fête de la Toussaint fut instituée en France.

Pour résister à cette fête païenne, l’Église instaura à cette même date une fête chrétienne. Elle  demanda à Charlemagne d’instituer une fête de tous les saints le 1er novembre, substituant ainsi les saints aux esprits des morts. En 835 sur l’ordre de Louis le Pieux, fils de Charlemagne, la fête de la Toussaint, qui existait déjà à Rome, fut instituée en France.

Et, peu à peu, toutes les Églises occidentales adoptèrent cette date de la fête de la Toussaint. En 1580 le pape Sixte IV  fit de la Toussaint  une grande fête chrétienne, mais c’est seulement s. Pie X (+ 1914) qui fait de cette célébration une « fête d’obligation », c’est à dire une fête ou on est obligé d’assister à la messe.

Hommage au général Francisco Franco !

24 octobre 2019

Francisco Franco Bahamonde (4 décembre 1892 – 20 novembre 1975)

Dès les premiers jours du soulèvement militaire dont il prit la tête, le général Francisco Franco, soucieux de s’appuyer sur ce qu’il nommait les « facteurs spirituels », accorda une importance toute particulière à la diffusion d’images et de récits héroïques au service de la cause nationale, recevant dans son action l’appui de la sainte Eglise catholique, désirant redresser un pays qui avait été livré aux forces destructrices du bolchévisme athée et matérialiste, qui se livra à des actes criminels absolument abominables envers la religion et ses pieuses institutions religieuses séculaires.

Alors que le gouvernement socialiste qui exerce l’autorité en Espagne pour l’heure, en ce jeudi 24 octobre 2019, a décidé de façon arbitraire et scandaleuse d’exhumer de son séjour de repos éternel, dans la vallée de los Caidos, la dépouille du général Franco, il nous semble nécessaire de publier les termes du Testament de celui qui fut, objectivement, l’authentique sauveur de la nation espagnole, témoignant de sa grandeur d’âme et de sa profonde spiritualité. Que sa mémoire puisse servir d’exemple aux générations futures qui auront le devoir, la haute responsabilité et la lourde charge, lorsque les temps adviendront, de redresser l’Europe et éviter que la civilisation chrétienne ne disparaisse !

 

Testament du général Francisco Franco 

ESCUDO_DE_ESPAÑA

 

« Au moment où arrive pour moi l’heure de rendre ma vie au Très-Haut et de comparaître devant son Jugement sans appel, je demande à Dieu de m’accueillir avec bonté en sa Présence, car j’ai voulu vivre et mourir en catholique. Mon honneur est dans le nom du Christ, et ma volonté a été constamment d’être un fils fidèle de l’Église, dans le sein de laquelle je vais mourir.

Je demande pardon à tous, comme je pardonne de tout cœur à tous ceux qui se déclarèrent mes ennemis, sans que je les tinsse pour tels. Je crois et je désire ne pas en avoir eu d’autres que ceux qui le furent de l’Espagne, Patrie que j’aime jusqu’au dernier moment et que j’ai promis de servir jusqu’à mon dernier souffle, que déjà je sais proche.

Je veux remercier tous ceux qui ont collaboré avec enthousiasme, désin­téressement et abnégation à la grande entreprise de faire une Espagne unie, grande et libre.

Pour l’amour que je ressens envers notre Patrie, je vous demande de per­sévérer dans l’unité et la paix et d’entourer le futur Roi d’Espagne, Don Juan Carlos de Borbón, de la même affection et loyauté que vous m’avez offert et de lui offrir, à tous moments, le même appui de collaboration que j’ai reçu de vous.

N’oubliez pas que les ennemis de l’Espagne et de la Civilisation chré­tienne sont en alerte. Veillez, vous aussi, et dans ce but abandonnez, face aux suprêmes intérêts de la Patrie et du peuple espagnol, tout projet personnel.

Efforcez-vous d’atteindre la justice sociale et de donner la culture à tous les hommes d’Espagne, et faites de cela votre objectif primordial.

Maintenez l’unité des terres d’Espagne, exaltant la riche multiplicité de ses régions, comme source de la solidité de l’unité de la Patrie.

Je voudrais, en mon dernier moment, unir les noms de Dieu et de l’Espagne, et vous embrasser tous, pour que nous criions ensemble, pour la dernière fois, sur le seuil de ma mort :

 

Debout l’Espagne ! Vive l’Espagne !

¡ Arriba España !  ¡ Viva España ! »

 

Lire :

Pie XII et l’Espagne de Franco !

 

Saint Augustin et le Tractatus Adversos Judaeos : la doctrine du « Verus Israël »

28 août 2019

 

Saint Augustin, Évêque d’Hippone, Docteur de l’Église (354-430)

 

 

I. « L’antijudaïsme théologique » rappelé par saint Augustin

Le « Tractatus Adversos Judaeos » de Saint Augustin (+ 430),  évêque et docteur de l’Eglise, Traité dont nous donnons ici de larges extraits, est l’un des textes de référence – aujourd’hui cependant bien oublié par l’Eglise moderne, notamment depuis le dernier concile où le venin de thèses erronées est venu corrompre la sainte doctrine théologique -, de nature cependant à nous donner les éléments théoriques nécessaires afin de pouvoir penser correctement, sur le plan théologique, le seul qui nous importe, la question de la place, du rôle et de la situation du peuple juif ainsi, en regard, que du peuple chrétien, avant et après la venue de Jésus-Christ.

La thèse de tous les Pères de l’Eglise fut que les Juifs, qui constituèrent le peuple « élu » de l’Eternel, eurent, hélas ! une évidente responsabilité dans la mort de Jésus, d’où l’accusation de « peuple déicide » et de « peuple perfide », qui sera d’ailleurs reprise par la liturgie elle-même le jour du Vendredi Saint, en référence à la déclaration de saint Paul : « Ce sont les Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus... » (I Thessalonicens II, 15).

II. Réalité du « déicide »

Or, si le peuple juif est « déicide », toute l’histoire qui suit cet acte terrible, doit être interprétée comme une conséquence de l’événement extraordinaire qui fut perpétré au Golgotha, et doit être expliquée, pour se comprendre faute de quoi elle demeure une authentique énigme, comme participant du « châtiment de Dieu », dont la destruction de Jérusalem en l’an 70 de notre ère, représente sans doute le symbole le plus impressionnant.

L’idée fondamentale, qui présida, dès  lors, à la doctrine de l’Eglise, qui relève du point de vue doctrinal de l’antijudaïsme théologique, est que l’Ancienne Alliance passée par l’Eternel avec les fils d’Israël est devenue aujourd’hui caduque, le bénéfice de cette Alliance étant transférés aux chrétiens qui sont devenus les héritiers de la Nouvelle Alliance, ceci dans la mesure où Jésus a accompli les prophéties de l’Ancien Testament.

« Alors Pilate entra de nouveau dans le prétoire ;

il appela Jésus et dit : Tu es le roi des Juifs ? Jésus répondit :

‘‘Dis-tu cela de toi-même ou d’autres te l’ont-ils dit de moi ?’’

Pilate répondit : ‘‘Est-ce que je suis Juif, moi ?

Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi. Qu’as-tu fait ?’’

Jésus répondit : ‘‘Mon royaume n’est pas de ce monde.

Si mon royaume était de ce monde,

mes gens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs.

Mais mon royaume n’est pas d’ici.’’

[…] Pilate lui dit : ‘‘Qu’est-ce que la vérité ?’’

Et, sur ce mot, il sortit de nouveau et alla vers les Juifs.

Et il leur dit : ‘‘Je ne trouve en lui aucun motif de condamnation.

Mais c’est pour vous une coutume que je vous relâche quelqu’un à la Pâque. Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ?’’

Alors ils vociférèrent de nouveau, disant : ‘‘Pas lui, mais Barabbas !’’

Or Barabbas était un brigand. Pilate prit alors Jésus et le fit flageller. »

(Jean 18, 33-36 ; 39-40 ; Jean 19, 1).

III. L’Eglise, est à présent le vrai Israël (« Verus Israël »)

De la sorte, le christianisme reste seul fidèle aux Ecritures anciennes, ce qui a pour conséquence directe que les juifs, qui récusent la messianité de Jésus, perdent leur vocation à l’Alliance, vocation qui revient à l’Eglise, désormais le vrai Israël (Verus Israël) – les critères nationaux s’abolissant en Jésus et l’adhésion à sa Personne unissant tous les peuples et les langues en un nouveau Corps Mystique.

Ceci fut d’ailleurs justement exprimé par Sa Sainteté Pie XII dans son Encyclique Mystici Corporis : « D’abord la mort du Rédempteur a fait succéder le Nouveau Testament à l’Ancienne Loi abolie ; c’est alors que la Loi du Christ, avec ses mystères, ses lois, ses institutions et ses rites, fut sanctionnée pour tout l’univers dans le sang de Jésus-Christ. Car tant que le divin Sauveur prêchait sur un territoire restreint – il n’avait été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël – la Loi et l’Evangile marchaient de concert ; mais sur le gibet de sa mort il annula la loi avec ses prescriptions , il cloua à la Croix le ”chirographe” de l’Ancien Testament, établissant une Nouvelle Alliance dans son sang répandu pour tout le genre humain. “Alors, dit saint Léon le Grand en parlant de la Croix du Seigneur, le passage de la Loi à l’Evangile, de la Synagogue à l’Eglise, des sacrifices nombreux à la Victime unique, se produisit avec tant d’évidence qu’au moment où le Seigneur rendit l’esprit, le voile mystique qui fermait aux regards le fond du temple et son sanctuaire secret, se déchira violemment et brusquement du haut en bas.’’ » [1]

IV. L’Ancienne Alliance du judaïsme mosaïque est abolie

Avec la mort du Christ le rideau du Temple s’est déchiré, l’Alliance ancienne fut abolie et l’Eglise, qui contient tous les peuples, cultures, races et différences sociales, cette Eglise est née de par le côté transpercé du Rédempteur.

En cela les Juifs, de nos jours, ne sont pas nos « frères aînés » comme le prétendait lors de sa visite à la synagogue à Rome en 1986, le Pape Jean-Paul II. Les Juifs sont complices du déicide aussi longtemps qu’ils ne se distancient pas de la culpabilité du Sanhédrin [1], de la culpabilité de leurs pères en reconnaissant la divinité du Christ et en acceptant le baptême.

Saint Paul le rappelle : « La première Loi touchant le sacerdoce est abolie comme impuissante et inutile : parce que la loi ne conduit personne à une parfaite justice ; mais une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu, a été substituée en sa place. Et autant qu’il est constant que ce sacerdoce n’a pas été établi sans serment ; (car au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l’a été avec serment, Dieu lui ayant dit : Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que vous serez le prêtre éternel selon l’ordre de Melchisédech)  autant est-il vrai que l’Alliance dont Jésus est le médiateur et le garant, est plus parfaite que la première. » (Epître aux Hébreux VII, 19-22).

Ainsi, la Nouvelle Alliance, dernière et la plus parfaite des Alliances contractées entre Dieu et les hommes, ce qui est oublié totalement par les chrétiens modernes fourvoyés dans leur inexacte déférence vis-à-vis de la synagogue, répond à plusieurs impératifs et en premier celui d’adapter le plus parfaitement possible les moyens de conduire les créatures vers la destination céleste qui est la leur. C’est ce que saint Irénée rappelle en ces termes : « Car, comme la Nouvelle Alliance était connue et prédite par les prophètes, Celui qui devait l’établir était prêché lui aussi conformément au bon plaisir du Père : il était manifesté aux hommes de la manière que Dieu voulait, afin que ceux qui mettraient en lui leur confiance puissent progresser sans cesse et, par les diverses Alliances, atteindre à la plénitude achevée du salut. Il n’y a qu’un seul salut et qu’un seul Dieu ; mais pour conduire l’homme à son achèvement, il y a des préceptes multiples, et nombreux sont les degrés qui l’élèvent jusqu’à Dieu. Eh quoi ! A un roi terrestre, qui n’est qu’un homme, il est loisible d’octroyer maintes fois de grands avancements à ses sujets : et il ne serait pas permis à Dieu, tout en demeurant identique à lui-même, de distribuer toujours plus abondamment sa grâce au genre humain et, par des dons toujours plus grands, d’honorer constamment ceux qui lui plaisent ? » [2]

De son côté saint Augustin, comme pour mieux insister encore s’agissant de la mort définitive du judaïsme mosaïque écrit : «Les détails de l’histoire liée aux Alliances font ressortir de façon très intéressante à la fois les principes et la patience dont Dieu a usé pour régler la question du mal et de l’échec de l’homme, et la manière dont il œuvra pour créer chez les siens la foi en ses propres perfections ainsi mises en valeur. Toutefois, les Alliances elles-mêmes témoignent toutes d’un principe directeur ou d’une intervention de Dieu, d’une condition dans laquelle Dieu a placé l’homme, des principes qui en eux-mêmes sont éternellement sanctionnés par Dieu […]. Dans chaque Alliance antérieure, il y eut un échec total et immédiat de la part de l’homme, même si la patience de Dieu supportait cet échec et par grâce permettait la poursuite d’une Alliance où l’homme avait ainsi échoué dès le début. Mais ce qu’il importe de se souvenir, c’est que nous ne voyons aucun exemple du rétablissement d’une Alliance ancienne lorsqu’elle est morte. » [3]

Conclusion

Redisons-le avec force, depuis Jésus-Christ les traditions anciennes sont caduques et vidées de sens, elles sont mortes ! C’est pourquoi le judaïsme contemporain est non seulement porteur d’une grave culpabilité en raison de son accord avec ceux qui exigèrent des romains la mort du Sauveur, mais il est également un rappel de l’actuelle infidélité des Juifs.

On ne saurait être plus direct et précis sur ce sujet où l’on voit une foule de chrétiens sans discernement, s’aligner sur une défense erronée du judaïsme synagogal, refusant que soit prêché l’Evangile aux Juifs, sous prétexte fallacieux et inexact que Dieu les veut tels qu’ils sont. Il importe donc d’y insister en nos temps de confusion théologique, Jésus-Christ, Dieu fait homme, est pour les Juifs aussi le Rédempteur et la seule Voie pour le Salut : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie : personne ne peut aller au Père si ce n’est par Moi. » (Jean, 14,6).

Notes.

1 – Pie XII, Mystici Corporis, 29 juin 1943.

2 – S. Irénée, Contre les Hérésies, IV, 9.

3 -S. Augustin, A Marcellinus, CXXXVIII, 5, 7.

 

T R A C T A T U S   A D V E R S O S   J U D A E O S

Saint Augustin

Saint Augustin, évêque, docteur de l’Eglise

Le bienheureux apôtre Paul, docteur des Gentils dans la foi et la vérité, nous exhorte à demeurer stables et fermes dans une même croyance, dans la croyance dont il s’est montré le fidèle ministre : en cela, il nous donne un précepte qu’il confirme par un exemple capable de nous effrayer. « Tu vois », nous dit-il, « la sévérité et la bonté de Dieu : sa sévérité envers ceux qui sont tombés; et sa bonté envers toi, si toutefois tu demeures ferme dans cette même bonté ». Il est sûr, qu’en s’exprimant ainsi, il a voulu parler des Juifs pareils aux branches d’olivier, violemment arrachées d’une souche fertile, ils ont été séparés de leurs saints patriarches en raison de leur infidélité : afin que les Gentils fussent, à cause de leur foi, comme un olivier sauvage, greffé sur un olivier fertile, et devinssent participants de la sève à la place des branches naturelles qui en ont été privées.« Mais », dit-il encore, « garde-toi de t’élever par présomption, contre les branches naturelles car, si tu penses t’élever au-dessus d’elles, considère que ce n’est pas toi qui portes la racine, n mais que c’est la racine qui te porte ». Et parce que quelques-uns d’entre les Juifs arrivent au salut, il ajoute : « Autrement, tu seras toi-même retranché comme eux : pour eux, s’ils ne demeurent pas dans leur infidélité, ils seront greffés sur la tige, car Dieu est tout-puissant pour les y enter de nouveau (Rom. XI, 18-23) ». A ceux, au contraire, qui persévèrent dans le mal, s’adresse cette sentence prononcée par l’Eternel : « Les enfants de ce  royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures ; là sera le pleur et le grincement de dents ». Mais aux nations qui persévèrent dans le bien, s’applique ce qui est dit auparavant : « Plusieurs viendront d’orient et d’occident, et prendront place dans le royaume des cieux avec Abraham, Isaac et Jacob (Matt. VIII, 12, 11) ». Ainsi, par une juste sévérité de la part de Dieu, l’orgueilleuse infidélité des branches naturelles leur a-t-elle mérité d’être séparées de leur racine, c’est-à-dire des patriarches, tandis que la grâce divine a greffé l’olivier sauvage sur cette racine en récompense de son humble fidélité.

Quand on cite aux Juifs ces passages, ils méprisent à la fois l’Evangile et l’Apôtre: ce que nous leur disons, ils rie l’entendent pas, parce qu’ils ne comprennent point ce qu’ils lisent; car, évidemment, s’ils savaient de qui le Prophète a voulu parler en ce passage « Je l’ai établi pour être la lumière des nations et le salut que j’envoie jusqu’aux extrémités de la terre (Isaïe, XLLX, 6) », ils ne seraient ni assez aveugles, ni assez malades pour ne pas reconnaître, dans le Seigneur Jésus, la lumière et le salut. Si encore ils comprenaient à quels hommes s’applique ce verset prophétique qu’ils chantent inutilement et sans profit pour eux : « Leur voix a éclaté dans toute la terre, et leurs paroles se font entendre jusqu’aux extrémités du monde » (Ps. XVIII, 5) ; ils s’éveilleraient à la voix des apôtres : et verraient que leur parole vient de Dieu. Invoquons donc le témoignage des saintes Ecritures, car elles jouissent, aussi chez eux, d’une grande autorité, et si nous ne pouvons les guérir de leur infidélité en leur offrant ce moyen de salut, nous les convaincrons du moins d’erreur par l’évidence de la vérité.

LES LIVRES DE L’ANCIEN TESTAMENT NOUS CONCERNENT :

NOUS EN OBSERVONS MIEUX LES PRÉCEPTES QUE LES JUIFS

Nous devons d’abord réfuter une erreur commune parmi les Juifs : à les entendre, les livres de l’Ancien Testament ne nous concerneraient en aucune manière, puisque nous observons, non les anciens rites, mais des rites nouveaux. A quoi vous sert la lecture de la Loi et des Prophètes, puisque vous ne voulez point en observer les préceptes ? Voilà ce qu’ils nous disent, parce que nous ne pratiquons pas la circoncision du prépuce sur les enfants mâles; parce que nous mangeons des viandes déclarées immondes par la Loi ; parce que nous n’observons point, d’une manière charnelle, leurs sabbats, leurs néoménies, et leurs jours de fêtes ; parce que nous n’immolons à Dieu aucune victime tirée de nos troupeaux, et que nous ne célébrons point la pâque avec un agneau et des pains azymes ; parce qu’enfin nous négligeons d’autres anciens rites, que l’Apôtre désigne sous le nom générique d’ombres des choses futures. Saint Paul les appelait ainsi, car, de leur temps, ils annonçaient la révélation -des mystères à la connaissance desquels nous avons été appelés, afin que, dégagés des ombres anciennes, nous jouissions de leur pure lumière. Il serait trop long d’engager avec eux une discussion sur chacun de ces points en particulier,de leur faire comprendre comment, en nous dépouillant du vieil homme, nous pratiquons la circoncision sans nous dépouiller de la chair de notre corps; de leur dire que nous apportons, dans nos moeurs, la sévérité qu’ils apportent dans le choix de leurs viandes : en un mot, de leur montrer que nous offrons nos corps à Dieu, comme une hostie vivante, sainte et agréable; qu’au lieu du sang des brutes, nous répandons nos âmes intelligentes en de saints désirs, et que nous sommes purifiés de toute souillure par le sang de Jésus-Christ, comme par le sang d’un agneau sans tache. A cause de la ressemblance de son corps avec un corps de péché, le Sauveur a été figuré parles boucs des anciens sacrifices, et celui qui reconnaît en sa personne la plus grande victime, ne fait point difficulté, en face des branches de la croix, de le considérer comme le taureau de la loi mosaïque. Trouvant en lui notre repos, nous observons véritablement le sabbat, et pour nous la célébration de la nouvelle lune n’est autre chose que la sanctification d’une vie nouvelle : notre pâque, c’est le Christ ; la sincérité et la vérité, voilà nos azymes; le vieux levain ne s’y trouve pas, et s’il y a d’autres mystères figurés par les présages antiques, nous ne nous arrêterons pas maintenant à les expliquer; cela est inutile : nous nous bornerons donc à dire qu’ils ont eu leur perfection en Jésus-Christ, dont le règne n’aura pas de fin. Toutes choses devaient, en effet, se trouver accomplies en Celui qui est venu, non pour détruire la Loi et les Prophètes, mais pour les accomplir (Matt. V, 17).

JÉSUS-CHRIST N’A POINT ABOLI LA LOI EN RAISONNANT :

IL L’A CHANGÉE EN L’ACCOMPLISSANT.

LE CHANGEMENT DES RITES ANCIENS

A ÉTÉ PRÉDIT DANS LES PSAUMES

Jésus-Christ n’a point aboli par le raisonnement les anciens signes des choses futures, mais il les a changés en faisant ce qu’ils prédisaient : car il voulait, pour annoncer que le Christ était déjà venu, des rites différents de ceux qui annonçaient sa venue future. Mais que signifie ce titre : « Pour ce qui doit être changé », placé en tête de certains psaumes que les Juifs ont entre les mains, auxquels ils reconnaissent l’autorité des saintes lettres ? (Le texte de ces mêmes psaumes a trait au Christ.) Evidemment il annonce le changement futur par le Christ de rites que nous savons aujourd’hui, parce que nous le voyons, avoir été changés par lui. De cette manière, le peuple dé Dieu, qui est maintenant le peuple chrétien, n’est point obligé d’observer les lois des temps prophétiques, non qu’elles aient été condamnées, mais parce qu’elles ont subi une transformation. Les mystères prédits par les anciens rites ne devaient point non plus disparaître, mais il fallait que les signes de ces mystères fussent appropriés aux époques diverses auxquelles ils étaient destinés.

[…]

ISAÏE A PRÉDIT QUE DIEU ABANDONNERAIT LES JUIFS

Mais veuillez porter, pendant quelques instants, votre attention sur des passages plus précis que je vais vous citer. Lorsque vous entendez parler du bon Israël, vous dites C’est nous; quand il est question du bon Jacob, vous dites encore : Nous voilà. Et si l’on vous en demande la raison, vous répondez c’est que le patriarche, de qui nous descendons, s’appelait indifféremment Jacob et Israël voilà pourquoi on nous désigne avec justice par le nom de notre père. Vous êtes plongés dans un lourd et profond sommeil; aussi ne voulons-nous point vous insinuer des choses spirituelles qui dépassent les limites de votre intelligence. Nous ne prétendons point maintenant vous apprendre le sens spirituel de ces deux mots, à cause de votre surdité et de votre cécité d’âme. Comme vous l’avouez, en effet, et comme on le voit clairement en lisant le livre de la Genèse, le même homme s’appelait tout à la fois Jacob et Israël; aussi vous glorifiez-vous de ce que la maison de Jacob est en même temps la maison d’Israël.

Expliquez -nous donc ceci : le Prophète annonce d’abord qu’une montagne sera placée sur la cime des monts, et que toutes les nations se dirigeront vers elle, parce que la parole et la loi du Seigneur doivent sortir, non du Sinaï pour éclairer un seul peuple, mais de Sion et de Jérusalem pour illuminer tous les peuples: ce qui a eu lieu évidemment en Jésus-Christ, et pour les chrétiens. Un peu plus loin, le même prophète dit encore : « Et maintenant, ô maison de Jacob, venez : marchons à la lumière du Seigneur ». Selon votre habitude, vous allez certainement dire Nous voilà. Mais arrêtez-vous un peu à ce qui suit : de la sorte vous entendrez ce que vous ne voulez pas entendre, après avoir dit ce que vous vouliez dire. Le prophète ajoute immédiatement ces paroles : « Car il a rejeté son peuple, la maison d’Israël (Isaïe, II, 5, 6.) ». Ici, dites : Nous voilà : ici, reconnaissez-vous, et pardonnez-nous de vous avoir rappelé ces passages. Si, en effet, vous les entendez volontiers, ils serviront à vous attirer : si, au contraire, ils vous irritent, ils tourneront à votre honte.

Consentez-y, n’y consentez pas, il faut que vous les entendiez. Ce n’est pas moi qui vous parle; c’est un prophète dont vous lisez les écrits : par son organe, le Seigneur vous a certainement parlé; sols livre jouit de l’autorité des saintes Ecritures, et vous ne pouvez l’en dépouiller. Suivant le commandement du Seigneur, il crie avec véhémence ; pareil à une trompette, il élève la voix ; il vous réprimande en ces termes (Id. LXVIII, 1) : « Et maintenant, ô maison de Jacob, venez; marchons à la lumière du Seigneur». Dans la personne de vos ancêtres, vous avez mis le Christ à mort. Depuis lors, vous avez refusé de croire en lui vous êtes restés en opposition avec lui; mais vous n’êtes point encore condamnés sans remède, parce que vous n’êtes pas encore sortis de ce monde : vous avez maintenant facilité de vous repentir; venez donc maintenant vous deviez le faire autrefois; faites-le aujourd’hui. Le temps propice n’est pas écoulé pour celui qui n’a pas encore entendu sonner sa dernière heure. Mais si en qualité de maison de Jacob, vous avez suivi le prophète, et qu’à votre sens, vous marchiez dans la lumière du Seigneur, montrez-nous la maison d’Israël qu’il a abandonnée. Pour nous, nous vous montrons, d’une part, ceux que le Seigneur a appelés et séparés de cette maison, et de l’autre, ceux qui ont voulu y rester et qu’il a rejetés. Du milieu d’Israël il a appelé non seulement les Apôtres, mais aussi, après la résurrection du Christ, un peuple immense : nous en avons déjà parlé plus haut; mais il a rejeté ceux dont vous suivez les traces, en refusant de croire; il vous a rejetés vous-mêmes, car, en les imitant, vous persévérez dans le même égarement. Ou bien, si vous êtes vraiment ceux qu’il a appelés, où sont ceux qu’il a rejetés? Vous ne pouvez pas dire qu’il a rejeté une autre maison quelconque, car le Prophète dit clairement : « Il a rejeté son peuple, la maison d’Israël ». Voilà ce que vous êtes, et vous n’êtes pas ce que vous prétendez être.

Il a rejeté aussi la vigne dont il attendait des raisins et qui ne lui a donné que des épines, et il a défendu à ses nuées de laisser tomber sur elle une seule goutte de pluie. Mais il en a aussi appelé d’autres du même lieu, ce sont ceux auxquels il dit : « Jugez entre moi et ma vigne (Isaïe, V, 2-6) ». Le Seigneur parle d’eux en ces termes : « Si c’est par Belzébuth que je chasse les démons, par qui vos enfants les chasseront-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges (Matt. XII, 27) ». Puis il leur fait cette promesse: « Vous serez aussi assis sur douze trônes , et vous jugerez les douze tribus d’Israël (Id. XIX, 28)». La maison de Jacob, qui par fidélité à la vocation divine a marché dans la lumière du Seigneur, s’assoira donc pour juger Israël, c’est-à-dire son peuple abandonné par lui. Comment d’ailleurs peut-il se faire que, selon le même prophète, « la pierre rejetée par ceux qui bâtissaient ait été placée à la tête de l’angle (Isaïe, XXVIII, 16 ; Ps. CXVII, 22) », sinon, parce que des peuples circoncis et des peuples incirconcis , semblables à des murs élevés en sens divers, viennent se réunir dans l’angle comme dans un baiser de paix ? Aussi l’Apôtre dit-il « C’est lui qui est notre paix, et qui, des deux peuples, n’en a fait qu’un (Eph. II, 14) ». Ceux d’entre les enfants de Jacob ou d’Israël qui ont écouté la voix qui les appelait, sont donc adhérents à la pierre angulaire, et marchent dans la lumière du Seigneur; mais ceux qui édifient des ruines et rejettent la pierre angulaire, sont ceux dont le Prophète a prédit l’abandon.

ABANDON DES JUIFS PLUS CLAIREMENT PRÉDIT PAR MALACHIE

      Le sacrifice des chrétiens est offert partout, sur la terre et dans le ciel. Enfin, ô Juifs, voulez-vous compromettre votre salut en résistant au Fils de Dieu, et détourner de leur vrai sens ces paroles prophétiques pour les expliquer suivant les inclinations de votre cœur? Voulez-vous, dis-je, entendre ces paroles en ce sens que la maison de Jacob et d’Israël désigne un même peuple, tout à la fois appelé et rejeté de Dieu, non un peuple dont certains membres auraient été appelés, tandis que les autres auraient été rejetés, mais un peuple appelé dans tous ses membres, pour marcher dans la lumière du Seigneur, après avoir été rejeté pour n’y avoir pas marché : ou bien, une nation, de telle sorte appelée dans les uns et rejetée dans les autres, que nulle division relative au sacrifice du Christ n’ayant eu lieu dans la table du Seigneur, on voit réunis, dans l’observance uniforme des anciens rites, ceux qui marchent dans la lumière du Seigneur et observent ses préceptes, et ceux qui ont méprisé sa justice et mérité d’en être abandonnés? Si vous prétendez interpréter ainsi ces prophéties, que direz-vous? Comment comprendrez-vous cet autre prophète qui vous coupe entièrement la parole, quand il vous adresse ces mots si clairs : « Mon affection n’est point en vous, dit le Seigneur tout-puissant; et je ne recevrai point de sacrifice de votre main, car, depuis le lever du soleil jusqu’au couchant, mon nom est devenu grand parmi les nations et l’on me sacrifie en tous lieux; et l’on offre à mon nom une ablation toute pure, parce que mon nom est grand parmi les nations, dit le Seigneur tout-puissant (Malach. I,10,11 )». A ce témoignage d’une évidence palpable, quel autre témoignage aussi éclatant pouvez-vous opposer? Pourquoi vous élever encore avec une intolérable impudence ? Est-ce que vous n’en périrez pas d’une manière plus malheureuse ? Votre chute n’en sera que plus lourde.

« Mon affection n’est pas en vous, dit », non pas le premier venu, mais « le Seigneur tout-puissant». Toutes les fois que vous entendez parler, d’une manière quelque peu avantageuse, de Jacob ou d’Israël, de la maison de Jacob ou de celle d’Israël, il semblerait, à vous croire, qu’il a été impossible de parler d’autres que de vous. Pourquoi donc vous enorgueillir ainsi d’appartenir à la race d’Abraham, quand le Seigneur tout-puissant vous dit : « Mon affection n’est point en vous, et je ne recevrai pas de sacrifice de votre main? » Certes, vous ne pouvez le nier non-seulement il ne reçoit point de sacrifice de votre main, mais vos mains ne lui en offrent pas même un. D’après la loi de Dieu, l’endroit où vous devez offrir des sacrifices a été formellement désigné : cet endroit est unique, hors de là, tout sacrifice vous est interdit : aussi, parce que vos fautes vous ont mérité d’en être exclus, vous n’osez, nulle part ailleurs, offrir le sacrifice qu’il vous était permis d’offrir en ce seul endroit, et ainsi s’accomplit parfaitement la prédiction du Prophète : « Et je ne recevrai point de sacrifice de votre main ». Car, si dans la Jérusalem terrestre il vous restait un temple et un autel, vous pourriez dire que l’oracle de Malachie a été accompli à l’égard de ceux d’entre vous dont Dieu rejette les sacrifices à cause de leurs iniquités, tandis qu’il accepte les offrandes de ceux qui, parmi vous, observent ses commandements. Aucun motif ne vous autorise à tenir ce langage, puisqu’aucun de vous ne peut offrir de sa main un sacrifice selon la loi donnée sur le mont Sinaï. La prédiction et son accomplissement ne vous permettent pas non plus d’opposer à la sentence du Prophète cette réponse : Nous n’offrons fias de nos mains la chair des animaux, mais nous offrons, de coeur et de bouche, le tribut de nos louanges, selon cette parole du Psalmiste  : « Immolez à Dieu un sacrifice de louange (Ps. XLIX, 14) ». Ici encore, vous êtes démentis par Celui qui a dit : « Mon affection n’est pas en vous ».

Ensuite, de ce que vous n’offrez à Dieu aucun sacrifice, et de ce qu’il n’en reçoit pas de votre main, il ne suit nullement qu’on ne lui en offre aucun. Celui qui n’a besoin d’aucun de nos biens, n’a pas, à la vérité, plus besoin de nos offrandes; elles lui sont inutiles, mais elles nous procurent de grands avantages. Cependant, comme on lui fait de ces offrandes, le Seigneur ajoute ces paroles « Parce que, depuis le lever du soleil jusqu’à son couchant, mon nom est devenu grand parmi les nations, et l’on me sacrifie en tous lieux, et l’on offre à mon nom une oblation toute pure, car mon nom est grand parmi les nations, dit le Seigneur tout-puissant ». A cela que répondrez-vous? Ouvrez donc enfin les yeux et voyez : on offre le sacrifice des chrétiens partout, et non pas en un seul endroit, comme on vous l’avait commandé : on l’offre, non à un Dieu quelconque, mais à Celui quia fait cette prédiction, au Dieu d’Israël. C’est pourquoi il dit ailleurs, en parlant à son Eglise : « Celui qui vous a sauvée, c’est le Dieu d’Israël qui sera appelé le Dieu de toute la terre (Isa. LIV, 5) ». Vous lisez avec soin les Ecritures, parce que vous croyez y trouver la vie (Jean, V, 39). Vous l’y trouveriez, en effet, si vous compreniez qu’il est question du Christ, si elles servaient à vous le faire reconnaître. Mais lisez-les avec plus d’attention encore; elles rendent témoignage de ce sacrifice pur offert au Dieu d’Israël, non par votre seul peuple, des mains duquel il a prédit qu’il n’en accepterait point, mais par toutes les nations qui disent : « Venez, montons à la montagne du Seigneur (Isa. II, 3) » : non en un seul endroit, dans la Jérusalem terrestre, comme cela vous était prescrit, mais par toute la terre et jusque dans la Jérusalem véritable : non selon l’ordre d’Aaron, mais selon l’ordre de Melchisédech, car il a été dit au Christ, et, aussi longtemps d’avance, il a été prédit du Christ: «Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable: Vous êtes le prêtre éternel selon l’ordre de Melchisédech (Ps. CIX, 4.) ». Qu’est-ce à dire : « Le Seigneur a juré », sinon qu’il a affirmé sur son indéfectible vérité? « Et il ne se repentira pas », si ce n’est qu’il ne changera jamais, pour aucun motif, ce sacerdoce? Car Dieu ne se repent pas comme l’homme. On dit que Dieu se repent quand il change une chose établie par lui, et qui paraissait devoir durer. Aussi, lorsqu’il dit: «Il ne se repentira pas: Vous êtes le prêtre éternel selon l’ordre de Melchisédech », il montre suffisamment qu’il s’est repenti, c’est-à-dire, qu’il a voulu changer le sacerdoce établi par lui selon l’ordre d’Aaron. Nous avons sous les yeux  l’accomplissement de la prophétie relative à ces deux sacerdoces : dans aucun temple, en effet, il n’y a plus trace du sacerdoce d’Aaron, et celui du Christ subsiste éternellement dans le ciel.

Le Prophète vous appelle donc à cette lumière du Seigneur lorsqu’il dit : « Et main« tenant, vous, maison de Jacob, venez, marchons dans la lumière du Seigneur : Vous, maison de Jacob », qu’il a appelée et choisie, non pas « vous », qu’il a rejetés. « Car il a rejeté son peuple, la maison d’Israël (Isa. II, 5,6) ». Tous ceux d’entre vous qui voudront venir de cette maison d’Israël , appartiendront à celle que le Seigneur a appelée : ils seront séparés de celle qu’il a rejetée. En effet, la lumière du Seigneur, dans laquelle marchent les nations, est celle dont le même Prophète a parlé en disant : « Voilà que je Vous ai établi pour être la lumière des nations, et le salut que j’envoie jusqu’aux extrémités de la terre (Id. XLIX, 6.) ». A qui ces paroles ont-elles été adressées, si ce n’est au Christ? En qui ont-elles reçu leur accomplissement, si ce n’est dans le Christ? Cette lumière ne se trouve point en vous, car il est encore écrit de vous « Dieu leur a donné, jusqu’à ce jour, un esprit d’assoupissement , des yeux qui ne voient point, et des oreilles qui n’entendent pas (Rom. XI, 8)». Non, dis-je, cette lumière n’est point en vous : aussi, par excès d’aveuglement, vous rejetez la pierre qui est devenue la tête de l’angle. «Approchez-vous donc de lui, afin que vous en soyez éclairés (Ps. XXXIII, 6) ». Qu’est-ce à dire : « Approchez-vous », sinon, croyez; car, pour vous approcher de lui, où irez-vous, puisqu’il est cette pierre dont parle le prophète Daniel, et qui, en grossissant est devenue une montagne si grande, qu’elle a rempli toute la terre (Daniel, II, 35)? De là vient que les nations mêmes qui disent : « Venez, montons à la montagne du Seigneur », ne font nulle part aucun effort pour marcher et parvenir au but : elles montent là où elles se trouvent, car en tout lieu on offre un sacrifice selon l’ordre de Melchisédech ; et, selon ce passage d’un autre prophète : « Dieu anéantit tous les dieux des nations, et il est adoré par tout homme en tout pays (Soph. II, 11) ». Lors donc qu’on vous dit «Approchez-vous de lui », on ne vous dit pas : préparez vos vaisseaux ou vos bêtes de somme, chargez-les de vos victimes, venez d’une contrée si lointaine, et arrivez à l’endroit où le Seigneur agréera les sacrifices offerts par votre piété. Mais on vous dit : Approchez-vous de Celui que vos oreilles entendent annoncer; approchez-vous de Celui dont la gloire éclate à vos yeux : vous ne vous fatiguerez point à marcher, car dès que vous croirez, vous serez près de lui.

AVEC QUELLE CHARITÉ IL FAUT ATTIRER LES JUIFS A LA FOI

       Que les Juifs écoutent volontiers ces divers témoignages, ou qu’ils en ressentent de l’indignation, nous devons, très chers frères, quand nous le pouvons, les leur rappeler en leur montrant que nous les aimons. Ne nous élevons point avec orgueil contre les branches séparées du tronc; souvenons-nous plutôt de la racine sur laquelle nous avons été greffés rappelons-nous par la grâce dé qui, et avec quelle miséricordieuse bonté, et sur quelle racine nous avons été entés . ne nous élevons pas, mais tenons-nous dans l’humilité (Bède ou Florus , sur l’ép. aux Rom. XI). Ne les insultons pas présomptueusement , mais tressaillons d’une joie mêlée de crainte, et disons-leur : « Venez et marchons dans la lumière du Seigneur, parce que son nom est grand parmi les nations (Ps. II, 11) ». S’ils nous entendent et qu’ils nous écoutent, ils auront place parmi ceux à qui il a été dit : « Approchez-vous de lui, et il vous éclairera. Et vos visages ne rougiront point de honte (Rom. XI) ». Si, au contraire, ils nous entendent et ne nous écoutent pas, s’ils nous voient et nous portent envie, ils sont du nombre de ceux dont il a été dit : « Le pécheur verra et il en sera irrité; il grincera des dents et séchera de dépit (Ps. CXI, 10) ». « Pour moi », dit l’Eglise au Christ, «je serai dans la maison du Seigneur comme un olivier qui porte du fruit : j’ai mis mon espérance dans la miséricorde de Dieu pour l’éternité et pour les siècles des siècles (Ps. LI, 10) ».

Traduction de M. l’abbé AUBERT, in Oeuvres complètes de saint Augustin traduites pour la première fois en français, sous la direction de M. Raulx, Bar-Le-Duc, L. Guérin & Cie, éditeurs, 1869, Tome 14,p. 23-32.

Lire :

L’ANTIJUDAÏSME THÉOLOGIQUE DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE

 

 

%d blogueurs aiment cette page :