Aller au contenu principal

Saint Augustin et le Tractatus Adversos Judaeos : la doctrine du « Verus Israël »

28 août 2019

 

Saint Augustin, Évêque d’Hippone, Docteur de l’Église (354-430)

 

 

I. « L’antijudaïsme théologique » rappelé par saint Augustin

Le « Tractatus Adversos Judaeos » de Saint Augustin (+ 430),  évêque et docteur de l’Eglise, Traité dont nous donnons ici de larges extraits, est l’un des textes de référence – aujourd’hui cependant bien oublié par l’Eglise moderne, notamment depuis le dernier concile où le venin de thèses erronées est venu corrompre la sainte doctrine théologique -, de nature cependant à nous donner les éléments théoriques nécessaires afin de pouvoir penser correctement, sur le plan théologique, le seul qui nous importe, la question de la place, du rôle et de la situation du peuple juif ainsi, en regard, que du peuple chrétien, avant et après la venue de Jésus-Christ.

La thèse de tous les Pères de l’Eglise fut que les Juifs, qui constituèrent le peuple « élu » de l’Eternel, eurent, hélas ! une évidente responsabilité dans la mort de Jésus, d’où l’accusation de « peuple déicide » et de « peuple perfide », qui sera d’ailleurs reprise par la liturgie elle-même le jour du Vendredi Saint, en référence à la déclaration de saint Paul : « Ce sont les Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus... » (I Thessalonicens II, 15).

II. Réalité du « déicide »

Or, si le peuple juif est « déicide », toute l’histoire qui suit cet acte terrible, doit être interprétée comme une conséquence de l’événement extraordinaire qui fut perpétré au Golgotha, et doit être expliquée, pour se comprendre faute de quoi elle demeure une authentique énigme, comme participant du « châtiment de Dieu », dont la destruction de Jérusalem en l’an 70 de notre ère, représente sans doute le symbole le plus impressionnant.

L’idée fondamentale, qui présida, dès  lors, à la doctrine de l’Eglise, qui relève du point de vue doctrinal de l’antijudaïsme théologique, est que l’Ancienne Alliance passée par l’Eternel avec les fils d’Israël est devenue aujourd’hui caduque, le bénéfice de cette Alliance étant transférés aux chrétiens qui sont devenus les héritiers de la Nouvelle Alliance, ceci dans la mesure où Jésus a accompli les prophéties de l’Ancien Testament.

« Alors Pilate entra de nouveau dans le prétoire ;

il appela Jésus et dit : Tu es le roi des Juifs ? Jésus répondit :

‘‘Dis-tu cela de toi-même ou d’autres te l’ont-ils dit de moi ?’’

Pilate répondit : ‘‘Est-ce que je suis Juif, moi ?

Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi. Qu’as-tu fait ?’’

Jésus répondit : ‘‘Mon royaume n’est pas de ce monde.

Si mon royaume était de ce monde,

mes gens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs.

Mais mon royaume n’est pas d’ici.’’

[…] Pilate lui dit : ‘‘Qu’est-ce que la vérité ?’’

Et, sur ce mot, il sortit de nouveau et alla vers les Juifs.

Et il leur dit : ‘‘Je ne trouve en lui aucun motif de condamnation.

Mais c’est pour vous une coutume que je vous relâche quelqu’un à la Pâque. Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ?’’

Alors ils vociférèrent de nouveau, disant : ‘‘Pas lui, mais Barabbas !’’

Or Barabbas était un brigand. Pilate prit alors Jésus et le fit flageller. »

(Jean 18, 33-36 ; 39-40 ; Jean 19, 1).

III. L’Eglise, est à présent le vrai Israël (« Verus Israël »)

De la sorte, le christianisme reste seul fidèle aux Ecritures anciennes, ce qui a pour conséquence directe que les juifs, qui récusent la messianité de Jésus, perdent leur vocation à l’Alliance, vocation qui revient à l’Eglise, désormais le vrai Israël (Verus Israël) – les critères nationaux s’abolissant en Jésus et l’adhésion à sa Personne unissant tous les peuples et les langues en un nouveau Corps Mystique.

Ceci fut d’ailleurs justement exprimé par Sa Sainteté Pie XII dans son Encyclique Mystici Corporis : « D’abord la mort du Rédempteur a fait succéder le Nouveau Testament à l’Ancienne Loi abolie ; c’est alors que la Loi du Christ, avec ses mystères, ses lois, ses institutions et ses rites, fut sanctionnée pour tout l’univers dans le sang de Jésus-Christ. Car tant que le divin Sauveur prêchait sur un territoire restreint – il n’avait été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël – la Loi et l’Evangile marchaient de concert ; mais sur le gibet de sa mort il annula la loi avec ses prescriptions , il cloua à la Croix le ”chirographe” de l’Ancien Testament, établissant une Nouvelle Alliance dans son sang répandu pour tout le genre humain. “Alors, dit saint Léon le Grand en parlant de la Croix du Seigneur, le passage de la Loi à l’Evangile, de la Synagogue à l’Eglise, des sacrifices nombreux à la Victime unique, se produisit avec tant d’évidence qu’au moment où le Seigneur rendit l’esprit, le voile mystique qui fermait aux regards le fond du temple et son sanctuaire secret, se déchira violemment et brusquement du haut en bas.’’ » [1]

IV. L’Ancienne Alliance du judaïsme mosaïque est abolie

Avec la mort du Christ le rideau du Temple s’est déchiré, l’Alliance ancienne fut abolie et l’Eglise, qui contient tous les peuples, cultures, races et différences sociales, cette Eglise est née de par le côté transpercé du Rédempteur.

En cela les Juifs, de nos jours, ne sont pas nos « frères aînés » comme le prétendait lors de sa visite à la synagogue à Rome en 1986, le Pape Jean-Paul II. Les Juifs sont complices du déicide aussi longtemps qu’ils ne se distancient pas de la culpabilité du Sanhédrin [1], de la culpabilité de leurs pères en reconnaissant la divinité du Christ et en acceptant le baptême.

Saint Paul le rappelle : « La première Loi touchant le sacerdoce est abolie comme impuissante et inutile : parce que la loi ne conduit personne à une parfaite justice ; mais une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu, a été substituée en sa place. Et autant qu’il est constant que ce sacerdoce n’a pas été établi sans serment ; (car au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l’a été avec serment, Dieu lui ayant dit : Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que vous serez le prêtre éternel selon l’ordre de Melchisédech)  autant est-il vrai que l’Alliance dont Jésus est le médiateur et le garant, est plus parfaite que la première. » (Epître aux Hébreux VII, 19-22).

Ainsi, la Nouvelle Alliance, dernière et la plus parfaite des Alliances contractées entre Dieu et les hommes, ce qui est oublié totalement par les chrétiens modernes fourvoyés dans leur inexacte déférence vis-à-vis de la synagogue, répond à plusieurs impératifs et en premier celui d’adapter le plus parfaitement possible les moyens de conduire les créatures vers la destination céleste qui est la leur. C’est ce que saint Irénée rappelle en ces termes : « Car, comme la Nouvelle Alliance était connue et prédite par les prophètes, Celui qui devait l’établir était prêché lui aussi conformément au bon plaisir du Père : il était manifesté aux hommes de la manière que Dieu voulait, afin que ceux qui mettraient en lui leur confiance puissent progresser sans cesse et, par les diverses Alliances, atteindre à la plénitude achevée du salut. Il n’y a qu’un seul salut et qu’un seul Dieu ; mais pour conduire l’homme à son achèvement, il y a des préceptes multiples, et nombreux sont les degrés qui l’élèvent jusqu’à Dieu. Eh quoi ! A un roi terrestre, qui n’est qu’un homme, il est loisible d’octroyer maintes fois de grands avancements à ses sujets : et il ne serait pas permis à Dieu, tout en demeurant identique à lui-même, de distribuer toujours plus abondamment sa grâce au genre humain et, par des dons toujours plus grands, d’honorer constamment ceux qui lui plaisent ? » [2]

De son côté saint Augustin, comme pour mieux insister encore s’agissant de la mort définitive du judaïsme mosaïque écrit : «Les détails de l’histoire liée aux Alliances font ressortir de façon très intéressante à la fois les principes et la patience dont Dieu a usé pour régler la question du mal et de l’échec de l’homme, et la manière dont il œuvra pour créer chez les siens la foi en ses propres perfections ainsi mises en valeur. Toutefois, les Alliances elles-mêmes témoignent toutes d’un principe directeur ou d’une intervention de Dieu, d’une condition dans laquelle Dieu a placé l’homme, des principes qui en eux-mêmes sont éternellement sanctionnés par Dieu […]. Dans chaque Alliance antérieure, il y eut un échec total et immédiat de la part de l’homme, même si la patience de Dieu supportait cet échec et par grâce permettait la poursuite d’une Alliance où l’homme avait ainsi échoué dès le début. Mais ce qu’il importe de se souvenir, c’est que nous ne voyons aucun exemple du rétablissement d’une Alliance ancienne lorsqu’elle est morte. » [3]

Conclusion

Redisons-le avec force, depuis Jésus-Christ les traditions anciennes sont caduques et vidées de sens, elles sont mortes ! C’est pourquoi le judaïsme contemporain est non seulement porteur d’une grave culpabilité en raison de son accord avec ceux qui exigèrent des romains la mort du Sauveur, mais il est également un rappel de l’actuelle infidélité des Juifs.

On ne saurait être plus direct et précis sur ce sujet où l’on voit une foule de chrétiens sans discernement, s’aligner sur une défense erronée du judaïsme synagogal, refusant que soit prêché l’Evangile aux Juifs, sous prétexte fallacieux et inexact que Dieu les veut tels qu’ils sont. Il importe donc d’y insister en nos temps de confusion théologique, Jésus-Christ, Dieu fait homme, est pour les Juifs aussi le Rédempteur et la seule Voie pour le Salut : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie : personne ne peut aller au Père si ce n’est par Moi. » (Jean, 14,6).

Notes.

1 – Pie XII, Mystici Corporis, 29 juin 1943.

2 – S. Irénée, Contre les Hérésies, IV, 9.

3 -S. Augustin, A Marcellinus, CXXXVIII, 5, 7.

 

T R A C T A T U S   A D V E R S O S   J U D A E O S

Saint Augustin

Saint Augustin, évêque, docteur de l’Eglise

Le bienheureux apôtre Paul, docteur des Gentils dans la foi et la vérité, nous exhorte à demeurer stables et fermes dans une même croyance, dans la croyance dont il s’est montré le fidèle ministre : en cela, il nous donne un précepte qu’il confirme par un exemple capable de nous effrayer. « Tu vois », nous dit-il, « la sévérité et la bonté de Dieu : sa sévérité envers ceux qui sont tombés; et sa bonté envers toi, si toutefois tu demeures ferme dans cette même bonté ». Il est sûr, qu’en s’exprimant ainsi, il a voulu parler des Juifs pareils aux branches d’olivier, violemment arrachées d’une souche fertile, ils ont été séparés de leurs saints patriarches en raison de leur infidélité : afin que les Gentils fussent, à cause de leur foi, comme un olivier sauvage, greffé sur un olivier fertile, et devinssent participants de la sève à la place des branches naturelles qui en ont été privées.« Mais », dit-il encore, « garde-toi de t’élever par présomption, contre les branches naturelles car, si tu penses t’élever au-dessus d’elles, considère que ce n’est pas toi qui portes la racine, n mais que c’est la racine qui te porte ». Et parce que quelques-uns d’entre les Juifs arrivent au salut, il ajoute : « Autrement, tu seras toi-même retranché comme eux : pour eux, s’ils ne demeurent pas dans leur infidélité, ils seront greffés sur la tige, car Dieu est tout-puissant pour les y enter de nouveau (Rom. XI, 18-23) ». A ceux, au contraire, qui persévèrent dans le mal, s’adresse cette sentence prononcée par l’Eternel : « Les enfants de ce  royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures ; là sera le pleur et le grincement de dents ». Mais aux nations qui persévèrent dans le bien, s’applique ce qui est dit auparavant : « Plusieurs viendront d’orient et d’occident, et prendront place dans le royaume des cieux avec Abraham, Isaac et Jacob (Matt. VIII, 12, 11) ». Ainsi, par une juste sévérité de la part de Dieu, l’orgueilleuse infidélité des branches naturelles leur a-t-elle mérité d’être séparées de leur racine, c’est-à-dire des patriarches, tandis que la grâce divine a greffé l’olivier sauvage sur cette racine en récompense de son humble fidélité.

Quand on cite aux Juifs ces passages, ils méprisent à la fois l’Evangile et l’Apôtre: ce que nous leur disons, ils rie l’entendent pas, parce qu’ils ne comprennent point ce qu’ils lisent; car, évidemment, s’ils savaient de qui le Prophète a voulu parler en ce passage « Je l’ai établi pour être la lumière des nations et le salut que j’envoie jusqu’aux extrémités de la terre (Isaïe, XLLX, 6) », ils ne seraient ni assez aveugles, ni assez malades pour ne pas reconnaître, dans le Seigneur Jésus, la lumière et le salut. Si encore ils comprenaient à quels hommes s’applique ce verset prophétique qu’ils chantent inutilement et sans profit pour eux : « Leur voix a éclaté dans toute la terre, et leurs paroles se font entendre jusqu’aux extrémités du monde » (Ps. XVIII, 5) ; ils s’éveilleraient à la voix des apôtres : et verraient que leur parole vient de Dieu. Invoquons donc le témoignage des saintes Ecritures, car elles jouissent, aussi chez eux, d’une grande autorité, et si nous ne pouvons les guérir de leur infidélité en leur offrant ce moyen de salut, nous les convaincrons du moins d’erreur par l’évidence de la vérité.

LES LIVRES DE L’ANCIEN TESTAMENT NOUS CONCERNENT :

NOUS EN OBSERVONS MIEUX LES PRÉCEPTES QUE LES JUIFS

Nous devons d’abord réfuter une erreur commune parmi les Juifs : à les entendre, les livres de l’Ancien Testament ne nous concerneraient en aucune manière, puisque nous observons, non les anciens rites, mais des rites nouveaux. A quoi vous sert la lecture de la Loi et des Prophètes, puisque vous ne voulez point en observer les préceptes ? Voilà ce qu’ils nous disent, parce que nous ne pratiquons pas la circoncision du prépuce sur les enfants mâles; parce que nous mangeons des viandes déclarées immondes par la Loi ; parce que nous n’observons point, d’une manière charnelle, leurs sabbats, leurs néoménies, et leurs jours de fêtes ; parce que nous n’immolons à Dieu aucune victime tirée de nos troupeaux, et que nous ne célébrons point la pâque avec un agneau et des pains azymes ; parce qu’enfin nous négligeons d’autres anciens rites, que l’Apôtre désigne sous le nom générique d’ombres des choses futures. Saint Paul les appelait ainsi, car, de leur temps, ils annonçaient la révélation -des mystères à la connaissance desquels nous avons été appelés, afin que, dégagés des ombres anciennes, nous jouissions de leur pure lumière. Il serait trop long d’engager avec eux une discussion sur chacun de ces points en particulier,de leur faire comprendre comment, en nous dépouillant du vieil homme, nous pratiquons la circoncision sans nous dépouiller de la chair de notre corps; de leur dire que nous apportons, dans nos moeurs, la sévérité qu’ils apportent dans le choix de leurs viandes : en un mot, de leur montrer que nous offrons nos corps à Dieu, comme une hostie vivante, sainte et agréable; qu’au lieu du sang des brutes, nous répandons nos âmes intelligentes en de saints désirs, et que nous sommes purifiés de toute souillure par le sang de Jésus-Christ, comme par le sang d’un agneau sans tache. A cause de la ressemblance de son corps avec un corps de péché, le Sauveur a été figuré parles boucs des anciens sacrifices, et celui qui reconnaît en sa personne la plus grande victime, ne fait point difficulté, en face des branches de la croix, de le considérer comme le taureau de la loi mosaïque. Trouvant en lui notre repos, nous observons véritablement le sabbat, et pour nous la célébration de la nouvelle lune n’est autre chose que la sanctification d’une vie nouvelle : notre pâque, c’est le Christ ; la sincérité et la vérité, voilà nos azymes; le vieux levain ne s’y trouve pas, et s’il y a d’autres mystères figurés par les présages antiques, nous ne nous arrêterons pas maintenant à les expliquer; cela est inutile : nous nous bornerons donc à dire qu’ils ont eu leur perfection en Jésus-Christ, dont le règne n’aura pas de fin. Toutes choses devaient, en effet, se trouver accomplies en Celui qui est venu, non pour détruire la Loi et les Prophètes, mais pour les accomplir (Matt. V, 17).

JÉSUS-CHRIST N’A POINT ABOLI LA LOI EN RAISONNANT :

IL L’A CHANGÉE EN L’ACCOMPLISSANT.

LE CHANGEMENT DES RITES ANCIENS

A ÉTÉ PRÉDIT DANS LES PSAUMES

Jésus-Christ n’a point aboli par le raisonnement les anciens signes des choses futures, mais il les a changés en faisant ce qu’ils prédisaient : car il voulait, pour annoncer que le Christ était déjà venu, des rites différents de ceux qui annonçaient sa venue future. Mais que signifie ce titre : « Pour ce qui doit être changé », placé en tête de certains psaumes que les Juifs ont entre les mains, auxquels ils reconnaissent l’autorité des saintes lettres ? (Le texte de ces mêmes psaumes a trait au Christ.) Evidemment il annonce le changement futur par le Christ de rites que nous savons aujourd’hui, parce que nous le voyons, avoir été changés par lui. De cette manière, le peuple dé Dieu, qui est maintenant le peuple chrétien, n’est point obligé d’observer les lois des temps prophétiques, non qu’elles aient été condamnées, mais parce qu’elles ont subi une transformation. Les mystères prédits par les anciens rites ne devaient point non plus disparaître, mais il fallait que les signes de ces mystères fussent appropriés aux époques diverses auxquelles ils étaient destinés.

[…]

ISAÏE A PRÉDIT QUE DIEU ABANDONNERAIT LES JUIFS

Mais veuillez porter, pendant quelques instants, votre attention sur des passages plus précis que je vais vous citer. Lorsque vous entendez parler du bon Israël, vous dites C’est nous; quand il est question du bon Jacob, vous dites encore : Nous voilà. Et si l’on vous en demande la raison, vous répondez c’est que le patriarche, de qui nous descendons, s’appelait indifféremment Jacob et Israël voilà pourquoi on nous désigne avec justice par le nom de notre père. Vous êtes plongés dans un lourd et profond sommeil; aussi ne voulons-nous point vous insinuer des choses spirituelles qui dépassent les limites de votre intelligence. Nous ne prétendons point maintenant vous apprendre le sens spirituel de ces deux mots, à cause de votre surdité et de votre cécité d’âme. Comme vous l’avouez, en effet, et comme on le voit clairement en lisant le livre de la Genèse, le même homme s’appelait tout à la fois Jacob et Israël; aussi vous glorifiez-vous de ce que la maison de Jacob est en même temps la maison d’Israël.

Expliquez -nous donc ceci : le Prophète annonce d’abord qu’une montagne sera placée sur la cime des monts, et que toutes les nations se dirigeront vers elle, parce que la parole et la loi du Seigneur doivent sortir, non du Sinaï pour éclairer un seul peuple, mais de Sion et de Jérusalem pour illuminer tous les peuples: ce qui a eu lieu évidemment en Jésus-Christ, et pour les chrétiens. Un peu plus loin, le même prophète dit encore : « Et maintenant, ô maison de Jacob, venez : marchons à la lumière du Seigneur ». Selon votre habitude, vous allez certainement dire Nous voilà. Mais arrêtez-vous un peu à ce qui suit : de la sorte vous entendrez ce que vous ne voulez pas entendre, après avoir dit ce que vous vouliez dire. Le prophète ajoute immédiatement ces paroles : « Car il a rejeté son peuple, la maison d’Israël (Isaïe, II, 5, 6.) ». Ici, dites : Nous voilà : ici, reconnaissez-vous, et pardonnez-nous de vous avoir rappelé ces passages. Si, en effet, vous les entendez volontiers, ils serviront à vous attirer : si, au contraire, ils vous irritent, ils tourneront à votre honte.

Consentez-y, n’y consentez pas, il faut que vous les entendiez. Ce n’est pas moi qui vous parle; c’est un prophète dont vous lisez les écrits : par son organe, le Seigneur vous a certainement parlé; sols livre jouit de l’autorité des saintes Ecritures, et vous ne pouvez l’en dépouiller. Suivant le commandement du Seigneur, il crie avec véhémence ; pareil à une trompette, il élève la voix ; il vous réprimande en ces termes (Id. LXVIII, 1) : « Et maintenant, ô maison de Jacob, venez; marchons à la lumière du Seigneur». Dans la personne de vos ancêtres, vous avez mis le Christ à mort. Depuis lors, vous avez refusé de croire en lui vous êtes restés en opposition avec lui; mais vous n’êtes point encore condamnés sans remède, parce que vous n’êtes pas encore sortis de ce monde : vous avez maintenant facilité de vous repentir; venez donc maintenant vous deviez le faire autrefois; faites-le aujourd’hui. Le temps propice n’est pas écoulé pour celui qui n’a pas encore entendu sonner sa dernière heure. Mais si en qualité de maison de Jacob, vous avez suivi le prophète, et qu’à votre sens, vous marchiez dans la lumière du Seigneur, montrez-nous la maison d’Israël qu’il a abandonnée. Pour nous, nous vous montrons, d’une part, ceux que le Seigneur a appelés et séparés de cette maison, et de l’autre, ceux qui ont voulu y rester et qu’il a rejetés. Du milieu d’Israël il a appelé non seulement les Apôtres, mais aussi, après la résurrection du Christ, un peuple immense : nous en avons déjà parlé plus haut; mais il a rejeté ceux dont vous suivez les traces, en refusant de croire; il vous a rejetés vous-mêmes, car, en les imitant, vous persévérez dans le même égarement. Ou bien, si vous êtes vraiment ceux qu’il a appelés, où sont ceux qu’il a rejetés? Vous ne pouvez pas dire qu’il a rejeté une autre maison quelconque, car le Prophète dit clairement : « Il a rejeté son peuple, la maison d’Israël ». Voilà ce que vous êtes, et vous n’êtes pas ce que vous prétendez être.

Il a rejeté aussi la vigne dont il attendait des raisins et qui ne lui a donné que des épines, et il a défendu à ses nuées de laisser tomber sur elle une seule goutte de pluie. Mais il en a aussi appelé d’autres du même lieu, ce sont ceux auxquels il dit : « Jugez entre moi et ma vigne (Isaïe, V, 2-6) ». Le Seigneur parle d’eux en ces termes : « Si c’est par Belzébuth que je chasse les démons, par qui vos enfants les chasseront-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges (Matt. XII, 27) ». Puis il leur fait cette promesse: « Vous serez aussi assis sur douze trônes , et vous jugerez les douze tribus d’Israël (Id. XIX, 28)». La maison de Jacob, qui par fidélité à la vocation divine a marché dans la lumière du Seigneur, s’assoira donc pour juger Israël, c’est-à-dire son peuple abandonné par lui. Comment d’ailleurs peut-il se faire que, selon le même prophète, « la pierre rejetée par ceux qui bâtissaient ait été placée à la tête de l’angle (Isaïe, XXVIII, 16 ; Ps. CXVII, 22) », sinon, parce que des peuples circoncis et des peuples incirconcis , semblables à des murs élevés en sens divers, viennent se réunir dans l’angle comme dans un baiser de paix ? Aussi l’Apôtre dit-il « C’est lui qui est notre paix, et qui, des deux peuples, n’en a fait qu’un (Eph. II, 14) ». Ceux d’entre les enfants de Jacob ou d’Israël qui ont écouté la voix qui les appelait, sont donc adhérents à la pierre angulaire, et marchent dans la lumière du Seigneur; mais ceux qui édifient des ruines et rejettent la pierre angulaire, sont ceux dont le Prophète a prédit l’abandon.

ABANDON DES JUIFS PLUS CLAIREMENT PRÉDIT PAR MALACHIE

      Le sacrifice des chrétiens est offert partout, sur la terre et dans le ciel. Enfin, ô Juifs, voulez-vous compromettre votre salut en résistant au Fils de Dieu, et détourner de leur vrai sens ces paroles prophétiques pour les expliquer suivant les inclinations de votre cœur? Voulez-vous, dis-je, entendre ces paroles en ce sens que la maison de Jacob et d’Israël désigne un même peuple, tout à la fois appelé et rejeté de Dieu, non un peuple dont certains membres auraient été appelés, tandis que les autres auraient été rejetés, mais un peuple appelé dans tous ses membres, pour marcher dans la lumière du Seigneur, après avoir été rejeté pour n’y avoir pas marché : ou bien, une nation, de telle sorte appelée dans les uns et rejetée dans les autres, que nulle division relative au sacrifice du Christ n’ayant eu lieu dans la table du Seigneur, on voit réunis, dans l’observance uniforme des anciens rites, ceux qui marchent dans la lumière du Seigneur et observent ses préceptes, et ceux qui ont méprisé sa justice et mérité d’en être abandonnés? Si vous prétendez interpréter ainsi ces prophéties, que direz-vous? Comment comprendrez-vous cet autre prophète qui vous coupe entièrement la parole, quand il vous adresse ces mots si clairs : « Mon affection n’est point en vous, dit le Seigneur tout-puissant; et je ne recevrai point de sacrifice de votre main, car, depuis le lever du soleil jusqu’au couchant, mon nom est devenu grand parmi les nations et l’on me sacrifie en tous lieux; et l’on offre à mon nom une ablation toute pure, parce que mon nom est grand parmi les nations, dit le Seigneur tout-puissant (Malach. I,10,11 )». A ce témoignage d’une évidence palpable, quel autre témoignage aussi éclatant pouvez-vous opposer? Pourquoi vous élever encore avec une intolérable impudence ? Est-ce que vous n’en périrez pas d’une manière plus malheureuse ? Votre chute n’en sera que plus lourde.

« Mon affection n’est pas en vous, dit », non pas le premier venu, mais « le Seigneur tout-puissant». Toutes les fois que vous entendez parler, d’une manière quelque peu avantageuse, de Jacob ou d’Israël, de la maison de Jacob ou de celle d’Israël, il semblerait, à vous croire, qu’il a été impossible de parler d’autres que de vous. Pourquoi donc vous enorgueillir ainsi d’appartenir à la race d’Abraham, quand le Seigneur tout-puissant vous dit : « Mon affection n’est point en vous, et je ne recevrai pas de sacrifice de votre main? » Certes, vous ne pouvez le nier non-seulement il ne reçoit point de sacrifice de votre main, mais vos mains ne lui en offrent pas même un. D’après la loi de Dieu, l’endroit où vous devez offrir des sacrifices a été formellement désigné : cet endroit est unique, hors de là, tout sacrifice vous est interdit : aussi, parce que vos fautes vous ont mérité d’en être exclus, vous n’osez, nulle part ailleurs, offrir le sacrifice qu’il vous était permis d’offrir en ce seul endroit, et ainsi s’accomplit parfaitement la prédiction du Prophète : « Et je ne recevrai point de sacrifice de votre main ». Car, si dans la Jérusalem terrestre il vous restait un temple et un autel, vous pourriez dire que l’oracle de Malachie a été accompli à l’égard de ceux d’entre vous dont Dieu rejette les sacrifices à cause de leurs iniquités, tandis qu’il accepte les offrandes de ceux qui, parmi vous, observent ses commandements. Aucun motif ne vous autorise à tenir ce langage, puisqu’aucun de vous ne peut offrir de sa main un sacrifice selon la loi donnée sur le mont Sinaï. La prédiction et son accomplissement ne vous permettent pas non plus d’opposer à la sentence du Prophète cette réponse : Nous n’offrons fias de nos mains la chair des animaux, mais nous offrons, de coeur et de bouche, le tribut de nos louanges, selon cette parole du Psalmiste  : « Immolez à Dieu un sacrifice de louange (Ps. XLIX, 14) ». Ici encore, vous êtes démentis par Celui qui a dit : « Mon affection n’est pas en vous ».

Ensuite, de ce que vous n’offrez à Dieu aucun sacrifice, et de ce qu’il n’en reçoit pas de votre main, il ne suit nullement qu’on ne lui en offre aucun. Celui qui n’a besoin d’aucun de nos biens, n’a pas, à la vérité, plus besoin de nos offrandes; elles lui sont inutiles, mais elles nous procurent de grands avantages. Cependant, comme on lui fait de ces offrandes, le Seigneur ajoute ces paroles « Parce que, depuis le lever du soleil jusqu’à son couchant, mon nom est devenu grand parmi les nations, et l’on me sacrifie en tous lieux, et l’on offre à mon nom une oblation toute pure, car mon nom est grand parmi les nations, dit le Seigneur tout-puissant ». A cela que répondrez-vous? Ouvrez donc enfin les yeux et voyez : on offre le sacrifice des chrétiens partout, et non pas en un seul endroit, comme on vous l’avait commandé : on l’offre, non à un Dieu quelconque, mais à Celui quia fait cette prédiction, au Dieu d’Israël. C’est pourquoi il dit ailleurs, en parlant à son Eglise : « Celui qui vous a sauvée, c’est le Dieu d’Israël qui sera appelé le Dieu de toute la terre (Isa. LIV, 5) ». Vous lisez avec soin les Ecritures, parce que vous croyez y trouver la vie (Jean, V, 39). Vous l’y trouveriez, en effet, si vous compreniez qu’il est question du Christ, si elles servaient à vous le faire reconnaître. Mais lisez-les avec plus d’attention encore; elles rendent témoignage de ce sacrifice pur offert au Dieu d’Israël, non par votre seul peuple, des mains duquel il a prédit qu’il n’en accepterait point, mais par toutes les nations qui disent : « Venez, montons à la montagne du Seigneur (Isa. II, 3) » : non en un seul endroit, dans la Jérusalem terrestre, comme cela vous était prescrit, mais par toute la terre et jusque dans la Jérusalem véritable : non selon l’ordre d’Aaron, mais selon l’ordre de Melchisédech, car il a été dit au Christ, et, aussi longtemps d’avance, il a été prédit du Christ: «Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable: Vous êtes le prêtre éternel selon l’ordre de Melchisédech (Ps. CIX, 4.) ». Qu’est-ce à dire : « Le Seigneur a juré », sinon qu’il a affirmé sur son indéfectible vérité? « Et il ne se repentira pas », si ce n’est qu’il ne changera jamais, pour aucun motif, ce sacerdoce? Car Dieu ne se repent pas comme l’homme. On dit que Dieu se repent quand il change une chose établie par lui, et qui paraissait devoir durer. Aussi, lorsqu’il dit: «Il ne se repentira pas: Vous êtes le prêtre éternel selon l’ordre de Melchisédech », il montre suffisamment qu’il s’est repenti, c’est-à-dire, qu’il a voulu changer le sacerdoce établi par lui selon l’ordre d’Aaron. Nous avons sous les yeux  l’accomplissement de la prophétie relative à ces deux sacerdoces : dans aucun temple, en effet, il n’y a plus trace du sacerdoce d’Aaron, et celui du Christ subsiste éternellement dans le ciel.

Le Prophète vous appelle donc à cette lumière du Seigneur lorsqu’il dit : « Et main« tenant, vous, maison de Jacob, venez, marchons dans la lumière du Seigneur : Vous, maison de Jacob », qu’il a appelée et choisie, non pas « vous », qu’il a rejetés. « Car il a rejeté son peuple, la maison d’Israël (Isa. II, 5,6) ». Tous ceux d’entre vous qui voudront venir de cette maison d’Israël , appartiendront à celle que le Seigneur a appelée : ils seront séparés de celle qu’il a rejetée. En effet, la lumière du Seigneur, dans laquelle marchent les nations, est celle dont le même Prophète a parlé en disant : « Voilà que je Vous ai établi pour être la lumière des nations, et le salut que j’envoie jusqu’aux extrémités de la terre (Id. XLIX, 6.) ». A qui ces paroles ont-elles été adressées, si ce n’est au Christ? En qui ont-elles reçu leur accomplissement, si ce n’est dans le Christ? Cette lumière ne se trouve point en vous, car il est encore écrit de vous « Dieu leur a donné, jusqu’à ce jour, un esprit d’assoupissement , des yeux qui ne voient point, et des oreilles qui n’entendent pas (Rom. XI, 8)». Non, dis-je, cette lumière n’est point en vous : aussi, par excès d’aveuglement, vous rejetez la pierre qui est devenue la tête de l’angle. «Approchez-vous donc de lui, afin que vous en soyez éclairés (Ps. XXXIII, 6) ». Qu’est-ce à dire : « Approchez-vous », sinon, croyez; car, pour vous approcher de lui, où irez-vous, puisqu’il est cette pierre dont parle le prophète Daniel, et qui, en grossissant est devenue une montagne si grande, qu’elle a rempli toute la terre (Daniel, II, 35)? De là vient que les nations mêmes qui disent : « Venez, montons à la montagne du Seigneur », ne font nulle part aucun effort pour marcher et parvenir au but : elles montent là où elles se trouvent, car en tout lieu on offre un sacrifice selon l’ordre de Melchisédech ; et, selon ce passage d’un autre prophète : « Dieu anéantit tous les dieux des nations, et il est adoré par tout homme en tout pays (Soph. II, 11) ». Lors donc qu’on vous dit «Approchez-vous de lui », on ne vous dit pas : préparez vos vaisseaux ou vos bêtes de somme, chargez-les de vos victimes, venez d’une contrée si lointaine, et arrivez à l’endroit où le Seigneur agréera les sacrifices offerts par votre piété. Mais on vous dit : Approchez-vous de Celui que vos oreilles entendent annoncer; approchez-vous de Celui dont la gloire éclate à vos yeux : vous ne vous fatiguerez point à marcher, car dès que vous croirez, vous serez près de lui.

AVEC QUELLE CHARITÉ IL FAUT ATTIRER LES JUIFS A LA FOI

       Que les Juifs écoutent volontiers ces divers témoignages, ou qu’ils en ressentent de l’indignation, nous devons, très chers frères, quand nous le pouvons, les leur rappeler en leur montrant que nous les aimons. Ne nous élevons point avec orgueil contre les branches séparées du tronc; souvenons-nous plutôt de la racine sur laquelle nous avons été greffés rappelons-nous par la grâce dé qui, et avec quelle miséricordieuse bonté, et sur quelle racine nous avons été entés . ne nous élevons pas, mais tenons-nous dans l’humilité (Bède ou Florus , sur l’ép. aux Rom. XI). Ne les insultons pas présomptueusement , mais tressaillons d’une joie mêlée de crainte, et disons-leur : « Venez et marchons dans la lumière du Seigneur, parce que son nom est grand parmi les nations (Ps. II, 11) ». S’ils nous entendent et qu’ils nous écoutent, ils auront place parmi ceux à qui il a été dit : « Approchez-vous de lui, et il vous éclairera. Et vos visages ne rougiront point de honte (Rom. XI) ». Si, au contraire, ils nous entendent et ne nous écoutent pas, s’ils nous voient et nous portent envie, ils sont du nombre de ceux dont il a été dit : « Le pécheur verra et il en sera irrité; il grincera des dents et séchera de dépit (Ps. CXI, 10) ». « Pour moi », dit l’Eglise au Christ, «je serai dans la maison du Seigneur comme un olivier qui porte du fruit : j’ai mis mon espérance dans la miséricorde de Dieu pour l’éternité et pour les siècles des siècles (Ps. LI, 10) ».

Traduction de M. l’abbé AUBERT, in Oeuvres complètes de saint Augustin traduites pour la première fois en français, sous la direction de M. Raulx, Bar-Le-Duc, L. Guérin & Cie, éditeurs, 1869, Tome 14,p. 23-32.

Lire :

L’ANTIJUDAÏSME THÉOLOGIQUE DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE

 

 

ProVaticanus

12 juillet 2019

Pendant la période estivale, comme les années précédentes, La Question se met en mode restreint et ferme ses commentaires tout en laissant l’ensemble des articles publiés en libre accès, de façon à pouvoir s’y reporter, notamment ceux touchant aux grands problèmes que nous avons abordés lors des mois écoulés : le sédévacantisme, l’art modernela culture européennele satanismela musique sacrilège, l’antijudaïsmele modernismele dialogue interreligieuxla franc-maçonnerie, l’athéismele laïcisme et enfin – sans oublier les clarifications fondamentales à propos de l’islam, de l’Inquisition, et des Croisades – le grand projet de Reconquista pour la chrétienté !

Christus Vincit ! Christus Regnat ! Christus Imperat ! 

BONNES ET SAINTES VACANCES A TOUS !

 

Seul importe aujourd’hui, dans un mode en ruine livré au chaos,

le rayonnement de l’Eglise et le triomphe de la Croix !

Le pape est le maître absolu, il est le seul titulaire légitime de l’Empire,

il est le vicaire du Christ, l’empereur suprême !

« Si donc quelqu’un dit que ce n’est pas de droit divin que saint Pierre a, et pour toujours, des successeurs dans sa primauté sur l’Eglise universelle, qu’il soit anathème.»(Pastor Aeternus, Vatican I).

L’ABSENCE DE PAPE EST IMPOSSIBLE !

« Le droit divin de la primauté apostolique place le Pontife romain au-dessus de toute l’Église. […] Le jugement du Siège apostolique, auquel aucune autorité n’est supérieure, ne doit être remis en question par personne, et personne n’a le droit de juger ses décisions. C’est pourquoi ceux qui affirment qu’il est permis d’en appeler des jugements du Pontife romain au concile œcuménique comme à une autorité supérieure à ce Pontife, s’écartent du chemin de la vérité.» (Pastor Aeternus, 1870).

La Papauté de droit divin

Mgr Lefebvre : l’Église est occupée par la contre-église !

5 juillet 2019


Nous publions, en une période absolument inquiétante où les principes vénérables de la sainte religion catholique sont purement et simplement niés et combattus en plus haut lieu par la hiérarchie romaine infestée par l’idéologie du funeste concile Vatican II, ceci depuis plusieurs décennies, cette conférence de Monseigneur Lefebvre datant de juin 1978, dans laquelle le fondateur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (FSSPX), n’hésitait pas à parler d’une occupation objective de l’Église par une « contre-église » sectaire, animée par une volonté moderniste destructrice, véhiculant des thèses franc-maçonniques, libérales, œucuméniques, qui contredisent absolument la doctrine séculaire de l’authentique Église de Jésus-Christ.

napoleon-bonaparte-signe-le-concordat-avec-pie-vii-le-15-juillet-1801

Les désastreuses décisions de Vatican II de conciliation avec le monde,

ont leurs racines dans le Concordat de 1801

signé par Pie VII avec la République maçonnique

régicide et antichrétienne !

Ce que souligne Mgr Lefebvre, c’est que l’Eglise n’est point « éclipsée » par un « astre autre » (sic !) –  comme une fumeuse théorie schismatique cosmo-théologique tente vainement de vouloir en persuader les fidèles -, mais a été pervertie par une action libérale qui est venue de « l’intérieur » – et c’est sans doute ce que n’entrevoyait point complètement à l’époque le providentiel fondateur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X – depuis les désastreuses décisions de conciliation avec le monde dont les racines se trouvent dans le Concordat de 1801 signé par Pie VII avec la République maçonnique régicide, athée et antichrétienne, suivi de la politique du « Ralliement » décidée par Léon XIII en 1892, qui aboutirent, en toute logique, aux thèses « hérétiques » du concile Vatican II, portant sur la « liberté religieuse« , la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’œucuménisme et le dialogue avec les religions non-chrétienne, dont notamment le judaïsme.

Dans cet entretien, Mgr Lefebvre, affirme ainsi clairement que les membres de la curie, les cardinaux et évêques, « n’enseignent plus la foi catholique et ne défendent plus la foi catholique, mais ils enseignent autre chose, ils entraînent l’Église dans autre chose que l’Église catholique. »

Voici donc ce texte essentiel de la plus grande importance pour la continuité de la Tradition, que chaque catholique fidèle à l’Église, et attaché à la foi de toujours, lira, et surtout méditera avec la plus grande attention.

—   Conférence donnée aux séminaristes d’Écône

le 8 juin 1978  —

Monseigneur Marcel Lefebvre

Crucifix

« Par contre je pense qu’à la prochaine rencontre, ou avant la prochaine rencontre d’ailleurs, s’ils me demandent vraiment ce colloque, c’est moi qui leur poserai des questions. C’est moi qui les interrogerai, pour leur dire : – Quelle Église êtes-vous ? À quelle Église avons-nous affaire — moi je voudrai savoir —, si j’ai affaire à l’Église catholique, ou si j’ai affaire à une autre Église, à une Contre-Église, à une contrefaçon de l’Église ?… Or je crois sincèrement que nous avons affaire à une contrefaçon de l’Église et non pas à l’Église catholique. Pourquoi ? Parce-ce qu’ils n’enseignent plus la foi catholique. Ils ne défendent plus la foi catholique. Non seulement ils n’enseignent plus la foi catholique et ne défendent plus la foi catholique, mais ils enseignent autre chose, ils entraînent l’Église dans autre chose que l’Église catholique. Ce n’est plus l’Église catholique. Ils sont assis sur le siège de leurs prédécesseurs, tous ces cardinaux qui sont dans les congrégations et tous ces secrétaires qui sont dans ces congrégations ou à la secrétairerie d’État ; ils sont bien assis là où étaient leurs prédécesseurs, mais ils ne continuent pas leurs prédécesseurs. Ils n’ont plus la même foi, ni la même doctrine, ni la même morale même que leurs prédécesseurs. Alors ce n’est plus possible. Et principalement, leur grande erreur, c’est l’œcuménisme. Ils enseignent un œcuménisme qui est contraire à la foi catholique.

Léon XIII

Dans l’EncycliqueImmortale Dei” (1885) , le Pape Léon XIII 

expliquait ce que doit être une société basée sur la religion chrétienne

et dénonçait les erreurs à éviter.

Et je dirai : – Que pensez-vous des anathèmes du Concile de Trente ? Que pensez-vous des anathèmes de l’Encyclique “Autorem Fidei” sur le Concile de Pistoie ? Que pensez-vous du “Syllabus” ? Que pensez-vous de l’Encyclique “Immortale Dei” du Pape Léon XIII ? Que pensez-vous de la “lettre sur le Sillon” par le Pape Saint Pie X ?de l’Encyclique “Quas Primas” du Pape Pie XI, du “Mortalium Animos” justement du Pape Pie XI contre l’œcuménisme, contre ce faux œcuménisme ? et ainsi de suite… Pensez-vous tout cela ? Qu’ils me répondent ! Qu’ils me répondent s’ils sont toujours d’accord avec tous ces documents des papes, avec tous ces documents officiels qui définissent notre foi. Ce ne sont pas des documents quelconques, ce ne sont pas des allocutions ou des conversations privées des papes, ce sont des documents officiels qui engagent l’autorité du pape. Alors ?…

Je pense que l’on peut, que l’on doit même croire que l’Église est occupée. Elle est occupée par cette Contre-Église. Par cette Contre-Église que nous connaissons bien et que les papes connaissent parfaitement et que les papes ont condamnée tout au long des siècles. Depuis maintenant bientôt quatre siècles, l’Église ne cesse de condamner cette Contre-Église qui est née avec le protestantisme surtout, qui s’est développée avec le protestantisme, et qui est à l’origine de toutes les erreurs modernes qui a détruit toute la philosophie et qui nous a entraînés dans toutes ces erreurs que nous connaissons et que les papes ont condamnées : libéralisme, socialisme, communisme, modernisme, sillonisme et que sais-je ? Et nous en mourons. Les papes ont tout fait pour condamner cela. Et voilà que maintenant ceux qui sont sur les sièges de ceux qui ont condamné ces choses-là sont maintenant d’accord pratiquement avec ce libéralisme et avec cet œcuménisme. Alors nous ne pouvons pas accepter cela.

Et plus les choses s’éclairent, et plus nous nous apercevons que ce programme qui a été élaboré dans les loges maçonniques – tout ce programme, toutes ces erreurs ont été élaborées dans les loges maçonniques – et bien on s’aperçoit tout doucement et avec des précisions de plus en plus grandes qu’il y a tout simplement une loge maçonnique au Vatican. Et que maintenant quand on se trouve devant un secrétaire de congrégation ou un cardinal qui se trouvent assis dans le siège ou dans le bureau où se trouvaient de saints cardinaux, des cardinaux qui avaient la foi de l’Église et qui défendaient la foi de l’Église et qui étaient des hommes d’Église, et bien on se trouve devant un franc-maçon ! Alors est-ce que c’est la même chose ? Alors c’est bien, ils brandissent la même obéissance. Oui, autrefois, on nous disait d’obéir à la foi, on nous faisait faire le serment anti-moderniste, on nous faisait faire des professions de foi, et tout cela, mais maintenant ces gens-là, quelle foi ils nous demandent de professer ? Ce n’est plus la même. Alors on brandit toujours : obéissance, obéissance, obéissance ! Ah ! oui, mais quand même… Obéissance à l’Église, oui ! Obéissance à ce que l’Église a toujours commandé, oui ! Obéissance à la foi de l’Église, oui ! Mais obéissance à la Franc-Maçonnerie, non ! C’est cela, vous savez, c’est sûr !

Dernièrement on m’a apporté des documents qui semblent tout à fait véridiques, des documents qui montrent des correspondances entre Bugnini et le grand-maître de la Maçonnerie sur toute la réforme liturgique, dans lesquels le grand-maître de la Maçonnerie demande à Bugnini d’appliquer la réforme du fameux Rorca, le prêtre apostat qui, lui, avait prédit déjà tout ce qui devait se faire et avait déjà prévu tout ce qui devait se faire lorsque le Vatican serait occupé par la Maçonnerie : – Voilà ce qu’il faut faire. Et alors maintenant le grand-maître de la Franc-Maçonnerie demande à Bugnini d’appliquer cela ! Et le grand principe : il faut arriver à la “naturalizatione del Incarnatione”, donc désurnaturaliser l’Incarnation. Donc on arrive au naturalisme. Et il faut appliquer les principes de la langue vernaculaire, de la démultiplicité des rites, de la démultiplicité de la liturgie pour rendre la liturgie complètement confuse et mettre la confusion partout, et les oppositions entre les différents rites.

Bugnini répond qu’il est tout à fait d’accord pour cela, mais qu’il faudra un certain temps. Il faudra peut-être dix ans, mais en l’espace de dix ans, il y arrivera, et qu’avec la confiance que lui accordent particulièrement le Cardinal Lercarro et même le Pape Paul VI, avec cette confiance qu’il a, il est assuré de pouvoir arriver à ses fins. Et il nomme tous ceux avec lesquels il travaillera dans la Curie romaine, tous ceux qui, eux aussi, ont des attaches à la Maçonnerie, alors qu’il pourra travailler avec eux. Mais il faudra en placer certains, il faudra les mettre dans des congrégations afin de pouvoir mener le travail à bien. Il faut que toutes les congrégations soient plus ou moins infiltrées et noyautées par les membres de la Maçonnerie qu’il nomme : untel, untel, untel… Il faudra chasser celui-ci parce qu’il nous gêne, est contre nous, alors il faudra le faire mettre dehors. Il faudra supprimer la congrégation des rites – il met – mais ce n’est pas la congrégation des rites, c’est la congrégation des sacrements. Il a réussi à supprimer la congrégation des sacrements pour tout mettre sous la congrégation des rites, par conséquent tout mettre sous son autorité. Tout cela, il le dit dans les lettres au grand-maître de la Maçonnerie. Alors, qu’est-ce que vous voulez ? L’obéissance ? Ah ! non ! Qu’on ne nous parle pas d’obéissance !

On veut bien obéir, bien sûr. Nous sommes les plus obéissants à l’Église et à tout ce que l’Église a toujours enseigné, toujours voulu, mais pas à des hommes qui travaillent à la destruction de l’Église à l’intérieur de l’Église. L’ennemi est à l’intérieur de l’Église. Le Pape Pie X l’avait annoncé. La Salette l’avait annoncé. Fatima l’a annoncé. Tout a été annoncé de manière publique. On sait que l’ennemi va s’introduire à l’intérieur de l’Église. Eh bien, il y est ! Il y est !

Alors qu’ils ne viennent pas demander d’arrêter les ordinations ! Qui demande d’arrêter les ordinations ? Qui demandent de ne plus faire de bons prêtres ? Qui ? C’est le Saint-Esprit ou c’est le diable ? C’est clair, c’est clair ! Est-ce qu’un pouvoir normal dans l’Église peut demander à un évêque de ne plus faire de bons prêtres ? Est-ce qu’un pouvoir normal dans l’Église peut demander une chose pareille ? Demander de supprimer les séminaires, séminaires qu’ils savent bons ? Ils le savent, ils l’ont dit. Ils ont dit que c’était de bons séminaires. Ils savent que la doctrine qu’on vous enseigne est la vraie doctrine. Ils le savent, ils l’ont écrit, ils le savent parfaitement. Ils l’ont écrit dans le rapport des visiteurs. Les visiteurs l’ont dit. Ils ont fait un excellent rapport en faveur du séminaire. C’est ce que le Cardinal Garonne m’a dit à moi-même quand il m’a demandé de venir à Rome. Il a dit : – Oui, le rapport est bon. Nous savons que le séminaire est bon, etcetc. Alors pourquoi fermer le séminaire ? Tout simplement parce que nous ne voulons pas suivre ces orientations maçonniques de l’œcuménisme, et toutes ces orientations nouvelles qui s’étaient forgées dans les loges maçonniques. Alors on veut fermer le séminaire. Et bien non, ce n’est pas possible ! Cela, ça ne vient pas du Saint-Esprit, ça ne vient pas de l’Église. Ce n’est pas l’Église qui nous demande de fermer le séminaire. Ce n’est pas l’Église. Ce n’est pas le pape en tant que pape, ceux qui sont là en tant qu’ils sont vraiment les successeurs de ceux qui étaient avant eux, non ! C’est une loge maçonnique qui est arrivée à pénétrer à l’intérieur du Vatican et qui mène tout, et qui évidemment ne peut pas nous sentir. C’est clair, c’est évident. Nous faisons obstacle à leur plan, à leur plan de destruction du sacerdoce, de destruction de la messe, de destruction de la liturgie. C’est évident.

Alors, est-ce que nous devons obéir ? Moi je crois en conscience devant le Bon Dieu, quand il me dit : Réfléchissez bien devant Dieu en conscience à ce que vous faites Et bien oui, j’ai tout réfléchi devant le Bon Dieu. Si je me trompe, que le Bon Dieu me donne la lumière pour me montrer que je me trompe, mais je ne crois pas. Je crois vraiment qu’en faisant ce que je fais, en ordonnant les prêtres que je vais ordonner, je crois que je sers l’Église. Je sers l’Église. Je ne le ferais pas si j’avais seulement un instant la pensée que ça pouvait être contraire au bien de l’Église, et bien je m’abstiendrais bien sûr de faire des choses pareilles ! C’est trop grave. Mais c’est bien le contraire !

Enfin, les faits sont évidents maintenant, les effets de cette réforme et de cette persécution de l’Église à l’intérieur de l’Église sont clairs pour tout le monde, ça devient de plus en plus clairs. Il suffit de lire la Documentation catholique à chaque fois pour s’apercevoir combien les idées fausses sont infiltrées dans les documents épiscopaux, dans tous les documents, toutes ces commissions théologiques. Lisez celui qu’on a donné à midi, des commissions de théologie. Mais c’est plein d’erreurs, c’est un esprit faux, un esprit qui n’est pas du tout l’esprit de l’Église ! Alors c’est pour cela que nous n’hésitons pas un instant et j’espère que le Bon Dieu continuera à nous bénir ! »

 Monseigneur Marcel Lefebvre (1905-1991)

— Conférence donnée aux séminaristes d’Écône, le 8 juin 1978  —

Lire en complément :

Le devoir de résistance de la Tradition catholique !

La Reconquista pour la chrétienté !

21 juin 2019

2339463604_6a8e5ffdce_b

Saint Vincent Ferrier, décédé en 1419, fut canonisé en 1455,
il engagea en Espagne les chrétiens à la ferveur,
prêcha la conversion et encouragea le baptême des Juifs et musulmans.

Le combat sous le signe de la Croix !

Nos temps actuels, depuis de trop nombreuses années, sont riches en événements dans lesquels l‘islam, tant comme idéologie politico-religieuse que projet civilisationnel ou modèle social, a été à l’ordre du jour, puisque des attentats barbares perpétrés au nom de cette religion en Europe (Allemagne, BelgiqueEspagne, France, Pays-Bas, Royaume-Uni, etc.), jusqu’à la dérisoire affaire du « burkini » (sic), l’opinion aura été quotidiennement confrontée à une actualité nourrie des actes et comportements de mahométans se fondant, pour se doter d’une légitimité supposée ou réelle, sur le « Coran » et les « Hadîts » (recueils constitués des traditions relatives aux actes et aux paroles de Mahomet et de ses disciples, devenus les principes de gouvernance personnelle et collective pour les musulmans).

Aux réactions d’indignations et d’épouvantes face à une telle sauvagerie – réactions légitimes au demeurant -, ont succédé, comme il fallait s’y attendre, les discours des professionnels de la politique qui, par-delà quelques nuances minimes, se résument à cette antienne archi-usée : évitons les « amalgames » (sic), l’islam est une religion pacifique, et les musulmans qui vivent en Europe ont vocation à s’intégrer à la société occidentale en respectant les valeurs de la République.

I. La tartuferie ridicule du discours politique Républicain

Les aveugles et ignorants qui nous gouvernent ont, toutes tendances de l’échiquier républicain confondues, laissé se produire, voire le plus souvent soutenus et encouragés par le biais des associations communautaires (MRAP, LICRA, SOS Racisme, Ligue des droits de l’homme, etc.), favorisé, applaudi et aidé, un phénomène massif d’immigration depuis plus de 40 ans, en permettant, par vagues successives et par l’effet d’une forte natalité des populations halogènes – que les lois françaises, du point de vue financier en raison des prestations et aides sociales conséquentes qui avaient été décidées à l’origine afin d’aider au repeuplement de la France, par les français, après la guerre, contribuèrent à rendre plus encore significative cette « explosion » démographique -, à ce que s’installent en Europe des millions de ressortissants des pays de culture musulmane.

La classe politique se réveille donc aujourd’hui brutalement, en se rendant compte que l’islam, qui n’est pas une soi-disant religion de « paix » et « d’amour«  (sic) mais une hérésie antichrétienne porteuse, en ses gênes théologiques les plus profonds et intrinsèques, d’un projet de conversion des « incroyants » et de soumission des « mécréants« , le tout doublé d’un projet concret de conquête territoriales, par la ruse (« taqîya« ) ou la guerre « sainte » (« djihad« ), n’est pas une religion comme les autres qui pourrait se « fondre » et se dissoudre pacifiquement et de façon irénique dans le paysage de la société contemporaine.

Ainsi, la tartuferie des dirigeants politiques, dont la responsabilité est absolument écrasante vis-à-vis de la situation d’implantation des populations musulmanes en Occident que subissent, et vont subir durablement pour une longue période les peuples européens car il s’agit d’une présence qui s’élève désormais à plusieurs dizaines de millions, est à ce point grotesque, qu’elle prétend que l‘islam a toute sa place parmi nous, mais à la condition qu’il soit invisible !

On veut bien des musulmans soutiennent les responsables politiques, ils peuvent continuer à s’implanter et s’installer en France, mais que ceux-ci, au nom de la laïcité, ne portent sur eux, comme vêtements, aucun signe ostensible de leur appartenance religieuse, et s’il le faut, sous la pression de l’affaire symbolique de ce récent costume de bain qui vient de faire son apparition, dit « burkini« , qu’arborent certaines jeunes musulmanes leur donnant une « visibilité » et une « identité religieuse » plus que démonstrative face aux impudiques tenues des européennes – (on ne pourra toutefois éviter d’être étonné et  très surpris, sauf à considérer qu’il s’agit là d’une « provocation« , d’ailleurs ressentie comme telle, notamment au lendemain des actes terroristes, et d’une volonté d’imposer une « visibilité religieuse », qu’au lieu d’éviter ces endroits où dominent le vice et l’impudeur, de pieuses musulmanes décident de se baigner sur des plages où s’exposent sans honte aucune, hommes et femmes mêlés, des centaines de corps dénudés en des lieux de turpitude qui sont de ce fait interdits (« haram« ) et hautement « impurs » ?) -, on sanctionnera dans le même mouvement pour faire mesure égale, le port des croix et des kippas !

Tout ceci, il convient d’y insister, relève du délire de l’idéologie républicaine, et nous ne cessons de dire et d’affirmer depuis longtemps contre cette tendance intégriste maçonnique et laïque, que les membres des communautés religieuses, non seulement doivent, mais ont le devoir de porter les habillements qu’ils souhaitent selon les codes et prescriptions vestimentaires de leurs textes sacrés. C’est pourquoi, si on ne voulait pas des musulmans, de leur croyance, de leurs habits, de leurs coutumes et de leur mode de vie, il ne fallait pas les faire venir chez nous, il convenait d’y penser avant ou de réagir pendant qu’il était encore temps, mais à présent qu’ils se sont fortement implantés dans quasiment toutes nos villes : certes les croix et les kippas,  portées ostensiblement depuis des siècles en nos pays de vieille chrétienté, ne doivent pas être interdites, mais également le  voile islamique, qui mérite lui aussi le respect !

II. Une situation contemporaine tragique

On comprend en conséquence que l’idéologie républicaine prisonnière de ses contradictions, montrant ses limites et qui nous a conduit droit à la catastrophe en tous domaines, il est devenu nécessaire de prendre très au sérieux les thèses, analyses et positions contre-révolutionnaires, seules capables d’opérer une transformation radicale et salvatrice de la situation, ceci avant qu’il ne soit trop tard.

En effet, la société européenne est de toutes parts attaquée et menacée en ses fondements substantiels, de sorte que si rien ne vient rapidement mettre un  terme à cette fatale décomposition, il est certain que demain tout ce qui fit la grandeur séculaire de notre civilisation sera définitivement perdu.

Si nous sommes convaincus que l’avenir ne sera en définitive que ce que Dieu voudra qu’il soit, ou ce qu’il fera être par l’action de sa Providence, une conviction nous semble pourtant certaine : plus rien ne sert de s’épuiser dans des formules politiques ou idéologiques qui n’intègrent pas le religieux et le spirituel dans leurs courtes vues, car contre les spectres d’un monde livré aux puissances de la mort, le combat ne peu se gagner sans mettre en œuvre un authentique projet spirituel et religieux, à l’image de la Reconquista telle qu’elle advint dans l’Espagne des Rois catholiques !

260px-Steuben_-_Bataille_de_PoitiersLa négation de notre identité chrétienne par la République, dont le dogme de la laïcité fonctionne comme un puissant et efficace outil de destruction depuis 1789, produit devant nos yeux une formidable transformation de la nature même de la société, aujourd’hui devenue la proie d’un mouvement de transplantation massive de la part de populations majoritairement musulmanes, issues d’Afrique ou du Maghreb, aboutissant, effectivement, à un processus de « grand remplacement« , faisant, comme le dit Jean Raspail, que : « face aux différentes « communautés » qu’on voit se former dès aujourd’hui sur les ruines de l’intégration (ou plutôt sur son inversion progressive : c’est nous qu’on intègre à « l’autre », à présent, et plus le contraire), et qui en 2050 seront définitivement et sans doute institutionnellement installées (…) la France ne sera plus peuplée, toutes origines confondues, que par des bernard-l’ermite qui vivront dans des coquilles abandonnées par les représentants d’une espèce à jamais disparue qui s’appelait l’espèce française et n’annonçait en rien, par on ne sait quelle métamorphose génétique, celle qui dans la seconde moitié de ce siècle se sera affublée de ce nom. Ce processus est déjà amorcé. » [1]

Or, il est aisé de constater que toutes les solutions préconisées par les partis de l’arc républicain, solutions s’appuyant sur les recettes de l’intégration, sont vides de sens car elles ne feront qu’empirer le terrible fléau destructeur de l’identité nationale et européenne. En ce sens, souhaiter l’intégration des millions de ressortissants étrangers dans un pays fortement déchristianisé, c’est à coup sûr mettre à mort définitivement les chances de restauration de la chrétienté.

Dès lors que faut-il faire ?

III. La religion

Si l’on se penche sur l’Histoire, on constate qu’une semblable situation, avec évidemment des paramètres quelques peu différents en raison de la distance des siècles, fut celle de l’Espagne après l’invasion musulmane en 711 et la bataille de Guadalete, où presque toute la péninsule ibérique tomba sous la domination maure en moins de cinq ans. Ce fut un temps de domination musulmane où le Coran et ses principes s’imposèrent en terre chrétienne, transformant profondément les codes sociaux, la culture et les mœurs.

 

Ce fut un temps de domination musulmane

où pendant 700 ans

 le Coran et ses principes s’imposèrent en terre chrétienne.

Mais il faut observer que pendant cette période, l’appartenance religieuse va permettre de conserver au maximum, même si quelques cas firent l’objet de rares exceptions, chacun dans les limites étroites et solides de son cadre confessionnel, faisant que l’on assista, pourtant sur un temps assez long qui s’étend sur plusieurs siècles, à très peu de « mélange ethnique » – désigné aujourd’hui sous le nom choisi par l’idéologie mondiale noachite, pour éviter de parler de brassage racial, de « métissage » – et moins encore de passages d’une religion à une autre. Les historiens sont d’ailleurs unanimes à reconnaître que la séparation en communautés de la société espagnole par les Arabes, du fait d’un système ségrégationniste (la dhimma), puis son application réciproque par les royaumes chrétiens pendant la Reconquista ne permirent jamais un métissage total entre chrétiens, musulmans et juifs.

Cette préservation de l’identité des peuples, par la religion, aura donc des résultats très positifs puisque l’Espagne va parvenir à se libérer du joug islamique.

IV. La Reconquista : modèle politique et religieux !

La Reconquista

fut assimilée à une croisade générale de la chrétienté !

Capitulation_de_Grenade-49c88En effet, la Reconquête commence en 718 lorsque les musulmans sont défaits à la bataille de Covadonga par Pélage (Pelayo). Cependant, il faudra attendre plusieurs siècles pour que les chrétiens, puissamment divisés, se livrant à des querelles permanentes, envisagent leurs conquêtes comme un effort commun pour restaurer le Royaume. Et ce n’est que le 2 janvier 1492, soit sept siècles plus tard, quand Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille, les « Rois catholiques » (Los Reyes Catolicos), chassent le dernier souverain musulman de la péninsule, Boabdil de Grenade, que s’achèvera l’unification de l’Espagne — excepté la Navarre, incorporée en 1512.

Il faut, pour comprendre la victoire chrétienne, être attentif au fait que la lutte contre les musulmans fut assimilée à une croisade générale de la chrétienté. Des pèlerinages nombreux furent organisés [2], des ordres militaires comme ceux de saint Jacques, de Calatrava, d’Alcántara ou d’Aviz et même les Templiers furent fondés dans ce but, les papes appelant en plusieurs occasions les chevaliers européens à la croisade dans la péninsule. Ainsi, la bataille de Las Navas de Tolosa (1212) vit la victoire d’une coalition d’Aragonais, de Français, de Navarrais, de Léonais, de Portugais, et des Castillans, ces derniers dirigeant les opérations sous les ordres de leur roi, Alphonse VIII.

3458794293_e249bb47bd_oAinsi, s’inscrivant dans cette entreprise de reconquête spirituelle, religieuse et territoriale, dans les années où il prêche en Espagne, saint Vincent Ferrier ( + 1419), demande la séparation complète des Juifs et des chrétiens, et fut à l’ instigation de la création des « juderias », exigeant que tous contacts entre chrétiens et Juifs soient évités. Il plaide pour l’isolement complet des Juifs, et veut qu’on les force à porter la rouelle comme l’ont ordonné les rois de Castille, qu’on les contienne dans des quartiers réservés, et qu’on ne leur permette pas de faire du commerce le dimanche. Il défend également aux chrétiens, de sorte de revenir à un ordre social fondé sur les valeurs de la catholicité, d’avoir des familiers et des médecins juifs, de leur acheter des vivres, d’être à leur service comme nourrices, et de manger avec eux : « S’ils vous envoient du pain, leur dit-il, jetez-le aux chiens…»

C’est surtout en prêchant que saint Vincent Ferrier enseigna la chrétienté et évangélisa l’Espagne, alors sous la terrible domination des45vincent4 sectateurs de Mahomet, « semblable à un ange volant au milieu du ciel ». La bulle de canonisation emploie d’ailleurs cette expression imagée, qui symbolise fort bien comment il se dévoua sans relâche à l’apostolat de la parole. L’iconographie s’est emparée de cette image, et a représenté saint Vincent Ferrier des ailes à l’épaule et une trompette aux lèvres. Ce dernier détail parce que notre apôtre se serait cru l’ange apocalyptique annonçant la fin du monde. Il est vrai qu’il l’a affirmé en quelques occasions et qu’en ces circonstances que traversait un pays sous l’autorité des hérésiarques musulmans, il a cru la parousie imminente. Quoiqu’il en soit, saint Vincent Ferrier joua un rôle considérable dans la société espagnole soumise au joug de l’islam au XVe siècle, pendant les vingt dernières années de sa vie ; il prêchait tous les jours deux ou trois heures, parfois plus. Toute circonstance lui était bonne, tout auditoire lui convenait. Il prêchait à la ville, il prêchait à la campagne, dans les églises, plus souvent encore sur les places publiques, car on venait de loin pour l’entendre : les artisans quittaient leur atelier, les laboureurs leurs champs, les magistrats le palais, les officiers publics leur étude, maîtres et élèves les écoles, les Universités. Le peuple affluait sur la place par milliers, attendant durant des heures, parfois toute la nuit, l’arrivée du grand prédicateur : « Telle était son éloquence, qu’elle ébranlait les pierres mêmes, par violence sans doute, mais aussi par persuasion ». Par ses prêches, il conduira des milliers de Juifs et musulmans, convaincus qu’ils se devaient d’abjurer les erreurs de leurs religions mensongères, et recevoir publiquement le baptême.

V. L’Inquisition au service de l’Eglise

Dès 1492 et la chute de Grenade, sont promulguées les décrets dits de la limpieza de sangre (pureté du sang), car en mettant fin à 700 ans de domination islamique en Espagne, Ferdinand et Isabelle signent le décret d’Alhambra, exigeant que tous les musulmans et les juifs doivent se convertir au christianisme ou être expulsés de l’Espagne.

Les prêches de saint Vincent Ferrier,

conduiront des milliers de Juifs et de musulmans 

à recevoir le baptême. 

 De la sorte, imposant la foi catholique à l’ensemble du royaume, les rois catholiques prononcent l’expulsion des juifs non convertis d’Espagne, provoquant un nouvel exil. Les musulmans non convertis seront expulsés dix ans plus tard, en 1502. Ne restent alors en Espagne que de nouveaux convertis appelés les Morisques. Ceux-ci seront définitivement expulsés, un siècle plus tard, en 1609. [3]

L’Inquisition est, de sa nature, bonne, douce et conservatrice.

  Juan Martinez Siliceo, nommé cardinal par Paul IV en 1555, introduit les fameux « estatutos de limpieza de sangre » à la cathédrale de Tolède en 1547, faisant que, désormais, tout prétendant à une charge ecclésiastique devait dès lors prouver la pureté de son ascendance : chapitres cathédraux, ordres religieux militaires, Inquisition, couvents et monastères, puis ensuite les universités, confréries, métiers d’artisans, corps de ville, et enfin les Jésuites eux-mêmes exigeront des statuts de pureté de sang.

Pour faire appliquer ces lois l’Inquisition, tribunal religieux au service de la monarchie, joua un rôle majeur qui obtiendra de remarquables résultats. Ainsi, en 1499, les habitants de Grenade, après un temps d’enseignement, seront rassemblés sur la place publique, purifiés d’eau bénite et baptisés.

VI. Doctrine contre-révolutionnaire : la théocratie pontificale

  Ceci explique pourquoi Joseph de Maistre (1753-1821) s’exprima de la sorte sur l’Inquisition :

« Le Judaïsme avait jeté de si profondes racines en Europe, qu’il menaçait de suffoquer entièrement la plante nationale. (…) Le Mahométisme augmentait prodigieusement le danger ; l’arbre avait été renversé en Espagne, mais les racines vivaient. Il s’agissait de savoir s’il y aurait encore une nation espagnole ; si le Judaïsme et l’Islamisme se partageraient ces riches provinces ; si la superstition, le despotisme et la barbarie remporteraient encore cette épouvantable victoire sur le genre humain. » [4]

Il est donc démontré que l’Inquisition fut créée pour mettre fin au chaos, pour rétablir la paix et la sérénité, c’est pourquoi nous dit Maistre :

« L’Inquisition est, de sa nature, bonne, douce et conservatrice : c’est le caractère universel et ineffaçable de toute institution ecclésiastique, vous le voyez à Rome et vous le verrez partout où l’Eglise commandera. » [5]

Si beaucoup de musulmans ou de juifs continuèrent de pratiquer leur foi en secret (faux convertis et marranes, expulsés un siècle plus tard, en 1609 à l’initiative du duc de Lerma, expulsions successives qui vont parachever l’unité religieuse de la péninsule), les vastes territoires attribués aux ordres militaires et religieux et à la noblesse, seront à l’origine d’un développement économique et spirituel remarquable contribuant au rayonnement de l’Espagne dans les arts, la littérature et la religion, et jusqu’aux conquêtes militaires et géographiques, puisqu’à Grenade, Isabelle la catholique reçut Christophe Colomb et soutint son projet de rejoindre l’Asie des épices en traversant l’océan Atlantique.

innocent-iii.j- pg


Innocent III fut un ardent soutien de la Reconquista

Tout ceci se fit avec l’appui inflexible et permanent de Rome, car les papes ne cessèrent d’encourager les Rois catholiques en leur conférant une incontestable légitimité. En 878 déjà, le pape Jean VIII avait offert l’absolution et la perspective de la vie éternelle aux chevaliers qui prendraient part à la lutte contre les musulmans infidèles. Innocent II et Grégoire VII lancèrent eux aussi des appels dans ce but avec succès, et Innocent III, se fit quant à lui, l’avocat direct et fervent de la Reconquista.

Il en va de même de nos jours, où :

 « le Pape est le seul qui possède encore, du moins potentiellement, l’autorité nécessaire capable de restaurer, dans une Europe livrée au chaos et au venin révolutionnaire, l’unité du Saint Empire. » [6]

Conclusion

C’est pourquoi, alors que l’Europe a été submergée en plusieurs décennies depuis la seconde moitié du XXe siècle, de par l’inaction, la lâcheté, la trahison, mais aussi et surtout, par la volonté politique criminelle de responsables gouvernementaux convertis et vendus à l’idéologie mondialisée, par d’immenses vagues migratoires, qui ont vu s’installer par millions dans toutes les grandes métropoles de notre continent, et à leurs périphéries, des populations majoritairement issues de culture musulmane, la seule solution envisageable est celle d’une « Reconquête » fondée sur les valeurs religieuses chrétiennes à l’image de ce qui se fit en Espagne au XVe siècle.

Tout autre projet, s’inscrivant dans le cadre des conceptions institutionnelles républicaines et démocratiques, défendant la « laïcité » et, en parallèle, « l’intégration » des ressortissants étrangers, est une voie à l’évidence mortifère pour le devenir des Nation européennes, ceci en raison de la terrible menace démographique qui, tôt ou tard, si rien n’est fait et que nul ne réagit, aura anéantie la civilisation chrétienne de par la force d’un processus – comme le désigne fort justement Jean Raspail -, de « métamorphose génétique« , qui a été imposé à l’Occident.

Pour que l’Europe ne disparaisse pas, il est temps, sous les étendards frappés de la « Sainte Croix de la Miséricorde », d’engager la Reconquête des Nations chrétiennes et de restaurer le Saint Empire !

Lire :

LA DOCTRINE DU SAINT EMPIRE

La théocratie pontificale selon Joseph de Maistre

Notes

1. J. Raspail, La Patrie trahie par la République, Le Figaro n° 18619,  jeudi 17 juin 2004.

2. Les chrétiens de langue castillane firent de saint Jacques le Majeur le saint patron de la Reconquista — il demeure aujourd’hui le saint patron de l’Espagne — sous le qualificatif de Santiago Matamoros (saint Jacques le Tueur-de-Maures). Les Catalans développèrent plutôt le culte de saint Georges (Sant Jordi), autre saint guerrier, encore patron de la Catalogne.

3. Pas moins de 160.000 juifs quittent précipitamment la péninsule et iront en Afrique du nord auprès du sultan ottoman (dans leur pays d’accueil, ils se feront connaître sous le nom de Sépharades, du nom donné à l’Espagne en hébreu).

4. J. de Maistre, Lettres à un gentilhomme russe sur l’Inquisition espagnole, Première lettre, 1815. 

5. Ibid. L’Inquisition ne s’occupait pas uniquement des procès de foi. À compter de la fin du XVe siècle, certains ordres et chapitres religieux puis des colegios mayores, des organisations professionnelles, des confréries commencèrent à exiger des candidats à l’entrée des statuts de pureté de sang. Gardienne de la mémoire dans ses archives, l’Inquisition devint, au cours des années, l’une des principales institutions du royaume destinée à authentifier la généalogie sin mácula des prétendants à certaines formations, fonctions ou distinctions honorifiques. Au XVIIe siècle, cette activité occupait même une place croissante au sein des tribunaux devenus de véritables officines de délivrance des certificats de limpieza de sangre.

6. Le Traité « Du Pape » de Joseph de Maiste consigne cette inattendue mais cohérente dévolution : « L’Empereur ayant disparu avec le Saint Empire, ne demeure que le Sacerdoce Suprême pour se voir dévolu l’archétype éternel du Saint Empire. »

Le devoir de résistance de la Tradition catholique !

11 juin 2019

L’autorité est au service de la vérité,

Elle ne crée pas la vérité, elle la reconnaît,

la garde et l’enseigne.

 

L’orthodoxie d’une doctrine provient de sa conformité à l’enseignement constant de l’Église, c’est la condition sine qua non de validité tant d’un Concile que de l’enseignement des Papes.  Ce principe manifeste de façon limpide la « mens catholica » : l’autorité est au service de la vérité; elle est un moyen pour que la vérité soit communiquée. L’autorité, autrement dit, ne crée pas la vérité, elle la reconnaît, la garde et l’enseigne. Cependant, bien que l’actuelle défaillance de l’Autorité soit inhabituelle, de rares précédents montrent qu’elle est parfois possible, et la situation de l’Eglise depuis Vatican II en est un cas de figure exemplaire.

De la sorte, pour se protéger du modernisme, nous devons résister aux autorités ecclésiastiques quand elles s’écartent de la Tradition. Soyons clairs : ce n’est pas par un jugement particulier que nous choisissons de ne pas suivre les enseignements de l’Eglise conciliaire, mais c’est en vertu du critère objectif qu’est la Tradition ; et un catholique – plus encore une société religieuse –  a le droit de refuser les documents officiels du concile et ses décisions qui s’écartent de la Tradition.

 Le Christ triomphera !

Il est vital de conserver la Foi et la Doctrine de l’Eglise

en résistant à l’autorité lorsqu’elle s’égare,

en ces temps de terrible confusion.

    La perspective catholique est très claire : l’autorité est au service de la vérité. Il n’est donc en aucune façon possible d’exiger l’obéissance lorsque l’enseignement proposé est contraire à la vérité. L’autorité se pose dans l’Église comme un moyen, et non comme une fin. Et c’est justement à cause de cette grande confusion au sujet du rapport entre autorité et vérité que les « révolutionnaires » ont pu greffer sur le tissu catholique les germes de l’erreur moderniste, sans que les « anticorps » ne réagissent à cette terrible infection. Ils ont abusé de l’obéissance pour imposer leur fausse doctrine, et chaque fois que certains avec courage ont tenté de manifester leur désaccord, on a utilisé contre eux l’accusation de « désobéissance » pour isoler ces malheureux et briser ainsi toute forme de résistance. C’est cet usage pervers de la vertu d’obéissance que Mgr Lefebvre a magistralement défini comme étant « le coup de maître de Satan » [1].

La résistance à l’erreur est donc non seulement juste, mais de plus nécessaire afin de sauvegarder la sainte doctrine menacée par les enseignements faussés par l’idéologie moderniste de Vatican II, concile relevant d’un acte du Magistère authentique non infaillible, guidé, de surcroît, par des évêques non éminents sur le plan dogmatique  [2].

Saint Thomas d’Aquin enseigne que,

dans des situations extrêmes,

il est licite de s’opposer  publiquement à une décision papale.

Plusieurs théologiens de renom soutiennent le devoir de résistance. Ainsi saint Thomas d’Aquin enseigne que, dans des situations extrêmes, il est licite de s’opposer  publiquement à une décision papale, comme St. Paul résista à St. Pierre (Galates II, 14) :

« Cependant, on doit observer que, si la foi est en danger, un sujet pourrait réprimander son prélat, même publiquement. C’est ainsi que Paul, qui était sujet de Pierre, réprimanda celui-ci en public suite au danger imminent de scandale concernant la foi et, comme le dit St. Augustin dans son commentaire sur Gal II, 11: « Pierre donna un exemple à ses supérieurs que, si à n’importe quel moment, ils devaient sortir de la voie droite, ils devraient s’attendre à être repris par leurs sujets. »  Somme théologique, IIa IIae, Qu. 33, article 4, ad2.

St. Robert Bellarmin dit également [3] :

« Tout comme il est licite de résister à un Pontife qui attaque le corps, il est tout aussi licite de résister au Pontife qui attaque les âmes ou détruit l’ordre civil ou, à plus forte raison, essaie de détruire l’Église. Je dis qu’il est licite de lui résister en ne faisant pas ce qu’il ordonne de faire et en empêchant l’exécution de sa volonté. Il n’est pas licite, cependant, de le juger, de le punir, ou de le déposer, parce que ce sont là des actes relevant d’un supérieur. » [3] De Romano Pontifice, Lib. II, c.29.

Le Pape Léon XIII écrit de même sur le devoir de désobéissance face à une autorité désorientée :

« Mais, dès que le droit de commander fait défaut, ou que le commandement est contraire à la raison, à la loi éternelle, à l’autorité de Dieu, alors il est légitime de désobéir, nous voulons dire aux hommes, afin d’obéir à Dieu. » Encyclique Libertas #13.

Quant à Dom Guéranger, son jugement est sans appel :

« Quand le pasteur se change en loup, c’est au troupeau de se défendre tout d’abord. Régulièrement sans doute la doctrine descend des évêques au peuple fidèle, et les sujets, dans l’ordre de la foi, n’ont point à juger leurs chefs.Mais il est dans le trésor de la révélation des points essentiels, dont tout chrétien, par le fait même de son titre de chrétien, a la connaissance nécessaire et la garde obligée.  Le principe ne change pas, qu’il s’agisse de croyance ou de conduite, de morale ou de dogme.  Les trahisons pareilles à celle de Nestorius sont rares dans l’Église; mais il peut arriver que des pasteurs restent silencieux, pour une cause ou pour l’autre, en certaines circonstances ou la religion même serait engagée. Les vrais fidèles sont les hommes qui puisent dans leur seul baptême, en de telles conjonctures, l’inspiration d’une ligne de conduite; non les pusillanimes qui, sous le prétexte spécieux de la soumission aux pouvoirs établis, attendent pour courir à l’ennemi, ou s’opposer a ses entreprises, un programme qui n’est pas nécessaire et qu’on ne doit point leur donner. » L’Année Liturgique, Le Temps de la Septuagésime, Vol. 4, fête de St. Cyrille d’Alexandrie.

« Nous choisissons ce qui a toujours été enseigné

et nous faisons la sourde oreille

aux nouveautés destructrices de l’Église.

Le mauvais usage de la vertu d’obéissance

est le coup de maître de Satan »

Mgr Lefebvre, 1974.

  Résumant l’ensemble des analyses traditionnelles, Mgr Marcel Lefebvre était donc fondé à déclarer à son tour, puisque la situation l’exigeait :

« Aucune autorité, même la plus élevée dans la hiérarchie, ne peut nous contraindre à abandonner ou à diminuer notre foi catholique clairement exprimée et professée par le magistère de l’Église depuis dix-neuf siècles. « S’il arrivait, dit saint Paul, que nous-même ou un Ange venu du ciel vous enseigne autre chose que ce que je vous ai enseigné, qu’il soit anathème. » (Gal. 1, 8.) N’est-ce pas ce que nous répète le Saint-Père aujourd’hui ? Et si une certaine contradiction se manifestait dans ses paroles et ses actes ainsi que dans les actes des dicastères, alors nous choisissons ce qui a toujours été enseigné et nous faisons la sourde oreille aux nouveautés destructrices de l’Église. » Déclaration, 21 novembre 1974

   Dieu nous l’indique – cette situation exceptionnelle que nous traversons, et dont le sens ne doit pas nous échapper est intervenue comme une épreuve que la Divine Providence a permise pour des raisons qui lui appartiennent pour éprouver notre foi, un siècle seulement après Vatican I – il est vital de conserver la Foi et la Doctrine de l’Eglise en résistant à l’autorité lorsqu’elle s’égare, en ces temps de terrible confusion.

Cette épreuve extrêmement dure, est un temps de pénitence envoyé par le Ciel, une période d’obscurité pour l’épouse de Jésus-Christ, de sorte de nous permettre, par l’esprit de résistance et de conservation du dépôt sacré, de nous attacher plus fortement encore s’il se peut, à Rome et au Siège de Pierre, c’est-à-dire au Saint-Père, en oeuvrant, inlassablement et avec une constante ardeur, au retour espéré de la Tradition catholique.

 

Notes.

1. Il importe d’insister sur le fait qu’un enseignement du Pape ou d’un Concile n’entraîne pas ipso facto une obéissance inconditionnelle : « celle-ci dépend et est proportionnée à l’intention avec laquelle le Magistère entend engager son autorité. » (I. Salaverri, Sacrae Theologiae Summa, cit., t.I, tr. III, I.II, § 637, p. 578). C’est ce que confirme le cardinal Journet : « Le degré avec lequel le Magistère s’exprime dépend donc encore une fois de la volonté, de l’intention du Pape et des Évêques unis à lui. Il n’y a pas de coïncidence définitive entre Magistère extraordinaire et Magistère infaillible. » (Cf. C. Journet, L’Église du Verbe Incarné, p. 531).

Or l’intention de Vatican II, telle que soulignée par Jean XXIII, puis Paul VI, est formelle :

– « Certains se demandent quelle est l’autorité, la qualification théologique qu’a voulu donner à son enseignement un Concile qui a évité de promulguer des définitions dogmatiques solennelles engageant l’infaillibilité du magistère ecclésiastique. […] Etant donné le caractère pastoral du Concile, il a évité de prononcer des dogmes comportant la note d’infaillibilité…»

Paul VI, discours du 12 janvier 1966.

2. Vatican II est un acte du Magistère authentique non infaillible, guidé, de surcroît, par des évêques non éminents « amore et studio doctrinae ab Apostolis traditae ac pari detestatione mnis novitatis » (Franzlin, De Divina Traditione, thèse IX), c’est-à-dire non par l’attachement à la Tradition et l’horreur de toute nouveauté, mais bien plutôt éminents « amore et studio momnis novitatis ac detestatione doctrinae ab Apostolis traditae », c’est-à-dire par un prurit de nouveautés et par la détestation de la Tradition ; guidés par des théologiens – vrais auteurs du Concile – autrefois condamnés par le Saint-Office. On peut donc dire que l’Esprit de Vérité s’est servi de l’aversion typique du libéralo-modernisme à l’égard des définitions dogmatiques pour empêcher que le Magistère infaillible de l’Eglise ne soit engagé dans un Concile, où, du côté humain, existaient toutes les prémisses pour des énoncés erronés. Et c’est là l’unique assistance, purement négative, que Vatican II, ou plus exactement l’Eglise à l’occasion de Vatican II, peut revendiquer de l’Esprit de Vérité. Et ceci permet d’expliquer aussi cette anomalie de l’unique Concile oecuménique dans l’histoire de l’Eglise auquel revient certes la qualité de Magistère extraordinaire, mais seulement authentique, c’est-à-dire non infaillible.

3. L’abbé Anthony Cekada prétend nier que ce passage de saint Robert Bellarmin soit applicable à notre situation présente, aux prétextes suivants :

« 1) Bellarmin parle ici d’un pape moralement mauvais qui donne des ordres moralement mauvais – et non pas d’un pape qui, comme les papes de Vatican II, enseigne l’erreur doctrinale ou impose des lois nuisibles.
2) Le contexte du passage cité est différent : il s’agit là du débat sur les erreurs du gallicanisme, et non pas du cas d’un pape hérétique.
3) Bellarmin justifie ici la “résistance” de la part de rois et de prélats, non pas de chaque catholique en particulier.
4) Bellarmin enseigne dans le chapitre suivant de son ouvrage qu’un pape hérétique perd automatiquement son autorité.
En un mot, ce passage ne peut ni être appliqué à la crise actuelle ni être invoqué contre le sédévacantisme. 
»

Cf. L’argument de “résistance” de saint Robert Bellarmin : encore un mythe traditionaliste.

Il est aisé de répondre à ces quatre objections qui n’en sont pas, en précisant que :

 1° Bellarmin – et avec lui Cajetan – parlent bien de “résister” aux erreurs doctrinales d’un pape tout en continuant à le considérer véritablement pape, puisque l’un et l’autre font valoir qu’en cas d’hérésie, le pape reste pape :

–  « L’homme n’est pas tenu d’obéir au pape quand ce que celui-ci commande est contraire à la loi de Dieu, et même dans quelques autres cas. Lorsque le commandement d’un homme est manifestement contraire à la loi de Dieu, c’est un devoir de lui désobéir (… ) les docteurs indiquent les remèdes suivants : avoir recours à Dieu par l’oraison, admonester ledit pape avec tout respect et révérence, n’obéir point à ses commandements notoirement injustes, et enfin lui résister, et empêcher qu’il ne fasse le mal projeté. »

Saint Robert Bellarmin,  De Romano Pontifice,  II, 29.

– « La papauté et Pierre sont comme « matière » et « forme » et seul Jésus-Christ a pouvoir sur leur union…et pour cette raison lui seul peut mettre des limites et établir la puissance du Pape. Un Pape qui est devenu hérétique incorrigible n’est pas automatiquement destitué … l’Eglise n’a pas puissance sur la Papauté, (…) il faut dire que, quand Pierre, devenu hérétique incorrigible est déposé par l’Eglise, il est jugé et déposé par une puissance supérieure non à la Papauté mais à l’union entre la Papauté et Pierre

Cajetan, De Comparatione Auctoritatis Papæ et Concilii, c. XX .1511.

 2° Que le contexte soit différent ne change rien à l’affaire. Les erreurs gallicanes relèvent, comme le modernisme, d’une même propension à l’hérésie, et cette dernière, on serait surpris du contraire, reste fausse par delà les époques.

 3° Cette résistance de rois ou de prélats peut, sans difficulté aucune, être étendue à l’ensemble des fidèles, comme le soutient saint Thomas : « si la foi est en danger, un sujet pourrait réprimander son prélat, même publiquement. » Som. Th., IIa IIae, Qu. 33, article 4, ad2.

 4°) La perte de l’autorité évoquée par Bellarmin, mais c’est là une erreur sédévacantiste classique, doit s’entendre selon la forme, non selon la matière (cf. 1°), faisant qu’hérétique ou non, le Pontife ne perd jamais sa charge.

Pentecôte : la descente de l’Esprit Saint !

9 juin 2019

« + Veni, creator Spiritus, Mentes tuorum visita,

Imple superna gratia, Quae tu creasti pectora + »

https://i2.wp.com/www.wga.hu/art/g/greco_el/12/1214grec.jpg

El Greco, La Pentecôte, (1596-1600) ;  

Museo del Prado, Madrid.

 

La Pentecôte est l’une des principales fêtes chrétiennes avec Noël, qui commémore la naissance du Christ, et Pâques (sa résurrection). Le mot vient du grec pentêkosté qui signifie cinquantième. Cette fête rappelle en effet un événement qui a eu lieu le cinquantième jour après Pâques. Les premiers disciples reçurent l’Esprit Saint dans le Cénacle de Jérusalem, cinquante jours après la Résurrection, dix jours après l’Ascension de Jésus : des langues de feu se posèrent sur chacun d’eux (voir Actes des Apôtres, Ac 2,2-3).

Jésus l’avait annoncé lors de la dernière Cène qui eut lieu la veille de sa Passion (le Banquet Pascal est commémoré le jour dit du Jeudi Saint). Selon l’évangile selon saint Jean, dans le Discours de la Cène (chapitre 14, v. 15 à 31 : l’Esprit Saint que le Père enverra), (Jn, 15, 16), Jésus annonce qu’il va envoyer l’Esprit Saint, qu’il appelle le « Paraclet » (le Défenseur) : « Je vous ai dit ces choses tandis que je demeurais auprès de vous ; le Paraclet, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit.

A noter que le lundi de Pentecôte a lieu cinquante jours après le dimanche de Pâques. Le lundi de Pentecôte, comme le lundi de Pâques, n’a pas de signification en rapport avec la Bible. Cependant en France, avant la Révolution, la semaine qui suivait la Pentecôte (octave de la Pentecôte) était fériée. Le très coupable Concordat de 1801, qui fit suite à la Révolution, a réduit le caractère férié au seul Lundi de la Pentecôte. Jusqu’au concile moderniste Vatican II, le lundi de Pentecôte était une « fête d’obligation » au cours de laquelle l’Église catholique s’adressait aux nouveaux baptisés et confirmés. Depuis cette date, hélas ! le lundi de Pentecôte n’est plus solennisé, ceci n’empêche que ce jour appartient par tradition et par essence, à la fête de Pentecôte.

A propos du tableau : La « Pentecôte » du Greco, avec le « Baptême du Christ », la « Mise en croix », la « Résurrection »  (œuvre de la dernière époque), participe de quatre vastes tableaux peuplés apocalyptiquement de grandes figures qui, dans les mystérieuses franges des nuages lumineux, dans la couleur splendidement corrompue, enfin dans les langues de feu elles-mêmes,  montre les corps sous l’aspect angélique qu’ils prendront bientôt au Ciel.

Fête du Jeudi de l’Ascension

30 mai 2019

« Je m’en vais  préparer vos places. »

(Jean XIV, 2).

« Jésus notre avant-coureur est entré pour nous au dedans du voile,

c’est-à-dire au ciel,

fait Pontife éternellement selon l’ordre de Melchisédech. »

 (Epitre aux Hebreux, VI, 20).

 

SERMON  POUR
L’ASCENSION DE NOTRE-SEIGNEUR
JÉSUS-CHRIST.

Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704)

Prêché vers 1656, à Metz, chez les Nouvelles Catholiques.

« Vos intérêts sont de telle sorte liés avec ceux de notre nature, qu’il ne s’accomplit rien en votre personne qui ne tourne à l’avantage du genre humain. Vous ne montez au ciel que pour nous en ouvrir le passage : « Je m’en vais, dites-vous, préparer vos places. »(Jean XIV, 2). C’est pourquoi votre apôtre saint Paul ne craint pas de vous appeler notre « Avant-coureur » (Epitre aux Hebreux, VI, 20), et de dire que vous entrez pour nous dans le ciel ; tellement que si nous savons comprendre vos intentions, vous ne frustrez aujourd’hui notre vue que pour accroître notre espérance.

Et en effet considérons quel est le sujet de ce magnifique triomphe qui se fait aujourd’hui dans le ciel N’est-ce pas qu’on y reçoit Jésus-Christ comme un conquérant ?

Mais c’est nous qui sommes sa conquête, et c’est de nos ennemis qu’il triomphe. Toute la Cour céleste accourt au-devant de Jésus; on publie ses louanges et ses victoires ; on chante qu’il a brisé les fers des captifs, et que son sang a délivré la race d’Adam éternellement condamnée. Que si on honore sa qualité de Sauveur, eh ! quelle est donc notre gloire, mes Sœurs, puisque le salut et la délivrance des hommes fait non-seulement la fête des anges, mais encore le triomphe du Fils de Dieu même? Réjouissons-nous, mortels misérables, et ne respirons plus que les choses célestes. La divinité de Jésus, toujours immuable dans sa grandeur, n’a jamais été abaissée, et par conséquent ce n’est pas la divinité qui est aujourd’hui établie en gloire. Car elle n’a jamais rien perdu de sa dignité naturelle. Cette humanité qui a été méprisée, qui a été traitée si indignement, c’est elle qui est élevée aujourd’hui ; et si Jésus est couronné en ce jour illustre, c’est notre nature qui est couronnée, c’est elle qui est placée dans ce trône auguste devant lequel le ciel et la terre se courbent. « Celui qui est descendu , dit saint Paul, c’est lui-même qui est monté. » (Ephes., IV, 10). Celui qui était si petit sur la terre est infiniment relevé dans le ciel, et par la puissance de Dieu sa grandeur est crue selon la mesure de sa bassesse.

[…]

Mais le Seigneur Jésus n’est pas seulement un Roi puissant et victorieux, il est le grand Sacrificateur du peuple fidèle et le Pontife de la nouvelle alliance. Et de là vient qu’il nous est figuré dans les Ecritures en la personne de Melchisédech, qui était tout ensemble et roi et pontife. Or cette qualité de Pontife, qui est le principal ornement de notre Sauveur en qualité d’homme, l’obligeait encore plus que sa royauté à se rendre auprès de son Père, pour y traiter les affaires des hommes, dont il est établi le Médiateur.

[…]

Admirons donc maintenant, l’excellence de la religion chrétienne par l’éminente dignité de son sacerdoce. Le pontife du Vieux Testament, avant que d’entrer dans le Saint des saints, offrait des sacrifices pour ses péchés et pour les péchés de son peuple ; après étant au dedans du voile, il continuait la même prière pour ses péchés et pour ceux des Israélites. Jésus-Christ Notre-Seigneur, notre vrai Pontife, étant la justice et la sainteté même, n’a que faire de victime pour ses péchés ; mais au contraire étant innocent et sans tache, il est lui-même une très-digne hostie pour l’expiation des péchés du monde. Si donc il entre aujourd’hui dans le Saint des saints, c’est-à-dire à la droite du Père, il n’y entre pas pour lui-même, ce n’est pas pour lui-même qu’il y va prier. C’est pourquoi l’Apôtre dit dans mon texte : « Jésus notre Avant-coureur est entré pour nous » il veut dire, le pontife de la loi ancienne avait besoin d’offrir pour lui-même, et d’entrer pour lui-même dans le sanctuaire; mais Jésus notre vrai Pontife est entré pour nous. Et quoi donc ! Jésus-Christ Notre-Seigneur n’est-il pas monté dans le ciel pour y recevoir la couronne ? Comment donc n’y est-il pas entré pour lui-même? Et toutefois l’Apôtre nous dit : « Jésus notre Avant-coureur est entré pour nous. » (Epitre aux Hebreux, VI, 20).

Entendons son raisonnement, chrétiens. Jésus n’avait que faire de sang pour entrer au ciel. Il était lui-même du ciel, et le ciel lui était dû de droit naturel. Et toutefois il y est entré par son sang ; il n’est monté au ciel qu’après qu’il est mort sur la croix. Ce n’est donc pas pour lui-même qu’il y est entré de la sorte. C’était nous, c’était nous qui avions besoin de sang pour entrer au ciel, parce qu’étant pécheurs, nous étions coupables de mort ; notre sang était dû à la rigueur de la vengeance  divine , si Jésus n’eût fait cet aimable échange de son sang pour le nôtre, de sa vie pour la vie des hommes. De là tant de sang répandu dans les sacrifices des Israélites, pour nous signifier ce que dit l’Apôtre : « Que sans l’effusion du sang il n’y a point de rémission. » (Hebr., IX, 22). Et ainsi, quand il entre au ciel par son sang, ce n’est pas pour lui, c’est pour nous qu’il y entre; c’est pour nous qu’il approche du Père éternel. D’où nous voyons une autre différence notable entre le sacrificateur du vieux peuple, et Jésus le Pontife du peuple nouveau. A la vérité le pontife pouvait entrer dans le sanctuaire ; mais outre qu’il en sortait aussitôt, il ne pouvait en ouvrir l’entrée à aucun du peuple : c’est à cause qu’étant pécheur, lui-même il n’était souffert que par grâce dans le Saint des saints ; et n’y étant souffert que par grâce, il ne pouvait acquérir aucun droit au peuple. Mais Jésus, qui a droit naturel d’entrer dans le ciel, y veut encore entrer par son sang. Le droit naturel et le droit acquis. Le premier droit, il le réserve pour lui ; il entre et il demeure éternellement. Le second droit il nous le transfère, avec lui et par lui nous pouvons entrer; par son sang l’accès nous est libre au dedans du voile. De là vient que l’Apôtre l’appelle notre Avant-coureur : « Jésus, dit-il, notre Avant-coureur, est entré pour nous. »

Les évangélistes remarquent qu’au moment que Jésus-Christ expira, « ce voile, dont je vous ai parlé tant de fois, qui était entre le lieu saint et le lieu très-saint, fut déchiré entièrement et de haut en bas. » O merveilleuse suite de nos mystères ! Jésus-Christ étant mort, il n’y a plus de voile. Le pontife le tirait pour entrer ; le sang de Jésus-Christ le déchire. Il n’y en a plus désormais. Le Saint des saints sera découvert. De haut en bas le voile est rompu. Et n’est-ce pas ce que dit l’Apôtre dans sa deuxième Epître aux Corinthiens, chapitre III : « Il y avait un voile, dit-il, devant les yeux du peuple charnel : pour nous qui sommes le peuple spirituel , nous contemplons à face découverte la gloire de Dieu ? »

 

« Il y avait un voile devant les yeux du peuple charnel :

pour nous qui sommes le peuple spirituel ,

nous contemplons à face découverte la gloire de Dieu.»

 

[…]

Nous lisons avec une joie incroyable ces pieuses paroles de l’apôtre saint Jean : « Nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste. » Nous entendons par la grâce de Dieu la force et l’énergie de ce mot. Nous savons que si l’ambassadeur négocie, si le sacrificateur intercède, l’avocat presse, sollicite et convainc. Par où le disciple bien-aimé veut nous faire entendre que Jésus ne prie pas seulement qu’on nous fasse miséricorde, mais qu’il prouve qu’il nous faut faire miséricorde. Et quelle raison emploie-t-il, ce grand, ce charitable avocat ? Ils vous devaient, mon Père, mais j’ai satisfait; j’ai rendu toute la dette mienne, et je vous ai payé beaucoup plus que vous ne pouviez exiger. Ils méritaient la mort; mais je l’ai soufferte en leur place. Il montre ses plaies ; et le Père se ressouvenant de l’obéissance de ce cher Fils, s’attendrit sur lui, et pour l’amour de lui regarde le genre humain en pitié. C’est ainsi que plaide notre avocat. Car ne vous imaginez pas, chrétiens, qu’il soit nécessaire qu’il parle pour se faire entendre : c’est assez qu’il se présente devant son Père avec ces glorieux caractères. Sitôt qu’il paraît seulement devant lui, sa colère est aussitôt désarmée. C’est pourquoi l’apôtre saint Paul parle ainsi aux Hébreux, chapitre IX : « Jésus-Christ est entré dans le Saint des saints, afin, dit-il, de paraître pour nous devant la face de Dieu. » Il veut dire : Ne craignez point, mortels misérables; Jésus-Christ étant dans le ciel, tout y sera décidé en votre faveur; la seule présence de ce bien-aimé vous rend Dieu propice.

C’est ce que signifie cet agneau de l’Apocalypse qui est devant le trône comme tué. De ce trône, il est écrit en ce même lieu qu’il en sort des foudres et des éclairs, et un effroyable tonnerre. Dieu éternel ! oserons-nous bien approcher? «Approchons, allons au trône de grâce avec confiance» comme dit l’Apôtre. Ce trône dont la majesté nous effraie, voyez que l’Apôtre l’appelle un trône de grâce : approchons et ne craignons pas. Puisque l’Agneau est devant le trône, vivons en repos; les foudres ne viendront pas jusqu’à nous. Sa présence arrête le cours de la vengeance divine, et change une fureur implacable en une éternelle miséricorde.

[…]

Joignons ensemble ces deux pensées : celui qui est monté pour intercéder, doit descendre à la fin pour juger ; et son jugement sera d’autant plus sévère, que sa miséricorde a été plus grande. Ne dédaignons donc pas la bonté de Dieu, qui nous attend à repentance depuis longtemps : dépouillons les convoitises charnelles, et nourrissons nos âmes de pensées célestes. Eh Dieu ! qu’y a-t-il pour nous sur la terre, puisque notre Pontife nous ouvre le ciel ? Notre avocat, notre médiateur, notre chef, notre intercesseur est au ciel; notre joie, notre amour et notre espérance, notre héritage, notre pays, notre domicile est au ciel ; notre couronne et le lieu de notre repos est au ciel, où Jésus-Christ notre Avant-coureur, entré pour nous dans le Saint des saints avec le Père et son Saint-Esprit, vit et règne aux siècles des siècles. » Amen.

%d blogueurs aiment cette page :