Skip to content

Pie XII – Allocution aux artistes

21 novembre 2011

« Jamais on ne déplorera autant qu’il conviendrait

l’étendue des ravages que cause le mal dans les âmes et dans la société.

Jamais on ne flétrira avec trop de rigueur

le scandale qui en procure la diffusion dans tous les pays. »

Pie XII – 19 septembre 1950

Se penchant sur les question contemporaines, Pie XII, qui voulait faire entendre la voix de l’Eglise au sein d’un monde violemment attaqué par le poison de la modernité, aborda le problème de l’Art et tint à son sujet des propos extrêmement fermes que nous jugeons utiles de rappeler, notamment en cette période singulièrement troublée où les blasphémateurs n’hésitent plus à se livrer à des actes christianophobes d’une perversité injurieuse absolument inouïe, actes tels que jamais les anciennes générations qui fondèrent nos pays de vieille chrétienté n’auraient pu en imaginer ne serait-ce même que la possibilité, ce qui démontre la profonde désorientation dans laquelle est tombée notre époque malade et pervertie.

Le Saint-Père alla  très loin dans sa condamnation de la perversion en parlant de la « juste dénonciation du spectacle pervertisseur ou dangereux » ajoutant :

« Plus bruyant et plus voyant que le bien, le mal s’affiche partout. Jamais on ne déplorera autant qu’il conviendrait l’étendue des ravages qu’il cause dans les âmes et dans la société ; jamais non plus, on ne flétrira avec trop de rigueur le scandale qui en procure la diffusion dans tous les pays, dans tous les milieux, à tous les âges, même au plus tendre, envers lequel le poète païen réclamait la plus respectueuse délicatesse. (…) Quel préjugé tenace il faut avoir pour donner au théâtre immoral, irréligieux ou vulgaire l’excuse d’obéir aux exigences du public ! » (Pie XII, Allocution à l’Union catholique du théâtre, 19 septembre 1950).

Cependant, et nous l’avons déjà dit, rien ne sert d’en rester à la dénonciation légitime et nécessaire, il convient également d’inviter les âmes catholiques à promouvoir l’Art qui soit au service du bien et de la religion, il importe d’encourager les énergies, singulièrement les jeunes, à faire preuve d’initiatives créatrices en divers domaines (musique, peinture, théâtre, littérature, etc.), afin que puisse surgir un Art catholique qui se fasse entendre et réponde, avec les mêmes armes, aux infamies antireligieuses.

C’est ce qu’affirmait Pie XII en des termes très clairs :  « II serait fâcheux pourtant que la juste dénonciation du spectacle pervertisseur ou dangereux fît méconnaître l’existence et la belle histoire du spectacle élevant et bienfaisant. De plus, l’énergie dépensée à réagir directement contre le mal serait toujours d’une médiocre efficacité, si on ne lui opposait l’influence prépondérante du bien. Celle-ci ne doit pas être seulement l’objet d’un souhait platonique, mais la conquête d’une conviction de l’intelligence. » (Pie XII, Allocution à l’union catholique du théâtre, 19, septembre 1950).

« L’énergie dépensée à réagir directement contre le mal serait toujours d’une médiocre efficacité, si on ne lui opposait l’influence prépondérante du bien. » (Pie XII).

A cette fin, nous publions l’Allocution de Pie XII destinée aux artistes catholiques, de sorte, comme le souhaitait le Saint-Père, l’Art véritable et digne de ce nom, soit au service  « de la beauté et de la lumière divines ».

A L L O C U T I O N  A U X  A R T IS T E S  C A T H O L I Q U E S

A l’occasion d’un congrès des artistes catholiques à Rome,

où le pape leur accorda audience.

C’est une opportune et utile initiative que vous avez prise, très chers fils, en suscitant et organisant parmi vous le premier Congrès international des artistes catholiques, dont Nous sommes heureux de saluer ici les distingués représentants. On a déjà tant parlé de l’art, sujet inépuisable ! Votre présente démarche Nous invite à mettre en relief — très brièvement — la part de l’art dans l’oeuvre de la Paix.

Les agitations d’un monde ébranlé dans son fondement, les mésintelligences des esprits, les oppositions des intérêts, les ombrages d’un particularisme hypersensible, ont, malgré la multiplication des contacts et des rapprochements matériels, accentué les isolements, élargi et approfondi les distances morales. L’excès même du mal a mis petit à petit en plus vive lumière la nécessité d’unir dans une communauté d’action toutes les forces dispersées des nations et des peuples désireux de la paix. Ce n’est pas d’aujourd’hui ni d’hier que datent partout les efforts persévérants et habiles en vue de se ménager l’alliance ou la coopération des autres pays. Les événements actuels en ont souligné, non pas la vanité et l’inutilité, mais bien l’insuffisance et l’instabilité.

Alors, on s’est mis avec une louable ardeur à promouvoir, en dépit des difficultés de toutes sortes, des unions internationales d’ordre politique, économique, social. Bien vite, on a constaté qu’il était encore besoin de quelque chose de plus intime, de plus humain, et l’union — tout au moins des unions partielles — ont commencé à se former sur le terrain technique, scientifique, culturel. Dans cet ordre intellectuel, l’union des artistes catholiques qui célèbre actuellement son premier Congrès, tient une place des plus estimables.

Cela va de soi, étant donné d’abord que l’art est, à certains égards, l’expression la plus vivante, la plus synthétique de la pensée et du sentiment humain, la plus largement intelligible aussi, puisque, parlant directement aux sens, l’art ne connaît pas la diversité des langues, mais seulement la diversité extrêmement suggestive des tempéraments et des mentalités. De plus, par sa finesse, sa délicatesse, l’art, auditif ou visuel, pénètre dans l’intelligence et la sensibilité de l’auditeur à des profondeurs où la parole, soit écrite, soit parlée, avec sa précision analytique, insuffisamment nuancée, ne saurait atteindre.

Pour ces deux raisons, l’art aide les hommes, nonobstant toutes les différences de caractère, d’éducation, de civilisation, à se connaître, à se comprendre, du moins à se deviner mutuellement et, par suite, à mettre en commun leurs ressources respectives en vue de se compléter les uns par les autres.  Une première condition s’impose pour que l’art puisse produire un si désirable résultat : à avoir sa valeur expressive, faute de laquelle il cesse d’être un art véritable. La remarque n’est pas superflue aujourd’hui où trop souvent, en certaines écoles, l’œuvre d’art ne suffit pas par elle-même à traduire la pensée, à extérioriser les sentiments, à révéler l’âme de son auteur. Mais dès lors qu’elle a besoin d’être expliquée en langage verbal, elle perd sa valeur de signe pour ne servir à procurer aux sens qu’une jouissance physique, qui ne dépasse pas leur niveau, ou à l’esprit celle d’un jeu vain.


Autre condition pour que l’art accomplisse avec dignité et fruit sa glorieuse mission d’entente, de concorde, de paix, c’est que, par lui, les sens, loin d’appesantir l’âme et de la clouer au sol, lui servent d’ailes au contraire, pour s’élever, des petitesses et des mesquineries passagères, vers l’éternel, vers le vrai, vers le beau, vers le seul vrai bien, vers le seul centre où se fait l’union, où se réalise l’unité, vers Dieu. N’est-ce pas ici que s’applique à la lettre le splendide manifeste de l’Apôtre : Invisibilia enim ipsius a creatura mundi per ea quse facta sunt, intellecta conspiciuntur, sempertina quoque eius virtus et divinitas. C‘est pourquoi toutes les maximes qui font déchoir l’art de son rôle sublime, le profanent et le stérilisent. « L’art pour l’art » : comme s’il pouvait être à lui-même sa propre fin, condamné à se mouvoir, à se traîner au ras des choses sensibles et matérielles ; comme si par l’art, les sens de l’homme n’obéissaient à une vocation plus haute que celle de la simple appréhension de la nature matérielle, la vocation d’éveiller dans l’esprit et dans l’âme de l’homme, grâce à la transparence de cette nature, le désir des « choses que l’oeil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues et qui ne sont pas montées jusqu’à son coeur. »

D’un art immoral, qui fait profession d’abaisser et asservir aux passions charnelles les puissances spirituelles de l’âme, Nous ne dirons rien ici. Du reste, « art » et « immoral » : ce sont là deux mots en criante contradiction, et votre programme ignore leur jonction.

Soyez donc félicités, Messieurs, d’avoir compris la tâche qui vous incombe, et d’avoir voulu, en face d’une « culture sans espérance », considérer l’art comme « source d’une espérance nouvelle ». Faites donc sourire sur la terre, sur l’humanité, le reflet de la beauté et de la lumière divines, et vous aurez, en aidant l’homme à aimer « tout ce qu’il y a de vrai, de pur, de juste, de saint, d’aimable », contribué grandement à l’oeuvre de la paix, et Deus pacis erit vobiscum.

Que la Vierge immaculée, miroir de la justice et de la splendeur de Dieu, Reine de la Paix et qu’on peut bien appeler Reine des arts, vous inspire et vous assiste ; qu’elle fasse descendre sur vous, dont elle est l’idéal amoureusement contemplé, les grâces de son Fils, en gage desquelles Nous vous donnons, à vous, à tout le groupe des artistes catholiques, à tous ceux qui vous sont chers, Notre Bénédiction Apostolique.

A Rome, le 5 septembre 1950 .

Documents pontificaux de Sa Sainteté Pie XII (1939-1958), publiés sous la direction de Mgr Simon Delacroix par l’oeuvre Saint-Augustin à Saint-Maurice (Suisse).

 

 O P V S  I V S T I T I A E  P A X

 

16 commentaires leave one →
  1. Charles permalink
    21 novembre 2011 10:16

    Quel beau commentaire de Pie XII sur l’art et la conception catholique qu’il faut en avoir!
    Merci aux responsables de La Question de l’avoir mis sur leur blog.
    En effet, la décomposition morale de notre société post-révolutionnaire est telle qu’on peut de nos jours assister à des spectacles blasphématoires et avilissants.mais qui pourrait réellement s’en étonner alors que chaque jour que Dieu fasse l’information est tronquée, défigurée, malmenée, désinformée dans toutes les chaines de nos télévisions, journaux et radios?
    Une lecture sérieuse des paroles de Pie XII nous amène à penser qu’il n’est pas meilleure parade à cet envahissement du laid et du blasphématoire que l’attachement et la promotion du vrai, du beau et de tout ce qui peut éléver l’âme des hommes de notre temps.
    Je n’ai pu déceler dans Pie XII une seule parole qui viendrait encourager une sorte d’activisme débridé qui, sous prétexte de lutter contre cet envahissement du mal, s’arrogerait le droit téméraire d’employer les mêmes armes que les troupes des paiens , athées et autres promoteurs d’un art contemporain dégradé.
    Un remarquable et fort documenté dossier vient d’être publié par un site intégralement catholique « Résistance Catholique ».
    J’invite de manière pressante les lecteurs catholiques (et non sectaires!) de ce blog à aller puiser dans ce dossier les certitudes et le réconfort spirituel qui manquent le plus aux fidèles de la tradition.Ils y trouveront non seulement ce qu’il ne faut pas faire mais aussi ce qu’il convient de faire dans cette désorientation générale des esprits.
    Voici le lien qui vous permettra d’accéder directement à ce dossier intitulé « Appel aux fidèles qui manifestent »:
    http://www.resistance-catholique.org

    BONNE LECTURE A TOUS!

    • lagomer permalink
      21 novembre 2011 11:03

      A la lecture du dossier de Résistance catholique (sic), on se demande ce qui sépare les sédévacs des modernistes de Golias, dont les infos dignes des renseignements généraux balancées par RC sur Civitas et son Président seront sans doute fort utiles pour leur prochain numéro consacré aux affreux intégristes qui manifestent contre la christianophobie et leurs liens avec l’extrême droite ?

      Plus globalement on sent chez les sédévacs l’idée que tout est foutu et qu’il ne faut plus rien faire.

      Qu’on injurie le Christ, le couvre d’excréments, l’immerge dans l’urine ? pas de problème c’est la fin des temps et l’Eglise est éclipsée, donc on reste tranquillement à la maison, on rédige des textes contre la FSSPX derrière son PC, on critique ceux qui s’élèvent contre le blasphème et on attend la fin du monde.

      Résultat entre l’attitude de l’Eglise conciliaire post Vatican II et Résistance catholique il n’y a plus aucune différence. Pour des raisons différentes, les sédévacs et les modernistes prônent la même position : surtout ne pas réagir !

      C’est oublier que Pie XII parle précisément de la « juste dénonciation du spectacle pervertisseur ou dangereux » – CES MOTS SONT DE PIE XII !

      Ne pas réagir s’est approuver, « qui ne dit rien consent » dit le proverbe.

      Jésus a chassé avec violence les marchands du temple, mais les pharisiens à l’époque critiquèrent son geste, comme les sédévacs, qui sont leurs modernes héritiers, critiquent la noble réaction de la jeunesse catholique, de la même manière qu’ils refusent la position de légitime résistance doctrinale de la FSSPX face au modernisme.

      En résumé Résistance catholique devrait en toute logique, changer rapidement son nom et s’intituler, comme la secte moderniste dont ils sont le reflet hideux : « Démission schismatique ! »

  2. Vehementer permalink
    21 novembre 2011 10:18

    Paroles d’un visionnaire en 1950 : « Les agitations d’un monde ébranlé dans son fondement, les mésintelligences des esprits, les oppositions des intérêts, les ombrages d’un particularisme hypersensible, ont, malgré la multiplication des contacts et des rapprochements matériels, accentué les isolements, élargi et approfondi les distances morales… »

    Que dirait-il aujourd’hui, alors que la situation est pire encore ?!

  3. Sulpice permalink
    21 novembre 2011 10:25

    Un visionnaire inspiré de Dieu : « art » et « immoral » : ce sont là deux mots en criante contradiction, et votre programme ignore leur jonction. » Magnifique définition.

  4. Pie permalink
    24 novembre 2011 15:53

    Il faut que les chrétiens travaillent en effet, comme le leur demande Pie XII, à « l’Art véritable et digne de ce nom, qui soit au service de la beauté et de la lumière divines ».

  5. Arminius permalink
    26 novembre 2011 01:06

    La direction de l’église actuelle est soumise à la dictature occulte de la pieuvre maçonnique.

    Les infiltrations maçonniques dans l’église sont arrivées à miner l’ensemble de ses structures, jusqu’à la prise directe du pouvoir.

    Pie XII a été le dernier rempart… et ses pires ennemis, francs-maçons, socialo-communistes, jacobins, et autres talmudistes, en place aujourd’hui, lui rendent la monnaie… en euro.

    Pie XII Santo Subito !

    • Charles permalink
      30 décembre 2011 13:35

      Bravo Arminius et Vehementer! c’est un bain de jouvence que de vous lire….cela rafraichit entre deux messages des sectaires aveuglés qui sévissent par légions sur ce site et confondent volontairement et pertinacement l’Eglise catholique avec la secte conciliaire…
      Pie XII Santo Subito je ne sais…mais continuons à défendre la mémoire injuriée de ce (vrai) Pape!

  6. Vehementer permalink
    26 novembre 2011 01:14

    Un très bon signe : la béatification de Pie XII a indigné le Grand Orient de France !

    http://www.gadlu.info/la-beatification-de-pie-xii-indigne-le-grand-orient-de-france.html

  7. Pélikan permalink
    27 novembre 2011 02:06

    L’Eglise « officielle », républicaine, et sa direction Romaine, sont entièrement « tenues », par une SECTE SATANIQUE, la franc-maçonnerie.

    Paul Gourdeau, ancien grand maître du Grand Orient de France :

    « Ce qu’il est aujourd’hui important de comprendre c’est que le combat qui se livre actuellement conditionne l’avenir, plus encore le devenir de la société. Il repose sur l’équilibre de deux cultures : l’une fondée sur l’Evangile et l’autre sur la tradition historique d’un humanisme républicain. Et ces deux cultures sont fondamentalement opposées. »

    Une secte anti-chrétienne, satanico-luciférienne… dirige, dans la coulisse, l’Eglise Catholique Romaine…

    • Charles permalink
      30 décembre 2011 13:32

      d’accord Pelikan mais prenez garde à vos formulations finales…l’Eglise qui est Sainte et a les promesses que les portes de l’enfer etc…n’est pas dirigée mais occultée, éclipsée par une secte satanique moderniste qui dirige l' »église officielle » comme vous dites si bien à direction romaine…..
      Cette fausse église s’écroulera comme un château de cartes dès que NSJC jugera que la coupe est pleine…ET seront confondus et condamnés avec elle tous ceux qui l’auront confondue dans un épouvantable blasphème avec l’Eglise Catholique .
      Je vous souhaite une heureuse et sainte année 2012.

  8. Lancre permalink
    27 novembre 2011 02:12

    Et si l’on parlait un peu de la présence de la Franc-maçonnerie dans l’Eglise

    L’abbé J.C. Desbrosse appartenait à la Grande Loge Nationale Française, prêtre du diocèse d’Autun à Chalons et Macon, il est décédé en 1999. Il a été honoré d’une sépulture ecclésiastique les éléments du droit canon (ancien et nouveau), l’interdisent pourtant.

    Le but de la Franc-Maçonnerie est connu : corrompre l’Eglise de l’intérieur en lui insufflant leur philosophie: le naturalisme politique, la philosophie voltairienne, rousseauiste.

    L’Eglise catholique est entre les mains des Maçons lesquels ont fait nommer pape le patriarche de Venise Roncalli, lequel deviendra Jean XXIII !

    http://www.revue-item.com/5115/et-si-lon-parlait-un-peu-de-la-franc-maconnerie-dans-leglise/

  9. Jean Ottens permalink
    28 novembre 2011 09:54

    Un très grand pape :

  10. hannibalgenga permalink
    28 novembre 2011 10:00

    « Le pape espère qu’il n’y aura pas de soldats de couleur

    au sein des troupes alliées déployées à Rome »

    Pie XII – 26 janvier 1944.

    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2009/12/24/pie-xii-contre-le-melange-racial/

  11. Providas Romanorum permalink
    28 novembre 2011 23:50

    PIE XII SANTO !

  12. Actualité : Lettre ouverte aux auteurs, acteurs et promoteurs de Golgota Picnic ! permalink
    8 décembre 2011 11:27

    Dieu premier servi — Honneur et patrie — Patrie, Travail, Famille — Saint Michel et saint Louis, sauvez la France — Saint Pierre, sauvez l’Eglise

    Lettre ouverte aux auteurs, acteurs et promoteurs de Golgota Picnic par le Père Daniel-Ange

    Devant le Christ outragé, les larmes d’un seul enfant sont plus désarmantes que les armes de mille manifestants. Lettre ouverte aux auteurs, acteurs et promoteurs de Golgota Picnic par le Père Daniel-Ange.

    « Nous devons subir en silence les absurdités de ceux qui dénigrent, déforment, ridiculisent nos convictions… Faudrait-il se laisser égorger en silence ? Est-ce faire de la politique que de crier son désarroi devant la terreur ? » (Pierre Claverie, évêque d’Oran, assassiné le 1.09.96)

    J’ose être franc avec vous. Permettez-moi quelques questions. Je le fais au nom d’un grand nombre. Pourquoi ? Mais pourquoi donc ce déchaînement de christianophobie ? Ce besoin irrationnel de détruire le christianisme par le biais de la dérision, du cynisme, de l’ironie.

    Peut-être n’est-ce pas du tout votre intention explicite. Peut-être n’en n’avez-vous pas conscience. Mais que vous le vouliez ou non, vos œuvres sont tellement provocantes qu’une multitude en est heurtée, blessée, bouleversée. Des chrétiens biens sûr, toutes églises confondues, mais aussi des croyants d’autres religions et simplement des hommes et des femmes, souvent non croyants, mais qui gardent encore un certain sens du respect, de l’honnêteté, de la dignité humaine. Et même des artistes, qui savent encore ce que signifie l’art.

    http://semperfidelis.over-blog.fr/article-lettre-ouverte-aux-auteurs-acteurs-et-promoteurs-de-golgota-picnic-par-le-pere-daniel-ange-91618975.html

  13. Zaza permalink
    16 décembre 2011 14:10

    Le Point.fr : Vous vous tenez en marge du système. Pourquoi refuser de participer aux opérations caritatives, comme Les Enfoirés ?

    Jean-Louis Murat : Je trouve ce système dégoûtant. Les jolis coeurs, les plus-généreux-que-moi-tu-meurs, je n’y crois pas du tout. Tous ces artistes sont des monstres d’égoïsme. La vraie générosité, elle est silencieuse. Tu fais, mais tu fermes ta gueule. Ça ne doit pas devenir un élément de promotion.

    http://www.lepoint.fr/musique/jean-louis-murat-ca-me-plait-assez-qu-on-ne-m-aime-pas-09-12-2011-1405699_38.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :