Skip to content

Non à la christianophobie : défendons le Christ !

25 octobre 2011

L’art moderne offre l’exemple accompli

de la dégénérescence, de la décomposition,

du nihilisme et de la mort.

Nous l’avons déjà dit et écrit cent fois, l’art contemporain est une maladie, le symbole d’un monde malade et dégénéré. L’art contemporain, sous ses diverses dénominations et expressions : de la sculpture en passant par la photographie, la peinture, le théâtre ou la musique, est une escroquerie de premier ordre, un brigandage honteux, une fumisterie sans nom.

Son moteur est la provocation – de préférence antichrétienne car c’est celle qui ne fait pas encourir de grands risques mais rapporte gros – car avant toute chose l’art contemporain c’est le marché, le fric, le pognon, les sommes faramineuses, souvent provenant de l’Etat par le biais des subventions, circulant entre les galeristes, les musées, les théâtres, les festivals et les prétendus « artistes ». Tout ce petit monde, qui profite, se graisse et se délecte de la combine, est à la tête d’une gigantesque mécanique perverse parfaitement orchestrée, relayée par des médias complices, une classe politique soumise et une Eglise démissionnaire.

I. Les racines de l’art dégénéré

Ceci nous le savons depuis longtemps, le monde moderne et son spectacle nous offrent, l’un et l’autre, l’exemple accompli de la dégénérescence, de la décomposition, du nihilisme et de la mort. Nous vivons un temps où la corruption, notamment en art, a atteint des niveaux absolument incroyables, et la seule réponse qu’il convient d’avoir en forme d’ultime réaction salvatrice avant que tout ne s’effondre face à cette infection généralisée est très simple, et ne nous pose d’ailleurs aucune difficulté à l’énoncer clairement : Autofadé !

 

Le Sauveur du monde ou «Salvator Mundi»,

d’Antonello da Messina (1430-1479), sert de toile de fond

au « spectacle » blasphématoire de Romeo Castellucci.

Pourtant, malgré ce constat qui n’est pas désespérant mais lucide car nous croyons, fort heureusement, à la possibilité d’un redressement contre-révolutionnaire qui réédifiera la civilisation chrétienne après l’épisode destructeur que nous traversons,  alors que dans la capitale on croit utile de programmer des spectacles blasphématoires, avec courage et une détermination admirable à l’invitation principale de l’Institut Civitas, soutenu dans son initiative par plusieurs autres mouvements oeuvrant au service de la Tradition, les jeunes catholiques tentent d’empêcher la pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu » [1] d’être jouée, spectacle ignoble qui n’a rien trouvé de mieux dans la provocation que de lancer des excréments sur le visage du Christ. Imaginons une scène de ce type dans un spectacle avec les symboles du judaïsme ou de l’islam ! La réponse des pouvoirs publics serait immédiate : interdiction pour risques de troubles à l’ordre public et condamnation pour atteinte choquante au respect des croyances religieuses.

II. L’antichristianisme comme moteur du scandale

Mais nous sommes en France, et du Hellfest aux prétendues élites culturelles qui dirigent les musées, les galeries, les festivals ou les théâtres, la recette à la mode qui, est une assurance d’audimat et de publicité est bien connue : l’antichristianisme et le blasphème antichrétien. Nous ne le savons, hélas ! que trop bien, l’art contemporain agonisant qui est d’une indigence pitoyable sur le plan conceptuel, cherche depuis des décennies, non pas la beauté mais le scandale, et le Piss Christ comme les pièces actuellement programmées au théâtre du Châtelet, sont emblématiques de cette volonté de scandale.

La caractéristique propre du monde moderne, son aspect tragique aboutissant à la destruction des vestiges matériels ou institutionnels de la Tradition, est, en premier lieu, la négation de la Sainte Religion chrétienne. Et ceci s’explique du fait que la situation tragique de ce monde relève d’un drame tout autant politique que spirituel qui a pour nom la Révolution satanique de 1789 qui se reproduit en étendant ses effets chaque fois foulant aux pieds les principes divins (Révolution bolchévique, Vatican II, etc.).

III. La nécessaire réaction

L’antichristianisme viscéral et maladif et le blasphème qui l’accompagne – dont nous ne croyons plus qu’on puisse les traiter uniquement par des pétitions qui ne servent strictement à rien – se portent à merveille, ceci au nom de la « liberté d’expression » et de « l’art ».

Nous avons longuement expliqué en quoi le peu crédible argument de la « liberté d’expression » était une pure hypocrisie à l’occasion de la nouvelle édition du Hellfest, d’autant que si, au lieu de proférer des blasphèmes antichrétiens, on fustigeait et injuriait en des termes équivalents l’islam et le judaïsme, on sait la réaction immédiate qu’il surviendrait, avec le concours empressé des associations communautaires et mémorielles. De ce fait, ayant vivement félicité les catholiques qui prirent la courageuse initiative de détruire cette immondice prétendument artistique qu’était le « Piss Christ », nous ne pouvons que soutenir l’action de ceux qui tentent de s’opposer à un blasphème caractérisé qui doit, comme toutes les autres « manifestations » scandaleuses de ce type, être systématiquement  combattu, empêché et interdit !

Comme l’écrit avec pertinence  Olivier Perceval, le secrétaire de l’Action Française :

« Deux spectacles blasphématoires [2]  prennent directement à la personne divine et humaine du Christ de façon provocante et ordurière. Au nom de la liberté artistique, il est désormais admis qu’on puisse mettre en cause avec  des images et des paroles d’une violence inouïe ce qu’il y-a de plus sacré pour de nombreux français. Notons que de tels propos sur d’autres religions ou orientations sexuelles tomberaient immédiatement sous le coup de la loi. Devant la complicité bienveillante de l’oligarchie au pouvoir qui appelle « culture » ces contenus de toilettes publiques, l’Action française entend se substituer aux autorités de la république pour faire respecter notre civilisation millénaire dont la catholicité est la matrice originelle. Vous cherchez la bagarre ? Vous l’aurez… »

A C T I O N S :

 Ainsi donc, se prépare une manifestation de protestation contre la christianophobie à laquelle il convient de donner une grande ampleur afin de savoir qu’il esqt grand temps que cessent les provocations injurieuses à l’égard du christianisme :

 

Par ailleurs un site de soutien a été créé, destiné à recevoir des dons pour permettre aux nombreux jeunes catholiques qui ont été gardés-à-vue et passeront en procès de payer leur frais de justice.

Une adresse à faire circuler largement :

soutienauxmilitants.com

Enfin pour aider les jeunes catholiques

qui tentent avec courage de s’opposer au blasphème

 venez nombreux prier munis de vos chapelets

devant le Théatre de la Ville les jours de la représentation !

Théâtre de la Ville Paris

2, place du Châtelet
75004 Paris
Site : http://www.theatredelaville-paris.com

Les dates
du 20/10/2011 au 29/10/2011

jeudi, vendredi, samedi, mardi, mercredi: 20h30
dimanche: 15h00

 NON AU BLASPHEME !

 NON A L'INJURE CONTRE LE CHRIST !

NON A LA CHRISTIANOPBHOBIE ! 

Notes.

1.Peintre italien du XVe siècle, Antonello da Messina (1430-1479) possède un style profondément influencé par la peinture flamande : son voyage en Flandre et sa rencontre avec la peinture de Jan van Eyck n’y auront pas été pour rien. Le beau visage du Christ « Sauveur du monde » réalisé par Antonello da Messina, essaient de déchiffrer son mystère. Le geste de sa main, que le peintre a repris comme l’attestent les traces d’un dessin antérieur, est autant celui de la bénédiction que celui de l’enseignement. Quelque chose de l’«exousia» – pour dire «autorité», le grec dit : «expression de l’être» – se dégage de cette image. Il représente le Christ bénissant et Sauveur, le Christ Rédempteur et réparateur du genre humain.

2. Ces deux « spectacles » répugnants sont :

« Golgota picnic » de  Rodrigo Garcia, qui prétend revisiter les Saintes Ecritures et parle d’approche « absolument impudique » destinée à présenter l’iconographie chrétienne comme l’image de « la terreur et de la barbarie ». Dans le dossier de presse le metteur en scène explique avoir construit son propre imaginaire biblique, celui-ci se traduit par un langage et des images obscènes. Le Christ est appelé ici « el puto diablo » et est comparé à un terroriste. Sa plaie ultime de crucifié est remplie de billets de banque. Des hamburgers jonchent le sol de la scène de spectacle pour parodier de façon grotesque la multiplication des pains. Et c’est nu que le chef d’orchestre italien Marino Formenti interprète au piano l’air des « Sept dernières paroles du Christ en Croix » de Haydn. Mais Marino Formenti n’y voit pas malice puisque « les acteurs (…) sont nus très souvent aussi ». Joué précédemment en Espagne, ce spectacle blasphématoire y avait provoqué un véritable tollé, suscitant une question au Parlement, puis des manifestations devant le théâtre. A quoi le metteur en scène Rodrigo Garcia se contente de répondre : « Mes pièces sont toujours mal reçues. Une bonne partie du public est bête (…)« .

– « Sur le concept du visage du fils de Dieu« , spectacle blasphématoire, opéra-théâtre, « œuvre » de Romeo Castellucci qui sera en tournée européenne jusqu’en février 2012, notamment à Paris, au Théâtre de la Ville, du 20 au 30 octobre, et au Centquatre, du 2 au 4 novembre, à Rennes, du 10 au 12 novembre, et à Villeneuve-d’Ascq, au Théâtre La Rose des Vents les 29 et 30 novembre.  La succession de tableaux montre tour à tour un vieillard nu se torchant les fesses, des enfants caillassant le visage du Christ (avec des grenades factices pour faire plus vrai) puis le visage innocent de NSJC est attaqué de l’intérieur. Il est d’abord trituré, déformé comme par des mains et des pieds qui pousseraient la fine peau de surface. Ensuite on dirait qu’un grand couteau l’entaille, et de grandes coulures d’un brun-rouge évoquant plus les matières fécales de la scène précédente que le sang, se répandent sur lui, avant qu’un voile noir ne recouvre le portrait du fils de Dieu pour faire apparaître le mot de la fin : « You are not my shepherd » (« Tu n’es pas mon berger »).

Lire :

Autodafé contre l’art contemporain !

59 commentaires leave one →
  1. Actualité permalink
    25 octobre 2011 15:29

    Article incroyable du Point dans lequel s’exprime le directeur du théâtre du Chatelet, le Ministre de la Culture amateur de voyage en Thaïlande, le metteur en scène et reste, comme toujours, silencieuse l’Eglise de France :

    L’Observatoire de la liberté de création, qui regroupe des associations comme l’ARP (association d’auteurs réalisateurs-producteurs) ou le Cipac (Fédération des professionnels de l’art contemporain), a dénoncé « ces comportements violents » et a invité « les représentants de l’Eglise catholique à se démarquer de ces exactions ».

    Interrogée, la conférence des évêques n’avait pas réagi lundi aux incidents. Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand avait condamné samedi les « perturbations ».

    La Ville de Paris et le Théâtre ont décidé, pour leur part, de déposer conjointement plainte contre les perturbateurs pour « actes de dégradation du domaine public » et « atteinte à la liberté de création et d’expression artistique ».

    Le directeur du Théâtre, Emmanuel Demarcy-Mota, rappelait lundi que le spectacle avait déjà été présenté dans plus d’une dizaine de pays européens sans « susciter la moindre réaction analogue. Ces agissements à caractère fascisant sont absolument inadmissibles », ajoutait-il dans un communiqué, affirmant la détermination de tous à ne céder « sous aucun prétexte à ces menaces et à cette intimidation ».

    Disant « détester la provocation » et ne pouvoir « accepter la caricature et l’effrayante simplification effectuées par les fondamentalistes chrétiens, Romeo Castellucci estime que les perturbateurs : « sont dépourvus de la foi catholique même sur le plan doctrinal et dogmatique. Ils croient à tort défendre les symboles d’une identité perdue, en brandissant menace et violence… Désolé, mais l’art n’est champion que de la liberté d’expression ».

    http://www.lepoint.fr/culture/piece-de-theatre-perturbee-le-metteur-en-scene-pardonne-l-eglise-silencieuse-24-10-2011-1388607_3.php

  2. hannibalgenga permalink
    25 octobre 2011 16:37

    On aura tout lu, le metteur en scène de ce spectacle basphématoire ose écrire : « les perturbateurs sont dépourvus de la foi catholique même sur le plan doctrinal et dogmatique. »

    Un artifice de plus dans la bouche d’un homme de théâtre qui ne manipule que le mensonge et remplace la vérité par le verbiage.

    Une seule question simple à Romeo Castellucci : pourquoi ne s’attaque t-il pas aux symboles du judaïsme ou de l’islam afin de pouvoir vérifier concrètement si « l’art n’est champion que de la liberté d’expression » ?

  3. GREG permalink
    25 octobre 2011 16:47

    Ces « créateurs » sont des malades, des égarés sur le plan existentiel qui n’ont de cesse de nous infliger dans leurs spectacles leur propre drame spirituel et humain et leur impossibilité à se réconcilier avec leurs racines chrétiennes.

    Résultat, des oeuvres pathologiques présentées à des publics également perdus prennant une joie morbide à ses représentations théâtrales qui témoignent du chaos qui règne dans leur esprit.

  4. 25 octobre 2011 17:17

    Spectacle insignifiant qui ne trouve que dans le prétexte christianophobe une inespérée publicité pour le sauver de l’ennui profond et l’indifférence dans lesquels on aurait dû le laisser disparaître rapidement.

    Si ça continue, et on est bien parti pour, la seule manière de faire de la pub gratos pour toutes ces créations merdiques subventionnées destinées aux bobos ringards, sera de glisser à chaque fois deux à trois éléments antichrétiens pour faire parler dans les journaux.

  5. Lagomer permalink
    25 octobre 2011 20:22

    Il y a du vrai dans votre raisonnement Alex, et le risque est grand que de donner une publicité inespérée et gratuite à des spectacles qui n’attendent en réalité que ça pour faire parler d’eux. Le débat n’est pas nouveau.

    Mais le devoir de réaction face au blasphème est justifié, voire il s’impose lorsque c’est le Christ qui est outragé, scandaleusement offensé et l’objet d’une utilisation injurieuse et ignoble. Il y a tout de même des limites à l’immonde. Et là c’est le cas.

    Il convient donc de dire que ce n’est pas acceptable, et faire savoir fortement que salir l’image de Notre Seigneur est un péché impardonnable et un crime spirituel que les catholiques ne peuvent tolérer.

    A ne pas oublier que jusqu’à la Révolution les lois contre le blasphème furent maintenues, et lorsque l’Etat ne joue plus son rôle, ce qui est bien le cas aujourd’hui suivi par une Eglise passive et lâche, c’est aux consciences chrétiennes de s’interposer contre le crime blasphématoire.

    • Vehementer permalink
      26 octobre 2011 10:13

      L’esprit de la Révolution est derrière cette haine antichrétienne : « Foncièrement antichrétienne et antireligieuse, la Révolution s’est attaquée avec une sorte de fureur irrationnelle à l’Église, tuant son clergé, combattant sa hiérarchie, ses institutions, ses dogmes, et, pour mieux la renverser, elle a voulu arracher et détruire, par une politique systématique qui poussa la folie jusqu’à établir un nouveau calendrier afin d’effacer des mémoires le temps grégorien, et d’éradiquer définitivement les fondements mêmes du christianisme. »

      https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/06/26/la-revolution-et-la-haine-de-leglise/

      C’est toujours et encore le même esprit destructeur et blasphémateur qui est à l’oeuvre.

  6. Irina permalink
    25 octobre 2011 20:56

    Ce qui dépasse l’entendement est de savoir ce que risquent les jeunes et courageux catholiques qui ont protesté contre cet immondice. Quand la protestation par le simple slogan de « non à la christophobie » et la priére améne à la garde à vue prolongée ou aux tribunaux, il ne faut plus s’étonner de rien. Immonde, aussi, le fait que certains jeunes manifestants aient perdu leur emploi à cause leur engagement pour le Christ, la Vérité et la dignité de leurs fréres chrétiens de France et de part le monde. Ainsi nous pouvons espérer qu’á l’avenir, face à l’adversité, nous serrions les rangs malgré nos différences de chapelle parce que une évidence s’impose: nous sommes de plus en plus seuls à tenter de survivre à cette société haineuse et lugubre qui nous est imposée. Peut être devons nous parfois subir certaines remarques vis à vis de notre foi, mais laisser sans réponse ces injures quand il s’agit de Dieu, c’est un signe grave d’impiété.

  7. lève-toi permalink
    25 octobre 2011 21:28

    Si nous disons : la mère de castelluici est une p…? est-ce grave ou pas. ,

  8. pèlerine permalink
    25 octobre 2011 22:41

    On ne peut pas laisser dire et faire des horreurs quand il s’agit de Notre Seigneur, d’une part on peut, si nous sommes déterminés, empécher le déroulement de la pièce: si l’on sème la pagaille tous les jours, ils se lasseront et d’autre part réveiller les endormis, faire prendre conscience à l’ancien peuple de Dieu qu’il reste encore, un petit nombre de chrétiens courageux qui osent défendre autre chose que leur qualité dz vie c’est à dire leur Dieu, le Maitre de la création, celui qui nous jugera sur nos actions qui nous donnera la vie ou la mort éternelle

  9. 25 octobre 2011 23:26

    Enfin ! l’Eglise de France vient de réagir officiellement, et de belle manière, en soutenant l’action des catholiques contre les spectacles christianophobes !

    Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France, vient de publier un communiqué au titre explicite : « Ne restons pas impassibles ! ».

    Voici le texte :

    « Golgota Picnic est un spectacle programmé à Paris et Toulouse. Il blesse et blessera. Quel courage de s’en prendre à une religion dont le fondateur se tait tandis qu’on l’outrage! La liberté d’expression est à respecter comme sacrée? Qu’elle respecte donc aussi ce qui est sacré ! Aucun euro public ne doit subventionner le cultuel? Qu’aucun euro public ne finance davantage une production qui dénigre un culte! Ce n’est pas parce que le christianisme fut sociologiquement majoritaire qu’il doit être le fusible d’hystéries culturelles.
    De nombreux citoyens non chrétiens partagent notre colère. Si vous êtes de cet avis, ne demeurez pas impassibles. Interpellez vos élus. Dites leur que l’inacceptable est indigne d’une démocratie. En novembre 2009, l’Union Européenne a rappelé son attachement résolu à la promotion et à la protection de la liberté de religion. Les chrétiens sont actifs dans la cité. Solidaires de nombreuses causes. Qu’on les respecte aussi ! »

    http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/les-1000-signes-du-porte-parole/ne-demeurons-pas-impassibles–12627.html

    Continuons le combat jusqu’à l’interdiction de ces spectacles blasphématoires antichrétiens !

    Par ailleurs, plusieurs autres évêques font part de leur indignation en adressant des témoignages de solidarité à l’Institut Civitas à l’initiative de l’action contre la christianophobie :

    Mgr Aumonier, évêque de Versailles, a répondu à Civitas :

    Oui, je vous encourage et j’encourage les chrétiens à manifester leur réaction devant les spectacles provocants et insultants à l’égard de notre foi.

    Mgr Aubertin, évêque de Tours, écrit à Civitas :

    Tout comme vous, je ne peux que réprouver ces spectacles blasphématoires. Mgr Podvin a été chargé par notre Conférence de dire, en notre nom, notre réprobation tant sur leur contenu que sur leur financement. Nous ne pouvons qu’encourager les chrétiens à faire part de leurs sentiments.

    Mgr Aillet, évêque de Bayonne, réagit à la lettre de Civitas :

    La christianophobie ambiante, diligentée de près ou de loin par de secrètes officines, ne semble pas atteindre outre mesure le moral de nos responsables politiques. Allons-nous revenir à une période de persécution qui dirait son nom ? Il est peut-être encore trop tôt pour le dire; en tout cas, il est du devoir de chaque catholique de défendre le Christ et la sainte Eglise.

    Mgr Le Gall, Archevêque de Toulouse, a publié un communiqué :

    Plusieurs personnes de notre communauté chrétienne m’ont fait part de leur souffrance concernant le spectacle intitulé « Golgota Picnic » à l’affiche du théâtre de la Garonne, le mois de novembre prochain. En effet, le ton de la pièce, qui a suscité de fortes réprobations en Espagne, est résolument antichrétien et blasphématoire. Je me sens solidaire de l’indignation exprimée par de nombreuses personnes, et je partage la souffrance des chrétiens qui voient insulter notre foi ainsi que les valeurs qui nous tiennent le plus à cœur.

    Mgr Bagnard, évêque d’Ars, écrit à Civitas :

    Je crois qu’il est important de réagir pour ne pas laisser l’inacceptable se banaliser. Vous rappelez à juste titre que le porte-parole des Evêques de France a lui-même appelé les catholiques de France -et tous les hommes de bonne volonté- à ne pas demeurer muets, pour que le silence ne soit pas interprété comme un consentement ou une indifférence.

    Mgr Raffin, évêque de Metz, a répondu à Civitas :

    il faut que vous sachiez qu’aux yeux des maîtres des médias, les protestations des fidèles laïcs comptent plus que celle des évêques

    Mgr Brouwet, évêque auxiliaire de Nanterre, a répondu également :

    Il me semble que les associations de fidèles laïcs ont plus de poids surtout si chacun prend conscience de sa responsabilité et remet personnellement les élus devant les siennes.

    http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/les-eveques-de-france-soutiennent-laction-de-civitas

    Ceci est très encourageant. Il faut donc poursuivre la protestation et s’opposer à l’injure publique envers le Christ !

    Ne l’oublions-pas, le blasphème perd l’âme qui s’y livre et conduit en Enfer les blasphémateurs ! Le blasphème envers Dieu attire la colère divine inévitablement !

    ***********************

    Lire :
    LE BLASPHEME CONDUIT EN ENFER !
    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/06/17/hellfest-le-blaspheme-conduit-en-enfer/

  10. Christus Rex permalink
    26 octobre 2011 01:24

    Ciblez vos actions :

    http://www.defendonslecrucifix.org/programme.html

  11. Actualité : REPRESSION VIOLENTE CONTRE LES CHRETIENS ! permalink
    26 octobre 2011 10:20

    REPRESSION VIOLENTE CONTRE LES CHRETIENS !

    Hier mardi 25 octobre 2011, sur environ 150 personnes venues protester aux abords du théâtre de la Ville contre l’ignoble spectacle blasphématoire, pas moins d’une centaine ont été raflées par la police !

    Parmi elles, on trouvait quatre prêtres de la Fraternité Saint Pie X !

    Les forces de l’ordre sont aux aguets…

    Au scandale de la pièce scatologique antichrétienne s’ajoute celui de la répression républicaine, exigée par le militant de la décadence Bertrand Delanoë et le préfet de police sarközyste.

    HONTE A LA REPUBLIQUE ANTICHRETIENNE ! NON A LA CHRISTIANOPHOBIE !

    CONTINUONS LA LUTTE CONTRE LE BLASPHEME !

    http://www.contre-info.com/une-centaine-de-chretiens-arretes-ce-mardi-dont-4-pretres

  12. Actualité : Honneur, admiration et bénédiction pour les jeunes catholiques permalink
    26 octobre 2011 13:55

    Hommage de l’abbé Régis de Cacqueray sur la Porte Latine, site officiel du district de la FSSPX, aux chrétiens qui s’opposent par la prière au blasphème :

    Honneur, admiration et bénédiction pour ces jeunes catholiques qui refusent que le Christ soit insulté !

    Depuis quelques semaines, le théâtre de la Ville à Paris présente scandaleusement à ses spectateurs une pièce de Romeo Castellucci mettant en scène un vieillard que son fils nettoie de ses excréments devant un grand portrait de Notre Seigneur Jésus Christ ignoblement badigeonné de ses mêmes excréments.

    Ce même portrait est ensuite la cible d’un jet de grenades de la part d’enfants dont le dernier message est « Tu n’es pas mon berger ».

    Ces derniers jours, des centaines de jeunes catholiques se sont relayés, priant à genoux sur le trottoir, pour manifester leur indignation de voir ce qui leur est le plus cher, l’honneur de leur Dieu, vandalisé, humilié, bafoué publiquement. Des musulmans se sont même placés à leurs côtés, manifestant leur admiration de voir une foi si chevillée au corps.

    La presse, dans son ensemble, crie à la censure et parle de « fondamentalistes » , terme employé par les évêques de France qui, à quelques exceptions notables près, se taisent… Pourtant les médias ont relayé avec enthousiasme ces derniers temps le mouvement des « Indignés » : curieusement, les chrétiens n’auraient pas le droit, eux, de s’indigner ? La fameuse « liberté d’expression » serait-elle dorénavant officiellement réservée aux ennemis de l’Eglise ?

    Alors que le ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, et le directeur du théâtre de la Ville, Emmanuel Demarcy Mota, ont conjointement porté plainte contre les manifestants, ces derniers – tous jeunes pour la plupart – sont plus motivés que jamais. Leur force d’âme, leur détermination et leur foi chevillée au corps sont admirables et porteuses d’espérance. Ils sont l’honneur de notre société ultra-matérialiste, ils sont la petite flamme qui empêchera les Ténèbres de gagner sur la Lumière, ils sont la joie de notre sacerdoce.

    La police les a interpellés par cars entiers, parfois menotés. Les autorités n’ont-elles pas peur de perdre toute crédibilité quand elles acheminent des cars entiers pour arrêter des priants qui se sont affranchis de tout acte de violence ? Faut-il donc que la haine anticléricale qui drape son abjection sous couvert de liberté artistique se trouve si menacée pour fourvoyer l’institution toute entière dans le discrédit ?

    Notre Seigneur n’a fait que prêcher en Galilée et en Judée. Il a été giflé, flagellé et crucifié. Les premiers chrétiens continuaient à chanter la gloire de Dieu quand on lançait les fauves dans l’arène pour les exterminer. A leur suite, ces jeunes n’ont fait que défendre leur foi devant des attaques injustifiées. Si d’aventure de tels spectacles avaient ridiculisé Marianne, un rabbin ou même Mahomet, de quel tollé d’indignation la France n’aurait-elle pas été le réceptacle ?

    Dans les décennies prochaines, cette rafle de catholiques restera comme l’une des pages les plus honteuses de l’histoire notre belle cité parisienne.

    Aussi, pour défendre l’honneur du Christ, serons-nous nombreux samedi 29 octobre (1) pour nous mettre à genoux, sans aucune violence, priant uniquement et manifestant la gloire de Notre Seigneur !

    Que sainte Geneviève, patronne de Paris, intercède pour eux et pour nous !

    Abbé Régis de Cacqueray, Supérieur du District de France de la FSSPX

    http://www.laportelatine.org/district/france/bo/cacqueray_gologota_picnic110905/honneur_manifestants111026.php

  13. Elie permalink
    26 octobre 2011 16:18

    Le temps des Catacombes n’est pas si loin, je crois que nous devrons y retourner un jour prochain, clôturant le cycle terrestre.

    L’honneur du Seigneur, c’est sa Sainte-Croix, voilà son Trône de Gloire que nul ne peut lui ravir.

    La bave des blasphémateurs ne saurait atteindre le Ciel…
    Le Seigneur n’est pas impuissant pour se défendre, ayez confiance, Il agit plus que nous…

    Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto+

  14. Xorus permalink
    26 octobre 2011 17:23

    La police arrête 100 vrais catholiques dont 4 prêtres !

    LES PHOTOS :

    http://konigsberg.centerblog.net/581-la-police-arretre-100-vrais-catholiques-dont-4-pretres

    EN IMAGES. Des intégristes se déchaînent contre le théâtre de la Ville :

    http://www.leparisien.fr/paris-75/en-images-des-integristes-se-dechainent-contre-le-theatre-de-la-ville-25-10-2011-1685579.php?pic=2#infoBulles1

    • Pélikan permalink
      30 octobre 2011 19:21

      Ce thème de la ‘christianophobie’ a été lancé par cet écrivain-journaliste, invité fréquent des congrès et des tables rondes organisées par les abbés qui ont été appelés les « mutins » de 2004 contre Mgr Fellay, au premier chef d’entre eux apparaît l’abbé de Tanoüarn, cousin de l’abbé de Cacqueray et devenu depuis la fondation de l’IBP, un adulateur de l’abbé apostat Ratzinger-Benoît XVI. Cet auteur, Michel de Jaeghere, qui après avoir travaillé à Valeurs Actuelles puis été rédacteur en chef du Spectacle du Monde, est actuellement directeur des Hors Série du Figaro qu’il a créés en 2001… bref un homme éminent de l’aile conservatrice de Ratzinger.

      http://www.virgo-maria.org/articles_HTML/2011/010_2011/VM-2011-10-29/VM-2011-10-29-A-00-Christianophobie.html

    • calixte permalink
      30 octobre 2011 22:23

      Pélikan,

      Quel symbole que celui de la prise de distance des sédévécantistes de virgo-maria face au juste combat engagé contre la christianophobie et le le blasphème à l’initiative de Civitas et de la FSSPX, les plaçant, horriblement, dans le même camp que les modernistes hideux type le cardinal archevêque Mgr André Vingt-Trois qui approuvent la pièce scatologique et dirigent le faisceau de toutes leurs critiques avec des mots les plus durs et blessants à l’encontre des jeunes catholiques qui s’opposent courageusement et vaillamment à la profanation par la prière devant le théâtre de la Ville place du Châtelet depuis plusieurs jours.

      Cette attitude est absolument indigne, car en présence d’une volonté d’atteindre les fondements les plus sacrés de la foi – en l’espèce le visage de Notre Seigneur peint par Antonello da Messina dans cette toile ayant pour nom « Salvator Mundi » sur laquelle est déversé un liquide évoquant l’excrément jusqu’à l’enténébrer pour laisser apparaître l’inscription « tu n’est pas mon berger » – une seule réaction s’impose qui doit, pour un temps, mettre de côté et faire taire les divergences entre catholiques aussi profondes soient-elles, la réprobation et la manifestation d’une sainte et puissante colère !

  15. avouedusaintsepulcre permalink
    26 octobre 2011 19:02

    Excellent la liste des pouilleux signataires de la pétition contre le fanatisme chrétien. C’est à lire !!! Ils balancent de la merde sur le visage du Christ et après ils donnent des leçons de morale. Quelle Shutzpah ! Impayables, je vous dis, ils sont impayables.

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/10/26/le-theatre-contre-le-fanatisme_1594134_3232.html

    Au lecteur averti, je conseille de faire une petite recherche sur l’origine ethnique des signataires. La haine catholique de ces méchants eskimaux dépasse vraiment les bornes. N’est pas Emmanuelle ???

    • gerdil permalink
      27 octobre 2011 18:03

      Le spectacle scato-christianophobe est financé notamment par le président du Monde, Pierre Bergé, ami du peuple juif et d’Israël,qui fut également l’un des actionnaires de Pink TV, soutient des associations Act’up Paris et SOS Racisme…Commandeur de la Légion d’honneur, Officier dans l’Ordre national du Mérite !

  16. Xavier permalink
    26 octobre 2011 22:13

    « Je reviens à l’instant du commissariat » : Témoignage d’un jeune catholique manifestant contre la pièce souillant l’image du Christ

    Témoignage du mercredi 26 octobre : :

    « Je pense que le nombre de total de personnes arrêtées doit être entre 200 et 300. Un grand nombre ont été pris à la sortie du métro sans même avoir approché le théâtre.

    Pour ma part, j’étais avec un gros groupe sur le trottoir presque devant le théâtre, priant et criant quelques slogans, chantant le Christus vincit… Les CRS ont commencé par nous repousser sur la chaussée puis ont formé un cordon autour de nous. Les cars et fourgons se sont succédé pour nous emmener jusqu’à un commissariat situé dans le XVIIIème.

    Ambiance particulièrement bon enfant entre les jeunes catholiques (une majorité de filles) et les policiers qui ne font qu’exécuter des ordres et suivre des procédures légales, et qui n’ont aucune raison de maltraiter des sympathiques manifestants qui ne font preuve d’aucune violence.
    Dans le fourgon, nous avons commencé par un Chauffeur, si t’est champion
    En entrant dans le bâtiment, nous étions à peu près aussi apeurés qu’un groupe de collégiens qui se rend à la piscine (l’intérieur d’un commissariat ressemble bigrement à un vestiaire).
    Nous y avons interprété l’Ave Verum de Mozart, ainsi que quelques cantiques comme Je mets ma confiance, Tandis que le monde proclame, Pitié mon Dieu: oui, nous n’avons pas encore passé l’âge de chanter des cantiques.
    Il s’agissait d’un simple contrôle d’identité et personne n’a été gardé à vue ni interrogé (à ma connaissance).

    Lorsque je suis sorti, il y avait encore deux cars remplis qui attendaient : preuve d’une forte mobilisation ce soir.

    Pour ce qui est des prêtres, je n’ai vu aucun prêtre à partir du moment ou nous avons été embarqué. Simplement, pendant que nous étions devant le théâtre, entouré par le cordon de CRS, nous avons vu arriver le clergé de Saint-Nicolas au grand complet. Tout massés que nous étions les uns sur les autres, nous nous sommes agenouillés pour recevoir la bénédiction de l’abbé Beauvais, après quoi les prêtres se sont éloignés accompagnés de policiers. Sur le moment, j’ai pensé qu’on les avait simplement inviter à se retirer mais peut-être ont ils été embarqués eux aussi… pas de nouvelle.

    Voilà, c’était le récit de cette soirée comme si vous y étiez…ou presque.

    http://jesusfilsdedieu.blogspot.com/2011/10/je-reviens-linstant-du-commissariat.html

  17. pèlerine permalink
    27 octobre 2011 12:37

    St Bernard,St Louis devaient être des fondamentalistes!!!Heureusement ils ont fait Vatican !!!

  18. 27 octobre 2011 14:04

    @ La Question. Mgr Podvin s’est peut-être ému de l’ardeur des catholiques, il a néanmoins dénoncé les « actes de violence », « l’extrémisme » et « l’obscurantisme » de nos frères. Mais de quoi parle-t-il ? Entre la dégradation scatologique du vrai homme et vrai dieu et les quelques oeufs lancés par des jeunes un rien bon enfant, où est la violence ? Entre la répression policière injuste et des jeunes catholiques récitant le chapelet à genoux, de quel côté est la violence ? Entre le prétexte d’une pseudo-liberté d’expression qui recèle les pires appels à la haine et la liberté de manifestation et d’indignation de notre jeunesse, où est la violence ?

    Sur l’impérieuse nécessité d’une action simultanée de l’esprit et du feu, contre les racines de l’art dégénéré d’une part, et contre ses productions malsaines d’autre part, je vous renvoie à cet article du R&N : http://www.lerougeetlenoir.org/les-opinantes/les-angeliques-46

    • 27 octobre 2011 16:29

      Tancrède,

      Nous savons que trop bien, trois fois hélas ! le peu de courage en général de la CEF qui, à chaque fois, depuis des années et ce n’est pas nouveau, s’est lâchement couchée et a honteusement refusé de soutenir les fidèles catholiques qui s’opposaient aux blasphémateurs ( La dernière tentation du Christ, Kiss-in, Piss-Christ,Hellfest, etc.).

      Mais pour une fois que sous la plume Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France, on pouvait lire quelques timides lignes critiques envers les spectacles programmés au Théâtre de la Ville, il était intéressant de le souligner.

      Toutefois, nous ne nous faisons aucune sorte d’illusion sur la capacité de combat des évêques de France, et avons bien noté le recul significatif de leur porte-parole ayant indiqué dès mardi soir dans un communiqué à l’AFP, alors que des baptisés se faisaient embarquer violemment par les forces de polices protégeant l’ignominieuse représentation blasphématoire :

      « L’Eglise catholique en France condamne les violences perpétrées lors de récents spectacles et promeut le dialogue entre la culture et la foi. Elle réagit quand c’est nécessaire, avec détermination, et toujours par moyens pacifiques, La Conférence des Evêques appelle à une liberté d’expression respectueuse du sacré. Elle appelle à un échange avec les élus, concernant cet enjeu. L’Eglise catholique en France n’est, ni intégriste, ni obscurantiste. Les catholiques aspirent, comme citoyens, à être respectés dans ce qui est le coeur de leur foi », Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France. AFP. mardi 25 octobre 2011.

      Voilà le triste niveau de cette Eglise de France, critiquer la mobilisation des catholiques, s’aplatir devant les impératifs de la pensée dominante, se positionner dans une posture de prudence frileuse alors que Jésus-Christ est insulté, souillé, injurié.

      Nous ne pouvons que souhaiter un retour de ces prélats frileux et compromis, aux sources de la foi combattante, et prier pour la conversion de ces âmes refroidies, qui croient nécessaire de renchérir et aboyer avec les loups lorsque le troupeau réagit avec honneur pour défendre l’image de Notre Seigneur.

      Toutes nos plus vives félicitations à ce titre pour votre article « Les Réparatrices », dont nous conseillons absolument la lecture, reprenant volontiers deux de vos affirmations qui nous vont droit au coeur et auxquelles nous souscrivons entièrement : « l’Église doit être ici-bas militante et non pas lénifiante et que la splendeur de la Vérité est souvent terrible. Veritatis splendor. Veritatis terror.(…) Devrions-nous donc nous effacer, nous taire, dans l’espoir que les blasphèmes à répétition, lassés mais laissés impunis ne seront plus une valeur marchande si sûre qu’avant ? Ça s’appelle la collaboration et si vous prônez la modération, je prône le feu, car il n’est pas de vrai combat intellectuel qui ne se prolonge par des actes. »

      Que Dieu nous aide dans notre juste combat et, avec l’assurance de foi et l’attachement indéfectible à la sainte vérité catholique, nous aurons la victoire !

      Vobis In Christo Rege +

  19. 27 octobre 2011 14:44

    Luc, 22, 38 : « Ils dirent :  »Seigneur, voici deux épées. » Et il leur dit:  »Cela suffit ». » Les deux glaives de l’intelligence et de la force sont les vertus réparatrices par excellence et sont dans lerougeetlenoir.org/les-opinantes/les-angeliques-46

  20. Gary permalink
    27 octobre 2011 15:47

    Les chaînes d’infos télévisées passent en boucle le message suivant :

    « Une vingtaine de fondamentalistes chrétiens qui tentaient de perturber mercredi soir la pièce Sur le concept du visage du fils de Dieu présentée au Théâtre de la Ville à Paris, ont été interpellés et placés en garde à vue. »

    En réalité certains catholiques sont parvenus hier soit à rentrer dans le théâtre et ont jeté des boules puantes dans la salle en scandant « christianophobie, ça suffit ! »

    • Lozère permalink
      27 octobre 2011 22:35

      Analyse intéressante de NOVOpress à propos du terme « fondamentalistes chrétiens » utilisé par les médias :

      « Depuis ce jeudi 27 octobre, les jeunes manifestants catholiques venus protester contre la pièce de théâtre « Sur le concept du visage du fils de Dieu » sont désormais assimilés à des “fondamentalistes chrétiens” – entendez par là des terroristes – dans le cadre de ce que l’on peut appeler une opération de guerre sémantique ouverte, venue de la presse de gauche.

      Tout au long de l’après-midi, par un bandeau défilant d’informations, la chaîne d’information BFM.TV a désigné les opposants à la pièce scatologique blasphématoire de Romeo Castellucci par le terme de « fondamentalistes chrétiens ». Ce même terme est repris par Libération, Le Monde, L’Humanité ou les Inrocks.

      Cliquez pour agrandir

      Cette appellation n’est pas neutre ni innocente. C’est en effet celle qui fut utilisée par les médias “mainstream” pour qualifier le responsable de la tuerie de 77 jeunes sur l’île d’Utoya le 22 juillet 2011.

      (…)

      Assimiler les jeunes chrétiens venus prier devant le Théâtre de la Ville à des fondamentalistes revient à les désigner dans l’imaginaire collectif comme des terroristes probables ou en devenir, à faire l’amalgame avec le geste fou d’Anders Behring Breivik.

      L’usage de ce terme envers des gens pacifiques qui n’ont attaqué ni blessé personne est d’autant plus scandaleux que si violence il y a, c’est bien de la pièce envers les chrétiens et, comme ce fut le cas contre les jeunes militants royalistes de l’Action Française, le fait de la Police à l’égard des manifestants sur place. »

      http://fr.novopress.info/101042/guerre-semantique-des-manifestants-catholiques-designes-comme-terroristes/

  21. Actualités : les "fondamentalistes" chrétiens... permalink
    27 octobre 2011 16:41

  22. hannibalgenga permalink
    27 octobre 2011 17:12

    A noter que le groupe islamiste Forsane Alizza s’en prend sur son site à la pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu » :

    « Cette pièce ordurière et blasphématoire, se situe dans la logique d’une très longue série d’outrages islamophobes érigés comme des symboles de la liberté d’expression par les naïfs et les hypocrites qui ont fait de la contestation subventionnée leur principal fond de commerce.

    […]

    Ainsi nous saluons l’action de protestation du Renouveau français, bien que notre engagement se situe à des années-lumières de ce mouvement et que nous avons conscience que parmi leur troupe se trouvent des islamophobes patentés.

    Nous croyons en l’unicité divine, et notre conception repose sur l’égalité des Hommes quelle que soit leur nationalité, notre foi dépasse toutes les frontières. L’Islam considère que la valeur de l’ Homme repose sur sa foi et sur ses actes. Force est de constater que les Musulmans demeurent dans une léthargie humiliante à l’heure où le lobby judéo-maçonnique oeuvre jour et nuit pour attaquer les symboles et forces vives de notre communauté. Cette action de protestation contre la pièce de Roméo Castellucci aurait dû être l’occasion pour les Musulmans de montrer leur amour de Issa, “Jésus” ( que la paix soit sur lui), au lieu de cela, ce sont des Chrétiens, adeptes de la Trinité qui ont pris les devants pour marquer leur opposition, alors que cette tâche incombe aux Musulmans. »

    http://www.forsane-alizza.com/toute-lactualite/blaspheme-contre-jesus-que-la-paix-soit-sur-lui-action-du-renouveau-francais-19391

  23. 27 octobre 2011 18:38

    COMMUNIQUÉ DU CENTRE ROYALISTE D’ACTION FRANÇAISE

    En réaction à la pièce christianophobe de Roméo Castelluci, 17 militants d’Action française ont été interpellés jeudi soir, place du Châtelet, devant le théâtre de la Ville, gardé par une troupe de mercenaires de la République.

    Les jeunes militants de l’Action française étaient là pour manifester l’indignation des Français devant cette pantalonnade scatologique organisée dans un théâtre bourgeois qui vise à insulter l’image de notre patrimoine sacré et culturel. Ces messieurs ont tenté de barrer le passage à nos amis qui sont passés outre. C’est alors que la police parisienne s’en est donnée à cœur joie…

    Visiblement surpris par la détermination de jeunes français, la violence démocratique s’est exercée de manière particulièrement zélée, les coups se sont mis à tomber.

    Français, tout cela suffit. Réveillons-nous. Ne tolérons plus ces injures faites à nos compatriotes. Défendons-nous, disons non, encore une fois, au désordre établi, dont ces pauvres argousins ne sont que des stipendiés.

    Pour la France, pour la civilisation chrétienne !

    Les poursuites encourues par nos dizaines de camarades en garde à vue génèrent des frais de justice importants. Aidez-nous, manifestez-vous, rejoignez-nous.

    Pour soutenir nos militants, merci d’envoyer une aide financière à l’ordre du CRAF à l’adresse ci-dessous.

    Action française – Communication externe

    10, rue Croix-des-Petits-Champs

    75001 Paris

    communication@actionfrancaise.net

    http://www.actionfrancaise.net/craf/?COMMUNIQUE-DU-CENTRE-ROYALISTE-D

  24. Charles permalink
    27 octobre 2011 19:39

    Un jeune homme de 16 ans se fait écraser la jambe par un car de police devant le Châtelet en manifestant contre une pièce ignoble où un vieillard défèque devant la salle, sa merde étant projetée à la fin du spectacle sur le visage du Christ qui en est ensuite totalement enduit, et l’Eglise « condamne les violences perpétrées lors de récents spectacles et promeut le dialogue entre la culture et la foi ».

    On se moque de qui ? Les évêques prennent les catholiques pour des cons ou quoi ?

    Imaginons un jeune musulman priant dans la rue se faisant écraser volontairement par un car de police, Delanoe qui exige que soient doublés les effectifs de police pour empêcher les catholiques de prier devant le théâtre, serait le premier a manifester en compagnie de la LICRA, de SOS racisme de la LDH et autres associations.

    Honte à cette République indigne !
    Honte à ces évêques français lâches et complices du blasphème !

    • wendrock permalink
      29 octobre 2011 20:01

      Voilà qui confirme la lâcheté de certains évêques, dont celle, immense, impardonnable, scandaleuse, de l’archevêque de Paris :

      « L’archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, le cardinal André Vingt-Trois, a condamné ce samedi lors d’un entretien à Radio Notre-Dame les agissements d' »un groupuscule qui se réclame de l’Eglise catholique sans aucun mandat » et qui « fait de la foi un argument de violence ». « On est en face de gens qui sont organisés pour des manifestations de violence et pour obtenir ce qu’ils ont obtenu d’ailleurs, une place dans les journaux », a-t-il dénoncé. »

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/10/29/97001-20111029FILWWW00475-manifestation-contre-la-christianophobie.php

    • Arminius permalink
      29 octobre 2011 21:42

      Le journal La Croix, Pravda conciliaire, donne plus de détails que le Figaro sur la nature des propos de Mgr 23 ce samedi :

      « Le président de la Conférence des évêques de France a affirmé que les manifestants appartenaient à « un groupuscule rattaché au mouvement lefebvriste » ne disposant d’« aucun mandat » pour se réclamer de l’Église catholique.

      Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, a porté un jugement sévère, samedi 29 octobre, sur les manifestations qui se déroulent chaque soir depuis le 20 octobre, en marge d’une représentation théâtrale jouée au théâtre de la Ville, à Paris.

      Au cours de son entretien hebdomadaire accordé à Radio Notre-Dame, il a rappelé que « l’authenticité de la foi n’est pas de s’imposer par la violence ». Refusant de se prononcer sur le fond de la pièce de l’Italien Romeo Castellucci, qu’il n’a « pas vue », il a affirmé que les manifestants appartenaient à « un groupuscule rattaché au mouvement lefebvriste », et ne disposant d’« aucun mandat » pour se réclamer de l’Église catholique.

      « On ne fait pas un appel à la liberté en jetant des œufs pourris sur les gens ou de l’huile de vidange », a-t-il martelé, en référence aux incidents qui ont émaillé la première représentation de la pièce. Certains manifestants avaient alors jeté sur les spectateurs des œufs ou de l’huile de vidange.

      « Ce n’est pas parce qu’ils sont de bonne foi que ce qu’ils font est juste »

      « On est en face de gens qui sont organisés pour des manifestations de violence, et pour obtenir, ce qu’ils ont obtenu d’ailleurs, une place dans les journaux », a jugé l’archevêque de Paris.

      Interrogé sur la « bonne foi » de certains manifestants, il a fait la différence entre « les gens qui sont conscients de la stratégie » et « ce que Lénine appelait les idiots sympathiques qui servent de masse de manœuvre. » « Ce n’est pas parce qu’ils sont de bonne foi que ce qu’ils font est juste », a-t-il ajouté. Il a aussi estimé que « leur appartenance à des groupes très politisés et très militants, y compris sur le plan religieux, ne favorise pas leur formation mais au contraire les déforme. » »

      http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/Le-cardinal-Vingt-Trois-deplore-des-manifestations-de-violence-devant-le-theatre-de-la-Ville-_NG_-2011-10-29-729342

    • Aloïs permalink
      29 octobre 2011 22:22

      L’archevêque de Paris sur le sujet à partir de 05:00 :

  25. Moria permalink
    27 octobre 2011 22:29

    Selon Le Figaro , il y aurait eu 220 arrestations « d’activistes chrétiens » (sic) en 7 jours, dont une quinzaine auraient été déférés pour « entrave à la liberté d’expression ».

  26. pèlerine permalink
    28 octobre 2011 08:27

    fONDAMENTALISTES! disait monsieur Poydevin dans la Croix!

  27. glaive du Christ permalink
    28 octobre 2011 17:22

    OUI,nous sommes catholiques et intégristes !!!

  28. glaive du Christ permalink
    28 octobre 2011 17:27

    A bas le blasphème et VIVE DIEU !!

  29. Amen + permalink
    29 octobre 2011 12:36

    HOMMAGE A NOS CAMARADES !

  30. 30 octobre 2011 18:14

    L’abbé Grosjean, suivi par Myriam Picard ont cru intelligent de défendre l’immonde pièce de Castellucci, montrant leur éloignement scandaleux d’avec les critères de la sacralité au sens catholique du terme, et leur profonde méconnaissance de ce qui fonde, en essence, la relation que l’homme doit à Dieu notamment dans le domaine de l’art et de la création artistique.

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/la-pi%C3%A8ce-de-castellucci-des-cathos-lont-vue.html

    Une réponse argumentée et pertinente vient de leur être faite par Ennemond (Fecit-forum.org), que nous croyons intéressant de reproduire :

    « Dans les récentes productions « d’œuvre d’art » malmenant l’image du Christ, il est évident que les artistes se sont gardé une porte de sortie : c’est l’interprétation de l’œuvre. Complètement minimalisée, elle permet d’une certaine manière de considérer que le mélange de ce qu’il y a de plus sacré et de ce qu’il y a de plus profane est en réalité un hymne à la déchéance du Christ pendant la Passion. Ainsi, dans la pièce de Castellucci, je me rappelle que le dialogue du père et du fils se termine sur la répétition par trois reprises du « Pardonne-moi ». Comment ne pas y voir une belle manière de se pardonner les uns les autres, diront certains ?

    Mais, ce n’est qu’une interprétation accidentelle et les commentateurs des médias anticléricaux n’ont pas l’air de la partager. Castellucci l’a avoué : « On peut même voir le spectacle comme un chant d’amour pour le Christ, ce qui est le cas de certains spectateurs. » Visiblement, il n’a pas l’air de dire que cette interprétation est la sienne ni celle de la majorité des participants à cette pièce… Il a plutôt l’air de dire qu’elle est accidentelle et minoritaire, peut-être même inattendue ?

    Car la réalité qui reste, c’est l’image du Christ galvaudée et profanée. Je pense que c’est le terme à utiliser. Profaner, c’est violer le caractère sacré. C’est ce que fait Castelluci en mélangeant ce qu’il y a de plus saint et ce qu’il y a de plus vil. C’est comme si un artiste prenait une photo d’un homme tout nu et remplaçait sa tête par celle du pape afin de présenter la solitude et le dépouillement d’un Benoît XVI attaqué par tous les journalistes. Myriam Picard, M. l’abbé Grosjean, y verriez-vous une belle œuvre au motif que l’homme Joseph Ratzinger a également un corps d’homme ? Non, il y a des choses qui ne se montrent pas. De même qu’il est de notre devoir de prononcer le nom de Dieu qu’avec respect (2e commandement) ; de même, nous ne pouvons pas laisser désacraliser son image.

    C’était exactement la même chose dans le Piss Christ de Serrano. Une religieuse avait affirmé qu’elle voyait dans le crucifix plongé dans l’urine une manière de concevoir la déchéance du Christ souffrant. La minuscule porte de sortie de l’artiste devient un panneau dans lequel tombent les catholiques craintifs de dénoncer la christianophobie montante.

    De grâce, Myriam Picard ; de grâce, M. l’abbé Grosjean, ne tombez pas dans le panneau de ces artistes qui introduisent des scènes qui profanent Notre Seigneur. Castellucci dit jouer sur l’ambigüité. C’est bien le problème. Ses défenseurs disent ne pas avoir à respecter le sacré. Tout le problème est là. Ce seront les mêmes qui demain défendront Golgota Picnic qui présente un Christ de la plaie duquel sortent des billets de banque et, autour de lui, des hamburgers jonchant le sol pour ridiculiser la multiplication des pains. A l’heure où tous les anticléricaux se gaussent de cette pièce, y verrez-vous encore une manière de voir la déchéance humaine du Fils de Dieu ?

    De notre côté, nous continuerons fermement à défendre le Christ et à demander que son image ne soit pas désacralisée, ne soit pas profanée. »

    http://www.fecit-forum.org/forum.php?id=7215

    ******************************

    Nous le redisons avec fermeté, la caractéristique propre du monde moderne, son aspect tragique aboutissant à la destruction des vestiges matériels ou institutionnels de la Tradition, est, en premier lieu, la négation de la Sainte Religion chrétienne et la banalisation du blasphème, la diffusion de la haine de Dieu, la volonté de salir, injurier, flétrir ce qui de près ou de loin relève du religieux. Et ceci s’explique du fait que la situation tragique de ce monde relève d’un drame, tout autant politique que spirituel, qui a pour nom, depuis la Chute originelle, la révolte, l’insoumission, la profanation, la Révolution satanique, qui se reproduit d’âge en âge en étendant ses effets chaque fois plus encore et foulant constamment aux pieds les principes divins.

    Lire :

    La Révolution et la haine de l’Eglise !

    https://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/06/26/la-revolution-et-la-haine-de-leglise/

  31. FREULON permalink
    1 novembre 2011 14:38

    Tous ces jeunes qui ont exprimé leur dégoût du blasphème public et financé, par des prières, des chants, des cantiques, sont et appartiennent au peuple de France. C’est le peuple français qui vient chaque soir dire sa réprobation vis-à-vis de ces scènes scatologiques injurieuses envers le Christ notre Sauveur.
    C’est le peuple français qui est venu exprimé sa colère contre ces horreurs inommables et inimaginables.
    C’est le peuple français qui à 95 % dans les enquêtes d’opinion et les sondages condamne l’attitude de nos politiques prompts à faire réprimer la contestation de ces jeunes manifestants.
    C’est encore le peuple français qui exige devant le théâtre du Châtelet le respect dû à sa foi et à ses traditions chrétiennes.
    C’est encore le peuple français qui réclame par des pétitions sur le site de Défendons le crucifix (pas loin de 40 000 signatures)la fin de ces oeuvres outrancières et odieuses qui injurient les Chrétiens que nous sommes…

    • Moi permalink
      9 décembre 2011 02:10

      Peuple Français…?
      Revoie tes sources FREULON, aux dernières nouvelles, les catholiques intégristes ( et les catholiques praticants en général) ne forment plus les 9/10ième de la population comme au début du siècle.
      Ce n’est pas parce que 15 clanpins pro royalistes veulent interdire une pièce que « LE PEUPLE DE FRANCE » se soulève tout entier contre cette infamie.
      Ils se moquent du Christ? si ça les amusent et que cela amuse les gens qui vont voire cette pièce tant mieux pour eux.
      Vous traînez bien dans la boue de nombreux groupe de musique, ou autres conceptions politiques.

    • Xavier permalink
      9 décembre 2011 11:06

      Moi

      Peuple de France en effet ! c’est-à-dire celui qui n’a pas été encore complètement lessivé par la grande marmite médiatique, qui réagit contre le blasphème et les outrages, et ce peuple est dans la rue, proteste et manifeste son indignation.

      Allez voir dans les campagnes si le blasphème est accepté, car il ne s’agit pas des chiffres de fréquentation de la messe (il faut dire que l’Eglise moderne a fait fermer 80 % des paroisses en faisant fuir les fidèles par des liturgies hideuses), c’est un rejet massif.

      Et il en est de même dans les villes, le sentiment général, dans les couches populaires et moyennes, est celui de la révolte contre l’idéologie des bobos, tordus, friqués anti-chrétiens.

      La décadence morbide ça suffit ! Le nihilisme et la culture de mort ras-le-bol !

      Il n’y aura donc auncune acceptation passive du blasphème au nom des pruincipes de la laïcité.

      Comme dit l’abbé beauvais, à offense publique réparation publique !

      http://www.gloria.tv/?media=225893

  32. 3 novembre 2011 16:43

    Calixte a écrit :

    « Pélikan,

    Quel symbole que celui de la prise de distance des sédévécantistes de virgo-maria face au juste combat engagé contre la christianophobie et le le blasphème à l’initiative de Civitas et de la FSSPX, les plaçant, horriblement, dans le même camp que les modernistes hideux type le cardinal archevêque Mgr André Vingt-Trois qui approuvent la pièce scatologique et dirigent le faisceau de toutes leurs critiques avec des mots les plus durs et blessants à l’encontre des jeunes catholiques qui s’opposent courageusement et vaillamment à la profanation par la prière devant le théâtre de la Ville place du Châtelet depuis plusieurs jours.

    Cette attitude est absolument indigne, car en présence d’une volonté d’atteindre les fondements les plus sacrés de la foi – en l’espèce le visage de Notre Seigneur peint par Antonello da Messina dans cette toile ayant pour nom « Salvator Mundi » sur laquelle est déversé un liquide évoquant l’excrément jusqu’à l’enténébrer pour laisser apparaître l’inscription « tu n’est pas mon berger » – une seule réaction s’impose qui doit, pour un temps, mettre de côté et faire taire les divergences entre catholiques aussi profondes soient-elles, la réprobation et la manifestation d’une sainte et puissante colère ! »
    Ce n’est pas faux du tout !
    Mais voyez-vous, les sédévacantistes de Virgo-Maria (dont je vous signale au passage qu’ils font partie des sédévacantistes aimant la FSSPX : il y en a en effet qui disent : « FSSPX, Eglise conciliaire, c’est la même engeance hérétique », mais ceux de VM disent : « Mgr Lefebvre a mis la FSSPX sur un chemin clair ; celui de continuer l’Eglise catholique en s’éloignant autant que possible de l’Eglise conciliaire… ) disent dans l’article que cite Pélikan :

    « Les prêtres de la FSSPX qui s’impliquent dans ces manifestations de rue à haut risque ont-ils réfléchi à la chronologie des évènements ?
    S’ils l’avaient fait, ils auraient remarqué que cette agitation médiatisée a commencé deux jours avant Assise III et a quasiment étouffé dans le monde de la Tradition l’événement scandaleux et apostat d’Assise III.
    N’y ont-ils pas réfléchi ? Mgr Lefebvre n’a pas laissé en 1986 son indignation devant Assise être occultée par un combat politique dans la rue.
    Ces mêmes abbés ont-ils observés qu’étrangement les abbés Lorans et Celier, les deux taupes principales dans la FSSPX se tiennent à l’écart de ces actions et n’apparaissent jamais. Où sont-ils ? Ne seraient-ils pas concernés par ce qui nous est présenté comme une bataille urgente et impérieuse contre la ‘christianophobie’ ?
    Ces abbés réfléchissent-ils avant d’agir ou agissent-ils avant de réfléchir ?
    Ont-ils conçu un dispositif juridique qui aurait permis d’engager en référé une action en justice qui pourrait conduire à l’arrêt du spectacle ?
    Au fait, quel argument juridique pourraient-ils faire valoir pour faire tomber cette pièce sous le coup de l’illégalité ?
    Ils n’y ont évidemment pas réfléchi… car cela aurait supposé … une réflexion… on n’obtient pas d’un juge l’interdiction d’une pièce au motif qu’ « elle ne nous plaît pas » !
    Mais une action intelligente et efficace, moins dangereuse pour les jeunes, qui aurait évité l’image diffamante de violence et de « fanatisme » amalgamés qu’offre ainsi commodément aux manipulations médiatiques le District de France de la FSSPX conduit par l’abbé de Cacqueray, aurait certainement mieux atteint son but : l’interdiction de la pièce…
    Mais justement, pour les vrais donneurs d’ordre de Suresnes, l’objectif serait-il
    • de faire interdire la pièce,
    • ou est-il ailleurs dans la recherche de l’implication du clergé de la FSSPX dans une provocation facile qui permettra ensuite de les diaboliser et de les marginaliser dans l’opinion en l’assimilant à une « extrême droite pure et dure » aux « gros bras bénis par des soutanes » ? »
    Ils précisent : « ces clercs de Suresnes…ne prennent pas les moyens de faire interdire la pièce scandaleuse, comme s’ils souhaitaient simplement instrumentaliser l’indignation qu’elle suscite » .
    En clair, selon eux, la lutte contre la christianophobie et pour l’honneur du Christ n’est que le but affiché de ces manifestations, non leur but véritable.
    .

  33. 4 novembre 2011 22:51

    Suite à la manifestation contre la christianophobie…
    Communiqué du Centre Zahra France

    Que la Paix soit sur vous tous ! Ce fut un honneur et un privilège d’être parmi vous contre la christianophobie.

    Chères sœurs, chers frères, ensemble nous commençons une nouvelle ère d’amitié, de fraternité et de foi pour bâtir un nouveau monde. Ce monde que nous espérons tous être un monde rempli de justice, de respect, de dignité et de paix.

    Aujourd’hui ensemble, chrétiens et musulmans, nous disons NON à notre division. Nous ne devons plus écouter les semeurs de cette division qui ne profite qu’aux ennemis de la foi. Ensemble, nous disons NON aux blasphèmes, NON à la christianophobie, NON aux caricatures, NON à la liberté d’expression qui insulte, diffame et porte atteinte à l’honneur du fils de l’Homme. Aujourd’hui, la plus grande valeur de ce que nous sommes est notre UNITÉ ; cette UNITÉ de tous les croyants est une force indestructible face aux ennemis de notre Humanité.

    La seule alternative à ce monde corrompu : c’est cette unité et notre solidarité. Vous verrez que le démon qui est au service du désordre et de l’injustice s’appelle : SIONISME.

    Les chevaleries chrétienne et musulmane unies libèreront notre pays. Notre témoignage avec vous, nous le proclamons haut et fort : nous sommes avec vous pour que le Messie et son Royaume soient établis sur cette terre de France, de Palestine et du monde.

    Notre prière : « Avec vous, ô Messie, ô Mehdi, que nous attendons tous. Que la Paix soit avec nous tous ! Puisse Dieu nous donner la victoire ! ».

    Cheikh Jamel Tahiri
    Centre Zahra France

  34. Actualité : Nouvelles manifestations contre la christianophobie ! permalink
    9 novembre 2011 14:33

    Communiqué de Civitas :

    Nouvelles manifestations contre la christianophobie à Rennes, à Toulouse et à Villeneuve d’Ascq !

    La mobilisation des chrétiens indignés ne faiblit pas. Après le succès de la manifestation nationale contre la christianophobie qui a rassemblé près de 5.000 personnes à Paris le 29 octobre dernier et l’extraordinaire preuve de persévérance qui a permis que quatorze jours durant, entre 150 (pour le jour le plus creux) et 600 personnes (pour le dimanche 30 octobre) prient devant les théâtres ayant programmé le spectacle profanatoire de Roméo Castellucci, nous voici forcés d’organiser des rassemblements similaires en différentes villes.

    Que ces nouveaux rendez-vous soient pour nous des occasions de poser un acte de réparation face aux outrages commis à l’encontre du Christ et de témoigner publiquement de notre Foi.

    Alain Escada,
    secrétaire général de l’Institut Civitas

    10 novembre, Rennes 19h00: Manifestation contre la christianophobie place de Bretagne. Cars de Nantes, Angers et Caen ainsi que co-voiturages à partir de nombreuses villes de Bretagne et de Vendée mais aussi de Paris.

    Mercredi 16/11/11, Toulouse 19h30: Rosaire médité en réparations des offenses faites à NSJC devant le théâtre.

    Jeudi 17/11/11, Toulouse 19h30: Chemin de croix en réparations des offenses faites à NSJC devant le théâtre.

    Vendredi 18/11/11, Toulouse 19h30: Chemin de croix en réparations des offenses faites à NSJC devant le théâtre

    Samedi 19/11/11, Toulouse, 18h: manifestation contre la christianophobie. place de la Daurade à Toulouse.
    Cars de Bordeaux et de Bergerac ainsi que co-voiturages à partir de différentes villes.

    Dimanche 20/11/11, Toulouse, 15h30: Rosaire médité en réparations des offenses faites à NSJC devant le théâtre.

    29 novembre, Villeneuve d’Ascq 19h00 : manifestation contre la christianophobie (le lieu de rassemblement sera précisé sous peu)

    Venez nombreux !!!

    http://www.civitas-institut.com/content/view/714/1/

  35. FREULON permalink
    11 novembre 2011 11:40

    Pourquoi ne pas faire des manifestations contre la christianophobie à l’échelle de tout le pays au départ de toutes les grandes villes ?
    Il faut reprendre l’exemple de l’école libre et mobiliser de plus en plus de Français afin de faire comprendre à nos politiques que le vrai peuple en a assez de la christianophobie et de la cathophobie…

  36. FREULON permalink
    11 novembre 2011 11:41

    Pourquoi ne pas jeter des fleurs sur la scène du théâtre ?

  37. FREULON permalink
    14 novembre 2011 12:01

    Conséquence des pièces de théâtres cathophobes : une église vandalisée à Vauréal dans le Val-d’Oise. Fonts baptismaux saccagée, cierge pascal détruit et tagage du mur extérieur de l’édifice…

    • glaive du Christ permalink
      15 novembre 2011 17:16

      Les ennemis de la foi attendent une réponse forte et il faudrait que de véritables croisés la leur apportent.
      Pax domini sit semper vobiscum
      VIVE LA GUERRE SAINTE

  38. TemplarFemaleWarrior permalink
    22 novembre 2011 15:44

    Et dire que si ces actions avaient été menées par des musulmans elle auraient été littéralement encensées par nos médias français pro-bobo et pro-islam (voire pro islamisme, « oh les pauvres femmes, on leur interdit de porter le niqab… c’est quand même inadmissible! »).
    Eh oui, de nos jours, c’est carrément « OUT » d’être chrétien! Combien sont ils à fréquenter la messe du dimanche et à s’en cacher parce que notre société les pousse à en avoir honte. Alors que l’on voit de plus en plus de gens devenir musulmans parce que ça c’est « IN » et être fiers de porter des mains de Fatma d’une taille considérable et plutôt voyantes vis à vis de nos petites croix.

    Ce pays est véritablement dans un processus de perte d’identité. Que chacun choisisse s’il doit pratiquer ou non la religion, soit. Mais pourquoi molester les personnes choisissant de pratiquer les religions chrétiennes et d’agir selon les traditions chrétiennes?

    Pourquoi devrait on avoir honte?

    Certes, l’Eglise a fait beaucoup de mal (inquisition, chasse aux sorcières et j’en passe) mais pas plus que l’Islam.

    Quand on voit le monde d’aujourd’hui, on a envie de dire une seule chose: La France est un pays en pleine décadence qui perd ses valeurs et les remplace par d’autres valeurs tout ça pour un phénomène de mode…

  39. FREULON permalink
    28 novembre 2011 17:06

    Je vous informe de la publication d’un livre sur Edifree.fr sur le sujet de la christianophobie. Il s’agit de :
    – Le soulèvement des consciences, 62 pages, 7 € (4 € téléchargement). Ce livre est de Sylvie FREULON et relate les évènements qui ont lieu chaque soir aux abords des théâtres. Ces manifestations sont vécues grâce au fait que l’auteur suit les évènements avec sa propre idée. Une étude critique de la situation et des risques que peuvent engendrer de si graves blasphèmes dans le subsconscient des êtres faibles…

  40. Actualité : 10 questions aux candidats à la présidentielle permalink
    17 janvier 2012 10:55

    Lu sur Christ Roi :

    http://christroi.over-blog.com/article-10-questions-aux-candidats-a-la-presidentielle-civitas-97278406.html

    Vous trouverez ci-dessous copie du courrier que CIVITAS vient d’adresser à chacun des candidats déclarés à l’élection présidentielle.

    Pour donner plus de poids à cette démarche de CIVITAS, nous vous invitons à écrire dans le même sens au(x) candidat(es) de votre choix.

    Madame la candidate,

    Monsieur le candidat,

    Ces derniers mois 100 000 pétitionnaires ont réagi spontanément aux côtés de l’Institut Civitas pour s’opposer aux spectacles blasphématoires financés par les pouvoirs publics. Cette réaction spontanée prouve que les Français sont très attachés aux racines chrétiennes de leur pays et que les catholiques ne se désintéressent pas des problèmes de société. Malgré la caricature des médias, le but de l’Institut Civitas n’est nullement de partir en campagne à l’appui d’un programme, ni de prendre parti pour un candidat, mais de veiller au respect des principes chrétiens au sein du débat national. A mesure que le message du Christ et de l’Évangile est oublié, les multiplications de lois, les mesures de répressions ou de subventions apparaissent comme autant de moyens inefficaces face à l’injustice grandissante, l’insécurité croissante, la corruption morale et même la faillite économique. Ne voit-on pas que l’individualisme et la perte de tout sens moral sont à la source de ces maux et que la charité chrétienne, fondement d’un ordre économique plus stable, est leur remède ? Aussi, nous désirons vous interroger sur trois thèmes qui tiennent au cœur des Chrétiens : la place de Dieu dans la Société, la famille et l’éducation.

    La place de Dieu et de la religion est intimement liée à l’identité du pays, marquée par ses cathédrales et ses 40 000 clochers.

    En tant que chef de l’État, vous engageriez-vous à défendre les références à Dieu ou à la religion chrétienne dans des projets de constitution ou de traités ?
    Comment envisagez-vous la préservation du dimanche et des grandes fêtes de tradition chrétienne comme jours chômés pour tous les travailleurs ?
    Êtes-vous disposé à supprimer les subventions aux organismes culturels qui feraient la promotion d’œuvres artistiques portant volontairement atteinte à la foi et au sacré ?
    Quelles mesures préconisez-vous pour sauvegarder le patrimoine religieux, véritable richesse de la vie locale ?
    Que répondrez-vous aux enfants, parents et grands-parents, soucieux de ne pas déstabiliser la famille, source de l’équilibre de l’homme et qui est le cœur de toute société naturelle ?

    Êtes-vous disposé à garantir la stabilité du mariage comme l’union d’un homme et d’une femme ?
    Comment comptez-vous protéger la vie humaine depuis la conception dans le sein de la mère jusqu’à la mort naturelle ?
    Quelles mesures préconisez-vous pour encourager et soutenir les familles nombreuses ?
    L’enjeu de l’éducation n’est pas à démontrer ; il est capital pour le relèvement d’un pays. Nombreux sont les catholiques qui s’inquiètent de voir que non seulement le modèle français de l’enseignement laïc a perdu de sa qualité, mais aussi tourne à un laïcisme agressif envers leur religion.

    Comment comptez-vous promouvoir l’enseignement libre ?
    Acceptez-vous que, dans les programmes ou les ouvrages scolaires, disparaissent les grands personnages de la France chrétienne (Clovis, saint Louis, Jeanne d’Arc) et apparaisse la thèse du gender selon laquelle les individus ne naîtraient pas homme ou femme, mais le deviendraient ?
    Quels moyens comptez-vous mettre en œuvre pour lutter sans ambiguïté contre la pornographie à la télévision et sur Internet ?
    Ces questions fondamentales touchent la vie quotidienne de tous les Français, électeurs ou non, et nous souhaitons pouvoir leur faire connaître vos solutions à travers notre mailing-list et nos différentes interventions auprès des médias. Nous vous remercions à l’avance de vos réponses et nous vous prions d’agréer, Madame la candidate, Monsieur le candidat, l’expression de nos respectueuses salutations.

    Alain Escada
    Secrétaire général de Civitas

    Institut Civitas

    http://www.civitas-institut.com/

Trackbacks

  1. La conscience catholique contre la christianophobie «
  2. La christianophobie et ses avocats égarés « La Question : Actualité Religieuse
  3. Acte de Réparation à la Sainte Face pour expier les injures commises envers Notre Seigneur Jésus-Christ « La Question : Actualité Religieuse
  4. ACTO DE REPARACIÓN A LA SANTA FAZ | AMOR DE LA VERDAD
  5. La femme catholique
  6. Le blasphème est un crime ! | Bibliothèque de combat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :